Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Economie > Bulle Asiatique ?

Bulle Asiatique ?

Le stimulus Chinois commencerait-il à avoir un impact positif sur la consommation intérieure Chinoise ? L’industrie nationale semble en tout cas répondre par l’affirmative puisque, et pour la première fois en neuf mois, elle renoue avec des valeurs expansionnistes avec un indice dépassant les 50. L’interdépendance des économies, les baisses de régime des productions Asiatiques faisant écho à la consommation anémique Occidentale sont certes des phénomènes acquis.

Peut-on néanmoins affirmer que l’Asie semble se découpler des économies Occidentales ? Cette région donne manifestement des signaux en ce sens. De fait, une dynamique intra-Asiatique consistant en une reprise du commerce au sein même de certains pays de la région semble se développer. L’Asie volera tout prochainement de ses propres ailes, ce qui est bon pour elle n’étant plus forcément bon pour l’Occident...

Dans ce contexte, c’est - à tout seigneur tout honneur - la Chine qui, avec ses 2’000 milliards de dollars de réserves, impose sa loi et qui commence à perdre patience vis-à-vis des Etats-Unis. Non, les Chinois ne vendront pas - ne serait-ce qu’une infime partie - de leurs immenses stocks en Bons du Trésor Américains. Oui, les Chinois sont tout aussi préoccupés que nous Occidentaux par la stabilité du système financier global. Toutefois, les Chinois, heureux propriétaires de 40 milliards de dollars de nouvelles réserves tous les mois, ont sensiblement modifié leurs comportements en investissant leur pactole dans des matières premières comme les Métaux et dans des voies leur favorisant accès et exploitation de ressources naturelles comme l’eau ou le pétrole et ce au détriment des instruments obligataires et financiers.

En fait, les Chinois prévoient une accélération prochaine des pressions inflationnistes provoquées par les politiques hyper expansionnistes de la grande majorité des pays Occidentaux. Les avertissements émis régulièrement par les autorités Chinoises ont pourtant été clairs : Pourquoi en effet investir dans de l’obligataire condamné à se déprécier si les Gouvernements Occidentaux attisent à grands renforts les feux inflationnistes ? "Certaines erreurs de politique monétaire commises par des Banques Centrales majeures sont susceptibles de ramener les risques inflationnistes dans le monde entier", tel est le message délivré il y a peu par la Banque Centrale Chinoise dans son rapport trimestriel. Encore plus explicite : " Les mesures non conventionnelles comme les baisses de taux quantitatives risquent d’accélérer les dévaluations de certaines devises majeures"... En clair : les autorités Chinoises ont la hantise de subir des pertes colossales sur des investissements en Bons US qui se dévaloriseraient très substantiellement du fait de l’effet conjugué de la baisse du billet vert et, surtout, de hausses de taux US inévitables dès lors que les Etats-Unis auraient à se battre contre l’inflation dans le cadre de leur sortie de crise.

Bref, les baisses de taux quantitatives - pourtant seule et unique arme encore en main de l’Occident et capable de mettre de l’huile dans des rouages sévèrement grippés - n’enthousiasment guère la Chine elle-même accusée par un certain nombre d’analystes de " dissonance cognitive". Ses gigantesques réserves monétaires ne sont-elles pas presque entièrement redevables à une politique de promotion à outrance de ses exportations par un Yuan sous-évalué ? En réalité, la surchauffe de son économie menace la Chine, tout comme l’inflation importée du reste. La croissance du crédit y a explosé à la faveur des stimuli et autres mesures favorisant les prêts : la Masse Monétaire Chinoise a ainsi progressé de 25% en un an !

Ces mesures stimulatoires très généreuses se traduiraient effectivement bien plus par la formation d’une nouvelle bulle que par une promotion constructive du marché de l’emploi national. Deux chiffres : L’Index boursier des marchés émergents est en hausse de plus de 52% depuis Mars 2009 et la Bourse de Shanghai a progressé de 50% depuis Novembre 2008 !
 


Sur le même thème

Un retour sur la crise financière de 2008. A quand la prochaine bulle financière ?
Prospective mondiale : L’Allemagne, du Frein à la Croissance de l’Europe à une grave Rechute de l’Economie mondiale à l’horizon 2015-2017
Comment le dollar, l’euro, la livre sterling, le yen et le pétrole ont sauvé le monde depuis 2008 ? Les Quantitative Easing Policies ou la « manne monétaire » de l’Occident
Comment l’euro, la livre sterling, le yen et le pétrole ont redressé l’économie occidentale et mondiale depuis la crise de 2008 ? Les vertus de la création monétaire ex nihilo
Du « Droit de Seigneuriage » des Rois du Moyen-Âge au « Droit » des Puissances Occidentales (États-Unis, Europe, Japon) sur le Reste du Monde


Les réactions les plus appréciées

  • Par manusan (---.---.---.85) 11 mai 2009 16:25

    En 2 ans la bourse chinoise se casse la gueule de 75% pour remonter à 50 depuis novembre. Le tout sous très très forte progression d’investissement d’hedge fund dissimuler en investissements directs pour dire que tout va bien, le monde se rabat sur la Chine.

    Si la bulle immobilière a crevé dans 4,5 grandes villes (Beijing, Guandzhou, Shenzhen, Shanghai), dans les autres villes on est à un ratio prix de vente / prix de location supérieur à 450 (soit le même que Shenzhen juste avant la crise). quand on dépasse 250, on dit qu’on est en bulle.

    Et bien non tout ne va pas bien, les salaires de la classe moyenne (fonctionnaires en première ligne) ont ... baissé. le plan de relance n’est un fait qu’un politique de grands travaux (-50% pour la corruption) pour « occuper » les ouvriers du bâtiment, majoritairement Mingong. Les gens qui gagnait de bon salaires (commerciaux export, bon ingénieur) soit autour de 500,600 euro, sont aujourd’hui descendu à 300 euro. de l’aveu même des resto et bar du centre ville où je reside (6 millions d’habitants), la fréquentation a baissé de 40%, quand aux hôtels, ils sont vides.

    plan de relance coutant 15% du PIB sur 2 ans, non pris sur la fameuse réserve à 2000 milliards (bloquée au strates ne attendant l’inflation du $), soit 6.5% par ans pour une croissance à ... +6.1%, bref, du 0% structurelle avec une inertie de +10% l’année précédente, ce n’est pas bon signe.

    bref un plan en attendant la reprise de la consommation US, comme si tout allait revenir dans l’ordre. Si l’occident parle de la crise de 29, là ça ressemble plutôt à la crise japonaise fin 80, c’est à dire : exportation à outrance, grosse réserve, crise US, pas de consommation intérieure, plan de relance sur plan de relance pour finalement arriver à plus de 100% de dette en 10 ans alors que les compte étaient vert foncé au départ. Je rappelle au passage le plan suggéré de 35% du PIB par le PCC il y a quelques mois (qui sait dans 1 ans et demi ?), ce qui ferait le pays passerait de 20% de dette à 70% en à peine 4,5 ans dans le scénario le plus mauvais, sans parler de la réserve qui s’effondrerai dans le même temps avec l’inflation du $, au passage dans les 2000 milliards de réserve, que reste t’il du fond souverain à 200 milliards ouvert juste avant la crise ?

    En fait dans l’immédiat, le problème c’est justement que la Chine ne va pas pouvoir placer son épargne sur le marché mondiale, une contrainte de l’économie mondiale est que le surplus extérieur d’un pays doit être absorbé par le déficit d’un autre, ce qui ferait courir à la Chine et au reste du monde un choc financier et monétaire d’envergure. Je ne parle même pas de la tentation protectionniste des pays riches qui sont la hantise du PCC actuellement.

    On verra si dans 2 ans le pays est vraiment tenu ses promesses en matière de consommation intérieure, mais perso j’y crois pas, les produit de première nécessité continue d’augmenter pendant que les salaires stagnent ou baissent. Je vois plutôt un scénario à la japonaise.

    Plutôt étrange qu’on focalise sur la Chine au moment où l’Inde garde une croissance non négligeable proche de la chinoise, le tout sans plan de relance.

  • Par manusan (---.---.---.144) 12 mai 2009 03:06

    plancher des vaches,

    je vous rassure aggoravox n’est pas censuré, en fait ça dépend du site et aussi du serveur qui héberge. Certains sites pas du tout politique,ne parlant jamais de la Chine sont censurés (ex, www.boulet-corp.com), imaginez c’est comme si on censurait tout les site free ou my space parce qu’un gus avait écrit Tibet libre. Mais depuis quelques mois le réseau Tor fonctionne bien, et permet de passer les barrières très facilement en restant anonyme.

    soft : vidalia bundle

    Ceci dit quand on regarde les médias français de l’étranger concernant ce pays, on se dit finalement que la censure est inutile, les articles traitant de la Chine se résument à 90% à des copier coller de xinhua et du quotidien du peuple, et dans 80% des cas ce sera une information économique (nouveau traité commercial, ....). La censure existe aussi en occident, mais d’une manière plus sournoise, il suffit de noyer la vrai info dans une masse d’inutiles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires