Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Clash-flow : le Marteau sans maître

Clash-flow : le Marteau sans maître

Structures d’endettement, contreparties incertaines, lorsque la finance structurée révèle la création de fausse monnaie et d’actifs artificiels.

« Attendez-vous à savoir… » « Et vous saurez… ». Geneviève Tabouis

Anticipant au regard de la crise des subprimes les conséquences économiques probables d’un système dérégulé et consolidant ses présentations faites dès décembre 2007 dans le cadre du séminaire économique Franco-russe, le professeur Jacques Sapir (EHESS) avait souligné dans un article publié en mai 2008 qu’une garantie gouvernementale était inévitable et que la création d’une caisse de défaisance pour les banques serait indispensable. (Voir J. Sapir, “Global finance in crisis” in Real-world economics review, n° 46, 18 May 2008, www.paecon.net/...)

Il n’est peut-être pas exclu que l’on en vienne bientôt à cette extrémité dès lors qu’aujourd’hui les avertisseurs d’incendie commencent à couvrir les propos apaisants sur la solidité du système bancaire français malgré la mise en avant d’une « garantie d’Etat » opportunément mise en œuvre avec le plan-catastrophe de recapitalisation-nationalisation de la banque franco-belge Dexia, devenue incapable de se refinancer sur les marchés, concocté en urgence avec la Belgique et le Luxembourg.

Mais il y a surtout une grave raison de douter aujourd’hui de la capacité des pompiers à maîtriser les flammèches qui courent çà et là dès lors que ce sont pour partie les mêmes thuriféraires d’un Marteau sans maître qui n’ont pas vu venir cette explosion de fumées, ce backdraft financier que l’on tente de circonvenir.

Démonstration : "Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe. Or, une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C’est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages et que l’Étal intervienne pour garantir l’accès au crédit des personnes malades. Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement. Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l’hypothèque était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité personnelle de remboursement de l’emprunteur et plus sur la valeur du bien hypothéqué. Ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les revenus fluctuent, comme les intérimaires et de nombreux indépendants."

De qui sont ces propos ? De M. Nicolas Sarkozy lui-même . A quoi a-t-on échappé...(Source(s) Interview Revue Banque (avril 2007 - Interview dans la revue La Vie Immobilière (octobre 2006 - Site UMP http://www.u-m-p.org/propositions/index.php?id=credit_hypothecaire). Quand ont-ils été tenus ? A une époque où la crise qui vient d’éclater était déjà parfaitement connue, identifiée et analysée dans ses prémices comme le montre l’excellent papier de Paul Krugman écrit le 19 avril 1986, Will there be a dollar crisis ?

www.econ.princeton.edu/seminars/WEEKLY%20SEMINAR%20SCHEDULE...

Que banquiers et assureurs aient été convoqués à l’Elysée après le laborieux discours de politique économique de Toulon du 25 septembre dernier, ou encore que ce soit à la BCE « qu’il appartient, en vue de ce qu’est l’impact à la fois sur le niveau des prix et à la fois sur le niveau de l’activité, de dire quelles conséquences elle en tire en ce qui concerne le niveau de ses taux", comme vient de le déclarer le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, M. Jean-Pierre Jouyet, à la veille de la réunion du Conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne du jeudi 2 octobre 2008, permet de mesurer la gravité de la situation. « La BCE, comme l’a indiqué M. Jouyet, a aussi pour fonction d’assurer la liquidité du marché", évoquant la mobilisation de « 120 milliards d’euros à mettre en rapport avec un plan qui n’est pas encore voté, malheureusement, aux Etats-Unis, de 700 milliards de dollars". Elle a également "pour vocation d’assurer la supervision des établissements bancaires européens en liaison avec les banques centrales nationales : cela doit être renforcé", a-t-il ajouté. Pour le secrétaire d’Etat, "nous devons aller vers un gendarme européen en ce qui concerne le fonctionnement des marchés, la supervision des banques et des assurances".

Les propos du même auteur rappelant qu’il existait désormais « un large accord pour dire qu’aujourd’hui n’est plus comme hier et que les dogmes qui ont valu au niveau européen en ce qui concerne la libre concurrence, le fait qu’on s’interdirait d’avoir des aides d’Etat", avaient en quelque sorte vécu, apportent une démonstration éclatante du fonctionnement erratique d’un système de navigation pourvu de coordonnées erronées, certes, mais aussi assorti d’un équipage qui vous explique sans sourciller qu’il vient de remettre la carte à l’endroit afin d’en rendre la lecture plus aisée...

La réalité est toute autre et le contrôleur au sol est là pour rappeler quelques données radar et montrer à l’avion qu’il a quitté sa route :

« Quand on comprime les revenus salariaux pour toujours plus de profits et que l’on cherche dans la financiarisation de l’économie une porte de sortie à la contradiction qui veut que toute compression des revenus induira celle de la demande solvable, donc celle du niveau d’activité et donc celle du volume des profits, alors la dérégulation financière et l’emballement de la machine à crédit au delà de toute borne prudentielle – au point où l’on en arrive à parler de prêt « prédateurs – deviennent logiques », écrit Jacques Sapir.

« Il y a aussi du système dans cette folie, ajoute-t-il, quand on prétend, comme le fait le gouvernement français, développer une mentalité de propriétaire à travers l’immobilier tout en menant une politique de déflation salariale, que l’on justifie au nom de l’ouverture économique alors que cette dernière a été justement initiée pour accroître les pressions sur les salariés. Ainsi, François Fillon et Nicolas Sarkozy sont par leurs politiques, et l’approbation donnée au système des hypothèques rechargeables en France, les vecteurs mêmes des dévoiements de la finance qu’ils peuvent par ailleurs condamner. Les institutions du néo-libéralisme finissent par induire chez les acteurs au centre du système les représentations qui conduisent à leur renforcement permanent et ce jusqu’au jour où le même système va heurter de plein fouet le mur des limites de sa propre reproduction. Où donc est le dévoiement ? Dans les pratiques financières ou dans la pensée de ceux qui mettent en place les réformes qui rendront non seulement possible mais encore inévitable car nécessaires les emballements dont les Etats-Unis, mais aussi la Grande-Bretagne et l’Espagne nous donnent l’exemple ? »

A l’image de cet appareil de navigation de précision que constitue une centrale inertielle, avec ses gyroscopes, ses accéléromètres et ses capteurs de vitesse angulaire qui permettent à l’avion de calculer sa position, son altitude, son assiette et son cap , pourvu qu’ils soit préalablement convenablement paramétré, l’économie a besoin d’un nouveau pilote comme d’un nouveau plan de vol.

Pour ce qui relève de l’économie la conclusion est simple : le rêve passéiste d’un futur national libéral qui a laminé l’économie réelle vient d’exploser. devant nos yeux.

Pour ce qui relève des finances, la mise au tapis de la bancassurance et des systèmes dérivés est programmée, le meilleur restant à venir avec le refus des épargnants de participer à la socialisation des pertes.

Sources et contributions :

- Mike Whitney : à quand les soupes populaires ? Mike Whitney, Information Clearing House, 11 septembre 2007, paru le 13 septembre 2007, sous

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1234

« Les booms du crédit ne se terminent pas en inflation comme la plupart le croient. Les booms du crédit SONT de l’inflation et se terminent par la déflation. Ce boom du crédit n’est en rien différent. »

-Mike Shedlock,

“Mish’s Global Economic Trend Analysis” http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/

- Paul Jorion,

L’implosion. La finance contre l’économie (Fayard : 2008)

-Rapport moral sur l’Argent dans le Monde 2008. La crise des finances. L’accès des particuliers aux services bancaires. Les enjeux éthiques (responsabilité sociale des entreprises du secteur financier, participation et actionnariat salarié, lutte contre la corruption), édité par l’Association d’économie financière - Caisse des dépôts.

- Lire aussi l’excellent article de Yann Moulier Boutang , Le prisme de la crise des subprimes : la seconde mort de Milton Friedman. Financiarisation et crise des subprimes :cartographie des parutions récentes, publié dans La Revue Internationale des Livres et des Idées (RILI) n° 7 (sept-oct 2008).

- On lira particulièrement ci-après, tiré des Actualités de la recherche en histoire visuelle de l’EHESS, le remarquable article du professeur Jacques Sapir, Sept jours qui ébranlèrent la finance, consacré à ce tremblement de terre financier dont les répliques n’ont pas fini de se succéder, semaine agitée qui marquera probablement un tournant dans l’histoire économique du XXIème siècle.

www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/22/816-sept-jours-qui-ebranlerent-la-finance - 82

par Jacques Sapir, lundi 22 septembre 2008 à 22:26 (2855 vues, permalink, jours qui ébranlèrent la finance">rss co) :: Comptes rendus



Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • geo63 18 octobre 2008 17:40

    @ l’auteur : d’accord avec votre analyse calme et lucide.
    En fait le fameux sytème financier qui doit sauver l’humanité est régulé par "La Main Invisible" du Dieu Finance, mais on a toujours oublié de mentionner qu’à l’intérieur de cette main, au feutre gras il était écrit : MAKE MORE MONEY.


    • creditgirl creditgirl 19 octobre 2008 17:30

      Que voilà un bel article exprimant un point de vue et un seul.

      Mais quelles sont les qualités de son auteur pour en garantir sinon l’objectivité, du moins la qualité ?

      En revanche son opinion politique transpire ce qui semble disqualifier son objectivité.

      Les nombreuses métaphores n’éclairent guère ce propos.

      Ce que je sais -avec une majorité de français - c’est que je suis satisfait du pilote qui est aux commandes.

      Ce que je sais aussi, c’est que de combattre la récession en aidant la croissance par la consommation et la consommation par le crédit est certainement l’idée la moins stupide que l’on puisse avoir en ce moment. Agiter le spectre de "subprimes" à la française quand on parle d’hypothèque rechargeable est franchement démagogique !

      Quoi qu’il en soit, la récession qui nous menace (presque) tous est infiniment plus dangereuse qu’une augmentation de l’endettement des ménages français.

      Il est singulier ou plutôt démonstratif de leur bonne foi que ceux qui protestent contre la nécessaire relance du crédit des ménages souhaitent que la France s’affranchisse du pacte européen de stabilité ...


      • RilaX RilaX 20 octobre 2008 14:04

        Le pilote, il a des sous pour sauver les banques et pour epargner aux plus riches d’entre nous nous de trop donner a l’etat.
        Pour relancer la consommation par contre, a part "l’idée" du credit hypotecaire (qui n’est accessible qu’aux proprietaire), rien.

        Et au niveau des priorités des lois a voter, il montre clairement ou sont ses interets. Au vue de la crise toussa toussa, on ne peut plus faire examiner au parlement tout ce qui etait prévu. Rien de bien grave. Il y avait 3 sujet a aborder :
         - les prisons
         - les hopitaux
         - les droits d’auteurs et internet

        Un seul pourra etre etudier avant la fin de l’année. Le sujet choisie montre tres clairement où le président met ses priorités.
        La priorité aujourd’hui pour le président et son gouvernement : sauvons l’industrie de la culture (3eme sujet). L’hopital et les prisons (89 morts dedans cette année), on verra ca l’année prochaine !


      • Croa Croa 19 octobre 2008 22:49

        §smiley Tout ce qui vole doit un jour redescendre §smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès