Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Dans la mare des pétroliers, les requins se préparent à avaler les (...)

Dans la mare des pétroliers, les requins se préparent à avaler les sardines, mais les dragons veillent

Les difficultés de financement et la chute des cours du pétrole annoncent une consolidation sans précédent dans l’exploration-production (E&P). Les grands bénéficiaires de la situation pourraient bien être les opérateurs chinois.
Avec la hausse constante des cours du brut pendant neuf ans dont une accélération fulgurante au cours des deux dernières années, on a vu une multitude d’investisseurs avides de rentabilité se lancer à l’assaut du secteur pétrolier. Ainsi ont fleuri de petites compagnies à l’affût de champs matures qu’elles pouvaient produire plus économiquement que les grosses compagnies grâce à leur structure plus légère. Ces compagnies motivaient aussi leur agressivité grâce à des prévisions d’évolution du prix du brut plus optimistes que les « majors ». Certains investisseurs plus téméraires se sont lancés dans l’exploration avec l’espoir de trouver rapidement des réserves soit à vendre au plus offrant, soit à développer pour peu que des organismes de financement se montrassent prêts à les soutenir.

Confrontées à leurs problèmes de trésorerie, les banques n’ont plus le cœur à financer des projets coûteux et risqués. Voici donc des compagnies contraintes de chercher des financements dans un contexte particulièrement défavorable : l’argent frais est actuellement indisponible, tandis que les perspectives de remboursement sur des revenus pétroliers qui ont baissé de plus de 50 % en trois mois deviennent incertaines.
 
Le 11 octobre, le PDG de Chesapeake Energy Corporation, un acteur indépendant du secteur gazier américain, a annoncé avoir dû vendre toutes ses actions de l’entreprise afin d’honorer un remboursement de crédits. Le Financial Times rapporte que l’action Oilexco, un opérateur de mer du Nord coté sur les marchés de Londres et de Toronto, a dégringolé après l’annonce que son emprunt d’un milliard de dollars approuvé en juillet se trouvait aujourd’hui remis en question.
 
Ces dernières années, chaque nouvelle enchère pour l’attribution de blocs d’exploration atteignait un nouveau sommet. Après l’acquisition de la licence d’exploration, il fallait encore faire face aux coûts d’acquisition sismique, puis de forages et de tests, eux-mêmes devenus prohibitifs, pour des résultats positifs - forages menant à une découverte d’hydrocarbures - normalement estimés entre 10 % et 20 %.
 
Dans un contexte où les crédits se font rares, seules les compagnies avec un cash-flow important, c’est-à-dire celles avec un niveau de production substantiel, sont en mesure de financer leurs programmes d’exploration et de développement. Les petites structures engagées dans des programmes lourds d’investissements et qui comptaient sur des emprunts ou des augmentations de capital pour se financer se trouvent aujourd’hui au bord du gouffre. Une grande partie d’entre elles va donc se faire manger, et les requins affamés ne manquent pas dans le secteur.
 
En effet, certaines petites compagnies possèdent des réserves pétrolières prouvées sans posséder les moyens de les développer. Aujourd’hui, leurs actions sont au plus bas depuis de longues années. Pourquoi alors dépenser des fortunes en campagnes d’exploration aux issues incertaines alors qu’on peut acheter ces réserves pour bien meilleur marché en les absorbant ? Certaines de ces petites compagnies ont aussi réalisé à prix d’or des acquisitions de licences d’exploration qui se retrouvent aujourd’hui soldées par la chute de leurs actions.
 
Il y a donc de bonnes affaires en perspective pour les compagnies qui peuvent payer cash. Lorsqu’on pense cash et avidité pétrolière, les regards se tournent instinctivement vers la Chine. Avec leur structure financière encore largement liée à l’Etat, leur soif d’hydrocarbure qui les faisait investir des sommes colossales en permis d’exploration tous azimuts, et leur peu de scrupules à opérer dans des zones troublées, les opérateurs chinois pourraient bien faire une razzia sur nombre de petites compagnies, au nez et à la barbe des Occidentaux. Les Chinois, dont les compagnies intégrées à l’ancienne se sont aussi développées dans le secteur des services pétroliers, ont aujourd’hui les moyens d’opérer à moindre coût. Après des années de fête, nombre de pétroliers risquent bien de se réveiller avec la gueule de bois.

Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 22 octobre 2008 11:27

    le titre vous a-t-il ete souffle par Eric Cantona ("when the seagulls...") ?

    la prochaine bulle energetique est deja bien replette : plus de 10.000 licences pour chercher de l’uranium ont ete accordees aux States. On imagine deja le casse-tete securitaire (et accessoirement ecologique) quand les trois quarts de ces nouveaux chercheurs d’or auront ferme boutique...


    • Daniel Roux Daniel R 22 octobre 2008 14:45

      Est ce la girouette ou le vent qui tourne ?

      Lorsque les cours montent tous les observateurs estampillés "économistes" affirment en coeur "les cours vont monter encore et encore parce que ceci, parce que cela".

      Lorsque les cours s’effondrent, les mêmes ajustant leurs lunettes énoncent "les cours vont descendre encore et encore parce que ceci, parce que cela".

      En réalité, dans un futur proche, les cours du pétrole suivront l’offre et la demande compte tenu des variations saisonnières, des stocks très fluctuant et incertains constaté toutes les semaines et de l’évaporation qui comme chacun sait, dépend de la température et de la pression atmosphérique.

      Facile à partir de ces considérations de faire des prévisions en tenant compte de la psychologie des spéculateurs eux, pardon, des investisseurs.

      Conclusion : Faisons confiance à la main invisible du MARCHE et au LIBRE ECHANGE, les deux mamelles du libéralisme anglo-saxon.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès