Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Chine : l’horreur économique, morale, et sociale

Chine : l’horreur économique, morale, et sociale

A l’heure où il est de bon ton de s’extasier sur la vivacité de cette économie qui ” a su muter si rapidement”, qui “est un exemple d’adaptabilité pour nos vieilles civilisations rétrogrades”.... peu de voix s’élèvent pour lever le rideau du fond de scène. Peu, sauf celle de Claude Bébéar qui a pris position sur le sujet de la Chine. Je commençais à me demander si j’étais réellement le seul à avoir une position critique et à contre-courant concernant ce pays, où si dans l’uniformité ambiante de bon aloi personne n’osait exprimer tout haut ce que beaucoup pensent tout bas...

M. Bébéar souligne ainsi les pratiques chinoises consistant à dire à leurs partenaires occidentaux “commencez par nous donner votre technologie, nous verrons plus tard pour d’éventuelles relations commerciales”. C’est là un aspect préoccupant, mais ce n’est pas le pire. Le pire réside probablement dans ce que M. Bébéar appelle la volonté chinoise de “conquérir le monde”. En soi, un tel objectif n’est pas condamnable. D’autres l’ont caressé par le passé ou le caressent encore, aucun n’y arrive vraiment, car la culture reste et restera locale, globalisationglobabalisation ou non, internet ou pas internet.

Personne ne dominera jamais le monde.

En revanche, les moyens mis en oeuvre pour tenter d’y parvenir peuvent engendrer de très graves dommages collatéraux. Parmi ces moyens, les méthodes chinoises figurent probablement au rang des pires observées depuis bien longtemps, et il est à mon sens stupéfiant que personne ne s’élève contre elles ni ne commence à parler de boycott.

Comment peut on au 21° siècle tolérer :

1) les pratiques de dumping social auxquelles ne livrent les entreprises chinoises

2) les conséquences humaines que ces pratiques ont sur la vie de millions de personnes

Ce sont là deux questions majeures qui devraient appeler à une mobilisation massive.

En effet, un article des Echos de fin octobre 2006 décrivait par le détail les “enchères inversées” auxquelles procèdent tous les matins les entreprises chinoises en recherche de main d’oeuvre. C’est édifiant. Les postulants arrivent le matin du fin fond de leur campagne ou de leur taudis, pour proposer leurs services. L’offre de main d’oeuvre excède de très loin l’offre de travail, ce qui permet aux employeurs de choisir le salarié le moins cher, c’est à dire celui qui a tellement faim qu’il est prêt à travailler juste pour pouvoir payer son repas et celui de ses enfants si ceux-ci sont toujours vivants. Évidemment, il n’est pas question de protection sociale, de congés payés, d’allocations familiale, de mutuelle santé... quant aux droits à la retraite, en parler équivaut à proférer des insanités.

Cette pratique constitue évidemment un avantage concurrentiel énorme : lorsque le coût du travail et de la protection sociale coûte 1 en Chine et 10 en France, dans quel pays trouve t’on les produits dont le coût de revient est le moins cher, dans quel pays trouve t’on les entreprises qui dégagent les marges les plus fortes et la capacité d’investissement la plus importante ?

Cela s’appelle ni plus ni moins que la concurrence déloyale. Comment se fait il que l’OMC ne régule pas cette anomalie ? comment se fait il que les gouvernements s’extasient devant la clairvoyance et le pragmatisme chinois au lieu de comprendre que cette attitude cynique peut signifier la fin de systèmes économiques respectueux de principes moraux ?

N’y a t’il donc personne pour aller au bout du raisonnement et pour expliquer une chose pourtant évidente et simple, sauf pour ceux qui ne veulent surtout pas la voir car cela dérange : les entreprises chinoises se développent au détriment de leurs salariés. Le sang d’individus honteusement exploités se transforme en moyens financiers dont seule une minorité de patrons bénéficie, avec la complicité de l’Etat Chinois. La complaisance de l’Etat se justifie par une approche propre à se faire retourner Mao dans sa tombe (quoique...) : l’Etat considère que les moyens financiers privés des entreprises sont ses propres moyens de rayonnement économique et politique.

Alors bien sûr, aller faire des courbettes à Pékin permet d’espérer gagner des contrats de TGV et autres centrales nucléaires. Mais à quel prix !! “vendez nous vos centrales et les technologies qui vont avec, achetez en masse nos produits dont les prix défient toute concurrence, et nous serons amis”.

Quelle imposture ! sacrifier les droits de l’hommes, bafouer les principes de l’OIT et réussir à faire croire en un miracle économique relève du prodige, à moins que notre propre crédulité ne soit suspecte. Peut être les dirigeants de nos grands groupes préfèrent-ils laisser penser qu’ils croient en cette version alors qu’en réalité ils savent pertinemment qu’ils échangent un accès à court terme à un marché chinois prometteur (!) contre une colonisation à moyen terme de nos économies par les entreprises chinoises, qui auront entre temps tué leurs concurrents européens pour les raisons de coûts sus-évoquées. Cette histoire n’est pas sans rappeler le mythe faustien...

Si l’on résume, pour conquérir le Monde, les entreprises chinoises violent toutes les conventions relatives au droit du travail et des personnes, développent des pratiques anti-concurrentiellesanti-concurrentielles au vu et au su de tous et affirment haut et fort leur souhait de conquête. Cela rappelle un peu des déclarations que personne ne prenait au sérieux dans les années 30, des pratiques sur lesquelles tout le monde fermait les yeux dans les années qui ont suivi... Tout cela a conduit à l’horreur et au cauchemar.

Laisser se mettre en place des pratiques et des accords commerciaux iniques peut être aussi dangereux pour l’équilibre du Monde que le fait de laisser un pays s’armer et déclarer vouloir annexer ses voisins sans réagir. Le Munich économique n’est plus très loin...

Up&Up Développement achète et revend des produits fabriqués dans des pays dont le taux de développement est similaire à celui de la Chine. A produit équivalent le prix d’achat est 3 fois plus élevé au Bangladesh qu’en Chine, alors que les matières premières coûtent le même prix, et que le coût du travail devrait être le même. Pourquoi ? parce que nous veillons à ce que les produits que nous achetons soient fabriqués dans des conditions équitables, c’est à dire garantissant le respect des droits des personnes qui les produisent. Ce ratio de 1 à 3 illustre bien l’écart entre l’équitable et le non-équitable à la chinoise. Car à l’arrivée, lorsque le client français a le choix entre un produit à 3 € et un produit similaire à 9 €, la raison de son porte-monnaie l’emporte dans 9 cas sur 10, c’est à dire que dans 9 cas sur 10 le client lui-même pérennise un système de fonctionnement dévoyé.

Il est donc urgent de faire cesser ces pratiques. A l’heure où la thématique “développement durable” s’invite plus que jamais dans la campagne présidentielle, il est temps de dire qu’il faut réglementer le commerce et, surtout, les relations contractuelles. Il est anormal de laisser les entreprises s’approvisionner auprès de fournisseurs étrangers qui agissent en totale violation des règles internationales. C’est un peu comme si on laissait des entreprises acheter de l’ivoire pour les besoins de leur activité alors même que le commerce de ce type de matériaux est prohibé. Pourquoi parce qu’il ne s’agit “que” d’êtres humains maltraités personne ne réagit, alors que les défenseurs d’espèces protégées se seraient déjà enchaînés aux grilles du Palais Bourbon et auraient obtenu gain de cause pour la protection des éléphants en moins de 24 heures ?

Il est urgent que le gouvernement rende obligatoire les audit sociaux et interdise de contractualiser avec des partenaires commerciaux qui violent les règles. A minima, il est urgent que le gouvernement “prime” les entreprises vertueuses qui se lancent d’elles-mêmes dans une démarche d’achats responsables en sélectionnant leurs fournisseurs sur la base de leur engagement à ne pas se comporter comme des voyous...


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (148 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • Fred (---.---.20.123) 30 mars 2007 13:32

    Boycotons les textiles d’Asie ... Tout le monde à poil !!


    • ade (---.---.49.131) 30 mars 2007 14:29

      Non, ne boycottons pas (je ne pense pas qu’on puisse y parvenir de toutes façons), mais votons pour des gens qui envisagent de mettre en oeuvre une forme de « TVA sociale » (minorée dans le cas de « commerce équitable ») pour compenser ces effets pervers ! Et comme la France seule représente bien peu de choses, votons pour un candidat résolu à porter ce débat au niveau européen !

      Bien entendu, ça signifie accepter que notre « pouvoir d’achat » diminue. Mais on ne peut pas vouloir le beurre et l’argent du beurre, i.e. vouloir des marchandises à bas coût en même temps qu’un développement social dans les pays moins riches. Je choisis personnellement la 2ème option (et tant pis si je dois changer de fringues ou d’ordinateur moins souvent ! Au passage, ça incitera peut-être à concevoir des produits plus durable...).

      Si la Chine (ou tout autre pays) réalise qu’il n’est plus aussi rentable de faire du dumping social pour vendre leurs produits en Europe, ça pourra être un début pour espérer un changement.

      Maintenant, quand la Chine prétend elle-même craindre une « surchauffe » de son économie (et donc chercher des moyens de réguler/ralentir sa croissance), qu’attend-elle pour mettre en place au niveau national un système de protection sociale minimum ? (pas forcément un bordel Kafkaïen comme en France, mais au moins un équivalent du RMI et du minimum vieillesse... (puis d’un salaire minimum, même si ça entraîne des risques d’inflation))


    • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 30 mars 2007 21:02

      Bon article, un peu long. A une époque ou l’information circule autant, et ou l’on se préoccupe de l’éthique sur l’étiquette, il faut vérifier si les produits sont fabriqués dans la dignité. En achetant des produits fabriqués dans les camps de travaux forcés chinois (ils s’appellent les Laogai ) :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Laogai

      ou fabriqués par des enfants, ou par des ouvriers surexploités mettant en danger leur vie ou leur santé, les conséquences ne seront pas fameuses, ni pour nous ni pour eux. Un pays qui exploitent son peuple prend de grand risques pour son avenir. Pour ne pas s’en faire le complice, le mieux est en effet de boycotter à un niveau individuel, et de préférer l’achat de produits fabriqués dans la dignité, de meilleure éthique. C’est une façon excellente de promouvoir le Droit du Travail.


    • bubu83 (---.---.14.176) 1er avril 2007 03:17

      Dans le monde dans lequel nous vivons, seuls les consommateurs unis pourraient influencer les manoeuvres des grandes entreprises mondiales.

      Il faudrait que l’EU permette le développement d’un organisme de surveillance qui sanctionnerai toutes les entreprises europeennes coupable de délocalisations nuisibles pour les consommateurs.

      Nos pays occidentaux sont les principaux débouchés à l’export de pays comme la Chine, on pourrait mettre en place une taxation sur les produits bénéficiants du dumping social, on peut amener les pratiques et les mentalités à évoluer.

      Mais cette mesure risque d’entraîner des mesures de rétorsion.

      C’est pour éviter les mesures de rétorsion contre nos Etats, qu’une association de protection des consommateurs europeen devrait exister et enquêter sur les dérives actuelles de nos entreprises. Par exemple je délocalise pour produire moins cher mais je vends toujours au même prix pour augmenter mes marges (c’est le cas pour les textiles, les materiels Hi Fi et autres). A partir du constat, les citoyens consommateurs que nous sommes pouvons décider de boycotter certains produits. C’est grace à cette méthode que l’on pourrait amener à améliorer les conditions de travail dans les pays pauvres.

      Le vrai pouvoir est celui des consommateurs mais ces derniers ne se rendent pas compte de l’influence qu’ils pourraient avoir sur les pratiques économiques mondiales.

      A méditer...


    • Michel Maugis Michel Maugis 3 avril 2007 14:14

      Un pays qui exploitent son peuple prend de grands risques pour son avenir

      Et un pays qui exploite les peuples du tiers monde, et même ceux qui ne le sont pas, à tout l’avenir devant lui. !

      Exemple : la France, GB, Espagne, USA... Ah qu’il était bon ce temps de la gégène....

      Exploiter la connerie..voilà l’avenir. Votre but n’est pas de défendre le Tibet indépendant, mais de créer des problèmes à la Chine, de livrer el Tibet au féodalisme et obscurantisme dont l’a sorti la Chine socialiste.

      Ah qu’il était beau ce Tibet là !

      La manière dont vous parlez du Tibet dans votre site en dit long sur l’identité de vos sponsors.


    • bei (---.---.191.71) 30 mars 2007 14:23

      tu n’aime pas les chinois alors tu cherches des excuses la verite est que la chine s’en sort de mieux en mieux et se developpe des problemes il y en a mais l’avenir sera radieux


      • ade (---.---.49.131) 30 mars 2007 14:37

        « La Chine s’en sort de mieux en mieux » ?

        Le problème, c’est qu’il n’y a pas de « La Chine » homogène. Alors oui, le pays s’en sort de mieux en mieux, et cela s’en ressent dans la qualité des infrastructures, l’émergence d’une classe moyenne, etc.

        Mais quand on parle de statistiques, il ne faut pas se focaliser que sur la moyenne, mais aussi sur d’autres données comme l’écart-type. En l’occurence, et alors même qu’on s’offusque chez nous de la réapparition de « travailleurs pauvres », dis-toi que la croissance chinoise entraîne aussi une inflation importante, et que les ruraux ou les ouvriers - dont les revenus sont loins de suivre la croissance ou même l’inflation - s’appauvrissent de plus en plus.

        D’autre part, la Chine est loin d’être une économie de « plein emploi » : comme dans la plupart des pays, les statistiques montrent ce qu’on veut leur faire montrer (j’avais lu qu’aux alentours de certaines villes on avait un taux de chômage « réel » (si tant est que ça ait un sens) proche des 20%, comme chez nous mais sans protection sociale derrière ! ça peut expliquer le succès d’enchères inversées...)


      • jpain 30 mars 2007 15:44

        l’avenir des entreprises chinoises et des dirigeants politiques chinois, oui. Celui des 1350000000 autres chinois qui travaillent pour les premières et « élisent » les seconds le sera beaucoup moins...


      • Diablotin (---.---.107.91) 30 mars 2007 15:10

        Français vivant en Chine, je trouve ce genre de propos bien décévant et assez typique du français centré sur lui-même. Même si il y a du vrai dans ce que vous dites, votre regard, incapable de juger une situation avec d’autres critères que les siens, est stérile et bien triste car me fait toucher du doigt une fois de plus le fait qu’en France, bien peu sont ceux qui se sont rendu compte que le monde avait changé. Alors on peut le regretter mais demander à d’autres pays de jouer avec nos propres règles pour avoir l’illusion de comprendre quelque chose est tout à fait vain.


        • jpain 30 mars 2007 15:47

          vous vivez en Chine en tant qu’expat, c’est cela ? vous fréquentez les hotels occidentaux et les boites de nuit interdites aux locaux ? Qu’est ce que vous pouvez prétendre connaître dans ce contexte ? Je connais bien les gens comme vous, j’en ai croisé un certain nombre en Afrique, il n’y avait pas pires donneurs de leçon pensant connaître le terrain local...


        • (---.---.109.12) 30 mars 2007 17:51

          @diablotin

          Oui, notre jugement est sûrement assez partial. Voudriez-vous éclairez nos lanternes sur le sujet pour que nous cessions un peu de tourner en rond ?


        • valerian (---.---.213.131) 30 mars 2007 19:51

          Moi aussi j’ai habité en Chine pendant deux ans. Votre commentaire est particulièrement lamentable et assez représentatif de l’image que vous vous faites de l’étranger. En tant que ’expat’ je n’habitais ni dans des hotels ni dans des résidances 5 étoiles mais dans un appart trés classique. Vous êtes complètement à côté de la plaque et vous refoulez votre jalousie dans l’agressivité de la différence. Quant à votre article la seule chose qu’il démontre est que vous ne connaissez rien à la Chine.


        • Gandalf Tzecoatl 30 mars 2007 21:33

          @ Diablotin,

          Je crois que la France et les français sont surtout réalistes.

          Les U.S arrivent à se cacher leur situation déplorable en continuant à consommer chinois avec de l’argent chinois. Mais pour combien de temps encore ?


        • jpain 2 avril 2007 09:46

          je ne sais pas si mon commentaire est lamentable comme vous le dites fort courtoisement, toujours est il que oui je connais la Chine, comme on peut la connaitre en tant qu’occidental, c’est à dire fort superficiellement. Et ne venez pas me faire croire que vous avez déjà parlé avec un paysan ou un ouvrier chinois, je vous croirais difficilement. Ensuite : pouvez vous m’indiquez votre revenu local mensuel et le loyer mensuel que vous payiez pour un appartement « normal » ? cela représente combien de centaines de fois le salaire des personnes dont nous parlons et qui représentent 99,99% de la population ? allons un peu de décence...


        • valerian (---.---.213.131) 2 avril 2007 13:33

          Les fausses polémiques ne m’intéresse pas. Pour votre info, j’ai déjà parlé avec des ouvriers ( pas de paysans) puisque ma femme est chinoise et que dans sa famille il y’a des ouvriers. Pour mon travail ( dans la métallurgie) j’étais toujours en contact avec eux. Les conditions de travail ne sont évidement pas comme en Europe mais très éloignées avec celles dont vous faites la description. Pour mon appart je payé 3500 yuans sachant que le salaire d’un technicien est de 1500 yuans et que les locations sont en général autours de 1000 - 1500 yuans. Nous sommes très loin des résidences réservées aux étrangés, que je n’ai jamais vu, et qui n’existe à mon avis que dans les fantasmes de certain journaliste.


        • personne (---.---.42.18) 30 mars 2007 15:14

          Sur la croissance des inégalités en Chine : Lorsque tout le monde est à 0 et lorsque une partie des gens passe à 1, évidemment, les inégalités s’accroissent.

          A ceux qui voudraient que tous les humains aient le même niveau de vie demain matin pour le petit déjeuner, je dois dire que ça ne sera pas possible.

          Il faut accepter que le rattrapage prenne du temps, certains partant de si loin.

          Et il faut aussi demander à un chinois qui travaille dans des conditions terribles pourquoi il accepte cela : Parceque s’il n’accepte pas il crèvera de faim et que l’entreprise qui l’exploite comme une machine tous les jours lui sauve également la vie tous les jours.

          Si les ruraux émigrent de leur campagne pour venir chercher des conditions de travail dignes de Zola, c’est parceque les conditions de vie à la campagne sont pires encore.

          La meilleure façon d’aider ces gens, c’est de leur acheter leurs produits afin qu’ils se développent peu à peu. Les boycotter ne ferait que retarder leur sortie de la misère.

          Reste ensuite le problème de l’environnement : Si tous ces gens se développent aussi salement que nous, les riches donneurs de leçons du vieux monde, nous risquons de courir un péril bien plus grand encore.


          • ade (---.---.253.113) 30 mars 2007 17:58

            > « Sur la croissance des inégalités en Chine : Lorsque tout le monde est à 0 et lorsque une partie des gens passe à 1, évidemment, les inégalités s’accroissent. »

            Le raisonnement se tient mais ignore l’inflation : ceux qui n’avaient « pas grand chose » et continuent avec ce « pas grand chose » s’appauvrissent, tout simplement parce que les prix augmentent ! Si leur niveau de vie stagnait au moins, je n’aurais pas le même discours. Mais de nombreux ouvriers, ruraux, et même petits fonctionnaires ont de + en + de mal à joindre les 2 bouts !

            >La meilleure façon d’aider ces gens, c’est de leur acheter leurs produits afin qu’ils se développent peu à peu. Les boycotter ne ferait que retarder leur sortie de la misère.

            Oui et non : le boycott est AMHA inconcevable, mais mettre en place des mesures (par ex du type « TVA sociale », même si bcp de choses restent à inventer) peut encourager un développement plus « harmonieux » plutôt que cette espèce d’ultracapitalisme débridé qui n’enrichit qu’une fraction de la population. Vous avez l’air de penser qu’avec le temps ces bienfaits s’étendront à tous le monde, mais j’en doute : si vous avez fait un peu d’automatique, vous savez que certains systèmes sont instables, mais qu’une contre-réaction appropriée peut les stabiliser. Notre système mondial est par nature instable (« plus on a de tunes, plus on a de tunes » à réinvestir pour de la R&D, pour acheter l’immobilier des autres, etc) et la Chine est l’exemple typique où aucune contre-réaction n’existe. Je ne suis vraiment pas convaincu que le développement actuel tende (même à long terme) au bien-être de tous, et encore moins à un développement « durable » !

            Avoir un système de redistribution décent (impôts/ISF, protection sociale, études abordables, aides au logement, minimum vieillesse, etc.) fait partie d’une forme de « contre-réaction » (même si ce qui est fait en France est souvent décrié - parfois à raison, personne ne dit qu’il faut faire tout pareil - le concept général reste nécessaire AMHA).


          • personne (---.---.42.18) 30 mars 2007 21:01

            Ca prendra le temps que ça prendra, mais peu à peu ce qu’il reste d’autoritarisme en Chine se fissurera. Depuis quelques années, les manifestations populaires pour l’éducation, la santé, le niveau de vie se multiplient et les 300 millions de personnes ayant accès à l’information mondiale par l’intermédiaire d’un internet filtré imparfaitement leur fait pousser des ailes dans le dos. Sans parler de tous les touristes, industriels et entrepreneurs de toutes sortes qui viennent de plus en plus goûter à la démocratie dans nos pays libres.

            Fermons nos frontières et ils fermeront les leurs, limitons nos importations et ils limiteront les leurs. Je ne suis pas sûr que nous n’ayons pas plus à perdre qu’eux en terme d’emplois puisque tout notre système social repose sur nos emplois.

            A force de luttes sociales, les chinois, comme nous il y a quelques décennies, acquéreront un certain niveau de protection sociale. Mais il est vrai que nous en sommes encore loin. L’état y aurait d’ailleurs tout intérêt s’il souhaite que sa population, se sentant un peu plus protegée de la maladie et d’une vieillesse miséreuse cesse d’épargner pour consommer et lancer le merveilleux cercle vertueux de la croissance. Cet énorme pays serait alors un peu moins dépendant de nous pour sa propre croissance puisque nous sommes leur marché.

            Malheureusement le cercle vertueux de la croissance est plutôt vicieux pour ce qui concerne l’environnement puisque nous ne savons pas (ou ne voulons pas) nous développer proprement. C’est là, à mon sens, le principal enjeu de l’émergeance des pays pauvres : qu’ils atteignent un niveau de vie décent sans compromettre notre survie à tous et c’est en cela que, plutôt que de les boycotter, nous devrions leurs apporter toute l’aide nécessaire (en plus de leur montrer l’exemple. Suivez mon regard à l’ouest...).

            Le gouvernement chinois se dit sensibilisé au problème de l’environnement, mais dans les faits le développement s’effectue encore très anarchiquement. Pour me faire l’avocat du diable, je dirais qu’un gouvernement qui se dit fort devrait pouvoir imposer toutes les normes environnementales qu’il souhaite à des sujets soumis. Ca ne semble pas être le cas, soit parcequ’il ne le peut pas, soit parcequ’il ne le veut pas.

            Eux comme nous devront prendre en compte les externalités du développement, les coûts sociaux et environnementaux de toute activité. Mais eux, à la différence de nous, partent de presque zéro et ont donc toute latitude pour se développer comme ils le souhaitent. Espérons que cela se fasse dans le bon sens.


          • personne (---.---.42.18) 30 mars 2007 21:11

            Actuellement, la Chine forme 62 ingénieurs pour 100 000 habitants contre 41/100 000 pour les USA et 44/100 000 pour la France (source UNESCO).

            En 2010, ils formeront plus de docteurs ès sciences que les Etats-Unis (OCDE).

            Certaines de leurs universités sont aussi bien côtées au niveau international que celles d’Amerique ou que les nôtres.

            Il faudrait arrêter de les regarder de haut. Les nains de demain, c’est nous.


          • jean-pierre (---.---.192.167) 31 mars 2007 08:57

            acheter des marchandises chinoises pourai peu etre les aider a sortir de leur misere mais dans le meme temps on plonge dans la misere les populations europeennes et francaises en particulier. car les delocalisations creent du chomage les salaires sonts bloques et pendant ce temps les grands groupes font des benefices astronomiques. ce qui pendant un certain temps fait un peu de bien au porte monaie vas finir par nous appauvrir. seul un systeme permetant de rendre les prix des marchandises chinoises moins interressant peu permettre de sauver notre futur. et ce n’est pas sako sego ni meme francois qui vas nous sauver.


          • personne (---.---.42.18) 31 mars 2007 10:02

            Si nous mettons en place un sorte de protectionnisme européen ou une TVA sociale européenne, la Chine pourrait effectivement devenir moins compétitive. Mais qui le restera toujours plus qu’un français ? Les roumains, les lettons, les bulgares etc etc qui sont des européens comme vous et moi (mais pour qui l’entrée dans l’europe n’a posé aucun problème à personne malgré leur niveau de vie très bas, à la différence des turcs musulmans - le 11 septembre 2001 est passé par là.). Certes leur système social est un peu plus évolué qu’en Chine et la monnaie sera la même réduisant les écarts, mais il ne faut pas rêver, ce n’est pas demain que les filatures de lorraine réouvriront leur portes.

            La mondialisation est lancée et peu ou prou, elle se fera. Nous devrons attendre que les plus pauvres aient rejoint notre niveau de vie pour que les emplois ne demandant aucune qualification soient de nouveau compétitifs en France et cela prendra des décennies.

            Il faudra qu’on m’explique pourquoi les allemands soumis à la même compétition salariale et sociale de la part de la Chine que nous, les Français, parviennent à être les premiers exportaturs mondiaux et les seconds importateurs. Les allemands ont eu le courage de réformer leur système en prenant des décisions très impopulaires mais le fait est qu’ils sont très compétitifs par rapport à nous, malgré leur niveau de vie équivalent. Le salaire médian allemand est environ de 20 euros contre 15 chez nous. Ils sont plus chers que nous, si je puis m’exprimer ainsi et poutant ils résistent bien.


          • personne (---.---.42.18) 31 mars 2007 10:26

            Il n’est pas du tout évident que l’Inde ou la Chine ne domine un jour le monde. Enfin cela dépend du sens que tu donnes au terme « dominer ». Si c’est en terme commercial, peut-être. Mais en terme militaire, ce sont encore des nains comparés aux americains qui ont une avance technologique considérable et des moyens financiers (même s’ils risquent de se prendre une grande baffe financière dans quelques temps).

            Pour ce qui est de faire de la prospective, personne ne peut dire ce qu’il adviendrait d’un pays en plein boum comme la chine si dans dix ans le minerai de fer, le pétrole ou je ne sais quelle matière première venait à manquer et dont les cours exploseraient. Et je ne parle pas des contraintes environnementales et des surcoûts qu’elles vont engendrer...

            Nous qui sommes déjà développés, nous pourrions tant bien que mal encaisser un tel choc en nous basant sur nos acquis, mais eux, s’ils prenaient le même chemin que nous, leur essor risquerait bien d’être interrompu violemment.

            Certains experts s’accordent à dire qu’il est matériellement impossible que les 9 milliards d’humains prévus pour 2050 disposent du même niveau de vie qu’un americain ou même qu’un européen tout simplement parcequ’il n’y aura pas assez de fer pour contruire des voitures et de pétrole pour les faire rouler, pas assez d’uranium pour l’énergie etc etc... Quant au charbon, disponible en quantités bien supérieures aux autres matières premières(maheureusement), s’il devait être utilisé dans les conditions de pollution actuelles pour produire l’énergie nécessaire à 9 milliards de personnes, il nous ménerait tout droit à la tombe (émissions de co2 excessives).

            Si les chinois n’y arrivent pas, je ne vois pas les arabes y parvenir, à moins d’une révolution culturelle.

            Mais de toute manière, si certains veulent règner sur le monde en faisant fi de toutes les contraintes environnementales, ils règneront sur un cimetière. Nous pourrons peut-être vivre ensemble, mais pas les uns contre les autres.


          • jpain 2 avril 2007 09:54

            Vous avez statistiquement raison mais moralement tort. Ce n’est pas parce qu’une frange de la population bénéficie du progrès que tout le monde en bénéficie. En l’occurrence ce sont des centaines de millions d’individus qui restent sur le bord du chemin. Ma définition du progrès est toute autre.... Mieux vaut être un nain digne (sans jeu de mot) qu’un géant indigne...


          • jpain 2 avril 2007 09:56

            la question n’est pas de nier ou de renier la mondialisation. Il s’agit juste que chacun respecte les règles du jeu, et je pense que les droits de l’homme sont une règle non négociable...


          • seb59 (---.---.180.194) 30 mars 2007 15:23

            Mettons en place de nouvelles taxes douanieres sur les importations.

            Injectons cet argent dans notre economie.

            Cela relancera l’emploi, et reduira le chomage.

            Reduisons les cotisations sociales en fonction de la base du chomage, ce qui augmentera les salaires.

            Car le jour ou notre economie se sera effacée devant la chine, de quoi vivra notre pays ?


            • bb (---.---.76.175) 30 mars 2007 18:40

              Un petit lien pour expliquer tous les biens faits du protectionnisme

              http://bastiat.org/fr/petition.html


            • Gandalf Tzecoatl 30 mars 2007 21:00

              A bb,

              Comme le Soleil, que tout les salariés de la planète travaillent bénévolement.


            • LE CHAT LE CHAT 30 mars 2007 15:34

              j’ai vu un reportage sur les chinois qui achetaient des billes de chêne en france et vendaient chez nous le parquet 30% moins cher , c’est dingue ! l’europe dont nos politiciens se gargarisent tous les matins ne peut elle pas mieux protéger notre économie ?


              • tovara (---.---.149.182) 30 mars 2007 16:14

                ha !ha !ha !ha ! Bébéar et les élites françaises qui ont vendu la sidérurgie française à Mittal qui osent s’en prendre au « dumping social » des Chinois et qui parlent d’« horreur économique et sociétale » en parlant de la Chine : parce qu’en Chine, c’est bien connu, il y a 500 millions d’intouchables qui vivent dans le dénuement le plus complet, ah ! mais l’Inde mon ami ce n’est pas la même chose, ah oui, expliquez moi pourquoi, çà m’intéresse le pourquoi de ces attaques incessantes contre la Chine alors qu’on ne pipe mot de l’Inde et des autres pays du sous-continent, trés avancés comme on sait (Pakistan, sa dictature militaire, ses complicités avec al quaida, Népal en guerre civile larvée, Bengla Desh, fourmilière misérable, Sri Lanka en guerre civile ouverte entre cinghalais et tamoul...ou encore le Vietnam et sa féroce dictature communiste qui ferait passer la Chine populaire pour un régime libéral, la Corée du Nord, Cuba,je ne présente pas... Non : on attaque toujours les mêmes en France : la Chine, et quand ce n’est pas la Chine, les USA et la Russie. POURQUOI ?


                • Michel Maugis Michel Maugis 2 avril 2007 07:20

                  Avant de parler de Cuba, renseignez vous.

                  Cuba est classée en 5e position en Amérique Latine quant à son IDH et est loin devant la Chine, Pakistan, Inde etc..

                  En comparaison avec son PNB/h, elle est la première au monde en Index de développement Humain (IDH)


                • Tarouilan (---.---.167.241) 30 mars 2007 16:44

                  Au lieu de nous morfondre, soyons lucide, ayons des relations économiques intelligentes avec la Chine, ils sont et seront de plus en plus l’ouvrier privilégié du monde, regardez, pour tous ce que vous achetez, pour ce qui est manufacturé, c’est déjà fait, et demain, ils nous vendrons des genres d’Airbus chinois, au quart du prix ...

                  Quoi faire, ....... ? ils commencent à serieusement, s’occuper de la protection des brevets, pour la demande interieure des entreprises chinoises smiley , ils y viennent ....soyons demain les concepteurs, bureaux de recherches de pointe, ce que nous savons et ne voulons de moins en moins faire, investissons dans la recherche, au lieu de nous opposer par des mesures protectionnistes, qui ne serviront qu’à augmenter le prix des fabrications importées, chinoises en France, travaillons en synergie avec eux.

                  L’auteur de l’article, semble vouloir imposer aux Chinois, nos concepts franco-français, de l’univers du travail ici, c’est impossible et psychorigide.

                  Ils évoluent dans le bon sens, un ami est marié avec la soeur d’un gros industriel chinois, les conditions de vie et de travail des ouvriers chinois, s’améliorent nettement, les usines sont souvent aujourd’hui modernes, très propres, ce qui contribue à améliorer les choses, (pas toujours comme, les quelques usines qui nous reste dans l’hexagone), je tiens des photos très récentes à la disposition de l’auteur s’il le souhaite, bon les 45 heures de la loi chinoise, c’est vrai ne sont pas trop respectées, et il y a le drame interne des populations migrantes et des disparités énormes entre les plus riches et les plus pauvres.

                  Ne serait-il pas temps de renverser la vapeur, et de rechercher une synergie d’intérêt commun avec les Chinois, seule solution viable, et pour commencer, de considérer la communauté chinoise, avec le respect qu’elle mérite, notamment par ses qualités humaines incomparables, et la moindre des chose, un minimum de respect pour ses resortissants sur notre territoire, même sans papiers en rêgle, jamais un Chinois ne possera de problème « genre banlieues sensibles, agressions en meute, vols de portables, etc...... » nous avons beaucoup trop privilégié, les resortissants d’autres contrées, sans interrets éconnomiques pour nous, mais qui entrainent de trés gros problèmes aujourd’hui, c’est pas la peine de faire un dessin. smiley


                  • Gandalf Tzecoatl 30 mars 2007 20:40

                    @ Tarouilan : « Quoi faire, ....... ? ils commencent à serieusement, s’occuper de la protection des brevets, pour la demande interieure des entreprises chinoisessmiley , ils y viennent ....soyons demain les concepteurs, bureaux de recherches de pointe, ce que nous savons et ne voulons de moins en moins faire, investissons dans la recherche, au lieu de nous opposer par des mesures protectionnistes, qui ne serviront qu’à augmenter le prix des fabrications importées, chinoises en France, travaillons en synergie avec eux. »

                    C’est une soupe trop vendue. Allez dire aux ingénieurs de chez Alcatel visés par le plan social actuel, qui ont formé les chinois à leurs métiers sur ordre de leur hiérarchie, et dont les métiers vont être supprimés pour être délocalisés, où cela ?, chez ceux-là même qu’ils ont formés. Eux qui se croyaient à l’abri en s’étant retranchés dans des métiers pointus. Il en va de même pour l’Inde, grand concentrateur de métiers informatiques.


                  • jean-pierre (---.---.206.14) 31 mars 2007 18:17

                    des airbus chinois au quart du prix c’est tres interressant mais avec quel argent les acheter ? si nous ne travaillons plus ? le rmi ? mis a par les ingenieurs qui travailleras ? que ferons nous ? nous ne pourons plus rien acheter . meme les chinois seront au chomage car ils ne vendrons plus rien . les usines en france fermes les unes apres les autres les licencies allant grossir le nombre des chomeurs. la vision des hommes politiques et des dirigeants industriels ne vas pas plus loin que le bout de leur nez . du moment qu’ils gagnent de l’argent le reste ils verons demain mais ce sera trop tard


                  • troll (---.---.82.128) 30 mars 2007 17:30

                    moi j’aurais ajoute l’horreur ecologique aussi...


                    • Tarouilan (---.---.167.241) 30 mars 2007 17:44

                      C’est vrai Trol, la brume de pollution atmosphérique, que l’on voit par endroits, visible sur les photos que l’on me ramène souvent de la-bas et très préoccupante, ainsi que celle de l’eau y compris de mer ... ! cela fait beaucoup réfléchir, mais n’oublions pas qu’ici, nous avons une industrie sinistré et exsangue, ce qui n’est pas leur cas, et que ce qui marche encore chez nous, comme l’élevage en Bretagne par exemple, génère aussi beaucoup de pollution et jusqu’à la mer ... mais si nous parlons de décroissance aux Chinois... hum hum ...


                      • Franz (---.---.138.82) 30 mars 2007 18:02

                        En Chine on assiste à un grand écart incroyable entre d’une part une oligarchie marxiste et une économie ultra-capitaliste exploitant l’ouvrier d’une façon jamais vue. Pour ceux qui veulent investir en Chine, il faut évidemment passer par les fourches caudines des responsables de la nomenklature maoïste mais ensuite, quel est le pays possédant à la fois une population aussi travailleuse et surtout où les syndicats obéissent au doigt et à l’oeil au pouvoir ? Enfin, il ne faut jamais extrapoler les phénomènes humains car il va arriver un moment où les Chinois refuseront de continuer à se faire exploiter alors qu’ils voient les nouveaux riches les écraser de leur mépris friqué. De toute façon la mondialisation est une mauvaise chose pour les citoyens de tous les pays et excellente pour les exploiteurs de tous crins (ex-marxistes ou capitalistes).


                        • jerome (---.---.14.83) 30 mars 2007 18:27

                          Article trop pudique ! Chine : un milliard d ’ esclaves - peu ou prou - dominé par une poignée de milliardaires communo-capitalistes. C ’ est le paradis trotsko-communo-socialo. Et je ne parle pas de l ’ horreur de l ’ enfant unique , IMPOSE , qui mène aux dérives que l on commence à percevoir. Quand Bébéar pleure sur ce système abominable , je me gausse tristement : il en a profité , en profite et en profitera , mais jamais ne le dénoncera vraiment : trop intérressé par ses profits , générés par les petits esclaves jaunes ...


                          • cumulus (---.---.71.3) 30 mars 2007 18:56

                            Article très intéressant.

                            Mais je ne suis pas d’accord. Il faut faire exactement l’inverse de ce vous proposez.

                            En effet, nous savons que les métiers en France doivent évoluer et que cette évolution est difficile pour nous. (en occidant, il faut moins de 50 ans pour renouveler de façon naturelle tous les métiers).

                            Il faut profiter du travail des chinois, qui nous permettent sans effort d’acquérir toute une série de produits, pour transformer notre économie.

                            Une piste est de leur fournir ce dont ils ont besoin.

                            Exemple :
                            - Les machines et outils pour leurs usines,
                            - l’informatique,
                            - Les services de santé
                            - Traitement de l’eau pour leurs ville
                            - Energie,
                            - Informatique,
                            - Etc.

                            Il y a beaucoup de choses à faire. Ils ont beaucoup de besoins et il faut aller vers eux.

                            On aura beaucoup plus à y gagner qu’en se barricadant et en laissant les japonais, les américains et les allemands faire des affaires.


                            • Gandalf Tzecoatl 30 mars 2007 20:48

                              Vous pourrez tenter de vous retrancher dans des métiers pointus, vous ne serez jamais à l’abri (cf mon commentaire précédent sur Alcatel).

                              La seule chose que vous puissiez faire, c’est dans notre pays aux salaires élevées et à la protection sociale « sophistiquée » au regard d’ailleurs, c’est valoriser des métiers non-délocalisables :
                              - agriculture (terres rares à cause des bio-carburants et secteur encore suffisamment protégé) ;
                              - tourisme ;
                              - bâtiment (tant que le travail clandestin y est interdit)
                              - commerce et services de proximité ; etc


                            • jpain 2 avril 2007 10:03

                              parfaitement d’accord. Je ne parle pas de se barricader, juste de dire qu’il y a des règles à accepter au niveau mondial pour pouvoir jouer ensemble. Droits de l’homme, OIT, environnement... en font partie. Après cela, coopérons tout ce que vous voulez, il y a de la place pour tous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès