Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bonus et idéologie

Bonus et idéologie

Pourquoi la Bank of America rachète-t-elle les 45 milliards de dollars d’actions préférentielles détenues par le Gouvernement Américain ? Et pourquoi une société - quelle qu’elle soit - se dessaisirait-elle de liquidités précieuses, propriété d’un actionnariat exigeant un minimum de rentabilité, si ce n’est pour une raison évidente, à savoir qu’elle n’entrevoit pour le moment pas d’investissements alternatifs à même de rémunérer ce cash ? ... auquel cas ces sommes monopolisées par Bank of America afin de racheter à l’Etat ses actions devraient logiquement être restituées aux actionnaires !

 Ces rachats opérés par Bank of America sont pourtant d’autant moins justifiables d’un point de vue commercial que ces actions préférentielles ne lui coûtaient qu’un intérêt de 5% bien modique en regard de la rémunération usuelle des capitaux. En réalité, Bank of America, qui vient d’émettre une première tranche de 19 milliards de dollars en nouvelles actions - qui lui coûteront nettement plus que 5% ! - dans le but de démarrer le remboursement de l’Etat Américain, dilapide l’argent de ses actionnaires en effectuant une opération dénuée de toute logique comptable.

Les sociétés rachètent certes dans la pratique une partie de leurs actions en circulation dans le but de majorer mécaniquement par la suite la rentabilité de chaque action résiduelle : un profit identique réparti sur une quantité inférieure d’actions résultera effectivement en une rémunération supérieure pour chacune de ces actions. Pourtant, cette transaction de Bank of America ne rentre pas dans ce cadre spécifique car les actions préférentielles détenues par le Gouvernement US ne participaient pas aux profits de la Banque.

De plus, ce rachat n’aura aucun impact positif sur le prix de l’action car Bank of America ne vaudra pas plus après qu’avant ce rachat car la valorisation des actions restantes en circulation ( qui participent certes aux profits ) devra être amputée des 45 milliards de dollars utilisés pour cette opération... Pire encore : ce rachat d’actions préférentielles ( dont l’objectif intrinsèque était de ne pas mettre en péril cet établissement en n’alourdissant ses charges que de manière très raisonnable ), étant effectué par l’émission de nouvelles actions, contribue tout simplement à diluer l’actionnariat de la Bank of America et donc à l’affaiblir !

Les motivations de cet établissement sont pourtant évidentes : Bank of America rembourse à l’Etat Américain les sommes du programme TARP (Troubled Asset Relief Program) afin de s’affranchir de la tutelle fédérale en matière de plafonnement des rémunérations de ses cadres dirigeants imposée par le Congrès en début d’année dans le cadre des conditions imposées aux bénéficiaires du stimulus. Ces artifices et manipulations comptables - totalement injustifiées commercialement - et qui se traduiront par une fragilisation en ligne directe de Bank of America sont effectivement mis en place dans le seul but de recruter un nouveau Président-Directeur Général - et des collaborateurs au plus haut niveau - qui seront rémunérés à la hauteur de leurs ambitions et de leurs mérites ! Pour ce faire, Bank of America et d’autres institutions ayant bénéficié de l’assistance spéciale d’un Gouvernement Américain ayant en retour posé des conditions pourtant élémentaires, invoque les retombées perverses de ces modalités de soutien qui la priveraient d’une Direction Générale "compétente"...

Il est vrai que le Gouvernement US - dans son infinie sagesse - n’a pas (encore) réglementé et encadré la rémunération de l’ensemble des salariés de Directions Générales qui peuvent en effet toujours être débauchés et ré embauchés à prix d’or par des établissements n’ayant pas de compte à rendre au Gouvernement de leur pays. L’absence de législation nationale - et bien-sûr internationale - débouche donc sur des situations inadmissibles où des Banques majeures en viennent à prendre des décisions susceptibles de mettre en péril leur propre survie ( et l’économie et la stabilité internationales ) en cas de nouvelle tempête financière et ce dans le seul but de se doter d’un management supposé être méritant car convoité par les autres Banques concurrentes !

Pourtant, les profits substantiels générés à intervalles réguliers par les Banques sont bien moins redevables aux Directions de ces établissements qu’à des circonstances purement conjoncturelles et cycliques. Ces profits bancaires inespérés d’aujourd’hui sont générés par les liquidités massives et à bas prix offertes par les Etats, les bénéfices exceptionnels d’hier étaient dus à la vague des fusions et acquisitions, le seul mérite des Directions Générales étant de "surfer" sur des vagues ponctuelles initiées bien plus par le sentiment de confiance des investisseurs que par leur impulsion propre...

La profession de Banquier n’exige aucune capacité exceptionnelle ni Quotient Intellectuel hors du commun mais leurs bonus et rémunérations renvoient en revanche directement à leurs pouvoirs. Lequel pouvoir est toujours sous tendu par l’idéologie.
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 13 décembre 2009 14:03

    Idéologie. Vous avez choisi le bon terme...

    Quid néanmoins d’un conseil d’administration qui verra un sauveur en un homme qui sait bien se « vendre »...
    Le salaire des dirigeants salariés (messies) a tout de même crû.... (cru) de 45% par an de 99 à 2007...

    Un allumé a ainsi prononcé une phrase qui est resté dans les anals : « le XXI siècle sera spirituel ou ne sera pas »...
    On en est là : croyance à tous les étages. Dans quel état j’aire, disait un autre grand homme.


    • John Lloyds John Lloyds 13 décembre 2009 14:23

      ça fait bientôt un an que le pognon distribué par les banques centrales aux banques est immédiatement réinvesti en carry trade : notre pognon, de la dette publique, qui tourne en circuit fermé, gonflant d’une part une bulle aux dimensions jamais atteintes, et laissant d’autre part choir l’économie réelle et les chômeurs crever la gueule ouverte.

      De la pure et simple criminalité hautement organisée, et avalisée par les gouvernements (qui doivent au passage bien profiter de la gamelle). Goldman Sachs commence à armer (au sens propre) ses employés, c’est sûr que quand les banques fermeront leurs portes avec les éconocroques des pauvres types dedans, l’envie ne manquera pas d’ériger quelques têtes de banquiers en haut des pics.

      Quand l’édifice se cassera la gueule, j’ai hâte de voir comment réagiront les populaces américaines et françaises qui ont elles-mêmes désigné leur bourreau par les urnes smiley


      • plancherDesVaches 13 décembre 2009 14:38

        Hhmm.. John.
        Vu la propagande actuelle servie tous les jours, je te sens aussi critique que les royalistes avec le terme « populace ».

        Aurais-tu oublié que le net permet à la populace de comprendre que les seigneurs auront du mal à vendre leurs « bienfaits », dans très peu de temps... ???


      • John Lloyds John Lloyds 13 décembre 2009 14:51

        Salut PDV

        « Aurais-tu oublié que le net permet à la populace de comprendre »

        Non, à une minorité. Si la populace était apte à comprendre quoi que ce soit, ça fait belle lurette que la téloche ne pourrait pas être utilisée comme instrument de propagande. La vérité est bien trop effrayante, moi je pense que les bouffons - quelques dizaines de millions - qui ont voté pour les partis traditionnels aiment bien garder leur tronche dans le sable.


      • plancherDesVaches 13 décembre 2009 15:27

        Laisses-moi ma croyance de croire en la populace, John.

        70% de la populace est reliée au net et la fréquentation de sites comme celui-ci est en large augmentation.

        Je n’écris que cela est LA solution. Aucune solution ne peut être parfaite, bien sûr.
        Mais...


      • plancherDesVaches 13 décembre 2009 15:29

        « Je n’écris PAS.. » pardon.

        La croyance est trop forte.


      • wesson wesson 13 décembre 2009 21:17

        Bonsoir PlancherDesVaches,

        comparons donc le classement de TF1 sur Alexa (45ème site français), et celui d’agoravox (1060 ième site Français)

        Même si il est vrai que dernièrement Agoravox monte assez bien en popularité, il reste à plusieurs ordres de grandeur derrière les locomotives du genre TF1. C’est de toute manière imparable : Alors qu’internet vous oblige au moins à allumer votre ordinateur voire à participer, la télé en général et TF1 en particulier flattera la paresse qui existe chez tout un chacun en déversant chez vous un contenu ne nécessitant strictement aucune réflexion.


      • Internaute Internaute 14 décembre 2009 09:25

        Même quand on leur montre en long et en large les méfaits de la mondialisation, les gens n’y croient pas. C’est tellement gros qu’ils ne pensent pas que nos députés en soient capables.

        Sur M6 il y a chaque semaine l’émission de Guy Lagache « Capital ». C’est quand-même une émission a grande audience. Le sujet est toujours le même. On passe en revue trois produits français et on montre comment les français sont mis hors course par l’importation de produits à bas coûts qui viennent les concurrencer sur leur marché depuis que les députés leur ont enlevé tout protection. Ces même personnes à qui on plonge le nez dans la merde continuent à voter pour ceux qui les enfoncent.

        Hier c’était sur les coquille St Jacques, trois fois plus chères pêchées en Bretagne que celles importées d’Amérique latine. On découvre au passage une autre escroquerie commise par l’Assemblée Nationale. Ils ont supprimé la protection du nom « Coquille Saint Jacques » et autorisent l’importation de Pédoncles qui est un autre coquillage beaucoup plus commun, sous l’étiquette de « Coquille Saint Jacques ». Ainsi le consommateur a le choix entre la Coquille St Jacques à 15 euros et celle à 5 euros qui est une contre-façon tout à fait légale. A votre avis, laquelle se vend le plus facilement ? Ils nous avaient déja fait le coup avec le Chocolat mais tout le monde s’en fout apparemment. Dans ces conditions, pourquoi donc lutte-t-on contre les faux sacs Gucci ou Lui Vitton ?


      • Alain-Goethe 13 décembre 2009 15:49

        PDV écrit :

        « 70% de la populace est reliée au net et la fréquentation de sites comme celui-ci est en large augmentation »

        - Combien de % essaient réellement d’approfondir ces questions ??
        - j’ose espérer qu’ils ne sont pas en train de passer des heures à essayer de trouver des combines bon marché, afin de « rester dans le moule de ces fêtes de fin d’année ?? »
        là j’en suis moins sûr

        - DOS PASSOS avait écrit des livres sur le contextte de Crise de 29.
        1 de ses personnages se battait le + possible auprès des citoyens
        1 autre avait cru à certains partis politik, avant d’être terriblement déçu..
        - je garde cela en mémoire ..
        mais ça n’empêche pas en effet de résister..

        Merci de votre vigilance !
        A+


        • Yvance77 13 décembre 2009 17:21

          Salut,

          D’accord avec John. Le principe vaut pour les pc pour lesquels ont peut faire un parallèle.

          90% des gens uitilisent un OS de m.... vérolé jusqu’au trognon. On peut leurs prouvé par A + B qu’il y a mieux ... et ben non, ils préfèrent garder la tronche sous des tonnes de sable.

          Prendre le chemin inconnu qui semble mener nul part fait peur. Ils n’imaginent pas un seul instant que le bonheur puisse se trouver dans de nouvelles découvertes.

          A peluche


          • PhilVite PhilVite 13 décembre 2009 18:16

            Le cheminement est forcément long.

            Il faut d’abord prendre de conscience qu’on est le dindon de la farce. Or la piquouse et les nombreux rappels qu’on reçoit jour après jour, qui nous affirment que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, sont un poison violent qui ramollit le cerveau.

            Ensuite il faut se convaincre qu’il va falloir se bouger le cul. Ce qui n’est pas facile tant nous sommes sidérés par l’état de lieux et l’ampleur de la tache.

            Après, c’est la façon pratique de s’y prendre qui pose question. Comment attaque-t-on cette falaise qu’est l’organisation avariée de notre société ?

            Pour ma part j’attendais avec impatience la grève des routiers, une des rares corporations capables de bloquer le pays et de mettre le feu aux poudres. Evidemment le gouvernement, ayant senti le vent du boulet, à fait le nécessaire pour étouffer l’étincelle. Je pense même que s’ils avaient demandé 25 % d’augmentation il l’aurait eu. Ceci dit, vue la tête de syndicats patronaux, je ne suis pas bien sûr que cette affaire soit définitivement pliée.

            A part les routiers, qui peut bloquer le pays ?
            - Les transports en communs ? - SNCF, RATP, Réseaux de transports urbains - Comme leur situation n’est pas catastrophique par rapport à ceux qui prennent la crise actuelle en pleine poire, je ne les voir pas vraiment jouer ce rôle actuellement.
            - EDF ? Même remarque que ci-dessus.
            - Qui d’autre ?

            Si l’armée des chômeurs, des virés des listes, des relégués de tout poil, des exploités à 3/4 de smic...etc, était capable de s’organiser, peut-être bien que la donne serait changée. Mais force est de constater que cette armée n’a jamais pu/su se constituer.

            Alors, à quand l’étincelle, et par qui ?


            • Lorenzo extremeño 13 décembre 2009 19:22

              @ Phil

              Excellent constat de la situation,on peut lire constamment sur Avox et ailleurs que
              beaucoup de gens en ont par dessus la tête de la situation vécue,par le plus grand
              nombre .
              Mais comme vous le notez il manque une cohésion a tout cet ensemble de gens,
              pour se retrouver ensemble et mettre le feu aux poudres.
              J’ai bien conscience de me répéter en étant intervenu sur d’autres articles et fils
              dernierement mai je persiste á croire que ce n’est pas inutile.

              Vous avez du lire comme moi l’initiative des Italiens avec leur manif,
              « une journée sans berlusconi » il parait que des bloggeurs réfléchissent á ce genre
              d’action en France.
              L’avantage de ce genre de manifestation Citoyenne serait d’unir la liste de ceux que vous énumérez dans un même rejet qui ne serait pas catégoriel, car c’est bien lá le hic,
              tout le monde attends que cela vienne des transports comme en 1995,mais comme
              vous l’analysez trés bien le gouvernement réagi au coup par coup et étouffe
              l’étincelle pour parer au danger.
              Nous sommes tous les deux un peu en dérive de l’article de départ sur la finance,
              mais qu’importe c’est la réflexion qui prime.

              Cordialement.


              ,


            • Radix Radix 13 décembre 2009 19:43

              Bonsoir Philvite

              En 1789 ce ne sont pas les gueux qui crevaient de faim qui ont initiés la révolution !
              Ils ont fournit la colère et les troupes.

               Maintenant ce sera plus dur : ce n’est plus un état qu’il faut défaire mais l’idée imbécile de la mondialisation et pour cela il y a d’autres armes que la violence !

              Radix


              • PhilVite PhilVite 13 décembre 2009 19:55

                Bonsoir Radix,

                J’aime à penser qu’il y a d’autres armes que la violence, surtout au 21° siècle, mais il faudrait les astiquer et les mettre en évidence, pour ceux qui comme moi en sont au stade 3 de l’évolution que j’évoquais plus haut (par quel bout attaquer ?).
                A quelles armes pensez-vous ?


              • PhilVite PhilVite 13 décembre 2009 20:03

                Bonsoir Lorenzo,

                Non, je n’ai pas suivi l’initiative italienne. Quel en était précisément le but et quel en est le résultat ?
                Visent-ils l’émergence d’une force politique qui permettrait vraiment de sortir du duel entre bonnet blanc et blanc bonnet ?


              • boris boris 13 décembre 2009 20:30

                en Italie, ça commence, Burlocomique, s’est pris un pain en pleine tronche, direct l’hosto.


              • Salsabil 13 décembre 2009 21:10

                Bonsoir,

                Puis-je m’immiscer dans cette conversation qui me parle ?

                Un vodka-martini, James ? smiley

                Soyons sérieux, je suis d’accord avec vous deux. Le potentiel de mécontentement est là, bien présent et encore alourdi cette année par cette fichue crise qui a quand même tendance à cibler avec une préférence malsaine les plus faibles... Dans le même temps, on fait effectivement face à une mollesse difficilement compréhensible de la part de ceux qui sont touchés.

                La société ultra superficielle dans laquelle nous baignons permet cet affaiblissement des cerveaux et des nerfs qui vont avec.

                Pour l’instant la solution la plus efficace me semble la communication de proximité. Parler avec tous ceux que l’on peut rencontrer et chercher à les informer au maximum, preuves et coordonnées à l’appui, des offres qui leur sont accessibles.

                Je pense à tout ce qui peut exister par exemple en matière de : relation directe client/producteur (amap, panier de la semaine, fermes avoisinantes,...), récup et création facile (ramassage des encombrants, recyclage,...), transmission de l’info souterraine (vous savez, Ma’ame Michu, eh ! Ben, j’ai vu, pas plus tard qu’hier sur internet que....) et oui ! on zappe TF1 et consors et on permet à Ma’ame Michu de s’ouvrir sur un autre monde.

                Ensuite ce que l’on peut faire nous-mêmes : les actions citées ci-dessus, mais aussi cultiver et élever soi-même si on a le terrain qui le permet. Faire confiance aux artisans de métier plutôt qu’à la grande distribution, s’entraider, échanger (principe des SEL sans pour autant passer par leur biais, construire, créer, vendre, retirer ses économies des banques et trouver un autre moyen de faire fructifier ou investir sur du solide (or, alimentaire, pierre) ou encore utiliser cet argent pour vivre au quotidien en dehors des règles du marché, question de choix !

                Enfin, tacher de rassembler : Recommencer à dire bonjour à ses voisins, taper la discute facilement dans le métro, le bus, le train, au supermarché, à la poste.... Ré-apprendre à sourire à l’autre pour contrecarrer la méfiance idiote devenue la règle. Il nous faut communiquer c’est primordial ! Pour cela nous devons pouvoir nous faire mutuellement confiance, haro donc sur les tricheurs.

                Lorsque nous aurons réunis ces conditions alors pourra être levé une ou des action(s) commune(s). La première me semble à l’évidence la désobéissance civile qui commence par le refus de payer l’impôt. Les taxes que nous ne cessons de payer doivent être redistribuées de manière équitable et intelligente entre tous. la seconde serait un rassemblement, pourquoi pas initié sur le net en effet ! Une occasion de dire tout ce qui ne va plus. Et puis, ils utilisent la peur contre nous, n’est-ce pas (peur de : perdre son emploi, être à la rue, perdre ses enfants, retourner manu-militari dans son pays, être agressé par tous ces affreux étrangers, d’être malades gravement, de ne pouvoir être soigné, de perdre son logement...liste non-exhaustive) Alors pourquoi ne pas utiliser le même précepte contre eux ? Nous sommes bien bien plus nombreux, ils sont ridicules face à la masse des paupérisés.

                Ce qu’il nous manque : l’amour de l’autre !

                Je vais encore me faire traiter de naïve, m’en fous, la solution est là et pas ailleurs !

                Un cocktail pour moi aussi James, merci ! smiley Quand


              • Salsabil 13 décembre 2009 21:19

                Heu...le « quand » final est optionnel, je ne sais pas ce qu’il fout là !!!! Un signe ???? smiley


              • PhilVite PhilVite 13 décembre 2009 22:43

                Bonsoir, Dame Liver,

                Quand ? Comme vous y allez, vous !!

                Plaisanterie mise à part, je reprends mon souffle et je vous fais une réponse plus circonstanciée.


              • Salsabil 13 décembre 2009 23:15

                Bon sinon, on vient d’avoir ce soir un exemple largement plus radical, voire efficace :

                Le jeté de statuette en pleine tronche ! smiley


              • PhilVite PhilVite 14 décembre 2009 00:34

                D’abord, je viens de relire ma première intervention et j’ai donc eu confirmation que ne pas relire son texte avant de poster, ça craint !!

                « Qu’est-ce qui pourra sauver l’amour ? » C’est Balavoine qui chantait ça il y a quelques décennies. Question infiniment plus profonde qu’il n’y paraît.
                Etant 100 % athée, l’amour est pour moi la seule valeur susceptible de donner un sens à la vie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’aujourd’hui, dans l’organisation de notre monde soi-disant civilisé, cette valeur n’a pas la cote.
                La seule grille de lecture effective est purement pécuniaire. Et comme vous le dites, parler d’autre chose vous fait passer pour un gentil couillon.
                Pour ma part il y a longtemps que j’ai laissé tomber mon job d’informaticien lyonnais pour m’installer au fin fond du Périgord noir. Les règles du jeux qu’on veut nous faire jouer m’étaient devenues insupportables.
                Depuis trois ans je cultive mes propres légumes - bon, je suis encore loin de l’auto-suffisance mais ça viendra. Et ici, j’ai effectivement découvert le plaisir d’aller prendre le café à l’improviste chez les voisins sans avoir aucunement la crainte de déranger. L’inverse étant tout aussi vrai. Loin du tumulte urbain et des ambiances de bureau délétères, les liens se tissent tout seuls.

                Par ailleurs, je fais un maximum de choses par moi-même, même dans la construction de ma maison, par exemple l’électricité et la plomberie, spécialités assez éloignées de mes compétences professionnelles d’origine. Et j’essaie aussi de payer le moins d’impôts possible en gagnant le moins d’argent possible (ici, c’est facile !!) tant il vrai que l’usage qui est fait de ceux-ci me révolte...

                Vous voyez Salsabil que pour ma part, j’ai déjà mis en application une bonne partie de votre programme.
                Mais cela ne suffit pas. Il me paraît évident qu’il y a urgence à sauver ce qui reste des avancées sociales initiées au sortir de la dernière guerre. Car bientôt il n’en restera plus rien. Au train où vont les choses la régression ne s’arrêtera pas avant qu’on soient nus comme des vers. Quand je dis « nous », je veux parler de tous ceux qui ne font pas partie de l’élite financière et sociale qui a les moyens, à titre individuel, de se mettre à l’abri, ici ou même ailleurs.
                Il y a urgence aussi à restaurer une démocratie qui mérite réellement son nom, à reprendre le pouvoir aux puissances d’argent pour le rendre à des hommes/femmes politiques qui auraient en ligne de mire autre chose que leur intérêt personnel ou celui des lobbies qui les achètent sans vergogne.
                Et je sens, et je vois la détresse, l’inquiétude et l’incompréhension qui montent face à cette organisation du monde qui fabrique un océan de perdants pour un îlot de gagnants...
                C’est cette urgence qui me travaille aujourd’hui. Voir tout tomber sans réagir vite et fort devient inacceptable.

                Voilà, pour moi, Salsabil, ce sera un Armagnac, un bien costaud, celui de derrière les fagots ! Et ça, c’est quand vous voulez !

                PS : Berlusconi en tant que guignol reçoit le traitement que mérite un guignol. Pas chouette pour autant d’en arriver là.


              • Salsabil 14 décembre 2009 00:57

                Cher Phil,

                Je vois que nous sommes sur la même longueur d’onde, tout au moins sur le fond.

                Moi aussi, bien entendu, j’ai le coeur qui se serre à chaque nouvelle perte sociale, à chaque injustice criante, à chaque coup donné à la démocratie dans son sens noble.

                Bon finalement, on commence par le jeté de statuette et on cause après ! Ce sera peut-être plus porteur... smiley

                Je ne crois pas que la situation puisse perdurer comme elle est actuellement, même les classes moyennes doivent se serrer la ceinture, ce qui n’était pas arrivé depuis belle lurette. C’est donc la majorité de la population qui est touchée.

                Ca va forcément clasher à un moment ou un autre dans un laps de temps relativement court à mon avis. La seule chose que je craigne, serait des affrontements entre les diverses couches ou sortes de population, une espèce de guerre civile laissant libre champ aux nantis de se faire la belle pactole en poche.

                C’est pourquoi nous devons miser sur cet amour de l’autre et lutter contre toutes forme de violence au sein même du peuple. Soyons intelligents, contentons-nous de ce qui nous permet d’assurrer nos besoins quotidiens, le reste vient ensuite et il est à partager pas à s’approprier, ça n’a pas de sens !

                Pour l’Armagnac, ce sera à vous de le fournir, mon cher, vous êtes géographiquement bien placé, je le dégusterais volontiers avec vous, chauffé au creux de la main devant un bon feu.

                Belle et douce nuit, mes rêves seront une fois de plus apaisés grâce à vous, merci.


              • PhilVite PhilVite 14 décembre 2009 02:04

                C’est là toute la difficulté, il faut un clash, mais qui ne tourne surtout pas à la guerre civile qui n’avantagerait, comme vous le dites, que les nantis et les profiteurs du système actuel.
                Et j’en suis parfois à me demander si le jeu de ces gens-là n’est pas, justement de pousser la population à cette extrémité (le débat actuel sur l’identité national me paraît suspect à ce titre). Mais peut-être est-ce un effet de la parano ambiante ?
                Quel pourrait donc être ce clash finement calibré pour déclencher une avalanche de réformes sans passer par la case « violence » ? Une fois de plus j’avoue mon incapacité à l’imaginer...
                Sur ce, bonne nuit à vous aussi, Salsabil.
                 


              • Salsabil 14 décembre 2009 12:30

                Bonjour Phil,

                Je ne crois pas que cela soit de la parano, il faut reconnaître que le « diviser pour mieux régner » s’est rarement aussi bien porté...

                Pour un clash brusque, je ne vois pas trop comment il pourrait se faire sans violence. Et j’ai peur que nous n’ayons plus tant de temps pour réagir autrement alors il faut s’y mettre tout de suite(pour ceux qui n’ont pas encore commencé) ! S’exclure au maximum du système imposé pour en créer d’office un souhaité et partagé. Ne pas leur laisser le choix de nous pomper comme ils le font.

                Stop la télé, la musique de m***e, le supermarché, la surconsommation inutile, la soumission aux dictats de je ne sais trop quelle mode, etc...
                Si tout le monde s’y attelle en même temps, je vous assure que ça va faire réfléchir ceux qui s’en mettent plein les fouilles.

                A plus tard.. smiley


              • Lorenzo extremeño 14 décembre 2009 16:43

                ´@Philvite

                tapez sur un moteur de recherche « une journée sans Berlusconi »
                ensuite la même chose avec « une journée sans Sarkozy »
                suivez les liens á votre guise,
                on peut sans mal repeter ce type d’opération pour en juger les effets,
                succés en Italie derniérement.

                Cordialement


              • PhilVite PhilVite 14 décembre 2009 16:44

                Bonjour Salsabil,

                On en revient donc à l’effet de masse qu’on avait évoquer dans le fil d’un article de Lisa Sion. Comment faire pour gonfler rapidement les rangs de ceux qui s’opposent par la mise en oeuvre d’un autre mode de vie ?
                Faudrait peut-être faire de la pub sur TF1 ?? (pourquoi j’ai pas accès aux smileys , moi ?)
                Le premier qui a une idée, prévient l’autre. OK ?


              • bob 13 décembre 2009 20:39

                Excellent article qui ne confine malheureusement pas ces faits aux seuls états-unis. En France, les moyens de se promouvoir des « élites » autoproclamées sont identiques. Au de-là des pseudo-études donnant un diplôme plus dû au porte-monnaie de papa-maman qu’à une compétence rélle, il existe dans les milieux autorisés le pantouflage. Il s’agit d’un protocole spécial qui permet à un ponte hautement diplômé ( donc pas vous) de bénéficier d’une place réservée dans une entreprise publique ou privée en attendant de trouver mieux. Il vaudrait mieux ne rien dire à propos de la rémunération de ces gens car elle risquerait de fâcher des agoravox déjà bien excédés par les nouvelles modes de rétributions des « élites ».


                • plancherDesVaches 13 décembre 2009 21:04

                  Bouges pas, Bob.

                  Même dans une ile bien planquée du Pacifique, on va pouvoir les dégommer, tes « élites ». Mondialisation oblige.


                • moebius 13 décembre 2009 21:06

                   excellent article, ma belle mére m’a encore pris la téte a propos de mon fils qui serait mal éduqué et tout ...Je voudrai bien la voir , elle dans cette situation qu’elle ne peut end absolument pas comprendre...quant à mon beau frére , je ne sais pas ce qui m’empéche de lui coller mon poing dans la figure . C’est pas parce que monsieur a une situation enviable dans la banque qu’il doit se permettre de faire la morale à tout le monde et quant à ma soeur qui ne fait rien qu’a prendre sa défense chaque fois que j’ai l’outrecuidance d’’émettre une critique dans sa maniére déplorable d’élever sa fille je ...


                  • moebius 13 décembre 2009 21:09

                     plancher des vaches ... je suis de tout coeur avec vous je connai un requin sympa et complétement mondialisé qui pourra éventuellement faire l’affaire mais il est trés cher.....


                    • Radix Radix 13 décembre 2009 23:05

                      Bonjour Philvite

                      La solution ? Expliquer, calmement, sans s’énerver, sans injurier et toujours avec humour !

                      Radix


                      • PhilVite PhilVite 14 décembre 2009 01:38

                        Radix,
                        Expliquer, pour la phase 1, certes, mais à un moment donné, il va bien falloir agir, non ?
                        Ou alors, pensez-vous encore que des élections puissent infléchir substantiellement l’ordre des choses ? Pour ma part je n’y crois plus. Les choix qui nous sont laissés entre deux familles politiques sont un pur leurre. Blanc bonnet et bonnet blanc. Personne, parmi ces gens-là, ne saura mettre le coup de volant nécessaire.


                      • BA 13 décembre 2009 23:23

                        Aux Etats-Unis, la dette publique a dépassé le plafond maximal autorisé par la loi.

                        Dimanche 13 décembre 2009, la dette publique des Etats-Unis est de  :

                        12 104 215 476 878 dollars.

                        Vous avez bien lu  : 12 104 milliards de dollars.

                         

                        http://usdeficit.com/


                        • Salsabil 13 décembre 2009 23:39

                          La dette publiques des USA...

                          Plus proches de nous, la Grèce, l’Espagne, l’Italie, et...la France !

                          Quand les digues vont céder, ça risque de faire très mal.


                        • Blé 14 décembre 2009 06:47

                          Quand les digues vont céder, ça risque de faire très mal.
                          1°) Le risque n’est pas le même pour tous. Les élites de notre cher pays s’en tireront sans problème.
                          2°) n’est-ce pas le but rechercher par ces mêmes élites afin d’enterrer une bonne fois pour toute a)le programme du C N R, ce gros furoncle qui gêne tant l’économie à l’anglo-saxonne, b) la République et ses valeurs !


                          • titi 14 décembre 2009 10:09

                            Quel rapport entre le programme du CNR et l’économie anglo saxonne....

                            Le fait est que quand on dépense plus qu’on n’a à sa disposition on s’endette.

                            Les USA s’endettent pour payer la plus grosse armée du monde.
                            La France s’endette pour payer la CMU à des gens qui lui chient dessus, en application du programme du CNR.

                            Lorsqu’on aura fini de rire, à qui sera-t-il plus facile de demander des comptes ? A qui pourra-t-on plus facilement demander le remboursement ?
                            A la nation qui aligne 12 portes-avions et controle toutes les voies de communication, ou à l’autre ?




                          • fwed fwed 14 décembre 2009 12:55

                            @ titi

                            votre commentaire me laisse l’impression que vous n’avez pas bien compris que l’économie anglosaxonne a pour but de concentrer le pouvoir entre quelques mains privées. C’est celà qui va à l’encontre du programme du CNR qui est plus axé pour un vrai pouvoir démocratique càd « du, par et pour le peuple ».

                            La clef de voute de ce monopole privé est la création monétaire (ce que vous exprimez par la dangereuse simplification de l’endettement)

                            Cordialement

                            http://wiki.societal.org/tiki-index.php?page=Accueil


                          • ZEN ZEN 14 décembre 2009 10:13

                            Et si les banquiers revenaient à leur métier
                            Non, je rêve..

                            -« Qui est responsable ? Les banques, évidemment, qui ont oublié que le coeur de leur métier était d’évaluer les risques, et qui, pis encore, les ont transférés à d’autres. Mais les pouvoirs publics également : ils ont conduit des politiques à courte vue, et, surtout, ils ont été des régulateurs déficients.
                            « Qui est coupable ? En arrière-fond, c’est un modèle idéologique, libéral et anglo-saxon qui a failli. On ne peut impunément se préoccuper exclusivement du profit à court terme. » Voilà ce qu’écrivent Matthieu Pigasse et Gilles Finchelstein .

                            -Il faut que le métier de banquier redevienne ce qu’il était : ennuyeux...(- Making Banking Boring).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès