Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Crise de l’immobilier français ?

Crise de l’immobilier français ?

Durement touchés par la crise, les causes du ralentissement économique s’expriment différemment d’un côté et l’autre de l’Atlantique. Le marché immobilier américain a subi une crise importante, alors que le marché français de l’immobilier se porte relativement bien.

Plusieurs de mes amis se trouvent cette année en échange aux Etats-Unis, et voyagent souvent le week-end. Ils m’ont rapporté des nouvelles sévères sur la situation de l’immobilier dans ce pays : en se baladant dans les quartiers chics du Sud de la Floride, ils ont traversé des quartiers déserts, avec de nombreuses maisons saisies ou en vente. La situation est similaire dans la « Bible Belt » ou en Californie. Il n’y a guère que la ville de New York, éternel et énorme refuge d’immigrants et de la jeunesse ambitieuse, où les prix immobiliers ne baissent pas de manière importante. Les données publiées par l’association des agents immobiliers de Californie ici montrent qu’il y a eu une baisse médiane de 40 % des prix, avec les saisies immobilières représentant 50% des transactions. La baisse du marché, qui semblait ne toucher a priori que les foyers les plus pauvres, s’est étendu dans tout l’état, jusqu’au comté de Santa Barbara, le plus cher de l’état, où la baisse médiane atteint aussi 40%.

Qu’en est-il en France ? Les annonces positives ou négatives se succèdent pour les agents immobiliers. Une baisse des volumes de transaction a été notée, mais la variation des prix reste faible, avec une tendance à la baisse pronostiquée. Conscients de l’effet important psychologique des annonces sur leurs clientèles, associations de consommateurs et agents immobiliers envoient des signaux contradictoires à travers la presse. The Economist, de son côté, a pronostiqué une correction importante sur le marché immobilier français, espagnol et irlandais, en comparant l’évolution des prix historiques sur les 10 dernières années à l’évolution moyenne des salaires.

Il y a des arguments à la fois pour et contre l’éclatement d’une bulle immobilière en France :

  • Lorsqu’on compare le loyer moyen au mètre carré dans les 10 plus grandes villes françaises avec le prix à l’achat, on trouve un rapport moyen de 1 à 15 (j’avais fait les calculations le mois dernier, par curiosité, mais je n’ai pas réussi à retrouver mes sources – c’était sur le site d’agences immobilières nationales). Autrement dit, un bien acheté aujourd’hui est amorti en 15 ans par les revenus que l’on peut obtenir en le louant. Soit un rendement annuel de 5%.Historiquement, ces niveaux sont soutenables. Au début des années 1990, à Paris, au plus haut de la bulle immobilière, ce ratio avait augmenté à 25 : il fallait 25 ans de loyer pour amortir l’achat spéculatif d’un bien immobilier.
  •  Les ratios de solvabilité des ménages français se sont améliorés l’année dernière, après plusieurs années de dégradations, ce qui avait d’ailleurs amené beaucoup d’analystes à prévoir une importante baisse du marché en .. 2007.
  • Les prix de l’immobilier ont augmenté beaucoup plus vite que l’évolution moyenne des salaires depuis 2001 (en moyenne, pour l’immobilier, +10% d’augmentation annuelle depuis 2001 – avec un pic de +15% en 2004 et 2005 et un ralentissement depuis 2006, maintenant en légère baisse)

Il faut cependant noter d’importantes différences entre les marchés immobiliers français et américains. Les loyers en France sont indexés sur l’inflation, alors qu’aux Etats-Unis ils peuvent êtres renégociés chaque année par le bailleur, ce qui crée un marché plus volatil. Le marché américain est caractérisé par plusieurs sous marchés régionaux, ce qui n’est pas le cas en France. L’importance de l’immigration, ainsi que les migrations internes (un Américain sur 5 déménage tous les ans) nourrissent l’investissement (on utilisera plus volontiers le mot spéculation si le marché baisse…) et la construction. Le rythme des constructions est moins élevé en France, à cause d’une immigration quasi-inexistante et une augmentation naturelle de la population assez faible.

L’évolution du marché immobilier français est donc en suspens, entre atterrissage en douceur ou crise.

Excusez- moi pour toutes ces statistiques citées de mémoire pour la plupart, mais le manque de temps m’oblige à recourir à ces méthodes pour vous livrer une analyse économique incomplète. Ce sujet m’intéresse fortement vu que je travaillerais peut-être dans ce secteur, et que je compte essayer d’acheter un appartement au moment le plus opportun.. comme de nombreux autres lecteurs d’AgoraVox.

Moyenne des avis sur cet article :  1.56/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 26 mars 2009 10:55

    l’UMP, l’antichambre des néo-cons & Cie en France, l’UMP, écuyer volontairement soumis à l’Otan, l’UMP, principal artisan de la ruine de la France, l’UMP qui envoie un émissaire donner son avis sur crise immobilière. Si c’est pas de la provocation, c’est une sonde de laboratoire pour prendre la température. Je vais vous la donner, la température ; quand tous les lècheurs de pied de l’empereur auront dépouillé le pays, il vous faudra rendre des comptes.


    • plancherDesVaches 26 mars 2009 11:47

      Hé oui, John.
      Mais rendons lui grâce sur un point au moins....
      Ils essaient de sauver les meubles, à défaut des logements...

      Ha qu’il est bon, de se créer son capital sur le dos d’un locataire.


    • La Luciole 26 mars 2009 16:12

      On est prié de ne pas faire d’ironie sur le dos de ces malheureux locataires...

      ça ne doit pas être marrant de voir tous les matins dans son miroir un traine patin même pas capable de se faire du blé sur le dos d’un locataire, alors que c’est si facile... . smiley


    • alberto alberto 26 mars 2009 16:34

      Oui, John, et j’en connais qui ne lèchent pas que le pied !

      Bien à toi.


    • John Lloyds John Lloyds 26 mars 2009 17:07

       smiley smiley

      Faut reconnaître que PPDA avait perdu d’avance après que la langue de Ferrari soit passée par là.


    • thomthom 27 mars 2009 11:45

      mouai... surtout que pour voir en notre pays un pays "méritocratique", il faut vivre chez les bisounours ou avoir un parcours personnel bien éloigné de la réalité de la vie de l’écrasante majorité des habitants de ce pays.

      N’en déplaise à l’auteur, pour réussir, il faut certes avoir du courrage, de la volonté, mais aussi des capacités (souvent innées.. tout le monde n’est pas à égalité), et surtout aussi de la chance. Dans n’importe quel pays , vous pouvez avoir développé les meilleures capacités de travail qui soit, avoir la meilleure volonté du monde, etre pret à tout sacrifer pour "réussir" (votre vie familiale, voire même votre ethique), si jouez de malchance, vous n’irez pas loin.

      Combien de personnes qui ont réussi en grande partie grace à leur chance et sans se donner tant de mal que ca ? Peux etre pas tous ceux qui constituent la minorité qui "a réussi", mais une bonne partie assurément.
      Combien de personnes qui se donnent beaucoup de mal et qui pour autant n’ont pas la "chance" de réussir ? Certainement pas tous ceux qui constituent la masse immense qui stagne en bas ou au milieu de l’échelle sociale, mais une bonne partie, assurément (et ca fait bien plus de monde que ceux qui réussisent).

      Tout ca sans compter que dans beaucoup de milieux, pour réussir, il ne faut pas avoir beaucoup de morale ou d’éthique, car la réalité, c’est que souvent, ce ne sont pas les plus compétents qui "réussissent", mais juste les plus ambitieux... ce qui ne fait pas vraiment appel aux mêmes qualités, personnalités et comportement : il faut etre pret à tout pour écraser les autres, passer plus de temps à se mettre en valeur qu’à réaliser des choses concretes et utiles... alors le mérite dans tout ca...


    • bulu 26 mars 2009 11:09

      Bonjour,

      L’auteur opère une inversion des valeurs :

      La crise de l’immobilier a lieu depuis 10 ans et impose une augmentation des prix insoutenable à la population dans les tous les pays ocidentaux. Crise qui s’est propagée aux banques et au système financier par des crédits dont les montants sont décorelés de la vraie valeur des biens et donc inrecouvrables en cas d’insolvabilité des emprunteurs. Cette bulle d’endettement a dopé virtuellement l’économie jusqu’au crash, pour le grand bénéfice des opérateurs.

      Si le marché se retourne, c’est la fin de la crise immobilière (seulement ;-( ). Malheureusement la crise eco prend le relai.



      • foufouille foufouille 26 mars 2009 11:39

        alors bozobe tu enrgistre ton maitre pour le garder plusieurs fois


        • c.d.g. 26 mars 2009 12:50
          1) le marche a commence sa chute fin 2008. Donc une explosion de la bulle prévue en 2007, c est pas mal comme prédiction
           
          2) Avez-vous entendu parler de la courbe de friggit ? En résumé il y une corrélation entre le prix des logements et les revenus des acquéreurs (il y a assez peu de chinois qui achètent a St Etienne par ex). Actuellement, nous sommes nettement au dessus de la limite haute. Autrement dit, les gens ont continué à acheter en s endettant comme aux USA
           
          3) La bulle immobilière française est comme sa sœur aux USA ou en GB crée grâce au crédit facile. Donc elle explosera comme les autres. Qui plus est son explosion aura un effet bénéfique sur une grande partie de la population (les seuls perdant réels seront les multi propriétaires ou les retraites qui vendent pour acheter plus petit. Les autres seront gagnants car ils pourront se loger pour moins cher. Malheureusement, nous avons une classe politique qui privilégie les vieux).
           
          Les mesures actuelles du gouvernement visant à éviter l explosion (nouveau dispositif remplacent le de robien et déduction d impôts des intérêts) sont en outre un gaspillage d argent car elles ne feront que reculer la date de l explosion. La valeur des biens ne peut être décolérée longtemps du revenu des acheteurs potentiels. Surtout que les revenus des acheteurs vont en prendre un coup avec la crise actuelle
           
          En période de hausse tout le monde veut acheter car il pense que demain se sera plus cher. Autrement dit, les spéculateurs, c est pas d affreux personnages avec un chapeau et un cigare, c est monsieur tout le monde. Mais en periode de baisse, cette même personne ne va pas se précipiter pour acheter quelque chose qu’elle paiera 20 % moins cher dans un ou 2 ans
           
          4) actuellement en France on assiste à un effondrement des transactions : les vendeurs ne veulent pas baisser les prix et les acheteurs ne sont plus prés à surpayer. C est la première étape de la baisse. Aux USA, la plupart des vents sont faites suite a des saisies des banques. Celles-ci ont besoin de cash TOUT DE SUITE. Donc préfère vendre maintenant que dans 2 ans. De plus, psychologiquement, un propriétaire aura du mal à renoncer a sa plus value et a fortiori à faire une moins value. Une banque n a pas d état d âme
           
          5) dans votre texte, vous faites une erreur. Vous ne rentabilisez pas un appartement en 15 ans de loyers car vous oubliez l entretien de l appartement, les impôts, les vacances entre 2 locataires.
           
          De plus vous êtes vous pose la question pourquoi les prix des loyers ne sont pas plus élevés pour coller a l envol des prix a l achat ?
           
          C est pas par générosité. C est simplement que le marché fait que vous ne pouvez plus trouver de locataires prêts à payer plus. Autrement dit, on a probablement atteint une limite de la part des dépenses de l immobilier dans le budget des français
           
          6) règle d or (valable aussi dans d autre domaines). La plus value se fait a l achat, pas a la vente. Si vous achetez a un bon prix vous serez gagnant même dans des conditions de marche difficile. Si vous achetez cher, vous ne pouvez que prier de pouvoir vendre avant que la bulle explose


          • foufouille foufouille 26 mars 2009 14:47

            @ c.d.g
            la plupart des proprios qui ont pas de credits, preferent ne pas louer plutot que de baisser le loyer
            si tu as pas rentabilise ton bien en 15a, tu as mal fait tes comptes
            et quand on chetes pour louer, il y a des astuces comme robien ou le BIC simplifie


          • thomthom 26 mars 2009 15:18

            foufouille
            à part votre certitude de rentabilisation en 15 ans (allez dire ca à ceux qui viennet de se faire livrer un Robien là où il ne fallait pas), vous n’avez pas tord


            Une bone taxe bien dissuasive sur les logements vacants, compensée par un bien plus grande facilité pour le proprio pour foutre dehors un locataire mauvais payeur, voilà ce qu’il nous faut. Ca remetterait plein de logements sur le marché et permettrait donc aux prix de baisser... et comme le proprio verrait son facteur risque baisser, il n’y perdrait pas vraiment (de toutes facons, la priorité c’est de fournir des logements à prix raisonnables à ceux qui en ont besoin...)


          • foufouille foufouille 26 mars 2009 17:08

            @ thomthom
            en fait ceux qui investisse dans le locatifs sont pour la plupart des cretins
            ils croient que le loyer paye uniquement le credit et des fois la taxe foncieres
            ce qui explique que la tres grande majorite veulent pas reparer, ni comprendre que locataire quitte leur palace
            et en plus, cerise sur le gateau, ils veulent louer aux "trop con pour acheter"


          • Gül 26 mars 2009 13:27

            "Les calculations" ??????

            Quelle bravitude !!!! smiley smiley


            • JoëlP JoëlP 26 mars 2009 17:08

              Quand ce n’est pas un anglicisme, calculation est un hélvètisme. Aurait-on affaire à une UMP suisse ?

              http://www.topjobs.ch/JS24Templates/Companies/983/jobview_13704.aspx?lng=de&wl=2&jid=1940980&soa=1&sob=1.


            • Gül 26 mars 2009 19:06

              Ho ! Ben ça va alors !

              Elle ne va pas trop vite ! D’où un certain décalage avec l’état réel de la crise immobilière ce jour.... smiley

              Non, parce que dans le genre "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", c’est quand même grandiose cet article !

              En un an, ma maison a perdu 200 000 euros de valeur estimée à la vente !!!! Une babiole ! Pfffff ! smiley


            • donino30 donino30 26 mars 2009 13:52

              Rapport de 1 à 15 ? Dans les villes que je connais le rapport est actuellement de 1 à 19, revoyez vos "calculations" en vous basant sur ces prix de l’immo.

              Que vous le vouliez où non, l’immobilier en France va s’effondrer. Cela passera soit par un écroulement des prix soit par une dévaluation considérable de l’euro peu importe. Ne pleurez pas ce n’est pas la fin du monde...


              • bozobe bozobe 26 mars 2009 16:26

                Oui, le rapport est de 1 à 19, soit un rendement annuel de 4% (avant fiscalité)

                J’ai trouvé des bonnes sources  : (dernier rapport trimestriel de la FNAIM)

                Dans ce rapport, allez à la page 13. Si vous faites les calculs, vous devriez trouver ces rapports


                19 Metz 19 Nancy 17 Caen 22 Paris 15 Brest 20 Nantes 20 Bordeaux 24 Bayonne 19 Toulouse 17 Perpignan 19 Marseille 22 Nice 21 Lyon 18 Dijon 17 Tours
                Or, d’après Patterns of Speculation, Bertrand Roehner, Cambridge University Press, 2002, page 124 (traduction personnelle) :

                " En 1990 à Paris, au plus haut de la bulle, le prix d’un appartement trois pièces coutait en moyenne 2 millions de francs, alors que le loyer était en moyenne de 6,000 francs par mois. Ce qui donne un rapport de 2,000,000/(6,000*12) = 28. Après l’éclatement de la bulle, le prix moyen était de 1,5 millions, et le loyer inchangé, ce qui donne un rapport de 2 [...] Nous observons que ce rapport est de 18 à 22 dans la plupart des marchés immobiliers, que ce soit à Paris ou à Hong Kong, et qu’un rapport plus élevé est indicateur d’une bulle spéculative."

                Nous ne serions donc pas en situation de bulle spéculative ! smiley


              • La Luciole 26 mars 2009 19:10

                Leur apporter la preuve que le marché immobilier ne s’effondre pas autant qu’ils l’espéraient !! .. 

                Si nos nombreux marxistes en herbe qui hantent assidument ces lieux, remplis d’espoir de se faire à peu de frais la peau d’un propriétaire ruiné, ne peuvent même plus rêver de spéculer sur la sueur des autres ... vous êtes vraiment trop dur cher ami.... smiley


              • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 26 mars 2009 19:30

                Je me mefie toujours d’un rapport qui emane d’un entreprise qui a des interet dans le marché etudié par le rapport.


              • donino30 donino30 29 mars 2009 20:07

                C’est déjà mieux. Le problème c’est qu’il faudrait disposer du même rapport en 1990 avant et après crise, pas juste sur une vague impression d’un appartement à 2 million de francs. Car là l’objectivité de la comparaison s’évapore au fil des lignes !

                Ensuite, 4% brut, disons 3% net, représente t-il un investissement rentable pour un propriétaire qui loue ? Entre les risques d’impayés, les travaux, les charges foncières, les dommages causés par les locataires supérieurs à la caution, les charges de copropriété, les périodes d’inoccupation, etc, je me souviens d’un temps où on disait qu’un ratio de 8% était nécessaire pour qu’il soit financièrement justifié d’investir dans l’immobilier. On est semble t-il loin du compte. En plus on parlait d’une période de 10 ans, pas de 15 !

                Enfin et surtout, la comparaison des époques ne suffit pas, nous sommes dans une situation qui n’a rien de comparable à 1990 en terme de solvabilité des ménages et de perspectives économiques. Quand on parle de maisons vendues à 1000$ aux états unis, on peut sans risque de se tromper avancer que le ratio ne compte plus beaucoup...


              • thomthom 26 mars 2009 14:21

                @l’auteur
                je vous conseille de jeter un coup d’oeil sur l’article que j’ai publié il y a quelques mois sur Agoravox (largement commenté) : "7 idées reçues sur l’immobilier" : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=38997

                D’autre part, prétendre que le marché immobilier francais se porte relativement bien, il fallait oser !
                certes les prix ne se sont pas (encore effondrés), mais les volumes, eux, si. Résultat : des promoteurs au bord de la faillite, des agences immobilieres qui ferment, des vendeurs coincés avec un bien invendable au prix qu’ils espèrent et un crédit relai à rembourser, des acheteurs de logements Robien qui ne trouvent pas de locataire au prix de loyer qu’on leur a fait miroiter (totalement irréaliste)....

                Alors certes, les choses ne sont pas aussi graves qu’aux USA (et encore... ca pourrait venir), mais de la à prétendre que le marché immobilier francaise se porte bien....

                D’ailleurs, c’est pas si mal que le marché du logement aille mal... car cela engendrera nécessairement une baisse des prix significative , ce qui permettra aux français "moyens" de se loger à nouveau décemment... STOP AU DELIRE DES PRIX !


                • Tom@ 26 mars 2009 14:22

                  Alors qu’on nous annonce la fermeture de 3000 agences sur 25000 en France il y-en a toujours pour dire que le marché se porte bien.

                  Quand on a une augmentation de 150% sur 10 ans c’est normal.

                  Quand les taux aient baissé à 2-3% pendant la dernière décennie c’est normal.

                  Mais attention, si les prix de l’immo baisse, que les taux atteignent des niveau moyen (4-5% à comparer aux taux à deux chiffres qu’avaient nos parents il y a 20 ans), là c’est une crise...

                  On a vraiment des définition différent de la normalité smiley

                  Le marché immobilier Français va se peter la gueule comme le marché immobilier des autres pays (USA, Angleterre, Espagne, etc...), et non nos frontières ne nous protégerons pas... pas plus qu’elle n’a arrêté les nuaes radioactif par le passé... smiley


                  • bozobe bozobe 26 mars 2009 16:31

                    En économie, il n’y a pas de "norme", il n’y a pas de morale non plus. Il y a des acheteurs, des vendeurs, et des intermédiaires qui les mettent en relation. Or les calculs que j’ai fait (et voir le commentaire que j’ai écrit plus haut, car les sources sont précises ) montre qu’un investissement aujourd’hui dans l’immobilier est rentable.


                  • John Lloyds John Lloyds 26 mars 2009 17:14

                    "montre qu’un investissement aujourd’hui dans l’immobilier est rentable"

                    MDR smiley

                    L’UMP qui racolle pour restaurer la confiance. C’est aussi le moment d’acheter en bourse, ou d’acheter du dollar, certainement, non ? smiley


                  • La Luciole 26 mars 2009 19:23

                    Ben oui quoi, pourquoi voulez-vous nier la crise ?... pour une fois que les ratés ont une bonne occasion de se réjouir du malheur de ceux qui ont réussi .... smiley


                  • plancherDesVaches 26 mars 2009 20:44

                    Lorsque vous devrez revendre vos résidences secondaires et logements loués pour essayer de survivre et que le peuple affamé vous poursuivra dans les rues, j’espère que vous aurez autant d’arrogance.
                    Bien à vous, Marquise.


                  • LE CHAT LE CHAT 26 mars 2009 15:05

                    @BEAU ZBOUB

                    Les loyers en France sont indexés sur l’inflation
                    ,

                    ton maître à talonettes t’a pas dit qu’on tenait aussi compte de l’indice du coût de la construction ?

                    qu’aux Etats-Unis ils peuvent êtres renégociés chaque année par le bailleur, ce qui crée un marché plus volatil.

                    on a vu ce que ça donne , des millions de gens jetés à la rue parce qu’il pouvaient plus payer ! c’est ce que toi et ton maître veulent pour les français ?


                    • thomthom 26 mars 2009 15:12

                      Surtout que seules les augmentations des loyers des baux en cours sont régulées en France (avec un mélange ICC/inflation), mais pas les relocations, qui elles sont totalement libres et bien soumises à la loi du marché , offre vs demande (solvable uniquement)


                    • fifilafiloche fifilafiloche 26 mars 2009 15:39

                      Les cycles immobiliers sont longs du au manque de liquidité du support.

                      Nous avons connu une phase haussière de 10 ans avec une hausse de 150%. Prétendre que la phase baissière ne durerait que quelques mois et que la France, selon le syndrome de Ttchernobyl, serait à l abri de l éclatement de la bulle immobilere, et de la bulle du crédit qui est associée, me semble relever plus de la manipulation politique que du pragmatisme, afin de rassurer à la fois la majorité de la population propriétaire (particulièrement celle à crédit).

                      La dernière correction des prix de l immobilier, qui concernait essentiellement les institutionnels, a duré de 1991 à 1997. Les prix de l immobilier de bureau n ont jamais retrouvé leur valorisation d alors.

                      Cette fois ci, ce sont les ménages qui ont fait jouer l effet de levier du crédit pour assouvir leur besoin de propriété à prix déraisonnables. La correction n en sera que plus longue, au fur et à mesure que les crédits relais arriveront à leur terme.

                      En effet, l augmentation virtuelle de la richesse immobilière profite à beaucoup d acteurs, l Etat en premier. L augmentation progressive du budget logement des ménages est cependant la cause principale de la stagnation du pouvoir d achat. Sans un retour sur la tendance des prix de long terme indexés sur l inflation, c est à dire à 40% sous les prix de fin 2008, les emprunts continueront à se faire sur des valeurs virtuelles et donc le risque pèsera sur le crédit.

                      En soutenant artificiellement les prix par des mesures incitatives au placement immobilier, l Etat ne fait que retarder la sortie de la crise actuelle. Il s agit d une responsabilité qu il faudra assumer le temps venu.


                      • bozobe bozobe 26 mars 2009 16:35

                        Je tiens à rajouter que je ne possède pas de biens immobiliers, et que je ne compte pas acheter de bien avant quelques années. Mon article ne sert pas à essayer de faire gonfler artificiellement les prix . . .


                        • foufouille foufouille 26 mars 2009 17:13

                          @ bozobe
                          il t’ont pas encore donne de part de SCI tes parents MUPS ?
                          elle est malheureuse la fifillle
                          tu devrait faire comme dati........... hop ! sur le bureau
                           smiley


                        • La Luciole 26 mars 2009 19:32

                           Ouf, vous me rassurez Bozobe.... vous n’êtes donc pas un riche possédant puant l’argent, être pauvre c’est tellement plus noble ... smiley... seule la nature vous aura donc doté de beaux atouts...




                        • plancherDesVaches 26 mars 2009 20:52

                          Vous ne possédez pas de biens immobiliers tels chateaux, résidenses secondaires, domaines forestiers, fermages, groupes de serfs...
                          Mais que venez-vous faire ici... ???????

                          Vous êtes d’une pauvreté qui peut éventuellement vous faire un peu riche en Gabonie, parmi les noirs esclaves qui m’ont fait tant de plaisirs par leurs "services", mais aussi....
                          Alors, trés chère, veuillez passer votre chemin. Vous êtes trop pauvre.


                        • fifilafiloche fifilafiloche 26 mars 2009 16:48

                          Je ne parle pas de vous...je fais référence aux affirmations de Devedjian sur la 5 il y a quelques jours, qui finissent de totalement le décrédibiliser.


                          • bumpdat 26 mars 2009 19:42

                            Article d’une nullité parfaite.

                            Ca sert à quoi de nous sortir des statistiques torche-culs des agences immobilières ou du gouvernement ? On a tous TF1, on a pas besoin de toi !

                            Tes prévisions sont très optimistes, mais tu t’en rendras compte par toi-même, et le plus tôt sera le mieux...


                            • bozobe bozobe 26 mars 2009 23:14

                              C’est vous qui êtes grotesque !

                              1 - J’ai cité mes sources dans mon premier commentaire

                              2 - Est ce que vous avez votre bac ? Vous ne savez pas faire la différence entre une division et une multiplication !
                              Si je place mon argent à 4 % dans une banque aujourd’hui, je double ma mise en 18 ans, car je gagne des intérêts sur mes intérêts. Le calcul à faire est 1.04^18. La c’est une multiplication
                              C’est équivalent à louer un bien pendant 18 ans à un prix fixe et récupérer mon investissement initial ! i.e. Si j’achète un bien pour 2 millions et que je le loue 9 260 euros le mois, je récupère ma somme initiale investie au bout de 18 ans (avec l’hypothèse que le prix est fixe et que mon logement est loué tous les mois pendant 18 ans). La, c’est une division


                            • thomthom 27 mars 2009 10:23

                              C’est n’importe quoi vos calculs de rendements.
                              Déjà, ce qui compte c’est le rendement net... ce qui vous reste réellement dans la poche une fois tous les frais déduits : frais de transaction, impots foncier, entretien du bien à la charge du proprio, gestion des problèmes d’impayés, et bien sûr impot sur le revenu, etc... réussir du 4% net aujourd’hui, c’est déjà un sacré pari.

                              Une fois retiré tout ca, déjà, en général, il ne reste pas tant que ca. Pendant que les prix à l’achat on littéralement flambé ces derrnieres années, le montant des loyers (à la relocation, je ne parle pas des baux en cours dont le prix est régulé) s’est lui contenté de "sérieusement augmenter"... tout simplement parce que le marché de la location est beaucoup moins soumis que le marché achat/vente à la spéculation (consciente ou inconsciente, produite par de grandes institution ou les particuliers) et les délires des marchés financiers (bulle du crédit). Un propriétaire qui essaierait d’augmenter ses exigeances de loyer plus que de raison ne trouverait tout simplement pas de locataire, simplement parce que l’argent ne tombe pas du ciel.

                              Bref, résultat de tout ca, les rendements locatifs se sont effondrés.

                              D’autre part, si on veut faire un calcul juste, il ne faut pas prendre comme référence le prix d’achat du bien immobilier, mais sa valeur à un instant T (valeur que d’ailleurs on ne peut connaitre avec certitude qu’une fois qu’on l’a vendu). Autrement dit, dans un marché immo ou les prix prenaient 10% à 15% par an, l’investissement locatif était hyper rentable, car cette plus-value mirobolante sur la valeur du bien s’ajoutait aux loyers (qui du coup ne représentaient plus grand chose dans le rendement global de l’opération). Mais dans un marché baissier, il en est autrement. Quel intéret d’immobiliser votre argent dans un bien immobilier dont les loyers vous rapportent 4% (peut-etre) par an si dans le même temps la valeur de votre bien (capital investi) diminue de 5% ou 10% ?

                              Conclusion : l’investissement immobilier est un sacré pari... comme presque tout investissement, c’est un placement risqué (surtout apres une période de flambée de prix historique qui touche à sa fin). Apres c’est une question de conviction personnelle et d’acceptation du risque : si vous pensez que l’immobilier a encore des marges de manoeuvre à la hausse et que vous etes prets à prendre du risque, et bien foncez (mais ne venez pas pleurer apres si vous vous retrouvez en difficulté). Si comme un nombre croissant de personnes vous pensez que les prix risquent de sérieusement baisser (n’oubliez pas que l’évolution des prix de l’immobilier est une prophétie auto réalisatrice : c’est parce qu’on croit quelque chose que cela se produit) ou que vous recherchez un placement sans trop de risque, et bien, un conseil, oubliez l’immobilier !


                            • bozobe bozobe 26 mars 2009 23:56

                              Le Furtif : Tu m’accuses de plagier ?
                              Ou est ce que tu penses qu’il y a deux personnes qui se cachent sous mon pseudo ?

                              Si tu penses que je plagie, à toi de trouver ici les textes que j’ai copié.

                              Mais, vas-y, je t’écoute, pourquoi est ce que je suis une imposture ? Parcequ’on est conne qd on est inscrite à l’UMP ? Ah oui, j’oubliais que ce site était remplie de gauchos qui pensent que tous les gens de droite sont des pilleurs sans coeur et qui s’en foutent du chomage et de la pauvreté ! Alors dès qu’une personne de droite ne sort pas des banalités (vive l’argent roi, vive les licenciements, etc...), il faut dire que c’est un "imposture" ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? smiley


                            • foufouille foufouille 27 mars 2009 10:08

                              @ bozobe
                              oui, il faut etre c**** pour etre du MUPS
                              meme qu’avant le RPR a maguouille
                              sinon tu peut des oeilleres ou un floutage automatise dans le cerveau ou encore ne jamais sortir de ta zone pavillionnaire securise


                            • La diagonale NicolasC 27 mars 2009 15:20

                              @ l’auteur ( ou plutot les auteur(e)s)

                              On vous accuse juste de vouloir spammer massivement le site d’AgoraVox en publiant 2 articles par jour. Une personne normalement constituée n’as pas le temps d’écrire deux articles par jour. Comme un bon nombre de personnes sur le site, je pense que c’est un groupe de jeunes de l’UMP qui se cache derrière ce pseudo, qui essaie de faire "cool" avec un pseudo d’une jeune métisse. Tout cela pour nous ressortir les vieux thèmes de la droite néo-conservatrice..

                              Pour préserver le site d’AgoraVox de l’implantation de l’UMP, je me connecterais ce soir pour essayer de vous empêcher de publier encore un article insipide et sans intérêt !! A bon entendeur... :->

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès