Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Chômeurs... population active : de quoi parle le gouvernement (...)

Chômeurs... population active : de quoi parle le gouvernement ?

Le gouvernement vient de publier les chiffres du chômage et la polémique continue encore. Reconnaissons que ces chiffres ne sont pas mauvais. Avec seulement 1 958 800 chômeurs, représentant 8 % de la population active, ces chiffres sont les meilleurs depuis plusieurs décennies. Mais, sont-ils les vrais chiffres ? Sont-ils vraiment ceux que possède l’Insee dans ses bases de données ?

La vérité est simple. Il suffit d’aller la voir sur le site Internet de cet organisme public ! Alors qu’est-ce qu’on y trouve ?

1° - D’abord des définitions. Celles au sens du BIT, de la qualité de chômeur et de la population active. Voici les définitions de l’Insee, reproduites in extenso.

Chômeur :

En application de la définition internationale adoptée en 1982 par le Bureau international du travail (BIT), un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions :

- être sans emploi, c’est-à-dire ne pas avoir travaillé, ne serait-ce qu’une heure, durant une semaine de référence ;

- être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ;

- chercher activement un emploi ou en avoir trouvé un qui commence ultérieurement.

Remarque  :

Un chômeur au sens du BIT n’est pas forcément inscrit à l’ANPE (et inversement).


Population active :

La population active regroupe la population active occupée (appelée aussi "population active ayant un emploi") et les chômeurs.

La mesure de la population active diffère selon l’observation statistique qui en est faite. On peut actuellement distinguer trois approches principales : au sens du BIT, au sens du recensement de la population, au sens de la Comptabilité nationale.

 

2° - Ensuite, on trouve aussi des chiffres dans le site de l’Insee et notamment ceux sur la population active au sens du BIT (en milliers) :

2002

2003

2004

2005

2006

27 096

27 373

27 518

27 637

pas encore connus

Le matériel mis à notre disposition par l’Institut est tout à fait remarquable. Tous les économistes sérieux s’en inspirent et les étudiants aussi. Alors, pourquoi pas notre gouvernement ?

S’il y a vraiment 8 % de chômeurs par rapport à la population active, il y a donc, au minimum, 2 210 000 chômeurs (27 637 000 x 8 %). Or le gouvernement annonce seulement 1 958 800 personnes au chômage. La différence est quand même de taille ! Il est vrai que psychologiquement être au-dessous de la barre de 2 millions des chômeurs, c’est bien.

La méthode Coué est vraiment devenue le fil directeur qui structure la communication de nos dirigeants. Mais alors, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de la démarche et dire que le taux de chômage, en France, est de 7 % seulement ? Il suffit pour cela de comparer le prétendu nombre de chômeurs, 1 958 800, à la population active (cf. supra), pour avoir seulement 7 % de Français en recherche d’emploi (1 958 800 / 27 637 000 x 100 = 7 %).

Cette méthode est-elle bien sérieuse ? Privilégier la forme sur le fond, la parole sur l’action, le maquillage sur la réalité... ne peut durer indéfiniment. Aujourd’hui, en attendant l’aubaine d’une grosse croissance hypothétique, le gouvernement met le paquet pour laisser croire que la France va bien et que, s’il y a des points négatifs c’est de la faute des autres : à l’euro, aux marchés financiers américains, à la concurrence chinoise, à la pénurie de blé due à la sécheresse, etc.

Beaucoup de pays ont déjà utilisé une telle méthode, bourrée d’artifices. Tous en sont revenus plus affaiblis qu’ils ne l’étaient avant.

Il faudra bien qu’un jour, nos dirigeants, de droite comme de gauche, aient le courage de ne plus nous considérer comme des demeurés en sciences économiques à qui on ne peut jamais dire la vérité sur les chiffres.


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Polemikvictor Polemikvictor 3 septembre 2007 10:43

    Vos propos sont décevants par leur manque de rigueur : qu’il soit difficile de recouper les chiffres du chomage diffusés par l’assedic avec ceux de Bercy OK, que l’origine du chiffre exact de la population active utilisé par Bercy mériterais d’être precisé OK, mais de là a utiliser le chiffre de 2005, ce n’est pas sérieux, votre profil laissait espérer mieux !

    Quelques liens pour ceux que ça interesse :

    http://info.assedic.fr/unistatis/travail/documents/cpalloc200707.pdf

    http://info.assedic.fr/unistatis/travail/documents/pstatis28.pdf

    http://www.insee.fr/fr/ffc/chifcle_fiche.asp?ref_id=NATFPS03106&tab_id=317


    • Internaute Internaute 3 septembre 2007 18:57

      En refaisant un tour sur le site des Assedic grâce à vos références, je m’apperçois qu’on ne parle plus que des chômeurs « indemnisés ». Comme par enchantement, la statistique des inscrits aux Assedics mais non indemnisé a disparu du langage administratif. Tous ces chiffres sont donc incomplets. L’année dernière il y avait en gros cinq millions de chômeurs en France dont la moitié indemnisée. Cette moitié a un peu diminué et on ne peut que s’en féliciter. Cependant, le fait d’occulter des chiffres qui étaient publiés les années précédentes jette un doute réel sur les intentions du gouvernement. Est-ce que la baisse des indemnisations est due à une reprise du travail ou tout simplement est-elle due à ce que les Assedic les pousse vers la catégorie des demandeurs d’emploi non indemnisés.

      Cela changerait tout et je voudrais bien savoir quel est aujourd’hui le nombre d’inscrits à l’Assedic et n’étant pas indemnisés.


    • tchoo 3 septembre 2007 11:14

      Si utilisé les chiffres de la population active de 2005, bien que ce soit les seuls connus officiellement ne fait pas sérieux, Je vous propose le calcul suivant : 1 958 800 chomeurs représenterait 8% de la population active, soit une population active de 24 485 000 soit une perte de population active de 3 152 000. ça en fait du monde parti à la retraite en deux ans !!!!!!!!


      • Gerald 3 septembre 2007 11:31

        A Polemikmachin : les liens que vous citez confirme exactement les chiffres de l’auteur ! Alors, avant le polémiker sur n’importe quoi, d’abord, lisez ! Il est effectivement curieux que les chiffres du gouvernement ne soient pas cohérents : comme remarqué intelligemment par Tchoo, pour les faire coller, il faudrait un rush de 3 millions de gens de plus que la moyenne vers la case retraite. Ajoutez à cela, tous les non-recensés comme chômeurs alors qu’ils n’ont que des emplois en pointillé ou à temps très partiels. Ajoutons un mot sur les causes du chômage : lorsque’un salarié coûte 1000€ à un employeur, le salarié reçoit 300€ de pouvoir d’achat, le reste est pompé par l’Etat pour faire ce que vous savez : d’une part servir de vrais services indispensables et d’autre part faire vivre une partie de l’Afrique. Tant que cette vérité ne sera mise clairement sur la place publique,il y aura toujours autant de chômeurs, à quelques centaines de milliers près ! De plus, ce n’est pas le taux de chômage qui est important, mais le taux d’activité. Or ce taux est en France le plus bas des pays dits « développés ». Tout se tient, comme disait l’autre...


        • Polemikvictor Polemikvictor 3 septembre 2007 12:20

          Polemikmachin apprécierait que vous cherchiez à comprendre ce qu’il écrit :

          Les liens avec l’ASSEDIC ne montrent pas explicitement le chiffre de 1 958 000 chômeurs annoncés par le gouvernement. Le chiffre de la population active donné par l’INSEE sur son site est celui de 2005, il n’est pas sérieux de le prendre tel quel pour calculer le taux de chômage d’aout 2007.

          Critiquer un chiffre sans avoir des sources de meilleure qualité ou sans mettre en évidence une erreur de raisonnement, s’appelle un manque de rigueur, désolé.

          Pour rester crédibles les chiffres du gouvernement doivent avoir une définition précise et des sources accessibles au citoyen de base. Une fois entérinée cette définition ne doit pas changer afin d’acquérir un historique utilisable, ce qui n’empêche pas de mettre en place d’autres indicateurs.


        • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 3 septembre 2007 11:49

          Ce qu’il y a de bien avec les chiffres, c’est qu’on peut tout leur faire dire.

          Il suffit d’en omettre certains, de faire des comparatifs entre d’autres et on arrive toujours à trouver un résultat qui convient à sa pensée.


          • patrocle 3 septembre 2007 11:53

            La question du recencement du chomage en france est une tarte à la crème depuis plus de vingt ans.Les chiffres sont bien sur tronqués car la question est sensible. Sont exclus par exemple les stages,les demandeurs d’emploi à temps partiel...(lire le livre de Fabienne Brutus « chômage des secrets bien gardés »). La plus parts des bénéficiaires du RMI ne sont pas non plus comptabilisés dans les chiffres de l’ANPE.Actuellement la tendance du gouvernement est d’ailleurs de transférer contrepartie les dépenses d’insertion aux départements sans contrepartie équivalente.Ce qui est nouveau par contre c’est la propension à radier les demandeurs d’emploi avec un objectif chiffré à la clé et selon des motifs plus ou moins avérés.Il est en effet plus aisé d’agir sur le thermomètre que sur la fièvre.Enfin l’emploi nécessite un taux de chomage.Il faudrait aussi dire clairement quel taux est acceptable et correspond « au plein emploi », de même l’évolution technologique croissante entrainera toujours des besoins humains décroissants.A situer le problème uniquement sur l’emploi et à ne pas envisager les finalités de l’économie dans le cadre d’un développement partagé on tourne forcément en rond.


            • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2007 12:11

              Pendant des décennies, l’INSEE a été un organisme indépendant et respecté, qui fournissait des analyses intéressantes propres à éclairer les dirigeants et l’opinion, ce qui était sa mission.

              L’UMP l’a assassiné en deux temps : en lui interdisant de publier ses propres chiffres de chômage début 2007, puis en contestant ses chiffres sur les salaires de la fonction publique à mi-2007.

              L’Etat français en personne et dans toute sa superbe vient de nous dire : « j’avais des yeux, mais ils sont aveugles donc je les crève ».

              Alors on fait quoi ? On roule sans phares ?

              Entre la CNIL, l’INSEE et d’autres, l’UMP prouve tous les jours qu’elle ne supporte pas les organismes indépendants. C’est du gangstérisme décomplexé.


              • Internaute Internaute 3 septembre 2007 19:08

                Il n’y a plus de travail de masse tout simplement parceque nos députés l’on fait partir dans les pays sous-développés.

                Jour aprés jour nos usines se vident et délocalisent vers les paradis fiscaux que leur offre l’Assemble Nationale sur un plateau. Il n’y a rien d’inéluctable à ce que la Roumanie soit devenue en cinq an l’un des premiers producteurs mondiaux de chaussures de sport (Decathlon) et que les bulgares soient les rois du ski. Il y a simplement une relation de cause à effet entre le plus profond mépris que les députés ont pour les français et la marge bénéficiaire croissante des grands marchands internationaux.


              • leneant 3 septembre 2007 14:07

                Il faut s’entendre sur « les » définition de chômage et sur les chiffres utilisés et les valeurs comparées.

                Les chiffres du gouvernement sont basés sur les catégorie DEFM de l’ANPE et les comparaisons internationales devraient s’effectuer sur une évaluation selon la définition du BIT (Bureau International du Travail).

                Pour plus d’info sur les définitions du chômage et les catégories DEFM. http://leneant.echosblogs.org/post/274/1222

                Cette polémique existe depuis de nombreux mois. Souvenez-vous de l’INSEE qui n’a pas pu sortir ses chiffres en équivalent BIT car ils n’étaient pas sur de leur détermination... Et ce en pleine campagne électorale.

                Souvenez-vous de la modification des conditions des ayants droits qui a fait tomber bons nombres d’ayant droits en fin de droit et au final après un procès assez médiatisé, ils ont réintégrés les comptes de l’ANPE (rupture unilatérale de contrat si mes souvenirs sont bons).

                Combien de personnes sont convoqués à des stages de l’ANPE et passent en catégorie 3 (non prise en compte dans les chiffres du gouvernement...)

                Mais la polémique va bon train depuis de nombreux mois.

                Certains sites ne traitent que de ce sujet comme actuchomage par exemple ( http://www.actuchomage.org ) et ont diffusé en ligne un dossier sur ce thème : http://www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=PagEd&file=index&topic_id=20&page_id=237

                Personnellement, je ne sais pas qui détient la vérité. Les chiffres ne sont pas toujours faciles d’accès ( j’ai eut un mal fou à trouver l’évolution de tous des DEFM de l’ANPE jusqu’en 2006 pour toute la France par exemple ).

                Mais déjà si tout le monde parlait de la même façon du chômage avec des métriques stables et couvrant le même périmètre d’année en année, cela faciliterait leur comparaison et la perception de leur évolution.


                • Barbathoustra Barbathoustra 3 septembre 2007 14:13

                  Privilégier la forme sur le fond, la parole sur l’action, le maquillage sur la réalité...

                  — >

                  Oui la France se maquille et alors ? N’a t’elle pas le droit elle aussi d’aller au bal de l’Union et de paraitre aussi désirable que l’Angleterre, le Danemark et quelques autres rivales qui, en ayant dispensés une partie de leur population inactive de recherche d’emploi et autres injections massives à bases de contrats précaires, sont elles passés par une phase de relooking extrème ?


                  • ZEN ZEN 3 septembre 2007 14:30

                    @ Barba

                    Bien dit en peu de mots...


                    • Barbathoustra Barbathoustra 3 septembre 2007 19:36

                      « Que de bêtises ! Cela prouve bien à l’évidence que nous, Français, avons une culture économique des plus rudimentaires. » - Aimé Fay le 13/08/07 -

                      « Il faudra bien qu’un jour, nos dirigeants, de droite comme de gauche, aient le courage de ne plus nous considérer comme des demeurés en sciences économiques » - Aimé Fay le 03/09/07 -

                      Changement de stratégie monsieur FAY ?


                      • FAUST FAUST 3 septembre 2007 22:34

                        Personnellement je vous conseille d’aller sur l’excellent site des statistiques de notre brave Communauté Européenne. Ils me paraissent fiables, ne serait ce que parce qu’ils ont contredit au moins une fois et sur les chiffres du chômage, ceux de l’INSEE. (que je respecte, ils sont un outil, le coupable est celui qui utilise l’outil de façon...) http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page?_pageid=1090,30070682,1090_33076576&_dad=portal&_schema=PORTAL En particulier, les indicateurs sont exposés dans leur définition. On peut comparer d’un pays à l’autre, sur la même base puisque la définition est commune. En se situant « par rapport à » on peut faire du relatif. Du coup : le « super, 9%, c’est bon » et le « c’est nul, seulement 9% » disparaissent au profit du bon vieux : moins que l’Allemagne mais plus que la Slovénie. Hein, quand même, c’est mieux que la Slovénie quoi.

                        Maintenant, des pratiquants de ces stats là pourront peut être me mettre en garde, il y a peut être une faille que je n’ai pas vue (bien que je garde les deux yeux ouverts !).

                        Enfin, sur les chiffres du chômage, il semblerait que de fortes pressions soient faites sur les Assedics et Anpe pour que ces chiffres soient bons. les « objectifs » sont clairs... (on joue sur les dossiers à défaut de caser des chômeurs derrière un poste de travail, peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse vertigineuse du pourcentage qui s’affole !) Bonne continuation, A bientôt.


                        • christian 4 septembre 2007 00:11

                          SUR QUEL CHIFFRE CHOISIR EN FONCTION DE L’IMAGE A DONNER DU CHOMAGE  : EXEMPLE ANNEE 2005 sources Insee et Assedic : NOMBRE DE PERSONNES S’ETANT DECLARÉS AU CHOMAGE INSCRITES OU NON A L’ANPE

                          2 717 000 Millions

                          NOMBRE DE CHOMEURS INDEMINISES PAR LES ASSEDIC

                          2 492 800 Millions POPULATION ACTIVE AU SENS DU RECENSEMENT NATIONAL 27 637 000 Millions

                          POUPULATION UNIQUEMENT SALARIEE FONCTIONNAIRE COMPRIS 22 664 100 Millions

                          POPULATION ACTIVE TOTAL SALARIEE + NON SALARIEE 24 874 000 Millions

                          A partir de ces données on fabrique les taux du chômage :

                          Le public qui prend les chômeurs indemnisés et qui les compare a la population active globale ce qui donne en 2005 un tx de chômage de 9,01%.

                          au passage on laisse de côté bien sur les chômeurs non indemnisés, les stagiaires et tous les « vieux » dispensés de recherche d’emploi dans l’attente de la retraite.

                          Le Tx le plus réaliste serait de comparer le nombre de chômeurs global soit ici 2 717 000 Millions pour 2007 à l’ensemble de la population active salariée ( les non salariés ne représentant que 10% de celle-ci tout en sachant que cette catégorie de non salarié n’a progressé que de 20 000 emplois en 2005 2 fois moins qu’en 2004.)

                          Et la toujours avec les chiffres officiels le taux passe à 11,98% pour ne pas dire 12%. soit 3% d’écart ( quelques centaines de milliers de personnes délibérément et politiquement ignorées - bravo la démocratie )

                          Si on considère que la population active en 2 ans a augmenté dans les mêmes proportions que les années précédentes soit 0,5% de croissance, il est tout à fait raisonnable de conserver ce delta entre les chiffres annoncés par le gouvernement et une réalité plus proche du terrain.

                          Donc quand les médias via ASSEDIC et INSEE vous annoncent 8% de tx de chômage, sachez que cela représente certainement plutôt 11% des personnes salariées qui font 90% des emplois dans ce pays.

                          Le Papy Boom et la croissance vont-ils avoir un effet sur le chômage :

                          714 0000 jeunes sortant de formation initiale en moyenne par an (source Insse) 549 000 trouvent un emploi et 164 200 viennent gonflé les stats du chômage

                          Dés 2006, 600.000 départs à la retraite par an estimé par les spécialiste de CNAV ( Caisse Nationale assurance Vieillesse)

                          D’autre part la population française active s’accroît d’environ de 130000 à 150 000 personnes par an.

                          On s’aperçoit donc que les départs du papy boom ne vont pas créer mécaniquement de l’emploi, car globalement la population française s’accroît plus vite que tout le monde ne le pensait, heureusement.

                          Par contre les besoins sociaux eux vont exploser avec 830 000 naissances par an cette année et de + à l’autre bout de l’échelle démographique 300 à 400 , 500 000 personnes qui entrent dans la grande dépendance pour la, les dernières années de leur vie.

                          Cela fait +sieurs centaines de milliers de personnes et donc quelques milliards d’euros non prévues au budget de l’état.

                          Effectivement les jeunes et les vieux sont sources d’emplois, mais il faut les financer, que ce soit le secteur privé ou public qui fasse le boulot ( que l’on soit de droite ou de gauche) ce sera de toute façon le budget de l’état qui paiera car les vieux n’ont pas les moyens de se payer des soins qui vont représenter pour leur dernière année de vie la totalité des dépenses de sante de toute leur vie, et 85% des parents n’ont pas les moyens-intellectuels et financiers- d’offrir une formation décente à leurs enfants. ( sauf à laisser les familles dans la déshérence, ce que n’acceptera jamais la société française)

                          Quand on regarde ces chiffres on comprend tout de suite que Sarko, avec ses cadeaux fiscaux s’est préparé lui-même les conditions de ces échecs futurs et à très court terme ( La fameuse Balle dans le Pied : j’ai toujours pensé que les politiques oscillaient entre incompétence et mégalomanie )

                          D’un côté une France jeune qui fait des enfants ( dans l’espoir d’assurer sa retraite !) mais des enfants qui vont coûté très cher en santé, éducation, formation. ( car les parents savent que la France leur doit ça, sauf à faire fi des valeurs de la république )

                          D’un autre côté une France qui n’en finit pas de vieillir , et qui pense qu’elle a droit à tout, car elle estime avoir beaucoup donné à la France (travail, enfants , impôts), et en plus c’est la France qui a élu Sarko, sans elle il ne serait pas la, il le sait très bien.

                          Compte tenu de tous ces chiffres de la propension naturelle du capitalisme a augmenter la productivité du travail :

                          Je ne vois pas comment, en dehors d’une redéfinition complète du travail et donc des droits du citoyen ( l’homme habite désormais une cité planétaire ), nous pourrons sortir de cette spirale chômage, travail, qui nous entraîne à marche forcé vers la destruction de la cité.

                          Car a stigmatiser, et c’est bien le cas, celui qui ne trouve pas d’emploi, à stigmatiser ( éjecter, dégueuler, bouter ! ) l’étranger qui accepte les emplois que personne ne veut pour son fils ou sa fille, et qui lui permettent, à lui, de donner l’espoir d’une vie meilleure à ses enfants, car à jouer à ce jeu (oui c’est bien un jeu auquel se livre nos gouvernants) ou on agite la peur, la terreur, pour faire rester tranquille la majorité silencieuse -pour mieux la tondre-l’histoire nous enseigne (mais je crois que nous sommes de piètres élèves doublés de cancres glorieux) que l’issue ne peut-être que ténébreuse, comme d’habitude. ( A souhaiter que nous n’ayons élu ni un Bonaparte, ni un fils à LE PEN )

                          Cette histoire nos parents grands parents l’ont vécue, elle s’écrit quotidiennement dans nos journaux papiers et télévisés, mais nous sommes des cancres car nous n’apprenons rien, nous ne savons que pleurer nos morts et hurler vengeance. ( merci de re-visiter à la lueur de cette maxime, les dernières actions médiatico-faits divers de notre Président)

                          Le Président Elu, je mets E majuscule car dèjà il nous le répète pour bien nous le faire comprendre et va nous le répéter jusqu’à la nausée.

                          Il est l’Elu des français, l’Elu des sondages, L’Elu des Médias, l’Elu des patrons, l’Elu du peuple dont il vient, l’Elu de « D... » ah, dommage Mitterrand est passé par la.

                          Je suis même certain qu’il est aussi l’Elu de certains chômeurs, qui rêvent d’heures supplémentaires. Enfin dans le Style maxime « nous ne savons que pleurer nos morts et hurler vengeance », il est bien connu que nous sommes aussi très prompt « à brûler ce que nous avons adoré ».

                          Pour conclure je dirai : ou il existe une volonté de donner à chacun quelque soit son origine, son niveau d’éducation, son niveau de fortune, son âge son sexe, une dignité de citoyen avec des droits fondamentaux de logement décent, de nourriture, de santé et d’éducation et les devoirs qui vont avec : respect de l’intégrité sociale et religieuse d’autrui, service civique minimum à tous les âges de la vie dans la cité pour une entraide sociale et familiale. Ou cette volonté n’existe pas. Le reste est politique et c’est bien le drame car « l’histoire nous enseigne que l’issue ne peut-être que ténébreuse, comme d’habitude », car nous n’apprenons rien : les hommes ont une mémoire, pas les peuples ni les sociétés.

                          Le grand paradoxe de l’être humain c’est qu’il est l’élément constitutif de la société, et qu’il est même temps façonné par celle-ci sans pouvoir toutefois la maîtriser.


                          • Christoff_M Christoff_M 4 septembre 2007 03:41

                            les chiffres sont faux ; mr SARKOZY comme madame Parisot sont une génération qui cultive la maladie des sondages... étant DUT Mesures Physiques, je suis bien placé pour vous dire qu’on peut faire dire tout et n’importe quoi à des tableaux, à des taux, a des échelles de courbes ou de graphiques...

                            il y a six ans je fus licenciés et par chance je trouvais un stage de formation continue... quelle ne fut pas ma surprise d’etre radié au bout d’un mois et de ne plus exister pendant six mois comme chomeur dans les stats !! ce stage me permettait de chercher du travail en révisant et en étant pris en charge, mais j’étais quand meme à la recherche d’un emploi !! eh bien non je n’existais plus dans les listes... pour ma chance j’ai retrouvé un travail en croisant une ancienne connaissance, mais je n’ai eu aucune offre de l’ANPE locale qui me considérait comme casé en stage donc problème réglé...

                            j’ai revécu le meme problème il y a peu sauf que maintenant pour les stages c’est niet pas de crédit, tout est passé aux sociétés ; en sept ans dans mon ancienne boite, j’ai eu droit à quinze jours de formation !! groupe étranger je le précise qui a bénéficié de facilités pour s’implanter et qui liquide petit à petit les boites aquises il y a six ans dans un silence de mort des syndicats et du gouvernement actuel... pour revenir à vos moutons, mieux indemnisé qu’il y a six ans mais convoqué une fois par une gentille conseillère en six mois qui ne comprenait pas la définition de mon métier !! et pour les stages anglais, spécialisation niet !! moi je baisse un peu les bras, face à une telle inertie volontaire ou non !!

                            mais avec de telles méthodes hasardeuses et le fait qu’on veuille rallonger le temps de travail sans former les gens ou assurer un suivi sérieux ( je crois que les conseillers clientèle des banques sont à peu près aussi apte à vous trouver un bon placement que les conseillers de l’ANPE pour vous trouver une place qui vous correspond !!) ; je souhaite du plaisir aux futurs inscrits àqui on aura promis des changements !! moi je pense à changer de domaine et si je ne trouve rien à quitter ce pays !! avec 0.3% de croissance par trimestre on ne fait pas de révolution !!


                            • Fred 4 septembre 2007 08:34

                              Ca fait des annees que les chiffres du chomage sont truques que ce soit sous le gouvernement actuel ou sous Jospin, les chiffres sont toujours en deca de la realite. Au moins, ca donne une tendance par contre ne comptez pas trop sur la valeur absolue.


                              • Frabri 6 septembre 2007 00:05

                                Le journal Mariane donne tous les deuxièmes samedis du mois le nombres de chômeurs inscrits a l’ANPE. Au mois d’avril il y en avait 4 186 859 A ces chômeurs il faut ajouter ceux qui ne sont pas obligés de s’inscire a l’ANPE comme les RMIstes, la moitié ne sont pas inscrits, cela fait 600 000 de plus. 60% des mères au foyer aimeraient avoir un emploi, si elles s’inscrivaient a l’ANPE elles feraient exploser le compteur de l’ANPE. A l’ANPE le monde du chômage est divisé en 8 catégories.voir le livre de Fabienne Brutus. Les médias ne donnent que les chiffres de la première catégorie, qui correspond a ceux qui cherchent un CDI a temps complet. Ceux qui cherchent un CDI a temp partiel ne sont pas comptés comme chômeurs, ni ceux qui veulent des CDD, ni ceux qui veulent des travaux saisonniers, ou de l’intérim ...ext.


                                • Signé Furax 6 septembre 2007 11:30

                                  Je ne crois qu’aux statistiques que j’ai bricolées moi-même !


                                  • antochrit antochrit 8 octobre 2007 18:08

                                    Je ne crois qu’aux statistiques que j’ai bricolées moi-même !

                                    CLEMENCEAU

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès