Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > « Cocorico », un Français prix Nobel d’économie néolibérale (...)

« Cocorico », un Français prix Nobel d’économie néolibérale !

Renseignements pris, il est des cadeaux que l’on préfèrerait laisser à d’autres. Un déluge de « cocoricos » se propage dans les médias pour encenser le français Jean Tirole, prix Nobel d’économie. Mais ce choix s’inscrit dans la lignée des prix attribués à Hayek, Friedman et autres économistes néolibéraux qui sont en grande partie responsables de la crise actuelle.

C’est un fait, Jean Tirole est l’un des économistes les plus influents de notre époque. C’est son Ecole d’Economie de Toulouse qui est la tête de pont des courants de pensée néolibéraux ou ultralibéraux en Europe, au service des banques et des multinationales, pour paupériser les peuples par l’abolition progressive de leurs systèmes sociaux et services publics, au nom de « la concurrence libre et non faussée » et de la dérégulation nécessaire à la mondialisation mafieuse, grâce aux paradis fiscaux et au dumping social et fiscal.

Tirole est même celui qui a le plus contribué, en France, à l’OPA du monde de la finance et de l’assurance sur la recherche économique de pointe dans l’Université, depuis la Loi de 2006 sur le financement privé de la recherche universitaire.

Ce prix Nobel laissera un goût amer aux humanistes et progressistes français ou européens. Les économistes spécialisés dans l’exclusion sociale, l’inégalité ou le partage des richesses ont peu de chance d’avoir des moyens de recherche provenant du privé, comme c’est le cas pour l’Ecole d’Economie de Paris, fondée par l’économiste Thomas Piketty, farouchement jaloux de son indépendance de chercheur. L’Ecole de Toulouse bénéficie de quatorze fois plus de financement provenant des multinationales que celle de Paris, réputée plus à gauche et attachée à la régulation économique (33,4 millions d’€ contre 2,375 millions d’€). Les contributions théoriques de Jean Tirole aident bien ceux qui le financent mais sont préjudiciables au progrès économique et social des populations de notre planète.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • diogène diogène 14 octobre 2014 13:40

    L’école fondée par Tirole s’appelle « Toulouse School of Economics » et affiche cette raison sociale anglophone sur sa façade pour bien mettre en évidence son attachement indéfectible à la maison mère : le MIT (

    Massachusetts Institute of Technology).
    Le prix aurait pu être décerné au directeur du MIT dont Tirole est un ancien élève.
    A moins que cette distinction récompense les efforts permanents pour accentuer la dépendance de l’Europe à la finance américaine ?

    • Gauche Normale Gauche Normale 14 octobre 2014 13:47

      Bah ! En poussant un « cocorico » (cocoricon ?) Valls et Hollande ne se trompent pas : Tirole est comme eux. Les déclarations que ce Monsieur nous sont rabachées depuis 30 ans : « à force de protéger les salariés, on ne les protège pas du tout  », « il faut supprimer les CDI »...


      Mais maintenant qu’il a le Nobel d’Économie (au même titre qu’Hayek et Friedman responsables de la crise actuelle comme le rappelle l’auteur), pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? La France ne manque pas de réacs proposant ces vieilles mesures qui n’ont jamais marché (sauf pour quelques uns) : Alain Minc, Jacques Attali, Pierre Gattaz, Agnès Verdier-Molligné, Ernest-Antoine Seillières... méritent largement ce prix Nobel ! Ils sont tous d’accord pour dire que ces pauvres entreprises ont peur et que c’est forcément aux chômeurs de s’adapter si ils veulent trouver un emploi, que la protection sociale est trop importante... alors si ils sont jaloux de Tirole, je les comprends.

      • Gauche Normale Gauche Normale 14 octobre 2014 14:07

        Erratum : à la place de Les déclarations que ce Monsieur, il faut lire les déclarations de ce Monsieur, bien sûr.


        Sinon, pour ceux qui veulent lire et entendre des économistes ayant un discours bien différent de ceux autorisés par les médias, il y a : Olivier Berruyer (dont le site est www.lescrises.fr), Olivier Delamarche, Jacques Sapir, Frédéric Lordon...

      • Gauche Normale Gauche Normale 14 octobre 2014 14:11

        Mais aussi Vincent Brousseau, économiste français qui a travaillé à la BCE pendant 15 ans et qui est aujourd’hui contre l’euro.


        Je savais que j’avais envoyé mon dernier message trop vite !

      • lsga lsga 14 octobre 2014 14:17

        Olivier de Lamarche, le Marxiste malgré lui. Il a compris que la crise est le simple produit de l’activité économique (il défend la théorie des cycles de Kondatriev), et pense qu’il n’existe aucune manière d’en sortir.


        Il a tord, il existe une sortie, qui est inévitable, qui est la sortie de l’économie Capitaliste. Cela consiste à instaurer une démocratie directe mondiale, ne visant pas à élire des petits chefs de armées, mais à décider des orientations stratégiques de la production et de la distribution. 

        Vivement. 

      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 octobre 2014 16:21

        Par lsga (---.---.---.105) 14 octobre 14:17
        « il existe une sortie, qui est inévitable, qui est la sortie de l’économie Capitaliste. »

        Mais non, mais non ! ! !


        Depuis la fin des Trente Glorieuses, vers 1975, soit depuis 39 ans, nous avons dû nous accommoder du chômage massif.

        Il serait peut-être enfin temps de remettre en question notre paradigme sur le « Plein-Emploi » qui est devenu une sorte d’Arlésienne...
        Sans doute faut-il adopter un nouveau paradigme en la matière qui éradiquerait définitivement le concept même de chômage.

        ¿ Et si les Français(es) adoptaient un 
        paradigme SOCIO-ÉCONOMIQUE réellement innovant et véritablement progressiste ?

        Cependant, a
        u
        Revenu de Base financé par la Fiscalité, sans Refondation du Capitalisme
        on peut préférer le
        Dividende Universel financé par l’Épargne, avec Refondation du Capitalisme

        ​​
        Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

        Lire, SVP :
        Refondation du Capitalisme & Dividende Universel
        ou/et
        http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/ ... cerite.pdf

        Refondation du Capitalisme & Dividende Universel

        RÉSUMÉ :

        Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

        Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

        Objectif Principal :
        Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
        Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
        Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

        Objectifs Spécifiques :
        I)
        Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
        Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
        II)
        Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
        II.1)
        À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
        II.2)
        a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.
        b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans plus jamais être accusés d’exploiter qui que ce soit.
        II.3)
        Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel (Auto-régulation automatique : Activité économique / Dividende Universel).
        ​On n’ose imaginer que l’Humanité serait si stupide pour se lancer dans cette dernière voie suicidaire ! ! !​

        L’addendum ci-dessous apporte la preuve, a contrario, de la pertinence du projet ci-dessus.
        ​Addendum :
        À partir de 1989, la Russie aurait pu mettre en œuvre le projet ci-dessus en s’évitant la phase d’épargne incluse dans cette proposition puisque tout le « capital social » des entreprises était depuis longtemps la possession de l’État et, donc, du peuple russe.

      • lsga lsga 14 octobre 2014 19:07

        mais quelle incompréhension de l’économie, c’est navrant.


        Les 30 glorieuses correspondent à une simple révolution de l’appareil de production grâce à la découverte de nouvelles technologies : la plasturgie et l’industrie automobile. Schumpeter : read itMarx : read it.

        Comme prévu dans la théorie Marxiste, durant ces 30 années, le taux de profit des entreprises n’a fait que baisser, jusqu’à atteindre un seuil critique dans les années 70, et déclencher une crise économique majeure, car synchrone au niveau mondial.

        Pour faire face à la grande crise économique des années 70, c’est à dire pour relancer le taux de profit des entreprises, il a fallu, comme toujours, agrandir géographiquement les marchés, créer de nouveaux marchés (les privatisations) et déréguler la finance. 

        -----

        Les Marxistes depuis le 19ème siècle expliquent que l’objectif est l’abolition du travail.
        Marx, à travers le concept de « composition organique du Capital » (capital constant = machines) a démontré comment le progrès technologique impliquait nécessairement une baisse du taux de profit des entreprises, et donc une remise en cause de leur propriété privée.

        Quand les penseurs Libéraux, Schumpeter en tête, ont compris que Marx avait raison, et qu’on se dirigeait vers une société sans travail, ils ont cherché des solutions. Les libéraux ont proposés la solution du revenu universel, ou impôt négatif. C’est un patch, un pansement sur une jambe de bois. 

        L’avenir : Des usines et des champs entièrement automatisées, où chaque individu pourra faire usiner sa propre production (ex : sa propre ligne de Jean), et la distribuer entièrement gratuitement (comme le MP3 en P2P). L’évolution de l’appareil de production et de distribution, entièrement automatisé, sera faite sur la base d’une démocratie directe et de débats scientifiques et technologiques (pas « financiers »).

        Cette société se nomme Socialisme.




      • Nemo2014 14 octobre 2014 14:20

        Bonjour à l’auteur

        Pour information le prix Nobel d’économie n’existe pas.

        C’est le prix de la banque du Danemark en l’honneur de Nobel.
        L’économie n’est pas une science en tant que tel, elle n’est pas prédictive, voir les crises diverses et variées. Les modèles sont réducteurs et ne tiennent pas compte du type de société et du fait que l’homme n’est pas qu’en agent raisonnable. Il y a apriori théorique et une relecture à postériori qui rendent les théories non réfutables. Voir Popper
        bonjour chez vous


        • John Fitzgerald Wallace John Fitzgerald Wallace 15 octobre 2014 13:10

          Par Nemo
          C’est le prix de la banque du Danemark en l’honneur de Nobel.

          Erreur. C’est le prix de la Sveriges Riksbank (banque centrale de Suède).


        • Vache à lait Vache à lait 14 octobre 2014 14:21

          La France fait beaucoup en ce moment pour les Etats-Unis d’Amérique. Notre gouvernement s’aligne sans cesse derrière leurs prises de position de politique extérieur et de directives économiques, à tel point, qu’en prenant du recul, on pourrait croire à une main mise de notre politique par ce pays étranger.

          Aussi, et comme le français exprime tout et son contraire, m’est avis, qu’il cherchent depuis quelques temps à caresser notre peuple dans le sens du poil, histoire de calmer un peu les indécis et les contestataire, tout en baisant les chauvinistes de tous bords.

          Regardez l’impact, ça marche. Il est loin de temps des boycotts de nos produits et du boudage en règle suite au refus de se lancer dans l’attaque de l’Irak en 2003...

          On est gentil, on a le droit à notre gâterie.

          Honnêtement, un prix nobel de l’économie à l’heure actuelle, ou le monde ultra-libéral commence à atteindre son paroxysme et se fissurer dangereusement, c’est une plaisanterie de plus à ajouter à la longue liste.


          • lsga lsga 14 octobre 2014 14:25

            mais quel incompréhension du fonctionnement de l’économie....


            Donc, pour rappel, nous vivons dans un système économique nommé « Capitalisme ».

            Dans ce système, depuis la fin du 19ème siècle, les bourgeoisies nationales s’internationalisent. Aujourd’hui, la Bourgeoisie Française est détentrice d’un Capital Fluide investi aux 4 coins du monde (sur tous les marchés).


            Bien entendu, l’État Nation, et la République, sont des outils aux mains de la bourgeoisie nationale pour gérer ses affaires. C’es leur raison même d’exister. Les affaires de la Bourgeoisie Française étant internationales, les politiques économiques des gouvernements français s’inscrivent dans cette dynamique internationale.

            La seule manière pour nous autres prolétaires de nous protéger des méfaits de cette bourgeoisie internationale (cette Oligarchie Financière comme les nommait Lénine), c’est l’instauration d’une démocratie mondiale. 

          • Nemo2014 14 octobre 2014 14:21

            Bonjour à l’auteur

            Pour information le prix Nobel d’économie n’existe pas.

            C’est le prix de la banque du Danemark en l’honneur de Nobel.
            L’économie n’est pas une science en tant que tel, elle n’est pas prédictive, voir les crises diverses et variées. Les modèles sont réducteurs et ne tiennent pas compte du type de société et du fait que l’homme n’est pas qu’en agent raisonnable. Il y a apriori théorique et une relecture à postériori qui rendent les théories non réfutables. Voir Popper
            bonjour chez vous


            • ezzteban 14 octobre 2014 15:16

              Avez vous seulement lu pourquoi ce monsieur avait été « primé » ?

              Pour son étude des rôle des oligopoles dans le marché ! Alors certes, ça parle de marché, mais en substance, il attaque les modèles de marché dans lesquels de grandes entreprise, même si elles ne sont pas en monopoles, tiennent le marché à elle seules, et acquiert un trop grand pouvoir pas rapports aux états . Il rappelle par ailleurs le rôle de l’état sur le marché, ce qui peut s’apparenter à de l’interventionnisme, et donc à aller contre la doctrine « libérale » extrême qui préconise l’auto-régulation ! 

              Par ailleurs, ce monsieur revendique, dans d’autre études, un contrat unique pour mieux protéger les employé en CDD (du mieux pour eux) et parce que les entreprises ont peur de créer des CDI (et même en gardant ce modèle, personne ne pourra forcer une entreprise à créer un CDI). Ce n’est pas de la destruction sociale, c’est plutot de la solidarité de ceux qui sont « planqué » en CDI face à ceux en CDD.

              Il prône aussi un retour arrière dans les privatisations, car cela ne donnent pas de bon retour, ce que les « non-libéraux » rappelles régulièrement.


              Bref, à force de tout ranger dans un globiboulga « néo-libérale » et de torcher ça façon propagande marxiste, vous finissez par raconter n’importe quoi (mais est ce nouveau ??)

              @Gauche Normale : Toujours la même chose !! Rangeons tout le monde dans le même panier, et attaquons nous à un épouvantail, c’est toujours plus facile pour manipuler l’opinion (surtout quand on s’arrête à tes grands thèmes ...destruction d’emplois, etc, etc...). Mais puisque tu parles de ce sujet, voyons voir : proposerais tu d’abroger les CDD ?? Ou penses tu qu’il y a un moyen d’empêcher les entreprises de l’utiliser ? Parce que tant que CDI et CDD cohabitent, je ne vois pas comment tu vas obliger les entreprises à créer des CDD !! Par ailleurs, beaucoup de gens sont sous CDD, et c’est facile de critiquer les entreprises quand on est pépère comme toi ou moi derrière un CDI .... Serais je près à troquer MA sécurité d’emplois contre une sécurité accru pour tout les CDD ? Sans problème ! Un contrat unique a aussi pour avantage qu’on peut y mettre ce qu’on veut dedans, légalement parlant , et donc des assurances accrus pour ceux qui étaient en CDD avant !

              Concernant le chomage, comment ça se fait que les entreprises payent plus de charge patronale (donc en employant quelqu’un ) qu’en le virant (elles payent presque rien aux ASSEDIC). La encore, derrière la fumeuse « protection » de l’employé, on fait tout l’inverse ! Et il y a moyen de poser plus de limite aux entreprises en rendant plus « douloureux » le fait de se séparer d’un employé, tout en baissant la charge patronale !
              Bref, vous avez raison de ne pas être d’accord avec tout ce que dit ce monsieur, mais caricaturer son discours de cette façon, c’est d’un ridicule !!
              @diogène : ah oui, j’oubliais que dans le monde restreint de certains, il n’y avait que les US qui avait des intérêts et qu’on était tous trop con pour avoir les nôtres....
              Quand t’arrêtera de prendre le monde entier pour un ensemble de crétin travaillant pour les Yankee (que j’exècre autant que toi...mais visiblement, dans ton monde, tu me prends pour un « pion » vu mes divergences d’opinion), on pourra avoir une conversation ! Entre temps, rend nous service, et arrête de commenter ! Ah, et au fait...je suis bilingue....ce qui fait surement de moi un espion de la CIA (....argumentation pathétique !!)



              • leypanou 14 octobre 2014 15:41

                « un contrat unique pour mieux protéger les employé en CDD (du mieux pour eux) » : heureusement qu’il y a des gens qui croient çà.
                Une question : y a-t-il plus de CDD que de CDI ? Allez trouver un logement avec un CDD. Pourquoi d’après vous les loueurs préfèrent louer leurs logements à des fonctionnaires plutôt qu’à des intérimaires ?

                Tout cela va dans le sens de la généralisation de la précarité, comme avec le fameux contrat de 5 ans pour les fonctionnaires proposé par l’UMP et N Sarkozy.

                On devrait aussi supprimer le contrat de travail (ou les fameux contrats à 0 heure comme au Royaume Uni) : comme çà, l’employeur peut employer le candidat salarié comme bon lui semble. Et dans ce cas, il y aura ZERO chômeur.


              • Piotrek Piotrek 14 octobre 2014 15:52

                Hé oui, les gauches se voient offrir sur un plateau d’argent, un argument supplémentaire contre le capitalisme construit mathématiquement avec ses propres armes, et ils crient :

                Non Non c’est des maths capitalistes !

                Quiconque n’épouse pas leur vision exacte du monde, atome par atome, est un ennemi... c’est de la tragédie grecque, comme quand le fils tue le père par erreur, ça me rend malade, ça me désespère...


              • lsga lsga 14 octobre 2014 15:58

                bin oui, c’est le Capitalisme, et ils n’ont simplement pas le choix. La bonne nouvelle : c’est que cela ne suffira pas, et que le Capitalisme s’effondrera. 


              • Trelawney Trelawney 14 octobre 2014 16:11

                le Capitalisme s’effondrera. 

                Le jour où le capitalisme s’effondrera et je pense comme vous que c’est pour bientôt, je n’aimerai pas être à la place des gens qui resteront. Ca ne sera certainement pas les lendemains qui chantent mais plutôt la loi du plus fort façon mad max.


              • lsga lsga 14 octobre 2014 16:14

                bon, en fait, le Capitalisme s’est effondré.


                Les TOP LINES des entreprises sont à zéro : les multinationales ne font presque plus de profit, et c’est l’État et les banques centrales qui créé artificiellement ces profits à travers les QE. Ce n’est déjà plus du Capitalisme.

                Ce qui vent après ? Les printemps, les 99%, mais synchronisés à une échelle mondiale, pour renverser les 1%.

              • Piotrek Piotrek 14 octobre 2014 17:32

                bon, en fait, le Capitalisme s’est effondré.

                Tout à fait, il ne reste qu’un gros blob de monnaie virtuelle suspendue au dessus de nos têtes, mais :
                dès qu’il faut faire un bloc compact de 99%, ça se chamaille sur la couleur du T-Shirt
                dès qu’il faut pilonner le truc, on critique les calibres
                dès qu’il faut s’assurer que ça se cassera la gueule parfaitement et proprement, on pleure les pacotilles du passé
                dès qu’il faut aller piquer le truc avec une aiguille, ya plus personne

                Mois je sais pas Isga, j’ai pas la confiance que vous avez en une conclusion naturelle.
                Rater une occase comme la nôtre à cause de 3 couillons qui risquent de sauver le truc avec une pirouette comptable, c’est repousser le rendez-vous de 200 ans. J’ai pas la patience et j’ai pas de gosses à qui refiler le relai.


              • lsga lsga 14 octobre 2014 18:38

                @piotrek


                oui, rien n’est évident. Par contre, la dead line n’est pas reportable à 200 ans. Ce qui dicte la valse des révolutions (au sens des structures économiques), c’est l’évolution technologique et scientifique de l’appareil de production. Là, d’ici 10 ans, en 2024, on aura des robots humanoïdes bon marchés partout. Le taux de personne entre 18 et 60 ans ne travaillant pas va passer de 35% (là où on en est aujourd’hui) à minimum 45% ou 50%. Bref, ils vont tenter de patcher tout ça avec la recette libérale du Revenu Universel, mais ce sera un patch instable qui ne résoudra en rien les problèmes de fond.

                Pour ce qui est des revendications en terme de couleur de T-Shirt, les choses sont très simples, et les révolutionnaires du 19ème avaient déjà bien résumé les choses.

                On ne doit pas réclamer de hausse de salaire, ou de baisse du temps de travail, ou de sécurité sociale. On doit réclamer une seule et unique chose : le renversement des 1%, c’est à dire l’abolition du seul et unique privilège qu’ils ont : la propriété privée des moyens de production, abolition qui ne peut que passer par l’instauration d’une démocratie directe mondiale.

                vivement. 

              • Gauche Normale Gauche Normale 14 octobre 2014 23:19

                @ezzteban

                Pour être intéressant, c’est sûr qu’il est intéressant ce Prix Nobel : http://www.les-crises.fr/hommage-jean-tirole/
                Sinon, je soutien la création d’un impôt chômage qui serait intégralement payée par le grand-patronat. Son fonctionnement serait simple : plus le taux de chômage est élevé et plus le taux de cet impôt-chômage sera élevé. Ainsi, les grands patrons auront intérêt à embaucher tout le monde si ils veulent échapper à cet impôt !!!
                Mais contre le chômage, il n’y a pas que ça : il faudrait aussi diminuer le temps de travail. C’est une question de partage des gains de productivité et, plus généralement, des richesses.

              • ZEN ZEN 14 octobre 2014 16:39

                Voyons, voyons...
                Ce prix (qui n’est pas Nobel,mais superbancaire) est tout à fait mérité !

                 Une légitime récompense selon Jean Gadrey : "...Le prix de la Banque de Suède attribué à Jean Tirole s’inscrit dans la tradition d’une institution dont environ 90 % des lauréats font partie du courant de l’économie orthodoxe appelée néoclassique, celle qui sert depuis plus d’un demi-siècle à justifier la supériorité du marché concurrentiel, pourvu qu’il soit conforme aux modèles économiques, sur toutes les autres institutions de l’économie.

                Cette nomination est aussi la reconnaissance par l’orthodoxie mondiale de la singularité, en France, de l’Ecole d’économie de Toulouse, celle qui est le fer de lance dans notre pays du modèle américain faisant des grandes entreprises privées, des banques et des compagnies d’assurances les grands financeurs, à part presque égale avec l’Etat, de la recherche économique, mais aussi les principaux dirigeants, à nouveau à part presque égale, des Conseils d’administration. Jean Tirole a beaucoup contribué à cette modalité de «  liaisons dangereuses » entre la recherche et le capitalisme financier, et le fait qu’il soit honoré par une banque n’est que justice...

                 Il est juste et légitime que le jury néolibéral de la Banque de Suède honore l’un des plus brillants représentants de l’économie néolibérale, un des plus fervents défenseurs de la logique du marché concurrentiel contre les insupportables interventions étatiques, contre le droit du travail, contre les contraintes bureaucratiques imposées aux grandes entreprises et aux banques, lesquelles financent une bonne partie de ses recherches et de son salaire..."

                Un paradoxe ! Un super économiste pragmatico-libéral (! ?)dans un pays en super crise. Un roi de l’innovation : rendre le licenciement plus facile...

                Fallait y penser...


                • anomail 14 octobre 2014 17:00

                  Et c’est reparti, on essaie encore de nous faire croire que les économistes sont des scientifiques, alors qu’ils ne sont que des lobbyistes.

                  Bon déjà le prix Nobel d’économie avait été décerné à Milton Friedman.
                  Connaissant la suite, on peut en déduire la valeur réelle ce prix.

                  Ensuite j’ai écouté un peu ce Monsieur Tirole à la radio ce matin, son discours est conforme à celui qu’on nous assène tous les jours dans les médias mainstream (les réformes nécéssaires), donc pas de surprise, le choix du pouvoir est cohérent.


                  • JANCAP JANCAP 14 octobre 2014 21:23

                    "Un prix Nobel dédié à l’économie, c’est comme un prix Nobel dédié à l’astrologie" (Maurice Allais, Prix Nobel d’Economie 1988)



                  • tf1Groupie 14 octobre 2014 19:39

                    Encore un auteur citoyen qui confond science et politique.

                    Navrant et très français


                    • BA 14 octobre 2014 21:16
                      Le prix Nobel de Littérature vient d’être attribué à Bernard-Henri Lévy.

                      Non, je déconne.

                      Mardi 14 octobre 2014 :

                      La pièce de Bernard-Henri Lévy s’arrête brutalement.

                      Initialement prévue à l’affiche jusqu’au début du mois de janvier, « Hôtel Europe », la pièce de Bernard-Henri Lévy s’arrêtera plus tôt que prévu, faute de public. 

                      La pièce de Bernard-Henri Lévy ne passera pas l’hiver. Nicolas Sarkozy, François Hollande et Manuel Valls s’étaient pressés pour assister à sa représentation mais cela n’a pas suffit. 

                      Bernard-Henri Lévy avait multiplié les apparitions télévisées, mais ce battage médiatique n’a pas permis de remplir le Théâtre de l’Atelier et ses 563 places.

                      Contacté par les Inrocks, le Théâtre nous informe que la représentation de la pièce s’arrêtera brutalement le 16 novembre au lieu du 3 janvier, comme c’était initialement prévu.

                      « La pièce s’arrêtera plus tôt que prévu, confie-t-on à l’accueil du théâtre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est très calme au niveau des réservations ».


                      • escoe 14 octobre 2014 22:00

                        Initialement prévue à l’affiche jusqu’au début du mois de janvier, « Hôtel Europe », la pièce de Bernard-Henri Lévy s’arrêtera plus tôt que prévu, faute de public.

                        Bravo, bravissimo !!!


                      • Enabomber Enabomber 15 octobre 2014 00:23

                        Hôtel avec lanterne rouge ?


                      • christophe nicolas christophe nicolas 14 octobre 2014 23:49

                        C’est bizarre, je ne connais pas. Vous êtes sûr qu’il s’intéresse à la recherche ? Vous avez dû confondre avec le bingo... Moi même, j"avais un ex directeur d’exploitation qui pensait être productif....


                        • Enabomber Enabomber 15 octobre 2014 00:22

                          Ein Reich, ein Volk, ein Nobel !


                          • Enabomber Enabomber 15 octobre 2014 00:29

                            On pourrait pour célébrer l’événement l’inviter à des cocktails molotov, histoire qu’il n’ait pas acheté le queue-de-pie pour une unique cérémonie.


                            • Gnostic GNOSTIC 15 octobre 2014 09:28


                              Jean Tirole un économiste dont personne n’a jamais entendu parler auparavant !!!

                               

                              En fait un matheux (X et doctorat) qui sert la soupe capitaliste et libérale

                               

                              Pourquoi à votre avis il est curieusement nobélisé ?

                               

                              Ben, pour se servir de ses thèses sur le chomage etc et faire passer la rigueur

                               

                              N’est-ce pas FLAMBY et MACRON ?

                               


                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 octobre 2014 11:34

                                Le « prix de la Dynamite » n’a plus aucun sens aujourd’hui ! 

                                Dans toutes les disciplines, cette « récompense » n’a jamais été accordée à celui qui la mérite vraiment ! Le monde en général a perdu son sérieux et avec l’érosion des valeurs il y aura la prolifération de la médiocrité à toutes les échelles !

                                Moi je mérite plus que la somme de tous les « prix Nobel »,
                                mais comme je ne rate pas une occasion pour accabler l’Occident et comme cet Occident est lui seul qui décide d’offrir à qui il veut la « récompense », alors je suis sûr que je ne recevrais jamais un sou !

                                De toutes les façons même si la Banque Centrale Européenne devenait ma propriété à moi tout seul, je ne changerais pas pour autant mes idées et mes convictions ! Au diable les Euros et les Douros et les Dolaros...


                                • trevize trevize 15 octobre 2014 12:36

                                  « Moi je mérite plus que la somme de tous les « prix Nobel » »

                                  Waow gaffe à vos chevilles, elles gonflent tellement qu’elles risquent de faire basculer la terre sur son axe !

                                  « je suis sûr que je ne recevrais jamais un sou »
                                  Ha le loup sort du bois. On en revient toujours à ça. C’est pas le Nobel qui vous intéresse c’est le prix !


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 octobre 2014 16:51

                                  Du calme « Trévize », la Terre ne tourne pas Galilée avait tord !

                                  Vous pensez que je plaisante ? Les choses sont beaucoup plus pourries que vous ne le soupçonnez ! Remarquez qu’en disant cela, ma souris ne s’affole pas et mon clavier reste zen ! Je suis à l’endroit dans un monde à l’envers ! Mes chevilles ne supporte rien, je suis en apesanteur et je flotte dans un monde à zéro gravitation !


                                • trevize trevize 15 octobre 2014 18:17

                                  Je suis très calme, c’est pas moi qui écrit en gras avec des majuscules à la fin de chacune de mes phrases.
                                  Si vous croyez encore que l’Occident ou toute autre entité est la seule et unique responsable du « mal », alors c’est que vous êtes encore à côté de la plaque. Le mal est partout, mélangé avec le bien, et sa racine est en chacun de nous.


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 16 octobre 2014 18:49

                                  Le monde est complètement occidentalisé, l’Occident doit assumer sa responsabilité ! Vous pensez que l’Éthiopie ou le ... Mali ou tout autre pays (qui n’est pas vraiment un pays) sont responsables de quoi que ce soit ? L’ONU et ses succursales appartiennent aux nations du véto et on ne peut pas les appeler « institutions internationales » mais seulement « institutions occidentales » ! Evidemment la faute n’est pas à la France et aux USA ...Elle est aux pays d’Afrique qui ne comprennent rien !


                                • TSS 15 octobre 2014 20:51

                                   Le prix Nobel d’economie n’existe pas ! Le prix de Tyrole est decerné par une banque... !!


                                  • zygzornifle zygzornifle 16 octobre 2014 08:15

                                    Ce n’est pas ce prix qui créera du pouvoir d’achat, du travail , de la richesse et qui mettra des dents dans la bouche de nos 8,4 millions de citoyens sous le seuil de pauvreté......


                                    • Peretz1 Peretz1 16 octobre 2014 10:40

                                       Macron, Tirole et les autres, c’est de la poudre aux yeux démagogique comme dab. Alter économie, libérale, mais pas trop c’est dans : « Economie, comment renverser la table » (chez Amazon).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès