Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bouygues à l’Élysée ou le culot d’un prétendant (...)

Bouygues à l’Élysée ou le culot d’un prétendant opportuniste

Le 2 mars 2014, le PDG de Bouygues Telecom Martin Bouygues est venu plaider sa cause auprès d’Arnaud Montebourg et de Fleur Pellerin pour le rachat de l’opérateur SFR, déjà convoité par Numericable. Un déplacement qui ne manque pas de culot, et plutôt mal placé. Car l’opérateur ne s’est pas vraiment distingué ces dernières années en matière de patriotisme économique et voudrait maintenant qu’on lui accorde la fiancée qu’il n’a rien fait pour mériter.

Après examen des bons et loyaux services de l’opérateur à l’économie française, nous ne cesserons pas de nous étonner : c’est bien un comble que le Gouvernement ait consenti à prêter l’oreille à ce que l’on peut bien appeler un opportunisme sans vergogne.

Ce n’est pas Bouygues Telecom qui viendra rappeler comment il a fait si peu de cas de l’industrie française ces dernières années. Prenons donc la peine de le faire pour lui. Il saute aux yeux qu’au moment de choisir ses fournisseurs et ses sous-traitants, l’opérateur ne s’est guère embarrassé de patriotisme. C’est simple, c’est tout bonnement l’ensemble de la chaîne de ses réseaux qui a été confié à des industriels étrangers.

Bouygues Telecom : le chantre du « NOT made in France »

Résumons : pour sa box, Bouygues Telecom a eu recours au coréen Samsung, pour son réseau ADSL au chinois Huawei, pour son cœur de réseau mobile au chinois Huawei et suédois Ericsson et pour sa plateforme mobile au japonais NTT Docomo. C’est ce qu’on appelle un opérateur « made in Asia ».

Autant de marchés qui auraient pu être confiés à des acteurs français tels qu’Alcatel, technicolor, SagemCom et les entreprises associées. Plusieurs milliards d’euros dont l’économie française ne profitera pas et qui ne seront jamais convertis en emplois. Martin Bouygues a beau jeu d’évoquer la casse sociale que représenterait le rapprochement SFR-Numericable, lui qui dès qu’il en avait l’occasion délocalisait ses activités sans inclure un seul instant la file des chômeurs pointant à Pôle Emploi dans ses calculs.

Les actionnaires toujours gagnants

La logique prévalant à ses calculs ? Toujours la même : essentiellement actionnariale. S’il fallait autant délocaliser et rogner sur les coûts, c’était pour satisfaire les actionnaires et rien d’autre. Le versement des dividendes de ces 6 dernières années en atteste : 3 milliards d’euros. À cela s’ajoutent les 3,2 milliards générés par les cessions d’actifs. Ce flot de cash façon caverne d’Ali Baba n’a pu se faire qu’au détriment des investissements.

Là encore, un examen attentif des comptes de résultat révèle que le montant des investissements est systématiquement inférieur à 15 % du chiffre d’affaires. C’est moitié moins que ce que les grands opérateurs de télécom réinjectent dans leur business pour rester en pointe sur les innovations technologiques de demain.

Maintenant, Martin Bouygues se permet de venir fanfaronner au Gouvernement pour convaincre de sa légitimité en tant que potentiel repreneur. Il vaut mieux en rire qu’en pleurer. Gageons que les ministres concernés s’accorderont un moment de détente euphorique avant d’expédier cet indésirable et de considérer avec sérieux l’avenir des télécoms français. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Luc le Raz Luc le Raz 5 mars 2014 12:40

    I’ve got soul but I’m not a soldier" Comme il l’avoue dans sa pub, ça parait évident que Bouygues ne se battra pas pour défendre le net français. En plus, nous dire qu’il a une âme.... de rentier peut être ? smiley


    • Pixie 5 mars 2014 17:57

      Bravo pour ce travail de désinformation. La réalité est bien différente, un opérateur made in asia ? 80 à 90% du parc de box est Technicolor et Sagemcom. Le réseau de transmission (DWDM et routeurs) est en majeur partie Alcatel !

      Je ne savais pas que ces entreprises étaient devenues asiatiques...

      Concernant les dividendes, plus de 23% des actionnaires sont des employés du groupe, je conçois qu’il est vraiment scandaleux pour un DG, de redistribuer un peu de cash à ses employés. Martin Bouygues devrait prendre exemple sur Xavier Niel, lui au moins garde les 2/3 du gâteau pour lui, le reste pour sa garde rapprochée. Aucun intérêt d’en faire profiter ses employés.

      • Pierre Régnier Pierre Régnier 5 mars 2014 21:36

        "L’opérateur ne s’est pas vraiment distingué ces dernières années en matière de patriotisme économique" dit l’article.

        Pourquoi Bouygues se gènerait-il et devrait-il « manquer de culot » ?

        Les gouvernants de droite et "de gauche« ne se sont pas vraiment distingués en matière de patriotisme tout court et de simple esprit démocratique lorsqu’ils ont fait cadeau à Bouygues - « le mieux disant culturel » ! - de la première chaîne de télévision payée depuis ses origines par les télespectateurs.

        SANS MÊME LEUR DEMANDER PAR RÉFÉRENDUM S’ILS ÉTAIENT D’ACCORD !


        • zygzornifle zygzornifle 6 mars 2014 15:39

          Combien de pot de vin ou d’enveloppe ?


          • diverna diverna 23 mars 2014 21:30

            Je pense que la question n’est pas de savoir quels 3 opérateurs en France. Ces questions vont devoir se régler à l’échelle du continent et je crains que les français s’épuisent entre eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Dragan


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès