Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Ces responsables qui nous gouvernent

Ces responsables qui nous gouvernent

Seriez-vous étonnés, voire choqués si l’on vous apprenait que seuls certains pays - encore qualifiés d’émergents - connaîtront la croissance en 2009 alors que nos économies Occidentales ou Occidentalisées, en tous cas toujours appelées développées, elles, se contracteront pendant la même période ? Certes, tout le monde s’y attendait...

Cependant, la rapidité avec laquelle cette récession s’abat sur nos pays d’Occident ne fait qu’accélérer et que creuser encore plus le bouleversement structurel distinguant désormais les nations émergentes des nations développées tout en consacrant l’avènement - et la suprématie - de ces économies sur les nôtres !

Ainsi, la Chine ou l’Inde n’étaient-elles encore que des économies à l’importance toute relative pour l’Occident lors de la dernière grande crise des années 90 en dépit d’une croissance qui pouvait s’avérer dans certains domaines plus dynamique que celle d’Europe ou des Etats-Unis. La donne a radicalement changé aujourd’hui et l’équilibre est irrémédiablement modifié puisque la Chine détrônera l’Allemagne en 2009 comme troisième puissance économique du monde !

Nos gouvernements se débattent dans les sables mouvants de la crise économique et financière : L’Europe dispose encore d’une marge de manoeuvre pour baisser ses taux d’intérêts, les Etats-Unis n’ont pratiquement plus de munitions avec un taux de base à 1%, le Japon renoue héroïquement avec le cauchemar des baisses "quantitatives". Ces nations adopteront très certainement des mesures fiscales dans un avenir très proche afin de tenter de relancer la machine même s’il est loin d’être assuré que de telles économies d’impôts pour le consommateur ( assassines pour les budgets des Etats ) puissent vraiment être suffisantes pour remettre de l’huile dans les rouages...A cet égard, l’exemple du Japon ayant âprement lutté dans les années 90 afin d’éviter la récession au prix de déficits budgétaires monstrueux fait peur : la récession s’y est néanmoins installée durant toute une décennie que l’on a qualifiée de "perdue" faisant de l’Etat Japonais aujourd’hui le pays le plus endetté parmi les nations développées...Qui a dit que le devoir de nos dirigeants était - en théorie - d’améliorer nos conditions de vie ?

Quoiqu’il en soit, le monde qui naîtra de cette crise sera un monde où nos responsables, dans le cadre de leur bonne gouvernance espérée, devront de plus en plus tenir compte des positions de ces nations "émergentes". En fait, ce jeu de bascule qui penche irrémédiablement vers l’Asie imposera de réformer non point détails ou modalités mais le système lui-même !

Dans 25 ans tout au plus, la Chine aura l’économie la plus importante au monde et il convient incontestablement d’être admiratif tout en étant heureux pour elle. Il n’en reste pas moins que la responsabilité de nos Gouvernants Occidentaux doit être invoquée dans cette course que nos pays ont définitivement perdu : Pourquoi sommes-nous si dépendants de l’épargne Asiatique et pourquoi nos économies ne vivent-elle qu’à coups de formation/implosion de bulles ? Les cycles économiques seront toujours inévitables mais il est plus que temps que nos dirigeants nous épargnent les saignées qui nous affectent régulièrement en adoptant mesures adéquates et avertisseurs indispensables à la prévention de telles crises dévastatrices.

La politique monétaire est certes un instrument de relance de l’activité économique générale mais elle devrait également être utilisée comme arme de dissuasion à l’encontre de toute tentative de formation de bulle que ce soit dans le domaine boursier, immobilier ou du crédit. Ces climats malsains de spéculation effrénée ayant régné ces dernières années devraient être immédiatement repérés puis entravés grâce à un resserrement de politique monétaire : Après tout, la tâche première des banques centrales et des responsables économiques est bien d’assurer la stabilité des prix et cette stabilité des prix passe aussi par la canalisation des excès spéculatifs des divers marchés et intervenants !

Il est vrai cependant que relever des taux d’intérêts dans un contexte d’euphorie boursière ou immobilière réclame une dose certaine de courage politique dont sont dénués nos leaders.


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • JL JL 21 novembre 2008 11:26

    Pour ma part, le fond de cet article ne m’apparaît pas clairement, vu que la forme, et d’abord le titre me hérissent profondément, désolé. En effet, comment donner du crédit à un tel discours , je cite : "" Qui a dit que le devoir de nos dirigeants était - en théorie - d’améliorer nos conditions de vie ?""

    De deux choses l’une : ou bien nous sommes encore en démocratie, et dans ce cas, personne ne NOUS dirige, ou bien nous ne le sommes plus, et les "maîtres" font ce qu’ils veulent du troupeau.


    • geko 21 novembre 2008 11:35

      Bonjour Mr Santi

      Nos responsables ne gouvernent plus, il pilotent aujourd’hui !

      "Après tout, la tâche première des banques centrales et des responsables économiques est bien d’assurer la stabilité des prix et cette stabilité des prix passe aussi par la canalisation des excès spéculatifs des divers marchés et intervenants !"

      Il faudrait que la BCE ait une stratégie de réserve pour cela !
      Canalisation ! je parlerais plutot de contrôle strict !


      • michel michel 21 novembre 2008 12:21

         La Chine, un pays de 1.5 milliards d’habitants qui applique notre modele de croissance, c’est l’explosion
         en vol assurée. Les grandes entreprises qui sont allés en Asie faire la seule chose qu’elles savent
         faire ou lieu de se renouveller avec l’evolution des marchés developpés, exploseront avec. L’inde a le
         potentiel culturel pour imaginer un autre modele de développement. Pour l’instant, leur economie de 
         services depend beaucoup des pays developpés et compte tenu la situation, l’Inde va devoir faire
         appel à sa creativité.

         
         

         
         


        • lululu 21 novembre 2008 13:45

          Pensez-vous que la "croissance",mot très à la mode,puisse durer éternellement ? Non ! ce n’est qu’un miroir aux allouettes....encore faut il distinguer la bonne croissance et la mauvaise,jusqu’à présent,seule la mauvaise a abouti à l’état de faillite généralisée,les guerres du pétrole,de l’uranium,et des matières premières sont là pour rappeller une évidence,la croissance des uns se fait sur le dos des autres,est-ce vraiment ce qu’on veut ?.....
          Quant à dire que les responsables qui nous gouvernent sont fautifs,.....évidemment oui ! Ils ont profité de cet état de fait depuis des décennies,maintenant ils vont devoir payer l’addition.....tôt ou tard !


          • lululu 21 novembre 2008 14:10

             smiley j’entend encore Marchais dire "le résultat du bilan de l’URSS est globalement positif"....si les gens doivent bosser jusqu’à 70 ans,l’espèrance de vie va diminuer,la pollution,le stress et les problèmes insurmontables que l’économie de marché engendre viendront à bout de ce modèle,comme l’URSS il y a 17 ans....encore que eux avaient la bouée de sauvetage de l’occident à cette époque,mais nous il n’y a rien comme roue de secours...il ne restera que le bon sens !! mais jamais les " possédants" auront le bon sens,il faudra les mettre hors d’état de nuire... !


          • FYI FYI 21 novembre 2008 14:37

            Si au Moyen-Âge les populations bénécifiaient des avancées de la médecine actuelle , tel que les anti-biotiques, la péniciline, leur espérance de vie serait supérieur au nôtre.
            Car dans cette période, les populations travaillaient 2 heures par jour, manger plus sainement etc ...

            L’ère industrielle est une arnaque, cette dernière a robotiser les populations, comment en est-on arriver à faire croire aux gens de travailler au moins 40 ans pour bénéficier d’une retraite acceptable.

            Notre société est un échec, nous ne sommes que des outils de travail, quantifié, qualifié de coût, ressenti comme une charge...

            Non, les populations ont le droit à autre chose que de travailler et consommer, vivre par exemple ...

            Exigeons des temps de travail partagé, 4 heures max. par jour, droit à tous les besoins primaires de bases (logement, transport, nourriture, éducations de qualité...).
            Quand les populations le comprendront, elle l’exigera, comme pour la création de la République...


          • lululu 22 novembre 2008 14:13

            Pourquoi arrêtez l’electricité quand on peut la fabriquer soi-même ! il faut tendre vers l’autonomie et ne plus dépendre des compagnies qui s’engraissent sur notre dos,c’est de ça qu’ont peur ces compagnies !! qu’on ne passe plus par elle.... !


          • FYI FYI 21 novembre 2008 14:23

            "Pourquoi sommes-nous si dépendants de l’épargne Asiatique et pourquoi nos économies ne vivent-elle qu’à coups de formation/implosion de bulles ?"

            Remarque qui résume allègrement l’article et la situation, cependant, la question la plus importante est combien de temps cette oligarchie dépassée, incompétente, dangeureuse, corrompue, décadente, cette minorité invisible "car sous le manteau" va t’elle survivre ?
            Car tant qu’elle existera, cette dernière va paupériser la planète, elle en est consciente, aussi elle se débat à coup de communication pour se maintenir en vie et faire croire à la plèbe que leur modèle de société est la meilleure et inévitable, quitte à faire de la publicité mensongère, des lois anti-constitutionnelles, des coups-médiatiques, je crains que la barbarie risque d’être au bout du chemin.
            Sincèrement le danger est suffisamment important pour prendre cette menace au sérieux, et de se mobiliser contre elle...
            Désormais, autour de nous, des mouvements parallèles se créaient, politiques et associatives, car les citoyens veulent peser légalement et légitimement contre des décisions qui sont à l’encontre de l’intérêt général. On en voit les résultat en ce moment...

            Wait and see...


            • Stoïque 21 novembre 2008 15:22

              L’éré industrielle a mené des bienfaits matériels mais n’a pas amené l’humain spécialement vers le bonheur... Il n’est pas impératif d’abandonner ces biens matériels, mais de moraliser l’économie et ceux qui en tirent les ficelles.

              Les maux premiers semblent bien -comme je l’ai indiqué en plus développé dans un commentaire de l’article de Bernard Dugué "quelques réflexions iconoclastes..." de ce jour - une baisse croissante de moralité et de responsabilité des puissances économiques et de leurs larbins décideurs politiques et économiques, attirés par une cupidité grandissante.

              Ettouffons la spéculation et les cupidités personnelles de ces marginaux multi-milliardaires, dotons par de meilleurs votes nos pays de décideurs responsables, engageons des politiques sérieuses mais pas tyranniques de limitation de la démographie humaine dans tous les pays et veillons à l’écologie de notre planète et de tous ses habitants, humains ou non, ect...


               


              • Blé 21 novembre 2008 17:12

                Le roi est nu. Les états européens ne sont plus au service de leurs peuples mais au service des oligarchies. La politique et les décisions que notre petit génie qui nous gouverne a pris dès qu’il est arrivé au pouvoir en dit plus long sur les intérêts qu’il défend qu’un traité d’économie.
                La richesse créée par les peuples s’est volatilisée mais elle n’est pas perdue pour tout le monde. Le monde des affaires continue à tourner, les guerres meutrières se poursuivent et d’autres sont en préparation, les classes aisées et très aisées ne connaissent pas de fin de mois difficile. Les discours et les analyses économiques ne sont que de la fumée pour faire avaler des couleuves aux salariés, aux PME , aux artisans, etc... bref ceux qui vendent leur force de travail physique ou intellectuelle pour vivre.

                Quand un homme politique élu décide que l’argent doit rapporter plus que le travail, c’est un choix politique pas une erreur.


                • Gilles Gilles 21 novembre 2008 18:14

                  "Pourquoi sommes-nous si dépendants de l’épargne Asiatique et pourquoi nos économies ne vivent-elle qu’à coups de formation/implosion de bulles ?"

                  Et bien on leur a sous traité notre production industrielle, et ils ont appris.... On a presque plus rien, eux ils savent faire caisse, bateau, avions, fusées, bombes A, jouets.....bon on a encore les avions, mais vu que l’on commence à transfèrer chez eux pour économiser

                  Et nous on développe la finance, les fabless entreprises (entreprises sans usines) , le crédit et devenons fort pour faire du pognon avec du vent. En plus ils deviennent nos créanciers

                  Qui gagne à long terme ? Pas besoin d’être un devin pour voir que les atouts sont chez eux !

                  L’Occident du fait de sa dépendance en terme de crédit et de produits manufacturé va en chier.


                  • furio furio 21 novembre 2008 22:00

                    Rectificatif au titre : Ces IRRESPONSABLES qui nous gouvernent !!

                    Vu l’ampleur de la crise qui couvait depuis des mois, les ump ont continué à faire la politique de l’ultra-libéralisme !! On ose à peine imaginer ce que notre serait devenue à ce rythme dans 3 ans et demi !! La crise va certainement arrêter ces fous, les dati, darcos et autres sinistres lagarde !

                    Ps : j’ajoute IRRESPONSABLES ET INCOMPETENTS !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès