Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > C’est déjà Noël pour les banquiers !

C’est déjà Noël pour les banquiers !

L’Etat français va injecter 10,5 milliards d’euros dans six grandes banques nous annonce Le Monde.

"Concrètement, Le Crédit agricole recevra 3 milliards, BNP Paribas 2,55 milliards, la Société générale 1,7 milliard, Crédit Mutuel 1,2 milliard, les Caisses d’épargne 1,1 milliard et les Banques populaires 950 millions."

Lesdites sommes sont en euros...

Le Monde précise :

"Christine Lagarde a indiqué que l’Etat était prêt à maintenir ce guichet ouvert..."

Wouahhhhhhhh. Finalement l’Etat n’est pas un si mauvais bougre que ça puisqu’il offre une sorte de carte bleue illimitée aux banques !

C’est bien connu, il faut redonner et restaurer la confiance dans un système devenu complètement dingue.

Georges Pauget, président de la Fédération bancaire française (FBF) et patron du Crédit agricole, précise :

"Nous avions posé nos conditions (...). Nous ne voulions pas d’un Etat avec des pouvoirs dans la gestion des établissements."

C’est vrai, tout le monde sait bien que l’Etat est un très mauvais gestionnaire ! Qu’il aboule le pognon et les banquiers sauront le dépenser !

D’ailleurs, Georges Pauget enfonce le clou :

"L’idée du plan est de développer du business. On peut stigmatiser les traders, mais dans cette crise financière, nous, patrons de banques, avons conscience de l’intérêt général et sommes prêts à jouer le jeu du financement de l’économie !"

A quelle émotion !

Surtout lorsqu’il s’agit du président du Crédit agricole qui est, selon Le Point :

"La banque la plus durement frappée par la crise du ’subprime’. Cette crise financière des crédits immobiliers américains à risque lui a coûté 6,5 milliards d’euros depuis un an."

Comme de bien entendu, le personnel du Crédit agricole trinquera :

"Dans ce contexte, l’établissement français a annoncé la réduction de la taille de sa banque d’affaires Calyon. Objectif : économiser 300 millions d’euros d’ici fin 2009. Comme Natixis en mai, qui a supprimé 850 emplois en France, la filiale du Crédit agricole se séparera de 500 employés dans le monde, dont la moitié en France, alors qu’actuellement, 13 000 personnes (4 000 en France) dans 58 pays sont employées par Calyon."

Que c’est beau d’entendre le patron du Crédit agricole associer "conscience" et "intérêt général" en parlant de son métier !

Il aurait tort de s’abstenir puisque la droite écoute ses belles sornettes en laissant aux banquiers une totale liberté d’action !

Documents joints à cet article

C'est déjà Noël pour les banquiers !

Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Cug Cug 22 octobre 2008 13:07

     C’est l’arnaque du siecle ... et vu que ce n’est que le début de la crise, d’ici début 2009 nous allons peut être nous rendre compte que ces sommes colossales n’auront servis à rien.

     La plupart de ceux qui gouvernent en Occident, sous l’influence de l’oligarchie financière anglo-saxonne, quoi que vu l’évolution très rapide de la crise les rats commencent à quitter le navire, tentent desespérement de sauver le système néo-libéral-libre-échangiste et cela au détriment des populations. Mais est ce étonnant ?


    • appoline appoline 23 octobre 2008 13:11

      Quand on voit que la caisse d’épargne continuait à faire joujou alors qu’elle était déjà suspendue par les doigts au dessus du gouffre. Effectivement on peut se poser des questions. La banque pour beaucoup l’endroit où se trouvait le pognon, où est-il donc allé cet argent, puisque l’on pourrait penser que les coffres sont vides, où est passé l’argent des épargnants. Et les frais de gestion, les banques sont-elles prêtes à revoir leurs trains de vie. Des questions simples, dénuées de tout raisonnement économico-financio-subprimo mais banco, noir, impair et ......manque. Qu’ont-il fait de leur richesse.


    • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 13:27

       Mais c’est ça le socialisme (de droite ici), pardon, l’étatisme : prendre aux uns pour en donner (un peu moins, voire beaucoup moins) aux autres. Pardon ? Ah, ça ne va pas dans votre poche ? Rassurez vous, votre tour viendra, aux prochaines élections, mettez vous sagement en rang dans la file d’attente, il y en aura pour tous le monde. Enfin, si ça s’écroule pas avant...



      • sisyphe sisyphe 22 octobre 2008 14:11

        par Le péripate (IP:xxx.x65.139.187) le 22 octobre 2008 à 13H27 				
        				

        								
        				
        					 Mais c’est ça le socialisme (de droite ici), pardon, l’étatisme : prendre aux uns pour en donner (un peu moins, voire beaucoup moins) aux autres.

        Ca, c’est la meilleure !! smiley
        L’état est obligé de prendre à tous, pour donner à ces abrutis de banquiers PRIVES, qui ont foutu l’économie en l’air, par leurs manoeuvres douteuses, leur incompétence, leur avidité, leurs foireuse spéculations ; c’est à dire en respectant terme à terme les principes de l’économie ultralibérale, ces enfoirés exigent qu’on leur file le fric, mais, surtout, sans aucun droit de regard sur ce qu’ils vont en faire (libéralisme oblige), ils foutent des employés à la porte,
        et le néo-nazi libertarien Péripate vient en accuser l’état ! smiley

        Même pas la décence de fermer sa gueule d’imbécile nuisible.
        Pétard, y a vraiment des baffes dans la gueule qui se perdent...

      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 14:32

         Savez vous , camarade Sisyphe, que je vous emmerde, à pied, à cheval, et en voiture.


      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 14:37

         Et ce n’est pas un nabot comme toi qui pourrait me mettre des baffes. Alors, contentes toi d’argumenter, si tu en es capable.


      • Cug Cug 22 octobre 2008 14:49

         Allons restons polis smiley

         Péripate sans l’Etat .... c’est la jungle, n’est ce pas ?


      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 14:59

         Pas si l’état se concentre sur la justice et la sécurité. 
        Et même : imaginez une seconde que le gouvernement, la police, la gendarmerie, les tribunaux, les prisons ainsi que tout l’appareil répressif de l’état s’évanouissent dans l’instant. Est-ce pour autant que vous vous précipiteriez pour assassinez des inconnus gratuitement, violer gaiement et torturer avec délices ? NON.


      • Cug Cug 22 octobre 2008 15:45

         Ben si justement, peut être pas toi ni moi mais certains sans aucun doute.

         Et il n’y a pas que la jungle sociale ou sécuritaire il y a aussi la jungle économique. Après c’est sur l’Etat peut être aussi une dictature faschiste ou autre donc ce qui est important ce sont les personnes au sein de l’Etat et surtout ceux qui le dirrige.


      • sisyphe sisyphe 22 octobre 2008 17:26

        							par Le péripate (IP:xxx.x65.139.187) le 22 octobre 2008 à 14H59 							
        							

        															
        							
        								 imaginez une seconde que le gouvernement, la police, la gendarmerie, les tribunaux, les prisons ainsi que tout l’appareil répressif de l’état s’évanouissent dans l’instant. Est-ce pour autant que vous vous précipiteriez pour assassinez des inconnus gratuitement, violer gaiement et torturer avec délices ? NON.

        Je veux absolument rester courtois, mais ce mec est vraiment gravement malade !

        Il n’y a pas quelqu’un qui le connait, qui peut le mettre en relation avec un psy ?
        Parce que là, y a urgence, quand même !!

      • sisyphe sisyphe 22 octobre 2008 17:38

        							par Cug (IP:xxx.x6.56.242) le 22 octobre 2008 à 15H45 							
        							

        															
        							
        								 Ben si justement, peut être pas toi ni moi mais certains sans aucun doute.

        Et il n’y a pas que la jungle sociale ou sécuritaire il y a aussi la jungle économique. Après c’est sur l’Etat peut être aussi une dictature faschiste ou autre donc ce qui est important ce sont les personnes au sein de l’Etat et surtout ceux qui le dirrige.

        Ce qui me semble plutôt important, c’est que le système de l’état soit réellement démocratique, avec une constitution instaurant de vrais contre-pouvoirs, et une justice totalement indépendante de l’exécutif ; de façon à que la gouvernance soit, justement, à l’abri de dirigeants éventuellement tentés par quelque abus que ce soit

        Une fois de plus, ce ne sont pas les hommes qui sont en cause, mais le système.
         Des hommes commettant des abus, des malversations, des vols, des crimes même, il y en aura toujours ; le tout est que le système les en empêche ; et pour ça, rien de tel qu’une véritable démocratie, dégagée des pressions, des tentations, des compromissions, des soudoiements et des dévoiements des forces de l’argent ; c’est à dire de la mafia du marché. 

        							

      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 18:22

         Un état réellement démocratique.... Oh, on sent que ça lui remplit la bouche, au Sisyphe, dé...mo...cra...tic...ti...tic. On le sent se gonfler les poumons, se hisser sur la pointe des pieds pour vous regarder à la même hauteur, on le devine avec une légère érection. Dé... mo...cra...tic...tic...tic.

        Bon, chiche. C’est quoi, un état réellement démocratique ? Il en connaît un le Sisyphe, d’état réellement démocratique ?
        Ce n’est pas la démocratie représentative, parce que sinon, il dirait pas... un état réellement démocratique.
        Est-ce la démocratie participative ? Dialogue imaginaire : "Qu’est-ce tu fait ce soir ? Eh bien, je participe. Ah bon, et à quoi ? On va décider si il faut sauver les banques, ou pendre les banquiers. . Ah, bon, et bien moi je regarde la StarAc ". Bon, alors ça doit pas être ça.
        C’est peut-être la démocratie populaire. Vous savez, avec le parti, avant-garde éclairée du prolomachin. Ca doit être ça, parce que, Sisyphe, il est drôlement éclairé, lui, lumière à tous les étages, enfin, pas au dernier. 


      • sisyphe sisyphe 22 octobre 2008 18:28

        Dans la parodie, t’es encore un peu juste, pour ton numéro...
        Je te préfère nettement dans le sketch "C’est tout la faute aux méchants nétats, qui z’empêchent les hommes libres d’être libres" ; là, tu peux être carrément désopilant !
         smiley


      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 18:32

         Dommage que tu n’apprécies pas. J’en rie encore, mais, c’est vrai que je suis bon public.


      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 18:36

         Mais s’il y a un sens derrière ton verbiage à la con, n’hésites pas à nous expliquer. Je suis si avide de savoir ce qu’est un état réellement démocratique. .... J’en rie encore. T’es génial Sisyphe.


      • sisyphe sisyphe 22 octobre 2008 19:02

        par Le péripate (IP:xxx.x65.139.187) le 22 octobre 2008 à 18H36 							
        							

        															
        							
        								 Mais s’il y a un sens derrière ton verbiage à la con, n’hésites pas à nous expliquer. Je suis si avide de savoir ce qu’est un état réellement démocratique.

        Pas compliqué, Peripate, je t’aide : tu prends l’inverse exact de ce qu’est la mafia du marché ; à savoir privatisation des bénéfices, socialisation des pertes, puissances financières opaques, incontrolées, dirigeants qui se cooptent entre eux, pas élus, pas représentatifs de personne d’autre qu’eux-mêmes, un système sans lois, et donc sans justice, des paradis fiscaux où transitent l’argent de toutes les magouilles (drogue, armes, spéculation, etc...), la privatisation du vivant, aucun organe de contrôle, de régulation, aucune légalité, loi du plus fort, écrasement des faibles (j’en passe, ce serait trop long)...

        ... donc, l’inverse exact, et tu as une idée de ce qu’est une réelle démocratie ! smiley

        Tu vois, c’est pas compliqué ; ah .. sauf que si, effectivement, pour un esprit formaté, c’est plus difficile...

        Allez, un petit effort, et je suis sûr que tu vas arriver à comprendre... 

        Ne me remercie pas ; pleasure is all mine...
         smiley


      • pas perdus pas perdus 22 octobre 2008 19:14

        C’est le rêve des néo-libéraux. Réduire l’Etat à la justice, la police et l’armée... On voit ce que ça donne actuellement.


      • Moonz 22 octobre 2008 21:29

        > la mafia du marché ; à savoir privatisation des bénéfices, socialisation des pertes
        J’aime bien ta notion de marché qui privatise, t’en as beaucoup d’autres des comme ça ?

        Je passerai sur le reste du message qui n’est qu’un ramassis de sophismes depuis longtemps démontés par les intellectuels libéraux (sauf pour les esprits formatés qui se fichent des écrits de leurs adversaires, mais ça, on y peut rien...)



      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 21:38

         Ah merci, c’est plus clair maintenant.
        Donc, je résume, puisque qu’il suffit de prendre l’inverse : socialisation des bénéfices, privatisations des pertes ; impuissances financières transparentes, hypercontrolées, dirigeants qui se virent entre eux, dirigeants élus, représentatifs de tous le monde sauf d’eux mêmes, un non-système avec des lois et de la justice, des enfers fiscaux d’où s’enfuie l’agent honnête, la nationalisation du vivant, que des organes de contrôle, de réglementation, l’écrasement du plus fort et l’allongement des faibles...

        Non, ce n’est pas vraiment plus clair... Je préfèrerais que ça soit toi qui explique, parce que, tu vois, moi, je suis pas très malin, je fais pas partie de l’avant-garde éclairée, et tout le machin...

        Pour l’Auteur, qui doit aussi faire partie de l’avant-garde éclairée neo-anti-ultra-pas-capitaliste-mais-qui-bouffe-quand-même-les-vilains-produits-de-la-méchante-industrie, tu pourrais pas l’aider un peu le Sisyphe, il arrive pas à dire l’état réellement dé-mo-cra-tic-tic-tic ce que c’est. T’as l’air de dire que la justice et la sécurité, c’est pas bien, alors, c’est quoi qu’est bien, alors ?


      • sisyphe sisyphe 22 octobre 2008 21:47

        							par Moonz (IP:xxx.x61.88.65) le 22 octobre 2008 à 21H29 							
        							

        															
        							 								> la mafia du marché ; à savoir privatisation des bénéfices, socialisation des pertes
        J’aime bien ta notion de marché qui privatise, t’en as beaucoup d’autres des comme ça ?

        Ah !
        Pourquoi ? Le marché serait public ? 
        Les banques, les entreprises, les organismes financiers, les paradis fiscaux, les opérations de spéculation ? 
        Les hedge funds ? 
        Tout public ? 
        On nous aurait menti ? 

        Ce serait rien que les méchants nétats, déguisés en privés, qui spéculeraient sur les matières premières, sur l’argent virtuel créé par les banques ? 

        Si t’as un scoop, fais profiter ! smiley

        Sinon, oui, hélas, j’en ai plein d’autres...

        Mais si les "intellectuels libéraux" nous disent le contraire, alors ; y a plus qu’à s’incliner.... et que les états refilent le pognon de leur faillite aux mafieux du privé... pour leur permettre de recommencer leurs magouilles, et de ruiner l’économie réelle...
        On serrera un peu plus les salaires, on réduira la voile de la protection sociale, on augmentera le travail précaire, les délocalisations, on laissera un peu plus exploser le chomage... pourvu qu’ils puissent continuer à se gaver, et à créer des bulles qui exploseront...
        Ce sont des grands enfants, les libéraux ; ils continuent de s’amuser avec les bulles... smiley

        Le problème, c’est qu’à force, la fumée des cigares finit par nous faire un peu mal au cul....

        C’est pas grave, l’intellectuel libéral  ? 

         smiley

      • sisyphe sisyphe 22 octobre 2008 21:50

        par Le péripate (IP:xxx.x65.139.187) le 22 octobre 2008 à 21H38 							
        							

        															
        							
        								 Ah merci, c’est plus clair maintenant.
        .

        Non, ce n’est pas vraiment plus clair..

        Faudrait savoir ; tu fais de la dissonance cognitive, le péripate ?  smiley
        Je t’avais prévenu que pour un esprit formaté par la mafia libérale, comme toi, ce serait un peu dur..
        Mais ne te décourage pas, continue ; je suis sûr que tu peux y arriver...

         smiley

      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 21:51

         Mais, enfin Sisyphe, les cigares, c’est pas là qu’il faut les mettre... Parfois, je me demande si tu vas bien.


      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 21:55

         Quand même, Sisyphe, si tu pouvais expliquer positivement, sans te défiler, ça serait super cool. Genre, la démocratie, c’est.... et pas de me faire confiance pour comprendre à demi mot... C’est que je n’ai pas suivi jusqu’au bout la formation à la novlangue, et il faut tout me dire, à moi, en clair... C’est si difficile que ça à dire la vérité ?


      • Moonz 22 octobre 2008 22:17

        Bon, ok, je me suis planté, il fallait lire : « J’aime bien ta notion de marché qui socialise, t’en as beaucoup d’autres des comme ça ? »

        (en même temps, ça paraissait évident, t’aurais pu corriger tout seul, non ?)

        (et au cas où tu trouves une objection totalement HS, je précise tout de suite : socialiser = nationaliser, dans ce contexte)

        (j’accepte les objections argumentées, pertinentes et non-HS bien entendu...)

        > et que les états refilent le pognon de leur faillite aux mafieux du privé... Mais sais tu que le libéralisme est totalement opposé ça, lui aussi ? Que certains libéraux conséquents ont été jusqu’à dire que les banques pouvaient crever la gueule ouverte, c’était pas le rôle du contribuable de les aider ? (même si ça reste discutable, dans le principe le libéralisme demande de laisser tomber les banques privées en détresse ; en pratique, si c’est pour se retrouver avec une inflation comme au zimbabwoué, ça sert pas à grand chose de rester accroché aux principes de l’économie de marché, c’est un débat assez intéressant pour ceux qui aiment les débats argumentés ;)). Je te signalerai aussi que c’est un économiste libéral qui a proposé au parlement de US une solution qui permettait de faire retomber une grande partie des pertes sur les spéculateurs imprudents (faut que je retrouve son article...).

        Mais après ça, « privatisation des bénéfices et socialisation des pertes », c’est très libéral, tout le monde le sait...

        > à créer des bulles qui exploseront... On sait tous que les spéculateurs sont de grands idéalistes ascétiques, ils adorent perdre de l’argent...

        Bon, après, si tu pars du principe que sur un marché libre les spéculateurs ressortent enrichis d’une crise, je te conseille d’ouvrir un bouquin d’économie, même Marx a pas essayé de soutenir ça...

        > Mais si les « intellectuels libéraux » nous disent le contraire, alors ; y a plus qu’à s’incliner.. J’ai dit ça, moi ?

        Tu es tout à fait libre de critiquer le libéralisme. S’incliner devant une idée juste parce qu’un intellectuel l’a dit, c’est pas vraiment ce que je te demande. Ce que je te demande, c’est que quand tu critiques le libéralisme, tu le fasses :

        * en pleine connaissance de cause, après avoir lu les vraies idées des libéraux et pas à travers un miroir déformant

        * sans répéter des sophismes depuis lontemps réfutés

        En gros, ajouter de l’eau au moulin, au lieu de sortir des phrases certes accrocheuses et démagogues mais totalement absurdes.

        Je suis libéral, tu l’auras deviné. Pour autant, je ne réfute pas qu’il existe des critiques argumentées, intelligentes et intéressantes au libéralisme (si ça t’intéresse, « Démocratie et Marché » est le meilleur que j’aie lu jusqu’ici. Je connais plus l’auteur, mais je peux le retrouver si tu es prêt à grandir un peu et arrêter de voir tes adversaires comme des monstres sanguinaires). Je suis juste fatigué du préjugé à l’emporte-pièce (mais tellement simple pour éviter un débat dérangeant, n’est-ce pas ?) « libéralisme = truc de riches = LE mal incarné = tue les bébés phoques = dictature = guerre de tous contre tous », et j’en passe


      • faxtronic faxtronic 22 octobre 2008 22:18

        Detrompe toi peripate. si la loi m empeche plus de tuer mon prochain, je te jure que je fais exploser le compteur et que je fais un grand trou dans la population. Tous les jours, j ai envie d etriper quelqu un, pour de vrai. Heureusement que la loi m en empeche.


      • sisyphe sisyphe 22 octobre 2008 22:20

        Si tu es vraiment mal comprenant, je te donne le mode d’emploi :
        tu reprends l’article depuis le début, tu relis bien, tu essayes de comprendre ce qui est dit ; et hop !
        tu verras que tout y est dit ; expliqué, explicité, clairement....

        Maintenant, si tu veux continuer à jouer au con ; je vais te laisser, parce qu’à ce jeu, on a compris que tu étais imbattable.. 
         smiley


      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 23:37

         Bah, dois-je en conclure que tu es un lâche ? Que tu n’oses pas dire ce que c’est, un état réellement démocratique ? C’est si honteux que ça d’être favorable à la démocratie populaire, au parti unique, à l’avant-garde éclairée du prolétariat ? Fais gaffe, Sisyphe, tu vas passer pour un mou auprès des petites brutes fascistes qui sont tes copains, elles n’aiment pas ça la mollesse, tu pourrait être accusé de collusion avec le grand capital... Ressaisie toi,il est encore temps, la Révolution est proche, et les places dans la nomenklatura seront comptés, il n’y en aura pas pour les faibles dans ton genre.

        Lopette.


      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 23:41

         Excuse moi, Faxtronic, je discutais tellement avec le gentil et mignon Ssyphe, qui va se faire étriper par sa cellule révolutionnaire pour cause de faiblesse idéologique, que je t’ai oublié.
        Rassures- toi, pour les gars dans ton genre, il y a encore la légitime défense. Tu n’y avait pas pensé, hein ?


      • Le péripate Le péripate 22 octobre 2008 23:49

         Bienvenue à Moonz. Je suis content de voir un extraterrestre ici (il faut l’être pour s’avouer libéral dans ce pays, et surtout ici sur Avox). Il y a ici des gens avec qui ont peut parler, pas beaucoup, et généralement, ça commence par insultes, moqueries, et, seulement si tu tiens bon, le dialogue. Pire qu’être missionnaire chez les cannibales. Par contre, il y a des vrais cons, tu viens d’en rencontrer un, probablement le pire. Même ses potes n’osent le soutenir ouvertement. Ils en ont honte, mais, c’est leur dogue utile.


      • Le péripate Le péripate 23 octobre 2008 08:40

         Mais non, ça ne va pas. Tu n’as toujours pas dit ce qu’est un état réellement démocratique. Là, c’est ce que nous connaissons, je ne vois pas la différence ; une démocratie représentative.
        Tu racontes donc des conneries plus grosse que toi. Tu es, effectivement, un inculte politique, un inculte économique, et, oui, je te crois quand tu dis que tu n’appartiens à aucun parti : personne ne voudrait d’une tache comme toi. T’es tout juste bon à recracher sans rien comprendre.
        Un con, mieux de la crême de con.
        Salut, tu n’existes plus, tu n’as aucun sens.


      • Moonz 23 octobre 2008 09:35

        Sisyphe, à un point prêt ("juste redistribution des richesses" : concept dont la définition est très sujette à débat ; notamment : égaliser en appauvrissant tout le monde y compris les masses est-il acceptable ?), ta définition de la démocratie est exactement la même que chez les libéraux...

        > mafia libérale
        Définition nécessaire

        >
        le moins de lois possibles
        Plus de lois = plus de démocatie = plus de libertés, c’est ça ?
        Connais-tu toutes les lois de notre beau pays ? Pas moi. Pourtant, nul n’est censé ignorer la loi. À qui profite la jungle législative ? À ceux qui ont les moyens de se payer une armée de juristes pour trouver la petite couille dans l’alinéa 1.8.89456 de l’article 45584.2215 votée pendant l’euro 2008 (pour que les médias en parlent pas trop). Et après, on dit que les lois minimales permettent de favoriser les grandes entreprises...
        Je ne demande pas la disparition de la loi. Je demande une loi simple, la même pour tous, et sans ambiguité, afin que tous les citoyens connaissent précisément leurs droits et leurs devoirs. C’est être anti-démocratique et dictatorial ?


        Tout le reste n’est que vomissement haineux qui ne méritent même pas une réponse...


      • sisyphe sisyphe 23 octobre 2008 11:06

        Bon, puisque le néo-pinochétiste se défile, ça nous fait des vacances .. smiley

        @ Moonz
        Pour le problème des lois, tu laisses sous silence l’essentiel.
        C’est que, pour ce qui concerne la finance, au niveau international, IL N’Y A PAS DE LOI.
        Vous pouvez toujours essayer d’embrouiller les gens, mais ce n’est qu’au(x) niveau(x) nationaux qu’il existe des lois. 
        Un système démocratique, c’est ça ; c’est l’existence de lois pour empêcher n’importe qui de faire n’importe quoi. Un code, à respecter, pour le bien et la sécurité publics. 

        Le système libéral ne comporte aucune loi ; c’est donc le contraire d’un système démocratique ; c’est un système mafieux, qui fonctionne totalement hors la loi. 
        Qui empêche qui que ce soit de délocaliser son entreprise n’importe où dans le monde ? 
        Qui empêche une entreprise de liciencier, alors qu’elle fait des bénéfices ? 
        Qui empêche une banque de créer l’argent qu’elle veut ? 
        Qui empêche les opérations de spéculation ? 
        Qui contrôle les paradis fiscaux ? 
        Rien. Personne. Aucune loi. 

        Nous en avons, actuellement, la preuve, en direct live : rien, personne, aucune loi, n’a empêché les banques de créer l’énorme bulle qui vient d’exploser, et qui plonge l’économie dans le chaos, et tous les citoyens dans une période de crise, de stagnation des salaires, de perte du pouvoir d’achat, d’explosion du chomage, du travail précaire, de diminution de la protection sociale, et les états dans une phase de récession. 

        On comprend parfaitement que les lois vous foutent la trouille, parce qu’elles empecheraient vos magouilles mafieuses de boursicotage, de spéculation, parce qu’elles vous obligeraient à un minimum de respect de ceux qui produisent la richesse, à plus de justice et d’équité. 
        Ca, vous ne supportez pas ; ce qui vous convient, vous, c’est la loi de la jungle, où les plus gros égorgent les plus petits. Et encore, dans la jungle, c’est moins pire ; parce qu’il y a des gros qui sont végétariens ; tandis que dans votre jungle à vous, il n’y a que des carnassiers. 
        Ce que vous réclamez, comme le Medef, actuellement en France, c’est la disparitions des quelques lois qui protègent les citoyens ; hop, suppression du code du travail, de la moindre entrave au profit maximum. 
        Ce qui vous fait bander, sous couvert de "liberté" (celle du renard libre dans le poulailler libre), c’est le fric et son odeur de sang. 

        Ce que nous défendons, nous, c’est la justice, et l’équité ; concepts qui vous sont totalement étrangers, et, pire, ennemis. 

        Oui, il faut DES LOIS ; au niveau international, pour empêcher votre mafia de laminer les états, les citoyens, l’économie. 
        Oui, il faut des organismes internationaux qui ne soient pas au service de vos chefs de gang, mais qui controlent et fassent respecter la juste redistribution des richesses, qui empêchent vos magouilles dans vos paradis fiscaux, vos spéculations honteuses, vos boursicotages qui ne correspondent en rien à l’économie réelle, mais ne servent qu’à enrichir vos carnassiers. 
        Qui imposent une taxation des revenus gigantesques du capital, de la spéculation, une détaxation du travail.

        Et là, on vous sent sortir vos griffes, toutes voiles dehors, parce que le monde entier, à l’occasion de cette crise, se rend compte de l’énorme gachis, de la gabegie, des abus de pouvoir que votre néolibéralisme fait subir à la planète. Et, comme c’est par trop évident, que ça commence à trop se voir, même les chefs d’état, qui vous sont, depuis longtemps inféodés, commencent à le dire ; alors, là, c’est la panique chez les mafieux. 
        On sait que vous ferez tout ce qui vous est possible pour que les magouilles continuent, que vous vous accrocherez à toutes les branches, à toutes vos petites places financières offshore, que les puissances financières exerceront tout le chantage et les pressions dont elles sont capables ; mais, cette fois-ci, il y a une prise de conscience générale, des effets dévastateurs trop évidents, pour que ça puisse continuer comme avant. 

        Vous exigez des "lois simples" ; mais il n’y a rien de plus simple que la totale transparence de l’argent, des transactions financières, la suppression des paradis fiscaux, la taxation des revenus de la spéculation, du capital improductif ; vous devriez donc les exiger vous aussi, non ?? smiley

        Il y en a marre que Monsanto, les compagnies pétrolières, les hedge funds et la spéculation dictent la politique et l’économie du monde : il est plus que temps que le pouvoir revienne au service des citoyens ; que le système soit au service des hommes, et non le contraire. 
        Je sais que ça vous fait mal au cul, mais c’est pas grave ; vous n’êtes qu’une petite minorité ; la très grande majorité, elle, n’a même plus mal au cul, elle est en train de crever la gueule ouverte ; gageons qu’elle ne se laissera pas faire éternellement. 



      • Le péripate Le péripate 23 octobre 2008 11:12

         Tu continues à étaler ton ignorance. A la base de l’idée libérale, il y a le droit. Droit naturel, c’est à dire le droit qui se découvre par l’exercice de la raison, ce truc dont tu es si dépourvu. 
        Et je trouve assez drôle qu’un fasciste me traite de neo- nazi. Encore une preuve de ta connerie.


      • sisyphe sisyphe 23 octobre 2008 11:17

        Ta gueule, le néo-pinochetiste : je ne t’ai pas sonné. 


      • Le péripate Le péripate 23 octobre 2008 12:19

         Oh, comme il est pas mignon, le petit fasciste-communiste, qui ne sait pas ce que c’est un état réellement démocratique, qui nous sort des chiffres bidonnés à tout bout de champ, qui arrose de liens virusés tout avox, qui ne sait pas ce que fait une banque centrale, qui ne connait pas la différence entre le droit et les lois.
        Le genre de mec qui s’est fait jeter de toutes les organisations où il a tenté d’adhérer, tellement il est encombrant. On ne veut même pas de lui pour porter une banderole, c’est dire ! 
        Tout ceux qui ne sont pas d’accord avec son programme en zero point sont des nazis, c’est dire le niveau du mec, toujours la bave aux lèvres, et les lâches menaces qu’il serait bien en mal d’exécuter lui-même, non, il laisse ça aux autres, ceux qui auraient la bêtise de suivre ses idées criminelles.
        Un supporter de Rouillan, vous avez compris.


      • sisyphe sisyphe 23 octobre 2008 12:22

        Je t’ai dit ta gueule, le néo-pinochetiste : tu ne te rends pas compte que tu t’es déjà suffisamment discrédité là-dessus ; toutes tes interventions sont rejetées. 
        N’en rajoute pas ; tu te fais du mal inutilement...


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 23 octobre 2008 12:24

         @ Heu... Sisyphe...

        Dans "néo-nazi" il y a "national" et "socialisme"...


      • Le péripate Le péripate 23 octobre 2008 12:28

        Neo-pinochiste ! Tu as inventé ça tout seul ?
        Et, tu vois, toi dont personne ne veut, toi qui déverse ta haine du genre humain et ton ignorance crasse sur tous les fils d’Avox, personne ne m’a jamais parlé comme tu te permets de le faire. Du coup, tant que tu ne t’excuseras pas, je vais te foutre la honte. Tiens toi bien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès