Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Crise de 2008... Histoire et conséquences... Et le pire est à (...)

Crise de 2008... Histoire et conséquences... Et le pire est à venir...

En septembre 2008, la faillite de la banque américaine Lehman brothers et l'effondrement du plus grand assureur au monde, AIG, déclenchent une crise mondiale. S'en suivra...Destruction de patrimoine boursier et immobilier, de revenus, d'emplois... Selon les derniers calculs des organisations de veille mondiale, près de cinquante millions de personnes à travers le monde, sont repassées sous le seuil de pauvreté...

Cette crise n'a pas été un accident. Elle a été causé par une industrie en totale roue libre...

JPEG - 123 ko
Lehman Brothers headquarters in New York City (15 sept 2008)
par Robert Scoble https://www.flickr.com/photos/scobleizer/
(CC BY 2.0) http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.en

Après la grande dépression de 1929, les Etats-unis connaissent quarante années de croissance sans une seule crise financière. Le secteur financier est très réglementé. Les banques de dépôts ont interdiction de spéculer avec l'épargne de leurs clients. Les banques d'affaires qui interviennent en bourse, sont des sociétés en nom collectif. Ils investissent leur propre argent et ne faisaient donc pas n'importe quoi.

Dans les années quatre vingt, l'industrie financière explose. En s'introduisant en bourse, les banques d'affaires se retrouvent d'un coup à la tête de véritables fortunes. A Wall-street, au même moment, on commence également à s'enrichir.

Arrivé au pouvoir en 1981, Ronald Reagan, sous l'influence des économistes et des lobbyistes de la finance, donne le top pour une dérégulation financière. En 1982, la déréglementation des sociétés d'épargnes et de crédits, permet à celle-ci d'effectuer des placements à risques. S'en suit une période du "tout est permis"...Le grand n'importe quoi des années 80 débouche sur une série de scandales, de faillites. De très nombreux cadres de compagnies financières qui ont escroqué leurs clients en faisant des montages bidons, iront en prison. Il était encore temps à ce moment précis, au milieu des années 80, de faire machine arrière, au vu des abus innombrables et infinis que la dérégulation financière semblait permettre. Mais c'est le contraire qui c'est produit. Une folle accélération du système...

A partir des années 90, la dérégulation et les progrès technologiques, génèrent des produits financiers complexes : "les produits dérivés". Ces produits permettent de spéculer sur à peu près tout et n'importe quoi. Un peu comme les bookmakers qui proposent de parier sur le sex du futur royal-baby. Ces produits spéciaux en sont à ce niveau de bêtise et d'abus.

Les produits dérivés n'étant pas du tout réglementés, vers la fin des années 90, certains hauts fonctionnaires de l'administration Clinton, tentent d'y remédier. Evidemment ils se heurtent à une levée de boucliers sans précédents et dûrent abandonner toute tentative de réguler, même à minima, ces produits toxiques.

Aprés 2000, l'utilisation des produits dérivés et l'innovation financière ont totalement explosés. A ce moment, les grands acteurs du secteur de la finance US sont :

5 banques d'affaires : Goldman sachs. Morgan stanley. Lehman brothers. Merrill lynch. Bear stearns.

2 conglomérats financier : City group et Jp morgan.

3 société d'assurances  : AIG. MBIA. AMBAC.

3 agences de notation. : Moody's. Standard and poor's. Fitch.

Tous sont liés par la chaine de titrisation, système offrant des milliards en crédits immobiliers et autres, aux investisseurs du monde entier.

Avant, pour un prêt immobilier, le prêteur s'attendait à être remboursé. Logique. Avec la titrisation, les prêteurs n'assument plus les risques de défaillances. De non-remboursement. Les prêteurs cèdent les crédits à des banques d'affaires. Celles-ci agrègent des milliers de crédits immobiliers et toutes sortes d'autres crédits, auto...étudiant...crédit-card...Etc...Pour créer des produits dérivés très complexes : Des obligations adossées à des actifs appellés "CDO". Les banques revendent ensuite ces CDO à des investisseurs. Donc en fait, on rembourse son crédit à des investisseurs du monde entier. Les banques paient des notateurs pour évaluer ces CDO. Une très grande majorité d'entre eux obtiendront le fameux triple A. Ce système est une vraie bombe à retardement. Les prêteurs se foutent royalement de la solvabilité des emprunteurs. Ils accordent des prêts de plus en plus risqués. Entre 2000 et 2003, aux USA, le nombre de prêts immobiliers a été multiplié par quatre ! ...C'est simplement énorme. Anormal.

Au début des années 2000, on assiste à une montée en flêche des crédits à risque : Les "subprimes"...Mais une fois ces milliers de subprimes agrégés en CDO, beaucoup obtiennent encore le triple A...

Aux Etats-Unis, d'un coup, chaque année, des centaines de milliards affluent dans la chaine de titrisation. Les ventes immobilières et les prix s'envolent. Résultat...La plus grosse bulle financière de l'histoire. En quelques années les prêts subprimes sont passés de 30 milliards par an, à plus de...600 milliards par an !...Absolument énorme. Les gros acteurs de ce marché, comme Lehman brothers, ne pouvaient pas ignorer la fragilité d'une telle bulle, par la simple accélération de sa capitalisation sans aucun précédent, pas même lors de la fameuse bulle internet. De fait, par la grace de cette énorme bulle, à Wall-street, traders et pdg de la finance, se partagent des sommes absolument démesurées. Richard Fuld, pdg de Lehman brothers, empoche durant cette période la coquette somme de...485 millions de dollars !...

Durant la bulle, les banques d'affaires s'endêtent pour acheter plus de prêts et créer plus de CDO. Le ratio entre l'argent emprunté et les fonds propres de la banque s'appelle : Le levier. Plus une banque emprunte, plus son levier doit être élevé. En 2004 aux USA, les lobbyistes obtiennent un assouplissement du levier, permettant aux banques de multiplier leurs emprunts. Le système devient effrayant ! Les banques d'affaires allaient jusqu'a des ratio de 33 pour 1 !...Ce qui veut dire qu'une pettite baisse de 3% de leur actif les mettrait immédiatement en faiilite...Incroyable d'inconscience et de désinvolture.

Et voici l'autre bombe à retardement dans ce système. Une véritable hérésie ! AIG, le plus gros assureur du monde, vend en masse d'autres dérivés : "Les couvertures de défaillance" ( crédit default swap). Ce sont des polices d'assurance. Quand on achète une telle couverture, on paie à AIG, une prime trimestrielle. Si le CDO tourne mal, AIG s'engage à rembourser les pertes. Mais à l'inverse des assurances classiques, les spéculateurs ont accés aux couvertures de défaillance d'AIG. De façon à par exemple parié sur les CDO qu'ils n'ont pas. Disons que je suis propriétaire d'une maison. Je ne peux l'assurer qu'une fois. Les dérivés eux, permettent à n'importe qui d'assurer cette maison. 50 personnes donc, assurent également ma maison. Si elle brûle, avec moi il faut également dédommager ces 50 personnes. Cela multiplie les risques en cas d'effondrement. Comment une grosse société d'assurances peut-elle prendre autant de risques ?

Les couvertures de défaillance étant non-réglementées, AIG n'a donc pas obligation à provision ner d'éventuelles pertes. Un non-sens. Voici donc la perversité de ce système, car en achetant des couvertures de défaillance à AIG, Goldman sachs peut spéculer contre les CDO et être payé, c'est à dire dédommagé par AIG en cas de défaiilance.

Les trois agences de notation ont générés des milliards de dollars durant cette période. Il faut comprendre que ces agences sont justement en grande partie financées par les banques et les grands groupes financiers. Plus elles accordent de triple A, plus elles sont payées. Avant le grand emballement, seuls quelques dizaines de produits financiers bénéficiaient de cette note. Ensuite, c'est plusieurs milliers de ces produits qui se sont vus attribuer le triple A. Cela a forcément eu une influence sur la perception des investisseurs sur ces produits, au point de s'en procurer en masse. Et ce, dans le monde entier. Tout est prêt pour la catastrophe...Une bulle financière de produits ultras toxiques non régulés...Dotés des meilleurs notes des agences de notation...Assurés par un grand groupe qui crée pour ce faire des dérivés que l'on peut attaquer...Spéculant sur l'endettement des ménages américains les moins solvables...Oui...Tout est en place...

En 2008, aus USA, les saisies immobiliaires se multiplient et la chaine de titrisation implose. Les prêteurs ne peuvent plus vendre leurs prêts aux banques, des milliers d'entre eux font faillite. Le marché des CDO s'écroule. Les banques se retrouvent avec des centaines de milliards en prêts, CDO et biens immobiliers invendables. Septembre 2008, Lehman brothers dévoile une perte record de 3,2 milliards de dollards et son cours s'effondre. Très vite ils se retrouvent en manque de liquidité et tout le secteur des banques d'affaires fait naufrage. Au même moment, AIG doit rembourser plus de 13 milliards de dollars aux détenteur de couvertures de défaillance. Ils n'ont pas cet argent. Ils sont donc mis sous tutelle par l'état qui demande également au congrés de débloquer d'urgence 700 milliards de dollars pour renflouer les banques, sinon il faut s'attendre à un écroulement totale. Une fois AIG renfloué, les détenteurs de ses couvertures, avec au premier rang Goldman sach's, reçoivent 61 milliards dés le lendemain !!...Mais les bourses continuent de chuter, car l'on craint une récession mondiale. Ce qui ne manque pas d'arriver et très rapidement. Partout dans le monde les faillites se multiplient. Le chômage et la pauvreté augmentent dans tous les pays du monde. Aux USA, deux géant de l'automobile, Général motors et Chrysler sont au bord de l'effondrement. Début 2010 dans ce pays, le nombre de saisies et d'expulsions atteind les 6 millions...9 millions suivront...

Quel changement depuis cette crise ?...Et bien...Voyons...Aucun !!...Ah si, des banques ont racheté d'autres banques en difficulté ou en faillite et de ce fait sont devenues ultra puissante. Donc lorsqu'il a été question de faire la seule chose raisonnable après cette crise, c'est à dire...Réguler, réguler et encore réguler les marchés financiers, ces banques ont évidemment freiné des quatres fers et gagné la partie. Pas de régulation !. Obama qui avait promis de le faire fait la sourde oreille, même lorsque l'europe et le reste du monde le presse d'agir en ce sens. Quant aux produits dérivés toxiques ?...Ils se sont multipliés. Toujours plus complexes. Inventés, mis aux points, non pas par des économistes, mais par les meilleurs mathématiciens que les grandes banques d'affaires recrutent dans toutes les universités du monde et en particulier en France, où les étudiants en mathématiques sont très prisés.

En fait, tous les traders et pdg de ces grands groupes financiers ne rêvent que d'une chose...Refaire le coup !...Revivre ça !...La leçon n'est pas pour eux la crise et ses conséquences. Non ! ils sont juste nostalgique d'un produit miracle tellement rémunnérateur...Outrageusement rémunérateur ! Ce sont juste d'avides cyniques, qui je vous le dis, ont déjà trouvé le produit. Et pas n'importe où...En Chine ou le "Shadow banking" fait des ravages. Des produits ultra toxiques au rendement annoncé de 10 % par an ! C'est près de 4000 milliards de dollars qui sont en jeu dans ce qui va bientôt apparaitre comme une nouvelle super bulle. 4000 milliards, c'est juste la moitié ddu PIB de la Chine. Si cette future bulle explose et elle explosera si rien n'est fait, le système tout entier s'écroulera. J'en vois déjà que cela réjouit. Mais si une telle chose se produit...Ce sera la guerre. Une vraie guerre. Une guerre meurtrière. Il faut revoir et vite ce système bancaire toujours en roue libre. Sinon je prévois l'explosion finale avant 2020...Je ne suis pas devin non...C'est juste mathématique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • unandeja 14 avril 2014 12:26

    On ne peut qu’être d’accord...Et je ne serais pas étonné que l’éclatement de la bulle ait lieu bien avant 2020.

    Quand je vois qu’on peut acheter des actions d’une entreprise et les revendre en moins d’une minute, qu’on se permet de spéculer sur la nourriture et tant pis si cela fait crever des gens de faim, que je vois que des entreprises peuvent prendre 20% ou au contraire perdre 20% de valeur sur de simples rumeurs......rien ne tourne rond.

    La seule solution était la séparation totale des banques d’affaires et banques de dépot....mais personne n’a le courage de s’y attaquer....on préfère au contraire faire une union bancaire qui me semble pire encore que le système actuel.


    • millesime 14 avril 2014 16:45

      il y a bien la Loi Dod-Franck élaborée par notamment Paul Volcker, elle faisait de l’ordre de 40 pages lors de sa présentation au Congrès...à sa sortie elle en faisait de l’ordre de 290 puis le lobbing aidant elle fait à présent plus de 900 pages autant dire inapplicable.
      Wall Street et la City à Londres ne veulent rien changer.. !
      http://millesime57.canalblog.com


    • ARMELLE 14 avril 2014 13:03

      ’’Quand je vois qu’on peut acheter des actions d’une entreprise et les revendre en moins d’une minute’’ 

      Oui c’est absurde, on peut même prendre des positions à la baisse !!! c’est à dire parier sur la baisse d’une action, qui concrètement veut dire que que l’on vend une position avant même de l’avoir achetée avec en plus une possibilité de ’’levier’’
      Certains ont fait comme ça leur fortune en 2008, sur le dos de beaucoup d’autres qui,on le sait, ont perdu, voir tout perdu.
      Le monde de la sur-finance est un monstre maléfique et mortifère mais nos états le soigne quand il est malade, avec notre argent de surcroît !!! 
      Ce sont les seules institutions qui, avec la bénédiction de nos gouvernants, privatisent leurs bénéfices et mutualisent leurs pertes.
      C’est mieux que le loto, à touts les coup on gagne.
      et plus la chute tarde, plus le coup sera dur.
      Les voleurs en col blanc ont investi toutes les strates de la société, et le peuple peut bien bêler, il sera tondu pour respecter la tradition...




      • franc tireur 14 avril 2014 13:13

        Rien qu’ a titre d’exemple BNP Paribas : 48 000 milliards de positions actuelles , 2000 milliards d’actifs, 60 milliards de fonds propres. Au fou.
        Les grandes banques,systémiques, se sont remises au leverage . Au premier problème tout saute et ,entre autres,les epargnants seront ruinés.Dans 6 mois,2 ans,5 ans, qui peut le dire,mais pas plus.
        Le peuple voudra des tetes et pour se défausser le politique aussi.


        • Hermes Hermes 15 avril 2014 14:18

          Louis XVI est déjà au pouvoir.....


        • franc tireur 14 avril 2014 13:18

          Dans un silence médiatique assez incroyable Bruxelles a egalement fait voter une loi pour tondre , non plus les epargnants ( qui seront ruinés),mais carrement les déposants européens en cas de problème de leur banque ( genre le week end quand c’est fermé).Le plus insensé est que Barnier était tout content ; nous expliquant que ca ne sera plus le contribuable d’éponger..
          A la limite, daccord, s’ ils avaient séparé banque dépot et d’affaires,mais non ..
          Ces gens méritent le lynchage en place publique


          • franc tireur 14 avril 2014 13:32

            Grace aux planches a billet des banques centrales il n’y a jamais eu autant de capitaux en circulation dans l’histoire du monde qu’actuellement .Mais l’économie réelle (occidentale) n’en voit pas un centime, elle plonge et licencie massivement.
            Ou va l’argent ? Dans le marché obligataire, pour racheter les bons du trésor , et le marché action, au seul interet des bourses. Puisqu’il faut a tout prix placer cet argent les futures bulles s’y constituent , sans parler du fameux shadow banking chinois qui s’il n’est pas nettoyé finira effectivement par exploser tout le truc.


            • Graffias Graffias 14 avril 2014 13:42

              Bonjour

              Cette guerre économique est fascinante à observer. Depuis son découplage du standard or et l’abolition de toute règle économique jusqu’à l’impression de billets monopoly par milliards. Bien évidemment l’ere moderne n’y survivra pas. Une nouvelle ere verra le jour mais j’ai bien peur que durant la phase de transition quelques milliards d’individus vont y laisser leur vie. Un jardin avec une source un verger et un potager ne sera pas du luxe.


              • ARMELLE 14 avril 2014 14:45

                Ba oui elle est bien derrière eux puisqu’ils lui ont tourné le dos, c’est bien pour cela qu’ils ne la voit plus. 

                Pour moi c’est soit ils font l’autruche, ne sachant comment régler le problème, soit ils sont corrompus jusqu’à la moelle et font semblant tant que ça rapporte à ceux qui l’entretiennent en ramassant des grosses miettes.mais bon on ne saura jamais.(après moi le déluge.....


              • Marc Chinal Marc Chinal 14 avril 2014 14:18

                Cette crise est une très très bonne chose.
                Evidemment, pas pour ceux qui souffrent, mais pour l’avenir de l’humanité. Car ce monde monétiste est une saloperie, or on ne change pas de système lorsque tout va bien.
                .
                Vivement la suite, une civilisation post-monétaire, loin de la corruption totale de notre société, qu’elle soit médiatique, politique, ou pseudo citoyenne.


                • Robert GIL ROBERT GIL 14 avril 2014 14:41

                  Il n’y a jamais eu de crise, il n’y a qu’un pouvoir de la richesse et de l’autoritarisme, avec pour dogme la supériorité, les privilèges et les inégalités, qui s’exerce jour après jour, de plus en plus durement, et qui amasse avec ce système d’exploitation férocement anti-social des profits de plus en plus larges. Ces gens là ne créent aucun emploi et même le détruisent, ils surfent sur notre peur qu’ils alimentent via les médias qui leur appartiennent...parce que si la crise ne profitait a personne il n’y aurait pas de crise !

                  voir : CRISE, QUELLE CRISE ?


                  • Le Yeti Le Yeti 15 avril 2014 12:54

                    J’ai toujours dit qu’il n’y avait pas de crise. A chaque fois, les gens m’ont regardé (au mieux) comme un malade.

                    ’’Non, il n’y a pas de crise car ce n’est pas une crise mais un effondrement. L’un fait ’Schboinnng ...’ et ça repart, l’autre fait ’Splatch !’.’’


                  • goc goc 14 avril 2014 15:09

                    le plus gros problème n’est pas tant dans la spéculation elle-même mais dans le fait que cette spéculation est totalement artificielle. Je m’explique

                    en temps normal, la spéculation consiste à jouer sur des variations de cours, cela sous-entend que si un des spéculateur gagne, forcement un ou plusieurs autres perdent, ou du moins, ont un manque à gagner

                    si j’achète une action à 100€ et que je la vends 200, je gagne 100€ et mon vendeur a perdu l’occasion de gagner 100€. Mais si je revends mon action 50€ alors j’ai perdu 50 €
                    bref s’il y a un gagnant il y aussi un perdant.

                    Or aujourd’hui le problème est qu’il n’ y a pas de perdant, car les bénéfices ne viennent que des planches a billet et autres leviers de crédit, grands fabricants de monnaie virtuelle

                    voila pourquoi le château de carte est si fragile. On est dans l’artificiel complet, mais avec une astuce pour convertir le virtuel en réel, c’est l’immobilier
                    voila pourquoi on assiste à la bulle immobilière.

                    Tout se tient, l’immobilier est lié à la planche a billet, qui est liée aux crédits immobiliers

                    et ça peut tourner longtemps, sauf qu’a un moment il n’y aura plus d’acheteur de biens immobiliers et là ce sera l’effondrement.


                    • Michèle 15 avril 2014 18:29

                      ... "voila pourquoi le château de carte est si fragile. On est dans l’artificiel complet, mais avec une astuce pour convertir le virtuel en réel, c’est l’immobilier" ...

                      Tout à fait d’accord, sauf que maintenant ils (les banksters) sont passés à un stade supérieur ; les matières premières. Voyez la guerre à mort que mène Goldmann Sachs à la JP Morgan et à Blythe Master par ricochet... Le jour où tout le système bancaire s’effondrera il auront encore des noisettes de côté, riz café canne à sucre aluminium etc etc... La Bête ne sera pas anéantie pour autant.

                      En attendant ce sont tous les peuples du monde qui auront à souffrir de leur folie cupide.


                    • ARMELLE 14 avril 2014 15:13

                      D’ailleurs, je trouve assez ’’incongrue’’ cette pub dans le pavé droit latéral, présentant manifestement les conseils de Mr Warren Buffet pour placements boursiers

                      Agoravox ne dispose encore pas de robots suffisamment performants pour détecter la tendance majoritaire quant au sujet en ligne afin d’y apposer des publicités adaptées !!!
                      c’est très drôle !!!

                      • peyogora 14 avril 2014 15:26

                        Mon ennemi c’est la finance, argument d’escroc pour vendre sa camelote néolibérale. C’est ça les pseudos socialistes.


                        • ARMELLE 14 avril 2014 15:32

                          Si la mise en bourse de certaines sociétés a eu l’avantage d’apporter des liquidités, elles même génératrices d’investissements, la contre partie en a été plus que négative car finalement la valeur de ces entreprises n’est plus en relation avec la santé de son activité mais de l’offre et de la demande, et aujourd’hui on peut aisément affirmer que la plupart des actions sont surévaluées, et le jour où elles reprendront leur juste valeur, les actionnaires en prendront plein la gueule et ce sera tant mieux.

                          Soros déjà dans les années 80 jouait à ce jeu, en achetant massivement des titres d’une boite, qui avait pour effet, créant la rareté, de les booster puis les revendait au plus haut.
                          ça fait 30 ans que ça fonctionne comme ça, inutile de s’étonner que le valeur ’’travail’’ se soit dissippée au profit de cette mafia financière pour laquelle nous sommes devenus les ’’fourmis travailleuses’’
                          Donc oui, que le système se casse la gueule !!!, nous aurons sans doute très mal, certe, mais certainement moins que si nous continuons.
                          Somme nous prêts une deuxième fois à payer pour les salauds qui ont joué au casino avec notre argent et à pile ou face avec nos emplois ?
                          En tous cas pas moi...

                          • rocla+ rocla+ 14 avril 2014 15:49

                            Bien jouer en bourse amène des liquidités .




                          • ARMELLE 14 avril 2014 17:09

                            Ba oui capitaine !!!

                            ça vous choque ?

                          • ARMELLE 14 avril 2014 17:11

                            Je rectifie 

                            Jouer en bourse non mais une mise en bourse pour une entreprise lui apporte des liquidités !!!

                          • rocla+ rocla+ 14 avril 2014 17:14

                            meuh non c ’est même naturel  Armelle ,


                             jouer en bourse est un des grands plaisirs  de l’ homme
                            moderne .

                            Si c’ est bien fait on peut spéculer sur des grandes jouissances .

                            Mais pour cela il faut être membre actif .

                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 14 avril 2014 15:49

                            Bonjour stanley,

                            SHADOW BANKING >> La finance de l’ombre

                            Selon Michel Barnier , Commissaire Européen au Marché Intérieur et aux Services en 2012, le Shadow banking représente « entre 25 et 30% des actifs gérés par l’ensemble du système financier » , soit officiellement environ 46.000 milliards d’euros.

                            Cette estimation officielle est largement sous-estimée et Marc Roche, expert financier au Monde, auteur de l’ouvrage « Le capitalisme hors la loi » estime dans une longue interview accordée au Monde que «  … la place de ce que j’appelle le « capitalisme hors la loi », c’est-à-dire non réglementé, est désormais supérieure au poids de la sphère financière régulée et transparente. La crise des crédits à risque, les subprimes de 2008-2009 a accentué le poids de cette économie souterraine, puisque ses acteurs ont pu compenser leurs pertes et garder leurs profits grâce au recours à cette finance parallèle, légale, mais profondément immorale : conflits d’intérêts, évasion fiscale, risques systémiques, impunité et âpreté aux gains. ». source

                            Selon la source que je viens ce citer qui date de 2012, la crise dans la quelle on nous enfonçons laisse présager un avenir bien plus sombre que celui annoncé par cet article !

                            On nous à déjà fait payer pour les banques fraudeurs avec 1600 milliards d’Euros ( depuis 2008 ) somme retiré aux Européens et offerte aux frais des contribuables ( vous et moi ) aux banques fraudeurs.

                            Nous devons très vite quitter l’Europe pour sauver ce qui reste encore à sauver !

                            Programme de Libération Nationale - UPR


                            • julius 1ER 15 avril 2014 08:46

                              On nous à déjà fait payer pour les banques fraudeurs avec 1600 milliards d’Euros ( depuis 2008 ) somme retiré aux Européens et offerte aux frais des contribuables ( vous et moi ) aux banques fraudeurs.

                              nous devons très vite quitter l’Europe pour sauver ce qui reste encore à sauver !

                              @eau du robinet

                              et moi je ne comprends toujours pas pourquoi en quittant l’Europe et pourquoi pas le monde 

                              tout irait beaucoup mieux dans notre beau pays alors que la plupart des citoyens ne comprennent rien à ce grand mécano bancaire......et que ce ce Capitalisme oligo-financier est devenu l’alpha et l’oméga du système économique et règne en prédateur y compris en France !!!!



                            • julius 1ER 15 avril 2014 08:37

                              Après la grande dépression de 1929, les Etats-unis connaissent quarante années de croissance sans une seule crise financière. Le secteur financier est très réglementé. Les banques de dépôts ont interdiction de spéculer avec l’épargne de leurs clients. Les banques d’affaires qui interviennent en bourse, sont des sociétés en nom collectif. Ils investissent leur propre argent et ne faisaient donc pas n’importe quoi.

                              @l’auteur,
                              rien que le rappel de ces faits montre bien ce que vaut la dérégulation voulue par Reagan et consorts........ cette économie casino va nous amener à la guerre et aux destructions induites, je partage votre conclusion, l’avenir est très sombre ..........

                              • zygzornifle zygzornifle 15 avril 2014 08:53

                                La CRISE .... On en a au bat mot pour 15-20 ans


                                • JL JL 15 avril 2014 09:16

                                  La CRISE .... On en a au bat mot pour 15-20 ans’’

                                  Mais oui, et c’est là que le bas blesse !

                                   smiley


                                • Dominique TONIN Dominique TONIN 15 avril 2014 12:45

                                  Bon article fait avec lucidité sur le constat de notre descente aux enfers.

                                  Simplement, pas de solutions, c’est regrettable !
                                  Ou alors, celle qui consiste à redonner le pouvoir au peuple, comme le préconise ce mouvement : www.democratie-demos.eu

                                  • JL JL 15 avril 2014 13:52

                                    ’pas de solutions, c’est regrettable ! Ou alors, celle qui consiste à redonner le pouvoir au peuple, comme le préconise ce mouvement’’

                                    Mais tous les démocrates, sauf ceux qui détiennent le pouvoir (qui de fait ne le sont pas), préconisent la même chose !

                                    Hélas, « L’histoire nous a inlassablement appris que le pouvoir n’a jamais rien cédé et ne cèdera jamais rien si ce n’est par la force. » (Normand Baillargeon)

                                    Alors, Dominique Tonin, votre solution, elle est où ?


                                  • Dominique TONIN Dominique TONIN 16 avril 2014 22:35

                                    JL,

                                    La solution c’est de présenter en 2017 un candidat qui soit en dehors des partis politiques aujourd’hui en lice et qui ont contribué à notre perte.
                                    Ce candidat, une fois élu sur son programme ad hoc, décernera le pouvoir au peuple, et c’est ce dernier qui décidera, démocratiquement comme il aurait toujours du être.
                                    Lisez notre programme sur le site ; www.democratie-demos.eu je suis certain que vous comprendrez, l’adopter, c’est autre chose !
                                    A vous.

                                  • Richard Schneider Richard Schneider 15 avril 2014 21:10

                                    Excellente analyse.
                                    Mais que peut-on faire ? Le pouvoir a complètement échappé aux peuples. Qui ne peuvent qu’assister impuissants au désastre qui s’annonce.
                                    PS. À ceux qui croient en la Révolution mondiale, je leur dis : quand ? comment ? où ? et qui en seront les acteurs ?


                                    • egos 15 avril 2014 22:14

                                      bonsoir

                                      cette version du pire est fort plausible, inévitable
                                      après d’autres ie colonialisme, esclavagismes, conflits, holocaustes, famines catastrophes majeures, passées, contemporaines, subies ou ignorées
                                      la différence tient à la menace perceptible qu’elle fait peser sur notre mode de vie ou même notre existence et l’idée d’être en mesure de la conjurer
                                      toxicité de l’air, de l’eau, des sols, de la nourriture, de la bio-masse des objets manufacturés, des radioéléments, bactériologique, virale
                                      pas de quoi vraiment s’inquiéter, la peur n’empêche pas le danger



                                      • smilodon smilodon 16 avril 2014 23:16

                                        J’ai 57 piges. Je bosse dans un « grand magasin » de bricolage. Pour 1200 euros par mois, je me dois de trouver une solution à tous mes clients. Que ce soit pour la réception TV, leurs prises électriques, joindre du PER avec du cuivre, trouver la solution à leur problème de machine à laver, comment enlever cette méchante couleur verte dans leur piscine, régler les arroseurs de leur « arrosage intégré », leur conseiller la meilleure moquette pour le « parterre », la meilleure peinture pour les murs, leur conseiller le meilleur des produits pour faire pousser leurs tomates ou leurs géraniums, quelles croquettes pour leurs chats, leurs chiens, qu’ils soient jeune, vieux gros ou maigres, quels « boites » pour leurs poissons rouges, quelles pompes pour leur aquarium, quel produit ou quel « système » pour leurs piscines (que je ne pourrais jamais me payer), quel barbecue pour mieux cuire leurs saucisses (en appart où je vis, c’est interdit), bref, je dois renseigner tout le monde sur tout, je me dois de tout savoir sur n’importe quoi et tout, tout ça pour 1208 euros nets par mois !... Avec entre 100 et 130 euros de « prime » à la fin de l’année !... Wahou..............J’ai une copine qui bosse en face, au « super U » !.. Elle met les salades, les tomates, les pommes et le reste en rayon.. 35 heurs par semaine !..Comme moi. On ne lui demande jamais rien. Comment cuisiner a salade ou les pommes !.. Rien !..Elle fait à l’année 500 euros de plus que moi !.. Je le sais, elle me l’a dit !.... Quelqu’un connaitrait une place à prendre au SUPER U !.. Parce que mon magasin de « brico », honnêtement, j’en ai un peu marre !... Faut bac plus 6 dans chacun des rayons !.. Comme si un boulanger pouvait faire aussi l’électricité, un mécanicien boucher/charcutier, un menuisier décorateur d’intérieur, un paysan chirurgien/dentiste, ou un sculpteur peintre en bâtiment !.. Moi je sais tout faire (ou je devrais), pour 1208 euros nets par mois !.. C’est pas « balaise » ça ???... J’en ai marre.. Ca me prend la tête !... Je veux mettre des salades en rayon, et qu’aucun client ne me pose de questions sur la meilleure façon de faire la vinaigrette !... Quelle belle vie !... Adishatz.


                                        • julius 1ER 21 avril 2014 11:44

                                          excellente piqûre de rappel, mais notre « bien aimé » président veille au grain, la finance est son ennemie et il va nous la remettre au pas ...... ah, nom de Diou !!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès