Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Crise des VPCistes traditionnels : passez au web !

Crise des VPCistes traditionnels : passez au web !

Le secteur de la vente à distance traditionnelle est en crise : La Camif, la Redoute et plus récemment les 3 Suisses ont été en difficulté. Pourtant, avec la hausse du e-commerce et leur expérience de la vente à distance, ces entreprises ont les moyens de redresser leur activité.

La vente à distance est en crise... mais elle tente de se redresser. C’est le pari pour le moins difficile d’un secteur qui traverse une double-crise : crise économique récente qui éloignent les consommateurs des catalogues des "VPCistes", comme on les appelait à mon époque, et crise technologique, car ils n’ont jamais bien su prendre le pli du e-commerce et de l’internet. Mais l’histoire des 3 Suisses nous montre que cela pourrait bientôt changer.


plaintes_02.jpg Nous vous en avions déjà parlé ici, avec le cas de la Camif, mise à mal par l’érosion du pouvoir d’achat de ses clients. L’entreprise avait même ét obligée de continuer à accepter des commandes alors qu’elle était déjà en liquidation. Le consommateur s’était retrouvé alors sans vrai recours. Un autre VPCiste, La Redoute, avait du également supprimer près de 600 emplois en octobre. C’est donc, en "bonne" logique ?, au tour du "Chouchou" de faire les frais d’une situation compliquée. Mais peut-être y a t-il une issue plus favorable dans son cas.


Je parlais tout à l’heure de crise technologique. Car ces géants de la vente par correspondance n’ont pas su prendre le virage de l’Internet, et pendant que les lourds catalogues arrivaient dans les boîtes aux lettres, d’autres montaient leurs boutiques en lignes, comme Amazon, qui a même donné quelques frayeurs aux boutiques anglaises traditionnelle ("physiques") à Noël. Le succès d’un groupe comme ebay est également du même acabi.


Quelque part, cela me fait penser à la presse écrite, qui a laissé s’installer les blogs et autres contenus en ligne pendant qu’ils évitaient la dure question d’une réorientation complète. Sauf que dans le cas des 3 Suisses, il y a de la lumière au bout du tunnel. Les internautes français sont friands d’e-commerce, avec une augmentation des e-ventes de 30% en 2008 pour presque 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Et la marque au chouchou semble l’avoir compris dans sa stratégie : les postes supprimés concernent principalement les centres d’appels (pour passer commande), les postes (colis) et la logistique, soit des acteurs qui appartiennent malgré toute leur bonne volonté au passé du commerce, pas à son futur. A noter d’ailleurs que les postes visés devraient tous faire l’objet d’un reclassement dans les 6 mois, et cela se justifie à mon sens.

En tant que e-consommacteur, j’ai pu experimenter par le passé plusieurs vendeurs à distances, et autant dire que les géants du commerce électronique ne m’ont pas laissé que de bons souvenirs, je pense notamment à ebay où un "power seller" (un gros vendeur particulier supposé être digne de confiance) m’avait refourgué une contrefaçon. C’est à mon avis sur ce point précis que les groupes comme les 3 Suisses ont de quoi renverser la tendance, leur expérience de la vente à distance, et la garantie de produits d’origine, peuvent leur attirer les e-consomateurs déçus du made in China proposé à tout va sur ebay, des contrefaçons, quand il ne s’agit tout simplement pas d’une bonne vieille arnaque en ligne.La marque a également une "valeur émotionnelle" comme le souligne ce témoignage paru dans l’Express, les gens connaissent les VPCistes, et nombreuses sont les familles pour qui Amazon ou Ebay restent des noms associés à un certain inconnu.

Enfin, on leur souhaite bonne chance et courage aux salariés qui travailleront dans le web !

Luc, Consommaction

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • alex75 21 février 2009 13:42

     On a un gros problème en France de conformisme, d’esprit routinier, de lenteur d’esprit que l’on retrouve dans beaucoup d’entreprises et d’administrations. 

    Souvent il est moins risqué pour un salarié ou un cadre de ne rien faire que de prendre des initiatives car l’échec est considéré comme une "faute" alors que dans d’autre pays il fait partie du processus de changement et d’amélioration.

    Le "syndrome VPC" se retrouve dans le secteur du bâtiment ( à peu près incapable de produire des bâtiments écologiques pour les même raisons : incompétence, refus de s’adapter, manque de clairvoyance…), l’industrie automobile (complètement dans les choux), l’agriculture infoutue de produire bio, ce qui fait que 50 % des produits bio consommés en France sont importés etc.

    La solution pour sortir du chômage, de la crise, du déficit commercial passe plus par un changement des mentalités que par des aides publiques, des grands plans…


    • jacques jacques 21 février 2009 14:45

      Le problème avec le commerce en France ,c’est qu’il a été confié aux "commerciaux" qui vendent des prix .Ce qui fait que les grandes stratégies des grands dirigeants qui sont souvent en situation de quasi monopole (ex tel portable) marchent mais quand ils sont en vrai concurrences comme la VPC avec de petites entreprises ,parfois de simples particuliers,alors là les choses ne sont plus pareilles.Mais renoncer aux statuts de grands stratèges pour mettre les mains dans le cambouis c’est dur de redevenir épiciers ou fripiers.


      • homosapiens homosapiens 21 février 2009 22:13

        ce qui est honteux, c’est que la france qui disposait de sociétés de vente à distance
        bien établies et structurées, puis du Minitel qui était une forme d’internet de la pré histoire
        voit ses sociétés disparaitrent.
        Entre les imbéciles de politique qui n’ont jamais vu l’intéret du reséau et qui ont été encouragé pas les
        blaireaux de france télécom qui voyaient surtout du fric facile avec avec leur 3615 grosnichons...
        quelle honte...alors que la france , ses sociétés de vente à distance et les capacités de france télécom aurait put devenir leader mondial de la vente en ligne, des réseaux...
        encore un truc ou on était en avance et qui a été piétiné par l’ignorance des politiques, l’imbécilité
        des responsables de F.T.
        je suis d’autant plus furax quand je constate les ruines de la camif, la redoute..que j’avais participé à des réunions de "stratégiesé, organisées sous l’enseigne france télécom à l’époque où j’avais évoqué l’incroyable possibilité de la france d’imposer, puisque précurseur, une norme de transfert de données, d’ouvrir des agences partout, proposer un forfait intégrant l’appareil, les communications, d’assurer des formations dans les écoles, d’imposer la construction en sérié de "minitel +, sur une base PC, en couleur"...etc, d’apporter les serveurs informatiques à ces centres de vente à distance et de les aider à passer le pied à l’étrier des "marchands" vers l’ère numérique, vers la congergence....
        je passais pour un cinglé auprés des responsables dont c’était le boulot,...écoeuré j’ai fini par envoyé des dossiers complete mettant en évidence l’intéret collosalle pour F.T de maitriser toute la chaine...rien, pas un n’a répondu, tous trop préocuppé par leur promo....à chaque réunion c’était d’autres types, ceux d’avant ayant déja eu une promo....jusqu’au jour où cela a été privatisé...fini les promos, dehors les cocos, et au boulot...mais trop tard...aujourd’hui nos sociétés de vente sont cuites, notre réseau est pourri et en retard, les artisans, particuliers sont en "dépassés"...
        J’avais participé quelques années avant à des réunions de stratégie concernant les chaines privées...et là, curieusement, les notions d’abonnements, forfaits, matériel loués, achat à distance de film ont été bien comprises et appliquées.., "canalsatellite", c’est de moi ! et trés longemps avant que ce soit diffusé.
        Bon, tréve d’égo... je reste triste par les dégats sociaux infligés à des employés qui historiquement auraient du baigner dans le fric si leurs ex patrons, les ex politiques et les ex fonctionnaires des télécoms n’avaient pas eux des batons dans le derche.


        • donino30 donino30 23 février 2009 09:51

          C’est trop tard, il fallait prendre le virage bien avant. A moins de consentir des investissements marketing, technologiques et de partenariat colossaux, ce qui par les temps qui courent semble impossible, la renommée ne suffira pas. L’immobilisme ne paye que rarement, et maintenant la guerre des prix et le cout de conquêt des clients sont terribles... Dans le même ordre d’idée la française des jeux, en repoussant toujours plus le moment de son virage, va bientôt s’en apercevoir en disparaissant purement et simplement dés que le monopole sera rompu, ou que la génération des vieux parieurs sera remplacée par des habitués d’internet. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès