Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > « Cheminots » (film- 80 minutes – sortie nationale 17 novembre 2010) (...)

« Cheminots » (film- 80 minutes – sortie nationale 17 novembre 2010) : la vraie vie des travailleurs du rail...

Le documentaire « social » est assurément un art difficile. Mais avec un sujet comme le transport ferroviaire, nul doute que le spectateur curieux trouvera un fort intérêt à regarder sans jamais s’ennuyer le film (80 minutes) réalisé par Luc JOULE et Sébastien JOUSSE qui a pour titre un mot qui résonne fort à l’oreille de n’importe quel(le) citoyen(ne).
 
Au moment où d’aucuns accusent cette profession de les « prendre en otage » au pire ou d’être des « privilégiés » au mieux, ce morceau de vie brut sans maquillage est riche d’enseignement pour n’importe quel curieux de voir le monde tel qu’il est et non plus à travers des médias souvent contrôlés (et commandés) pour nous faire accepter l’air du temps, celui de la résignation.
 
Les cheminots seront bien sûrs intéressés mais l’ouvrage a une vocation plus large que cet auditoire déjà important. « The Navigators » réalisé par Ken LOACH, avec un scénario écrit par Rob DAWBER (cheminot syndicaliste) nous montrait le cauchemar bien réel de la privatisation désastreuse des chemins de fer au Royaume-Uni et le formidable gaspillage humain et financier encore d’actualité aujourd’hui.
 
Sans scénario, sans comédiens, « cheminots » nous dévoile la vraie vie de cheminots sur la région P.A.C.A. Ils et elles sont filmés souvent en plan resserré, choix privilégiant l’inclusion du spectateur dans le film. Choix délibéré bien sûr mais qui n’est pas manipulatoire car il n’y a pas là de textes ni de scènes écrits et prescrites.
 
Une seule modeste « préparation » : la présentation du film de Ken LOACH à des cheminots travaillant sur les voies. Le passage montre combien la France se rapproche du « modèle anglais » : les visages se ferment, blanchissent et la colère s’affirme devant la réalité de leur situation. Voilà …nous y sommes, il n’y a (presque) plus de différence entre nous et eux !
 
Le film est bien monté car il ne montre pas de signe de faiblesse dans le rythme. Il nous rappelle la naissance des chemins de fer avec une convention collective commune aux compagnies au début du XXème siècle et une fraternité ouvrière sans faille. Il est aussi la marque de l’attachement des cheminots au service public ferroviaire républicain.
 
Les travailleurs du rail l’ont bien prouvé. Par une fierté d’agir pour la collectivité nationale ce qui forme le fond du « service public » au service de l’intérêt général.
 
Leur preuve de républicanisme a été aussi concrétisé par leur engagement dans tous les mouvements politiques et syndicaux progressistes, y compris dans la résistance passive et active durant la période noire de la dictature de Pétain et de l’infâme « Etat Français ».
 
Nonobstant celles et ceux qui aux Etats-Unis (et aussi en France) pris par leurs intérêts commerciaux (et religieux) assumés s’attachent à opérer une nouvelle écriture de l’histoire confinant au révisionnisme abjecte lorsqu’il conduit à affubler les cheminots et la SNCF de l’ignominieux « crime contre l’Humanité ». Raymond AUBRAC apporte utilement la marque de son engagement de résistant, et de fervent défenseur des idéaux, principes et programme formidablement modernes du Conseil National de la Résistance. Principes qui gênent tant les « marchés financiers » et ses flamboyants thuriféraires Alain MINC, Denis KESSLER et bien d’autres.
 
Mais le film a aussi une autre vertu très actuelle : celle de nous demander quel chemin de fer nous voulons aujourd’hui et demain.
 
Le film montre des cheminots « du terrain » et à une seule reprise l’expression de la Direction (durant une remise de médailles du travail). C’est aussi un logique choix des réalisateurs. La communication d’entreprise est suffisamment habituelle et bien financée pour ne pas trouver ici un nouveau support. Mais cette Direction n’est point agressée. On notera toutefois le zèle méprisable de certains dirigeants de la SNCF comme sur l’établissement de la gare de Montdauphin-Guillestre. Le dirigeant de l’établissement a ordonné aux cheminots de la gare de ne pas répondre aux questions des réalisateurs lors du tournage. Et comme le principe retenu fut celui de filmer les agents sur leurs lieux de travail durant leur temps de travail, le spectateur ne verra que quelques images du quai de cette gare.
 
Il est vrai que la première réaction du service national de communication de la SNCF fut un refus ferme pour toute autorisation de tournage car il y avait des « éléments compromettants » (sur les effets de la libéralisation et les coûts réels). Avant de comprendre (ou plutôt d’accepter à regret) l’objet du film et le partenariat cinématographique avec le Comité d’Entreprise Régional de la Région P.A.C.A. qui poursuit très utilement son activité d’éducation populaire par la résidence d’artistes qu’il engage chaque année.
 
Méconnaitre (ou ne pas percevoir) le rôle des institutions représentatives du personnel montre combien le fossé s’agrandit entre dirigeants et salariés de l’entreprise publique ferroviaire et que la communication interne s’effectue sans la plus grande partie de ses salariés.
 
Le film « cheminots » intervient d’ailleurs à un moment très propice. La Direction de la SNCF s’apprête à diffuser à tout son encadrement un film de « motivation – ouverture du débat » (propagande) s’affichant pédagogique sur l’évolution de l’entreprise, la nécessité d’une plus grande compétitivité, d’une mobilité durable multimodale et déployée, et du chiffon rouge de la concurrence agité fort à propos.
 
Au-delà du « métier » de cheminot, le film nous montre que le sens du travail est remis en cause par des organisations du travail et des stratégies managériales qui méprise la femme et l’homme au travail dans les entreprises privées et publiques. Cette impression funeste de n’être devenu qu’un « tourne-bouton », de ne plus connaitre le « travail de l’autre » pour l’aider dans le cadre du collectif de travail bien indispensable à l’efficacité du chemin de fer par la nature « réseau » et « service public », des mots absents du vocabulaire managérial actuel.
 
Libéralisation, cloisonnement, externalisation, privatisation, patrimoine publique, partenariat public-privé, solidarité, individualisme, autant d’adjectifs qui atteignent souvent le spectateur de « cheminots » comme des claques qui frappent de plus en plus fortement.
 
Le film place le spectateur-citoyen au bord du précipice. Là où il faut prendre la décision d’accepter, suivant le fatalisme ambiant, de marcher (en sombrant) ou de réfléchir et de décider de rebondir par le réveil de notre conscience comme le constat des réalités économiques qui s’opposent à la libéralisation et la privatisation de notre chemin de fer. 
 
Et retrouver ainsi l’optimisme des générations en marche…
 
 
Rémi AUFRERE
 
 
CHEMINOTS – 80 minutes – 35 mm – Dolby SR – France – 2010 (Visa N°12539)
Réalisé par Luc JOULE et Sébastien JOUSSE
Coproduction : CE cheminots PACA, Shellac Sud avec Copsi vidéo production, Conseil Régional PACA, Conseil Général 13
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès