Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Borloo se paye notre tête

Borloo se paye notre tête

Les chiffres, on leur fait dire n’importe quoi !

Avec près de 430 000 mises en chantier et près de 565 000 permis de construire ces douze derniers mois, 2006 est l’année des records de la construction en France.

Voilà ce qu’ose vendre le ministre du Logement et de l’incohérence sociale.

Dans l’esbroufe et dans la démagogie, on fait rarement mieux, sauf si on parle d’abus sur personnes (nous) simples d’esprit. Et bien entendu, sur ceux qui ont un toit au-dessus de leur crâne.

Bien sûr tout est dans l’art et dans la manière de présenter les chiffres ; parmi les cerveaux sublunaires qui sont les nôtres, très peu de personnes savent que ces deux données ne peuvent pas être cumulées.

Car la seule réalité qu’on puisse prendre en compte, ce sont les mises en chantier, et encore !

Ceci ne signifie nullement que ce nombre soit égal aux logements sortis de terre, le ministre fait mine d’oublier qu’au moins dix-huit à vingt mois sont nécessaires entre le début et la fin des travaux, sans compter sur les tracasseries administratives, les modifications et les refus purs et simples de permis de construire. Cerise sur le gâteau, ces mises en chantier peuvent aussi concerner des modifications sur des logements qui existent déjà. Donc notre ministre ne nous dit pas tout sur les coins, les recoins et les plis et les replis de sa loi et des son action. Si action il y a véritablement, bien entendu.



Il faut ajouter d’autres nuances à l’œuvre titanesque du ministre aux cheveux en bataille, le compte-gouttes est de rigueur pour ce qui concerne les constructions de logements neufs ou les réhabilitations des logements impropres à l’habitation, autrement dit les locaux insalubres et ceux qu’on croyait disparus à tout jamais depuis l’Hiver 54, les fameux taudis.

Pour répondre aux besoins de la population on ne peut pas faire pire. Il faut se demander comment et de quelle façon ceux qui ont un revenu modeste, voire pas de revenu du tout, vont accéder aux logements sociaux ; le ministre doit nous dire où ils sont, ces logements, au lieu de nous baratiner avec la fable selon laquelle les logements sociaux ont doublé au cours des dernières cinq années. Certes ils ont doublé, mais le nombre d’avant n’était pas grand-chose, alors...

 

Borloo nous dit qu’en 2006 et selon ses propres chiffres (ceux du ministère), plus ou moins 100 000 logements sociaux ont été construits, et le tour de force sera d’en construire 120 000 par an.

Petite devinette : comment loger tout de suite, pour ne pas dire hier, 1,4 million de demandeurs de logement sociaux, à la vitesse actuelle de construction ? Quand ce 1,4 million de demandeurs auront-ils tous un toit ? En quelle année ?

Pas avant 2018 ! Alors, ce qui existe déjà et qui est neuf aujourd’hui, il faudra le réhabiliter à cette époque, ce qui immanquablement fera surgir du chapeau du magicien de service d’autres nouveaux demandeurs de logement social. Rebelote.

 

Le tour de passe-passe est dans la qualification de logement social. Ces 100 000 logements annoncés incluent en réalité pour un bon tiers (37 000) les habitations à loyer dit intermédiaire, qui répondent aux critères fixés par la loi Borloo. En clair, un propriétaire qui achète ou fait construire un logement destiné à la location bénéficie d’avantages financiers, à condition de ne pas dépasser un certain seuil pour le loyer.

Par exemple, pour la région parisienne, ce seuil est fixé à 15,91 euros le m² (hors charges), ce qui fait environ 800 euros mensuels un deux pièces de 50 m². Permettez-moi de dire qu’on est franchement loin du social !


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (151 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • (---.---.229.236) 9 janvier 2007 10:43

    Il y a beaucoups trop de logement sociaux, uniquement pour répondre à l’afflus d’immigrés (la population française est stable).

    Si on ne laisse pas les immigrés souffrir dans la rue, pourquoi voulez vous qu’ils arretent de venir chez nous ?

    Par ailleur c’est une stimulation pour toute la population.


    • LE CHAT LE CHAT 9 janvier 2007 10:59

      t’es pas trôle du tout ! il y a pénurie de logement sociaux et comme c’est la loi de l’offre et de la demande , tout le monde trinque avec la spirale spéculative ! smiley

      l’auteur a raison , Borloo ne parle pas de la face immergée de l’iceberg , car malgré ses chiffres records , quel % de logements sociaux ? se loger en région parisienne ou ici dans les bdr devient de plus en plus onéreux smiley


    • Bandabassotti Bandabassotti 9 janvier 2007 12:14

      Bonjour

      Chacun est libre de penser et croire ce que bon lui semble, mais à condition d’étayer un minimum ses propres affirmations.

      C’est ce que je temande de faire pour l’affirmation suivante. Je te Cite : <>

      Or s’il y avait « beaucoup trop de logements sociaux » comment se fait que certains de nos concitoyes prennent sur eux la responsabilité d’ actions illégales et de parsemer le territoire de tentes et montrer en stygmatisant que le problème du logement est un vrai problème.

      D’où tiens tu l’autre affirmations qui laisse entendre que cette situation est due à l’afflux d’immigrés ? Tu ignores certainement que 76% de démandeurs de logements sont des Français ! Et d’ailleurs en quoi ça changerait le donne si dans les démandeurs de logement il y a des étrangers ? Le problème resterait car ce qui manque sont les logements et un français ou un étanger à la rue ne change pas grand chose aux termes de la problématique.

      Dois-je comprendre que si on arrive à loger « tous les Français » le manque cronique de logements disparaîtrait comme par enchantaement ?

      Ou encore plus précisement il faudrait avoir une approche un peu plus idéntitaire du problème ? Après la soupe au cochon qui se fout de la dignité humaine on va passer à la soupe selon les papiers ? Pareil raisonnement pour ce qui concerne le logement.


    • (---.---.129.154) 9 janvier 2007 14:49

      Mais,il faut dire aussi où l’on retrouve les immigrés lorsque les caméras de télé osent les suivre. Il faut prendre acte que ces faits prouvent au rétablissement de l’esclavage en France ; avec tous les moyens financiers qui suivent cette pégre . http://agoravox.fr/smileys/en_colere.png http://agoravox.fr/smileys/en_colere.png Alors, entre les personnes qui ont « bon coeur » et les esclavagistes ,il semble y avoir une collusion étrange mais explicable.


    • (---.---.129.154) 9 janvier 2007 14:52

      Il faudrait peut-être se pencher sur la raison qui est derrière tout ces faits !!


    • jlouis (---.---.224.201) 9 janvier 2007 15:45

      Pour la soupe au cochon, heureusement qu’ils sont la, ma religion ne m’autorise pas a manger autre chose que du cochon... smiley

      C’est une boutade bien sur, mais cette histoire religieuse qui s’occupe de ce que tu dois mettre dans ton assiette, ne serait ce pas aussi une forme d’intolerance ? Et surtout vraiment mineur par rapport au probleme que rencontre qqun qui creve de faim ? D’ailleurs pour pallier au probleme, il existe aussi des associations juives ou musulmanes qui servent la soupe cachere ou hallal, ce qui est tout a fait louable aussi. Ces associations carritatives ne font pourtant pas l’objet de scandale.


    • seb59 (---.---.180.194) 9 janvier 2007 15:52

      @ jlouis

      tout a fait, bientot il va falloir s’excuser de manger du porc ou de feter noel.

      Si une association musulmane ou juive decide de n’aider que sa communauté, cela ne choque personne !

      Nos journalismes et politiques sont vraiment des taches.


    • (---.---.39.143) 9 janvier 2007 16:00

      @ Bandabassotti :

      « 76% de démandeurs de logements sont des Français ! Et d’ailleurs en quoi ça changerait le donne si dans les démandeurs de logement il y a des étrangers ? »

      Français, ça veut plus dire grand chose étant donnée la masse de naturalisations qui a eu lieu ces vingt dernières années.

      Donc, poussons les murs pour loger l’Afrique !


    • Tibo (---.---.148.49) 9 janvier 2007 16:15

      (IP:xxx.x33.229.236) se plaint du trop grand nombre d’immigrés sans le logement social et l’auteur de l’article lui répond que « 76% de demandeurs de logements sont des Français ».

      Les deux arguments ne sont pas incompatibles, bien au contraire. Il se trouve que pour des raisons de critères d’attribution, notamment le nombre d’enfants à charge, les logements sociaux sont attribués plus facilement à des immigrés, ceux-ci ayant une famille plus nombreuse, ce qui laisse un plus grand nombre de familles françaises sur la carreau.

      Je parle d’expérience et sans aucun a priori raciste ( mon épouse est africaine et nous avons des enfants métis).

      Un autre problème concomitant est l’étendue des droits accordés aux immigrés clandestins : AME (couverture santé réservée aux sans papiers et supérieure à la CMU), réduction pour les transports en commun (RATP, SNCF ...) et maintenant la cantine gratuite dans certaines villes. J’en passe et des meilleurs.

      Il paraît logique que quelqu’un qui va s’établir dans un autre pays que le sien subvienne à ses besoins par ses propres moyens. Heureusement que les conditions du regroupement familial ont été (un peu) durcies depuis cette année car il était possible auparavant pour un immigré n’ayant pas de ressources suffisantes (hors aides sociales) de faire venir femme(s !) et enfants, gagnant ainsi de nouveaux droits.

      Si les Français savaient le nombre d’enfants ainsi « prêtés » à des immigrés par leur famille véritable pour servir de pompe à aides, ce serait un immense scandale ; je parle de cas que je connais personnellement.

      Enfin, la France est en tête des demandes d’asiles (60 000 par an). 15 000 demandes environs étant couronnées de succès, il faut bien loger les 45 000 personnes déboutées, dont très peu sont expulsées, et encore ce chiffre ne tient pas compte de tous les enfants accompagnants.

      Année après année, ce sont des centaines de milliers de logements qui sont ainsi attribués à des personnes arrivées en France de fraîche date, ce qui finit même par scandaliser les immigrés plus anciens. J’ai reçu ainsi de nombreux témoignages en ce sens suite à l’affaire de Cachan où des immigrés de la veille ont eu un logement avant des demandeurs, français ou étrangers, qui attendent depuis des années.

      L’aveuglement des bobos et autres bonnes conscience risque de mener la France à sa disparition en tant que peuple et civilisation. L’afflux massif d’immigrés extra-européen et leur non-assimilation aura dans un proche avenir des conséquences irrémédiables. Cela n’ira pas sans de graves troubles le jour où les Français se réveilleront. Vu ma situation familiale, je vois mal comment je pourrai choisir mon camp. Il ne me restera plus qu’à émigrer à mon tour ...


    • seb59 (---.---.180.194) 9 janvier 2007 16:37

      @ Bandabassott

      Pourquoi aider les francais en premier avant les etrangers ?

      Parce qu’ici c’est la france, que les infrastructures, les aides, les administrations etc... sont faites pour servir EN PRIORITE les francais et ceux qui payent les impots.

      La france , ca n’est pas un paradis ou une minorité paie pour tout le reste du monde.

      Quand on aura deja resolu le probleme de logement de tous les francais (sdf ou salariés, car eux aussi doivent payer leur logement, parfois tres cher) , on y verra plus clair.


    • (---.---.143.32) 9 janvier 2007 16:44

      « Les chiffres sont aux analystes ce que les lampadaires sont aux ivrognes, ils fournissent bien plus un appui qu’un éclairage »


    • (---.---.143.32) 9 janvier 2007 16:52

      Borloo, avant de se lancer en politique était un avocat d’affaire qui travaillait en équipe avec Bernard Tapie. Il lui rabattait les bonnes affaires pour se partager les bénéfices.


    • Tibo (---.---.148.49) 9 janvier 2007 16:52

      Je suis entièrement d’accord avec ce dernier commentaire. Mon épouse est africaine, prochainement naturalisée française, mais elle n’a jamais demandé d’aides particulières et a, depuis son arrivée en France, toujours travaillé pour subvenir à ses besoins ... Je ne parle même pas des démarches liées au contrat d’intégration qu’elle a signé, alors qu’il n’est pas obligatoire (ce qui est un comble !).

      Messieurs les béni-oui-oui, que dois-je lui répondre quand, croisant dans la rue ceux que les Africains eux-mêmes appellent des « broussards », nous dirions « ploucs » ou « bouseux », dont les chances d’intégration sont à peu près égales à zéro, elle me demande pourquoi, et je la cite, « on ne fait pas un tri dans les consulats » ? Les Pays-bas, qui étant un petit pays, subissent ultra-violemment une immigration incontrôlée commencent à le faire. A bon entendeur, salut !


    • Bandabassotti Bandabassotti 9 janvier 2007 17:37

      Bonjour

      Je m’adresse à toi par paresse mais en réalité à tous les intervenants car dans ton post il y a un concentré de questions et de réponses.

      Mon CV est on ne peut pas plus clair et sans fausse modestie je peux dire que moi et ma famille representons la France. Nous sommes un aperçu de la France réelle.

      Prémièrement je suis un Français naturalisé, ma femme avant d’être italienne était espagnole issue de la première genération d’émigrants espagnols en France. Donc sa culture est Française car elle à fait ses étude au pays de Voltaire. Mes enfants dont 2 nés en Italie ont acquis la nationalité française, le dernier est né en France et il est Français. Mais ce n’est pas ça l’important, le plus important c’est que moi, immigré, je suis devenu un fonctionnaire de cette République et qui plus est je travaille dans un Office Public d’HLM. Or pour ceux qui ne savent pas ce que HLM veut dire je leur rafraîchirais la mêmemoire H= habitations L= loyer M= moderé. Habitation à Loyer Modéré qui à remplacé les LBM ou Loyer à Bon Barché d’avant guerre. C’est un peu d’histoire et un petit rappel.

      L’acronyme HLM est un fourre tout qui englobe des logements pour les revenus les plus modestes, voire pour des concitoyens qui n’ont pas de revenu du tout, en passant par des situations intermédiaires jusqu’à des logements dont les loyers peuvent dépasser 2,3,4, fois le SMIC. Donc la palette de l’offre est en principe plutôt vaste, diverse et variée.

      Ici et là j’entends blabalter sue n’importe quoi et n’importe comment. Certains « identitaires » à la petite semaine imbus de leur francitude de gens de souche frustrés, n’ont aucune idée de comment fonctionne l’atribution d’un logement social( terme inexact) mais d’un logement HLM pour être plus précis.

      L’obtention d’un logement HLM ne se peut pass faire, ni concevoir sans que des commission ad hos statuent et assignent un logement à ceux qui en ont fait la demande.

      Et ce sur la base d’un numéro départemental sans lequel rien serait possible. Ce numéro est à la disposition des possibilité de logement de tous les bailleurs sociaux présents sur le territoire de la commune, du département.

      Donc avant de fantasmer sur des prétendus passe droit des étrangers il faut se renseigner de comment ça peut fonctionner une attribution. Autre fantasme aberrant, pour avoir un logement HLM il faut au minimum avoir des papiers en règle et être entré légalement sur le territoire. Donc le cadre des attribution se restreint sensiblement.

      Autre chose que personne n’est pas censé connaître forcément, est que le parc HLM existant date des années 60 et 70 et il est passablement dégradé. Ce parc locatif commence tout juste à être ammorti car les prèts ont été contractés sur une durée comprise entre 35 et 45 ans. J’ajoute sur cette infos que les bâtiments ayant benéficié de rénovations et de réhabilitations en profondeur ne sont pas de masse, ceci pour souligner le fait que pas mal de mogements,les bâtiments qui vont avec et avec eux les quartiers, sont plus que vétustes, insalubres et bourrés d’amiante pour certains. Ce qu’on sait moins est que des centaines , des miliiers de logements vraiment bas de gamme, sont vides, les anciens occupants, ceux qui ont pu partir l’ont fait et continuent à le faire. La France, par contre et avec elle les de souche frustrés,ignorent que ceux qui restent sont pour la grande majorité de Français qui ont des revenus quasiment inexistants. Certes il y a aussi des étrangers mais il s’agit d’êtrangers qui sont arrivés ici dans les années 50/60 et 70 et qui ont toujours travaillé et cotisé et dont les enfants sont Français au ...chômage dépuis quelques lustres desormais.

      Donc je ne vois pas pourquoi on doit stygmatiser des gens qui ne sont pas responsables directement de leur situation. Il va de soi que dans ces quetiers délabrés personne veut y aller.

      Le problème des mal logés et des SDF et des Sans Abri est la résultante d’une politique ultralibérale qui préfère le profit individuel et individualiste et se moque éperdument d’un minimum de juste partage.

      Comme j’évoquais plus haut l’Etat à préféré construire des logements « sociaux » haut de gamme et de bon standing pour des revenus de cadres moyens et hauts, les mêmes qui au but d’un certain temps tout en payant un loyer (modéré) de 1500 euros, ont les moyens d’acceder à la proporiété. Le cadre n’est pas flateur car je ne crois pas qu’un salarié qui gagne le SMIC puisse se permettre de payer un tel loyer, résultat des courses, le bas et le très bas de gamme est vacant et le haut de gamme aussi. Pendant ce temps les tentes rouges poussent comme des champignons.

      Je pourrais aller encore plus loin avec la gabégie du Sinistre du Logement avec ses maison à 100 000 euros( 659 000 anciens francs tout de même !)


    • seb59 (---.---.180.194) 9 janvier 2007 17:56

      @ l’auteur

      j’aime bcp l’exemple que vous donnez du naturalisé !

      Un italien devenu francais, avec une femme espagnole, des enfants naturalisé (jusque là tout va bien), qui se permet de dire qu’il represente « la vraie france » (ca va les chevilles ?), que les « francais de souche » sont des frustrés alors que son salaire de « fonctionnaire dans les hlm » est justement payé par les francais.

      Sachez Monsieur, que bon nombre de francais qui ont un travail, un salaire correct, qui payent leurs impots, ont eux aussi des problemes pour trouver un logement à un prix decent, souvant dans le privé, car ils n’ont pas accès aux logements sociaux.

      Je suis sur que vu votre position et votre travail, une politique « tres sociale » vous arrange, et que vous n’avez pas eu trop de mal à trouver un logement interessant.


    • Bandabassotti Bandabassotti 9 janvier 2007 22:28

      Bonjour

      L’exemple vaut ce qu’il vaut et chacun l’interprète comme bon lui semble, à condition bien entendu de savoir lire et d’être suffisamment futé, je dirais intelligent, au point d’être en mésure de savoir lire et d’un interpréter un texe !

      Sans faire injure à votre instruction, à défaut d’intelligence, je vous fais remarquer que entre representer la « vraie France » et dire que nous somme un aperçu de la France réelle il y a une différence abyssale que seulement une certaine catégorie de gens frustrées peuvent confondre. Je ne gaspillerais pas le bout de mes doigts à vous donner des expilcations que vous aurez du mal a comprendre, mais si ça peut vous conforter, merci mes chevilles vont très bien !

      Passons maintenant aux choses un peu plus serieuses et faison une petite autopsie de vos mécanismes d’analyse politique, sociale et économique.

      Là encore vous n’avez pas saisi le sens de ma contributions quand je parle de « Français frustrés » et qui d’ailleurs me conforte dans mon idée qu’il y a bien de Français frustrés qui se croient des révolutionnaires en adhérant aux théses du F.N. (qui dit tout haut ce que les atres pensent tout bas), jusque là c’est de bonne guerre ! Hélas ! là ou la chose se complique, est quand vous abordez d’un air entendu mon statut de fonctionnaire et ma paye ! Pour votre gouverne, avant d’être fonctionnaire, j’ai travaillé plus de 20 ans dans le bâtiment comme ouvrier, donc je ne suis pas né fonctionnaire ni venu en France pour l’être. J’ai tout simplement passé un concours et j’ai été admis. J’ai tente ma chance. Ce qui me met la puce à l’oreille concernant votre frustration est qu’apparemment vous n’avez pas de tonnes d’arguments pour contrecarrer ni mon article, ni mon commentaire successif. Tout ce que vous avez à dire est sur ma « francité » de pacotille, sur mon salaire et sur le fait que je suis fonctionnaire. Je n’attandais ni moins ni plus.

      La je vais vous terrasser avec le coup du lapin. Je suis marxiste ! Oui Monsieur !

      Mais les affirmations qui suivent font de vous un petit Français typiquement BBR, berret, baguette, rouge( le litron) .

      Voilà ce que vous affirmez sur mon compte sans même pas me connaître. Je vous cite

      Sachez Monsieur, que bon nombre de francais qui ont un travail, un salaire correct, qui payent leurs impots, ont eux aussi des problemes pour trouver un logement à un prix decent, souvant dans le privé, car ils n’ont pas accès aux logements sociaux. Je suis sur que vu votre position et votre travail, une politique « tres sociale » vous arrange, et que vous n’avez pas eu trop de mal à trouver un logement interessant.

      C’est exactement ce que je dis dans mon post, il faut aussi comprendre ce qu’on lit, sinon c’est pas la peine. Et là rebelotte, on en revient à ma fonction et à ma pretendue facilité à trouver un logement. Sachez Monsieur que ma position ne me donne pas de droits particuliers et le loyer que je paye represente la moitié de mon salaire car heureusement je peux encore me permettre de me payer le luxe d’un logement tranquille, contrairement à pas mal de gens Français ou étrangers que se retrouvent dans l’obligation de prendre ce qui est proposé et rien d’autre. Dans des quartiers pourris, dans des bâtiments pourris. Un logement qui était justement vacant depuis deux ans car trop chér et un logement "social, même de gamme moyenne haute, coûte plus chère quand il est vacant que quand il est occupé et ce coût se répercute sur tous les contribuables.

      Petite infos supplemeantaire je paye mon loyer 760 euros par mois et ma paye est de 1300 euros. Content ? On orgasme ?

      Concernant la « politique sociale », sachez qu’il y en pas ! mais pas du tout ! Les vrais Français fantasment sur un eldorado qui n’existe pas.

      Merci pour votre contribution qui ne fait pas avancer le débat, car sur les deux pages de mon commentaire vous n’avez été capable que de l’enrichir d’invectives. Continuez comme ça et votez Le Pen.

      Bien à vous et au plaisir de vous lire


    • Bandabassotti Bandabassotti 9 janvier 2007 22:41

      Bonjour

      L’intolèrance est un cercle vicieux, j’ai fait l’exemple de la soupe au cochon pour une raison simple en partant d’un constat encore plus simple.

      On discrimine en fonction de sa réligion, or la stupidité d’un telle démarche fait en sorte que si quelcun qui a faim et s’approche de la marmite avec un accent on finira par lui demander ses papiers (toujours si il en a en sa possession)Suivant cette logique et portant des exemples qui ont en commun la même démarche stupide et idiote qu’il y a des organisations musulmanes et juives qui donnent de la soupe sans cochon, on finira immancablement par aller toujours plus loin dans cette pratique. Aujourd’hui c’est la réligion, démain l’appartenance politique, la couleur de la peau. Puis viendra le tour de discriminer en fonction des revenus, puis en fonction des quarties de sang, puis en fonction de son état de santé etc.. Cette situation c’est déjà produite, il paraît que la leçon n’a servi à rien.


    • parkway (---.---.18.161) 10 janvier 2007 09:38

      le chat ne répond pas à adolphos sceptique !

      tu perds ton temps !


    • parkway (---.---.18.161) 10 janvier 2007 09:39

      a bandassotti,

      ne répondez pas à (IP:xxx.x33.229.236) le 9 janvier 2007 à 10H43 , c’est adolphos, un troll un peu débile...


    • seb59 (---.---.180.194) 10 janvier 2007 09:42

      @ l’auteur

      Vous montrez le discours classique qui a defaut d’arguments porte des jugements sur l’intelligence et les connaissances de votre interlocuteur.

      Quand aux sous entendus sur les opignions racistes de vos contradicteurs sachez que moi aussi je suis lié à une personne venant d’une famille d’immigrés.

      Pourtant ceux ci ont bien compris qu’on ne peut accueillir et loger tout le monde. Vous semblez en etre moins convaincu.

      Je ne me fait pas d’illusions, nous ne serons pas d’accord vous et moi de toute facon. Mais n’oubliez pas que jamais l’etat (je dirais meme un etat) n’a aidé autant les personnes avec des revenus modestes, sans revenus, ou etrangers : logement, rmi, aides diverses, couvertures medicales.

      Qui fait mieux que la france ? Le logement social a un cout, surtout quand un nombre toujours croissant de ses beneficiaires n’ont pas de revenus. Il faut bien financer ces logements. Et avec quel argent ?

      Des quartiers pourris ? Ceci est surtout du aux habitants non ? Pour des raisons de cout les grands ensembles sont plus rentables que des milliers de maisons individuelles. C’est moche, mais c’est comme cela. Ces ensembles ou ses quartiers sont rehabilités periodiquement, j’en ai l’exemple dans ma region. Pourtant ceux ci sont degradés par leurs habitants...

      alors oui, ca devient « pourri ».

      Mais je n’ai pas changé d’avis : priorité aux personnes francaises ou payants des impots en france, aux personnes ayant un revenu en rappport avec les criteres hlm (qu’il faut peut etre revoir). Cela n’est pas du racisme, c’est prendre le probleme par le debut, plutot qu’affirmer qu’on va aider tout le monde, et fournir un logement de qualité à chaque demandeur. (pour l’anecdote, j’ai été choqué par un sdf qui affirmait à la tv :« si on me donne un logement je quitte les campements, mais si c’est pour aller dans un centre ou une asso, c’est non » ; les logements gratuits moi aussi j’en veux).


    • parkway (---.---.18.161) 10 janvier 2007 09:46

      tibo,

      ok dac ! mais quand même tes mots « L’aveuglement des bobos et autres bonnes conscience », ne devraient-il pas être remplacés par « nos chers politiques et autres financiers » ?

      parce que qui décide de tout ça ? ce ne sont pas les « braves gens » qui ne font que subir...


    • Bandabassotti Bandabassotti 10 janvier 2007 13:27

      Bonjour Je vais bien entendu vous répondre point par point

      « Vous montrez le discours classique qui a défaut d’arguments porte des jugements sur l’intelligence et les connaissances de votre interlocuteur ».

      C’est bien possible ! Mon interlocuteur n’avait qu’à s’en tenir aux termes de l’article et pas s’en prendre à moi personnellement en me reprochant mon appartenance à ce pays, mon salaire, des prétendus privilèges dus à ma position de fonctionnaire. Oui, je porte un jugement sur l’intelligence de mon interlocuteur car, ce dernier n’a rien apporté de plus au débat. Horsmis l’invective, le soupçon, la stigmatisation et une bonne dose de mauvais foi. En plus de n’avoir pas compris, ni saisi l’essence du débat lui même . Ce ne sont pas les critiques qui me font peur, mais j’ai horreur de la stupidité.

      « Quand aux sous entendus sur les opinions racistes de vos contradicteurs sachez que moi aussi je suis lié à une personne venant d’une famille d’immigrés. Pourtant ceux ci ont bien compris qu’on ne peut accueillir et loger tout le monde. Vous semblez en etre moins convaincu. »

      Mais il n’y a pas de sous entendus concernant les opinions raciste, d’ailleurs je n’utilise pas ce mot, mais celui de frustrés. Mot qui convient le mieux pour désigner une frange de la population Française, car j’associe le mot racisme, à des mouvement idéologiques de type existentialiste qui occultent sciemment, tout en faisant levier sur le facteur économique qui enduit aux pratiques racistes et à leur exploitation sans en expliquer pour autant les raisons. Car il n’y a pas de vrais raison. Donc je préfère le mot frustré. On peut faire encore plus simple, pour être raciste selon l’imaginaire collectif il suffit de ne pas aimer son voisin de palier (français) parce que il a un accent du sud-ouest. C’est idiot certes mais c’est la définition la plus proche du racisme bête et aveugle, donc stupide et pas intelligent.

      A moi personnellement les formules pré-machées, prédigérées et pré pensées fournie en kit clés en mains ne me satisfent pas. Je peux comprendre que la formule « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » fasse rêver et couler des océans d’encre. Comme dirait l’autre, ça se discute. Et heureusement ! Effectivement je ne suis pas convaincu ni de la valeur de la formule, ni de la mise en pratique des moyens pour y parvenir. Déjà il faudra se poser la question sur le pourquoi un jour on décide d’émigrer. Il se trouve que dans certains pays le seuil de tolérance est dépassé, on ne peut plus survivre, je dis bien survivre, tout est mieux et plus supportable à n’importe quelle condition ailleurs que de mourir de faim chez soi. Il n’y a pas d’honneur. Le seul fait d’avoir un robinet qui crache de l’eau plombée ici en France est toujours mieux que de se taper plusieurs Kilomètres par jour pour ce procure un liquide vital que nous autres on n’utiliserait même pas pour laver nos voitures. La cause primaire de l’immigration est la paupérisation des 4/6 de l’Humanité. Une autre raison, et, de cette raison personne n’en parle, mais il faut savoir que il y a une demande d’immigration, ou plus précisément une demande de main d’œuvre étrangère, qui elle à la grande qualité de ne pas rechigner à la tache, de ne pas se plaindre et de fournir un rapport productivité- rentabilité qui ne serait pas possible avec des travailleurs bien de chez nous. J’arrête là mais les raisons de l’immigration ne sont pas celles aux quelles le politiquement correct nous habitue tous les jours. Si vous le voulez bien on y reviendra pour développer ultérieurement ce volet.

      « Je ne me fait pas d’illusions, nous ne serons pas d’accord vous et moi de toute façon. Mais n’oubliez pas que jamais l’état (je dirais même un état) n’a aidé autant les personnes avec des revenus modestes, sans revenus, ou étrangers : logement, rmi, aides diverses, couvertures médicales. Qui fait mieux que la France ? »

      Mais moi je ne cherche pas a être d’accord, ou en désaccord, j’ai simplement procédé à un état des lieux sur une situation que je vis au quotidien de par mon travail. Les discours franchouillards du type « qui fait mieux que la France ? » n’ont pas de prise car il s’agit de ce qui n’est pas fait. Or, le qui fait mieux que la France, est démenti par les faits intangibles que dans notre pays il y a, selon les dernière estimations, entre 1.4 et 1.9 millions de demandes de logement en attente, pour une population résidente sur le sol Français de 7 millions de personnes si on prend en compte seulement ceux qui ont un revenu égal ou inférieur au seuil de pauvreté, 650 euros, (RMI, ASSEDIC et autres allocations). Cette somme de 7 millions devient presque le double, 13 millions, si on prend en compte tous ceux qui ont un revenu équivalent au SMIC, donc une fourchette comprise entre les 650 et 1200 euros par mois. Donc le « qui fait mieux que la France »laisse le temps qu’il trouve car on assiste à une progression de la paupérisation, même en ayant un travail et des revenus corrects. Alors il faut aller chercher les causes des problèmes du logement ailleurs, la crise du logement n’est pas une cause de la paupérisation mais un des effets . Maintenant il faut trouver la cause de la paupérisation qui elle n’est pas non plus une cause mais un effet du chômage de masse et de la précarisation de l’emploi. A partir de ces bases on peut commencer à y voir un peu plus clair. Là aussi si vous le voulez bien , on pourrait développer cet aspect ultérieurement et plus sereinement.

      « Le logement social a un coût, surtout quand un nombre toujours croissant de ses bénéficiaires n’ont pas de revenus. Il faut bien financer ces logements. Et avec quel argent ? »

      Bien sûr ! le mètre cube du clos et du couvert (jargon HLM) à un coût, ce coût est financé par les impôts, or, plus il y a de gens au travail, plus l’impôt à de chances d’entrer dans les caisses de l’Etat.. Utilisons les mots selon le sens qu’il ont dans la réalité. Pourquoi parler de « bénéficiaires ? » on est bénéficiaire une fois qu’on occupe le logement pas avant ! On bénéfice d’un logement aux termes de la Loi et pas à la tête du client. Et selon la règle du premier arrivé du premier servi, autrement dit la liste d’attente qui fait fois et qui garantit un minimum de démocratie, et en suite sur la base des revenus. Il me semble logique que quelqu’un qui est en grande détresse ait lui aussi le droit de se loger. Pour ceux qui sont des cas désespérés il y a des associations qui se portent garantes et qui permettent une accession au logement social un peu plus rapide car des quotas pour les cas difficiles sont prévus. Je suis étonné du fait que ce sujet attise les passions sans pour autant savoir de quoi on parle exactement. La composition moyenne d’un « immeuble social » dans un quartier de logements sociaux est en moyenne la suivante entre 30 et 40% de femmes seules avec enfants à charge , entre 15 et 20% de personnes âgées avec une pension minimale, entre 15 et 20% de jeunes au chômage, quelques étudiants entre 2 et 5% de personnes handicapées dont une part importante de cas relevènt de la psychiatrie, le reste ce sont des gens « normaux et des familles normales ». Avant de me tancer et de me faire dire ce que je ‘ai pas dit , cette réalité n’est pas uniforme sur le territoire mais, bel et bien concentrée dans ce que j’appelle les quartier pourris et le logements pourris qui semblent vous froisser. J’y viens

      « Des quartiers pourris ? Ceci est surtout du aux habitants non ? Pour des raisons de coût les grands ensembles sont plus rentables que des milliers de maisons individuelles. C’est moche, mais c’est comme cela. Ces ensembles ou ses quartiers sont réhabilites périodiquement, j’en ai l’exemple dans ma région. Pourtant ceux ci sont dégradés par leurs habitants... »

      Certes la dégradation est due en partie à certains habitants, mais pas à tous, donc ne stigmatisons pas et ne nourrissons pas les clichés et les lieux communs. La notion de rentabilité dans le domaine du service public n’a pas tout simplement de sens. En plus il faut savoir comment ont été construits ces bâtiments à une certaine époque. Pas d’isolation phonique, pas de volets, pas de lumière du jour dans les cages d’escaliers, des immeubles totalement déshumanisés avec plusieurs dizaines de logements par entrée. Curieusement les dégradations on commencé avec l’avent du chômage et les attroupement dans les halls. N e pas confondre dégradation et vétusté, la plus part de ces logements et de ces immeubles son vétustes. Autre chose que le commun des mortel ne connaît pas forcément, les HLM ne sont tous pas de OFFICES PUBLIQUES , il y a des HLM qui sont la propriété de bailleurs sociaux privés et ce sont ces derniers qui sont les plus délabrés car eux n’ont pas les obligations d’un Office Publique et leurs barèmes de réhabilitation ne sont pas ceux imposés aux Offices Publiques. Ces bailleurs privés, peuvent entrer dans un optique de rentabilité et trier leurs locataires. Ces établissements ont des prestations minimales, souvent pas de gardiens d’immeuble, des équipe de nettoyage appartenant à des société privées avec des prix du privé.

      Autre chose il y a une différence substantielle entre une Réhabilitation et une Rénovation et la notion de « périodiquement » est de l’ordre de 20 ans. Ce qui en termes plus clairs, une simple rénovation peut très bien se dérouler sur plusieurs années, une année on remplace les lavabos, une autre année on pose les volets, une autre année les cuvettes WC et ainsi de suite, car tous ces équipements ont une durée de vie pré établie qui va de pair avec les temps d’amortissement des emprunts.

      Une Réhabilitation ne peut pas être périodique car comme son nom l’indique on réhabilite un habitat dans son intégralité en genéral il s’agit d’une remise aux normes sur des équipement comme l’électricité, la plomberie, les sols, le chauffage, les façades, les espaces verts, les sous-sols. Et cette réhabilitation ne peut qu’intervenir qu’une fois dans la vie d’un immeuble ou un groupe d’immeuble et le tout dépend d’une enveloppe décidé et budgétisée plusieurs années à l’avance, ce qui revient à dire que plusieurs gouvernements peuvent se succéder et chaque gouvernement peut ajouter ou enlever de l’argent à cette enveloppe , Des quartiers pourris ? Ceci est surtout du aux habitants non ? Pour des raisons de coût les grands ensembles sont plus rentables que des milliers de maisons individuelles. C’est moche, mais c’est comme cela. Ces ensembles ou ses quartiers sont réhabilites périodiquement, j’en ai l’exemple dans ma région. Pourtant ceux ci sont dégradés par leurs habitants... voir carrément stopper le projet

      « Mais je n’ai pas changé d’avis : priorité aux personnes francaises ou payants des impots en france, aux personnes ayant un revenu en rappport avec les criteres hlm (qu’il faut peut etre revoir). Cela n’est pas du racisme, c’est prendre le probleme par le debut, plutot qu’affirmer qu’on va aider tout le monde, et fournir un logement de qualité à chaque demandeur. (pour l’anecdote, j’ai été choqué par un sdf qui affirmait à la tv :« si on me donne un logement je quitte les campements, mais si c’est pour aller dans un centre ou une asso, c’est non » ; les logements gratuits moi aussi j’en veux). »

      Je crois qu’il y a là un léger problème et une conséquent confusion des genres, toute proportions gardées, bien entendu. Les personnes payant un impôts en France, s’appellent les contribuables imposables et le fisc ne fait pas différence entre un contribuable imposable Français de souche, un Français naturalisé et un étranger. Du moment qu’il y a un revenu imposable les différence s’estompent. A votre charge de m’expliquer ce que ça veut dire avoir un revenu en rapport avec les critères HLM , quand l’offre de logement de type HLM est on ne peut pas plus varié et comme j’ai dit et je le répète , un loyer HLM peut varier d’un coefficient de 1 à 5 selon la taille du logement. Du simple studio au T7 en passant par tous les barèmes de confort pour un logement de même taille. On peut avoir un différence de prix du simple au quadruple pour de logements de même taille. Ca dépend d’une foule de critères, ce n’est pas si simple qu’en en a l’air. Le noyau de notre débat est sur la destination et sur la qualité des logements que le Ministre Borloo se targue d’avoir mis sur le marché, on est loin du logement social dont tout le monde a une idée qui ne correspond pas à la réalité, car cette réalité est multiple. L’ossature de mon article dit clairement que les logements dont parle le ministre ne correspondent pas à la réalité du moment, car il exclu de fait les couches las plus démunies de la population. Donc il ne s’agit pas de logements gratuits, je n’ai jamais dit une chose pareille. Il me semble normal que un personne normalement constitué préfère quitter une tente pour aller dans un vrai logement, où vous avez entendu que le logement était gratuit ?


    • Briseur d’idoles (---.---.168.63) 9 janvier 2007 11:28

      Tout d’abord, il a nom qui sonne bien...

      comme Waterloo...

      C’est une tête ce Jean-Louis, du reste il fut un temps beaucoup apprécié du président Chirac, pour son rôle de bouffon ?

      Béatrice Shoënberg (une intellectuelle de la télé !), l’a pris du reste comme mari...


      • NaSH (---.---.149.214) 9 janvier 2007 12:13

        Il n’y a pas pénuerie de logement sociaux..

        il y a trop de monde qui ne devrait pas y avoir droit, qui en ont.Il n’est pas rare d’y trouver des personnes seules ayant des revenu > a 1200 €. Je connais personellement plusieurs dont c’est le cas.

        Je suis démago ? pourtant la définition meme du logement social est de permettre la mixité. Mais il faut voir la façon dont on a arrangé la mixité ! Il s’agit de mettre dans les memes immeubles des personnes ayant des revenus differents ! Et de regrouper ces immeubles.

        Au lieu de repartir les immeubles sociaux un peu partout, et de l’interdire purement et simplement a ceux qui ont de quoi mettre au moins 1/3 de leur salaire dans leur loyer.

        De plus , pourquoi les loyer sont ils indexé sur le cout de la construction et de la vente des bien ??

        A raison de 2 à 3% par an, et d’une inflation de 0.5 a 1% par an, au bout de 10ans, le propriétaire a largement de quoi rembourser son credit qui lui, ne bouge pas !! au détriment du locataire qui se saigne ! On en voit la conséquence aujoud’hui.

        L’augmentation des loyers devrait etre indéxé sur l’inflation ! et non sur un calcul de l’Insee que personne ne connait, et qui sert d’augmentation MINIMALE au lieu de maximale pour toute les agences de location !


        • NaSH (---.---.149.214) 9 janvier 2007 12:15

          l’augmentation maximale autorisée des loyers :

          http://www.insee.fr/fr/indicateur/indice_loyer/indice_loyer.asp


        • (---.---.143.32) 9 janvier 2007 17:01

          Je me suis laissé dire, il y a déjà quelques années, que si on laissait des gens « aisés » dans les logements sociaux moyennant un supplément de loyer, c’était pour encaisser un peu d’argent pour payer l’entretient des bâtiments. ça vaut ce que ça vaut, mais « on » l’a dit. Maintenant, à chacun de voir...


        • Friniace (---.---.155.129) 9 janvier 2007 13:26

          Le message de font est très et nous sommes heureusement de plus en plus nombreux à nous en être rendu compte. Le style est un peu brouillon mais la suincérité est vraiment présente. Continuons pour faire plus de bruit sur ce sujet.

          Merci.


          • Depi Depi 9 janvier 2007 14:30

            J’ai un peu de mal à comprendre l’intérêt de l’article, surtout pour la première partie.

            Si on prend en compte depuis 2000 le nombre de permis de construire délivrés (on entend par là le nombre de logements autorisés). On arrive à 538 000 au 1er mai 2006 (qui comprend les 12 derniers mois précédent mai).

            Donc en parallèle avec les chiffres depuis 2000 :

            - 330 469 en 2000
            - 213 777 en 2001
            - 327 399 en 2002
            - 376 968 en 2003
            - 480 754 en 2004
            - 511 723 en 2005

            Même en considérant que les chiffres sont trafiqués et indiqués à la hausse, la progression est toutefois notable.

            En ce qui concerne la mise en chantier, on note également une accélération de cette dernière.

            - 308 396 en 2000
            - 307 711 en 2001
            - 310 586 en 2002
            - 314 364 en 2003
            - 362 887 en 2004
            - 410 188 en 2005

            De plus au 1er mai 2006, sur les 12 derniers mois, on compte plus de 422 000 mises en chantier.

            On peut trouver de nombreux chiffres sur le site logement du gouvernement. Notamment en ce qui concerne la réhabilitation de logements insalubres par l’Anah.

            De plus, pour 800€ par mois perso je veux bien un 50m² à Paris. Le plafond de 15.91€ est peut-être un peu haut pour un logement social mais il est à relativier par rapport au prix moyen au mètre carré pour un logement « normal » dont la fourchette est plus entre 18 et 25m²..


            • xav (---.---.16.250) 9 janvier 2007 15:26

              L’article rappelle, a mon sens, simplement que les chiffres doivent être pris pour ce qu’ils annoncent.

              530 000 permis de construire = 530 000 autorisations de constructions. Ce n’est pas 530 000 nouveaux logements, mais 530 000 autorisations de constructions (ca inclut par exemple garage, piscine, élévation de toiture pour améliorer la hauteur du grenier, ou meme ajouter un étage).

              Par ailleurs 530000 permis de construire, ca ne signifie pas que les 530000 « constructions » verront le jour. Annulation de travaux, modification de destination impliquant de redemander le permis, invalidation par oubli d’un point technique, etc...

              Les mises en chantier signifient un début de travaux. Pas l’accomplissement des travaux. On pourra par exemple penser à certains immeubles de la couronne parisienne, abandonnés pendant des années en cours de construction. Pourtant les mises en chantier ont eu lieu. Et ont été comptabilisées. Maintenant, la poursuite des travaux (comme à Vitry sur seine, sur la 305) nécessite des permis de construire ... comptabilisés aussi.

              Donc on a des chiffres qui annoncent des droits à travaux sur « on ne sait pas quoi » (aménagement de logements existants, création de nouveaux logements, réhabilitations de logements, mais aussi toute construction immobilière à destination autre que le logement) et des débuts de travaux sur « on ne sait pas quoi ».

              Pourtant, Borloo étant ministre de la cohésion sociale ... et le sujet à la mode étant le logement « des pauvres », on laisse entendre, ou du moins supposer, que cela correspond à pleins de nouveaux LOGEMENTS !!! Ce qui est bien sûr ... faux.


            • Depi Depi 9 janvier 2007 15:37

              Puisque vous le désirez, vous avez encore de nombreux chiffres beaucoup plus détaillés ici.

              Dans son intervention, Borloo a parlé de constructions, il n’a pas dit on a mis en chantier 538 000 logements sociaux en chantier. Donc oui, on prend les chiffres pour ce qu’ils sont et pas pour ce qu’ils ne sont pas


            • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 9 janvier 2007 16:12

              C’est vrai qu’après le déficit notoire laissé par le gouvernement Jospin en ce domaine les chiffres semblent démesurés, voir amplifiés, mais ils sont vérifiables.

              « Le socialisme est au social ce que l’islamisme est à l’islam » une idéologie.


            • xav (---.---.16.250) 9 janvier 2007 16:33

              Il faut replacer ses déclarations dans le contexte, et l’absence de critique médiatique sur le « discours » des chiffres eux mêmes.

              Reprenons les chiffres que vous nous donnez.

              - 564974 logements avec création de surface (attention, l’aménagement des compbles d’une maison EST une création de surface)

              - 428727 déclarés commencés.

              140 000 de ces surfaces sont donc hypothétiques à l’heure actuelle. Elles apparaitront en partie dans les « déclarés commencés » du mois de décembre.

              Sur ces autorisations,
              - 207081 (184277 commencés) en individuels purs -> ne concerne pas le logement social, ni le Borloo populaire, ni le Robien (les ASL sont en individuels groupés ou en collectifs suivant la nature des travaux)
              - 72149 (50008) en individuels groupés, donc lotissement, y compris borloo populaire ou robien sous forme de maison.
              - 259049 (175267) en collectifs (immeubles en copropriétés)

              Les déclarations :

              Borloo (Ministre du Logement) nous annonce 570000 permis, 430000 mises en chantier (Données de l’Equipement).

              Le problème, en fait, c’est qu’il ne précise pas que le second est partie du premier (les permis dont les travaux ont commencés). Pour le commun, ces deux chiffres s’additionnent ! C’est une erreur, mais Borloo ou les journaux auraient dû préciser.

              Vu le contexte (Borloo, plan de cohésion, loi sur le logement social, DAL opposable dont on parle), l’annonce par le ministre du logement fait figure de « logements a tendance sociale en construction cette année ». C’est toujours faux. Mais la relation se fait lorsque ni le ministre ni la presse ne précise le contexte des chiffres.

              Il fallait comprendre dans les déclarations de Borloo :
              - 430000 surfaces (et non logement) en cours de construction sur 570000 autorisées.
              - 184000 pour des surfaces individuelles (maison hors lotissement)
              - 50000 sur les lotissements DONT en partie des Borloo, robien, ...
              - 175000 sur les immeubles DONT en partie des logements sociaux et des Borloo, Robien ...
              - que c’était une annonce en terme de CONSTRUCTION DE SURFACE, et pas de CONSTRUCTION DE LOGEMENTS.

              Bref comprendre que Borloo annoncait les résultats du ministère de l’Equipement, et non du sien.


            • RilaX (---.---.223.153) 9 janvier 2007 17:35

              Il faut aussi un permis de construire pour faire une piscine ou un barbecue en dur ...


            • (---.---.16.250) 10 janvier 2007 10:19

              @Rilax

              Oui il faut un permis de construire pour une piscine. Mais ce n’est alors pas un permis avec construction de surface... donc cela n’entre pas dans les chiffres cités par Borloo, et complétés par le lien de Depi.

              @bateleur : Il est vrai que durant la période Jospin, les constructions n’ont pas été aussi forte. Mais il est vrai que le système Robien (qui permet de défiscaliser un logement sans qu’il soit réserver au domaine social, ce qui était le cas du système Besson précédent) a donné un coup de boost au collectif individuel et au collectif. Vous noterez d’ailleurs que ces deux secteurs progressent plus que l’individuel pur.

              Il faut voir aussi que le boom immobilier depuis 6 ans induit une forte demande d’investisseurs (j’entends spéculateur ?) sur des logements neufs dont la valeur progresse à un rythme annuel de 10 à 15%. On sait aussi qu’il est plus facile de revendre un appartement qu’une maison, c’est donc naturellement vers les « collectifs » que se tournent ces investisseurs. Vous n’avez qu’à regarder en région parisienne le nombre de projet pour investisseurs (annoncant des taux de retour de 6% net innaccessibles, d’ailleurs) qui croît de manière vertigineuse depuis 3 ans, et vous le mettrez en rapport avec la hausse des permis.

              Encore une fois, ces chiffres ne sont pas contestables, et ne sont pas contestés. C’est la présentation par celui qui n’est pas en charge de ce dossier qui est contestable, parce qu’elle induit un biais dans la compréhension de ces chiffres. Bref c’est la méthode.

              Que penseriez vous d’un ministre de la justice annoncant les bons résultats de sa politique sur le taux d’arrestation en lieu et place du ministre de l’intérieur ? Naivement, les gens comprennent « il a fait du bon boulot » alors que ce n’est ni lui ni son équipe qui travaille sur le sujet.


            • Christophe Christophe 9 janvier 2007 14:59

              Cette manipulation ne m’étonne pas.

              Fin décembre Borloo a également fait preuve de manipulation de chiffres pour faire croire que le chômage a baissé, pour passer à 8,7% alors qu’il ne s’agit que de la 1ère catégorie (sur 8) de chômeurs inscrits à l’ANPE. Le chômage réel touche plus de 20% de la population active.

              Ce pavanage pour les chiffres a l’entrée de la période électorale est pittoyable et commence à devenir une caractéristique de ce candidat au poste de 1er ministre...


              • Depi Depi 9 janvier 2007 15:18

                Comme tous les hommes politiques depuis.. Pfiou smiley


              • Fred (---.---.155.75) 10 janvier 2007 15:20

                ca montre au moins une tendance. Croyez vous que le gouvernement de Jospin indiquait les bons chiffres ? C’est la meme chose, tous les hommes politiques mentent sur le chiffre reel du chomage ; nous ne pouvons constater que la tendance generale.


              • (---.---.224.201) 9 janvier 2007 15:34

                Bravo a l’auteur pour l’article !

                On demande au ministre ou ils sont les logements sociaux ? Facile : un bon nombre est occupe par des familles dont les revenus sont devenus stable et qui n’aurait jamais acces aux HLM si ils venaient a faire une demande aujourd’hui. Autrement dit, certaines familles francaises aux revenus aise ont le privilege de squatter les HLM alors que tant de pauvres restent dans les fils d’attente ! Bien sur, le chiffre n’est pas communique par les HLM qui s’en garde bien pour ne pas se priver de voix lors des prochaines elections.

                Les lois soit disante « sociales » sont faites pour dissuader les francais a louer leurs appartements vides ce qui a pour effet de diminuer l’offre et donc d’elever les prix sur les locataires actuels, excluant une certaine partie des francais dans la rue ! Ces lois, bonne en theorie sur le papier, ont des consequences desastreuses dans la realite : aulieu de devoir mettre dehors les locataires indelicats, les proprietaires preferent ne pas les prendre du tout ! Donc, on ne vire plus les locataires, mais on ne leur interdit de fait l’acces a un appartement ce qui est encore pire. On cree l’injustice sur ceux qui ont un maigre salaire mais qui arrivent a respecter les appartements et s’arranger pour payer leur loyer en temps et en heure. Ces pauvres qui veulent vraiment s’en sortir avaient encore une chance d’etre loge, mais aujourd’hui, ils sont definitivement exclus !

                Quant au permis de construire, il n’est pas necessaire d’etre signe par un professionnel de la construction (l’architecte) tant que la surface n’excede pas 170 m2. En realite, une grande partie de ces permis d’amateurs vont directement au panier parce que menant sur des projets de constructions voues a l’echec. Si les lois imposaient la signature de l’architecte pour ces petits permis, les choses iraient probablement plus vites, evitant des pertes d’argents et de temps aux proprietaires. Idem des mises en chantiers non suivi ! Les assureurs ne veulent meme plus donner des assurances dommage ouvrage car un chantier sur trois va a l’echec... En meme temps, c’est toute une profession qui pourrait etre rehabilitee. Les francais sont ceux en Europe qui font le moins appel a l’architecte.

                Donc : soyons plus liberaux sur le marche des locations et respectueux des droits du proprietaire, mais moins sur les projets particuliers de construction... On sauvera de l’argent et la beaute de nos villes et villages qui ont encore une reputation a tenir dans le monde.


                • Helios (---.---.134.46) 10 janvier 2007 02:16

                  Au vu du prix exhorbitant qu’ils demandent, il ne faut pas s’en etonner !


                • JIPI (---.---.193.89) 9 janvier 2007 15:54

                  1 LA GAUCHE N A PAS FAIT MIEUX MAIS PIRE EN MATIERE DE LOGEMENT SOCIAL

                  2 LA MAJORITE DES LOGEMENTS SOCIAUX SONT EFFECTIVEMENT OCCUPES PAR DES FAMILLES ISSUES DE L IMMIGRATION QUI ELLES NE RENCONTRENT QUE PEU DE DIFFICULTES POUR SE LOGER

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès