Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Combien ça nous coûte ... vraiment ?

Combien ça nous coûte ... vraiment ?

La France est il n’en pas à douter en grosse difficulté en ce qui concerne sa dette et de « combien ça coûte » de JP PERNAULT à la majorité de nos politiques ils sont nombreux à nous promettre une austérité « tranquille » afin d’effacer l’ardoise que les français auraient contribué à constituer années après années.

Puisque nous sommes (qui l’ignore encore) dans la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle et que les citoyens aiment constater que ceux qui leur donnent des leçons de maintien financier, il m’a semblé juste de regarder au plus près quel est le coût des partis politiques pour la collectivité nationale.

Que dit le législateur sur financement de la vie politique ?

«  La démocratie n’a pas de prix, mais elle a un coût...De fait, les partis politiques et les candidats aux élections doivent faire face à maintes dépenses dont le financement, jusqu’en 1988, n’était pas encadré par un régime juridique précis. Cette lacune avait favorisé certaines dérives auxquelles le Parlement a entendu mettre un terme, démarche accomplie par touches successives depuis 1988 » Source : Sénat

Texte complet sur le site du Sénat

Première question : Mais où connaître ces chiffres ?

La très grande majorité des français ignorent totalement que les comptes des partis politiques sont accessibles et surtout ... en ligne. Il suffit de se rendre sur le site de la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques

On y apprendra que «  Ce site s’adresse à tout citoyen intéressé par la vie politique française, plus particulièrement par les questions relatives au financement des campagnes électorales et des partis ou groupements politiques. Il permet en particulier aux candidats à une élection et aux responsables de partis politiques de s’informer sur la réglementation applicable et sur la doctrine de la Commission, afin de les aider à satisfaire aux obligations qui leur sont imposées. »

En se rendant dans la rubrique « partis politiques » on aura le soin de sélectionner «  Avis relatif à la publication générale des comptes des partis et groupements politiques au titre de l’exercice 2004. » qui vous donnera accès à un document de 453 pages et dénommé « Publication générale des comptes des partis et groupements politiques au titre de l’exercice 2004  »

Je pense que vous allez voler de découvertes en découvertes, la première étant les tableaux de la page 6. Quelques indications toutefois :

« Union pour un Mouvement populaire - Parti socialiste - Parti communiste français - Front National - Union pour la démocratie française - Les Verts - Lutte ouvrière - Parti radical de gauche

le montant total de laide publique attribuée au titre de lannée 2004 était de 73 235264,94 €. Ces 8 formations politiques perçoivent donc 93 % de cette aide directe aux partis politiques. »

Puis un passage à la page 9 vous indiquera : «  Formations politiques tenues de déposer des comptes certifiés auprès de la cnccfp, avant le 30 juin 2005 au titre de l’exercice 2004 et avis de la commission sur la conformité légale du dépôt - (nombre : 255) » suit la liste de ces 255 formations ou partis

Vous serez ensuite ravi de connaître les comptes de tous les partis ou formations politiques dont certains totalement inconnues du grand public mais vivent en grande partie des subsides de l’état donc ...des gaspilleurs de français.

Pour ne pas gâcher votre plaisir, je vous en laisse la découverte et peut être la possibilité de percevoir certains discours ou choix politico économiques d’une tout autre façon.

Bien que mon propos ne soit pas de pratiquer l’anti parlementarisme ou le « tous pourris » cher aux extrêmes, il est quand même normal de se pencher sur le coût exorbitant de ces financements au moment ou on parle de vie chère, de travailleurs pauvres et de mal ou pas logés.

N’est-il pas temps de limiter les sommes allouées et pour les partis politiques de re découvrir la rencontre directe avec les français. Il fut un temps ou ceux qui briguaient nos suffrages connaissaient les cages d’escaliers et les meetings sur une simple place de marché cela peut paraître ringard mais ceux là connaissaient moins les plateaux de télévision mais certainement mieux la France et les problèmes des français !!!


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (116 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • rhass (---.---.202.132) 4 janvier 2007 15:12

    Remarquable article, qui peut s’inscrire dans une volonté de « déchirer le voile d’ignorance ».Il est malheureusement avéré qu’un trop grand nombre de français ignore des données élementaires sans les quelles il est difficile de comprendre les candidatures, les marchandages ou les capitulations prématurées en rase campagne, pour un plat de lentilles. Le nombre de voix recueillies, le nombre d’élus ici ou là, c’est des financements qui tombent sur un compte, et permettent d’exister. Le rédacteur semble peu suspect de faire de l’anti parlementarisme primaire, la réforme du statut de l’élu, la réforme de l’Etat participent de la même logique.


    • jako (---.---.21.70) 4 janvier 2007 16:41

      Merci de cet eclairage. C’est édifiant effectivement On comprend mieux le choix que font certain de faire une carrière politique. Je pensais beatement que l’aide était proportionnelle à la représentativité.


      • Sam (---.---.247.44) 4 janvier 2007 21:12

        Excellent article avec infos pertinentes et percutantes.

        Je n’ai pas toujours salué l’auteur, mais là c’est du niveau Canard, à la différence qu’il nous laisse faire les comptes et mécomptes nous-mêmes, ce qui est peut-être, et même sans doute, significatif d’une presse qui ne prémache pas pour ne pas mépriser.

        Bravo !


        • JC BENARD (---.---.92.11) 5 janvier 2007 10:13

          @ forest

          Les sommes ne sont absolument pas négligeables surtout lorqu’on sait le nombre de bénévoles utilisés par les partis. si l’on ajoute à cela que certains partis sont obligés de faire appel à l’emprunt pour « boucher » les trous, on rêve !!!

          L’argent du contribuable ne peut servir à alimenter exclusivement les agences de communication.

          @ Celine

          Si vous connaissiez ces données, il n’y a en effet aucune surprise de votre part. Maintenant, vous avouerez qu’il est assez étonnant que 93% de l’aide publique aille à 8 partis politiques. c’est assez délirant. Quant à la répartition, allez voir les tableaux indiqués dans les liens. Quand aujourd’hui on ferme une maternité « non rentable » alors que la moindre manifestation nationale vaut entre 2 et 5 millions d’€ on est en droit de se poser de légitimes questions

          @ rhass, jako, sam

          Merci pour vos commentaires


        • Forest Ent Forest Ent 4 janvier 2007 22:36

          Les sommes en question sont parfaitement négligeables. La seule affaire des « lycées » représentait 10 fois plus, et il y en a tant d’autres comme elle. Pensez-vous que c’est à partir de subventions légales que Chirac a pu ouvrir au Japon un compte de quelques centaines de millions ? Pensez-vous que les commissions versées sur le pétrole et les armes en Afrique et au Proche-Orient ne reviennent pas en partie en France ?

          Les subventions citées sont versées volontairement par le contribuable pour faire vivre les partis. Il a à mon sens raison de le faire. Mais tout cela ne sert à rien si nous ne veillons pas dans le même temps au bon fonctionnement du système.

          En résumé, les subventions, ce n’est rien. Le vrai problème, c’est la corruption MASSIVE qui ronge notre système politique. L’Argentine n’est pas si loin.


          • Céline Ertalif Céline Ertalif 4 janvier 2007 22:47

            Cela fait moins de 2 € par électeur. Cet article ne nous apprend pas grand chose, si ce n’est qu’il est très difficile d’apprécier un chiffre dans l’absolu quand on n’a aucun repère.

            Que ceux qui font référence au Canard Enchaîné le lisent : on y a raconté ces dernières semaines comment le Conseil Général des Alpes Maritimes crame l’argent public... au bénéfice d’un certain JP Pernault.


            • Marceau (---.---.12.87) 5 janvier 2007 10:18

              En fait, un peu plus, il y avait en 2004 6 340 216 électeurs inscrits aux européennes, ce qui fait 11,55 euros par électeur.

              Mais je veux bien payer ce prix-là et que chacun soit obligé de présenter ses comptes de campagne (même si ça me fait mal que O,72 euros partent au FN).

              Pour mémoire, la fraude à la TVA est évaluée entre 13 et 19 MILLIARS d’euros, alors, où est le vrai scandale ?


            • jojo (---.---.231.121) 4 janvier 2007 23:29

              tout abus est bon à signaler, quelque soit la couleur des récipiendaires ou dépensiers.

              quand commencera t on à comprendre qu’un homme ou une femme politique n’a quun seul intérêt : de cramer le plus d’argent possible pour se faire réélir. il faut bien le trouver quelque part. les politiciens ou poiliticiennes n’ont les préoccupations de leurs électeurs que quand il faut faire des promesses, après elles sont vite oubliées.

              Il suffit d’écouter le candidat Chirac qui selon son auditoire promet ce que veut entendre son auditoire d’un jour puis le lendemain promet encore autre chose à un auditoire différent. Peu importe si cela est faisable, du moment que les media et les auditeurs le croient. bande de gogos. Les promesses ne sont faites aue pour ceux aui veulent bien y croire. c’est malheureusement vrai chez les politicien(ne)s.

              A bon entendeur, salut.


              • Jaï (---.---.163.37) 5 janvier 2007 12:26

                Le congrès d’investiture de Nicolas Sarkozy à coûté 9 millions d’euros, quand je pense que dans la société ou je travaille et qui permet de faire vivre 5 familles on atteind péniblement le chiffre de 500 mille euros de CA anuellement, ça me laisse perplexe !


                • Charles André Charles André 5 janvier 2007 15:27

                  En politique comme en tant d’autres domaines, l’importance des considérations financières est probablement déplorable et dresse certains obstacles -c’est un euphémisme- à l’authenticité.

                  Mais il me semble quelque peu chimérique de vouloir réduire encore les dépenses possible en la matière, alors que notre pays est plutôt exemplaire à ce niveau. Et puis on fait quoi des Français de l’étranger, par exemple ?

                  ce que je veux dire, c’est qu’avant cela, il faut déjà revenir sur les règles de financement public des partis, qui favorisent très largement les grandes surfaces...

                  Cf ce très instructif article.


                  • Briseur d’idoles (---.---.168.161) 8 janvier 2007 13:39

                    Le train de vie et les danseuses du gouvernement, fonctionnaires, politiques et policiers ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès