Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > D’un paradis fiscal à l’autre, ils font fructifier leur (...)

D’un paradis fiscal à l’autre, ils font fructifier leur capital

Nous ne sommes jamais déconcertés de voir les médias à la solde faire les chaudes gorges, « vexés de découvrir » le pot aux roses sur lequel reposent leurs patrons-propriétaires-milliardaires depuis des décennies. Le scandale de l’évasion fiscale et des paradis « Offshore » que le chercheur Alain Deneault dénonçait en 2010 dans son live « Off-Shore ».

 Scandale fiscale mondial

Il est toujours confondant d’entendre un citoyen s’étonner d’un scandale largement éventé et diffusé sur les réseaux sociaux et depuis longtemps révélé par les affidés que tout un chacun croyait pourtant immunisés contre ces crimes d’initiés (1).

Par contre, nous ne sommes jamais déconcertés de voir les médias à la solde faire les chaudes gorges, « vexés de découvrir » le pot aux roses sur lequel reposent leurs patrons-propriétaires-milliardaires depuis des décennies. Le scandale de l’évasion fiscale et des paradis  « Offshore » que le chercheur Alain Deneault dénonçait en 2010 dans son live « Off-Shore. Paradis fiscaux et souveraineté criminelle » prend soudain la vedette sur les écrans (2). Au Québec, l’émission télé – 24 heures en soixante minutes – a fait écho à ce scandale (3).

En France, messieurs Arnault, Depardieu, Cahuzac, Augier et autres défenseurs de la liberté démocratique de cacher leur fric illicite s’indignent d’être ainsi exposés aux huées des paumés. En Belgique, patrie du roi Baudoin, un temps propriétaire personnel du Congo, quelques richissimes magouilleurs ont aussi été identifiés par le journal du PTB (4).

Ce soudain regain d’intérêt provient des révélations de l'ICIJ (International Consortium of Investigative Journalists), regroupement international de journalistes d'investigation, qui a transmis à différents médias, dont Le Monde et Radio-Canada, 200 gigabits de données sur des comptes ou des intérêts offshore détenus par des entreprises et des particuliers [http://www.icij.org/].

Que représente l'évasion fiscale dans l’économie mondiale ? Les approximations sont nombreuses mais toutes astronomiques et plus le corsaire brasse de grosses affaires plus les montants cachés sont imposants. Pour le Fonds Monétaire International les sommes concernées sont estimées à 5500 milliards d'euros, soit près de trois fois le PIB de la France. Selon le FMI la moitié des transactions financières mondiales transiteraient par les paradis fiscaux, lesquels compteraient 4000 banques et 2 millions de sociétés-écrans bidon.

L'ONG Tax Justice Network prétend que les sommes en jeu sont encore plus importantes, atteignant de 16 000 à 25 000 milliards d'euros, soit le PIB des États-Unis et du Japon réunis. Cela représenterait environ le tiers des transactions financières mondiales. Selon TJN, cette somme pourrait générer entre 150 et 200 milliards d'euros de recettes fiscales par année dans les caisses des états du monde entier. En 2012, l'économiste James Henry, auteur d'une étude sur l'économie souterraine offshore présentée sur le site du quotidien The Guardian, a calculé que les 10 banques monopolistes les plus recherchées en matière de gestion du « patrimoine privé » - des expertes de la fraude fiscale comme Goldman Sachs, le Crédit suisse et UBS - sont passées de 1800 milliards d'euros en 2005 à 4800 milliards d'euros en 2010, période qui coïncide avec le creux de la crise économique la plus sévère depuis le crash de 1929 [Heater Stewart (21.07.2012) 13tn hoard hidden from taxman by global elite. http://www.guardian.co.uk/business /2012/jul/21/global-elite-tax-offshore-economy].

James Henry a par ailleurs estimé que, si au total une dizaine de millions de personnes ont placé des avoirs dans les paradis fiscaux, la moitié des sommes, soit à peu près 8000 milliards d'euros, était entre les mains de quelque 92 000 super-riches, soit 0.001% de la population mondiale ; statistiques corroborées par celles colligées sur la concentration d’immenses fortunes familiales [Hunrun (2013) Les 1431 plus grandes fortunes du mondehttp://www.hurun.net/usen/ NewsShow.aspx ?nid=418). Pendant ce temps les citoyens ordinaires des pays endettés doivent rigoureusement payer leurs taxes, accablés par les politiques d'austérité des gouvernements des riches en faillite. Pour la France, les avoirs dissimulés à l'étranger sont estimés à 600 milliards d'euros par le journaliste Antoine Peillon, dans son livre, Ces 600 milliards qui manquent à la France (Seuil-2012) [Source : L’Expansion.com, 4.04.2013].

La commission d'enquête du Sénat français sur l'évasion fiscale en a estimé le coût annuel entre 30 et 60 milliards d’euros que les riches confisquent au fisc. Mais pour le syndicat Solidaire-Finances Publiques, qui a présenté un rapport début 2013, la fraude plombe les caisses de l'État à hauteur de 60 à 80 milliards d'euros chaque année ; un montant qu’il y a lieu de comparer au déficit public de la France qui s'est élevé à 98 milliards d'euros en 2012. Quant à elle la Commission européenne a estimé le coût des fuites en Europe à plus de 1000 milliards d'euros par année [Source : L’Expansion.com, 4.04.2013].

Les documents pirates transmis par le consortium ICIJ portent sur 122 000 entreprises au noir qui ont été mises au blanc pour un pécule dissimulé estimé entre 20 000 et 30 000 milliards d’euros : il s’agit pour partie de capital-argent accaparé dans les usines et les commerces, que l’on mélange à de l’argent sale du monde interlope et que l’on réinjecte ensuite dans l’économie impérialiste. Incidemment, l’autre jour à la radio, l’animateur parano demandait à la dame au micro d’identifier le prolo qui avait réparé son lavabo sans facturer son écot – pensez donc, 10 euros dissimulés à l’impôt… Ah le mal que l’on peut nous faire… 

 Les paradis des trafiquants d’argent

On dénombre entre cinquante et cent tripots d’affaires, sis en pays souverains, hors la loi et hors du droit, et que tous les gouvernants de la Terre connaissent mieux que vous et moi. Certains de ces États voyous sont classés triple AAA par les agences de notation américaines ! [Liste des États voyous du fisc http://fr.wikipedia.org/wiki/Paradis_fiscal#Liste_grise].

Terrains de golf parfaitement entretenus que le premier secrétaire de l’ONU, les présidents de la Banque Mondiale et de l’OCDE, ainsi que la présidente du FMI évitent soigneusement de critiquer, si ce n’est pour s’en plaindre, tout en espérant secrètement que rien ne sera fait qui puisse nuire à leurs placements (5)

Les animateurs hurleurs dans les haut-parleurs du « mainstream » médiatique ont l’outrecuidance de prénommer cette évasion fiscale : ‘Un délit d’investissements’. Lisez simplement : « Tous les jours, il s'effectue dans le monde des milliards de transactions financières. La moitié d'entre elles se font à l'abri de presque toute taxation dans des paradis fiscaux. La fuite de documents concernant ces pays et ces îles imperméables aux impôts fait des vagues sur tous les continents. Le gouvernement canadien demande la liste des quelque 450 contribuables canadiens qui auraient investi dans ces paradis fiscaux (sic). Le manque à gagner se chiffre en milliards de dollars. » (6).

Ce que le chercheur Alain Deneault appelle Les apories du fisc – impôts et décroissance – « en marche vers la décadence » aurions-nous le goût d’ajouter – [http://www .nousautres.org/aporie-du-fisc-impot-et-decroissance/ ] plaçant ainsi l’accent là où il se doit… La crise économique systémique qui oblige les sbires du fisc à ces oukases contre leurs patrons qui n’apprécient guère que soit ainsi usurpé leur anonymat d’opacité « d’investisseur trafiquant » ni d’être ci-devant soumis à la vindicte populaire. Heureusement pour ces milliardaires, tout ce fatras publicitaire se calmera dans quelques mois sous une orgie de commissions d’investigation, de sommets sur la fiscalité et sous une pluie de déclarations de la part des bonimenteurs politiques, tout aussi tonitruantes que futiles et désopilantes. Sarkozy s’y était commis il y a deux ans et demi – Finis les Paradis, avait-il dit – on sait ce qu’il en est aujourd’hui ! Et ce jour, c’est au tour de la cour qui entoure François Hollande de passer aux aveux honteux (7).

Un expert questionné sur TV5 déclarait récemment que pas un plénipotentiaire d’Afrique noire ne manque à son devoir de souscrire à son compte à numéro en Suisse… Médisance, dirons-nous. Le bonhomme aurait mieux fait de se tourner vers les politiciens européens, canadiens et américains (le candidat aux présidentielles américaines M. Romney n’a-t-il pas été pincé en ces lieux mal famés ?). Au Canada, monsieur « le très honorable » Paul Martin, un temps premier Ministre de la fédération (2003-2006) était un fervent pratiquant de ce type d’évasion. Le mari de Pauline Marois, homme d’affaires crypto-fédéraliste, s’y adonnerait également !?... (Les données publicisées par l’ICIJ identifient 450 capitalistes canadiens dont une cinquantaine de québécois [http://www.lapresse.ca/actualites/quebeccanada/national/201304/ 04/01-4637782-paradis-fisca ux-46-quebecois-sont-mis-en-cause.php].

Tous ceux qui déchirent leurs chemises sur la place publique savaient – savent – sauront tout de ces pratiques sataniques – plusieurs s’y adonnent depuis longtemps y dissimulant le contenu des enveloppes d’argent qu’ils ont reçues au moment de l’attribution des contrats publics alléchants (8).  

 Où trouver l’argent à transférer aux riches ?

Les faits sont éloquents et probants. Les états capitalistes en crise économique partout dans le monde occidental et oriental sont à la recherche de nouvelles sources de revenus – de nouvelles rentrées de capital-argent pour le transférer aux capitalistes. Comme il fallait s’y attendre, ils se sont d’abord tournés contre leurs contribuables – les salariés à la petite semaine, les gagne-petit habitués des friperies – les pauvres des soupes populaires et les démunis qu’ils ont soumis à l’investigation de leur gestapo fiscale pour rogner leurs prestations et rogner leur pouvoir d’achat.

Tout ceci ne suffisant pas à combler les déficits pharaoniques causés par les cadeaux fiscaux consentis aux banques, aux multinationales richissimes et aux mendiants milliardaires ; les fiscalistes et les administrateurs de l’État bourgeois, tout bien disposés, songèrent à retaxer les « bobos-bourgeois-bohêmes » repus – qu’ils ne lâchent plus – contraints qu’ils sont, ces pontes de l’administration, de grappiller l’argent là où il en reste à chaparder, les poches des pauvres et des ouvriers étant vidées.

Quand l’État des riches s’en prend à la petite bourgeoisie et à la bourgeoisie moyenne, laissant les prévaricateurs et leurs servants politiciens, les apparatchiks, se planquer dans les « paradis », soyez assurés qu’une indiscrétion livrera ces fraudeurs à l’enfer médiatique. Ce sont tout de même ces commis qui manipulent les comptes à numéro des riches en Suisse.

Non seulement la plus-value et les profits spoliés aux ouvriers ne sont pas déclarés de crainte d’être taxés, mais, si d’aventure un quelconque revenu ne peut être soustrait au regard du fisc, le taux d’imposition, qui, au Canada, s’échelonne entre 31% et 53%, pour un citoyen lambda, n’est plus que de 19% à 27% pour l’entreprise des malfrats – toutes exemptions défalquées évidemment et cela en autant que le monopole multinational accepte de payer son dû, ce qui n’est pas toujours le cas (Rio-Tinto-Alcan refuse depuis trois ans de payer 1 milliard $ d’arriérés) (9).

Un sous-fifre médiatique obséquieux prétend que l’évasion fiscale et les paradis « offshore » sont incontournables et inévitables tout comme la prostitution, la mafia et le vol à l’étalage. Celui-là, lucide, sait comment conserver son emploi. Ce poltron a toutefois raison : prévarication, exploitation et fourberie, sont les compagnons de lit du profit (10). 

 Opposition au fisc et autres collecteurs de fric 

Les ouvriers et les employés sont taxés à mort, ils sont surtaxés jusqu’après la mort – jusqu’au tombeau – où le fisc se sert avant l’héritière du macchabé (les riches bénéficient de toute une série d’échappatoires et d’exemptions). Alors, les trucs utilisés par les ouvriers, les employés, les paysans et les artisans peuvent varier d’une époque à une autre, mais l’objectif de la manœuvre reste le même d’un système économique à un autre : réduire les ponctions que l’État effectue sur les revenus des travailleurs qui sont déjà tellement imposés et taxés, au travail et au marché, que la reproduction élargie des classes laborieuses en est menacée. Dans les pays arabes par exemple, dans toute l’Afrique et en Amérique les jeunes travailleurs n’ont plus les moyens financiers de se marier et d’avoir des bébés. Dissimuler des revenus au fisc bourgeois est une question de survie et un devoir envers leurs familles pour ces travailleurs.

Le capitaliste pour sa part confisque la plus-value – profits, dividendes, bénéfices intérêts et rentes – produite par les employés –. Il accumule ainsi des sommes énormes sur lesquelles il paie peu d’impôts et peu de taxes comme nous venons de le démontrer. Qui plus est, le capitaliste exige de l’argent du gouvernement pour encourager les investissements dont il sera le seul gagnant – bénéfices immenses qu’il planque dans les paradis fiscaux afin de contribuer le moins possible au cycle de reproduction étendue des travailleurs qu’il abandonne à leurs malheurs. L’ouvrier triche l’impôt pour la survie de sa famille, le capitaliste triche l’impôt pour accroître ses profits. 

 Bien entendu, tout citoyen honnête, tout ouvrier paupérisé, tout travailleur en difficulté de crédit, celui chassé de son foyer ou de son loyer, doit s’indigner de cette tricherie ; de ce vol de haut vol de la part de ceux qui possèdent tout en privé. L’ouvrier doit s’enrager contre ces malfaiteurs gouailleurs et contre les voleurs trônant sur leurs chaises présidentielles, sénatoriales et ministérielles. Mais tout un chacun doit savoir que demain, dans un mois, dans un an, tout cela restera inchangé car les requins de la finance, les « banksters » et le menu fretin politicien chapardeur, qui sont aujourd’hui accusés, sont aussi maîtres du plaidoyer, procureurs, juges et partie, tous coalisés. Il ne sortira rien de ce salmigondis médiatique, que davantage d’inquisition de la police fiscale contre les travailleurs et les gagne-petits. 

Le prolétariat choqué ne se révoltera pas encore cette fois. Il attendra son heure et alors il réglera cette ardoise, et les autres en souffrance, toutes à la fois.

_____________________________

  1. Le Devoir (5.04.2013) Pleins feux sur l’évasion fiscale. www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/374980/pleins-feux-sur-l-evasion-fiscale ?utm_source=infolettre-2013-0405&utm_medium=email&utm_campaign =infolettre-quotidienne.
  2. Alain Deneault (2010) Off-Shore. Paradis fiscaux et souveraineté crimminelle . Écosociété. Montréal. http://www.ecosociete.org/t137.php
  3. Radio-Canada (5.04.2013) 24 heures en soixante minutes. Offshore. http://www.radio-canada.ca/emissions/24_heures_en_60_minutes/2012-2013/Entrevue.asp?idDoc =284479&autoPlay=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2013/RDI/2013-04-05_19_00_00_24h60m_1164_ 001_1200.asx
  4. RTBF. Mise au point (30.10.2011) Quand le PTB dénonce la fraude fiscale. http://www.youtube.com/watch?v=oql0C1_pg6Q et http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/04/03/affaire-cahuzac-et-libre-circulation-des-capitaux.html. L’express (5.04.2013) L’Affaire Augier, Qu’est-ce que l’Offshore-leaks ? http://www.lexpress.fr/actualite/ politique/comprendre-l-affaire-offshore-leaks_1237385.html
  5. Le Monde (4.04.2013) Les pays suspectés de pratique fiscales douteuses. http://www.lemonde.fr/economie/infographie/2013/04/04/les-pays-suspectes-de-prati que-fiscale-douteuse_3154297_3234.html.
  6. Le Devoir (5.04.2013) Pleins feux sur l’évasion fiscale. www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/374980/pleins-feux-sur-l-evasion-fiscale ?utm_source=infolettre-2013-0405&utm_medium=email&utm_campaign =infolettre-quotidienne.
  7. http://www.rue89.com/2009/09/23/sarkozy-magie-magie-les-paradis-fiscaux-cest-fini et Le Monde (2013) http://www.lemonde.fr/offshore-leaks/ 
  8. http://voir.ca/josee-legault/2012/04/12/enveloppes-brunes-et-prete-noms/
  9. « Pour comprendre les taux d’imposition des entreprises, à l’instar du régime fiscal des particuliers, nous devons prendre en compte à la fois le palier fédéral et provincial. Par conséquent, une entreprise au Québec paie, en 2013, un maximum de 26,90%, soit 15% au fédéral et 11,90% au provincial. Il est par contre à noter que ce taux n’inclut ni les subventions, ni les déductions ; c’est donc le taux à payer sur le revenu imposable, pas sur l’ensemble du revenu d’une entreprise. (…) De plus, ce taux n’est pas universel : pour les deux ordres de gouvernement, il existe un taux différent pour les PME éligibles. Au Canada, ce taux est à 11% tandis qu’il est à 8 % au Québec, pour un taux maximal de 19%. » http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/les-taux-dimposition-des-entreprises-au-quebec
  10. http://www.bfmtv.com/economie/paradis-fiscaux-sont-incontournables-485648.html.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 10 avril 2013 10:34

    Très bon article d’actualité 


    Lisez ce livre 

    Philippe 

    • bigglop bigglop 11 avril 2013 00:06

      La solution existe, pour faire disparaître les paradis fiscaux ou les ’’juridictions non coopératives’’ (langage des G7, G8, G20), le shadow banking et les dark pools.

      Personne n’en parle, surtout pas les politiques, les banquiers et consorts, et pourtant elle est utilisée en ce moment.

      Vous ne voyez pas, allons réfléchissez......... et si je vous dis le mot magique : IRAN.

      L’Iran subit outre les divers embargos (pétrole, gaz, produits manufacturés), celui sur ses transactions financières mondiales.
      En pratique, les chambres de compensation mondiales dont Euroclear, Clearstream, Clearnet et le réseau SWIFT ont bloqué, immédiatement, avec succès toutes les transactions financières mondiales avec l’Iran.

      Donc cette méthode pourrait être mise en oeuvre à l’égard de toutes les ’’juridictions non coopératives’’ désignées avant les listes blanches, grises et noires (G20 de mars 2009) en exigeant le blocage des transactions financières avec ces pays ou territoires.

      Bon, mais Clearstream est au Luxembourg.....


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 12 avril 2013 09:25

      je viens de le lire

       C EST AFFREUX ILS SERAIENT TOUS POURRIS.....EN SUISSE.REYL.....UBS

      IL FAUT TOUT DE SUITE DISSOUDRE CES 2 BANQUES EN FRANCE.......
      et marquer chaque élu national a la CULOTTE

      LA DCRI DOIT ELLE AUSSI ETRE DISSOUTE.quand une affaire éclate (ex : bettencourt) tous les documents passent au hachoir et tous les ordi de k1 k2..k3...k5 sont purgés


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 12 avril 2013 09:32

      mr hessel l’a dit....

      IL EST TEMPS de DESOBEIR CIVIQUEMENT :ne plus payer tous les impots locaux...

      le peuple n’a pas vocation a engraisser 550000 ELUS LOCAUX


    • Robert GIL ROBERT GIL 10 avril 2013 11:05

      Vous avez remarqué que les grandes envolées sur les paradis fiscaux sont tombées dans l’oubli, toutes ces déclarations tonitruantes n’étaient bien évidemment que de l’esbroufe. Rien n’a réellement été fait pour combattre le blanchiment de l’argent sale. La finance mondialisée brasse l’argent sale (organisations criminelles, drogue, dissimulation et évasion fiscale, commissions occultes, corruption…) comme jamais, et couvre ses exactions en plaçant ses sbires aux plus hauts postes des Etats..............

      voir : LA FINANCE NOUS DICTE SA LOI


      • HELIOS HELIOS 10 avril 2013 11:06

        Y’EN A MARRE !!!

        Quand est-ce qu’on se mettra a respecter la France ???

        Commençez par parler français : Off-shore, ce n’est pas français, c’est anglais, comme les abus financiers que nous faisons si bien fructifier chez nous.

        Ensuite, arretez de parler d’evasion fiscale pour ceux qui ont ouvert un compte a l’etranger.
        Il y a des quantites de français qui le font en toute legalité, qui ne cachent rien au fisc, parcequ’ils sont salariés et ne facturent rien au noir... mais qui veulent seulement ne pas payer les frais bancaires chaque fois qu’ils partent chez eux dans un autre pays.

        Combien d’europeens qui retournent un mois d’ete ailleurs, a l’est, au nord et d’autres en afrique du nord et même plus loin, au Canada, en Amerique du sud, et qui ne veulent pas engraisser les banques a coup de « commission » chaque fois qu’ils utilisent leur carte ou « tirent » quatre billets du distributeur ? Le compte en banque est un « service » dont il faut en preserver l’acces.

        Rappelez vous bien, avec l’affaire Cahuzac, notre gouvernement va s’attaquer a la fraude fiscale... oui, mais pas celle de ceux qui planquent des millions ailleurs, non, car ceux la vont trouver une autre solution, ils vont s’attaquer a la « fraude fiscale » de vous et moi, celle qui vous fait profiter de la mondialisation qui a ete imposée et pour une fois que nous pouvons en tirer parti, ben non, il ne faudrait pas qu’on en profite !

        Vous ne comprenez pas le piege dans lequel nous sommes tombés, Il ne faut pas que les citoyens se mettent a s’echapper du piege economique dans lequel on les a fourré !
        Si demain tout le monde peut faire circuler l’argent, comment les futurs « chypriotes » de l’europe vont ils faire pour capter vos economies ?

        Il faut milter fort pour que les banques restent libres d’acces a tous, car c’est la seule garantie de liberté qui nous reste encore. Souvenez vous des films ou on arrive a traquer les fugitifs en leur coupant tout acces a leur argent ???

        Nous voulons tous de la transparence, parfait, alors EXIGEONS des factures a chaque fois que nous achetons quelque chose, ou que nous sollicitons un service... car c’est bien au niveau des entreprises et des professions du commerce et du service qu’on peut faire de l’evasion fiscale. Ce n’est en aucun cas le petit immigre, le petit binational d’où qu’il vienne, qui rachete l’appart de sa famille a Alger qui est un fraudeur, d’autant que les impots, sur ses economies, il les a deja payes au prix fort !!!

        Putain de mentalité....


        • rotule 10 avril 2013 12:55

          >Il faut milter fort pour que les banques restent libres d’acces a tous

          Mais pourquoi ? Pour le service de gestion des paiements ? Mais une banque, une seule banque nationalisée, pourrait le faire aussi bien !
          Il faut se débarrasser des banques commerciales, en faillite dissimulée depuis 2008, en retirant ses sous, en fermant des comptes.

          Reste la NEF, quelques jours de survie à la Banque Postale (ponctionnée pour sauver Dexia, et autres canards boiteux, ...

          Les autres banques ? Qu’elles crevent, elles sont l’origine et la cause de nos emmerdements.

          Allez tous retirer des sous ! Garder une provision pour 2 semaines de dépenses courantes, c’est pas idiot. N’est-ce pas mon ami chypriote ?


        • Stof Stof 10 avril 2013 11:07

          Oui oui, mais le pauvre, spolié, ira voter pour un parti nationaliste qui prône le « chacun fait ce qu’il veut chez lui » et aussi le « mon argent c’est mon argent ».


          • Pyrathome Pyrathome 10 avril 2013 12:25

            Chez les LEPEN, le offshore est une institution :

            http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130410.OBS7370/un-compte-a-l-ubs-aurait-ete-ouvert-pour-jean-marie-le-pen-en-1981.html

            Au FHaine, on lave plus blanc que blanc.....


            • SergePietr 10 avril 2013 12:57

              Chez Pyratome, la haine et l’obsession du FN sont une raison de vivre.



            • SergePietr 10 avril 2013 13:33

              Car il faut préciser qu’avoir un compte en Suisse n’est nullement illégal s’il est déclaré et que les taux d’intérêts de l’UBS étaient, en 1981, bien plus accessibles que ceux pratiqués en France.

              Mais bon, je sais qu’argumenter avec la haine ne fait que la décupler, aussi j’écris ceci pour d’autres.
              Car « Reprends un sage et il t’aimera, mais reprends un /censuré par la non-pensance/ et il te haïra ».


            • miha 10 avril 2013 12:26

              Conclusion : le paradis fiscal des uns fait l’enfer social des autres.


              • SergePietr 10 avril 2013 12:58

                On a aussi ce qu’on choisit.

                Dans le cas de la France : le socialisme.

              • SergePietr 10 avril 2013 12:57

                Conclusion : les Français préfèrent vivre dans un enfer fiscal et exiger des autres pays qu’ils fassent comme eux.

                On peut en déduire que bientôt les Français exigeront qu’on les bombarde comme dans les pires enfers du monde.
                C’est probablement pour cela qu’ils importent déjà massivement les populations qu’ils vont bombarder ailleurs, car bombarder son propre territoire fait économiser beaucoup de carburant.
                Et en temps de crise, aucune économie n’est à délaisser.

                • SergePietr 10 avril 2013 17:41

                  J’oubliais : non-contents de vivre eux-même en enfer, ils exigent que les autres s’y installent avec eux et son prêts à tuer l’infidèle qui ne se soumet pas.

                  Merci de m’avoir démontré ce qu’est l’universalisme français, qu’il serait plus adapté de nommer tout simplement « oumma ».

                • chapoutier 10 avril 2013 14:06

                  et pendant ce temps, Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, déclare :

                   ’’ La France doit très largement geler les retraites, les prestations sociales et les salaires des fonctionnaires pour réduire son déficit public à 3% du PIB l’an prochain’’


                  • escoe 10 avril 2013 15:44

                    La France doit très largement geler les retraites, les prestations sociales et les salaires des fonctionnaires pour réduire son déficit public à 3% du PIB l’an prochain


                    Ce Noyer est un membre influent de cette ploutocratie qui s’augmente de 30% par an depuis 1983.

                  • Robert Bibeau Robert Bibeau 10 avril 2013 15:51

                     

                    VOILA ce que les suppots des milliardaires - les laquais des prédateurs banksters déclarent - mais savez-vous que ce NOYER ment effrontément - même avec ce sacrifice collectif - ce mercenaire des financiers ne colmattra pas la brêche par laquelle le capital publique s’écoule vers les comptes de banques des miliardaires planqués aux CAIMANS ou en Russie - ou à Monaco ou au Vatican - et l’an prochain il vous parlera de nouveaux sacrifices collectifs et vous dira que c’est le plombier polonais ou français qui a caché dix euros à l’impôt et qui est coupable de la faillite mondiale - et plus d’austérité pour nous noyer monsieur NOYER

                     

                    Ces gars doivent être congédiés en même temps que toute la classe politique - financière et bourgeoise - Une nouvelle classe brûle de prendre en main le bateau ivre et d’en faire un havre communiste ( smiley (Oubliez le PCF et PCOF et PCRF etc SVP).

                     


                  • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 12 avril 2013 09:26

                    NOYER DOIT etre noyé le plus vite possible.............


                  • Rensk Rensk 14 avril 2013 16:40

                    A tous, je vous conseille de regarder cette vidéo de 2:41... (Vous reconnaîterez un français qui chante sur les images choisi par Elena Hazanov... le détour en vaut la peine...

                    http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/4816204-la-chronique-du-cineaste-elena-hazanov-revient-sur-les-differentes-supercheries-de-nos-jours.html


                  • chapoutier 10 avril 2013 14:12

                    le système capitaliste lui-même est fondé sur le « vol légal » du travail gratuit que l’ouvrier est tenu de fournir à celui qui possède les moyens de production et en tire son profit. Tous s’indignent… mais justifient, sous couvert d’« exonération de charges sociales », le vol annuel de 30 milliards d’euros de salaire ouvrier différé (Sécurité sociale). Tous s’indignent… mais trouvent normal que des millions de familles soient étranglées financièrement parce que les fonds publics servent à payer les intérêts de la dette et à renflouer les banques faillies.


                    • Robert Bibeau Robert Bibeau 10 avril 2013 15:41

                      TOUT A FAIT EXACT monsieur Chapoutier

                       

                      Réelle vérité - la propriété privé c’est la que commence la fraude pour se transporter ensuite sur le terrain fiscal - pour et par les riches - au dépend encore une fois des ouvriers et de leur famille dans la misère.

                       

                      CONCLUSION : aucun remède - aucune solution à et de l’intérieur du système - Il faut que ça pète et qu’une autre classe prenne les commandes et la propriété collective de tout ce fatras - sans compensation aucune - ( smiley

                      Les gens comprennent de mieux en mieux l’ensemble de l’arnaque... DE fait, c’est le fonctionnemnet normal du système impérialiste que l’on observe présentement.

                       


                    • MARMOR 10 avril 2013 15:06

                      Excellent article Mr Bibeau, pessimiste, mais si réaliste !!


                      • Robert Bibeau Robert Bibeau 10 avril 2013 15:42

                        Merci Marmor il me plait d’avoir un splendide gorille (quelle photo !) de mon côté ( smiley


                        • joletaxi 10 avril 2013 15:49

                          Tout ce bel argent, qui échappe à nos gouvernements qui en ont tant besoin !

                          A combien déjà se monte la ponction étatique, dans notre beau pays ?
                           58 %, allez chipotons pas ,60%
                          Et avec tout ce pognon,il y a file dans les restos du coeur, 4 millions de « sortis de la société » 10 millions de pauvres, autant qui logent dans des clapiers indignes.
                          Et en plus on creuse un déficit abyssal,toutes nos grandes avancées sociales sont en péril.
                          La sécu est dans le rouge, les pensions dans la cave,notre armée racle les fonds de tiroir,la SNCF endettée à tel point que le prix du billet ne couvre même pas la moitié du coût du trajet.
                          Fort heureusement, on a encore, mais cela ne va pas durer, l’électricité la moins chère, grâce au nucléaire.
                          L’éducation qui coûte une fortune produit des cancres par charretées
                          Vous croyez qu’en prélevant 10% de plus cela ira mieux ?
                          Même avec 50% de plus, se système générerait des déficits.

                          Mais ce bel argent qui a trouvé refuge sous des cieux plus cléments, il devient quoi ?
                          bah, il s’investit, dans l’industrie,dans le commerce, dans du papier émis par les états.
                          Tiens, lors de la petite fête de 2008, la moitié des hedgefund ont disparu de la circulation, faillite en douceur, bien fait pour ces salopards de capitalistes.

                          Mais vous avez raison,rechercher un moyen de moins payer d’impôts est totalement immoral,surtout si cela se fait en respectant les lois.
                          Parfois je me demande si on a bien fait d’abattre le mur, il se pourrait qu’il ne devienne utile très prochainement, faut juste orienter les mitrailleuses dans l’autre sens.


                          • chantecler chantecler 10 avril 2013 17:25

                            Euh ...Une partie de cet argent lessivé revient sur les marchés pour être emprunté par les états .
                            Dans notre pays rien que les intérêts représentent 50 milliards par an .
                            Elle est pas belle la vie ?


                          • bigglop bigglop 11 avril 2013 00:10

                            Tiens, Jojo est rentré de ses vacances à Fukushima, il irradie...


                          • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 10 avril 2013 15:50


                            L’auteur fait référence « aux comptes à numéros » en Suisse.

                            Précision importante : aucun de ces comptes n’est anonyme, derrière chaque n° de compte il y a non seulement un titulaire, mais aussi un « ayant droit économique », une notion inexistante en droit bancaire français.

                            Par conséquent, suggérer que les comptes bancaires suisses sont anonymes est inexact. Pour obtenir l’anonymat total, il faut se tourner vers les juridictions anglo-saxonnes et leurs « trusts », lesquels n’existent pas en droit suisse.


                            • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 10 avril 2013 16:11

                              Bonsoir,

                              Superbe article, presque rien à ajouter, si ce n’est que :

                              Tant que les politiques ferons financer leur campagne electorale par les industriels et les financiers ou les banquiers, il n’y aura jamais de démocratie.

                              Nous devons donc repenser notre modèle politique et constitutionnel.

                              Parce que du fric il y en a assez pour que chacun d’entre nous puisse vivre et s’instruire correctement.

                              Puis le fric les billets les pièces, la monaie, si nous le souhaitons l’état peut la faire, je dirai même 

                              L’état dois le faire il doit même nationaliser toutes les banques.

                              Mais la je m’écarte du sujet.

                              Cordialement 

                              Franck

                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 10 avril 2013 16:17

                                Très bon article !

                                Que faut t-il de plus pour que les gens endormis se réveillent enfin ?

                                En faisant un petit « sondage » parmi des gens (collèges de travail, boulanger, commerçants, voisins, ....) je constate qu’il y beaucoup de personnes qui souhaitent le retour se Sarkozy ... ses bouffons n’ont toujours rien compris ... le mal que cet Homme à fait à la France ! .... Enfin avec Hollande c’est pas mieux non plus !!!

                                Le peuple français est profondément trahis par les élus de tout bord, par les grands médias, par les banques, .... La France est entend d’étouffer sous la corrouption et la fraude.

                                A quand le Tsunami populaire qui déferle sur ses racailles ?


                                • Robert Bibeau Robert Bibeau 10 avril 2013 17:01

                                  DEUX REMARQUES SVP.

                                   

                                  1) Il faut bien se comprendre. Il est faux de dire que ces impots des riches échappent à l’ÉTAT des riches. L’ÉTAT français canadien est LEUR ÉTAT à eux qui ne cherche nullement à leur prendre ce pognon - (si ce n’est des déclarations fumeuses pour vous trompez). L’État n’est pas neutre en faveur de tous les citoyens - C’Est leur État aux riches et ils ne le laisseront jamais les expropriés (payer les impôts pour eux c’est être expropriés)

                                  Si l’ÉTAT voulait saisir ces taxes et impots cachés ils pourrait simplement faire fermer ces pardis fiscaux comme ils ont envahis le MALI ou qu’ils vous poursuivent les ouvriers jusque dans leur maison pour s’emparer des petits impôts arrièrés (pour 100 euros ils vous font la peau mais ils seraient incapable d’aller saisir 100 millions d’euros d’arrièrés ???)

                                  L’ÉTAT DES RICHES N’INCOMODE PAS LES RICHES SEULEMENT LES OUVRIERS ET PETITS BOURGEOIS

                                   

                                  2) iL NE FAUT PAS dire que Sarkozy et Holande trahissent le peuple français. Pour trahir il faut d’abord avoir été du côté de son allié puis changer de camp. Ni l’un ni l’autre ’ont été placé la par les riches pour servir le peuple mais pour servir les riches - ce qu’ils font consciencieusement depuis tout le temps - vous le saviez avant l’élection - c’est confirmé et ce sera pareil lors de la prochaine élection - pourquoi faire semblant de ne jamais se souvenir d’une fois à l’autre.

                                   

                                  3) Les riches ne permettront jamais que vous élisiez un défenseur du prolétariat à l’Élysée et à l’assemblée - si vous le faisiez ils le tueraient ou l’emprisonnerait et imposerait la loi militaire martiale - voilà tout.

                                  4) Simple si un cassoule monte dans les sondages c’est qu’il est de mêche avec ceux qui imposent leur pouvoir.


                                • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 10 avril 2013 16:28

                                  Une petite vidéo qui remet pas mal de choses en place, et nous rapelle que si le journal le monde (a qui appartient-il deja ? ) a reçu cette hot liste de client de paradis fiscaux, et les media en generale ce mettent a en parler, ce mette a la diffuser, c’est parce qu’elle n’apportera rien aux États, et au peuple, si ce n’est l’hillusion que les choses font enfin, peut-être changez, du pipeau du pipeau du pipeau



                                  Cordialement

                                  Franck

                                  • Herby 12 avril 2013 12:14

                                    Vidéo très intéressante.
                                    Le lien fourni correspond a la version mobile. Je me permets de fournir le lien vers la version web :
                                    http://www.youtube.com/watch?v=Qr1yOsN4q7w


                                  • spartacus spartacus 10 avril 2013 17:14

                                    La France est un paradis fiscal.


                                    Le quotient familial permet a ceux qui ont une famille de payer moins d’impôts en France qu’a l’étranger. Ca n’existe dans aucun autre pays occidental. De nombreux Frontalier Belges et autres choisissent de payer en France leurs impôts.

                                    Le crédit d’impôt recherche, permet donne droit à un remboursement de 45% des dépenses de l’entreprise sur le poste de la recherche et du développement.

                                    Les zones Franches pas d’impôts.

                                    Les avantages en nature dans les fonctions publiques. Pas d’impôts.

                                    Une société a Saint Martin DOM TOM Français pour s’exonérer de la TVA ?

                                    Le code des impôts Français est le summum de la dérogation clientéliste.

                                    Se moquer des paradis fiscaux c’est comme le maître nageur qui apprend aux autres à nager, mais ne sait lui même.

                                    Est il immoral d’investir ailleurs pour éviter d’être surtaxé ici ? 
                                    Il est injuste d’enfreindre une loi juste, mais si précisément on ne l’enfreint pas, où serait l’injustice ? 
                                    Et croit-on vraiment que nos lois fiscales, décidées au prix de multiples marchandages entre partis et groupes de pression, ont quelque chose à voir avec la justice ? 
                                    Elles sont seulement l’expression erratique de l’évolution de rapports de force. Les impôts sont une question de pouvoir, pas de justice.

                                    Quant aux paradis fiscaux eux-mêmes, on serait malvenu de les montrer du doigt parce qu’ils ont choisi de ne pas écraser leur population de charges comparables à celles qui nous accablent. Ils fournissent au contraire la preuve qu’il existe d’autres choix que celui de l’État fort ou de l’État Providence. 
                                    Les paradis fiscaux sont des États souverains, qui choisissent librement leur système économique. Pratiquement tous les paradis fiscaux reconnaissent l’ensemble des libertés fondamentales au moins autant que la France, et leurs dirigeants sont, presque partout, issus d’élections libres.


                                    La misère est à Cuba, pas aux Îles Caïman.

                                    Le chômage endémique de masse est en Martinique assistée par la France, pas aux Bahamas ou aux Bermudes.


                                    Tout indépendant ou salarié Français rêverait de bénéficier des pensions et autres prestations sociales des Suisses.


                                     Il n’est pas fatal que l’État soit toujours, comme le disait Bastiat, « la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ». Des États avec peu d’impôts ne sont pas pour cela archaïques, inefficaces ou injustes.


                                    Ces États sont au contraire l’expression concrète de ce principe énoncé à l’Assemblée Nationale en 1789 : « Un peuple libre n’acquitte que des contributions », soit le prix des services que lui rend le Pouvoir, « un peuple esclave paie des impôts ».


                                    • Gauche Normale Gauche Normale 10 avril 2013 19:39

                                      Le chômage endémique de masse est en Martinique assistée par la France, pas aux Bahamas ou aux Bermudes

                                      Sérieusement, vous n’avez jamais entendu parler du néo-esclavagisme qui règne là-bas, du racisme ambiant, de l’exploitation encore plus grave qu’en métropole ? Ni de ceux qui bénéficient d’une indécente niche spéciale Outre-Mer et qui du coup n’ont plus besoin de créer un seul emploi ? Voilà un assistanat que vous ne dénoncez pas !


                                    • spartacus spartacus 11 avril 2013 15:09

                                      Je dénonce toutes les sortes de dérives étatiques, sans exceptions.


                                      Je n’ai pas rencontré le racisme en Martinique même s’il semble avoir existé.

                                      A chaque fois dans l’avion, je devais être le seul à payer sur argent privé, 

                                      Dans l’aéroport les voyageurs sont des fonctionnaires avec des billets payés par la collectivité, en congés spéciaux payés par la collectivité. 

                                      Sur place que des fonctionnaires payés plus que les résidents.

                                      En Martinique, la catégorie sociale qui paye le plus l’ISF ce sont les couples de fonctionnaires payés doubles.

                                    • Gauche Normale Gauche Normale 11 avril 2013 17:11
                                      Être capable de compter en si peu de temps combien il y a de fonctionnaires autour de vous dans l’avion, d’affirmer qu’ils payent tous l’ISF, que vos voisins de siège ne paient pas leur place, d’établir la source financement des voyageurs dans l’aéroport et enfin de comparer « sur place » (= 1128 km2 !) les salaires entre professions sur toute l’île, alors là bravo je vous tire mon chapeau. Détecter tout cela en si peu de temps, quel fortiche vous faites ! Et le tout sans rencontrer le racisme !
                                       smiley
                                      En Martinique comme en Métropole, vous mettez les yeux uniquement où ça vous arrange.

                                    • spartacus spartacus 12 avril 2013 00:16

                                      @gauche normale

                                      J’aime aussi mettre mes yeux sur des sardines cuites au barbecue avec des zests de citron, en bord des plages du Sud de l’Ile..... au soleil couchant, avec le bruit doux de la marée, et la bise dans les palmiers, en regardant les tortues remonter sur le sable.  smiley


                                    • colza 10 avril 2013 17:20

                                      J’écrivais récemment dans un commentaire :

                                      Le pouvoir de résilience des responsables politiques n’a d’égal que les capacités des électeurs à l’oubli. Dans six mois, il n’y paraîtra plus...
                                      En réalité, il n’aura fallu qu’un peu plus d’une semaine... 
                                      Etonnant, non ?


                                      • Robert Bibeau Robert Bibeau 10 avril 2013 17:57

                                        Spartacus porte mal son nom. Pour l’histoire je rappel que SPARTACUS fut le grand esclave révolté contre l’exploitation des riches de ROME et qui le paya de sa vie.

                                         

                                        Revenons à notre mouton. Comme il est doux à mes yeux de lire ces phrases creuses « Les paradis fiscaux sont des endroits démocratiques et libres, ayant librement choisis leur système économique et social" La misère est à CUBA pas aux Caimans, pas aux Bahamas, pas aux Barbades FAUX

                                        A côté des golfs et des grands hotels de luxe ou folâtre les objets de luxe - marchandises du sexe il y a la masse des serveurs à la piscine - au golf et les femmes de ménage (vous vous souvenez de DSK et la femme de ménage noire dont personne n’aurait parler si elle s’était laisser fourrer sans parler)

                                        La lutte des classes sévit aux Caimans comme ailleurs les élections bidon sont la-bas comme ailleurs - Que l’un de ces paradis proposent le socialisme et exproprie les fortunes planquées lui et un escadron de Marines les extermines en comme à Grenade un jour de l’année ....

                                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès