Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Dans 18 mois, un krach financier très vraisemblable

Dans 18 mois, un krach financier très vraisemblable

« Une récente estimation (...) évalue les actifs de la BCE entre 2700 et 3000 milliards . Les actifs comprennent l'argent qu'elle a prêté ainsi que les créances douteuses des banques et des pays membres de l'UE. Quant aux fonds propres, ils s'élèvent à 13,3 milliards . Nous avons donc un effet multiplicatif de 203. A ce niveau-là, la BCE n'est pas une banque : c'est le plus dangereux des hedge funds ! »

L'engrenage grec, Eric Bertinat, ASIN bulletin, février 2012.

22 Janvier 2015, la BCE sauve les marchés…pour 18 mois !

Prise le 22 janvier 2015, la décision par la BCE d’acquérir sur 18 mois 1100 milliards € d’actifs financiers, surtout des bons du Trésor a eu pour objet officiel de financer une relance économique dans l’Eurozone.

En fait, elle a sauvé les marchés financiers de la menace grave et imminente d’un krach obligataire (c’est quand les taux montent et que les actifs baissent).

En effet, depuis septembre 2014, les inquiétudes se multipliaient sur les pays émergents, sur les obligations pourries (pardon, à haut rendement) et même sur les obligations des entreprises.

Un sérieux début de fuite des capitaux du risque vers la qualité avait, le 29 janvier 2015 réduit à 0,35% les taux des obligations d’Etat allemand à 10 ans, et, mais oui, mais oui, à 0,58% les taux des obligations d’Etat français à 10 ans.

Une différence de 0,18% entre la vertu souabe et la grosse cigale française…

Dans cette ambiance, les bonnes nouvelles, telle la baisse du prix du pétrole, ou encore la brillante croissance économique américaine des 3ème et 4ème trimestres 2014 se transformaient presque en mauvaises nouvelles. Les taux de la Federal Reserve allaient-ils remonter devant les perspectives d’une relance économique américaine ? C’était là une menace pour les marchés obligataires.

Incroyable mais vrai, on craint la croissance car elle pourrait faire monter les taux de la FED donc les taux des obligations. Or, quand les taux montent, les cours des actifs baissent.

Il ne restait plus aux investisseurs et autres fonds de placement plus ou moins spéculatifs qu’un seul espoir auquel s’accrocher : la BCE allait acheter massivement des obligations d’Etat, elle le ferait, car elle le devait… C’était le dernier espoir des marchés !

Elle l’a fait, et a décidé d’acquérir sur 18 mois pour 1100 milliards € d’actifs financiers, dont 900 milliards € de bons du Trésor nationaux. Elle prend ainsi le relais de l’ancien « Quantitative Easing 3 » de la Federal Reserve, clos depuis octobre 2014.

Si elle n’avait pas pris le relais, les marchés financiers n’auraient plus eu de soutien.

Ainsi, les hausses vont reprendre, avec une inflation des actifs où la monnaie créée par les Banques centrales chasse des actifs financiers en trop petit nombre. Comme la plupart des investisseurs se financent par emprunt, c’est-à-dire par effet de levier, cela signifie que la bulle spéculative va pouvoir continuer à gonfler.

Depuis que la Federal Reserve a décidé de noyer les marchés sous les liquidités des « Quantitative Easing », les marchés vibrent aux décisions des Banques centrales. Enfin, la BCE a pris le relais de la « Fed ».

La décision de la BCE a immédiatement créé l’euphorie. Pourtant, dès le 28 janvier 2015, certains marchés commencent à diverger : alors que le Financial Times du 27 janvier 2015 enregistre toujours la hausse des marchés menée par la charge des taureaux triomphants (à la bourse de New York, le taureau signifie la hausse), le Wall Street Journal du lendemain annonce déjà pour la journée une baisse de 291 points de l’indice Dow Jones, soit moins 1,65%.

La hausse du dollar érode déjà sévèrement les bénéfices des sociétés industrielles américaines.

La BCE a fait son devoir, et Wall Street baisse après 5 jours… Il n’y a plus rien de sacré ! Ce ne sont, il est vrai, que les baisses habituelles du mois de janvier.

En réalité, depuis l’automne 2012, le « Quantitative Easing 3 » de la Fédéral Reserve a inondé les marchés de plus de 1600 Milliards de $. Il en a résulté une véritable inflation des actifs où trop de monnaie chasse trop peu d’actifs. Et avec le recours croissant à l’effet de levier, c’est-à-dire le financement par l’emprunt, le gonflement pendant deux ans d’une bulle financière.

En principe, le « Quantitative Easing » qui résulte de l’acquisition, décidée par la BCE, d’actifs financiers dont les bons du Trésor pour 1100 milliards sur 18 mois et plus si nécessaire, doit soutenir la hausse des actifs financiers sur les marchés. Il doit donc gonfler encore la bulle financière pour le bénéfice des investisseurs, surtout pour ceux qui spéculent avec de l’argent emprunté.

Enfin, la BCE se substitue donc à la Federal Reserve.

C’est le « scénario rose » des marchés. Toutefois, la bulle financière a déjà beaucoup gonflé, et il n’y a plus guère que la BCE pour soutenir l’euphorie des marchés.

Cela sera-t-il suffisant ? C’est le pari pascalien de Mario Draghi. Il faut y croire au moins pendant 18 mois, car après les réalités reviendront. Lorsque les marchés cessent de monter, ils descendent, et les spéculateurs doivent rembourser leurs emprunts que les actifs qu’ils ont achetés en garantie ne couvrent plus.

De cette catastrophe, la BCE en a sauvé les marchés.

Il est clair que depuis au moins deux ans, la croissance des marchés résulte essentiellement des politiques quantitatives c’est-à-dire de la création massive de monnaie par les Banques centrales.

A présent, les investisseurs ne s’inquiètent plus guère de la valeur des actifs qu’ils acquièrent mais de la politique des Banques centrales.

Quant à l’économie réelle, elle se caractérise par le retour des grandes inégalités entre les financiers et ceux qui travaillent (en janvier 2015, selon les données de la Fed, les salaires américains ne progressent toujours pas)….et pour l’Europe : chut !

Morad EL HATTAB & Philippe JUMEL

Auteurs du livre Les Mécanismes de la crise (Ed. Perspectives Libres, janvier 2015)

P.S. : Cercle Aristote, lien internet : http://cerclearistote.com/sortie-des-mecanismes-de-la-crise-de-m-el-hattab-et-p-jumel-aux-editions-perspectives-libres/


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • mac 8 février 2015 15:20

    Le Krach financier, ça fait presque dix ans qu’il est vraisemblable mais l’économie mondiale est comme un paquebot et continue sur lancée même sans moteur pendant une certaine distance quitte à mettre tout le mobilier à la mer pour le faire aller le plus loin possible.
    Un jour tout devrait s’arrêter mais quand ?
    Mystère et boule de gomme, d’autant qu’on se gardera bien de nous prévenir...


    • o.man 8 février 2015 16:49

      Ça passe ou ça Krack !

      Finalement , ceux qui seront les plus emmerdés seront ceux qui en ont trop !

      Que pourront-ils emporter à bout de bras ?
      Jusqu’où pourront-ils courir avec ce chargement ?
      Et où pourront-ils se réfugier pour qu’on ne les attrape pas ?
      Même si ils arrivent à se cacher sur une ile lointaine , combien de temps tiendront-ils en autarcie ?

      L’or , les diamants ou les billets de banques ne servent à rien sur une ile déserte , il faut qu’il y ait un ravitaillement ou que des esclaves travaillent pour des miettes .

      Tant qu’ils auront des larbins acceptant de commettre des actes odieux contre de la fausse monnaie , ces gens là seront nuisibles , mais pour combien de temps encore ?


    • Gandalf Gandalf 8 février 2015 15:37

      L’avenir est aux monnaies privés, par exemple celle de Bill Gates.


      • lsga lsga 8 février 2015 16:18

        toutes les monnaies forment une seule et unique monnaie. Une monnaie indépendante, ça n’existe pas. 


      • Gandalf Gandalf 8 février 2015 17:48

        Tu me parles en blabla de singe.


      • o.man 8 février 2015 18:04

        Le BillCoin  smiley
        Sans moi !


      • Scual 8 février 2015 15:41

        Franchement dire une truc aussi énorme dès l’introduction...

        Effectivement un krach aura lieu mais ça sera pas du à la BCE. Elle a le pouvoir de battre monnaie et peut payer du jour au lendemain la totalité de ses dettes. Alors oui ça fait de l’inflation mais ça c’est une autre histoire.

        Le futur Krach, tout le monde le sait depuis des années, sera celui des prêts étudiants américains. Inévitable.


        • lsga lsga 8 février 2015 15:48

          3000 Milliards d’euros : CE N’EST RIEN DU TOUT.

           
          Chaque année, la France produit 2000 Milliards d’euros. La zone euro, elle, a créé 2400 Milliards d’euro en 3 mois en 2014. 
           

           


          • mac 8 février 2015 16:56

            Bien sûr 2000 milliards ce n’est rien du tout, la bulle financière qui gonfle encore un peu plus (bof juste 2000 milliards de plus qui tombent du ciel) ce n’est rien du tout, et le fait que l’ensemble de actifs financiers correspondent à 50 ou 100 le PIB mondial non plus.
            Tout ceci va sans doute se résorber sans douleur comme dans les années 30, hein ?


          • lsga lsga 8 février 2015 17:54

            tout ceci va se résorber avec une guerre mondiale ou une révolution socialiste. 


          • lsga lsga 8 février 2015 15:55

            « La hausse du dollar érode déjà sévèrement les bénéfices des sociétés industrielles américaines. »

             
            Voilà le vrai coeur du problème : comme prévu par les théories classiques, le taux de profits des grandes multinationales s’est effondré. La plupart des grandes entreprises ne font plus de profit, leurs Top Lines sont nulles voir négatives, et seule la sorcellerie financière leur permet de faire croire que tout va bien.
             
            L’économie Capitaliste est désormais planifiée par la bureaucratie bancaire. Le profit n’existant plus, il ne permet absolument plus de guider les investissements. Les investissements sont donc fait selon l’irrationalité de quelques bureaucrates tout puissants, à la tête des grandes banques privées, publiques, ou des États. Il est grand temps de collectiviser tout cela, de soumettre les choix productifs à une démocratie planétaire, avant que nos bourgeois respectifs ne mettent fin à la crise de surproduction à l’aide d’une grande guerre mondiale

            • kalon 8 février 2015 16:14

              J’ai bien peur que très peu de gens ont bien compris ce qui se passe !

              Ce que tout le monde appelle « crise économique » n’est, en fait qu’un gigantesque hold up sur toutes les vraies richesses de nôtre planète.

              1/ les banques centrales créent des milliers de milliard de fausse monnaie qu’elles distribuent, gratis pro deo, aux grosses banques ( une dizaine)

              2/ ces mêmes banques achètent avec cette fausse monnaie tout ce qu’il est possible d’acheter en valeur réelle ( terres agricoles, immobilier, usines, matières premières, etc...)

              3/ devenant de ce fait les propriétaires de tout ce qui fait la richesse de nôtre planète, ils n’ont plus besoin d’argent vu que tout leur appartient

              4/L’argent, tel que nous le connaissons actuellement, n’existera plus vu qu’il n’aura plus aucune utilité pour les financiers !


              • lsga lsga 8 février 2015 16:18

                Dit avec plus précision : les crises économiques accélère la concentration du Capital.

                Marx l’a expliqué en détail il y a 150 ans. 
                Vous devriez le lire, ça vous ferait gagner du temps. 
                 
                Les banques qui deviennent propriétaires de tout le tissu économique, c’est ce que les marxistes appellent la phase impérialiste du capitalisme. Prévu en détail dès 1917 par Lénine.
                 
                La conclusion de tout cela ? 
                Le Socialisme. 

              • mac 8 février 2015 17:00

                Le « socialisme » avec une bonne guerre pour arriver à l’imposer et un régime totalitaire pour le maintenir , on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, c’est ça  ?


              • lsga lsga 8 février 2015 17:55

                le Socialisme : une fois que l’ensemble du Capital a été centralisé (tout est dans les mains des banques), tu collectivises, c’est à dire que tu soumets le tout à une démocratie de conseil. 


              • soi même 8 février 2015 19:23

                Isga et la faculté inutile de ses commentaires,, tu devrais écrire un article sur le sujet au lieux de joue au phare d’Alexandrie !


              • lsga lsga 9 février 2015 01:27

                j’en ai 10 d’entamés, mais il font 20 pages à chaque fois.... bref... pour l’instant, les commentaires, c’est très bien.


              • Trelawney Trelawney 9 février 2015 09:45

                j’en ai 10 d’entamés, mais il font 20 pages à chaque fois....

                La force du capitalisme est qu’il ne s’éparpille pas. Il va direct à l’essentiel : « te piquer l’argent que tu as dans ta poche »


              • Erdal 10 février 2015 19:40

                « Le « socialisme » avec une bonne guerre pour arriver à l’imposer et un régime totalitaire pour le maintenir , on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, c’est ça ? »


                A quoi rime cette phrase ? Il n’y a pas d’alternatives à toute cette m*rde c’est ça ?

              • Erdal 10 février 2015 20:40

                Ca serait bien que tu développes ta pensée, ce que tu dis est intéressant.


              • kalon 8 février 2015 16:21

                Ah oui, j’ai oublié le 5éme point mais nous n’y arriverons sans doute jamais.

                5/Toutes les dettes publiques sont annulées vu que les banquiers n’ont plus besoin de se financer grâce aux intérêts de ces « dettes » et nous ne payerons plus d’impôt aux états mais, par contre, nous payerons aux nouveaux « propriétaires de la planète » et par notre travail, tout ce que nous aurons besoin pour vivre !


                • sicome 8 février 2015 16:26

                  voire l excellent livre du temps achete de W STREECK GALLIMARD


                  • Alren Alren 8 février 2015 16:32

                    Scual écrit : « Effectivement un krach aura lieu mais ça sera pas du à la BCE. Elle a le pouvoir de battre monnaie et peut payer du jour au lendemain la totalité de ses dettes. »Je suis tout à fait d’accord avec cette affirmation.


                    Il ajoute : « Le futur Krach, tout le monde le sait depuis des années, sera celui des prêts étudiants américains. Inévitable. »
                    Là je dis qu’il faudrait que tous les étudiants actuellement à l’université se retrouvent tous sans emploi et se déclarent tous en faillite personnelle pour que les organismes qui leur ont prêté de quoi payer leurs études soient vraiment en difficulté grave.
                    Cette probabilité est nulle. Certes, un certain nombre de diplômés ne trouveront pas d’emploi au niveau espéré. Ils n’obtiendront qu’un travail moins valorisant mais qui leur permettra cependant de rembourser leur emprunt même s’il faut pour cela allonger le nombres de mensualités.
                    Obama cherche déjà à rapatrier le maximum de travail aux USA et cette politique sera inévitablement poursuivie par ses successeurs à coups de barrières douanières et d’entraves à l’importation, sans compter les traités inégaux du genre TAFTA qui lui livreront l’Europe pieds et poings liés. De ce côté-ci, avec la complicité de gouvernements européens félons, cela « tiendra ».

                    Le vrai problème des ploutarques et ploutarchistes et du gouvernement US c’est quand le dollar ne sera plus la monnaie des échanges internationaux, notamment pour l’achat du pétrole. Pour ça il faut à tout prix que se maintienne le régime médiéval de Ryad. À tout prix.

                    • coinfinger 8 février 2015 16:39

                      Non il n’y aura pas de Krach dans 18 mois !
                      C’est pub , ok , malgré celà , l’article est interessant .
                      Pourquoi il n’y aura pas de Krach dans 18 mois parce que la marge de manoeuvre est plus grande . 10 à 15 ans .
                      Il y aura des krachs , oui , mais pas le Krach .
                      C’est quoi la marge , réelle , ? C’est la croissance , encore , de l’emploi productif , malgré tout .
                      çà se voit approximativement par la croissance démographique . L’emploi productif lui méme impossible à mesurer , d’abord parce que ce n’est pas une question , pour le systéme , la question c’est le profit . que celui ci ait pour origine des emplois productifs ou non , aucune importance , celà est un pb politique .
                      Vous n’avez à mon avis pas assez insisté sur le role de la bce ( et du yen) comme relais du $ , parce que celui ci se heurte justement à cette question de l’emploi productif , malgré la berceuse sur la croissance US . Le pb a commencé en Chine , en 2005 , préparatoire de la Crise des Subprimes . 2005 est l’année de l’arrét de la pop en Chine . Donc de montée des salaires et donc des prix . D’où les rectrictions de la Fed , montée des tx , crise des subprimes .
                      Là on est dans l’angle aveugle du systéme . on ne risque pas de vous le dire .
                      Mais il y a , globalement , encore de la marge , ailleurs ,en régression certes , entr’autres avec l’apport des main d’oeuvres , de l’Est de l’Europe , du Maghreb , des pays non émergents en Extréme orient , etc .
                      Passé celà la Musique va s’arréter . L’Afrique fournit encore par sa démographie de la mo , bon marché , en abondance , mais pas qualifiée .


                      • BA 8 février 2015 17:00

                        Alors que les inégalités s’accroissent, les super-riches nerveux préparent déjà leur fuite.

                        Un gestionnaire de Hedge Fund révèle à Davos que les super-riches préparent leur possible fuite en achetant des pistes d’atterrissage et des fermes dans des endroits éloignés comme la Nouvelle-Zélande.

                        http://www.theguardian.com/public-leaders-network/2015/jan/23/nervous-super-rich-planning-escapes-davos-2015


                        • coinfinger 8 février 2015 17:29

                          Ben oui , on a dépassé la démocratie , on est en oligarchie . Et elle est sait , que ces jours sont comptés , donc , je prend et je me tire .


                        • fred.foyn Le p’tit Charles 8 février 2015 17:04
                          krach.....boum...hue.. !

                          • Gandalf Gandalf 8 février 2015 18:02

                            Et QE4 me revoilu.


                          • soi même 8 février 2015 19:36
                            krach financier, et bien l’on est en réalité en plein krach, et si vous le remarquez pas , c’est que vous ne voyez pas la monnaie de singe qui fait que ceux qui la détienne achètent tous au rabais, la crise ne va pas reproduire comme celle de 28 non elle a évolue, donnée l’apparence que tous fonctionnes et en même temps, inondé le monde de fausse monnaie .Demain , tous font faire la gueule, quant il sera devenue visible que le fleuron industriel des pays ont été acheté avec de la monnaie de singe, et c’est cela la nouvelle crise, ce n’est pas comprendre qu’il y a changement de paradigme économique et financier qui se fait à notre issue, ce qui compte dans cette affaire c’est que les acteurs de ce drame ne perdent surtout pas la main et dans ce sens , l’on peut compté sur les forces de sécurité intérieur pour veillés au grains et maté toute émeute !  

                            • zygzornifle zygzornifle 9 février 2015 08:06

                              Si cela arrive (ça nous pend au nez) a cette période on va rigoler pour les présidentielles, les prétendants au trône vont devoir redoubler d’efforts dans leurs mensonges et manipulations diverses pour faire croire aux électeurs qu’ils ont la bonne méthode pour nous sortir de l’abîme ..... 


                              • Trelawney Trelawney 9 février 2015 09:35

                                1873 - 1882 (union générale) - 1907 - 1929 - 1932 - 1937 - 1987 (le DJ chute de 29% en 1 jour) - 1990 (Russie et immobilier) - 1997 (asiatique) - 2000 (internet) 2008 (sub prime)

                                Que ce soit cette année, l’année prochaine ou l’année d’après, que ce soit la BCE les prêts étudiants ou ma tante jeanne, il y aura un krach.

                                Tel un serpent qui mangerait ses propre œufs, ce système se nourrit et tire se vigueur des crises économiques.

                                Grand principe qui est une loi universelle : « Dans un krach, la banque ne perd jamais d’argent, elle le puise auprès des états et auprès de ses habitants »


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 février 2015 09:38

                                  Tout le monde est vraiment à coté de la plaque !!!
                                  Il est vrai que le monde va vers un Krach certain mais pas à cause des Euros, des Douros et des Dollars. Ce ne sera donc pas un krach financier mais un krach intellectuel !

                                  L’arbre à palabre qu’est la France brouillonne, en bavardant inutilement sur le chômage qu’elle ne peut endiguer, ne dit pas ce qu’il faudrait dire. Elle ne dit pas que le cancer de ce XXIe siècle est aussi l’ensemble des activités humaines qui ne produisent aucune richesse mais en consomment goulument ce que les générations passées avaient produites !!! Les salariés de l’artisanat, de l’industrie et du monde agricole sont sinistrés et deviennent de moins en moins nombreux, ils sont remplacés par ces robots-entrepreneurs des nouvelles technologies qui offrent des services virtuels, consomment de l’énergie mais développent la plus grande oisiveté humaine au moment où l’humanité dépasse les 7 milliards d’individus qui deviennent de plus en plus gourmands et exigeants !

                                  A ce rythme infernal, la demande dépassera rapidement toutes les offres en même temps que les efforts consentis ici et là le seront dans des domaines inutiles parce qu’ils ne produisent pas mais procurent seulement des « services ». Dans un proche avenir, ce sont les céréales, les matières premières et l’énergie qui n’obéiront à aucune loi de marché parce que les humains sont devenus de simples tire lires cochonnes qui ont oublié que l’argent n’est qu’un moyen d’assurer l’existence, quand toutes les autres valeurs disparaissent il ne reste fatalement que les montagnes d’or et d’argent, ces métaux vils et sans valeur !!!

                                  Déjà aujourd’hui la majorité des actifs ne produisent aucune richesse utile mais contribuent seulement à développer encore plus de superflu, les chômeurs verront leur nombre augmenter sans qu’aucune perspective ne leur soit permise !

                                  Le Monde se dirige vers un VÉRITABLE KRACH que ni le foisonnement inutile du papier toilette des banques, ni les théories fines des théoriciens des finances ne pourront empêcher !

                                  Le redressement du Monde passera par la réhabilitation des valeurs et par la nationalisation des empires financiers des paradis fécaux !


                                  • Alren Alren 15 février 2015 11:55

                                    «  ... l’ensemble des activités humaines qui ne produisent aucune richesse mais en consomment goulûment ce que les générations passées avaient produites !!!  »


                                    Cela est faux ! Nous ne consommons pas actuellement le pain, les voitures où la vêtements produits dans les années 60 ! Et encore moins les services comme ceux des coiffeurs ou des postiers !

                                    Les « richesses » (terme peu approprié) consommées actuellement sont produites actuellement par les travailleurs. Et si leur volume annuel augmente toujours c’est grâce aux progrès inouïs de la productivité. Lesquels sont dus non à la lecture de livres religieux mais à l’enseignement laïc de la science et de la technique, ainsi qu’au travail des chercheurs et des ingénieurs. 

                                    Les seules richesses que nous consommons sans les avoir produites et qui ne sont pas renouvelables proviennent du sous-sol : pétrole, gaz, charbon, minéraux, eau fossile.

                                    Si nous nous nous placions sur un plan strictement moral, ce qui semble être votre obsession, M. Madjour, le « scandale » serait que certains bénéficient d’une rente minière et pétrolière simplement parce qu’ils sont nés au-dessus de gisements que d’autres exploitent d’ailleurs à leur place !



                                  • Robert GIL Robert GIL 9 février 2015 10:29

                                    Le système bancaire actuel fonctionne selon un principe très simple. Celui qui veut emprunter de l’argent promet au banquier qu’il remboursera, et sur cette promesse le banquier lui crée un avoir. Sur cela l’emprunteur doit des intérêts. C’est parce que peu de gens savent comment ça marche, que quasiment personne ne voit comment le fonctionnement bancaire basé sur du vent parasite la société comme une tumeur cancéreuse et réduit les gens à des rouages pour apaiser sa faim financière.

                                    La Banque Centrale Européenne (BCE) oblige les banques à avoir 2 centimes en réserve pour chaque euro qu’elles doivent à leurs clients. Nos avoirs bancaires sont maintenant couverts pour quelques pourcents d’argent réel, le reste de l’argent n’existe pas. Nous n’avons donc pas d’argent à la banque, mais un avoir de la banque, une promesse du banquier, qu’il nous donnera du vrai argent en échange si nous lui demandons.

                                    .

                                    voir : LE SYSTÈME BANCAIRE EN BREF


                                    • zygzornifle zygzornifle 9 février 2015 12:26

                                      encore 18 mois à manger du foie gras s’écria un sénateur ..... 


                                      • BA 9 février 2015 13:15

                                        Nous nous dirigeons tranquillement vers un clash systémique en Europe.

                                        Lundi 9 février 2015, vers 13 heures :

                                        La Bourse d’Athènes chute, les rendements s’envolent.

                                        L’indice ASE des marchés d’actions grecs chute de plus de 6% au lendemain du discours, ferme, de politique générale du premier ministre Alexis Tsipras. Les rendements s’envolent, celui à 3 ans frôlant le seuil des 20%.

                                        Les banques sont une nouvelle fois les plus touchées. Si l’indice général du secteur chute de 7,04%, Banque du Pirée abandonne 8,1%, Euro Bank 6,68%, Banque nationale de Grèce 5,45% et Alpha Bank 8,79%.

                                        Autre réaction, celle du marché obligataire, avec une poussée du rendement des emprunts d’Etat à dix ans à plus de 10%, à 10,6032%, contre 9,94% vendredi.

                                        Pour le seul rendement à trois ans, on approche les 20%, à 19,97%, contre 17,48% vendredi.

                                        Leçon grecque : plus aucun changement possible sans clash systémique.

                                        http://yetiblog.org/index.php?post/1362


                                        • Gandalf Gandalf 9 février 2015 18:13

                                          Désolé, mais cet article est un appel au trouble à l’ordre public.


                                          Le temps de la décision, vous assisterez sans doute, tout au plus, à un krachounet.

                                          • BA 9 février 2015 21:26

                                            Lundi 9 février 2015 :

                                            Cameron a présidé une réunion consacrée à un éventuel « Grexit ».

                                            Le Premier ministre britannique David Cameron a présidé lundi une réunion avec des responsables du ministère des Finances et de la Banque d’Angleterre consacrée à la marche à suivre en cas de sortie de la Grèce de la zone euro (« Grexit »), a dit une source du ministère.

                                            Le ministre des Finances George Osborne a dit dimanche que le pays accélérait ses préparatifs à une telle éventualité, notant que le rapport de forces entre la Grèce et la zone euro augmentait les risques pesant sur l’économie britannique.

                                            "Il s’est agi d’une réunion entre le Premier ministre et des responsables du Trésor et de la Banque centrale. Personne ne dit que cela (la sortie de la Grèce de la zone) va avoir lieu, mais il paraît judicieux d’examiner ce risque. Qui serait facteur d’une réelle instabilité", a dit la source.

                                            La Bourse d’Athènes chutait de près de 6% vers 11h35 GMT, au lendemain du discours de politique générale du Premier ministre Alexis Tsipras, qui a réaffirmé vouloir s’affranchir de la « troïka » et en finir avec l’austérité.

                                            « Une sortie forcée de la Grèce de la zone euro entraînerait la fin de la monnaie unique », a pour sa part affirmé dimanche le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis.

                                            http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0VJ25620150209


                                            • tRivi 10 février 2015 10:51

                                              A l’auteur : « Une différence de 0,18% entre la vertu souabe et la grosse cigale française… » une différence de 0.18 points ! C’est certainement ce que vous vouliez écrire. 


                                              Même un krach financier ne ferait pas perdre le foie à certains de nos amis, et c’est bien triste. Que l’on me dise que les crises où Krach financiers son cycliques, certainement pas ! La doxa économique mondial (monnaie, capital, croissance économique, dette) ressemble plus à une spiral infernal qu’autre chose.

                                              • Rmanal 10 février 2015 12:25

                                                En même temps il faut leur reconnaitre une bonne maitrise de leur système pourri qui ne fonctionne que sur un gonflement sans fin de la spéculation, seul moteur de ce système pour permettre d’avoir un peu de financement d’entreprise en plus de la spéculation. Donc ils sauvent le système en continuant à permettre la spéculation : ca a au moins le mérite d’être cohérent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès