Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Chômeurs , « Ensemble tout est possible »... surtout le pire

Chômeurs , « Ensemble tout est possible »... surtout le pire

Alors que la crise financière bat son plein, le gouvernement n’a trouvé qu’une solution immédiate pour ne pas plomber les futurs chiffres du chômage : rendre encore pus difficile la vie des chômeurs.

Selon la loi, tout demandeur d’emploi est "tenu d’accepter les offres raisonnables d’emploi" telles que définies dans le texte.

Refuser, sans motif légitime, à deux reprises une offre raisonnable d’emploi expose à une radiation de deux mois, au lieu de quinze jours actuellement, selon le décret. A partir d’octobre, "au plus tard dans les quinze jours suivant l’inscription à l’ANPE", un demandeur d’emploi devra élaborer avec son conseiller un projet personnalisé d’accès à l’emploi.

Au bout de trois mois de chômage, il devra se satisfaire d’"un emploi compatible avec ses qualifications et compétences professionnelles", dès lors qu’il est "rémunéré au moins 95 % du salaire antérieurement perçu".

Après six mois de chômage, il devra accepter une offre d’emploi, même si le salaire proposé atteint 85 % de la rémunération précédente et devra accepter d’aller travailler plus loin. Après un an d’inscription à l’ANPE, une offre d’emploi sera "raisonnable" si elle est "compatible avec les qualifications et les compétences du demandeur d’emploi et rémunéré au moins à hauteur du revenu de remplacement" versé par les Assedic ou, pour les chômeurs en fin de droit, l’Etat.

Environ 40 000 sanctions par an

Selon l’entourage de Laurent Wauquiez, "l’objectif n’est pas d’augmenter le nombre de sanctions, mais d’avoir un système plus efficace qui incite davantage la petite minorité de gens qui ne cherchent pas forcément activement un emploi à rentrer dans le jeu".

Environ 41 000 sanctions, quel que soit le motif (refus d’emploi, absence aux entretiens, fausses déclarations, etc.) ont été prononcées en 2007, et 42 000 en 2006, par les Directions départementales du travail, selon la même source.

Un chômeur s’exposera aussi à une radiation s’il refuse d’élaborer ou d’actualiser au moins tous les trois mois son projet personnalisé d’accès à l’emploi. Source Nouvel Obs.

Ces mesures ont été, il faut le préciser, prises sous la pression ou avec l’accord des parlementaires de la majorité présidentielle. Mais, au fait, puisque ceux-ci semblent agir en experts du monde du travail, est-il possible de connaître la profession d’origine de nos députés ?

Eh bien oui, et c’est disponible sur le site INEGALITE

L’origine sociale des députés - le 9 septembre 2008

Employés et ouvriers représentent la moitié de la population active, mais à peine 6 % des députés.

Alors que les employés et les ouvriers représentent plus de la moitié de la population active, seul 1% des députés proviennent de leurs rangs. Et encore, certains élus ont quitté leur profession d’origine depuis de longues années. A l’inverse, les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent 59 % de l’ensemble. Avec les professions libérales, ils forment les trois quarts des députés.

Pour se faire élire, il faut d’abord pouvoir mobiliser des moyens importants, notamment financiers. Il est préférable d’appartenir aux réseaux du pouvoir, mais aussi de savoir et d’oser s’exprimer en public, notamment. Toutes ces "compétences" vont souvent de pair avec un bon niveau de diplôme et un niveau de vie suffisant. Il faut aussi pouvoir être candidat, c’est-à-dire y consacrer de longues heures au-delà de son temps de travail. Enfin, il faut assumer le risque d’un "retour sur terre" difficile en cas de non-réélection. Dans ce domaine, les catégories les plus avantagées sont les fonctionnaires - qui peuvent se mettre en disponibilité - et les indépendants qui peuvent faire gérer leurs affaires par un tiers (par exemple, les médecins ou les avocats).

… / …

Dominique Andolfatto, maître de conférence en science politique à Nancy-Université. Tableau extrait de "Revue politique et parlementaire" n° 1 044 - juillet/août/septembre 2207. Source : Calculs réalisés par l’auteur * d’après les données de l’Assemblée nationale. Année des données : 2007 - Sources INEGALITES

Révélateur non ?

Mais par contre, en termes de chômage, les premiers à se protéger ont été ces mêmes députés comme nous le révélions dans un article de Slovar :

Avant de quitter la présidence de l’Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, nouveau président du Conseil constitutionnel, a fait un joli cadeau à ses amis députés de tous les partis : une loi, votée en catimini par tous les groupes, permettant à tous les députés non-réélus en juin prochain, de continuer à percevoir leur indemnité parlementaire pendant encore soixante mois au lieu de six actuellement.

Bien entendu, cette généreuse "indemnité chômage" est totalement inconditionnelle, et l’heureux bénéficiaire de cette jolie rémunération sur cinq ans n’est tenu à aucun engagement quelconque, comme par exemple justifier de la recherche d’un nouvel emploi, d’une visite mensuelle auprès d’un conseiller ANPE, ou d’une activité justifiant cette "aide sociale", bref, tout ce qui est demandé à des chômeurs ordinaires.

(...) Les indemnités attribuées aux députés ont été définies par l’ordonnance n° 58-1210 du 13 décembre 1958. L’indemnité de base est calculée "par référence au traitement des fonctionnaires occupant des emplois de l’État classés dans la catégorie présentement dite hors échelle. Elle est égale à la moyenne du traitement le plus bas et du traitement le plus élevé de cette catégorie", ce qui correspond au traitement d’un conseiller d’État ayant moins d’une année d’ancienneté dans son grade.

S’y ajoute l’indemnité de résidence, comme pour les fonctionnaires, au taux de 3 %. Selon l’article 2 de l’ordonnance précitée : "L’indemnité parlementaire est complétée par une indemnité dite de fonction. Le montant de cette indemnité est égal au quart du montant de l’indemnité parlementaire (indemnité parlementaire proprement dite majorée de l’indemnité de résidence).

Depuis le 1er février 2007, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes : • Indemnité de base : 5 400,32 € • Indemnité de résidence (3 %) : 162,01 € • Indemnité de fonction (25 % du total) : 1 390,58 € Soit un brut mensuel de 6 952,91 €.

Retenues obligatoires. Doivent être déduites du brut mensuel diverses retenues : • Cotisation à la caisse des pensions pendant les quinze premières années de mandat : 1 153,08 € • Contribution exceptionnelle de solidarité : 55,62 € • Contribution sociale généralisée et contribution au remboursement de la dette sociale : 539,55 € • Cotisation au fonds de garantie de ressources : 27,00 € Soit un net mensuel de 5 177,66 €.

Source : Altermedia-Info

On a vraiment la sensation que ceux qui sont ou vont être au chômage vont se sentir encore un peu plus seuls, surtout s’ils ont voté aux dernières élections législatives. La célèbre phrase de Coluche : "Un chômeur qui vote, c’est comme un crocodile en visite dans une maroquinerie", est semble-t-il en train de devenir une sordide réalité.

Il est à noter que cette mesure sort en même temps que le nouveau cheval de bataille du Medef : "La présidente du Medef, Laurence Parisot, a déclaré mardi que la priorité du patronat dans la prochaine négociation sur la convention d’assurance chômage va être d’étudier la possibilité d’une baisse des cotisations".

"Alors que nous sommes sur le point d’aborder la négociation, notre priorité va être d’étudier la possibilité d’une baisse des cotisations d’assurance chômage. Les taxes ne sont pas la solution, elles sont le problème", a-t-elle dit lors de sa conférence de presse mensuelle. Source Le Monde.

Là où le serpent se mord la queue, c’est lorsqu’on lit : "La ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, Christine Lagarde, a expliqué mardi qu’elle ne savait pas si l’objectif de faire baisser le taux de chômage à 5 % en 2012 serait atteint, compte tenu des chocs extrêmes du type de celui que prennent actuellement les économies".

"L’objectif défini par le président de la République et le Premier ministre c’est 5 %. C’est l’objectif vers lequel on tend tous nos efforts", a déclaré Mme Lagarde mardi lors d’un point de presse à Paris devant l’Association des journalistes de l’information sociale (AJIS).

"Est-ce que c’est tenable ? C’est comme si vous me demandiez quel sera le taux de croissance en 2012", a-t-elle ajouté. "Les chocs extrêmes du type de celui que prennent actuellement les économies arrivent forcément à des ralentissements qui étaient imprévisibles", a-t-elle ajouté.

"Le ralentissement, s’il devait se poursuivre, aurait forcément des effets en matière d’emploi et de chômage qui sont inchiffrables", a-t-elle souligné. Source Nouvel Obs.

EUREKA, on a trouvé un système pour faire moins contribuer les entreprises tout en mettant en route la machine à déclasser et à radier !

Si cette fois-ci, il se trouve encore quelqu’un pour prétendre que "Ensemble tout est possible" reste un slogan d’actualité, ce sera à n’y rien comprendre...

 

Crédit image
Sud Autoroute


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (96 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Yvance77 18 septembre 2008 14:21

    Je ne comprends toujours pas comment des parlementaires ont ils pu accepter une telle loi ignoble. Je ne cautionne pas les morts, mais parfois l’esprit d’Action directe nétait pas denuer de fondements !

    Car pondre des lois aussi scélérates pour le bien d’un petit groupe d’invidividus (hein M’sieur Dassault du 92) méritent une bonne correction en retour, et violence pour violence, elle ne sera entrainée ici que par nécessité, et non par vice.

    A peluche


    • Le péripate Le péripate 18 septembre 2008 21:34

       Tiens, un propos criminel qui reçois un large soutien... Ben voyons, l’assassinat... Je ne signale pas, c’est mieux que ça reste... A moins que l’auteur de ce propos détestable demande lui-même la suppression ?

      Mais ça illustre bien la nature violente de la politique. Et la démocratie, c’est un système pas terrible, c’est sûr, mais qui évite la violence. Sauf quand des agitateurs comme notre charmant auteur, qui bien sûr restera bien au chaud, font des amalgames manipulateurs. Pas de quoi être fier


    • Yvance77 18 septembre 2008 23:01

      Pauvre individu, qui en plus ne sait pas lire. Je vois parfois vos proses réacs et je me dis que j’ai rien à faire avec des individus de votre nature. Les morts je ne cautionne pas.

      Après pour tous vos pôtés liberaux qui ont mis a sac une planète entière, car c’est de cela qu’il s’agit, c’est des crimes financiers organisés pour le bien-être d’une infime partie ... ca devrait aller chercher dans les combien, si on les enferme à Merogis ?

      Alors j’ai pas de leçons à recevoir de vous, et pour tout vous dire je m’en tape de ce que vous pouvez bien penser.

      Mais toujours est il que j’ai plus de compassion, pour AD que pour les politiques et tous ces oligarques, qui ont fixés les règles que pour eux.
      Après tout AD n’ont pas tenté de faire pire qu’eux.

      Alors couche-couche panier, la voix de son maitre.

      A peluche


    • Le péripate Le péripate 19 septembre 2008 08:33

       Bien sûr, bien sûr....
      Je ne me livrerais pas à un concours de propos "réactionnaires" avec vous, le risque est trop grand que je perde.
      Et c’est vrai que parfois, je me demande si je sais lire. Car j’imagine mal ce que peut signifier "cautionner les morts". Cautionner les criminels, oui, je comprends le sens.
      Je note que successivement vous souhaitez me voir enfermer à "Merogis" (sic), et que vous m’intimez gentiment de faire coucouche- panier. Désolé, je suis un homme libre, et il vous faudrait une arme pour me faire obtempérer, ou plutôt l’arme des lâches, le concours d’un état totalitaire comme vous les aimez.


    • donino30 donino30 22 septembre 2008 20:10

      mais parfois l’esprit d’Action directe nétait pas denuer de fondements"

      L’auteur du commentaire relatant ce propos est une honte pour notre société. Et pas à cause de l’orthographe. J’ose espérer que ceux qui ont voté oui ne savent rien des crimes atroces commis par action directe, ou ils sont à mettre dans le même sac. Tuer pour un des pires motifs qui soit dans une démocratie : donner la mort uniquement car la personne ne pense pas comme vous. Sans exprimer le moindre mot de remord, au contraire, même 20 ans après. Et j’attends de pied ferme les bouffons qui vont la ramener sur ce groupuscule aux méthodes nazis. Ce site commence franchement à me donner la nausée, il est malheureusement apparemment incontournable car il semble refléter la majorité bêlante de ce pays bien malade. Presque aussi malade que l’auteur du commentaire qui devrait aller se faire soigner au plus vite avant de faire du mal.
      "Heu oui action directe sauf que je cautionne pas les morts"
      c’est à pleurer de rire ou de tristesse. Pauvre créature...


    • Gilles Gilles 18 septembre 2008 15:54

      Et combien de ces députés ont-ils été au chomdu lors de leur carrière professionnelle ? Ou qui ont des trés proches au chomdu ?

      Je crois que l’on doit être proche de ZERO

      Si les parlementaires représentaient mieux la population française, il est clair que ce genre de loi aurait plus de mal à passer où serait plus efficacement amendée. C’est ça qu’il faut réformer. Casser ce système oligarchique

      Il faudrait publier aussi la liste de ces députés et sénateurs qui ne viennent que peu ou jamais au parlement, ne contribuent en rien et ne font que voter comme leur enjoint leur chef de groupe (aux ordre de Sarko pour l’UMP) et encaisser leur indemnités pendant et aprés leur mandat.... sans compter les notes de frais faramineuses


      • ze_katt 18 septembre 2008 16:00

        Et quand est ce que les subventions et exonérations de charges consenties au patronat seront assorties d’obligation de résultat avec ?Avec évaluation des résultats tous les moi cela va de soi.



        • finael finael 18 septembre 2008 16:17

          Sauf que le "choc extrême" était prévisible, et même prévu ... depuis des années !

           J’ai mis des guillemets à choc extrême parce qu’on en est qu’au tout début, même si les économies peuvent récupérer temporairement - grâce à des aides étatiques (ce qui est un comble pour des économies dites "libérales" refusant toute "ingérence" de l’état) - C’est l’ensemble du système qui est en train de s’effondrer.

           Bien sûr on va encore trouver un moyen de faire croire au bon peuple que c’est de la "faute aux chômeurs" : On leur coupe les vivres puis on leur reprochera de ne pas assez consommer !!!


           D’autre part il est clair que l’origine sociale des "représentants du peuple" ne saurait être très différente de ce qu’elle est : Comment voulez-vous qu’un(e) employé(e) ou ouvrier (ère) puisse se payer le luxe de quitter son emploi pour faire campagne sans savoir d’ailleurs s’il ou elle sera élu(e) ?

           Et ce indépendamment des dépenses engendrées par une telle campagne.

           C’est encore plus difficile pour les femmes qui ont déjà un double travail puisque ce sont elles en grande majorité qui doivent assumer les tâches ménagères et la prise en charge des enfants.


          • Gilles Gilles 19 septembre 2008 10:10

            finael

            "D’autre part il est clair que l’origine sociale des "représentants du peuple" ne saurait être très différente de ce qu’elle est : Comment voulez-vous qu’un(e) employé(e) ou ouvrier (ère) puisse se payer le luxe de quitter son emploi pour faire campagne sans savoir d’ailleurs s’il ou elle sera élu(e)  ?"

            Si on veut, on peu. Peut être qu’une des chambres pourrait recevoir un pourcentage de personnes issues de la société civile (volontaires et s’étant tout de même engagée quelque part...sauf dans un parti politique), non élues par le peuple mais par leurs paires avec éventuellement un système de quotas. Aprés tout les sénateurs ne passent déjà pas devant le peuple, non ?

            Ensuite, pour ces élus, à la fin de leur SEUL mandat, on peut leur réserver le droit au retour dans leur boite (comme aprés un congés sabbatique ou de formation) ou ailleurs ; ça ne couterait pas cher à l’Etat, du moins, mille fois moins que payer 5 ans d’endemnités de chomage.


          • donino30 donino30 22 septembre 2008 20:06

            "mais parfois l’esprit d’Action directe nétait pas denuer de fondements"

            L’auteur du commentaire relatant ce propos est une honte pour notre société. Et pas à cause de l’orthographe. J’ose espérer que ceux qui ont voté oui ne savent rien des crimes atroces commis par action directe, ou ils sont à mettre dans le même sac. Tuer pour un des pires motifs qui soit dans une démocratie : donner la mort uniquement car la personne ne pense pas comme vous. Sans exprimer le moindre mot de remord, au contraire, même 20 ans après. Et j’attends de pied ferme les bouffons qui vont la ramener sur ce groupuscule aux méthodes nazis. Ce site commence franchement à me donner la nausée, il est malheureusement apparemment incontournable car il semble refléter la majorité bêlante de ce pays bien malade. Presque aussi malade que l’auteur du commentaire qui devrait aller se faire soigner au plus vite.


          • foufouille foufouille 18 septembre 2008 16:24

            resortons les fourches et la guillotine !
            a bas la nouvelle bastille !
            ou mieux embastillons les !


            • foufouille foufouille 18 septembre 2008 17:48

              je propose la SCOOPisation des biens des delocalisateurs liberaliste


            • samedi 18 septembre 2008 17:46

              Certains demandeurs d’emploi sont évacués des listes de l’Anpe au bout d’un certain laps de temps s’ils ne sont plus indemnisés par l’Assedic, donc à la fin de l’allocation spécifique de solidarité, quand ils ne trouvent plus 5 ans de travail dans les 10 dernières années.
              En réalité, avec la mise en place du RSA, les statistiques du chômage vont se gonfler de près de 600.000 demandeurs d’emploi supplémentaires, tous ceux qui avaient été refoulés de l’Anpe ou avaient disparu des stats vont réapparaître et Mme Lagarde le sait. Du coup les 5% ne sont et ne seront jamais atteignables. L’inaccessible étoile ...



              • foufouille foufouille 18 septembre 2008 17:50

                au contraire. ils seront force d’accepter un rsa
                ils sortiront donc des 50% d’inscrits a l’anpe visible


              • hurlevent 18 septembre 2008 22:27

                 Les chomeurs reçoivent une indemnité de la part de l’assurance chomage, financée par les salariés et les patrons.

                La moindre des choses, c’est qu’ils aient un minimum d’obligations en contrepartie.


                • ze_katt 18 septembre 2008 23:16

                  Les chomeurs recoivent une allocation pour laquelle ils ont cotisé en tant que salarié. Ce n’est pas une aumone. 


                • le saviezvous 18 septembre 2008 22:40

                  si vous êtes dans le caca avec l’anpe and co , tapez sur gogole "sachonsle recours radiations" il ya un lien qui vous aidera grandement......


                  • D13D 18 septembre 2008 22:45

                    @peripate
                    Je ne suis pas un adepte de la violence mais l’arrogance de nos "élites", jointe au fait que les "médias" classiques qui permettaient de conserver un dialogue entre les différentes couches qui composent la Nation ont disparu, me fait craindre le pire. Cette violence, pour l’instant verbale, est en train de déferler sur le Net.
                    Le comportement de beaucoup de mes concitoyens montre une exaspération d’autant plus grande qu’elle ne resort que rarement dans les médias, trop occupés à amuser la galerie pour détourner l’attention des sujets importants.
                    La télé et les journeaux ont pris le rôle du "fou du roi", ce qui accessoirement montre bien que l’on n’est plus dans une démocratie où elles devraient jouer un rôle de contre pouvoir.
                    Pour en revenir à cet "appel au linchage", si les personnes qui nous gouvernent restent enfermés dans leur Versailles et n’écoutent plus que les flateurs qui les entourent, cette solution restera la seule issue pour ceux qui voient leurs enfants sans avenir et la cour de Louis XV BlingBling en train de gaspiller le fruit de leur travail ...


                    • Le péripate Le péripate 19 septembre 2008 08:48

                       Oui, la politique est violence, et l’Etat est coercition et contrainte. J’ai entendu Fillon ce matin sur France Inter dénoncer les méfaits du capitalisme et préconiser une intervention accrue de l’Etat. Ainsi le pouvoir souhaite orienter la violence légitime contre le capitaliste fantasmatique, et la détourner du véritable responsable, lui-même. Amusant que Fillon soit d’accord avec Besancenot...


                    • Vilain petit canard Vilain petit canard 19 septembre 2008 11:20

                      Salut Jean-Claude

                      Eh oui nos députés vivent dans un autre monde que toi, moi, nous... Un monde sans chômage, sans licenciements, sans crise économique, sans sanctions, un monde où tout le monde se connaît, un monde où on est tous nés dans les mêmes familles, se marie dans le smêmes familles, où tout le monde fait le métier de papa, ou de beau-papa, où tout le monde a fait des études, même les plus nuls, mais vu les tarifs des boîtes privées, ce n’est pas un problème pour eux, un monde où il suffit de plaire au chef pour que tout dégringole sans effort (même les Préfets de Corse) bref, un autre monde, qui est bien possible, lui.

                      Je m’étonne que l’on n’ait pas encore interdit le chômage, qui démoralise la nation et fait passer les patrons pour de méchants exploiteurs. C’est vrai, quoi, ces chômeurs, ils glandent aux frais des travailleurs et sapent le moral de leurs copains de bistrot, c’est une population à surveiller. D’ailleurs, l’ANPE va un de ces jours établir un tansfert direct de ses fichiers vers ceux de la Police, qui saura mettre au pas ces dangereux fauteurs de troubles. Enfin, on pourra respirer.


                      • xbrossard 19 septembre 2008 12:41

                        @Peripate

                        en lisant les différents avis sur AgoraVox, j’ai remarqué que vos interventions sont souvent exaspérentes, car elles ont tendance à toujours ramener le problème au niveau de l’état. Or, le problème n’est pas l’état en soit, car un état plus ou moins fort est nécessaire pour définir les lois et vérifier qu’elles sont appliquées, mais le fait que l’état soit en collusion avec les grandes entreprises, qui elles sont privées. Si l’état avait tout pouvoir d’imposer ses lois à ces grands groupes, la situation serait très différente.

                        Actuellement, le système fout le camp car les grandes entreprises ont réussi leur coup : imposer leurs lois en corrompant les membres de l’état, tout en faisant croire au peuple gogo (y compris les arthropodes de votre genre, pseudo qui vous convient tout à fait d’ailleurs) que c’est la faute de l’état. On en vient même à croire que les membres de l’état sont piochés parmi les conseils d’administration.

                        Le problème actuel, c’est un déficit de démocratie parce que les entreprises (et surtout les banques) contaminent toutes les décisions. Comme ces entreprises ne sont pas démocratiques (nous sommes d’accord la dessus non ?), notre démocratie n’est qu’une marionnettes manipulée par des dictatures oligarchiques.

                        Le pillage généralisé du peuple est en cours : il suffit juste de mater les révoltes avec les moyens de l’état (police, armée) et organiser les tranferts de fonds en utilisant l’impôt (exemple la guerre d’Irak : financement par les impôts, retour dans les poches des grands armuriers).

                        Le système d’avenir, c’est le système chinois : un communisme privatisé qui cumule les avantages de l’état totalitaire (esclavagisme) et les bénéfices (pour quelques profiteurs).

                        Nous sommes à l’aube de 14-18 ; la seule manière de remettre les pendules à l’heure pour l’amérique, c’est une guerre généralisée avec tout ses créanciers.


                        • foufouille foufouille 19 septembre 2008 12:59

                          il faut pas la caste des haut fonctionnaires comme hirsch le petit fils de haut fonctionnaire
                          les juges, huissiers, flics, etc se reproduisent aussi entre eux


                        • chmoll chmoll 19 septembre 2008 13:53

                           le gouvernement n’a trouvé qu’une solution immédiate pour ne pas plomber les futurs chiffres du chômage : rendre encore pus difficile la vie des chômeurs.

                          les pauvres sont pris en tenailles ,d’un coté L’INSEE (boite à neuneux) d’l’autre une une centrale nucléaire qui radie à tour de bras

                          ben ouié L’ANPE c pas une agence nationale pour l’ernergie ?


                            • Christoff_M Christoff_M 21 septembre 2008 06:27

                               ceci prouve encore une fois qu’une caste dirige une France non démocratique...

                              il me semble que les réseaux et les combines se sont développés depuis SARKOZY... pas la peine de chercher ou de postuler à une école ou un emploi, pour celui qui est du bon coté de la barrière sociale...

                               Tres difficile de s’extraire d’un milieu ou de changer de voie tant on veut vous cantonner plus bas ou à une activité "obligée"...

                              Sanctions pour la France d’en bas, il ne faut pas se leurrer, à l’ANPE ce ne sont pas les nantis qui sont inscrits, par contre ils sont tres mal orientés ou informés, avec des annonces au rabais !!

                               En haut lieu on s’inscrit dans un stage payant, on demande conseil à un proche ou un avocat bien établi, société de conseil et réseaux, et on ne cherche pas on se fait recommander !! évidemment on vit plus largement lorsqu’on vient d’un salaire élevé et qu’on est en général en couple,

                              Ce qui fait que dans de nombreuses réunions de chomeurs, j’ai eu l’impression de voir des gens diplomés ou expérimentés qui prenaient une pause avant de se remettre à chercher... deux poids deux mesures...

                              La fracture sociale existe bien en France d’un coté on cherche parmi des miettes d’annonces qu’on vous laisse et de l’autre on est inscrit dans différents cabinets conseils, et on attend d’etre présenté à une personne de choix, et la on va etre moins regardant sur le diplome et l’expérience, puisqu’il s’agit d’un rapport de séduction, avant meme d’envisager de parler d’un poste ou d’un travail... on appelle cela etre coopté... jouer de son réseau, cela se passe quand vous avez des cartes de visites de DRH et de Directeurs dans votre portefeuile...

                              Vous pouvez aussi évoluer par votre mariage, ici j’ai un bon exemple de cooptation, mister Copé qui représente un bon exemple d’évolution sociale par réseaux, et qui commence à agacer le pacha en étant plus jeune que lui et très actif dans les relations à tous les niveaux !! autre avantage il n’a pas divorcé, il est marié à une bonne bourgeoise de Meaux, et c’est monsieur propre et bien aimable... mister Sarkozy en plus jeune et plus arrogant !!

                              Enfin après ce petit aparté, ne croyez pas changer de classe en France en 2008, et si vous cherchez du boulot, bon courage et armez vous de patience et de persévérance...


                              • jeanPhi 21 septembre 2008 16:59

                                Pour informations FIABLES à propos du chômage :

                                www.actuchomage.org

                                À propos, notamment, de la FABLE des 500 000 offres d’emploi non pourvues, et autres propagandes que n’eût pas reniées un Josef Goebbels.


                                • Atlantis Atlantis 22 septembre 2008 08:51

                                  Les mesures prises par Ass&Dick et AvecNousPasd’Espoir ne sont que la face visible de l’iceberg. Quand on a testé "le rayage des listes avant même la fin d’inscription" (rayé de droit pour 3 mois, sans droit, comme une franchise en qq sorte) plus diverses magouilles ("ah, vous avez pas reçu la convocation ? normal elle est encore chez nous, marrant non ?") et incompétences, on évalue mieux la profondeur de la triche possible. Et les deux organsimes méritent pleinement les noms ci-dessus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès