Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Crédit à la consommation : enfin un cadre législatif

Crédit à la consommation : enfin un cadre législatif

C’est la transposition d’une directive européenne qui permettra d’encadrer les (pires) pratiques du crédit à la consommation.

credit_revolving_cons_4825b.jpgLe crédit à la consommation est une plaie, surtout quand il se déguise en simple "réserve d’argent immédiatement disponible", où quand les conditions les plus importantes sont écrites police 6 à la verticale. Le tout pour ne pas nous montrer le vrai taux que peuvent atteindre ces crédits (dits aussi crédit revolving, ou crédit renouvelable). J’avais déjà pointé le vide législatif autour du crédit, ainsi que les quelques pistes pour s’en sortir. Et pour ceux qui lisent ce blog régulièrement, vous vous rappelez peut-être que je m’étais mis en rogne contre la mauvaise foi évidente de Cetelem, qui avait tenté une opération de communication tout à fait bidon sur le thème du "crédit responsable" (sans dévoiler, bien sûr, ses propres chiffres et ses taux revolving à 20%).

Cette fois-ci, on dirait que c’est la bonne, le Sénat est en train de faire passer un texte qui encadrera un peu mieux la publicité pour ces produits financiers qui rongent le moral des Français (76% des sondés avaient déclarés qu’on leur en proposait trop souvent). Plus précisément :

  • "le montant total dû par l’emprunteur devra désormais figurer de manière claire sur toutes les publicités. Le taux d’appel promotionnel devra également figurer en aussi grosse lettre que le taux réel." (Le Figaro). J’attend de voir comment les annonceurs vont se dêpétrer de ce bourbier là, car un taux de 20% de moyenne, ça n’est franchement pas vendeur, et comme ils sont retors...
  • Les termes « réserve d’argent », « compte disponible », ou « crédit reconstituable » seront remplacés par une appellation unique : « crédit renouvelable ». C’est donc de ce mot qu’il faudra avoir peur, car il implique souvent un taux de 20%
  • Enfin, ces crédits ne devront pas sous-entendre qu’ils peuvent améliorer la situation financière des contractants (qui en prennent souvent pour... rembourser d’autres crédits). C’est un coup d’arrêt à toutes ces micro-institutions qui proposent du regroupement de crédit.
  • Les "cartes de magasins" qui font à la fois office de carte de fidélité, carte de crédit et carte de paiement, seront elles aussi encadrées

Enfin donc une loi qui va dans le bon sens, et dont je suivrai avec beaucoup d’attention l’application, car il y aura forcément des contorsions de la part des vendeurs de crédit. Notons tout de même qu’il s’agit de la transposition d’une directive européenne du 23 avril 2008. Donc c’est aussi l’occasion de dire que OUI l’Europe sert à quelque chose, notamment la PROTECTION des consommateurs :)

Luc, Consommaction


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • citoyen 23 juin 2009 10:53

    bof , c’est bine , mais ce qu’il aurait fallu , c’est baisser le taux de l’usure


    • reno 23 juin 2009 14:04

      bonne nouvelle car les crédits surtout le revolving c’est de l’arnaque !! on a bien failli se faire goller !!


      • plancherDesVaches 23 juin 2009 15:07

        Hhmm...

        Aucune vérification d’endettement de plus de 30 % des revenus ne sera faite.
        Par contre, le fichier des bons payeurs sera renforcé et disponible pour que les gentils prêteurs vous relancent en permanence.

        « S’endetter est avoir confiance dans l’avenir » dixit le candidat qui a gagné les dernières élections présidentielles.


        • xa 23 juin 2009 15:40

          "J’attend de voir comment les annonceurs vont se dêpétrer de ce bourbier là, car un taux de 20% de moyenne, ça n’est franchement pas vendeur, et comme ils sont retors...« 

          Malheureusement, ils feront comme d’habitude :
          - pas d’affichage facial du taux, par exemple en faisant de la pub sur une mensualité, et pas sur le coût. Dans ce cas, il suffira de mettre le TAEG en petit, et de ne pas insister sur un taux fut-il attractif en apparence ;
          - ou affichage (matraquage) d’un taux facialement intéressant (exemple 1.5%) mais sur une période anormale (ex : par mois), et apparition légale duTAEG de la même taille, mais dans un coin pas trop visible.
          - ou encore, le »à partir de« publicitaire, qui n’engage rien, à charge pour le »vendeur de crédit« d’utiliser la seconde solution pour insister sur le taux facial, sans insister sur le taux annuel réel.

           »Enfin, ces crédits ne devront pas sous-entendre qu’ils peuvent améliorer la situation financière des contractants (qui en prennent souvent pour... rembourser d’autres crédits). C’est un coup d’arrêt à toutes ces micro-institutions qui proposent du regroupement de crédit.« 

          Ca c’est moins bien. Pas mal de personnes qui se sont fait piégées par les cartes magasins et autres revolving arrivaient à éviter la case surendettement grace au regroupement de crédit. Mais bon, ca va aussi empecher de faire une pub sur le thème »compléter son budget" pour un crédit pur, ce qui est plutôt un bien.

          Affaire à suivre, c’est clair.


          • signolab signolab 24 juin 2009 00:44

            bah , un courrier bien insistant pour me fourguer un chrome au tarif prohibitif ?

            En général une enveloppe T est jointe pour la réponse, c’est bien le seul truc qu’ils ne fassent pas payer ces crevures.

            Il suffit alors pour se détendre de bien gribouiller la phrase suivante : vous savez où vous pouvez vous le mettre votre fric à 20% ??

            Il ne reste plus alors qu’à poster avec le sourire pour ne plus être sollicité par l’organisme émetteur et ...au suivant.
             Au fait quelqu’un sait où en est le rapprochement cetelem / cofidis ?

            Parce qu’en plus de bien se torcher avec le droit de la consommation, il font bien évidemment de même avec celui de la concurrence !

            On se demande toujours ce qui cloche dans notre économie...


            • xa 24 juin 2009 09:36

              Rapprochement ?

              Cofidis est adossé au groupe Credit Mutuel. Cetelem est une propriété à 100% de BNP Paribas.

              Où avez vous entendu parler d’un rapprochement Cetelem / Cofidis ?

              Vous pensez plus surement au rapprochement entre Sofinco et Finaref, toutes deux filiales du groupe Crédit Agricole.

              Ou du « rapprochement » Cetelem / Cofinoga, puisque BNP Paribas Personal Finance est détentrice à part égale avec le Groupe Galeries Lafayette de Laser, détenteur entre autre de Mediatis, Cofinoga, de S’Miles ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès