Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Crise financière, cadeaux entre riches amis et faillite des (...)

Crise financière, cadeaux entre riches amis et faillite des médias

Alors que le sauvetage des institutions financières va enrichir les plus nantis et créer une explosion de la dette publique des pays du nord, la critique rationnelle du capitalisme est confinée à une part de plus en plus maigre sur les canaux officiels. Le public reste privé d’analyses pertinentes qui lui permettraient de comprendre à quelle sauce il est dévoré (et ce qu’il peut faire pour l’éviter).

Qu’y a-t-il derrière le rachat des banques ?

Tout d’abord un abus de langage dont sont coutumiers ceux qui prétendent nous gouverner. Car il ne peut y avoir terme plus mal choisi que celui de « nationalisation » des banques dans le cas présent, même entre guillemet [1]. En effet, puisque l’état ne demande aucun droits de vote dans les CA des entreprises « sauvées », il n’a strictement pris aucune initiative dans le sens d’une nationalisation digne de ce nom. Le personnel politique se contente de tirer son épingle du jeu tout en s’offusquant du fait que le public pourrait intervenir dans les affaires privées. C’est comme cela que nos politiciens se représentent le travail d’un élu au service de la population. La preuve est encore faite qu’ils sont au service des riches maîtres, patrons de multinationales destructrices, faiseurs d’opinion à la tête des grands groupes médiatiques, qui polluent aussi le paysage idéologique depuis trente ans avec cette religion du marché dérégulé totalement invalidée depuis peu. Dieu est mort ! Une fois de plus...

Ensuite il y a l’enrichissement des déjà trop riches. En effet, quand l’état belge sauve une institution bancaire, il le fait en injectant des sommes considérables (11,2 Md€ pour Dexia, 6,4Md€ pour Fortis, quelques 3,5Md€ pour KBC, pour Ethias, on attend les chiffres. Soit plus de 20Md€) qu’il récolte en émettant des bons d’état. Et qui achète ces bons d’état ? Les banques en cours de sauvetage. Donc, ces banques vont engranger des sommes colossales au bénéfice de l’échec spectaculaire de l’idéologie qu ’elles prônent. Et qui va payer ce nouvel endettement de l’état ? Vous, moi, nous, à travers une augmentation de l’impôt et la diminution des services sociaux les plus élémentaires. On peut donc dire qu’une fois de plus, la main invisible du marché va copieusement faire les poches des pauvres. Avons nous eu le choix ? Bien sur que non. Que signifie encore aujourd’hui le terme démocratie ? Plus grand chose, car le citoyen est privé de médias offrant une analyse en profondeur de la crise (ou plutôt devrait-on parler des crises, puisqu’à celle-ci s’ajoutent les crises écologique, alimentaire, énergétique et économique) [2] et des alternatives bénéfiques à y apporter comme remède.

La faillite de nos médias.

Dire qu’il y a un déficit dans la pluralité des opinions transmises par les médias est un lieu commun. Il n’y a pas à en douter. Car comprendre qui détient les médias, c’est comprendre qui façonne l’opinion publique. Depuis le virage néolibéral des années 80, la plupart des télévisions, radios et organes de presse écrite ont rejoint le giron des élites financières internationales [3]. Il devient alors évident de comprendre comment la population a pu se fourvoyer en suivant cette nouvelle religion du marché dérégulé.

Car comment a-t-il été possible de faire croire à des gens instruits qu’un organisme dérégulé puisse s’auto-réguler miraculeusement ? [4]. Grâce à un travail incessant d’idéologues convertis aux saintes écritures de Milton Friedman [5] , vous savez, le conseillé spécial de Pinochet et prix Nobel d’économie en 1976. Et les dévots d’entonner en coeur le divin refrain. Des Reynders et autres Colmant [6] prêchent dans les universités belges le sermon néolibéral, instillant l’ineptie dans la plupart des cerveaux disponibles de leurs élèves, conditionnés dès leur plus jeune age à ne pas remettre en cause les propos du maître d’école. Et pour dire des inepties, Bruno Colmant s’y connait. [7]. On peut se tromper, mais il y a des erreurs qui tuent des millions de personnes.
Lire l’article de Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour l’alimentation.

C’est ensuite au tour des médias de forcer l’acceptation de la pensée unique. Entre les émissions économiques au service des entreprises nationales et les spots publicitaires incessants, pas un moment de répit face à la pression de l’insupportable croissance économique [8] . Aujourd’hui encore, malgré la crise mondiale créée par ces talibans du marché, les médias, tant publics que privés continuent à leur ouvrir leurs micros. Et eux de modifier le discours en fonction des besoins du moment. Ces girouettes qui hier encore vouaient aux gémonies celles et ceux qui osaient parler de la nécessité d’une régulation, aujourd’hui reprennent sans vergogne le discours honnit. Nous vous laissons apprécier la profondeur de leurs engagements.

L’arroseur qui refusait d’être arrosé.

Nous avons invité plusieurs journalistes belges à répondre à nos questions sur la piètre couverture que leur média offre de cette crise. Nous espérions pouvoir proposer aux citoyennes et citoyens une vidéo dans laquelle ces journalistes pourraient expliquer comment les choix des intervenants se décident et pourquoi l’information reste si orientée, malgré le discrédit des figures emblématiques du libéralisme. Mais les journalistes que nous avons invité posent des questions mais ne semblent pas apprécier qu’on leur en pose, et le nombre de refus essuyés est impressionnant, empêchant tout travail de journalisme citoyen.

C’est pourquoi, nous vous invitons à prendre votre plus belle plume et à inonder les rédactions de vos médias préféré avec vos questions mais aussi, exprimer votre indignation face à ce black-out des alternatives plus que jamais nécessaires.
 

[1] La "nationalisation" de Fortis pourrait lui faire perdre 2,85 milliards d’euros → article lu sur Trends.be, entre autres nombreux exemples.

[2] Lire l’article d’Eric TOUSSAINT « interconnexion des crises capitalistes » → http://www.cadtm.org/spip.php?article3780

[3] Lire « Tous pouvoirs confondus – Etat, Capital et Médias à l’heure de la globalisation » de Geoffrey Geuens Ed. EPO. 472 p.

[4] En biologie, un organisme non régulé est un cancer. D’un point de vue économique, les choses ne semblent pas bien différentes, car en moins de trente ans la maladie vient de terrasser l’organisme financier. Seules les souches les plus virulentes du marché se renforcent, tandis que l’ensemble de l’organisme agonise.

[5] Lire → http://www.humanite.fr/2008-10-24_Tribune-libre_Good-bye-Milton

[6] Bruno Colmant est président de la bourse de Bruxelles et enseigne à l’UCL → http://www.lesoir.be/forum/cartes_blanches/la-lettre-d-un-revolte-au-2008-02-08-576413.shtml

[7] puisqu’il déclarait il y a six mois à l’UCL dans un débat contradictoire que la spéculation n’avait rien à voir dans la flambée récente des prix des aliments. Affirmation ridicule totalement invalidée par la majorité des analystes peu de temps après. Ou encore appelant à une fiscalité attractive, comme dans d’autres pays plus petits, afin d’attirer en Belgique le capital à risque.

[8] Ni d’un point de vue écologique, ni d’un point de vue de la paix et du développement humain.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Eric De Ruest Eric De Ruest 26 novembre 2008 12:14

    A propos de Bruno Colmant, voir l’article de Jérôme Ollier


    • JL JL 26 novembre 2008 17:11

      Votre article dénonce deux scandales : l’arnaque gigantesque au nom du sauvetage des banques, et la complicité des médias.

      Je voudrais que ce que vous écrivez soit plus explicite :

      ""Quand l’état belge sauve une institution bancaire, il le fait en injectant des sommes considérables qu’il récolte en émettant des bons d’état. Et qui achète ces bons d’état ? Les banques en cours de sauvetage.

      ""Et qui va payer ce nouvel endettement de l’état ? Vous, moi, nous, à travers une augmentation de l’impôt et la diminution des services sociaux les plus élémentaires. ""

      Si je comprends bien, la banque achète avec l’argent qu’on lui donne. En gros, c’est le vendeur qui paie ce qu’il vend ?

      ""On peut donc dire qu’une fois de plus, la main invisible du marché va copieusement faire les poches des pauvres
      .""

      Oui, la main invisible existe bel et bien, mais elle fait des ravages.


      • Eric De Ruest Eric De Ruest 26 novembre 2008 17:52

        Bien sur, voici l’article d’Eric TOUSSAINT qui analyse le "sauvetage" des institutions financières comme prévu par nos gouvernements européens. C’est parfaitement écrit et ça explique l’arnaque très clairement.

        Bien à vous


      • Eric De Ruest Eric De Ruest 26 novembre 2008 17:54

        Voici un extrait pour celles et ceux qui veulent un raccourci

        "Comment sont financées actuellement les opérations de sauvetage qui sont en cours en Amérique du Nord et en Europe ? L’Etat apporte de l’argent frais aux banques et aux assurances au bord de la faillite, soit sous forme de recapitalisation soit sous forme d’achat des actifs toxiques des entreprises concernées. Que font les banques et les assurances avec cet argent frais ? Essentiellement, elles achètent des actifs sûrs pour remplacer des actifs toxiques dans leur bilan. Quels sont les actifs les plus sûrs en ce moment ? Les titres de la dette publique émis par les Etats des pays les plus industrialisés (bons du Trésor des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la France, de la Belgique…).

        La boucle est bouclée : l’Etat donne de l’argent aux institutions financières privées (Fortis, Dexia, ING, banques françaises, britanniques, nord-américaines…). Pour ce faire, les Etats émettent des titres du Trésor public qui sont souscrits par ces mêmes banques et assurances, qui sont restées dans le secteur privé (car l’Etat n’a pas demandé que le capital qu’il apporte lui donne droit à prendre les décisions, ni même à participer aux votes) et qui font de nouveaux profits en prêtant l’argent frais qu’elles viennent de recevoir des Etat à ces mêmes Etats en exigeant bien sûr un intérêt maximum…"


      • toiroy 26 novembre 2008 18:57

        C’est un peu simpliste comme analyse, dire que ce sont « les banques qui récoltent » oui, mais ce ne sont pas celles qui sont en manque de liquidités.

        Dexia ou Fortis, ne récoltera aucun bénéfice de leur sauvetage, par exemple.

        Par contre, il est clair que les banques ont en général, fait un peu n’importe quoi, notamment en imaginant des produits financiers totalement tordus et donc totalement incompréhensible même pour elle même :)


        • appoline appoline 26 novembre 2008 20:16

          Il est sûr que l’on ne peut pas encore parler de monstrueuse escroquerie, car cela mettrait le feu aux poudres auprès de la populasse. Effectivement, le jour où cela viendra sur la place publique, le retour de flamme risque d’en griller plus d’un.


          • zmed 26 novembre 2008 20:55

            "C’est un peu simpliste comme analyse"

            Eponger les dettes d’une banque n’est pas en soit, un bénéfice fort alléchant ?


            • OmegaDG OmegaDG 27 novembre 2008 00:05

              ’’Le processus par lequel les banques créent de l’argent est si simple que l’esprit résiste à y croire.’’  
              John Kenneth Galbraith, économiste.

              ’’Donnez-moi le droit d’émettre et de contrôler l’argent d’une nation, et alors peu m’importe qui fait les lois.’’
              Mayer Anselm Rothschild


            • Dzan 27 novembre 2008 10:32

              Quand on a affaire à des peuples ignares, gavés de téléréalité, ou comme les étasuniens, de télévagélisme, d’ école o^l’on nie la théorie de l’évolution, tout est permis par la poignée de milliardaires qui tiennent les richesses mondiales entre leurs mains.
              Jamais les riches ne l’ont été autant. Et nous les abrutis de base, nous devrions croire les guignols qui nous gouvernent, qu’ils vont sévir contre les tricheurs ?

              Au contraire, pour nous Français, on va mettre la TV publique en liaison directe avec le pouvoir, de manière à nous intoxiquer le plus possible.
              J’en lis sur ce forum, "Moi, j’ai plus de télé". Bien, mais dans nos fonds de campagne, dans nos trous du cul du monde, les papys et les mamys, n’ont que ça comme moyen d’information. Et ils votent.
              Remember Charles " C’est moi ou le chaos".
              Alors, comme le France est un pays de vieux, on peut leur faire avaler n’importe quoi.



              • marc berger marc berger 27 novembre 2008 11:24

                Excellent article !

                Il faut continuer à dénoncer comme le fait cet article, les abus en tout genre. Les institutions, gouvernements qui vont continuer à nous faire payer vont tout faire pour nous endormir en nous faisant focaliser sur des points qui ne sont pas primordiaux. Regarder le débat sur le travailler plus, quasiment personne ne parle de la véritable solution pour gagner plus : l’augmentation des salaires !!!!! et pourtant c’est la base même d’une relance de l’économie par l’offre, cela permettrait également d’atténuer les écarts entre plus riches et plus pauvres.

                Malheureusement nous ne sommes pas au pouvoir, notre seul levier reste nos choix et par ceux-ci la possibilité de faire comprendre à tous ces mafieux qu’au final c’est nous la véritable richesse.

                Mais cela sous entendrai une prise de conscience plus globale, et j’ai bien peur que nous en soyons loin, les gens restent trop attachés à leur propre confort et commence à s’occuper des autres quand les problèmes les touchent directement.


                • JL JL 27 novembre 2008 13:30

                  @ Marc Bergerc : ""Regarder le débat sur le travailler plus, quasiment personne ne parle de la véritable solution pour gagner plus : l’augmentation des salaires !!!!! et pourtant c’est la base même d’une relance de l’économie par l’offre, ""

                  Vous voulez dire : relance par la demande, j’imagine ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès