Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Cyberbudget, ou comment contrôler vous-même les impasses financières des (...)

Cyberbudget, ou comment contrôler vous-même les impasses financières des candidats

Vous voulez savoir quelle dette et quel déficit vous laisseraient les candidats à l’élection, s’ils réalisent leurs promesses ? Ce qui suit vous explique comment procéder !

L’initiative de www.debat2007.fr de chiffrer les promesses prononcées publiquement par les candidats donne une information intéressante et utile, non parce qu’elle apporte des chiffres à graver dans le marbre (chacun peut avoir son idée sur ce qui sera fait, ou pas fait, et avoir ses propres hypothèses de chiffrage), mais surtout parce qu’elle pose un débat sain pour le choix démocratique.

Mais le coût d’un projet présidentiel (souvent en milliards) donne un chiffre abstrait. Il serait plus utile de disposer d’informations sur le niveau de dette, du déficit ou des prélèvements qui attendent les Français - ou de vérifier si les déclarations de dépenses, de dette et de déficit sont cohérentes entre elles !

Pour cela, il faut savoir passer du coût des projets présidentiels à une estimation rapide du déficit ou de la dette fin 2012. C’est exactement ce que fait l’outil « cyberbudget » (http://www.debat2007.fr/index.php?id=653) : permettre à chacun (journalistes, enseignants, citoyens...) de passer des promesses de dépenses à une estimation du déficit ou de la dette et de vérifier la crédibilité et la sincérité des projets présidentiels. Il me donne l’occasion de donner quelques informations en matière de finances publiques.

Méthodologie

D’abord, quelques chiffres. Le déficit public (hors soultes et autres effets comptables) devrait s’établir fin 2006 autour de 2,8 points de PIB, différence entre des dépenses (53,8 points de PIB environ) et des recettes (51 points du PIB). La dette s’établira quant à elle à environ 65 points de PIB.

La façon dont ce déficit évolue au cours du temps peut se calculer de façon relativement simple, sur la base de l’hypothèse suivante : les recettes sont stables par rapport au PIB, alors que les dépenses (hors grands projets présidentiels) progressent généralement moins vite. Ainsi, si on suppose que l’ensemble des dépenses ne progresse que de 1,5 % par an hors inflation (ce qui n’est arrivé que quatre fois dans les vingt-cinq dernières années) alors que la croissance s’établit à 2,5 % par an, la dépense publique rapporté au PIB baisse de 1 % chaque année. En effet si la dépense augmente de 1,5 % et le PIB augmente de 2,5 %, la dépense divisée par le PIB baisse de 2,5 - 1,5 = 1 %.

On peut ensuite estimer la dette : en montant absolu, la dette une année est égale à la dette l’année précédente plus le déficit. Si la croissance fait 2,5 % et l’inflation 2 %, la dette en points de PIB progressera 4,5 % moins vite que la dette en niveau absolu. Ainsi, s’il n’y a pas de déficit le niveau absolu de la dette restera constant, ce qui représente une baisse 4,5 %. Avec une dette qui représente 65 points de PIB, le seul effet de l’inflation et de la croissance fait baisser la dette de 2,8 points par an environ.

Utilisation du modèle sur un exemple

Le modèle cyberbudget (lien : http://www.debat2007.fr/index.php?id=653 ) réalise pour vous les calculs exposés ci-dessus.

Prenez par exemple un candidat hypothétique qui promettrait une baisse de prélèvements de 4 points de PIB, et dont vous estimez que le programme coûterait 3,2 points de PIB. Son programme coûterait donc au total 7,2 points de PIB.

Placez 7,2 (ou 7.2 si votre navigateur est configuré pour le système américain) dans la case « coût du programme de la rubrique « Variables ». Cliquons sur le petit rond après « Dette » puis sur « Calculer » : nous obtenons le niveau de dette auquel conduirait le projet, soit près de 74 points de PIB (soit nettement au-dessus du seuil de 60 % de nos engagements européens) !

Cliquez maintenant sur le petit rond après « croissance » et inscrivons « 50 » dans la case « Dette » de la rubrique « Variables ». Cliquez sur « Calculer » pour obtenir le taux de croissance qui permettrait de financer ce programme en réduisant la dette à 50 points de PIB : il faudrait une croissance de près de 4,5 % pour y arriver !

Inscrivez « 64 » dans la case « Dette » de la rubrique « Variables », et 2.5 % dans la case « Croissance ». Cliquez sur le petit rond après « Coût du programme », puis sur « calculer », pour obtenir le coût du programme qui permettrait d’avoir une dette en 2012 inférieure à celle de 2006. La réponse est de 3,45 points de PIB : autrement dit le si ce candidat veut maîtriser la dette, ce candidat ne fera pas la moitié de ce qu’il a annoncé !

Utilisation du modèle sur des vrais candidats


Vous pouvez trouver sur http://www.debat2007.fr/index.php ?id=503 une estimation des principales promesses des candidats, que vous pouvez compléter, le cas échéant, de votre propre analyse des mesures qui y seront ajoutée ou retranchées.

De là, il est facile de calculer le coût du programme en points de PIB : un point de PIB « valant » 17 milliards, le coût en points de PIB s’obtient en divisant par 17 le coût en milliards d’euros.

Vous pouvez enfin ajuster les hypothèses d’inflation ou de croissance (les valeurs par défaut constituant des valeurs « raisonnables » au vu de l’Etat actuel des finances publiques et de l’économie française.

4. Deux tests de la crédibilité d’un programme

Deux « tests » peuvent être utilisés pour vérifier si un programme est crédible :

-

finit-il en 2012 avec un niveau de dette de l’ordre de 60 % du PIB ? Dans le cas contraire, il est probable que le programme ne soit pas réalisé, tant la pression de nos partenaires européens, mais également l’application des critères de Maastricht, excluent que la France se lance dans une voie d’augmentation de sa dette, alors qu’elle dépasse déjà largement le seuil de 60 %

-

repose-t-il sur des hypothèses réalistes de progression des dépenses publiques ? Au vu des vingt-cinq dernières années, le niveau de 1,5 % est déjà ambitieux, puisqu’il n’a été atteint quatre fois. De plus, les dépenses publiques sont constituées pour près de la moitié par les dépenses de santé, dont l’évolution ne se stabilisera pas, notamment pour des raisons tenant au vieillissement : selon la Cnam, les dépenses de santé s’élèvent à moins de 900 € par an pour les moins de 25 ans, à 3 000 € pour les 60-74 ans et plus de 5 200 € pour les plus de 75 ans. D’ailleurs, dans tous les pays, les dépenses de santé progressent plus vite que le PIB : le stabilisation de l’ensemble des dépenses publique est donc irréaliste, sauf à supprimer des remboursements (ce qui ne diminuera pas les dépenses de santé des Français, mais fera baisser la part comptabilisée en dépense publique).

Si le programme ne passe pas ces tests, il a toutes les chances de ne pas être réalisé. On peut alors calculer le « taux de sincérité » du candidat, c’est-à-dire la part des propositions susceptibles d’être réalisées, comme dans l’exemple ci-dessus.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • gem gem 20 février 2007 13:47

    Avox « corrige » autaomatiquement les espaces, notamment ceux devant les ?.

    C’est embettant pour certains liens. Il faut les encapsuler dans des balises HTML ( a href="lien" nom donne /a ) pour que ça marche

    Le bon lien vers id=653


    • gem gem 20 février 2007 15:00

      Bon, cette fois ça marche, et c’est une excellente idée, donc bravo.

      Après la fleur, et avant les résultats, les épines :
      - les données 2006 devraient être codées en dur, au lieu de varier avec les hypothèses. (avec un sourçage, simplement pour minimiser les inévitables contestations)
      - idem dans une large mesure pour 2007. Même si le gouvernement est super-rapide, son action n’aura d’impact que sur la moitié de l’année (même en dépenses !)
      - c’était une bonne idée d’étaler la montée du « Coût du programme (en % du PIB) » sur la durée du programme, mais pourquoi ne pas avoir fait la même chose pour sur les recettes et les dépenses ?

      Petits défauts (à mon avis) qu’on peut facilement corriger par le choix judicieux des paramètres :
      - la « progression des dépenses » me semble une variable inutile : ou bien on considère qu’elle est inéluctable et il est raisonnable de se contenter de l’aligner sur l’inflation, tout simplement, ou bien on considère que c’est un choix et dès lors cela fait partie des programmes. J’ai choisi de mettre ça à 0.

      - pour l’inflation, la progression des dépenses et la croissance, je ne vois pas l’intérêt de laisser le choix à l’utilisateur. La méthode des scénarios (avec un « favorable » et un « mauvais », ou tout simplement avec une simple répétition de ce qui s’est produit entre 1998 et 2007) me semblerait largement préférable. En plus, j’ai l’impression que ce qui compte c’est seulement l’écart entre la croissance et d’une part l’inflation, d’autre part la « progression des dépenses », d’autre part. J’ai laissé l’inflation à 2 % et j’ai mis la croissance à 2%

      - Il me semble qu’il faut introduire au moins un « objectif de dette », qui d’ailleurs ne peut pas dépasser les fameux 60% de Maastricht. Ce que je fis.

      Bref, il me semble qu’il n’y qu’une chose qui compte, c’est la « marge de manoeuvre » dont dispose réellement le gouvernement, en % du PIB, comparé à ce que les candidats prétendent distribuer. Et la différence entreles deux...

      Donc, variante 1 (l’augmentation de dépenses en prise à 0) :

      paramètres 2 / 51 / 0 / 53,8 / 65 / 2 / 60 / x (x = cout du programme en % du PIB)

      résultat : x = 5,07 %

      variante 2 (l’augmentation des dépenses est prise à 2 %, comme l’inflation) :

      paramètres 2 / 51 / 2 / 53,8 / 65 / 2 / 60 / x (x = cout du programme en % du PIB)

      résultat : x = -2,5 %

      conclusion : la productivité de l’administration est un levier d’action très important. Personne n’en parle directement, mais Sarkosy indique implicitement qu’il veut l’augmenter (le fameux "non remplacement d’un retraité sur deux) tandis que Royal indique implicitement qu’elle ne veut pas y toucher (reprise des recutements) ; Bayrou ne dit rien, quand à Le Pen...

      Si je peux me permettre une demande, c’est d’insister plutôt sur le coût en année pleine, parce que le coût sur la durée du mandat ne rime à rien du tout : ça ne compte pas un sou de supprimer tous les impôts ou de financer un SMIC à 4500 €, si on le fait juste avant les élections de 2012...

      Pas évident... mais je veux bien participer à un wiki-budget.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

VV

Economiste.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès