Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > De Apple, des marchés et des esprits animaux…

De Apple, des marchés et des esprits animaux…

L’annonce d’un recul des ventes d’Apple de 18% au premier trimestre a provoqué un mini séisme sur la planète financière, le titre reculant de 8%, soit une baisse de sa capitalisation boursière de 46 milliards de dollars. Que penser de ces turbulences boursières ?

 
Surprise : les arbres ne montent pas jusqu’au ciel !
 
Le bruit provoqué par la baisse des revenus de l’entreprise à la pomme s’explique par le fait que jamais depuis 2003 son chiffre d’affaires n’avait baissé d’un trimestre sur celui de l’année d’avant. Mais il n’eut pas été inutile de préciser qu’alors, le chiffre d’affaires trimestriel de l’entreprise de Cupertino dépassait à peine 1 milliard, alors qu’il est aujourd’hui de 50 milliards. Une baisse, aussi significative soit-elle, après douze années qui ont vu le chiffre d’affaires être multiplié par 40 est donc à remettre à perspective. Et cela est d’autant plus vrai qu’en un seul trimestre (qui n’est pas le plus fort traditionnellement, qui plus est) Apple a dégagé plus de 10 milliards de dollars de profits. Bref, Apple est encore très loin de la situation de Nokia ou de Motorola, ces dinosaures de la téléphonie tombés de leur trone.
 
Bien sûr, du fait de l’effondrement des quatre marques qui ont dominé la téléphonie mobile du début des années 2000 (avec Ericsson et Blackberry), toute chute des résultats est inquiétante. Mais Apple n’affronte pas un changement comparable à celui qu’il a apporté sur le marché de la téléphonie, même s’il faut bien reconnaître que certaines de ses positions se sont un peu affaiblies. Ne s’agit-il pas d’une panique aussi exagérée que sont les valorisations délirantes données par les marchés à certaines licornes, ce nom dont le sens dit long sur le caractère chimérique des valeurs accordées ? Après tout, Apple ne doit-il pas valoir au moins dix fois de plus qu’Uber, qui ne génère qu’un chiffre dérisoire, et un océan de pertes pour le moment. N’est-il pas illusoire d’attendre tout de suite un nouvel iPhone ?
 
De même que les marchés sont ridicules quand ils valorisent à des sommes délirantes certaines entreprises, ne sont-ils pas un peu ridicules quand ils brûlent aussi rapidement une idole du passé, au moindre trimestre en recul ? Encore une illustration des excès des esprits animaux qui animent le marché.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Rincevent Rincevent 17 mai 14:10

    Pas de panique pour la Pomme. Profitant de la baisse, Warren Buffett, le roi du placement, vient d’en racheter pour un milliard de dollars et il n’est pas connu pour faire n’importe quoi : http://www.boursorama.com/actualites/berkshire-hathaway-investit-un-milliard-de-dollars-dans-apple-438d6b67620ede8b3f9cd21bf2034fd9


    • Alren Alren 17 mai 17:00

      Les geeks qui acceptent de payer leur Apple quatre fois plus cher à performance égale que les produits concurrents, sont maintenant servis et le marché ne vit plus guère que par le remplacement des produits usagés. Or la panne programmée nuit à la réputation du fabricant qui y a recours et les nouveaux modèles n’ont rien de plus que les anciens, la technique étant au point. Si l’on ajoute un marché de l’occasion en développement, on peut prévoir que la croissance folle d’Apple est terminée.

      C’est un peu ce qui est arrivé aux automobiles. Il y a trente-quarante ans, il fallait en changer tous les deux ans car la rouille commençait. Puis les Japonais ont offert des garanties antirouille pour leur voitures qui devaient résister à l’air salin sur les cargos qui les amenaient en Europe après un mois ou plus de voyage en mer. Les constructeurs européens ont dus s’aligner avec les « Que Choisir » qui désignaient les voitures japonaises comme meilleur choix. Et les voitures étaient encore impeccables après deux ans. Alors les ventes de renouvellement ont baissé. Et depuis l’automobile n’est plus le moteur essentiel de la croissance ce qui d’ailleurs a amené une baisse de la consommation d’acier.

      Warren Buffet comme toutes les grandes fortunes est confronté au fait que le marché de la spéculation est à somme nulle : ce que certains gagnent d’autres le perdent et comme il n’y a plus guère de petits spéculateurs boursiers à plumer (comme ceux du tunnel sous la Manche par exemple), qu’on est entre initiés, cela rend le gain plus aléatoire. WB préfère donc investir dans l’économie réelle et profite d’une baisse des actions Apple pour en acheter ostensiblement, ce qui fait remonter le cours et lui assure déjà un substantiel bénéfice virtuel. Les gouvernements étatsuniens ont tellement fabriqué de la fausse monnaie dont se sont emparés les ultrariches et les très riches que ceux-ci ne trouvent plus à le valoriser comme autrefois, étant concurrents sur les valeurs boursières qu’ils ont fait grimper inconsidérément. C’est le drame de notre époque ...


      • Rincevent Rincevent 17 mai 18:22

        C’est bien ça : l’automobile est un bon baromètre. Qui a vendu le plus (aux particuliers) en Avril ? Dacia : fiable, pas bourré d’électronique et pas cher.

        Pour la spéculation, nous sommes bien dans une économie-casino et, malgré leurs rêves de jackpot, tous les joueurs savent (devraient savoir) qu’à la fin, c’est le toujours casino qui gagne et le joueur qui repart les poches vides…


        • Jean Keim Jean Keim 17 mai 19:04

          On voit là toute la stupidité de l’économie, si une entreprise année après année voit son chiffre d’affaire et ses bénéfices augmenter, tout va bien car c’est ce qu’attendent les actionnaires mais si au cours d’une année il y a non pas des pertes mais une progression plus faible, c’est la catastrophe, heureusement que nos modestes budgets familiaux ne sont pas gérés de la même façon. Le monde est fou et comme le dit la chanson nous sommes le monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès