Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Comment réduire de deux tiers la dette publique de la France (...)

Comment réduire de deux tiers la dette publique de la France ?

Nous avons tous constaté que le système bancaire était automatisé à 70%. Grâce à l'utilisation d'Internet et des robots, la dématérialisation des transactions, les banques utilisent leur guichet « Front office » et « Back office » uniquement à des fins de commercialisation de leurs produits.

Ces nouveaux produits bancaires n'ont pas montré leur efficacité, puisqu'ils finissent par appauvrir les clients. Lequel d'entre-nous n'a pas constaté que l'un des placement fait par notre conseiller bancaire en notre nom avait fini par perdre de sa valeur ?

L'exemple de la Société Générale, dont les dirigeants ont fait preuve d'une incroyable manque de professionnalisme, ont permis à un seul de leurs employés de faire un trou de 6 Milliards d'euros (6 000 000 000 d'euros) dans les comptes de la banque.

Voudrait-on faire payer aux clients la faute des dirigeants ?

Il nous semble que les candidats à la Présidence de la République de 2012 devraient mettre à leur programme la proposition suivante :

- Nationalisation de toutes les banques qui ont des représentations sur le territoire français,

- Réorganisation complète du système bancaire français,

- Réduction des dépenses des banques de deux-tiers, le bénéfice de cette restructuration étant affecté à l'apurement de la dette publique des deux-tiers, ramenant ainsi la dette publique de la France à 550 000 000 000 d'euros.

Ainsi, seuls les dépenses affectées aux robots et aux systèmes informatisés sécurisés seraient conservées, et deux tiers des agences bancaires fermées. (cela aura pour effet de faire descendre le prix des loyers des commerces).

En chiffres, en 2008, les réseaux bancaires, avec 450 entreprises bancaires étaient constituées de près de 39 700 agences tous établissements confondus. Ces réseaux employaient près de 400 000 personnes et procèdent à 30 000 recrutements par an. Source : http://www.lesclesdelabanque.com/web/Cles/Content.nsf/DocumentsByIDWeb/6W9DQG?OpenDocument

Deux-tiers des effectifs, soit 266 000 emplois, viendraient s'ajouter provisoirement aux 2,6 millions de chômeurs, portant ainsi le nombre de chômeurs à près de 3 millions. Source http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=eec09

Le salaire moyen des employés du secteur bancaire était de 29 900 euros en 2009. Source http://www.lejustesalaire.com/salaire-par-metier/comptabilite-finance/salaires-Banque-Particuliers.php

en appliquant un coefficient de coût de 2, couramment pratiqué dans le secteur tertiaire, nous obtenons une économie de 16 Milliards d'euros par an. (*1)

Les économies réalisées sur ce secteur par an, (16 Milliards d'Euros) serviront à rembourser le montant de la banqueroute des deux-tiers de 1 116 milliards d'Euros.

En une dizaine d'années, une grande partie des employés licenciés pourront être embauchés par l'état pour remettre en place le système de contrôle des services des impôts, les services de la justice, renforcer les effectifs de l'éducation nationale et lancer un vaste plan de construction de logements (provoquant ainsi une baisse des montant des loyers).

Les banques resteront sous le contrôle de l'état pendant environ soixante dix ans. Ce secteur pourra recommencer à embaucher dès 2080.

Les cadres des banques les plus touchés qui possèdent des parcs immobiliers locatifs seront obligés de vendre leurs appartements, libérant ainsi des milliers de logements sur le marché, provoquant ainsi une baisse des prix de l'immobilier.

Ainsi, en quelques années, la dette publique de la France sera allégée de 1 116 Milliards, et les nouveaux impôts prélevés pour renforcer les services de l'état viendront contribuer au redressement de l'économie française.

Et ce sera justice !

(*1) Ce plan doit être affiné, car il ne tient pas compte de l'incidence sur les sous-traitants, les femmes de ménage et les employés de sécurité, mais ce coefficient de 2 inclus l'impact des services généraux des banques.


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


    • Robert GIL ROBERT GIL 12 septembre 2011 10:24

      L’État dispose d’un moyen dont les particuliers sont dépourvus : il
      fixe lui-même ses recettes par l’impôt, alors que ce n’est pas nous qui décidons
      de nos salaires ! Et quand on limite soi-même ses propres recettes, il faut bien
      trouver d’autres sources de financement : c’est l’emprunt. Et à qui emprunte-ton
      sous forme d’obligations du Trésor ? Aux plus riches évidemment ; si au
      lieu de faire payer les plus riches par les impôts, le gouvernement leur
      emprunte, cela ne peut qu’aggraver le déficit !Lire :
      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/16/la-dette-de-la-france/


      • latortue latortue 12 septembre 2011 10:24

        JE VOUS CITES

        ’’En une dizaine d’années, une grande partie des employés licenciés pourront être embauchés par l’état pour remettre en place le système de contrôle des services des impôts, les services de la justice, renforcer les effectifs de l’éducation nationale et lancer un vaste plan de construction de logements (provoquant ainsi une baisse des montant des loyers).

        Les banques resteront sous le contrôle de l’état pendant environ soixante dix ans. Ce secteur pourra recommencer à embaucher dès 2080.’’

        en sommes ce que vous proposez c’est que l’état embauche les licencies du secteur bancaire et de ce fait augmente encore un peu plus le dette.

        pour le reste nationalisation des banques ,contrôle ect ça me rappelle un programme celui du FN ,mais c’est bien d’avoir des idées ,c’est mieux de lire les programme de nos futures candidat au fauteuil doré .

        ce qu’il faut surtout c’est avoir la volonté de réformer, et d’arrêter de faire payer aux classes moyenne et basse la note,ça dure depuis des lustres et y en a marre de cet état de fait .


        • Moïse Moïse 12 septembre 2011 10:54

          Réponse à latortue


          Trop de libéralisme tue le libéralisme.
          Tout système s’auto-équilibre.
          La doctrine communiste ne fonctionnait pas (quoique, en Chine ???), le capitalisme a connu une croissance insoutenable depuis trente ans, les nantis écrasent les plus démunis.
          Seuls les plus riches continuent à s’enrichir sur le dos des travailleurs.
          Il faut maintenant trouver une nouvelle voie et s’opposer au libéralisme à outrance.
          Lever des impôts pour contrebalancer les baisses d’impôts votés par les gouvernants qui ne pensent qu’à leur ré-élection depuis trente ans, cela nous semble nécessaire.
          Que proposez-vous ? 
          Rejoindrez-vous le club des cinq millions de citoyens français opposés au libéralisme ?


        • latortue latortue 12 septembre 2011 14:00

          Ce qu’il faut surtout c’est sortir de cette europe de merde (désolé du mot mais c’est le seul et qui lui va si bien ) qui nous a apporté que pauvreté ,augmentation des prix baisse du pouvoir d’achat,chaumage ,c’est ça le libéralisme a outrance .la perte de nos emplois et le manque a gagné qui en découle dans nos cotisions .
          tout ça ajouté aux crises dont est responsable le libéralisme a outrance et la spéculation dans un monde imaginaire qui ne crée aucun emplois mais qui a fait plus de fric que les entreprises, alors pourquoi crée des emplois quand on gagne du fric dans’’ seconde live’’un monde parallèle totalement déconnecté du vrais système, qui lui devient tributaire des marchés .
          Tout ça est bien plus compliqué que votre pseudo programme de replâtrage illusoire ,désolé d’être si dure MAIS C EST TOUT LE SYSTÈME QU IL FAUT REVOIR en commençant par les politiques qui devraient être payé au mérite et au résultat pour l’instant c’est le contraire plus tu fais de conneries plus tu montes .sortir de l’europe et foutre un grand coup de balais dans nos institutions ouf ça fait du bien de dire ça !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


        • AntoineR 12 septembre 2011 11:52

          L’intention est bonne mais vous voulez traiter une conséquence du problème plutôt que le problème lui-même.

          Tous les maux de notre société (pb des banques, arnaque de la dette, fracture social, crise écologique...) ne sont dûs qu’à une chose :

           La corruption de nos élites

          Il n’y a qu’un moyen de revenir à une réelle démocratie (et ce moyen est connu depuis 2000 ans) :

          - mandat unique (amateurisme politique)
           - suppression des partis politiques

          Tous les problèmes se régleront ensuite beaucoup plus facilement.


          • Moïse Moïse 12 septembre 2011 14:21

            Réponse à AntoineR


            Nous partageons votre analyse.
            Rejoignez-nous sur Facebook profil Moise Vinokourov

          • Yvance77 12 septembre 2011 12:47

            Salut,

            Les banques de dépôt avaient pour métier de sauvegarder les intérêts de celles et ceux qui trimaient. En argent frais et bien réel. Son second job était de financé des PMI ou des particuliers.

            Mais voilà, une PMI c’est un avenir incertain, c’est de longues années de patience pour en assurer la pérennité, sans compter la dangerosité des premières années d’installation. Du gros risque en somme.

            Maintenant en trois clics le blé tombe. On parle de se faire les burnes plaquées platine en millisecondes. Suffit de mettre un connard derrière un écran et hop jackpot à tous les coups ou presque.

            Pas folles les banques elles préfèrent quoi ?

            Bon quoi quand ce moment cela sent le pâté. - 4 % encore, le CAC s’approche en moins de deux mois de son seuil à l’ouverture.

            Encore merci pour tout nos amis financiers...


            • moebius 12 septembre 2011 22:48

              C’est donc le systéme informatique qui est responsable des 2 tiers de la dette. Il suffiirait donc de réorganiser ce systéme et voili voila et hop on en paiera qu’un tiers


              • moebius 12 septembre 2011 22:56

                ce qui sommes toute est trés avantageux Plus que mettre a la porte de ce pays les petits roumains qui font les poche des parisiens dans le métro...en plus cette solution est humaine et technique. Soyons moderne chip chip


                • moebius 12 septembre 2011 23:01

                  comment beurrer ses biscottes sans les casser ?


                  • moebius 12 septembre 2011 23:03

                    ....il suffit de poser la biscotte que vous voulez beurrer sur une autre biscotte et lorsque vous la beurrez elle ne se casse pas. 


                    • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 13 septembre 2011 01:38

                      Si on rétablissait déjà le Glass-Steagall Act les titulaires de comptes-courants ne serviraient plus à alimenter les flux financier toxiques qui nous étranglent.

                      N’oublions pas que c’est en grande partie avec l’argent de nos comptes-courants que les banques spéculent contre nos intérêts.

                      Ensuite, quand leurs dirigeants et leurs traders se sont bien goinfrés, qu’ils ont vidé les caisses, nous avons droit à une seconde passe avec nos comptes ratissés, puis une troisième avec l’argent de nos impôts qui vient renflouer ces organismes hautement nuisibles.

                      Quant à l’affaire Kerviel, il faut arrêter de prendre les gens pour des cons. Les dirigeants savaient pertinemment au centime d’Euro près quel était le montant des pertes. Quand je pense que vous vous prenez immédiatement 50 € de frais pour un dépassement de 15 € (voire moins) de découvert autorisé, c’est n’importe quoi.
                      De toutes façons, ce fric n’a pas été perdu pour tout le monde et il a bien dû atterrir dans les poches de quelqu’un. Jérôme Kerviel s’est bien fait manipuler dans cette affaire, puis ensuite a été le bouc-émissaire idéal.

                      Il ne faudrait pas nationaliser les banques, il faudrait tout simplement les SAISIR, nuance.
                      Dans le cas d’une saisie, les actionnaires ne sont pas indemnisés - éventuellement l’État peut indemniser les petits porteurs qui se sont AUSSI fait avoir, mais que les gros porteurs responsables de cette gabegie ne soient pas indemnisés.

                      Et que les dirigeants de ces banques soient poursuivis en justice pour malversations, et l’ensemble de leurs biens saisis pour indemniser les victimes.
                      Après tout, ce sont des délinquants comme les autres.

                      Une femme qui vole de la nourriture dans un hypermarché pour nourrir ses enfants risque la prison, un PDG qui détourne des millions d’Euros ne risque ABSOLUMENT RIEN..

                      Quel scandale !!!


                      • De la hauteur 13 septembre 2011 09:53


                        Pour sortir de cette merde, car il s’agit bien du merde, cela est simple et compliqué, il faut détrône le pouvoir que l’on prête indument à l’argent monétaire.

                        Une économie saine se base sur la force du travail, la monnaie si elle ne circule pas pour le social, non seulement elle est mortelle, elle est mortifère pour tous le monde.

                        Quand la monnaie n’est pas utilisé, elle doit mourir, faire de l’argent sur de l’argent est la pire des escroqueries que des hommes imposent aux hommes. c’est tous simplement du vol.




                        • supprimons 90% de l effectif plethorique des politiques.2/3 DES SENATEURS...AGES EN RETRAITE..90% des deputes a degraisser DE cette assemblee INEFFICACE

                          SUPPRIMONS AUSSI 5 COUCHES SUR 8 DU MILLE FEUILLES ADMINISTRATIF...

                          gardons communauté des communes...regions et federation de regions en CEE 30 milliards d economies :/an


                          • lechoux 13 septembre 2011 13:58

                            « L’exemple de la Société Générale, dont les dirigeants ont fait preuve d’une incroyable manque de professionnalisme, ont permis à un seul de leurs employés de faire un trou de 6 Milliards d’euros (6 000 000 000 d’euros) dans les comptes de la banque. Voudrait-on faire payer aux clients la faute des dirigeants ? »

                            Non, aux employés. Voyez, vous-même vous colportez cette imposture.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès