Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Ces riches qui pompent les pauvres

Ces riches qui pompent les pauvres

La cour des comptes a au moins l'intérêt de remettre les choses au point. Le rapport paru hier nous interpelle sur la réalité de la contribution réelle des citoyens à la marche de la société. Au moment où l'on crache sur l'assistance, sur le RSA, sur les pauvres qui seraient des sangsues de l'économie active, le moins qu'on puisse dire est que la vérité est bien loin de ce que l'on entend à longueur de journées sur nos médias voués à la propagande libérale.

En pleine suppression du bouclier fiscal et de certaines mesures de l'impôt sur la fortune, en pleine discussion sur la nécessité de taxer les contribuables qui préfèrent se faufiler pour échapper aux mailles du filet fiscal, on assiste à une levée de boucliers, des riches qui réclament le maintien de leurs niches fiscales et n'en peuvent plus de cette pression permanente, de ce racket. A les entendre, ces pauvres malheureux, aux Porsche si taxées, et si cela continue, on n'aura bientôt plus de riches pour alimenter la machine économique, ils auront tous passé le Rubicon, ou le lac de Genève.

Les pauvres, eux, on ne les entend pas, terrés dans leurs privilèges, des privilèges à 450 € par mois, honteux, ils longent les caniveaux, ils n'ont pas de porte-voix, ils n'ont pas la parole, tout simplement.

Or que nous dit la Cour des Comptes : 

L'impôt sur le revenu peine de plus en plus à remplir sa fonction originelle de progressivité et de redistribution, note ce rapport ajoutant que les inégalités de revenus en France ont cessé de se réduire depuis 2004.

Système dégressif

Le CPO rappelle entre autres que les modifications successives du barème de l'IR ont ramené son taux marginal à 41% (le taux auquel sont taxés les plus hauts revenus) , un niveau « inférieur à ceux en vigueur dans nombre de pays comparables, dont l'Allemagne ou le Royaume-Uni ». Pire, les niches fiscales réduisent son assiette et créent un effet « régressif », c'est-à-dire que son poids diminue lorsque les revenus augmentent, notamment pour les revenus de capitaux mobilier ou du patrimoine.

 « Pour le dire autrement, le système socio-fiscal est progressif jusqu'à 20.000 euros de niveau de vie (…), puis il est proportionnel jusqu'à 50.000 euros ; au-delà, le système est très probablement dégressif », a résumé Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes, devant des députés. Enfin, l’IR ne pèse plus que 2,6% de la richesse nationale, deux fois moins qu'au milieu des années 1980. Le budget 2011 prévoit que l'impôt sur le revenu rapportera à l'État 52,1 milliards d'euros, soit 20,5% des recettes globales, contre 130,6 milliards (51,3% des recettes) pour la TVA.

Voilà la réalité, l'împot est injuste, mais pas pour les riches, pour les pauvres, juste impossible à réformer, vouloir le réformer vers plus d'égalité est un blasphème pour les nantis, une impossibilité pour les moins aisés.

Ah oui je vous vois venir : mais 47 % des Français ne paient pas d'impots me direz-vous. On entend ça tout le temps, et c'est tout le temps faux. Car enfin, les plus modestes dépensent tout ce qu'ils gagnent et souvent plus.

En gros, s' ils dépensent tout, ça leur coute juste 19,6 % de ce qu'ils dépensent, en TVA, et c'est de l'impôt, celui qui rapporte le plus. Quand ils dépensent plus que ce qu'ils gagnent ils paient des intérêts sur leurs emprunts, et les emprunts qu'ils contractent sont à des taux plus élevés car ils remboursent plus lentement et ça renfloue des banques qui peuvent juste se permettre de faire des ristournes et les beaux yeux, aux riches.

Les riches économisent, ils investissent les allocations familiales qu'on continue de leur filer, pour les chers petits chérubins, les allocs ça paie juste le forfait hebdomadaire sur les pistes à Megève. Les riches ils se paient une Porsche, mais pas le carburant, avec les sous de l'entreprise, une voiture de société, payée par les salaires à la baisse des employés intérimaires.

Les prunes à 200 à l'heure, le flash du radar automatique, la facture est réglée par la boite, et le conducteur reste anonyme, le précaire à deux balles, lui qui vient d'une misérable banlieue et qui met juste deux heures pour arriver à l'heure au turbin, lui paie son gasoil et ça lui coute 80 pour cent de taxes, lui se fait juste flasher à 53 à l'heure et au bout du compte ça lui coute 90 €, et un point de pénalité. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • lemouton lemouton 14 mai 2011 12:26

    Et ZUT !! je ne peux « plusser » qu’une seule fois votre article.... smiley
    + 1000 —> pour le moral... smiley

    déjà, il y a quelques temps, Philippe Seguin avait levé quelques beaux lièvres.. smiley


    • hand87 14 mai 2011 13:01

      Rien de bien nouveau ici, mais ça va mieux en le disant.

      On glisse lentement vers les inégalités d’avant 1789 et je crains que nous ne finissions l’histoire de la même façon : un bain de sang et de larmes.

      Nos dirigeants n’ont pas vu venir la révolte dans les pays musulmans. Voient-ils venir celle qui ne va pas manquer d’éclater chez nous ?

      • ACR26 ACR26 14 mai 2011 13:20

        Bonjour tout le monde. Je réagis pour la 1° fois sur Agora.
        PROVOLA désolé mais vous êtes loin des faits, bien loin de la réalité car vous relatez une infime partie de ce qui se passe. Quelques exemples :
        Savez-vous qu’en % du PIB nous donnons bien plus pour les retraités US, Monégasques, Luxembourgeois, etc... que pour nos propres retraités. Allez voir du coté des fonds d’investissement qui pillent littéralement nos meilleures entreprises via des sociétés ecran domiciliées dans les paradis fiscaux. Quand le citron est bien pressé ils déposent le bilan, virent tout le monde et laissent les chomeurs à la charge du contribuable. Ces fonds profitent aussi de notre sécurité sociale et de nos mutelles de santé via les cliniques cotées en bourse, les hopitaux, les laboratoires, le matériel médical, etc...
        Pourquoi avons nous autant de fonds qui investissent en france ? Les « repreneurs » d’entreprises bénéficient d’avantages fiscaux considérables, d’exemptions de charges sociales, de terrains, etc... Là encore quand le terme de tous ces avantages est atteint ils vont voir ailleurs en nous faisant un grand bras d’honneur.
        Quid de l’évasion fiscale des fortunés ? Où sont nos sportifs grassement payés, nos « artistes », nos grands patrons, etc... Ils sont en Suisse, au Luxembourg, en Belgique, etc... afin d’echapper à l’impôt alors qu’ils bénéficient souvent des subventions de l’état ou des collectivités locales. Plongez-vous dans les comptes du foot, du tennis, du cinéma, etc.. et vous comprendrez l’ampleur du phénomène !
        La liste est longue....
        Il faut aussi dire que l’impôt sert à construire les infrastructures, financer les écoles, les hopitaux, etc... L’exilé fiscal ou celui qui profite de toutes les niches fiscales pour diminuer considérablement son impôt est aussi celui qui profite le plus des routes qui menent aux stations de ski ou au bord mer, des aéroports, mais aussi des meilleures écoles, des meilleurs hopitaux, etc.. donc à charge du contribuable de base y compris celui qui est au RSA et qui paye, comme vous le dite, la TVA.
        La TVA parlons en ! La baisse de la TVA sur la restauration profite bien plus aux groupes etrangers de restauration rapide, aux grands groupes hoteliers, aux grands palaces qu’au petit restaurateur du coin ! Mais là c’est tabou, faut pas le dire !
        Et notre ministre qui insinue adroitement que le RSA profite aux salops de chomeurs qui ne veulent pas travailler ! Il oublie de dire qu’il est issu d’une grande famille d’industriels qui ont délocalisé, profité des paradis fiscaux, etc... et qui sont aussi gérants de sociétés conseils en investissements... c’est a dire de gens qui ont allegrement participé à la montée du chomage de masse !
        Je pourrai vous en faire 2500 lignes de tous ces exemples. Mais restons corrects car cela risquerait de facher nos politiques et nos très riches, nos salariés de luxe qu’il ne fait surtout pas confondre avec les patrons, les vrais patrons, ceux qui portent leur petite entreprise à bout de bras et qui payent leurs impôts, beaucoup d’impôts pour compenser ce que nous volent ceux qui accusent les jeunes d’incivisme, ceux qui veulent mettre le voleur de poules en prison, ceux qui traitent les chomeurs de feignants.
        Je précise que je ne suis ni riche, ni chomeur, ni voleur, ni restaurateur. Je suis de droite et je n’ai pas voté pour l’actuel président qui n’est à mes yeux qu’un camelot. Et je paye mes impôts !!


        • paoum 14 mai 2011 13:27

          waaa !

          belle arrivée !! smiley


        • lemouton lemouton 14 mai 2011 15:50

          Que dire.. sinon d’abord —> Bienvenu... et ensuite —> merci pour les infos..  smiley


        • herbe herbe 14 mai 2011 17:30

          Merci ACR26 ! (et à l’auteur bien sûr ...)

          Non effectivement pas la peine d’en faire 2500 lignes d’un coup, mais il faudra répéter, « radoter » et continuer à semer les graines antidotes au vrai cancer lui.

          Ce qui s’est passé avec le RSA est énorme en effet,énième exemple de « promotion du vice et punition de la vertu » qui semble devenir une règle en ce moment... en attendant la nécessaire et indispensable guérison ( http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/devoir7.htm )


        • herbe herbe 14 mai 2011 17:33

          petite « parenthèse » pour signaler la parenthése hebdo de france inter d’aujourd’hui :

          http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/parenthese/index.php?id=104906


        • Robert GIL ROBERT GIL 14 mai 2011 14:01

          Nous ne pouvons pas continuer à transférer la richesse de la nation à ceux qui sont au sommet de la pyramide économique - ce que nous avons fait depuis environ trente ans - tout en espérant qu’un jour, peut-être, les avantages de ce transfert se manifesteront sous la forme d’emplois stables et d’une amélioration des conditions de vie de millions de familles qui luttent pour y arriver chaque jour.,lire ci dessous :

          http://2ccr.unblog.fr/2010/10/20/les-riches-nous-coutent-trop-cher/


          • OK MR GIL

            POUR L IMMOBILIER QUE PENSEZ VOUS D’ UNE TAXE TOBIN DE 10% POUR LES LOGEMENTS SALUBRES ET 30 % pour les logements....INSALUBRES


            IDEM POUR LES PLACEMENTS BOURSIERS ET REMBOURSEMENT PAR LES BANQUES DES FRAIS PRIS SUR LES PETITS COMPTES...

            CERTAINES SCI BRADENT LEURS LOGEMENTS....DANS LE 197ME ET 20 7ME....PEUR DE L ’ARRIV2E D’UNE VRAIE GAUCHE NON-DSK en 2012,,,,,


            degageons les tousensemble





            tousensemble


            • Wàng 14 mai 2011 16:03

              Le progressivité de l’impôt n’a rien de juste ! C’est un dogme communiste.

              La justice, dans l’idéal, ce serait de considérer l’état comme un club et que chacun paie la même contribution, ou alors que le poids du vote soit déterminé par le poids de la contribution. Sinon on a une majorité qui peut traire et tyranniser à loisir une petite minorité de « riches » au détriment de la prospérité de tous !

              Déjà supprimer toute progressivité et toute surtaxation de l’épargne (ISF, droits de succesion) serait un grand pas en avant, par exemple, en supprimant la CSG payée à la source et instaurer un impôt sur le revenu à taux unique.


              • VivreDifferent VivreDifferent 14 mai 2011 17:05

                OK, mais à une condition : supprimer le droit d’héritage, c’est-à-dire supprimer le droit, garanti actuellement par l’Etat, de posséder des richesses que l’on a pas produites, mais que l’on a reçues par héritage ou donation. Si chacun débute dans la vie avec rien, ou la même chose que tous les autres, alors on peut accepter que l’impôt n’ait pas un rôle de redistribution (encore que cela peut être discuté, on peut en effet estimer qu’une certaine dose de solidarité fait partie des devoirs civiques).

                Le problème de l’impôt, c’est qu’il taxe beaucoup les créateurs de richesse et peu les rentiers. Les impôts sur les revenus du travail sont très élevés, ceux sur la consommation moyens, et ceux sur les revenus financiers et le patrimoine très faibles.


              • Wàng 14 mai 2011 18:08

                Les droits de succession obéissent à la même logique que les autres impôts sur le capital et aux mêmes effets pervers. Le problème de la fiscalité est complexe. Regardez cet article :

                http://www.quebecoislibre.org/04/041015-13.htm

                La capacité à se projeter dans le futur, au-delà même de la mort, est une caractéristique de l’homme. Le cycle de la vie et le cycle des générations ne sont pas séparables du cycle des patrimoines, de leur naissance, de leur développement, de leur transformation et de leur anéantissement. La transmission des biens – par transaction libre ou par héritage – est l’un des moyens essentiels par lesquels l’évolution, imprévisible, de l’histoire humaine se réalise. Imposer les successions, c’est ignorer cette dimension historique des patrimoines, c’est avoir une conception totalement figée des sociétés : on prend une photographie des patrimoines à un moment donné et on déclare que leur répartition n’est pas satisfaisante aux yeux de ceux qui ont le pouvoir. La transmission par héritage d’un bien – qu’il s’agisse d’une maison ou d’une entreprise familiale – est l’un des moyens par lesquels les hommes établissent un lien entre le passé et le futur. En confisquant une partie importante de ce bien, l’État ampute non pas seulement un patrimoine, mais la personnalité de celui qui l’a constitué. Les droits de succession doivent être supprimés, sans exception. 


              • Wàng 14 mai 2011 18:36

                La thèse de Salin, pour résumer, c’est que la fortune de quelqu’un est nécessairement répartie après la mort, mais que le défunt est seul légitime pour décider de cette répartition et que c’est la seule voie respectueuse de la personnalité de celui-ci au delà de sa mort, contrairement à l’état qui répartit de façon impersonnelle. Faire reculer l’état dans ce domaine, c’est donc faire reculer la violence et faire progresser le respect de l’être humain : « Admettre l’imposition des successions, c’est tolérer des germes de totalitarisme dans une société. »

                On peut bien sûr donner à ses enfants (qui vers 60 ans auront de toute façon dû travailler avant), à des gens qui vous ont aidé, à des amis, à quelqu’un qui veut créer son entreprise, pour des causes humanitaires, pour mener des combats intellectuels, pour la recherche dans un domaine qui tient à cœur, faire de la charité privée, etc. L’argent n’est pas destiné à finir fatalement dans le trou sans fin des caisses de retraite par répartition ou du remboursement des intérêts de la dette.

                Après il y a des arguments utilitaristes bien sûr, en ce sens que les successions privées incitent davantage à accumuler et à transmettre le capital à des personnes responsables, qu’à consommer et à redistribuer.


              • keiser keiser 14 mai 2011 16:19

                @ L’auteur .

                C’est exactement ça :

                Prenons l’exemple d’une assurance voiture , une personne « aisée » paiera sa prime intégralement en une fois .
                L’autre catégorie , sera obligé d’échelonner ses paiements par mensualités , ce qui fera exploser le montant de ses primes d’assurance , habitation , voiture , etc ...

                Son compte sera plus sujet aux agios de toutes parts .

                Comme vous l’expliquez aussi , la moindre amende ne pouvant être payée cash , sera majorée .
                Sans parler des impots .

                On peut donc dire que pas mal de société se gavent sur la pauvreté et cela , sans réelles justifications car une compagnie d’assurance , en l’occurrence , ne subit pas de réel préjudice pour un paiement mensualisé .

                L’usure est donc devenue monnaie courante smiley pour les pauvres et cela sans aucune possibilité d’y échapper .

                Alors quand j’entends Wauquiez , stigmatiser les bénéficiaires de minimas sociaux qui réinjecte tous leurs revenus dans le système commercial .

                Je me dis que ces gens sont vraiment dans un autre monde . 


                • VivreDifferent VivreDifferent 14 mai 2011 17:22

                  L’article est globalement juste. Mais une rectification tout de même :

                  Les pauvres ne dépensent pas 19,6% de tout ce qu’ils dépensent, car :
                  - pas de TVA sur le loyer
                  - TVA réduite sur certains produits de base à 5.5%
                  - taxes supplémentaires sur l’alcool, les cigarettes, ...
                  - taxes sur l’essence qu’ils paient directement ou indirectement sur les trajets en véhicule fonctionnant à l’essence (voiture, bus, ...)

                  Ca reste donc difficile à estimer comme ça, mais ça fait probablement au moins 10%, ce qui est plus que pour bien des gens fortunés en France.

                  Et pour aller plus loin, je vous conseille les travaux de Piketty sur la répartition de l’impôt en France et l’évolution de la proportion de richesse « héritée » sur 150 ans(+ projections futures), et le site révolution fiscale.


                  • testarossa 16 mai 2011 19:58

                    Comme tout cela est bien comique !


                    L’économie pour les nuls le dit de la manière la plus claire qui soit dans le chapitre sur les 10 vérités incontournables :

                    « Ce sont les impôts payés par les plus pauvres qui sont les plus rentables ». 

                    Dit autrement la « justice sociale », « les impôts justes », la redistribution, tout cela ce ne sont que des immenses conneries pour faire plaisir aux crétins :

                    Car ce que l’on gagne au bénéfice de la redistribution,on le paye par l’impôt par ailleurs... 

                    A méditer et à comprendre enfin une bonne fois pour toute, c’est comme ça qu’on devient enfin adulte...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès