Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > CDS : La bombe atomique qui fait pschitt

CDS : La bombe atomique qui fait pschitt

On nous avait pourtant bien prévenu. Le déclenchement des Credit default swap(cds), en cas de faillite ou de défaut de la Grèce, devait avoir des conséquences cataclysmiques pour l'économie mondiale. Les banques ne pourraient pas faire face aux demandes d'indemnisation d'avides fonds spéculatifs anglo-saxons et feraient faillite, les épargnants perdraient leur épargne car les Etats ne pourraient venir au secours de ces mastodontes financiers ; too big to fail but too big to be rescue. Les PME mettraient la clé sous la porte faute de pouvoir se financer, des millions de salariés se retrouveraient au chômage. Fonctionnaires et retraités verraient leurs revenus amputés.

Vendredi 10 mars l'ISDA (International Swaps and Derivatives Association) décrétait que le défaut, même partiel, de la Grèce est bien un évènement de crédit. Pourtant ce matin, je suis allé retirer de l'argent au guichet automatique de ma banque, comme j'en ai l'habitude, l'esprit tranquille. Certes ce n'était pas une fortune et l'automate a pris un peu plus de temps que d'habitude mais l'opération a été un succès !
 
On nous aurait donc bien banané comme dirait Fonzie. Une sorte de chantage, soit pour nous arracher une aide quasi sans limite aux tricheurs et menteurs de la République hellénique diraient les conservateurs, soit pour nous faire accepter des sacrifices sociaux va crier la gauche. Il y a aussi une troisième solution. Les dirigeants politique, les journalistes, les "experts financiers", enfin tous ceux qui se pressent sur le plateau de C dans l'air, naviguent à vue et n'avaient aucune idée des montants en jeux et des conséquences possibles. Comme toujours la vérité doit être un mixte de toutes les hypothèses.
 
Combien les déclenchements de CDS vont-il couter et à qui surtout ? Des chiffres circulent dans la presse ; 3,2 milliards d’explosion nette et 60 milliards brut. 
 
Mais d'abord ces chiffres méritent une petite explication avec un exemple simple. John Moneymaker achète à la Banque du Rhin un CDS pour couvrir 5 millions d'obligation grecques qu'il détient (ou même qu'il ne détient pas, cela n'a pas d'importance). La Banque du Rhin décide de se couvrir et achète une CDS pour le même montant à la Banque du Danube. Bilan de ces deux opérations ; la Banque du Rhin a acheté puis vendu le même produit pour le même montant, sa position est nulle. John est en position acheteur de 5 millions et la Banque du Danube est en position vendeuse de 5 millions. L'exposition globale des trois acteur est de 10 millions en brute (2x5) et de "seulement" 5 millions en net.
 
3,2 milliards c'est pas grand chose à l'échelle de la planète finance à moins qu'un blaireau se soit amusé à accumuler une grande partie des positions brutes dans le mauvais sens. Le fait que le marché des CDS est non-régulé ne représente pas une situation autant aggravante que certains le claironnent ; nos deux compères Kerviel et Adoboli ont joué sur des marchés futures Dax et EuroStoxx parfaitement régulés et cela n'a pas empêché la catastrophe que l'on sait. Un élément qu'il relative encore un peu plus ces montants est les primes récurrentes énormes, et justifiées à posteriori, touchées par les banquiers émetteurs de CDS. Rembourser 50 millions quand on a soit même touché 10 millions de primes pendant 3 ou 4 ans c'est presque une opération blanche.
 
La décision de l'ISDA était-elle justifiée. Juridiquement je ne m'avancerai pas mais du point de vue du bon sens et de la réputation de cet organisme c'est oui. L'Union européenne pourra utiliser tous les euphémismes de la langue française, anglaise ou grecque qu'elle peut trouver et torturer le petit Robert, la vérité est crue ; la Grèce a fait défaut. Si l'ISDA n'avait pas déclaré l’événement de crédit, elle aurait non seulement perdu toute considération et le juteux marché des CDS aurait disparu ou serait aller se chercher un nouvelle organisation professionnelle. A quoi cela sert-il de payer des fortunes en assurance si on sait d'avance qu'on ne sera pas rembourser en cas de faillite ?
 
Accuser les CDS de taux les maux financiers de la Grèce est devenu comme reprocher à Saddam Hussein de détenir des armes de destructions massive, on aimerait bien y croire mais il faudrait nous en apporter les preuves.

Moyenne des avis sur cet article :  2.24/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • chapoutier 14 mars 2012 09:33

    ce qui est bien avec la méthode coué c’est que cela permet d’y croire.
    réjouissez-vous cela ne vas pas durer.

    pris dans la presse d’hier :

    Malgré les efforts déjà consentis, Athènes devrait se serrer encore un peu plus la ceinture... Si la Grèce remplira ses objectifs cette année, elle devra trouver de nouvelles économies budgétaires de l’ordre de 5,5% de son produit intérieur brut (PIB) en 2013 et en 2014, conformément à ce qui est prévu dans son deuxième plan d’aide, d’après un rapport de la Commission européenne que s’est procuré Reuters. Sans efforts supplémentaires, l’aide financière internationale pourrait être suspendue.

    D’après le rapport, le gouvernement serait déjà en train de préparer de nouvelles coupes budgétaires et envisagerait des suppressions de postes de fonctionnaires, avec une proportion d’un recrutement pour cinq départs ainsi que la réduction des dépenses de médicaments et des coûts de fonctionnement des hôpitaux.

    du 21 décembre au 29 février, la Banque centrale européenne a prêté 1018,5 milliards d’euros à 1 023 banques européennes !


    Dans quel but ? Selon le journal Les Echos, les banques peuvent, « en empruntant à 1% auprès de la BCE (…) acheter des obligations italiennes (...) servant 2,1%d’intérêts ».

    Donc : les banques continuent à s’engraisser aux dépens des finances publiques des Etats, et cela grâce à l’argent bon marché prêté par la BCE…elle-même alimentée par les finances publiques



    • Maurice Maurice 14 mars 2012 09:50

      J’allais exactement faire une réponse en ce sens. Merci chapoutier.

      @ l’auteur

      Rien n’est terminé. Bon nombre de commentateur ne comprenne pas pourquoi la Grece n’a pas été déclaré en défaut de paiement bien avant. Peut etre que durant cette période les multiples plans de sauvetage (qui ne sont jamais rentré sur le territoire grec) ont servi justement à couvrir l’exposition des banques (via les CDS) sur la Grèce.
      Il faut se mettre dans la tête que ces criminels, qui j’espère seront un jour juger au CPI, sont des joueurs d’échec. Et comme tout bon joueur d’échec, ils ont un ou plusieurs coups d’avance sur nous...

      Bonne journée


    • Le taulier Le taulier 14 mars 2012 11:03

      Je ne vois pas très bien le rapport avec mon papier mais si cela peut te soulager de crier ta colère défoule toi mon ami !


    • 4A+++ 14 mars 2012 16:58

      Bonjour Le Taulier,

      Pour ma part depuis que la BCE a commençé à prêter 1000 Milliards d’Euros aux banques qui le demandent on se rend compte depuis les banques reprêtent à nouveaux aux pays en difficultés à des taux très faibles.

      Serte la Grêce a fait défaut, mais l’ensemble des dettes de quelques 100 Milliards a été échangé depuis volontairement donc sans conséquence final pour le pays.

      Face au délais de mise en oeuvre les banques qui disposaient de montant très importants de CDS ont eu le temps de s’en défaire, car ils ont très rapidemment vu que l’Europe ne laisserait pas tombé la Grêce afin d’éviter l’explosion de la zone Euro.

      Toutefois il ne faut pas sous estimé, le problème car en dehors des banques, il peut y avoir aussi des assureurs et sur ce sujet peu d’informations...

      Mais sur les 3 Milliards qui a gagné qui a perdu ?

      Petite information du jour un dirigeant de Goldman sax a claqué la porte ?
      http://www.boursorama.com/actualites/un-dirigeant-de-goldman-sachs-claque-la-porte-et-denonce-un-climat-toxique-46d0392b6731b4217336a391f3415c88 

      Mais le jeu n’est pas terminé, il reste l’Espagne, l’Italie, la France... Est ce que l’ensemble de ces pays seront capables de mener les politiques d’austérités que demande l’EUROPE et les Banquiers, la suite au prochain numéro.




    • bigglop bigglop 14 mars 2012 18:19

      Bonjour à tous,

      Désolé @Le Taulier, mais vous ne faites que relayer « l’opinion » des médias, des politiques et décideurs comme Van Rompuy, Juncker, Barrosso, Lagarde, et Draghi qui détourne le rôle de la BCE pour financer (indirectement) la dette des états en transférant les créances privées au public, donc sur les contribuables.

      Le succès du PSI est très, très relatif comme je l’ai démontré dans l’article suivant :
      http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/dette-grecque-le-p-s-i-bidonne-112183

      Complété par mon commentaire à la réponse @Pierre-Marie Baty.

      Je vous copie mon commentaire sur l’article de Chapoutier sur le TSCG, MES dictature :

      Tous les politiques, médias se sont félicités du pseudo succès du plan de restructuration de la dette grecque et sont passés à autre chose.

      Vous évoquez les CDS à propos du PSI grec qui n’auraient été concernés qu’à hauteur de 3,2 mds €, ce qui ne correspond en rien au nombre et valeur des titres obligataires grecs émis.

      L’opacité de l’ISDA, ne permet pas de donner une estimation précise du volume des CDS émis sur cette dette, elle va de 70 à 198 mds €.
      Ceci d’autant plus que les établissements financiers connaissaient le détail des négociations du PSI et ont pu émettre de nouveaux CDS pour se couvrir ou faire des profits sur leur cession. Finalement, il existe, a priori, en valeur plus de CDS que de titres grecs.
      ISDA et CDS :
      http://www.renovezmaintenant67.eu/i...

      Comme beaucoup d’autres, je me suis fait « piéger » par la fausse information de la création de plus de 1 000 mds € par la BCE.
      En réalité, cette information est totalement fausse comme le démontre cette analyse, mais les médias entretiennent ce mensonge.
      http://www.les-crises.fr/la-monnaie...

      L’information est détournée, manipulée sur des sujets techniques que les citoyens considèrent trop complexes pour les comprendre.

      A part, le FDG, plus pédagogue, tout le monde fait silence car tous les pseudos programmes des candidats dépendent des décisions du Conseil et de la Commission Européenne après la ratification du TSCG.

      A nous, les joies des « plans d’aide » conditionnés par des « réformes structurelles » accompagnés de plans de rigueur, d’austérité.

      A propos, lors de la mise sur le marché des nouvelles obligations grecques à 30 ans, elles se sont négociées entre 32 et 35 € pour un nominal de 100 €.
      Conclusion, les opérateurs des marchés anticipent une faillite de la Grèce.
      C’est’y pas beau çà !!!

      J’espère que vous modifierez votre analyse



    • Le taulier Le taulier 14 mars 2012 18:55

      Salut 4a++

      Pour ma part depuis que la BCE a commençé à prêter 1000 Milliards d’Euros aux banques qui le demandent on se rend compte depuis les banques reprêtent à nouveaux aux pays en difficultés à des taux très faibles.

      Faux : Irlande, Portugal et Grèce n’ont toujours pas accès aux marchés.

      Serte la Grêce a fait défaut, mais l’ensemble des dettes de quelques 100 Milliards a été échangé depuis volontairement donc sans conséquence final pour le pays.

      Faux : L’échange ne s’est pas fait au pair. Pour 100 apporté les investisseurs recu 45. Donc la Grèce économise 55% de sa dette privée.

      Face au délais de mise en oeuvre les banques qui disposaient de montant très importants de CDS ont eu le temps de s’en défaire, car ils ont très rapidemment vu que l’Europe ne laisserait pas tombé la Grêce afin d’éviter l’explosion de la zone Euro.

      Faux : Personne ne peut se défaire de CDS sur un claquement de doigt. Elles sont restées collées avec leurs CDS car personne ne voulaient les racheter.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 14 mars 2012 11:19

      Selon la version officielle c’est parce que les créanciers ont « volontairement » abandonné une partie des prêts accordés à la Grèce que le mécanisme des CDS n’a pas été activé. C’est une curieuse logique. La perte sèche par consentement, l’abandon volontaire de créances, ne vaudrait donc pas défaut. Encore une fois, avec les banquiers et les financiers, il y a du foutage de gueule dans l’air.


      • Le taulier Le taulier 14 mars 2012 11:26

        C’est faux. les CDS ont été activés vendredi dernier.


      • Mycroft 14 mars 2012 11:43

        Mouais, attendons un peu, voulez vous ?

        Le déclenchement dont vous parlez n’a eu lieu que Vendredi, donc il y a moins d’une semaine.

        Avant de dire qu’une bombe fait « pshit », il faut assurer qu’elle ne mets pas simplement un petit peu de temps à exploser.


        • Maurice Maurice 14 mars 2012 11:52

          Exactement. C’est ce que j’ai voulu dire en disant que peut être les « plans de sauvetage » de la Grèce ont eu comme finalité de couvrir l’exposition des banques en vue d’un éventuel déclenchement des CDS. Mais visiblement l’auteur pense que je déverse mon aigreur...
          La planche à billet que Draghi a fait fonctionner (1 000 milliards distribués) n’est pas inoportune... Faut regardez le CV du mec quand même, son allégeance va vers ses patrons avant d’aller vers les peuples...


        • Le taulier Le taulier 14 mars 2012 12:11

          Tu as bon espoir ! Un peu comme ceux qui attendent depuis la révolution russe que le capitalisme s’écroule.


        • Maurice Maurice 14 mars 2012 13:55

          J’ai bon espoir en ce que le capitalisme financier s’écroule et laisse place à un capitalisme social... Il n’y a pas que des communistes et des capitalistes.
          Je met simplement un bémol à votre article, auquel vous ne répondez d’ailleurs toujours pas... Je ne détient pas la vérité, mais vous non plus. Vous croyez que c’est quoi ces 1000 milliards sorti du chapeau comme un lapin blanc, quel but y a-t-il derrière cela ?


        • bigglop bigglop 14 mars 2012 18:30

          Bonjour à tous,

          ATTENDEZ DE VOIR, VENDREDI 18 MARS !!!!!!

          Fabrice dit :

          le plus inquiétant dans cette histoire c’est que les 530 milliards ont été replacés par les banques ,en grande partie, auprès de la BCE à un taux moindre démontrant que les banques refusent de faire circuler ces sommes ne se faisant plus confiance.
           
          J’ai bien entendu l’explication qu’elles faisaient cela parce qu’elle ne trouvait pas tout de suite où le placer dans l’économie réelle, mais demandez aux entreprises (pme) si elle trouve des prêts tout laisse penser que la source s’est tari.
           
          Alors que cherchent les banques ? A quoi sert de prendre des prêts qui ne servent pas à l’investissement ? ne me dites pas que ce sont les CDS qui les paralysent à ce point !?
           

          >  »>
          “le plus inquiétant dans cette histoire c’est que les 530 milliards ont été replacés par les banques ,en grande partie, auprès de la BCE à un taux moindre démontrant que les banques refusent de faire circuler ces sommes ne se faisant plus confiance.”

          C’est malheureusement totalement faux, mais il te faudra attendre vendredi pour savoir pourquoi

          http://www.les-crises.fr/bilan-bce/


        • Prometheus Jeremy971 14 mars 2012 12:57

          C’est un mensonge comme la dette colossale de la Grèce ou de la France sont un mensonge. Un bon moyen de manipuler les peuples et de les contraindre à des sacrifices imaginaires.

          Au XX° siècle on se sacrifiait pour sa nation, aujourd’hui on se sacrifie pour de l’argent.
          Et ces riches français prêt à renier leur citoyenneté pour leur patrimoine est révélateur de notre époque.

          Enfin ça ne durera pas, autant la citoyenneté peut être donner même à un mendiant mais l’avarice fait que l’argent crée trop d’inégalités pour que les milliards de laisser pour compte acceptent éternellement cette situation.


          • bigglop bigglop 14 mars 2012 18:38

            Le problème est le suivant :

            L’exposition des des banques et assurances françaises aux autres dettes irlandaises, portugaises, espagnoles et italiennes.

            Pour la Grèce, rien n’est résolu, on a simplement gagné du temps

            La crise de la dette et surtout des banques qui continue, continue, continue......


          • deovox 14 mars 2012 12:58

            le principe des cds est de speculer sur la faillite. à en croire l’auteur les requins de la finance seraient devenus des philantropes. mdr


            • Marc Bruxman 14 mars 2012 15:42

              Vous ignorez que les CDS ont une durée de validé qui est souvent de 5 ans. Les banques n’en émettent plus bcp depuis 2008 et la grande crise. Elles ont en fait arrété d’en émettre un peu avant l’affaire Lehman Brothers. 


              Le but avec la grêce était avant tout de gagner du temps. Retarder au maximum la faillite (même si on la savait inévitable) de sorte à controler ses retombées. 

              Avec un défaut qui sera homologué à la date de début mars, le gros des CDS sur la grêce n’a déja plus aucune valeur. Il en reste un petit peu, cela servira de « punition » pour les banques mais la punition ne fait pas trop mal. 




              • Gabriel Maisonneuves Gabriel Maisonneuves 14 mars 2012 17:53

                hmmmm... Dites ? Question idiote...
                Si les CDS sont déclenchés, alors pourquoi nous en sommes nous mêlés ?

                Ce que vous ratez je pense dans votre raisonnement, Le Taulier, c’est que les montants versés au titre d’aide à la Grèce ont été utilisés pour dédommager les garants des CDS. L’endettement grec est royallement passé de 161% du PIB à 159% après le dernier versement. Je n’ai pas étudié ce dossier à la loupe mais il semble que la Grèce était endettée à hauteur de 350 milliards, on leur en a donné une fois 100 une fois 140 et 85% des créanciers privés ont alors accepté d’effacer la moitié de la note. Où est passé l’argent versé par l’Europe ? Je pense ne pas trop m’avancer en disant qu’il est immédiatement parti « dédommager » les créanciers privés, qui, du coup, peuvent s’offrir le luxe de déclencher les CDS, parce que s’ils ne le font pas, la confiance est morte entre eux. Et nous savons tous ce que ça donne s’ils ne se font plus confiance. Là, c’est réellement la faillite en chaine. D’ailleurs, si je voulais faire du mauvais esprit -et je veux ;p- j’ajouterai que c’est bien dommage que nous ayons « sauvé » la grèce, parce que la situation des grecs est encore plus catastrophique qu’elle était avant les plans de sauvetage à répétition et que les bankters, après avoir, une fois de plus fait peser leurs pertes sur l’argent public, courent toujours, volletant comme des vautours au-dessus de leurs prochaines cibles. Maintenant que grâce à la ratification du MES les États sont devenus leur financeurs, pourquoi s’inquièteraient-ils ?


                • Le taulier Le taulier 14 mars 2012 18:58

                  Les aides versées ont été utilisées pour certe rembourser les emprunts arrivant à échéance mais aussi pour payer les fonctionnaires (y compris les popes) et les retraités.


                  • bigglop bigglop 14 mars 2012 18:45

                    Merci @Gabriel de votre avis, mais face à l’enfumage halal, taxation 75%, Schengen, « référendums », je n’ai pas fait le « poids » alors que c’est un sujet essentiel de cette élection.

                    Mais relisez bien mon précédent commentaire et surtout les liens

                    A bientôt


                  • Gabriel Maisonneuves Gabriel Maisonneuves 15 mars 2012 09:48

                    @Bigglop

                    Entièrement d’accord. Mais je crois qu’au moins parmi les actifs d’AgoraVox nous avons bien compris que la campagne se jouerait sur les sujets démagogiques, immigration, mariage gay et que tant que l’on cherche à nous enfermer dans cette sacro-sainte dichotomie gauche-droite Hollande-Sarkosy ce seront précisement les seuls sujets sur lesquels le prochain gouvernement pourra agir. Hollande fait des promesses dont nous savons tous que Bruxelles l’empêchera de tenir, Sarkosy continuera sur sa lancée, Mélenchon qui n’a guère de chances d’être au deuxième tour, probablement seulement parce qu’il a rendu publiques ses intentions de « transfert » de votes pour Hollande... Restent Asselineaux, Dupont-Aignan et Le Pen, qui sont les seules alternatives potentielles à une fin de démocratie. Qui aurait cru, en France, que nous serions amenés à voter MLP pour sauver les quelques restes de démocratie. Navrant, mais juste.


                  • bigglop bigglop 16 mars 2012 03:05

                    Bonsoir,
                    Je pense que le FDG est sous-coté dans les sondages par des pondérations
                    Ensuite son annonce de « transfert » vers le PS n’est pas si évident, car nombreux électeurs déçus par le PS (Lisbonne, MES,..), par d’autres candidats, des militants Ps, des abstentionnistes, vont aller vers le FDG, mais rien n’est moins sûr qu’ils se plieront à une telle consigne de vote.
                    Et de cela le FDG en a conscience


                  • douce france 15 mars 2012 01:40

                    bon...peut etre que quelqu’un pourra me répondre.

                    le dette de la france doit etre de 1700 milliard d’euros:dont environ 570 milliard détenu par les français,et le reste par d’autre pays.

                    et sur les 1130milliard ,70% de cette dette est détenu par les pays européens,le reste par les autre pays du monde.

                    mais une chose curieuse la france detient autant de dette ( donc 1130 milliard),de tout ces pays. donc : 0+0= la tete a toto !!!!!!!!!!!

                    et la charge de la dette doit etre de 52 milliard par ans...mais sur quelle base.. ?

                    570 milliard ou 1700 milliard.. ???

                    je sais ...j’aurai pas du poser de question.

                     


                    • chapoutier 15 mars 2012 05:04

                      sachant que la France a déjà remboursé (de mémoire) environ 1400 milliards d’euro d’intérêts (rien que d’intérêts !) depuis les années 80 , on se rend à l’évidence que la dette est créée de toute pièce entre amis banquiers afin de maintenir cette situation de rente et cela à vie.

                      sur le dos de la population bien sur.


                    • Le taulier Le taulier 15 mars 2012 06:02

                      Tu confonds La France, l’Etat français et les agents économiques français.

                      1.700 millards c’est la dette de l’Etat francais

                      1.130 c’est la dette détenu non par les agents économiques francais, principalement des particuliers, et ces particulier ne sont en aucun cas solidaire de la dette d’Etat.

                      52 miards (le service)/ 1.700 millards = 3.06% c’est le taux moyen auquel la France emprunte.


                    • bigglop bigglop 16 mars 2012 03:09

                      Bonsoir @Le Taulier,
                      Je crois que @Chapoutier veut parler des intérêts de la dette payés depuis la loi de 1973 Pompidou-Rorschild jusqu’à aujourd’hui


                    • Le taulier Le taulier 16 mars 2012 06:14

                      Si tu emprunte de l’argent à ta banque tu paies des intérêts, quand tu fais tes courses au supermaché tu passes à la caisse, n’est-ce pas ? Je ne vois pas pourquoi l’Etat en serait dispensé.


                    • chapoutier 16 mars 2012 08:14

                      le taulier

                      votre logique me laisse sans voix

                      vous applaudissez quand les banques privées empruntent auprès de la BCE 1300 milliards d’euros à 1% d’intérêt , ce qui permet à ces banques de prêter aux états à 2,1% d’intérêt ( dans le cas de l’Italie actuellement).

                      vous oubliez simplement que l’argent de la BCE est de l’argent public collecté par les états dans le cadre de l’impôt !

                      donc l’état finance directement les banques spéculatives !

                      bravo pour la morale de cette affaire.

                      par ailleurs bigglop à tout fait raison de préciser que dans mon commentaire précédent les 1300 milliards d’euros représentent le total des SEULS intérêts versés par l’état français au service de la dette depuis une trentaine d’années.


                    • Le taulier Le taulier 16 mars 2012 14:24

                      Je n’applaudis à rien du tout. Les banques empruntent à 1% mais qu’est-ce que cela pèse sur le sacrifice des dizaines de milliards d’obligations non remboursé par la Grèce que les Etats ont imposé. ?

                      Tu devrais suivre des cours d’économie et tu saurais que l’argent d’une banque cenrtale n’est pas le fruit de la collecte d’impôts. Sinon il n’y aurait aucun euro en circulation en Grèce.


                    • bigglop bigglop 16 mars 2012 19:50

                      Bonjour @Le Taulier et @Chapoutier,

                      Il faut tout mettre en perspective.

                      Les deux « contrats » LTRO que j’appellerai VLTRO (Very Long Term Refinancing Operation) sont des prêts de monnaie « BCE » aux banques commerciales européennes, sans limite, pour une durée de trois ans.
                      Nota : au sens BCE, le LTRO est passé de 6 mois, à 1 an, puis à 3 ans !!!
                      Pour garantir les prêts les banques emprunteuses fournissent une garantie nommée « collateral »
                      sous forme de titres, notamment des obligations souveraines (les moins pourries)
                      La conséquence est que les banques commerciales conservent dans leurs bilans les positions les plus toxiques, pourries. Les provisions pour dépréciation sont calculées suivant des « méthodes internes » (bonjour l’angoisse des commissaires aux comptes qui certifient les comptes). Elle ne correspondent pas à la réalité.
                      Donc, la BCE détient des titres moyennement pourris, qui pourraient être dépréciés davantage à l’échéance des 3 ans, si ce prêt n’est pas remboursé par anticipation par un autre VLTRO ou un autre moyen.

                      Attention, la monnaie « BCE » n’est pas de la monnaie « secondaire » créée par les banques commerciales notamment par l’émission de crédits (limitée par les réserves fractionnaires et l’obligation d’acheter un % de monnaie BCE en garantie (accords de Bâle 2)).

                      Depuis plusieurs mois, les banques privées ne se font plus confiance (rappel de la crise des subprimes) ne se prêtent plus d’argent sur le marché interbancaire, qui est devenu illiquide, donc ces deux VLTRO auraient dû donner des liquidités, de mettre de l’huile dans ce mécanisme et non de favoriser le crédit aux particuliers/entreprises de l’économie réelle car la demande européenne est faible en raison des positions de désendettement.

                      Les banques espagnoles et portugaises, sous la pression de leurs états, ont racheté massivement de la dette souveraine (+ ou - pourrie), provoquant une baisse des taux, mais sans résoudre le problème des déficits, de la dette, tout en se fragilisant un peu, beaucoup plus.
                      D’autres, plus « saines » sont allées sur les marchés spéculatifs (prise de risque).

                      Mais les faits sont têtus, rien n’est résolu. Les banques, techniquement, sont dans une situation de défaut et ces VLTRO ne font que retarder l’échéance. La chute des banques provoquera la chute des états qui ne pourront plus les recapitaliser.

                      Sans parler de crise de la dette des Etats-Unis qui va nous arriver en pleine figure et bien pire que la crise des « subprimes »

                      http://www.investir.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/bce-le-ltro-ne-fait-que-retarder-la-chute-de-banques-fitch-412105.php

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès