Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Carrefour, premier malade d’un secteur au bord de la crise (...)

Carrefour, premier malade d’un secteur au bord de la crise ?

Après une année 2011 particulièrement calamiteuse, le groupe Carrefour annonce pour le premier semestre 2012 une perte nette part du groupe de 31 M€ (nettement réduite par rapport au premier semestre 2011) et la suppression de 5 à 600 emplois, en France. L’annonce a aussitôt entraîné une hausse sensible de l’action, selon un phénomène désormais bien connu du grand public. Depuis quelques années, le second groupe de distribution de la planète accumulait les difficultés : déconvenues en matière de développement dans les pays émergents, mauvaise gestion des stocks, dissensions internes suite à un projet d'introduction en bourse de l’enseigne de hard discount Dia et d’une partie de la foncière Carrefour Property, succès insuffisant des Carrefours « Planet », le projet du groupe censé regonfler le niveau des ventes, image d’un distributeur aux prix élevés, retard relatif dans le segment « drive »…

Tout cela a été abondamment mis en avant dans la presse et ce n’est pas faut. L’annonce de suppressions d’emplois n’est donc pas vraiment une surprise. Mais ne mets-t-on pas exagérément l’accent sur les seules causes endogènes ? La crise qui sévit en France et en Europe du Sud est parfois évoquée, mais comme si elle ne jouait qu’un rôle accessoire. L’effondrement des revenus des ménages en Espagne et en Italie, sans parler de la Grèce, est pourtant considérable.

Il est vrai que les autres groupes de distribution français semblent avoir moins de difficultés. Leur activité n’explose pas pour autant. Tous stagnent, à l’exception de Leclerc et d’Auchan, grâce à une politique de prix agressive, qui permet d’augmenter le chiffre d’affaires mais comprime les marges. Auchan annonce ainsi pour le premier semestre 2012 une progression du CA de 3% en même temps qu’une chute spectaculaire de plus de 30 % de son bénéfice net ! Il faut aussi noter que les concurrents de Carrefour sont moins internationalisés, et donc moins sensibles aux difficultés en Europe du sud. 

Et si la grande distribution était au début d’une crise dont la poussée de fièvre de Carrefour ne serait que le premier symptôme ? Examinons un peu les arguments à l’appui de cette hypothèse… 

Durant les trente dernières années, les groupes comme Carrefour – ou Walmart aux Etats-Unis – ont basé leur prospérité sur la vente en occident, avec des marges très importantes, de produits achetés un prix dérisoire aux producteurs des pays émergents. Voici un petit exemple personnel qui démontre bien la réalité de cette situation : en passant par ebay, je viens d’acheter directement en Chine un compteur optique pour vélo. Coût de mon achat port compris : moins de 4 €. Vous imaginez bien que la grande enseigne qui a acquis peut-être 100 ou 200 000 de ces appareils devrait les avoir obtenus à un prix beaucoup plus intéressant, n’est-ce pas ? Or, une fois sur les rayons des grandes surfaces, en France, ils coûtent huit euros ou plus. Ce simple exemple donne une idée des marges pratiquées.

Carrefour, Walmart et d’autres sont ainsi devenus les chevaux de Troie de l’industrie naissante des pays émergeants. Mais les meilleures choses ont une fin et nous arrivons maintenant au terme d’un cycle. Les pays émergents ont récupéré à bon compte notre technologie et la puissance économique quitte l’occident pour s’installer chez eux. Durablement. L’industrie occidentale est en grande partie ruinée et avec elles les ressources de ces piliers de la société de consommation qu’auront été les ouvriers et les cadres bien payés des trente glorieuses. Ceux-là même qui ont permis à la grande distribution d’exister et de se développer. En France, l’économie poursuit son mouvement en glissant doucement sur son aire, mais le ralentissement est déjà spectaculaire. Les rentes de situation dont bénéficient encore les grandes enseignes risquent fort de s'épuiser rapidement..

Déjà, sous l’effet de la baisse du pouvoir d’achat, beaucoup de consommateurs commencent à déserter les supermarchés. A commencer par moi. Il y a cinq ans, j’allais faire mes courses dans un petit Champion. Les prix y étaient élevés mais je n’y prêtais guère attention. Aujourd’hui, non seulement je ne vais plus dans ce magasin, mais je ne mets plus un pied dans les grandes surfaces ! Il est facile de s’en passer, comme je l’explique en détail sur mon site « Comme Robinson dans la crise »[1]. Je fais mes courses de base chez les hardiscounter ; j’achète mes fruits et légumes sur les marchés populaires, ma viande dans les boucheries hallal, je vais chez les déstockeurs pour mon vin, j’achète chez les producteurs dès que je peu, accessoirement, je me sers moi-même directement en Chine et tout le reste, je l’achète d’occasion ! Et quand je dois aller chez Carrefour ou Leclerc pour chercher le produit que je n’ai pas pu trouver autrement, je tombe à la renverse en voyant le prix des fruits et des légumes, le prix du vin, le prix de la lessive, les prix de tout !

De tels comportements opportunistes sont encore quelque peu marginaux, mais ils vont s’accroître rapidement, avec la baisse du pouvoir d’achat qu’entraînera inévitablement la mise en place de politiques d’austérité renforcée dans toute l’Europe, dès cet automne. 

Les grandes enseignes devront aussi faire face à un autre problème : ayant pris la mauvaise habitude de ne pas payer le vrai prix des produits achetés en Chine, elles ont exigé, avec de plus en plus de force, les mêmes sacrifices de la part de leurs fournisseurs français ou européens. Au point de ne plus leur laisser aujourd’hui assez de marge pour survivre. Elles ont ainsi franchi une ligne invisible sans en prendre conscience : les partenaires étaient pressurés ; à présent ils sont menacés de mort. Ce qui fait une grosse différence. Le secteur de l’agriculture et de l’élevage a été le premier à se rebeller. Bien que dépourvu de culture commerciale, les exploitants agricoles commencent à s’organiser collectivement pour vendre directement aux consommateurs. Ainsi, dans la région parisienne, de vieux entrepôts abandonnés se transforment en hall de vente de fruits et légumes à prix « paysan », c’est-à-dire beaucoup moins cher que chez Leclerc ou Carrefour. Les consommateurs s’y précipitent. Une opération « gagnant-gagnant ». Bon prix pour l’acheteur, bon prix pour le producteur, zéro pour les centrales d’achats prédatrices. Et une prime pour l’environnement en bonus, car ces fruits et légumes viennent des environs.

De leur côté, les industriels de l’agro-alimentaires commencent à s’activer en se regroupant au sein d’associations telles que la FEEF (Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France), dans le but de rééquilibrer les rapports de force avec les grandes enseignes…

Baisse du pouvoir d’achat, désertion des consommateurs, organisation des producteurs : toutes ces tendances risquent fort de se combiner, dans les prochaines années, pour faire chuter la rentabilité des grandes enseignes. Les actionnaires pourrait bien redécouvrir une réalité oubliée : la distribution, une fois extraite de la situation totalement anormale dans laquelle le producteur et l’acheteur sont systématiquement volés, n’est pas un secteur à forte valeur ajouté. Acheter, transporter et revendre un peu plus cher ailleurs ne crée pas beaucoup de richesse réelle. Intrinsèquement, la distribution est un secteur à rentabilité faible.

Pour l’instant, tout cela ne ressemble à rien d’autre que de gros nuages dans le ciel. Il se pourrait bien, néanmoins, que la grande distribution ai terminé de manger son pain blanc…




Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 septembre 2012 16:00

    Les actionaires de carouf ont un nouveau slogan :
    « avec carouf je négative ! »
    Je ne sais pourquoi cette nouvelle ne me fait pas pleurer,voir plutot l’inverse .
    Merci l’auteur .


    • jef88 jef88 3 septembre 2012 16:14

      les groupes comme Carrefour – ou Walmart aux Etats-Unis – ont basé leur prospérité sur la vente en occident, avec des marges très importantes, de produits achetés un prix dérisoire aux producteurs des pays émergents

      Ce qui a détruit notre réseau de PME, petit à petit depuis 30 ans ! Et ce qui est notre première cause de chômage ...
      perte massive d’emplois = paupérisation de la société donc mois de pouvoir d’achat et PAF ! ! !
      Retour de bâton ....


      • CARAMELOS CARAMELOS 4 septembre 2012 19:15

        Logique !!
        Retour de trique et ce n’est que le début. On pourrait éclater de rire s’il n’y avait pas le licenciement de salariés payés avec des bouts de concombres ! Il faut bien verser des dividendes aux actionnaires.
        J’imagine les réunions avec les managers !!! On peut vendre un peu plus de fromage blanc ? 


      • CARAMELOS CARAMELOS 4 septembre 2012 20:45

        Je pleure, mon coeur saigne, quelle affliction , l’ascension du Golgotha, le chemin de croix fûrent une douce promenade au bord de Lac Maggioré. Cette chute aux enfers est terrible, moins de dividendes, prions pour Carrefour mes frères :

        Requiem æternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis. Te decet hymnus Deus, in Sion, et tibi reddetur votum in Jerusalem. Exaudi orationem meam ; ad te omnis caro veniet. Requiem aeternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis.
        « Donne-leur le repos éternel, Seigneur, et que la lumière éternelle les illumine. Dieu, il convient de chanter tes louanges en Sion ; et de t’offrir des sacrifices à Jérusalem. Exauce ma prière, toute chair ira à toi. Donne-leur le repos éternel, Seigneur, et que la lumière éternelle les illumine ».

        Merci Ô Dieu du commerce , Carrouf vend moins cher , il faut que les producteurs soient encore plus généreux. Même si demain tu ne vends plus que du riz de Zanzibar et moins de fromage blanc de la vallée d’Auge , nous viendrons faire nos petites emplettes par solidarité. Nous ne pouvons plus nous passer de vous.

      • Vipère Vipère 3 septembre 2012 16:20

        Salut Aita et jef 68

         

        Comme Aita, je ne vais sortir mon mouchoir et pleurer sur les déboirs financiers de la famille MULLIEZ, les propriétaires de Carrefour, je crois !

        A faire croire aux consommateurs que l’enseigne était la moins chère, un jour les consommateurs sont allés voir ailleurs et ont constaté que c’était faux, archi faux !

        Du coup, ils ont laché Carrefour et les enseignes du même acabit, pour définitivement faire leur achat cez les discounters !

         

         


        • sophie 3 septembre 2012 16:37

          Mulliez c’est Auchan et groupe accor, mais bon ce sont les mêmes parasites


        • Dzan 4 septembre 2012 10:27

          Sophie
          Et de plus planqués en Belgique ou en Suisse.


        • Jean nemare roiubu77 4 septembre 2012 11:40

          Pas de chance, Mulliez, c’est pour Auchan !
          Chez Carrefour, c’est plutôt Bernard Arnaut...un des premiers enculés de France qui venère l’argent comme un Dieu. Que ce soit L’un ou L’autre, de toute façon, ce sont des salopards, alors ça ne change pas grand chose...

          Qu’ils crèvent avec leur pognon, ils l’emnéront en enfer avec eux !


        • carloforte 4 septembre 2012 14:28

          Auchan Mulliez et le groupe Accor n’ont rien à voir. Auchan, c’est la banque Accord avec la carte accord que l’on trouve à Auchan, Leroy Merlin, Décathlon, Flunch, Boulanger, Kiabi..... qui font partie du groupe Auchan.

          Quant à Carrefour, j’ai dû mal à croire qu’il va mal, vu toutes les supérettes qui poussent et envahissent nos villes, carrefour market, carrefour city carrefour express....Carrefour n’a peut être pas digéré la somme qu’il devra verser à ses employés payés en dessous du smic. Ainsi, on fait des annonces qui font peur aux autres salariés du groupe pour les calmer.
          Mais n’oubliez pas qu’à terme, toutes les caisses seront automatisées. Il suffira de passer son caddy devant les caisses et tout sera calculé.


        • BlackMatter 4 septembre 2012 19:11

          Ce sont les activités d’Europe du sud qui plombe Carrefour. En France, le CA est quasi stable (-0,5%) et la marge des activités courantes aussi (21,5 % du CA HT). Mais la France va payer pour les errements du groupe à l’étranger.


        • CARAMELOS CARAMELOS 6 septembre 2012 19:02

          Moi je fais mes courses chez Momo, c’est sympa on rigole bien et parfois meme quand on a le temps on fume un ptit bout de shit. Vous imaginez cela chez carouf la bourge qui tire sur le chichon ?


        • caramico 10 septembre 2012 09:59

          En 1789, les biens des exilés ont été redistribués.
          Alors, on remet ça ?


        • BOBW BOBW 3 septembre 2012 16:24

          Cette enseigne de grande surface a eu « ses vaches grasses »

          Actuellement Ils ne font pratiquement plus aucun effort pour intéresser et garder les consommateurs.tout en automatisant de plus en plus pour « dégraisser » du personnel.
          voir l« Humanité »


          • aberlainnard 3 septembre 2012 16:40

            Et en plus ce « modèle » de distribution n’est plus adapté à la société de demain qui va devoir s’adapter à la contrainte exercée par le coût des carburants dans le budget des ménages.
            Faire plusieurs dizaines de kilomètres pour faire ses courses appartiendra bientôt au passé. Le commerce local de centre ville va vraisemblablement connaître une nouvelle jeunesse.


            • Marc Bruxman 3 septembre 2012 20:03

              Il le connait déja (Franprix, Monoprix et autres se portent très bien).

              Ne manque plus que des grandes surface de proximité en zone dense. Il y en a quelques unes à Paris mais trop peu. Mais effectivement les hypers trop loins des zones denses vont souffrir, mais cela concernera toute la zone dans laquelle ils sont...

              Dans 15 ans, on ne parlera plus des banlieues, on parlera du périurbain et de la ruralité. Ce sera la nouvelle zone.


            • paul 3 septembre 2012 16:48

              Oui, il s’agit bien de « dégraisser » puisque l’employé est toujours la variable d’ajustement du point de vue de l’ actionnaire .
              Le client doit de plus en plus faire le boulot de la caissière : après le scan-achats qui ne motive pas assez le client, il y a la caisse automatique. Même principe mais il ne faut pas de chariot .
              A coté, il reste encore quelques caisses avec caissières en chair et en os, devant lesquelles les réfractaires sont punis et font la queue . Il n’y a plus de petites économies, alors il faut des clients résignés .
              @ Vipère : Mulliez , c’est Auchan, mais peu importe .


              • foufouille foufouille 3 septembre 2012 16:49

                ca a surtout coule en chine
                ils ont meme eut un bon redressement fiscal


                • Soi même Soi même 3 septembre 2012 17:44

                  il faut bien qu’un jour la grande mascarade cesse. J’espère qu’il n’est pas trop tard pour toutes ses petites PME et les coopératives pour échapper aux pires !


                  • HELIOS HELIOS 3 septembre 2012 18:50

                    Carrefour a bati sa croissance sur un modele financier a l’epoque ou la finance etait reservér exclusivement aux banques...
                    Pour cendre a prix tres bas, carrefour achetait grace a des centrales d’achat et payait ses fournisseurs 90 ou 120 jours apres... or la vente des produit etait faite en quelques jours, au pire quelques semaines. Pendant ce temps, l’argent etait placé !

                    Puis, Carrefour a gouté a l’arnaque des paradis fiscaux... Creer une societe filiale dans un pays ou l’impot est faible voire inexistant, puis achete a des prix tres bas, enfin revend a la maison mere avec d’enormes marges qui ne sera donc que tres peu taxé, cela permet d’avoir une cagnote hors UE importante (des fond propres pas tres propres) et d’avoir la main sur le coeur pour expliquer aux clients que Carrefour est vertueux et ne fait que tres tres peu de benefices, facture d’achat a l’appui !

                    Ceci aussi s’epuise rapidement, alors Carrefour a joué sur les « marges arrieres » pour pressurer les producteurs, mais comme pour le reste, cela marche de moins en moins bien.

                    Aujourd’hui quel est l’avantage de Carrefour ? aucun cote ingenierie financiere, tout est fait et les autres font pareil. La banque « Carrefour » n’est pas non plus unique, les autres aussi...

                    L’interet apparait d’une part dans les zones de chalandises, grace aux lois qui empechent la concurrence entre grandes surfaces (et au passage permet d’affirmer que... 2 fois la difference dans un rayon de 30 km) ainsi que l’inertie des consommateurs renforcée par des conditions de deplacements de plus en plus couteuses.

                    Alors pourquoi Carrefour ne marche plus ? tout simplement par une excessive mauvaise qualité des chefs de rayons, qui ne sont plus des chefs de rayons mais des employés sans vision d’avenir, qui partiquent toutes les humiliations possibles envers les clients :
                    - prix plus cher en quantité qu’a l’unité
                    - promotion non repercutées en caisse
                    - non reapprovisionnement des rayons quand les produits moins chers sont epuisé dans le but de vendre les autres
                    - absence de prix sur les produits obligeant le consommateur a en prendre un autre, les lecteur info prix etant places de telles maniere qu’ils soient loins justement des produits tres concernes...
                    - diminution, bien sur, de la diversité des produits et donc du choix
                    - prix elevés a l’exception de quelques produits a tres forte marge

                    ... bref, tout ce qui faisait qu’en allant au magasin on en sortait avec l’assurance d’avoir le caddy au meilleurs prix avec les produits choisis. En plus les services complementaires associes s’etiolent.... Non, Feux Vert ce n’est pas Carrefour, par exemple donc je vais cher Norauto, Speedy etc...

                    A Carrefour il ne reste que le reve, de choisir quelques produits de luxe, mais la dure realité du quotidien me pousse a aller rendre visite a Lidl ou ED(Dia) qui est pourtant une de leur filiale

                    Il ne faut pas s’etonner, a force de tirer sur la corde, elle se casse.


                    • Le printemps arrive Le printemps arrive 3 septembre 2012 22:45

                      Cher auteur et commentateur vous avez bien raison !
                      Et au risque de chambouler certains septiques il faut ajouter une cause supplémentaire :
                      pas besoin d’être diagnostiqué hyper-électro-sensible (HES) pour sortir épuisé des centres commerciaux devenus des grille-neurones.
                      En parlant de ce sujet autour de moi, j’ai été étonné par le nombre de personnes dérangées alors qu’elles ne se définissent pas comme HES.

                      Le pire est que certains magasins bios sont pas mieux lotis !

                      Les solutions existent, mais faut-il encore s’intéresser au sujet !

                      je vous souhaite tout le bonheur du monde.


                    • robert 3 septembre 2012 18:55

                      c’est pareil, je ne vais plus ( jamais vraiment était d’ailleurs ) chez les trucs comme ça, mais les hards discounts c’est la même chose, les prix sont chère surtout dés qu’ils commencent à proposer des soi disant marques ( de la merde reste de la merde ) soyons honnête j’ai acheter de l’eau de javel en bidon de 5 litres ( nouvelle formule lol ) chez leclerc et du tilleul trouvé dans le bas des étales j’ai halluciné des prix en rayons, et j’en ai eu pour 11 euros dégoutté. 


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 septembre 2012 19:20

                        « quand je dois aller chez Carrefour ou Leclerc pour chercher le produit que je n’ai pas pu trouver autrement, je tombe à la renverse en voyant le prix des fruits et des légumes, le prix du vin,  » en créant l’amalgame, vous ne desservez pas la profession. Leclerc, la première cave de France, peut se targuer de proposer des vins embouteillés depuis dix ans et plus, et cela à un prix et une température raisonnable. Vous qui n’allez jamais dans les supermarchés, vous ne savez donc distinguer le vrai du faux et le bon commerçant du mauvais.


                        • caramico 10 septembre 2012 10:04

                          Leclerc, pour les fruits et légumes, est plus cher que le marché du coin, à qualité moindre, quand au vin, j’ai la chance d’être dans une région de production, alors, directement auprès des producteurs, en BIB où cubi, prix imbattables.


                        • le poulpe entartré 3 septembre 2012 19:33

                          Si il y a bien une société en France dont on peut royalement se foutre : c’est bien Carrefour. Ces cochons se sont engraissés pendant des années comme des porcs, se foutant de tout, à commencer par le client. La seule chose qui les intéressaient : c’est notre pognon. Tout le reste des propos qu’ils tiennent c’est du bidon et encore du bidon.

                          Il est grand temps que ce « machin » disparaissent corps et bien. Les magasins « l ’arnaque » ne méritent que de crever.


                          • Asp Explorer Asp Explorer 3 septembre 2012 19:54

                            Je crois qu’il y a un problème spécifique à Carrefour plus qu’au concept d’hypermarché. Allez donc faire un tour dans un de ces magasins, faites quelques emplettes, et dirigez-vous vers la caisse, vous verrez tout de suite le problème. Vous avez moins de 65 ans ? Vous êtes valide ? Non-enceinte ? Vous voulez sottement acheter plus de 10 articles ? Vous avez l’outrecuidance, en plus, de ne pas avoir la carte Carrefour ? Allez donc trouver une caisse qui vous accepte... Ah oui, il y en a deux, tout au fond de la rangée... elles sont faciles à voir, ce sont celles où il y a trente personnes qui font la queue.

                            Quand un magasin en arrive à empêcher ses clients d’acheter, c’est qu’il y a comme un problème de management quelque part.


                            • Le printemps arrive Le printemps arrive 3 septembre 2012 22:59

                              Vous avez parfaitement raison.
                              Ne voyant dans les salariés qu’une charge salariale, perdus dans leurs tableurs de rentabilité, ils en ont oublié leur métier premier : le service du client, de l’aspect social( au sens éthologique) de la relation avec l’acheteur.
                              Noyé dans un bain d’ondes EM, ajouté aux autres raisons (voir mon message plus haut), comment l’ensemble des humains présents peuvent-ils prendre plaisir à bosser ? ce n’est pas possible et cela se voit, s’entend et se ressent à qui veut bien prendre le temps d’analyser.


                            • CARAMELOS CARAMELOS 6 septembre 2012 19:10

                              Pas de chance j ai suivi vos conseils. Je suis tombée sur une caisse à pédales, et encore pas de pot la chaine s’etait prise dans le dérailleur. Les spécialistes du carouf ou du demander le concours de CONTADOR. Vous imaginez le cirque ? 


                            • Julius 12 septembre 2012 16:40

                              Ce n’est pas un problème spécifique vu que Auchan c’est pareil :


                            • Marc Bruxman 3 septembre 2012 19:58

                              Le seul et l’unique problème de Carrefour c’est la localisation. Carrefour a investit loin des centre villes et cela a été un paris gagnant pendant des années. Sauf que les bourgeois se relocalisent vers les centres villes depuis le millieu des années 80. Depuis la fin des années 90 cette tendence s’est fortement accélérée avec un déplacement du pouvoir d’achat vers les centres villes. (Voir ce qui se passe à Paris).

                              Or, très peu de supermarchés sont installés au coeur des grandes villes et la loi rend l’implantation de nouvelles surface très difficiles. De l’autre coté, les Monoprix, Franprix et autres ont dopé leur ventes malgrès des prix très élevés. La clientéle de monoprix ne va plus à Carrefour ou en tout cas y va moins. De plus en plus de jeunes ont fait le choix de ne pas passer leur Samedi aux courses (vu comme une corvée) et se servent dans le supermarché de proximité près de chez eux. Vu le prix de l’essence ce n’est pas un choix absurde.

                              Alors la seule chose qui sauvera les hypers, ce sont des autorisations d’implantation en centre ville dans des quartiers densément peuplés et également des surfaces moyennes de proximité. Les centres périurbains eux vont surement devoir se reconvertir dans le discount.


                              • foufouille foufouille 4 septembre 2012 11:03

                                ca depend de la boucherie
                                meme pas hallal, j’en connais ou le viande est plus mauvaise qu’au super


                              • caramico 10 septembre 2012 10:16

                                Dans le même registre, la plupart des boulangeries proposent des viennoiseries qu’elles ne fabriquent plus elles mêmes, c’est du congelé dégueulasse qu’on trouve par sachets de 10 dans les supermarchés du coin.
                                Quand au pain, cette espèce de mousse merdique prolifère sous le nom de baguette, et si vous voulez des appellations plus « nobles » les banettes, campaillettes, et autres inventions pièges à cons bien farinées (on s’en fout partout) , il faut maintenant compter beaucoup plus cher, c’est même du vol quand c’est vendu au poids : 2€ la baguette, plus de 13 francs.


                              • shebampowblopwizzzzz 3 septembre 2012 20:58

                                "Les pays émergents ont récupéré à bon compte notre technologie et la puissance économique quitte l’occident pour s’installer chez eux. Durablement. L’industrie occidentale est en grande partie ruinée et avec elles les ressources de ces piliers de la société de consommation qu’auront été les ouvriers et les cadres bien payés des trente glorieuses. Ceux-là même qui ont permis à la grande distribution d’exister et de se développer. En France, l’économie poursuit son mouvement en glissant doucement sur son aire, mais le ralentissement est déjà spectaculaire. Les rentes de situation dont bénéficient encore les grandes enseignes risquent fort de s’épuiser rapidement.."

                                Les pays émergents non rien récupérés à bon compte le système capitaliste leur a sciemment donner afin qu’ils puissent maitriser ses technologies afin que ces tenants d’une société ultralibérale qui ne font que du pognon puissent abandonner l’Europe après l’avoir essorée et mis de la merde dans les cerveaux des gens.
                                Comble de leur cynisme même là ils vont tenter de faire du pognon sur le low cost dans tout les domaines(voiture,nourriture,etc)
                                La societe a deux vitesse va s’accentuer 
                                La classe politique française est complice et vassale de système qui l’enrichie
                                Qui de la révolution ou de la dictature va l’emporter
                                Enfin carrefour a fait des investissements erratiques en Amérique latine et ailleurs,le PDG a été remercie avec les honneurs dus à son rang
                                Question combien faut il de licencier dans les six cents annoncés pour payer sa retraite chapeau.

                                 


                                • Mr Mimose Mr Mimose 3 septembre 2012 21:00

                                  Bonjour, j’habite à la réunion et il y a un carrefour ici. Déja je vois que vous trouvez les prix en métropole excessif, si il vous arrive de venir faire un tour à la réunion vos cheveux vont tomber d’un coup quand vous verrez les prix pratiqués ici. Par exple 12 yahourts yoplait aux fruits c’est prés de 6 euros. Heureusement ici on paye pas de chauffage l’hiver !!! (sauf dans les hauts de l’ile ou ça caille).


                                  • Le printemps arrive Le printemps arrive 3 septembre 2012 23:03

                                    Ne mangez pas ces yaourts, mangez les légumes, fruits qui poussent sur votre merveilleuse île, et vous serez en bien meilleur santé !


                                  • Mr Mimose Mr Mimose 4 septembre 2012 07:58

                                    Oui tout à fait, j’ai meme des bananiers dans mon jardin !! De plus les fruits locaux sont abordables aux niveaux prix, donc 100% d’accord avec vous, mangeons des produits locaux !!


                                  • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 4 septembre 2012 10:39

                                    Oui je sais bien que c’est encore plus cher dans les îles. Ceci dit, les yaourts vous pouvez les faire vous-même. C’est facile et c’est super bon . Et ça ne coûte presque rien  (voir sur mon site). Enfin, je sais pas combien Carrefour vous vend le litre de lait...


                                  • caramico 10 septembre 2012 10:19

                                    Les yaourts, moi j’ai connu ça fabriqués à la maison, avec une yaourtière ça coûte que dalle.
                                    Et vous avez la chance de pouvoir y ajouter de vrais fruits, pas trafiqués !


                                  • LAURENT 3 septembre 2012 22:19

                                    Hoooo lalaa, pauvre petit carrefour, j’en ai la larme à l’œil, que c’est triste, c’est quand les obsèques ?  
                                     
                                     


                                    • spartacus spartacus 3 septembre 2012 22:19

                                      Le problème de carrefour est la chute du 5eme rayon ou rayon « bazar ». Internet, les surfaces spécialisées ont touché l’enseigne. 

                                      Une erreur de stratégie a été de proposer bien trop de produits MDD, (produit à la marque distributeur). Ces produit attirent pour le prix, mais la qualité non homogène et a segmentation trop large ne remplace pas une marque spécialisée.
                                      Des messages publicitaires compliqués, avec des obligations de cartes ou d’être le bon jour sont plus anxiogène pour le client.

                                      Carrefour est dans la tourmente avec la crise comme des grand secteurs actuellement.
                                      Ne lui souhaitons pas une sortie à la Kodak. 50000 emplos en moins en 5ans...


                                      • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 3 septembre 2012 22:56

                                        Si je vous lis bien,


                                        Vous avez passé votre vie dans les grandes surfaces, puis vous vous êtes rabattus sur les hard discounter, enfin vous achetez directement en chine. Et vous vous en vantez !

                                         Vous êtes un bon petit consommateur, qui fuit les commerçants indépendants et se rue sur les produits étrangers. 

                                        Le résultat : 5 millions de chômeurs, des zones périurbaines dévastées, la mort des villes.

                                        Heureusement qu’il reste des Français qui sont sensibles à l’oeil allumé du caviste, à la geste du fleuriste, aux mots d’esprit de l’épicier, à la noblesse de l’ébéniste...

                                        Eux, ils vivent.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès