Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Dans la peau d’un Bitcoiner

Dans la peau d’un Bitcoiner

Le 10 avril de cette année une bulle a encore explosé, la valeur du Bitcoin est passée de 266 à moins de 70 dollars, soit une baisse de plus de 75% en moins d’une semaine. Rien de mieux pour assouvir la soif de médias constamment à la recherche de sang et du sensationnel.

Dans la peau d'un noir de John Howard Griffin. Pour comprendre le fonctionnement du Bitcoin, je vais devenir un Bitcoiner, pas besoin de faire usage d'un colorant pour se faire foncer la peau ou de se raser le crâne, il suffit juste de quelques inscriptions en ligne avec un e-mail poubelle. La lecture de mon expérience s'adresse à ceux qui savent déjà ce qu'est Bitcoin ou pensent le savoir.

Bienvenue au pays des Geeks

Ma première démarche a été de me procurer des Bitcoins et trouver un lieu où les entreposer. C'est déjà le début d'une belle prise de tête. L'offre de services pour la nouvelle monnaie est tellement abondante qu'on finit par s'y perdre, d'autant plus que tout le monde fait tout et n'importe quoi et que le vocabulaire utilisé est souvent un jargon pour informaticiens ou pour geeks boutonneux portant de grosses lunettes.

Grâce aux infos glanées à droite et à gauche, j'ai rapidement compris que l'idéal était de conserver son porte-monnaie sur son pc personnel plutôt que de faire appel à un plateforme en ligne qui pourrait être victime d'un hacker. Bien sûre il faut prendre quelques précautions (basiques pour tout informaticien moins évidentes pour les autres) comme avoir un anti-virus à jour sur son pc et un pare-feu, protéger son compte Bitcoin avec un mot de passe solide ; le genre de truc qui ressemble à cela ; FiER158J ?*oo&TY% et surtout ne pas l'oublier sinon le fric est perdu à jamais. L'idéal est de faire une sauvegarde cryptée du compte et de la conserver sur un clé usb. En somme une manipulation pas impossible à faire par le commun des mortels mais qui, il faut le reconnaitre, doit rebuter au moins 70% de la population de la planète. Si vous voulez avoir accès à votre porte-monnaie à partir d'autres appareils (smartphone, tablette, pc portable etc..) il faut recommencer la procédure pour chacun d'eux...un petit cyber-chemin de croix en somme.

Acquérir ses premiers Bitcoins

Comme tout détenteur de porte-monnaie virtuel ou en cuir, ma première obsession fût le remplir et pour y parvenir l’éventail de choix est large ; vendre quelque chose, bosser, échanger mes euros ou faire la charité.

Vendre un bien ou un service peut-être une bonne idée pour acquérir des Bitcoins, en particulier si ce que vous vendez est assez original et que vous vous démarquez des sites de poker ou de loterie qui pullulent sur ce petit marché. Meidän, une clinique de soin dentaire en Finlande, par exemple, accepte les Bitcoins et est devenue mondialement connue dans le petit monde des cyber-monnaies. Bosser c'est faire suer le burnous à son matériel informatique, il suffit de télécharger un programme qui va mettre à disposition du systéme Bitcoin les capacité de calcul de son pc, c'est ce que les Bitcoiners appellent le mining. Ce système est de moins en moins rentable, d'abord votre pc doit être équipé d'une puce avec la technologie Opencl qui, vous vous en doutez, n'est ni donnée ni installée dans la plupart des ordinateurs, ensuite la distribution de monnaie Bitcoins diminuant globalement avec le temps, et si on tient compte du coût de la sur-consommation d’électivité que cela peut occasionner, je suis persuadé que nombreux "mineurs" ont une activité déficitaire sans même s'en rendre compte. On peut grappiller des millièmes de Bitcoin, par-ci par-là, en allant visiter des sites qui rétribuent ainsi leurs visiteurs pour les dédommager du "temps de cerveaux disponible" vendu à quelques annonceurs. Beaucoup de peine pour pas grand chose. Finalement j'ai acquis ma fraction de Bitcoins en m'adressant directement à un gars rencontré sur internet. Je n'en n'est pas soufflé mot à ma femme, elle pourrait penser que j'ai viré de bord. 0,3 Btc , le code iso du Bitcoin que se sont sûrement attribués les fondateurs sans demander l'avis ou l'autorisation de l’Organisation internationale de normalisation, échangé contre 30 euros autour d'un café dans un appartement sympa d'un immeuble moderne face à la Seine. Sans être parano et sachant que Paris n'est pas Bogota où on assassine quelqu'un pour moins de 20 dollars, c'est toujours rassurant de traiter dans un cadre bourgeois. Mon interlocuteur est informaticien, vêtu d'un jean et d'un t-shirt sale et troué et surtout enthousiaste à l'idée que cette nouvelle monnaie va "nous affranchir de la dictature de l'Etat" et "niquer le système bancaire". Je ne lui dis pas que je bosse dans la finance mais je lui fais remarquer que si l'Etat disparait il n'y aura plus de service public comme l'enseignement ou la police. Il me réponds que les citoyens peuvent s'organiser en milices pour assurer leur sécurité et que l’enseignement peut se faire à distance avec un seul prof pour un nombre illimité d’élèves. Cela ressemble donc à cela un anarcho-capitaliste.

Joie et soulagement, le lendemain matin en consultant mon compte sur mon logiciel Multibit, les 0,3 Btc ont été crédité dans la nuit moins de huit heures après que ma contrepartie a procédé au paiement. Bitcoin tourne 24 heures sur 24, ne connait pas les dimanche ou les jours fériés ni les dates de valeur. L'initiateur du paiement a été prélevé d'une commission de 0,0005 btc, soit 5 centimes d'euros, au titre de récompense pour les gentils contributeurs au mining qui ont traité l'ordre de transfert, on est à des années lumières des frais bancaires pratiqués par le système classique.

Que faire maintenant de mes 0,3 Btc ? N'étant pas Chypriotes, mon objectif n'est pas de thésauriser dans la crainte d'une faillite de mon pays et ayant une dentition correct et surtout habitant assez loin d’Helsinki, il n'est pas dans mon intention d'aller me faire soigner les ratiches chez nos amis de la clinique finlandaise. Mon truc c'est plutôt les arbitrages de change, acheter des Bitcoins pas chers sur une plateforme pour les revendre soit sur une autre plateforme soit 1 heures plus tard quand le cours aura monté. Que nenni ! Sur les sites prenants des commissions les spreads entre demande et offre sont si étroits qu'on ne pourrait pas glisser une feuille de papier à rouler sur certains sites et sur les réseaux IRC il n'y a pas de liquidité et les channels sont squattés par des renards comme moi à la recherche de pigeons à plumer. On est loin des alter-mondialistes qui rêvent de changer le monde.

Tout n'est pas rose dans le monde de la crypto-monnaie, d'autant plus que lors d'échange se pose un problème de garantie de livraison. Les règlements de Btc sont irréversibles même si la marchandise ou le service achetés ne sont pas livrés ou ne correspondent pas à l'accord initial. Le système garantissant l'anonymat, personne n'est certain de l'identité de son interlocuteur et surtout aucun moyen fiable n’existe pour le retrouver. En fait tout est basé sur la confiance et sur la réputation, il existe par exemple sur l'IRC un système de notation très détaillé qui se nomme Web of trust et qui permet de savoir combien d'opérations une personne a effectué et quel niveau de satisfaction ses contreparties ont exprimé.

Le Bitcoin est un système complément décentralisé sur qui personne n'a de contrôle sauf l'algorithme d'origine. L'avantage est évident, personne ne peut procéder à des manipulations monétaires, comme dévaluer la dette en ayant recours à l'inflation, on sait exactement combien de Btcoin ont été émis, le rythme de croissance de la base monétaire et le plafonds qui ne sera jamais dépassé (21 millions de Btc). personne ne peut saisir un compte sous prétexte que son détenteur n'a pas payé une pension alimentaire ou n'a pas réglé une amende pour stationnement illégal. On comprend mieux pourquoi les autorités publiques se montrent très hostiles aux cyber-monnaies.

Les défauts de Bitcoin sont aussi les défauts des monnaies émises par les Etats

L'un des deux principaux reproches adressés au Bitcoin et aux autres cyber-monnaies est qu'elles facilitent les activités délictuelles ou criminelles grâce à l'anonymat qu'elles offrent. Je relativiserais ce reproche on constatant que si on commande 100 grammes d’héroïne il faut quand même se les faire livrer à une adresse physique. Par ailleurs, selon une étude de l'association des chimistes américains, 90% des billets de banque en circulation ont des traces de cocaïne. Faut-il pour autant interdire la monnaie fiduciaire ? L'anonymat qu'offre ce système peut devenir un formidable levier pour garantir les libertés d'expressions à travers le monde. La crypto-monnaie permet à chacun d’encourager et de soutenir financièrement un mouvement ou un site sans craindre en retour de se voir reprocher cette aide ni de voir la moitié d'un petit don finir dans l'escarcelle de sa banque au titre des frais de virements minimum. Un Saoudien a donc la possibilité de soutenir un mouvement gay et lesbien belge sans pouvoir être dénoncé par sa banque à la Police de mœurs et un citoyen américain peut envoyer de l'argent à Cuba malgré l'embargo. Je ne suis ni Saoudien ni Américain mais vous pouvez faire un petit geste pour m'encourager en utilisant le petit widget à la fin de cet article.

L'autre reproche souvent adressé au Bitcoin est que sa valeur n'est garantie par rien n'y personne. En fait on peut retourner cet argument contre les devises actuelles qui ne sont plus garantie par des stocks d'or ou n'importe quelle valeur physique.

En fait le principal défaut que je trouve à cette monnaie par rapport aux monnaies nationales ou fédérales émises par des banques centrales est qu'elle ne dispose pas du pouvoir libératoire qui accorde la capacité pour un agent économique d’éteindre les dettes et les obligations, notamment fiscales. En clair le ministère des finances français ne peut pas refuser un règlement d'un impôt en Euro puisque c'est la monnaie légale en France, il l'impose même, le contribuable a donc l'obligation de se procurer la monnaie unique. C'est pas demain que ce monopole disparaitra.

Vous l'avez compris, je n'ai pas été convaincu par l’intérêt politique, financier ou économique de cette nouvelle devise mais je leur souhaite bonne chance !

Donate Bitcoin

Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 29 avril 2013 11:10

    « Je relativiserais ce reproche on constatant que si on commande 100 grammes d’héroïne il faut quand même se les faire livrer à une adresse physique. »


    Oui enfin l’identité du dealer est complètement masquée grâce à cette monnaie virtuelle. Et c’est lui qui risque le plus, pénalement. Allez faire un tour sur silkroad ...

    • Le taulier Le taulier 30 avril 2013 09:19

      le dealer ne risque pas grand chose si il se trouve dans un pays où c’est légale. Evidemment l’héroine est illégale partout mais ce n’est pas le cas de la Marie-Jeanne.


    • ObjectifObjectif 29 avril 2013 11:23

      Bonjour, sujet intéressant, dommage que vous propagiez des mythes propagandistes sur le bitcoin...

      1- le bitcoin est garanti par la transparence et la publication des ses règles, de son code logiciel et de ses transactions. Chacun peut vérifier que le logiciel fait ce qui est spécifié, et en particulier que nul ne bénéficie de créations monétaires qui ne sont pas prévues par les règles publiées ;

      C’est cette ouverture qui fait sa force est sa sécurité, alors qu’il s’agit encore seulement d’une expérimentation.

      http://bitcoin.org/fr/vous-devez-savoir :

      2- par sa conception ouverte, bitcoin n’est pas anonyme, tout est publié, et toute force de police qui a accès aux utilisateurs des adresses ip et des mac adresses sait qui est derrière.

      Alors que dans les monnaies officielles, les banques officielles blanchissent les milliards de la drogue et des armes sans souci particulier :
       http://www.info-libre.fr/non-classe/elizabeth-warren-que-faut-il-faire-pour-fermer-une-institution-financiere/

      3- bitcoin ne s’est pas écroulé dans une « bulle » : bitcoin est conçu pour être volatile et lent, Tout spéculateur fait monter le cours, et il ne peut pas sortir quand il veut ni utiliser du trading haute fréquence : il perdra tout et c’est ce qui s’est passé. Mais les utilisateurs qui échangent entre eux uniquement en bitcoin n’ont eu aucun problème particulier...

      C’est exactement le contraire de toutes les monnaies avec « change libre » contre le $ : une banque us peut créer 10 milliards de $ et acheter des €uros avec, ce qui est actuellement une opération de création d’€, donc qui dévalue l’€ et fait baisser son cours. C’est par exemple ce que le Qatar utilise actuellement pour acheter la France... Comprenez bien que l’€ n’existe pas, c’est seulement un renommage du $.

      4- malgré que le bitcoin soit expérimental, c’est le système bancaire le plus sûr du monde actuellement : le dernier « vol » remonte à 2010 à ma connaissance. Car le code logiciel étant ouvert, chacun peut essayer de trouver des failles, et si personne n’en trouve, c’est qu’il n’y en a plus smiley

      C’est pourquoi le logiciel libre est tellement plus sûr que tous les codes cachés. cf www.freebsd.org, http://www.freebsd.org/security/advisories.html, 8 alertes de sécurité en 2012, la plupart dans des modules externes...

      En comparaison, les cartes de paiement des monnaies officielles sont de telles passoires que le taux de vol est pris comme une base du modèle économique...

      Finalement, considérez le fait que le bitcoin et le mécanisme de sécurisation distribué (« peer 2 peer ») qu’il a inventé est un patrimoine de l’humanité, notre bien commun.


      • bibou1324 bibou1324 29 avril 2013 11:47

        « 2- par sa conception ouverte, bitcoin n’est pas anonyme, tout est publié, et toute force de police qui a accès aux utilisateurs des adresses ip et des mac adresses sait qui est derrière. »


        Sauf qu’une IP ou une adresse MAC n’identifie pas une personne réelle. 

        D’autre part, ces adresses ne sont pas publiées, seule l’adresse bitcoin que vous avez créée (comme un pseudo, on met ce que l’on veut) est publiée. Et encore, on peut facilement brouiller les transactions, avec coinbase ou blockchain.

        Bitcoin permet d’être complètement anonyme. C’est d’ailleurs pourquoi on peut échanger des armes ou drogues avec cette monnaie (souvent couplée à l’utilisation de TOR, les annonces sont facilement trouvables sur des .onion)

      • Le taulier Le taulier 29 avril 2013 14:22

        « Bonjour, sujet intéressant, dommage que vous propagiez des mythes propagandistes sur le bitcoin... »

        Chercher la redondance ! Je ne propage rien du tout je fais part de mon expérience de Bitcoin en tant qu’utilisateur et je me garde bien de porter un jugement de valeur sur cette monnaie.

        Quand je lis ce que tu écrit je pense que tu n’as pas compris le mode de fonctionnement de cette monnaie. C’est vrai que la plupart de la doc est en anglais.


      • sto sto 30 avril 2013 07:47

        Hello,

        Bitcoin n’est effectivement PAS anonyme. Toutes les transactions sont publiques, non modifiables, et nimporte quel etat, ou ISP peut retrouver l’identité de certains utilisateurs.

        De plus, on peut tracer tout l’historique de chaque porte monnaie. Le tout est de relier ensuite un porte monnaie a une personne, ce qui est souvent faisable d’une facon ou d’une autre.

        Pour la sécurité, effectivement, bitcoin est sur actuellement.
        Les vols ou pertes qui ont lieu régulièrement sont le résultat d’un manque de sécurité des utilisateurs qui ne sécurisent pas leur machine ou bien transmettent leur clé privée à un site effectuant les transactions pour eux.


      • Le taulier Le taulier 30 avril 2013 09:17

        Bitcoin est anonyme pour qui en a les compétences et la volonté.

        Par ailleurs pour obliger un FAI à dévoiler l’adresse ip d’un utiisateur de Bitcoin ou de n’importe quel autre service, il faut de sacré argument.


      • L'enfoiré L’enfoiré 29 avril 2013 16:25

        Ce n’est pas des bitcoins mais des monnaies parallèles qui elles n’ont pas cours donc non soumises à des fluctuations extérieures qui pourraient venir en aide.

        Mais il y a aussi la New B, cette banque citoyenne qui est en formation chez nous.
        Cela donne des ailes aux autres banques à cause de cette concurrence, c’est déjà ça.

        • Stof Stof 30 avril 2013 14:56

          C’est vrai que l’ « effondrement » du Bc est très relatif si l’objectif est d’effectuer des transactions en Bc et non de spéculer sur son cours.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès