Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Compétitivité : l’Etat matraque sans trêve les entreprises

Compétitivité : l’Etat matraque sans trêve les entreprises

Je rappelle régulièrement dans ces colonnes l’importance de ce paramètre oublié des politiques dans leur gestion budgétaire et fiscale qui est la compétitivité de nos entreprises. En d’autres termes, le prix de revient des produits que fabrique notre industrie et qui intègre les coûts des matières premières, ceux de fabrication y compris ceux du coût de la main-d’oeuvre toutes charges comprises, ceux du retour sur les investissements, ceux des processus de ventes et de distribution, etc.

Nos industriels se plaignent très régulièrement que notre industrie soit pénalisée par des charges fiscales et sociales plus élevées que celles des pays concurrents. Une revue générale des politiques fiscales avait été engagée en 2007  à la demande du président et de son ministre des Finances. Les résultats viennent d’être consigné dans un "Document d’orientation sur les évolutions de politique fiscale" qui doit servir à Mme Lagarde pour définir à quelle sauce elle va manger, dans un proche avenir, tous les contributeurs au budget de la France, contribuables, entreprises et consommateurs (via TVA, TIPP et toute la fiscalité indirecte).Canalblog080

Comme vous le voyez ci-contre, ce document confirme les plaintes des industriels.On n’arrête pas de les matraquer de plus en plus, alors que, dans le même temps, les pays étrangers et nos grands compétiteurs avaient bien compris que la bataille de la compétitivité des entreprises était un combat essentiel ! Nous étions déjà supérieurs en prélèvements globaux aux autres grands pays européens de 3 % à 12 % du PIB, Produit intérieur brut, contre un 9/10 % pour la Grande-Bretagne et l’Allemagne dans les années 1970/75. Nous avons continué gaillardement à charger la mule depuis, alors que nos grands concurrents, dans le même temps, soucieux de maintenir cette compétitivité, essayaient de les diminuer. Résultat : nous prélevons maintenant 17 % du produit intérieur brut sur les entreprises là où l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont réussi à ramener leur niveau de prélèvement en dessous des 9 % et la moyenne de ceux de l’Union européenne  à 11 %.

Pourquoi cet accroissement de la différence entre notre industrie et celles de nos grands concurrents. La mauvaise image des patrons et de leurs entreprises aux yeux des Français, culture socialo-communiste dominante et culture économique inconsistante des Français obligent, l’immobilisme de nos pouvoirs publics qui restent immobiles quand les autres bougent et le choix conscient de favoriser l’imposition des familles plutôt que les entreprises !

Ainsi en est-il de cet impôt anachronique et néfaste pour la croissance, la taxe professionnelle, du maintien au plus haut niveau de tous les pays européens de l’impôt sur les sociétés et du retard au basculement des prélèvements fiscaux de la production vers la consommation (la TVA dite sociale).

Conclusion de la ministre des Finances : le système de prélèvement est aujourd’hui à réinventer pour le rendre plus rationnel et plus cohérent ; et d’annoncer qu’elle allait redéfinir ce système autour de plus d’équité fiscale (en clair "mort aux niches" donc plus de prélèvements pour les contribuables), d’une mise en application des décisions du Grenelle de l’environnement (en clair de nouveaux impôts et plus de malus écologiques pour entreprises et contribuables) et une fiscalité des entreprises qui leur permettent d’améliorer leur compétitivité.

C’est avec ce paquet de mesure que notre ministre doit, sans doute, vouloir aller chercher ce pourcentage de croissance supplémentaire qui devrait nous permettre pour 2012 d’équilibrer dépenses et recettes budgétaires pour la première fois depuis vingt-cinq ans et diminuer notre dette à 60 % de notre PIB. Le tout sans aucun effort sensible de réduction du train de vie de l’Etat et des collectivités locales.

Intéressant, n’est-ce pas ?  


Moyenne des avis sur cet article :  2.98/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

174 réactions à cet article    


  • Mescalina Mescalina 5 août 2008 12:54

    @ Philippe,

    Encore un commentaire de pure propagande ouvertement orienté !
     
    Je regrette de le dire, mais l’argumentation de l’auteur est valable, et expose un point de vue, qui sert de base à un échange.

    Le fait que vous ne partagiez pas son avis est respectable et vous pouvez le défendre. Votre commentaire vous fait passer pour un gauchiste sectaire, et ce n’est pas avec des remarques comme "les bénéfices des entreprises n’ont jamais été aussi élevés" que vous allez relever le niveau et poser les bases d’un échange constructif.

    Et mentionner la "rémunération" de l’auteur... Vous prétendez à la succession de Lerma ?

    J’attends d’apprécier la même véhémence sur un article ouvertement orienté.... de l’autre coté.


  • mikaboom 5 août 2008 14:21

     Encore un doux reveur.....Ainsi les entreprises (on parle pas du CAC40 hein) répercuteraient l’exces de charges sur leurs produits ou services......en effet dans un monde parfait ou la France serait seule au monde, cette remarque serait pertinente......Ce n’est pas le cas, nous ne sommes pas seuls, cette remarque est donc débile....En outre et pour finir, on accepte donc de surcharger les PME et d’avoir des prix elevés en conséquence....et le pouvoir d’achat alors ?


  • Mescalina Mescalina 5 août 2008 14:45

    Philippe, c’est pas possible.... L’économie (de marché) n’est pas de gauche ni de droite.... Il n’y a pas d’un coté les méchants patrons et de l’autre les pauvres exploités....

    Quand sortirons nous enfin de cette vision aberrante de ce qui fait l’économie dans nos sociétés modernes ???? Cette réthorique nauséabonde et fallacieuse pollue tous les débats sur le sujet et nous empêche d’avancer, de COMPRENDRE et de réagir, POUR LE BIEN DE TOUS.

    Les prélèvements ne pénalisent pas les sociétés ??? C’est une plaisanterie ??? Par définition TOUT ce qui est considéré comme une charge "pénalise" de facto le résultat d’une entreprise. Ou alors permet de générer ce résultat (les achats, les salaires etc.).

    Les TAXES (qui sont des charges) ne produisent en rien de la richesse pour une société, elle ne permet pas de générée rde la valeur, de produire.

    JE NE DIS PAS QU’ELLES NE SERVENT A RIEN. Il est normal de répartir la richesse, de payer un impôt sur les résultat, au même titre que le salarié paie l’impôt sur le revenu.

    En revanche au dela d’un certain seuil de prélèvement la compétitivité est FATALEMENT impactée. Et votre stat sur "les bénéfices" (d’ailleurs de quoi parle t’on PRECISEMENT), vous la sortez d’où ? vous n’avancez pas de chiffres. Elle rend compte du CAC 40 ?? Il ne représente en aucun cas le tissu économique de la France. Et relier la proposition simplette "y’a des bénèfs donc pas à se plaindre" est juste pas au niveau d’un collégien n’ayant jamais eu la moindre heure d’économie.

    Et la hausse des prix pour les pauvres consommateurs QUE NOUS SOMMES, les entreprises répercutent leurs fameux prélèvement sur les prix, vous faites toujours pas tilt, vous qui vous battez pour nos porte-monnaies ? Je lance une équation sujette à débat, car très simpliste : prélèvements obligatoires étouffants les PME + renchérissement des matières premières = baisse de compétitivité = prix en hausse dans le cadis car OUI, pour ne pas être dans le rouge et ne vous en déplaise, il faut faire des bénéfices.

    Et la répercution des "cadeaux fiscaux" au niveau des salaires... On a envie de vous dire oui, mais c’est tellement plus compliqué que cela !!!!! Ce sont des grandes phrases qui caressent le vent. Avez vous regardé la santé de ces entreprises ??? Et si après ces cadeaux fiscaux qui ont permis de créer des boites et donc des embauches, les sociétés sont à la limite du déficit et sans ces aides fermeraient boutiques, ça n’existe pas ca ??? Toutes les entreprises se gavent et les patrons sont tous en rolex et exploitent leurs salariés ???

    Je suis de par mon métier au COEUR de ces problématiques, et ces simplification partisanes et le "j’vais t’apprendre la réalité économique", je ’nen peux plus....

    La connaissance avance par le DOUTE. Celui qui en sait assez DOUTE car il perçoit la complexité, et la réponse est INTELLIGENTE, ni de gauche, ni de droite.

    Faut arréter, sérieusement...


  • ronchonaire 5 août 2008 14:52

    Philippe Renève,

    La haine idéologique que vous vouez aux grands patrons capitalistes vous aveugle. Ce que vous dites est sans doute vrai pour les quelques très grandes entreprises françaises mais cela ne permet pas pour autant de remettre en cause intégralement ce que dit l’auteur.

    Les entreprises françaises ne se limitent pas à Total ou Areva, bien au contraire ; l’immense majorité sont des PME, voire même des très petites structures avec 3 ou 4 salariés. Or, ce sont celles-là qui souffrent des prélèvements exhorbitants auxquels l’Etat français les soumet.
     
    D’ailleurs, une baisse des charges ne changerait pas grand chose pour les très grandes entreprises, qui font déjà une bonne partie de leurs bénéfices à l’étranger et qui peuvent s’offrir une horde d’avocats spécialisés pour retourner la loi à leur avantage ; en revanche, cela bénéficierait énormément aux PME mais aussi aux salariés eux-mêmes car de nombreuses entreprises voudraient bien embaucher mais ne le peuvent pas car cela coûte trop cher.

    Quant au sempiternel argument selon lequel la France est un des premiers pays d’accueil des investissements étrangers, il a déjà été débattu et démonté à de nombreuses reprises sur ce site. Primo, les "investissements" ne sont en fait souvent que des rachats d’entreprises existantes (qui se soldent d’ailleurs régulièrement par des plans sociaux et des licenciements), pas des investissements à proprement parler. Secundo, il faut regarder les flux d’investissements nets, c’est-à-dire tenir compte des investissements des entreprises françaises à l’étranger ; or, ces flux sont plus importants que les investissements étrangers en France, ce qui rend les flux nets négatifs. On est quand même très loin du mythe de la France attirant des investissements productifs par milliards.


  • Traroth Traroth 6 août 2008 12:10

    "Avec votre raisonnement d’un autre âge, on n’est pas prêt de réconcilier les Français et les entreprises" : Ce que vous voulez, en fait, c’est une réconciliation en forme de "chacun pour soi". Bof...

    "Et encore une fois, qui s’engage, qui prend les risques, qui ne part en vacances que 15 jours par an ?" : Je ne sais pas. Qui ? Plus sérieusement, "entrepreneurs" est un mot fourre-tout, et si le dirigeant de la start-up où je travaille est effectivement dans ce cas, je ne pense pas qu’il en aille de même pour le baron Sellière, qui n’a jamais créé d’entreprise, rappelons-le. Donc vos généralisations, là, sont un peu facile.

    Les entreprises profitent des services publics du pays, il est bien normal qu’elles y contribuent.


  • ccomp 5 septembre 2008 14:11

    est-ce parce que cet article n’est pas conforme à vos idéaux que c’est pure propagande ?
    Doit-on rappeler que la majorité des entreprises françaises ne sont que des PME-PMI, et la majorité des patrons des artisans ? Votre boulanger, votre boucher, votre poissonnier ; Ce sont eux les vrais patrons. Il faut arrêter de voir les grande entreprises côtées au CAC 40 (et qui font majoritairement leurs bénéfices à l’exérieur de notre pays) comme étant une règle absolue. Mais pour l’artisan la pression fiscale en plus de la charge salariale est énorme. Allons bon ! ces artisans là peuvent ils être considéré comme des ultra riches qu’il faut taxer ? je vous conseille d’aller leur dire lorsque vous irez acheter votre pain.
    Alors insulter les grandes entreprises et les patrons, c’est insulter ces gens là, des entrepreneurs qui prennent des risques, et qui, si leur affaire périclite, n’ont même pas le droit au chômage !


  • mikaboom 5 août 2008 13:11

     Pour avoir tenté l’experience de l’entrepreneuriat en France ET en Irlande, il est incontestable que les charges salariales et patronales qui pesent sur les toutes petites entreprises sont la seule et unique cause de l’économie amorphe francaise et de son chomage structurel. 

    Personne ne se pose la question de savoir pourquoi en France il faut payer quasiment 100 % de charges sur 1000 euros versés de salaire alors que dans des pays tout autant socialement évolués (si si ca existe, les chauvins), il ne faut en verser que 50%.


    • A. Nonyme Trash Titi 5 août 2008 14:21

      @Mikaboom

      Je rentre tout juste d’Irlande (très beau pays). C’est fou le nombre de Français qui bossent là-bas, alors que la vie y est très chère... C’est donc qu’ils s’y retrouvent largement.


    • ASINUS 5 août 2008 19:36

      tout a fait en angleterre aussi

      ça n empeche d ailleurs pas ces formidable volontaristes liberaux partit pour echapper
      a l impot etouffant de revenir se faire soigner par cette saloperie de securité sociale française
      demandez aux hospitaliers du nord de la France ils les reçoivent par centaines , liberal mais pas trop
      hein , un peu comme ces expats au liban et en afrique crachant le soir a l apero sur cette France suceuses
      d impots mais nous brandissant leur passeport français pour monter dans le blindé quand l autochtone faisait un safari " moi chef moi chef je suis français !!!!

      on se garde le benef mais la collectivité est assez bonne pour payer le risque

       


    • tvargentine.com lerma 5 août 2008 13:33

      Il est une réalité depuis des dizaines d’années et les hommes politiques le savent tous

      Le nombre de fonctionnaire en France est trop important et cette masse salariale absorbe 40% du bugdet de l’Etat déjà endetté et dont nous en venons maintenant à payer des interets de la dette !

      Dans les années 80 (droit d’inventaire) les socialistes en détruisant le tissu industriel et les emplois et en basculant une partie du travail dans le secteur des services ont complété par des embauches massives pour cacher les statistiques du chomage

      Résultat,du personnel dans l’administration qui aura été embauché sans motivation et des charges financières qui représentent des sommes énormes qu’ils faut prélever sur les entreprises du privé pour payer ses fonctionnaires

      En plus,comme il y en a trop,l’Etat ne peut même plus les augmenter et c’est un appauvrissement généralisé qui se produit avec des fonctionnaires payé le smic et sans aucune motivation à par la "sécurtité de l’emploi",les crédits et le logement facilité

      La seul solution est de transferer 1 à 2 millions de fonctionnaires dans les régions,mais le problème c’est que les Régions ont déjà embauché des fonctionnaires locaux !!!!





      • Astidiel 5 août 2008 14:18

        Dommage...

        Le sujet est intéressant et très complexe, et mériterait beaucoup plus qu’une simple recopie des propos de Mme Lagarde... Surtout lorsqu’ils sont contradictoires :

        [...]et d’annoncer qu’elle allait redéfinir ce système autour de plus d’équité fiscale (en clair "mort aux niches" donc plus de prélèvements pour les contribuables)[...]

        Et que pensez vous de la niche fiscale que Mme Lagarde vient tout juste de créer en catimini ?

        Comment expliquer vous que la France soit une terre d’investissements étrangers malgrès ce taux d’imposition "anachronique et néfaste" ??

        Prenez le problème dans sa globalité et non pas par l’aspect qui vous arrange, ni en relayant les opérations de communication du gouvernement, et vous aurez un discourt qui vaudra la peine d’être entendu.


        • A. Nonyme Trash Titi 5 août 2008 14:25

          Je ne vois pas quel indusrtriel majeur, depuis Toyota, a misé un euro en France ! Apple a choisi Cork, en Irlande, comme les laboratoires Lilly et bien d’autres... Et ceux qui restent n’ont qu’une envie : se barrer !


        • Astidiel 5 août 2008 16:54

          Ce n’est pas parcequ’Apple a choisit d’aller ailleurs que la situation est mauvaise... et dire que les autres veulent se "barrer" est complétement faux. Pour info, bilan de l’investissement étranger en France 2007 :

          www.invest-in-france.org/uploads/files-fr/08-02-21_090004_AFII_bilan_FR_BD.pdf

          La situation est très loin d’être aussi catastrophique que la situation décrite par le gouvernement et par l’auteur de l’article...

          Qu’il faille améliorer le système, oui, qu’il faille diminuer les taxes, pourquoi pas mais dans l’intérêt de tous et pas de quelque-uns.
          Une reforme doit être pleinement justifié et adapté à la situation. Bien des reformes aujourd’hui sont malheureusement plus idéologiques (opposition droite-gauche) qu’adaptés à la situation du pays.



        • ZEN ZEN 5 août 2008 19:09

          @ Astidiel

          Tout à fait exact si l’on se réfère à ce document tout ce qu’il y a d’officiel


        • Traroth Traroth 6 août 2008 12:14

          @Trash Titi : nous attendons tous votre commentaire sur ces documents...


        • Cug Cug 5 août 2008 14:25

          Les grands groupes (genre cac40), ne se portent pas trop mal, merci pour eux, ne souhaitent absolument pas, que les petites et moyennes entreprises se dévellopent.
          Par exemple, en quoi un géant de la distibution (Auchan, etc ...), aurait intérêt à voir resurgir le petit commerce qu’elle a presque fini d’avaler !

          Comment aider les grands groupes. Et bien en augmentant la dette de l’état, cqfd, un état endetté devra couper dans ses dépenses sociales, ses infrastrusctures, etc ... au final qui rachètera les restes ? Les grands groupes justement et surement pas le petit entrepreneur.
          Les grand groupes ont ’ils intérêts à entretenir un chômage smiley Qui dit chomage dit charge sociale, à présent vous savez pourquoi un petit entrepreneur paye ... beaucoup.

          Maintenant comment maintenir un état dans "la dette" (la dèche) afin qu’il assure son service (merci pour eux) ? Et bien en élisant des "politiques" inféodés, soutenus par des médias tout aussi inféodés.
          Par exemple, pour me faire comprendre, Dutreil file chez LVMH.

          De Gaule, en fait (et je ne suis pas gauliste), fut le dernier président "indépendant" (autant qu’on puisse l’être) au service de l’état lui même au service de la nation, garant de l’intérêt général, c’est à dire de tous.
          Même Mitterand ne fut pas un président "indépendant", prisonnié de son ambition et des moyens de l’assouvir.

          L’auteur dit que l’état "matraque" les entreprises, mais comment peut ’on imaginer que l’état y trouve un quelconque intérèt !!!! C’est donc qu’il faut chercher un coupable ailleur, n’est ce pas.
          Je dirai, "mais qui mattraque l’état ?"





          • sisyphe sisyphe 5 août 2008 14:53

            Cet article est sponsorisé par le Medef et le Ministère de l’Economie.
            Bientôt sur tous vos écrans.
             smiley


            • ZEN ZEN 5 août 2008 14:54

              Tiens, ça dérange est devenu secrétaire du Medef ?


              • Mescalina Mescalina 5 août 2008 15:18

                @ZEN et Sysiphe, qui sont souvent pertinents, sauf en matière économique, un petit "plaidoyé" pour la connaissance et le progrès par le DOUTE (message posté plus haut et je le remets avec plaisir) :


                C’est pas possible.... L’économie (de marché) n’est pas de gauche ni de droite.... Il n’y a pas d’un coté les méchants patrons et de l’autre les pauvres exploités....

                Quand sortirons nous enfin de cette vision aberrante de ce qui fait l’économie dans nos sociétés modernes ? ? ? ? Cette réthorique nauséabonde et fallacieuse pollue tous les débats sur le sujet et nous empêche d’avancer, de COMPRENDRE et de réagir, POUR LE BIEN DE TOUS.

                Les prélèvements ne pénalisent pas les sociétés ? ? ? C’est une plaisanterie ? ? ? Par définition TOUT ce qui est considéré comme une charge "pénalise" de facto le résultat d’une entreprise. Ou alors permet de générer ce résultat (les achats, les salaires etc.).

                Les TAXES (qui sont des charges) ne produisent en rien de la richesse pour une société, elle ne permet pas de générée rde la valeur, de produire.

                JE NE DIS PAS QU’ELLES NE SERVENT A RIEN. Il est normal de répartir la richesse, de payer un impôt sur les résultat, au même titre que le salarié paie l’impôt sur le revenu.

                En revanche au dela d’un certain seuil de prélèvement la compétitivité est FATALEMENT impactée. Et votre stat sur "les bénéfices" (d’ailleurs de quoi parle t’on PRECISEMENT), vous la sortez d’où ? vous n’avancez pas de chiffres. Elle rend compte du CAC 40 ? ? Il ne représente en aucun cas le tissu économique de la France. Et relier la proposition simplette "y’a des bénèfs donc pas à se plaindre" est juste pas au niveau d’un collégien n’ayant jamais eu la moindre heure d’économie.

                Et la hausse des prix pour les pauvres consommateurs QUE NOUS SOMMES, les entreprises répercutent leurs fameux prélèvement sur les prix, vous faites toujours pas tilt, vous qui vous battez pour nos porte-monnaies ? Je lance une équation sujette à débat, car très simpliste : prélèvements obligatoires étouffants les PME + renchérissement des matières premières = baisse de compétitivité = prix en hausse dans le cadis car OUI, pour ne pas être dans le rouge et ne vous en déplaise, il faut faire des bénéfices.

                Et la répercution des "cadeaux fiscaux" au niveau des salaires... On a envie de vous dire oui, mais c’est tellement plus compliqué que cela !!!!! Ce sont des grandes phrases qui caressent le vent. Avez vous regardé la santé de ces entreprises ? ? ? Et si après ces cadeaux fiscaux qui ont permis de créer des boites et donc des embauches, les sociétés sont à la limite du déficit et sans ces aides fermeraient boutiques, ça n’existe pas ca ? ? ? Toutes les entreprises se gavent et les patrons sont tous en rolex et exploitent leurs salariés ? ? ?

                Je suis de par mon métier au COEUR de ces problématiques, et ces simplification partisanes et le "j’vais t’apprendre la réalité économique", je ’nen peux plus....

                La connaissance avance par le DOUTE. Celui qui en sait assez DOUTE car il perçoit la complexité, et la réponse est INTELLIGENTE, ni de gauche, ni de droite.

                Faut arréter, sérieusement...


              • sisyphe sisyphe 5 août 2008 15:33

                La principale cause de l’augmentation du prix des matières premières n’a rien à voir avec les taxes, mais tout avec la spéculation.
                Que l’on détaxe le travail ; entièrement d’accord, A CONDITION que, enfin, l’on taxe le capital ; et notamment le capital improductif : spéculation, fonds de pension, que l’on supprime les paradis fiscaux, et les gigantesques sommes amassées, improductives sauf pour ceux qui n’ont qu’à en toucher les dividendes sans rien faire.

                Quand vous aurez compris que, pour résoudre un problème, on ne s’attaque pas à ceux qui en sont victimes, mais au système qui le produit, on aura fait un grand pas.
                Hélas,  à la vitesse où vous semblez comprendre les problèmes et leurs causes, il risque d’être bien tard...


              • Mescalina Mescalina 5 août 2008 16:14

                "Hélas, à la vitesse où vous semblez comprendre les problèmes et leurs causes, il risque d’être bien tard..."

                Sisyphe, vous êtes de la pire espèce, un suffisant arrogant qui ne suscite que le mérpis et en aucun cas l’envie de débattre.

                Je prends 3 minutes de mon temps néanmoins pour avancer les points suivants :
                1) Avancer par le DOUTE. En savoir assez pour savoir que l’on ne sait pas grand chose, être humble. Un coton tige ????
                2) "s’attaquer à ceux qui en sont victimes". Z’êtes bouché ?? Miope ?? Je suppose que vous faites référence au "peuple". Quel rapport avec ce que j’ai écrit ?
                3) Il faut en effet revoir les fondements de la taxation au niveau mondial. Oui, les activités de spéculation doivent être plus régulées et taxées, oui il faut moins de taxes pour les entreprises, oui les salariés doivent être mieux rémunérés. Comment : ON ABAISSANT TOUTES LES TAXES néfastes à la création de richesse. Pour cela il faut un état performant, pas plétorique, qui assure A MAXIMA les besoins fondamentaux de la population : éducation, sécurité, santé, infrastructures.

                NOS TAXES SALARIALES ET PATRONALES ET TVA ETC SERVENT A COMBLER LE DEFICIT QUE NOS POLITICIENS INCOMPETENTS ONT CREUSE DEPUIS DES DECENNIES.

                4) La spéculation joue un rôle très important dans le renchérissement des matières premières, on est OK. Mais ce n’est pas si simple. Spéculer = arbitrer l’offre et la demande. Le problème est là. La spéculation joue un rôl essentiel dans une économie de marché (prise de position inverse), et ne peut être tenue comme unique résponsable. Faisons comme vous préconisez, allons trouves les VRAIES causes.

                4) Accepter de débattre, ne pas prendre les autres de haut. Ne pas opposer bêtement capitalisme et condition de l’homme.

                Vous videriez votre compte en banque pour filer la gestion de vos deniers à Bercy ??? Je crois pas non. Réaliser que nous donnons en moyenne 65% de notre salaire (charge + TVA etc.) à l’Etat, et REALISER ce qu’il en fait, et là très clairement, vous l’auriez votre révolution.

                5) Pour conclure : ce système est imparfait, il faut l’améliorer (petit retour au communisme ??), mais ce ne sont pas des donneurs de leçon de votre espèce qui y parviendront.


              • Adrian Adrian 5 août 2008 16:51

                Le prix du riz a explosé. La réaction des pays concernés (Inde, Thailande, Chine) a été le protectionisme. En Inde par exemple, l’export de riz est maintenant interdit. De même en Argentine, les taxes sur les exports agricoles ont lourdement augmentées.

                L’effet à court terme dans les pays net exportateurs est de diminuer les prix (augmentation local de l’offre) et de les faire monter considérablement dans les pays net importateurs. A moyen-long terme, cela veut dire que les pays importateurs vont devoir concentrer leur production sur la nourriture, ce qu’ils ne font pas bien et vont donc cesser d’exporter des biens et services vers les pays importateurs, qui a leur tour devront produire ces services et diminueront donc la production agricole.

                Ce protectionisme va exacerber la crise en diminuant l’offre de nourriture...


              • Mescalina Mescalina 5 août 2008 17:01

                Renève, appelez moi Mescalina, merci.

                Vous confirmez aux yeux de tous que vous avez de l’empathie pour seul argument, que vous êtes un gauchiste désepéré et desepérant, du genre à se plaindre, à annoncer la faillite d’un système, un tragique, a appeler à un renouveau... En brassant de l’air.

                Moi je doute. Je suis capitaliste et je constate des dérives, dont certaines m’énervent de plus en plus. Je me bats à mon niveau pour améliorer ce que je peux au niveau de mes clients. Ce sytème n’est pas parfait, et la réponse n’est ni de droite ni de gauche. C’est pas CLAIR ca ?

                ET VOUS, VOUS FAITES QUOI A PART BRASSER DU VENT ? En fait je m’en moque, fallait juste que cela sorte.


              • Mescalina Mescalina 5 août 2008 17:33

                Je brasse votre vent mon cher, et cela ne fait pas de mal en ce moment, vous me donnez du travail !


              • ronchonaire 5 août 2008 18:01

                Renève,

                Votre raisonnement ne tient pas la route, désolé de vous le dire. Oui, une entreprise doit gagner de l’argent pour pouvoir payer ses salariés. Il n’y a guère que l’Etat qui peut se permettre d’être continuellement dans le rouge tout en continuant à payer ses salariés (voire même à recruter). Et encore une fois, je ne vois pas où est le mal dans le fait de vouloir gagner de l’argent grâce au fruit de son travail, c’est ce que nous faisons tous, non ?

                Par ailleurs, j’ai cliqué sur le lien que vous avez fourni ; je passe sur les inepties des trois paragraphes de commentaires (je ne m’attendais de toute façon pas à des merveilles venant de la Documentation Française) car je me pose une question : savez-vous lire un graphique ? Il n’y a que trois pays qui ont fait moins bien que nous en termes de croissance sur la période et seulement deux qui ont eu des taux de prélèvements obligatoires plus élevés et vous appelez ça "pas mal placé du tout" ? Je n’ose imaginer ce que ce serait si nous étions très mal placé selon vos critères.


              • Adrian Adrian 5 août 2008 15:09

                Quand les socialos et cocos auront compris que taxe taxer et encore taxer est inneficace, la France sera déjà foutu ( Elle ne l’est pas déjà ? La France ou l’URSS qui aurait réussi ).


                • sisyphe sisyphe 5 août 2008 15:15

                  Quand les couillons auront enfin compris qu’au lieu de taxer le travail, il faut taxer l’argent, la planète ne sera plus qu’un champ de ruines...


                • Marc Bruxman 5 août 2008 15:34


                   
                  Quand les couillons auront enfin compris qu’au lieu de taxer le travail, il faut taxer l’argent, la planète ne sera plus qu’un champ de ruines...

                  Ben aux derniéres nouvelles quand la TVA sociale a été proposée qui consistait justement à augmenter la TVA mais à ne plus taxer le travail, on a trouvé tous les gauchos pour geuler et cette lopette de sarkozy pour reculer.

                  Pourtant la TVA sociale c’était justement le moyen révé pour : 
                  • Taxer plus équitablement : Pas de niches fiscales. Alors que les charges sociales il y a plein d’exonérations si vous savez ou sucer. 
                  • Taxer tout le monde au même taux, se rapprochant ainsi de la flat-tax.
                  • Faire participer les touristes étrangers et les importations au financement de la taxe.
                  • Donner une bouffée d’oxygéne aux entreprises. J’aurais embauché deux personnes si ils l’avaient fait.
                  • Baisser le chomage.
                  Bref c’était moins pire que le système actuel, même si selon moi la solution reste de liquider nombre de services étatiques, et dégraisser l’état au maximum.
                  On dit merci au parti socialiste qui par opposition débile nous l’as mis dans le cul à tous.



                • sisyphe sisyphe 5 août 2008 15:41

                  Mais bien sûr : la TVA sociale, la bonne solution :

                  - pour augmenter encore les taxes sur les prix de vente, et donc diminuer encore le pouvoir d’achat des plus modestes

                  - pour augmenter l’impôt le plus injuste

                  - pour diminuer la consommation, et affaiblir la croissance

                  Y en a d’autres, de bonnes solutions, comme ça, chez les neocons ?
                   smiley


                • Marc Bruxman 5 août 2008 15:52

                  pour augmenter l’impôt le plus injuste

                  C’est au contraire l’impot le plus juste : une "flat tax" dont le pourcentage est le même pour tous. C’est 19.6% qui que vous soyez. Pas d’exonérations, rien. On ne peut pas faire plus égalitaire.

                  La seule chose c’est que une telle "flat tax" part du principe que l’impot est payable par tous avec ce taux. Peut être que 25% serait trop élevé pour un smicard. Cela veut alors dire que le principe d’égalité est rompu uniquement parce que l’état pompe trop.

                  Donc la solution c’est effectivement de liquider toute la graisse en trop de l’état en commencant par les administrations diverses et variées souvent inutiles qu’il faut fermer (DRIRE, AFD, ...). Il faut aussi fusionner région et département, fusionner les mairies trop proches pour avoir moins de communes (et donc moins de personnel inutile). Et surtout, il faut dans toutes les administrations faire du controle de gestion pour réduire les couts.

                  Peut être que comme cela au lieu d’avoir une tva sociale à 25% on aura une TVA sociale à 19.6 %

                  Enfin et surtout, il faut liquider le trop de gras de l’état de façon à rembourser les dettes et ne plus payer d’intérêt. Cela permettra de supprimer l’impot sur le revenu et l’impot sur les sociétés. Ca, ca fera vraiment pour le pouvoir d’achat !


                • sisyphe sisyphe 5 août 2008 16:11

                  par Marc Bruxman (IP:xxx.x29.179.123) le 5 août 2008 à 15H52

                   
                  pour augmenter l’impôt le plus injuste

                  C’est au contraire l’impot le plus juste : une "flat tax" dont le pourcentage est le même pour tous. C’est 19.6% qui que vous soyez. Pas d’exonérations, rien. On ne peut pas faire plus égalitaire.

                  Ce sophisme là, ils te le ressortent à chaque fois, pour essayer de t’embrouiller : comme si on était les derniers des cons... smiley
                  Une taxe dont le  pourcentage est le même pour tous, QUEL QUE SOIT LE REVENU, c’est exactement le contraire de "l’égalitaire".
                  Une taxe égalitaire serait proportionnelle au revenu : plus tu gagnes, plus tu payes ; comme pour l’impot direct.
                  Là, sur, par exemple, un caddy de bouffe (produits de première nécessité) de 100€, tu payes 20€ en plus, que tu gagnes 800€/mois, ou que tu en gagnes 8.000 !
                  Sauf que 20€ quand tu en gagnes 800, c’est le 1/40° de ton revenu ; quand tu en gagnes 8.000 ; ce n’est que le 1/400° : ça y est ? Ca rentre ?
                  Egalitaire, hein ? smiley

                  Continuez à essayer de prendre les gens pour des cons :
                   ; un de ces quatre, ça va vous faire tout drole, de vous apercevoir qu’ils ne sont pas aussi cons que vous aimeriez : faudra pas venir pleurer, hein...

                  p.s. (c’est le cas) : que vient faire le PS là-dedans ? Il a la possibilité de bloquer une loi voulue par le gouvernement et la majorité ? C’est nouveau ?

                  Vous nous expliquez ? smiley

                • ronchonaire 5 août 2008 16:22

                  Sysiphe devra nous expliquer ce qu’il considère comme "injuste". Une "flat tax" revient à taxer tout le monde au même taux ; celui qui gagne 1000 euros en paie 200, celui qui gagne 100000 en paie 20000 : qu’y-a-t-il de plus juste que ça ?!

                  Autre avantage : une telle taxe introduit très peu de "perte sèche" dans l’économie, contrairement à la fiscalité des intrants (matériaux, capital et travail) qui coûte énormément du fait des distorsions qu’elle introduit dans le calcul des agents économiques (résultat connu depuis les années 20 et les travaux de Ramsey et étudié en long en large et en travers par les chercheurs en économie publique depuis lors).


                • Mescalina Mescalina 5 août 2008 16:31

                  Sisyphe, tout à fait d’accord cette fois, la TVA n’a RIEN d’égalitaire. J’achète un bien à 100 € HT, je refile 19.6 € à l’état...

                  POURQUOI ????

                  Un petit rappel : TVA = Taxe sur la Valeur Ajoutée. L’entreprise est taxée sur la VA (vente - toutes les charges, ce qui reste en résultat pour schématiser, et paie l’IS), le consommateur l’est aussi (TVA) : DOUBLE TAXATION ??? Et non. car l’entreprise collecte et déduit de la TVA. C’est bien le consommateur final qui est taxée pour la richesse qu’il a LUI MEME CREE !!!!!!

                  EST CE NORMAL ????

                  Nous ne sommes pas des citoyens (on essaie de nous le faire gober), nous sommes des CONS-TRIBUABLES. Politiciens de droite comme de gauche d’ailleurs.

                  Je suis capitaliste, libéral et pour l’économie de marché. Je ne crois pas au communisme et à l’Etat Mammouth Je suis de plus en plus énervé par ce gouvernement et par toute cette caste (DROITE ET GAUCHE) qui se les dore au soleil quand le peuple trinque.


                • Marc Bruxman 5 août 2008 16:43


                  Une taxe égalitaire serait proportionnelle au revenu : plus tu gagnes, plus tu payes ; comme pour l’impot direct.


                  Ben la c’est aussi un pourcentage et plus tu gagnes plus tu paie !
                  Si Y représente un pourcentage K de X, alors Y et X sont proportionnels d’un facteur K ! C’est la définition en Maths

                  Là, sur, par exemple, un caddy de bouffe (produits de première nécessité) de 100€, tu payes 20€ en plus, que tu gagnes 800€/mois, ou que tu en gagnes 8.000 !
                  Sauf que 20€ quand tu en gagnes 800, c’est le 1/40° de ton revenu ; quand tu en gagnes 8.000 ; ce n’est que le 1/400° : ça y est ? Ca rentre ?
                  Egalitaire, hein ?

                  Ben oui sauf que le caddie du monsieur qui gagne 8000 aura un caddie plus gros avec plus de produits (ou différents), donc il paiera plus. Et il paiera aussi sa TVA sur sa grosse bagnole, etc, etc, ...

                  Continuez à essayer de prendre les gens pour des cons : ; un de ces quatre, ça va vous faire tout drole, de vous apercevoir qu’ils ne sont pas aussi cons que vous aimeriez : faudra pas venir pleurer, hein...


                  Je ne les prends pas pour les cons, j’essaie au contraire de les désinfantiliser. Faut qu’ils coupent le cordon ombilical avec papa riche et qu’ils se démerdent un peu par eux même.




                • ronchonaire 5 août 2008 16:48

                  Mescalina,

                  Vous confondez TVA et flat tax. La flat tax porte sur le revenu, pas sur la consommation ; elle est donc beaucoup plus juste puisque tout le monde paie le même pourcentage de ce qu’il gagne, comme je l’explique plus haut.

                  Par ailleurs, vous confondez aussi égalité et justice ; la flat tax est juste précisément parce qu’elle introduit une inégalité dans la taxation. A l’opposé, l’impôt le plus injuste qui soit serait aussi le plus égalitaire de tous : un paiement forfaitaire (tout le monde paie le même montant), qui pénaliserait les plus pauvres.


                • Mescalina Mescalina 5 août 2008 17:08

                  Ronchonnaire, flat = identique pour tous : 19.6%. Je ne parle pas d’imposition sur le revenu mais sur la consommation : on paie TOUS 19.6% pour un MEME bien : en quoi est ce égalitaire ???

                  Je ne vous suis pas.


                • ronchonaire 5 août 2008 17:22

                  Je crois que nous ne parlons pas de la même chose mais je vous rejoins ; la TVA n’est effectivement pas juste puisqu’elle représente une proportion plus importante du revenu pour les plus pauvres que pour les plus riches (en partie parce que le taux d’épargne augmente avec le revenu). C’est pour cela que je parlais plutôt d’une flat tax sur le revenu, pas sur la consommation.


                • Marc Bruxman 5 août 2008 19:30


                  Et se faire mettre profond par le PS est infiniment moins douloureux que ce qui vous arrivera lorsque l’emeute aura lieu. Là vous allez vraiment pleurer....


                  Toujours le même fantasme ! Sauf que le monde a changé ! Pas besoin de quitter le pays avec les lingots d’or dans le coffre, un simple virement bancaire fait sur internet suffit. Une voiture pour faire Paris <-> Bruxelles, un avion. Et une activité facilement délocalisable vu qu’on a déja des sauvegardes distantes de tout ce que l’on fait. 

                  Mes cadres seront certainement content de me suivre si effectivement y’a une révolution bolche dans le pays. C’est tout ce qui compte. Pour le reste, l’activité pourra être gérée tranquillement depuis une chambre d’hotel bruxelloise le tant que tout se calme et que l’on puisse revenir tranquillement.

                  Le problème pour vous c’est que tout ce qui fait la richesse de ce pays aura dégagé dés le début de l’émeute. Les étrangers cesseront alors de passer commande en France ce qui sera désastreux pour ceux qui resteront. Ceux qui livrent exigeront un paiement comptant. Et le rêve des émeutiers se transformera en cauchemar. Il restera deux options : l’emploi de la force et l’écrasement définitif du bolchévisme ou la tiers-mondisation de la France et la chute du gouvenement coco ainsi formé.






                • Marc Bruxman 5 août 2008 22:02


                   
                  Mais bien sûr Bruxman, tu vas bouffer des virements, sans doute et courir te cacher virtuellement ?

                  Virtuel et réel ne sont que deux faces d’une même piéce dans l’économie mondiale. Et les moyens de transports pour fuir loin de la connerie n’ont rien de virtuel.

                  N’avez vous pas entendu parler récemment de bureaux "nomades" ? C’est exactement de cela qu’il s’agit. Le boulot qu’on fait en ce moment à Paris, on pourrait le faire en grande partie depuis Bruxelles, Amsterdam, Londres, Hong Kong.

                  Votre patron du XIXème siécle avait une usine qu’il ne pouvait pas déplacer. Pour ce qui est des entreprises internet, elles peuvent déménager en moins de 24 heures si le besoin se fait sentir. Cela créera des disruptions dans le business bien sur, mais rien d’ingérable. Et ici que restera t’il ? Une fois les mots de passes et clés de cryptage changé, juste une dizaines de PC inutiles et incapables de se connecter aux ressources intéressantes.

                  Le capital technologique est insaisissable car son mouvement correspond à un mouvement d’électron. Il est décrétable en quelques minutes Les humains qui maitrisent ce capital sont pour la plupart mobiles et formés aux langues étrangéres. Ils iront ailleurs plutot que de subir la révolution de quelques urluberlus.

                  Lors des révolutions précédentes, les cocos pouvaient se targuer de récupérer un outil de production saisissable. Or, dans la plupart des entreprises modernes il ne vous restera rien. Dans nombre de grands groupes, il suffira de couper l’accès des usines au système d’information mondial (souvent pas hébergé en France) pour que l’ensemble devienne sans valeur. Cette coupure est virutel, le résultat est concret.

                  La mondialisation étant ce qu’elle est, vous êtes dépendents de services informationels fournis depuis l’étranger. Cessez de les obtenir et le pouls de la nation France cessera de battre.

                • Eloi Eloi 6 août 2008 11:04

                  @ Marc Bruxman

                  Vous avez une argumentation et êtes capables de répondre : tant mieux, Agoravox est là pour cela
                  Cependant, vous êtes écoeurant : si le système politique ne vous convient pas, vous vous cassez ? C’est courageux, génial ! Vous êtes un vrai patriote
                  Vous qui parlez de justice, concevez-vous que si la politique est la défaveur des citoyens défavorisés, ils ne peuvent pas se casser, eux ? Vous avez donc droit à une sauvegarde, vous ? Mais pas les autres ?
                  Bravo ! Magnifique preuve du courage et de la loyauté des "capitaines de l’industrie". Vous n’êtes pas le capitaine de notre bateau "france", vous n’êtes qu’un mercenaire, vendu aux plus offrants
                  C’est cela la plaie de la mondialisation : si les riches sont pas contents, attention ils vont partir. Comment faire confiance à un état ou au futur dans ces conditions ?

                  Pour ce qui est d’une taxe proportionnelle, oui elle est injuste
                  mettons qu’un smicard dépense 1000€ pour sa survie, un riche dépensera au maximum 1500 ou 2000 au maximum. Et le reste (s’il gagne les 8000) c’est pour la poche, de l’argent de poche pour investir dans les fonds d’investissements ou l’immobilier pour augmenter encore ses révenus, ou alors éventuellement dans les biens de luxe qui ne rapportent rien à la société (notre industrie fonctionne sur la vente de masse, c’est ce qui créé la richesse, ce et la masse est justement le contraire du luxe)
                  un "riche" peut augmenter son revenu de façon exponentielle
                  Il faut donc une taxe qui suive la même progression

                  ou instaurer un revenu maximum :
                  10 fois le smic ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès