Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Comment peut-on vouloir encore augmenter la TVA en 2014 avec les résultats (...)

Comment peut-on vouloir encore augmenter la TVA en 2014 avec les résultats de 2013 ?

Les hausses d’impôts de 2013 devaient rapporter 20 milliards de plus. Pour François Hollande c’était règlé comme du papier à musique. Une règle de 3 sur les impôts et la création de ressources infinies pour l’état se faisait simplement. Alors il dépensé avant d’avoir les ressources virtuelles. Plus de fonctionnaires, des retraites plus tôt. Plus de lutte contre l’absentéisme dans la fonction publique… Et moult cadeaux qui font plaisir à ceux qui les reçoivent.

Un énième rapport sur la perte de compétitivité de la France face à ses partenaires ? Alors il fallait agir. Baisser les charges c’était se mettre à dos la clientèle de gauche, et comme il fallait faire différent de l’ancien président Sarkozy, il a inventé le CICE. Une machine a gaz qui mélange des chèques de crédit d’impôt calculé sur des cotisations sociales de l’année précédente, le tout financé par la même règle de 3. Une augmentation d’impôt, de TVA qui va arriver en janvier. Il a même demandé aux entreprises les plus bureaucratiques de déjà se servir, même si l’argent n’est pas arrivé.

Mais il y a une poussière dans la machine…

En fait de 20 milliards de plus, les impots ont ramené 12.5 milliards de moins ! 63% de moins que les prévisions gouvernementales.

L’IS 2013 (impôt sur les sociétés), rapportera 3,8 milliards de moins

L’IR 2013 (impôt sur le revenu), rapportera 3,1 milliards de moins

L’impôt de la consommation, la TVA voit ses recettes s’écrouler de 4% en 2013. La règle de 3 devait ramener au Budget 141,2 milliards. En réalité elle va rapporter que 135,6 milliards d’euros cette année, soit 5,6 milliards de moins que prévu. Une paille, un gouffre. Et pas qu’un peu !

N’importe quel économiste vous dirait que l’on a atteint un seuil. Chaque petit commerçant en France ou personne qui fait de la gestion ou la simple ménagère qui fait ses courses dans l’économie de marché sans avoir fait Science Po ou l’ENA vous dirait avec ses mots : chiffre d’affaire en baisse , trop cher.

Et Oui compte tenu de l’ensemble des prélèvements et des charges qui pèsent sur les consommateurs, la TVA est devenue « trop chère ». Pour ramener plus de recettes, il faudrait la baisser, ce qui augmenterait le volume de transaction et ramènerait plus de recettes financières in finé. C’est le jeu subtil des l’adaptation des prix que font des millions de personnes en France dans le secteur privé. Cette subtilité se fait par analyse des recettes et des profits engendrés. Trop cher les ventes ne se font pas. Pour qu’elles reviennent il faut baisser.

La recettes de TVA a baissé en 2013 et c’était le seul impôt qui n’avait pas encore augmenté. Et c’est celui qui va augmenter en janvier 2014, Il est même prévu la somme ubuesque de prévision de recette de 20 millions d’€uros. Oui vous avez bien lu, les économistes socialistes ont prévu une croissance de recette sur une augmentation de TVA d’un impôt qui a passé le seuil de Laffer. Ils rêvent tout debout.

Si au 1er janvier 2014 le prix du chocolat noir augmente et que le Français moyen en 2013 en a acheté moins qu’en 2012 parce qu’il l’a trouvé trop cher pour son porte monnaie, vous croyez qu’il va en acheter plus en 2014 alors qu’il aura augmenté ? Sachant que son pouvoir d’achat sera au mieux stable au pire moindre. Pour qu’il se jette dessus et qu’il en consomme plus il faudrait au contraire que la plaquette de chocolat baisse. Cette analyse micro-économique est valable pour toutes les consommations.

Pour augmenter les recettes de TVA il faudrait simplement la baisser.

Comment peux t-on maintenant que l’on sait que les ressources de la TVA baisseront cette année continuer a croire que si on augmente le pourcentage elle ramènera plus d’argent ?

Une telle erreur d’estimation du comportement individuel des gens, on a quand même peine à y croire ! Si on peut soumettre par la contrainte de la fiscalité les gens à un taux d’imposition plus élevé, on ne peut les forcer à acheter.

Pendant les années Reagan, l’économiste américain Arthur Laffer s’est fait connaître pour sa formule « trop d’impôt tue l’impôt ». Ronald Reagan président de droite a fait passer les impôts de de 70 à 28% en 1982 les revenus du gouvernement fédéral ont augmenté en valeur absolue de 20%.

John F. Kennedy président de gauche a baisé les impôts de 93% à 70% en 1962, la encore les revenus du gouvernement fédéral ont augmenté.

Le rendement d’une augmentation d’impôts engendrant une recette négative est une règle de base économique.

Dans le sens inverse, les baisses d’impôts augmentent la ressource est aussi une règle de base économique. Apparemment elles ne sont pas au programme de Science Po et de l’ENA.

Comment peut on vouloir encore augmenter la TVA en 2014 avec maintenant les résultats de 2013 pratiquement connus ?

Effrayante irresponsabilité pour l'économie toute entière !


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 5 décembre 2013 21:56

    pov’ crassus
    augmenter la TVA est pourtant très libéral. et c’est l’europe qui le veut


    • amiaplacidus amiaplacidus 6 décembre 2013 02:03

      La TVA, comme tous les impôts et taxes sur la consommation, est terriblement injuste et anti-sociale : les riches ne paient pas plus que les pauvres !

      Seule l’imposition directe, avec des suffisamment de tranches et une progressivité marquée du taux d’imposition est socialement juste. Mais, je pense que ce n’est pas demain la veille du jour où l’on va voir naitre ce genre de fiscalité.

      Il n’est qu’à voir les hurlements des nantis pour une misérable taxe à 75 % et leur totale déformation à ce sujet. À les en croire, ce taux s’applique à l’ensemble de leur revenu alors qu’en réalité il ne s’appliquerait qu’à la part des revenus qui dépasse le million d’euros !

      Personnellement, je suis tout à fait d’accord avec cette taxe, parce que, gagnant bien moins qu’un million par année, je ne suis absolument pas touché.
      Mais on fait rêver les gens en leur faisant croire qu’ils peuvent atteindre ce niveau de revenu, alors que sans naitre dans une bonne famille, avec les relations qui vont bien, c’est un objectif inaccessible.


    • Croa Croa 6 décembre 2013 09:40

      « l’europe » est un con ! smiley


    • appoline appoline 6 décembre 2013 12:40

      Il n’y a qu’en diminuant leur train de vie, en diminuant drastiquement les dépenses de la fonction publique, notamment la territoriale que le gouvernement y arrivera. On ne peut dépenser plus que ce que l’on gagne. Ca fait trop longtemps que ça dure


    • donino30 donino30 14 décembre 2013 02:49

      La TVA est l’impot le plus juste qui soit : tout le monde le paie, y compris les acteurs issus de l’économie souterraine et de l’assistanat abusif, et en fonction de ce que l’on achète donc en fonction de ses moyens. 


    • Pere Plexe Pere Plexe 5 décembre 2013 22:16
      Comment peut-on vouloir encore un monde libéral avec les résultats de 2008 ?

      • spartacus spartacus 6 décembre 2013 08:50

        Le monde n’est pas et n’a jamais été libéral. 

        La crise des surprimes est le fruit de l’interventionnisme du socialiste Clinton qui a demandé aux banques semi-publiques de prêter de l’argent a des gens qui ne pouvaient pas payer (Fannie Mae et Freddie Mac).
        L’interventionnisme étatique c’est la définition du socialisme. 
        Le socialisme croit que l’intervention change le cours des choses, alors qu’en réalité l’interventionnisme déforme l’économie de marché libre pour le profit de groupes de pression proche des dirigeants politiques. 
        N’importe quel libéral aurait laisser mourir les banques au nom de la destruction créatrice (Schumpeter). 

      • Piotrek Piotrek 6 décembre 2013 14:33

        Spartacus a raison, le libéralisme n’a pas vraiement existé, tout comme le socialisme et le communisme théorique.

        En échange toutes les « bonnes » intentions sur le papier quelles qu’elles soient, ont glissé vers la dictature, l’impérialisme, le corporatisme...

        Les finances publiques ont sauvé les banques aux Etats-Unis, ils appliquent des barrières protectionnistes, jouent avec leur monnaie pour fausser la concurrence : Les Etats-Unis n’est pas un pays libéral au sens strict du terme. Tout comme la Russie n’a pas été un pays communiste au sens strict.

        Sens strict que Spartacus et certains autres libéraux utilisent systématiquement sans toujours faire l’autocritique qu’ils devraient faire par rapport à la réalité. Autocritique qui n’est que rarement faite sur Agoravox quelque soit les idéologies


      • amiaplacidus amiaplacidus 6 décembre 2013 14:51

        Non Parkway, on ne peut pas comparer Spartacus à une cloche, la cloche elle résonne, alors que Spartacus ne raisonne pas.


      • L'enfoiré L’enfoiré 6 décembre 2013 19:19

        Sparta,


         « N’importe quel libéral aurait laisser mourir les banques au nom de la destruction créatrice (Schumpeter). »

        C’est ce qui s’est passé pour l’une d’elle, la plus grande, non ?
        C’est aussi pour cela qu’il y a de plus en plus l’idée de scinder les banques en banques de dépôts et banques d’investissements plus risquées.
        Ces dernières ne seront ainsi jamais aidé par l’Etat


      • spartacus spartacus 7 décembre 2013 00:10

        Oui mais pas les autres....C’est bien pour cela que le monde est socialiste.



      • Piotrek Piotrek 7 décembre 2013 04:01

        C’est bien pour cela que le monde est socialiste.

        Il y a aussi un grand écart entre le socialisme idéal et le socialisme en pratique.

        L’idéal socialiste serait :
        - Offrir les mêmes chances pour tous
        - Réduire les inégalités pour tous.

        En pratique, le pseudo-socialisme que l’on vit c’est :
        - Payer le pauvre pour pas qu’il se révolte
        - Compatir envers les riches

        Je m’explique un peu pour le second argument : La lutte contre la fraude et l’évasion fiscale est ridiculement laxiste à tous les niveaux et la chasse à été faite au cas par cas. Les déclarations dans la presse c’est du vent, tout le monde bricole sa compta en France, tous les commercants ont leur petite combine pour faire du black (les contraintes légales sur les architectures logicielles qui sont tellement naïves qu’elles n’ont pu qu’être voulues ainsi)

        Pourquoi ce niveau de tolérance ? Car dans notre système mondialisé, les socialistes doivent cirer les bottes des riches des riches car ce sont les seuls qui peuvent payer leur politique.

        Donc au final, on a une belle différence entre l’idéal et le réel, le « socialisme » d’aujourd’hui c’est la vaseline prescrite par des corporatistes, rentiers et privilégés qui font de la combine à grande échelle et qui ne sont strictement libéraux que quand ça les arrange.


      • Piotrek Piotrek 7 décembre 2013 04:23

        Après m’avoir relu, je veux être clair : je suis certain que les millitants socialistes ont des intentions qui sont celle de la théorie.

        Mais il y a un problème éthique dans le socialisme d’aujourd’hui qui favorise les abus : plus on accède au sommet des partis plus il faut marcher sur certains concurrents et il faut surtout plus et plus d’argent. Une fois arrivé à la tête du parti, ou quand on devient présidentiable, toutes les bonnes intentions sont un lointain souvenir et l’on devient parfaitement formté pour être invité à la table de ceux qui décident vraiement du destin du pays.

        Je ne doute pas non plus des bonnes intentions de l’auteur.

        Mais les rouages de chaque théorie peuvent être bloqués par quleques grains de sable.


      • spartacus spartacus 7 décembre 2013 13:26

        @piotrek

        Les doctrines collectivistes reposent sur la jalousie sociale, ce qui les conduit de façon nihiliste à privilégier la coercition et préférer la pauvreté pour tous à une richesse libérale inégalement partagée.

      • Piotrek Piotrek 7 décembre 2013 14:07

        En fait dans l’ordre de valeurs je vois ca comme ça pour le socialisme :

        1 - à la base du système socialiste on a une réelle sincérité humaniste, une volonté d’équité
        2 - quelques applications pratiques échouent et on glisse d’une volonté d’équité (très difficile à mesurer en pratique) à un système d’une volonté d’égalité (car les mathématiques sont plus pratiques) et crée une confusion idéologique fondamentale
        3 - sur cette confusion, naît un débat sans fin où la jalousie peut aisément trouver sa place.

        Mais cette jalousie, n’est elle pas aussi un peu le moteur de la concurrence ou une origine possible du vice dans l’esprit libéral ?

        Vous soulevez un problème intéressant, vous nommez un grain de sable. Et je pense qu’identifier les grains de sable est une démarche fondamentale que chacun devrait faire sur les théories, mais aussi sur la théorie qu’il aime le plus.


      • spartacus spartacus 7 décembre 2013 23:38
        Identifions les « grains de sable »

        Légalité pure crée le déni du mérite.
        Les inégalités matérielles engendrent la jalousie.
        La jalousie crée le socialisme (interventionnisme).
        Le socialisme créée l’arbitraire. 
        L’arbitraire créée la perte des libertés. 
        La perte des libertés créée la violence. 
        La violence crée la fin du socialisme.
        La fin du socialisme créée le libéralisme. 

        Les idéologies forment une « route de la servitude ». 
        C’est bien résumé ?


      • Piotrek Piotrek 8 décembre 2013 01:56
        Légalité pure crée le déni du mérite.
        Les inégalités matérielles engendrent la jalousie.
        La jalousie crée le socialisme (interventionnisme).
        Le socialisme créée l’arbitraire. 
        L’arbitraire créée la perte des libertés. 
        La perte des libertés créée la violence. 
        La violence crée la fin du socialisme.
        La fin du socialisme créée le libéralisme.

        Je crois que vous commencez votre raisonnement à un niveau trop élevé d’interprétation. L’égalité est un concept trop sophistiqué, on peut pas commencer un raisonnement à ce niveau.

        En tant que libéral, vous concordez votre raisonnement social au fonctionnement de la nature : la créature la plus adaptée à son environnement gagne sur la créature qui ne s’adapte pas.
        Pour l’homme, cette mécanique a permis de passer au silex à l’écran plat, c’est indéniable, irréfutable, mais il faut regarder la mécanique dans le détail.

        Mais quels sont les méchanismes fondamentaux autour desquelles s’articulent toutes nos existances ?

        Pour tenter de réponde à cette question, je vais prendre 3 axes :
        - Les expressions primaires et universelles de l’homme
        - Les découvertes paléonthologiques du comportement de l’humain primitif
        - L’arithmétique des valeurs humaines

        - Les expressions primaires et universelles de l’homme

        Quels sont les points communs entre tous les hommes à travers les ages ? Que’est ce qui qualifie l’humain du yuppie de new york au sauvage de l’amazonie ?
        Ce sont 6 émotions exprimables physiquement à travers toute l’espèce humaine quelle que soit la culture :
        La colère
        La peur
        Le dégout
        La joie
        La tristesse
        La surprise

        C’est notre code source humain. Tout ce que nous pensons est un composite de ces émotions que l’on retrouve systématiquement dans toutes les cultures humaines. Et comme vous le constatez, l’égalité n’y figure pas. Elle ne peut pas être un facteur premier du jugement

        - Les découvertes paléonthologiques du comportement de l’humain primitif
        L’homme primitif était coopératif avant d’être compétitif, bien qu’il y eu des chefs, mais avant celà la mère devait s’occuper de son enfant, et il y avait une organisation coopérative naturelle entre les chasseurs et les ceuilleurs.

        C’est la sédentarisation qui à l’origine de la compétition entre les groupes. Et de nos jours la concurrence est surtout exprimée entre organisations, entre entreprises d’individus qui coopèrent

        - L’arithmétique des valeurs humaines
        Durant notre vie, en fonction de nos expériences, nous construisons un système de valeurs. C’est ce qui explique pourquoi certains sont communistes et d’autres libéraux, c’est ce qui explique pouquoi certaines personnes préfèrent la couleur verte à la couleur rouge.
        Un homme a développé une arithmétique de la valeur, une science fantastique qui n’est cantonée qu’au recrutement. La nature fait que nous devenons différents, nos expériences contradictiores font que la société évolue : Archimède, Newton, Einstein ont changé le destin de l’humanité car ils avaient une perception, un système de valeurs et donc de raisonement différents de leurs contemporain. Les plus grands bonds en avant ne sont pas donc pas le résutat de compétitions constantes entre individus, mais plutôt de pensées révolutionnaires.

        C’est parceque je prend ces trois axiomes que je dis et je répète :
        1 - à la base du système socialiste on a une réelle sincérité humaniste, une volonté d’équité coopération originelle
        2 - quelques applications pratiques échouent et on glisse d’une volonté d’équité (très difficile à mesurer en pratique) à un système d’une volonté d’égalité (car les mathématiques sont plus pratiques) et crée une confusion idéologique fondamentale sédentarisation des idées
        3 - sur cette confusion, naît un débat sans fin où la jalousie peut aisément trouver sa place.

        compétition des valeurs

        Dans cet ordre et pas dans le votre, l’ordre c’est la base de tout, nous sommes fait de la même matière mais dans un ordre différent.

        En me relisant, et en éditant mon commentaire moult fois c’est le mieux que je puisse faire, je ne sais pas si je suis compréhensible smiley n’hésitez pas à me demander des précisions


      • spartacus spartacus 8 décembre 2013 10:28

        Non ça va on comprend. 

        Sauf que vous associez le libéralisme à la compétition voire le matérialisme, ce qui est une erreur fondamentale, alors que  le libéralisme repose que sur le respect des droits individuels.

        Pour les expressions primaires et universelles de l’homme, elles sembles décrétées arbitrairement. Cette liste est limité et je crois augmentées depuis, avec le plaisir ou la honte ou la satisfaction etc...

         Les plus grands bonds en avant sont le résultat de l’individualisme avant tout. 

        Sur le point 1 je veux bien admettre pourquoi pas. Sauf que le socialisme n’est pas humaniste dans la réalité. 
        Sur le point 2 je crois que toutes les applications échouent. 
        Car le socialisme ne peux exister sans la « contrainte » ou « coercission » . Il ne relève pas de l’acceptation volontaire de l’individu. Il ne peut être humaniste car il ne laisse pas les libres choix.
        Sur le point 3 le débat n’est pas sans fin, le socialisme s’oppose a l’individualisme pour asseoir ce qu’il croit être le bien, alors que le libéral ne contraint personne laisse la liberté de chacun a partager ou pas.

      • @lbireo @lbireo 6 décembre 2013 04:12

        si on comparait avec les années précédentes ?

        2012,2011,2010 et avant. pas tant de différences au final !

        citation de Shakespeare : « beaucoup de bruit pour rien ! »


        • COVADONGA722 COVADONGA722 6 décembre 2013 06:44

          John F. Kennedy président de gauche a baisé les impôts de 93% à 70% en 1962



          bonjour spartacus parce qu’il n’a pas eu a mettre en oeuvre aucune mesure dites « de gauche » sous son mandat en effet c’est lyndon Johnson son successeur
          qui les a misent oeuvre .
          J’entend la plupart de vos argument reste que dans vos options vous me semblez
          aussi dogmatique que ceux que vous dénoncez .
          Asinus : ne varietur

          • Abou Antoun Abou Antoun 6 décembre 2013 06:54

            John F. Kennedy président de gauche a baisé les impôts de 93% à 70% en 1962
            A quoi font référence ces taux de 93 et 70%. Citez vos sources, c’est du grand n’importe quoi.


            • bartneski bartneski 6 décembre 2013 07:20

              Ca va Spartacus ? Vous m’inquiétez, votre post est très proche de la pensée de Mélenchon non ?


              • spartacus spartacus 6 décembre 2013 13:32

                Le libéralisme n’étant ni gauche ni de droite, de nombreuses personnes quand elles sont informées réellement de ce que c’est, de tous bord y arrivent.



              • bartneski bartneski 7 décembre 2013 16:38

                Idée simple mais utopiste dans un monde de brutes. Le libéralisme deviendrai vite un cauchemar. L’humanité n’est pas prête, c’est à dire suffisamment intelligente pour comprendre qu’un monde merveilleux est celui où chacun fait ce qui lui plait en vivant en totale harmonie avec ses congénères... Même dans l’île aux enfants il y avait des méchants !!! On est trop con pour vivre libre. Voilà Ma réalité.


              • rocla+ rocla+ 6 décembre 2013 08:08

                Exactement ce que font les surendettés , quand ils ont plus d’ argent 

                ils dépensent des sous qui n’ existent pas . 


                • Pyrathome Pyrathome 6 décembre 2013 12:49

                  Ben oui, c’est ce que font la FED, la BCE, la banque centrale Anglaise, et les Japonais......
                  Ils impriment à tour de bras, et de l’autre ils te font une quenelle.....
                  Faut dire que la dette générale serait de 700 000 milliards de dollar planqué sous les tapis....
                  C’est la faute aux 35 heures, pour sûr..... smiley


                • appoline appoline 6 décembre 2013 12:50

                  Mais nous sommes des surendettés Rocla, il n’y a bien que les fonctionnaires et le gouvernement pour ne pas le comprendre


                • claude-michel claude-michel 6 décembre 2013 08:31

                  1)...Il manque 11 milliards d’euros pour boucler 2013 (tous les médias en ont parlé)

                  2)...Les caisses sont vides..le gouvernement emprunte toutes les semaines X milliards pour faire tourner la machine (donc augmente la dette)
                  3)...Notre problème c’est notre monnaie (l’euro) qui nous ruine et contre cela une seule issue sortir rapidement de l’UE pour retrouver notre pourvoir de décision (pas Bruxelles)
                  4)...Tout est fait pour amener la France au niveau de la Roumanie pour les salaires (Merkel le souhaite)
                  5)...Nous avons en gouvernance des « BOEUFS » incompétents aux ordres de l’allemagne... !
                  Joyeux Noël... !

                  • spartacus spartacus 6 décembre 2013 08:42

                    @claude michel

                    Effectivement il manque 11 milliards, l’erreur de prévision est bien de 12.5 milliards, mais 2013 a vu 1.5 milliard de recettes exceptionnelle par une baisse inétendue des taux d’intérêts de la dette.

                  • appoline appoline 6 décembre 2013 12:51

                    Le Général disait de nous que nous sommes des veaux, vous voyez ça se rapproche


                  • devphil30 devphil30 6 décembre 2013 09:33

                    C’est étonnant comme l’auteur néo libéral convaincu qui se plaint que les mesures prises contribuent à baisser les impôts !!!


                    N’est ce pas le dogme des libéraux ??

                    Baisse des impôts , diminution des fonctions régaliennes étatiques , privatisation à outrance, démantèlement des services publics.

                    Baisse des impôts des riches pour taxer plus de personnes par la TVA 

                    Hollande fait une politique de droite alors de quoi vous plaignez vous ??

                    Que vos idoles ne soient plus au pouvoir , que vos idoles ne puissent plus utiliser le pouvoir pour leurs magouilles ???

                    Philippe


                    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 6 décembre 2013 11:18

                      C’est étonnant comme l’auteur néo libéral convaincu qui se plaint que les mesures prises contribuent à baisser les impôts !!!

                      C’est qu’il faut comprendre un tout petit truc, un tout petit petit petit détail qui échappe à nos géantissimes intellectuels de Bercy : quand c’est trop cher, on n’achète plus parce qu’on n’a plus de sous pour acheter.
                      Alors mois d’achats = moins de rentrées fiscales. Capito ?
                      Recopier cent fois :
                      QUAND IL Y A PLUS DE SOUS, C’EST QU’IL Y A PLUS DE SOUS
                      QUAND IL Y A PLUS DE SOUS, C’EST QU’IL Y A PLUS DE SOUS
                      QUAND IL Y A PLUS DE SOUS, C’EST QU’IL Y A PLUS DE SOUS

                      Mais, je sais, c’est terriblement difficile à comprendre lorsqu’on ne veut plus compter qu’à travers le filtre de ses idéologies qui permet de poser l’équation du XXIe siècle :
                       2+2 = ce que je veux pourvu qu’on m’en donne plus.


                    • appoline appoline 6 décembre 2013 12:53

                      Oui et avec les pleins et les déliés, en plus ils apprendront à écrire


                    • devphil30 devphil30 9 décembre 2013 13:36

                      On peux essayer de le raisonner , de lui expliquer même si le traitement de désintoxication sera long 


                      Philippe 

                    • Jelena XCII 6 décembre 2013 09:48

                      >> Comment peut-on vouloir encore augmenter la TVA ?

                      Simple, il suffit de venir sur Avox et de voir tout ce monde manifester son droit d’aller aux putes.


                      • Pyrathome Pyrathome 6 décembre 2013 12:38

                        voir tout ce monde manifester son droit d’aller aux putes.
                        .
                        Pas besoin !!
                        Il y a des auteurs ici qui font l’affaire..... smiley


                      • Pyrathome Pyrathome 6 décembre 2013 12:36

                        Comment peut-on vouloir encore augmenter la TVA ?

                        Ben oui, surtout avec 80 milliards d’évasion fiscale par an qui disparaissent dans les paradis fiscaux.....

                        Qu’est-ce que t’as à couiner comme ça, Spartacul ?
                        Tu n’as rien à craindre de ton pote Hollande bien à droite, il protège ton butin en Suisse ou dans d’autres paradis fiscaux.....


                        • spartacus spartacus 6 décembre 2013 13:20

                          Moi j’ai pas voté Hollande, toi oui !  smiley smiley


                        • Pyrathome Pyrathome 6 décembre 2013 14:02

                          Moi j’ai pas voté Hollande
                          .
                          Non, j’ai pas voté Hollande, j’ai voté contre l’autre tache de caricature, nuance !!
                          Voilà où en est rendu la démocratie, choisir la moins pourrie des taches.....
                          Répond aux questions :
                          80 milliards/an d’évasion fiscale
                          700 000 milliards de produits toxique du capitalisme...
                          Tu sais comment ça va finir ton capitalisme mortifère ??
                          En feu d’artifice.....ah ah ah !!!


                        • spartacus spartacus 6 décembre 2013 15:08

                          Evasion fiscale : 

                          La fraude c’est pas bien on est ok ! La Concurrence fiscale..c’est bien. 
                          Suisse, Luxembourg, Hong Kong, Singapour le niveau de vie est bon, moins de chômage preuve que moins d’impôts ça paye. Pas de chômage ni émeutes aux îles Caïman, services public et propreté des îles, versus Guadeloupe ni dictature ou autocratie comme Cuba .

                          Emprunts toxiques : 
                          Un prêt structuré est un prêt hautement spéculatif, Ceux qui en ont pris sont des cons. Ils ne lisent pas ce qui est écrit et pourtant ils sont bien payé pour lire les contrats. Principalement des villes communistes (le 93 champion de France).

                          C’est bien la clique des politiciens interventionnistes formés Ena Et Science Po, qui ont soutenu les banques !

                          Capitalisme
                          Le Capitalisme ne meurt jamais car pour lui la destruction est créatrice, comme la nature. 

                          Dans une économie libre, le profit financier, matériel ou social vient du talent que chacun dispose pour satisfaire au mieux les besoins exprimés.

                          Dans une économie interventionniste socialiste le profit financier, matériel ou social  vient de la « proximité » avec les factions politiques ou exerçant l’interventionnisme pour leurs profits.

                          Rappelons que tous les partis Français sont anti-libéraux. Tous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès