Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > BPM et BI : ça vous parle ?

BPM et BI : ça vous parle ?

Dans le domaine de l’informatique de gestion et de l’aide à la décision, les buzzwords naissent régulièrement au rythme des solutions fournies par les éditeurs, et avec la bienveillante complicité de la presse spécialisée. L’objectif affiché est de résumer une technologie, une solution, en un acronyme accrocheur. Propulser grâce au marketing une technologie actuelle au rang d’ « innovation révolutionnaire ». En bref, faire du neuf avec des concepts déjà bien connus.

Aujourd’hui, la mode est à l’amélioration de la performance. Les entreprises visent l’efficacité (atteindre les objectifs), mieux, l’efficience (atteindre les objectifs, tout en maitrisant les ressources nécessaires pour y parvenir). Le système d’information étant le système nerveux de l’entreprise, sont adaptation est donc nécessaire, afin qu’il puisse être le révélateur de ses orientations stratégiques.

La mise en place d’un système d’amélioration de la performance nécessite, selon toute évidence, des outils et des méthodes. Ainsi, derrière des acronymes abscons motivés par des stratégies markéting, (BPM, EPM, SPM, CPM...) se cachent pourtant une approche intelligence de la gestion de l’information au sein de l’organisation.

La gestion de la performance de l’entreprise

Non contents d’être spécialistes des outils, les principaux éditeurs de solutions d’informatique décisionnelle (business intelligence) se présentent depuis quelques années comme des spécialistes de la performance d’entreprise. Chez hyperion, l’on utilise le terme de BPM (Business Performance management), tandis que chez le grand rival Cognos, l’on parlera de CPM (Corporate Performance Management). CorVu opte pour l’EPM (Entreprise Performance Management), tandis que l’éditeur SAS ne jure que par la SPM (Strategic Performance Management).

Quelque soient les termes qui la désignent, l’enjeu de la gestion de la performance d’entreprise est analytique. Il s’agit de traduire et de mettre en place des indicateurs de performance, afin de surveiller les processus clé de l’entreprise. Il s’agit en outre de modéliser et d’optimiser les règles de gestion de l’entreprise et de gérer différents rôles et workflow au sein de l’organisation.

Ainsi, un tel système doit principalement :

- S’appliquer à différents domaines fonctionnels de l’entreprise : la gestion de la clientèle, de la production, des ressources humaines, de la finance ; Il s’agit par exemple dans ce dernier cas, de conduire un processus de planification ou d’élaboration budgétaire efficace qui respecte les délais, gère de multiples utilisateurs et un workflow.

- Offrir une interface à des utilisateurs fonctionnels, afin de les alerter lorsque les indicateurs dépassent ou sont en deçà des niveaux prévus.

La mise en place de ces systèmes de gestion de la performance relève dans la majorité des cas des responsables financiers, du fait de leur statut de principal fournisseur d’informations financière et de gestion. Ainsi, ce système s’adresse particulièrement aux gestionnaires et aux décideurs.

Il faut néanmoins pour pourvoir mener ces analyses, concevoir et intégrer une architecture technologique appropriée. C’est le rôle des outils BI (Business Intelligence). Gestion de la performance d’entreprise et informatique décisionnelle sont donc complémentaires. Mieux, l’on peut dire que la BI est le bras armé du BPM (et son principal fournisseur de données).

La BI se définit comme un ensemble d’outils et de techniques qui utilisent les informations générées par l’entreprise afin de faciliter la prise de décision et permettent de :

- Réaliser des analyses complexes sur les données de l’entreprise sans pour autant impacter le système opérationnel.

- Editer des rapports représentant une situation présente ou des anticipations, comparer les valeurs des indicateurs au fil du temps, avoir une vision synthétique, mais également détaillée des indicateurs clés, afin de corriger l’activité.

Ainsi, la BI est focalisée sur les données et constituée d’outils qui s’adressent autant à des analystes, qu’à des utilisateurs. La mise en place d’outils BI est donc réalisée dans une optique de BPM, dans le prolongement des objectifs stratégiques d’amélioration de la performance, déterminés par l’entreprise.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès