Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > De dignes Indignés

De dignes Indignés

La situation économique semble encore bien fragile un peu partout dans le monde et le mouvement des Indignés dénonce certaines injustices et soulève bien des questions. Je suis surprise de constater que le mouvement semble s’atténuer, car les problèmes ne semblent par réglés. 

Si on regarde en arrière, Mayer Amschel Rothschil disait : “Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une nation et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois.” Le fondateur de la dynastie bancaire Rothschild croyait que seule l’apparence de pouvoir comptait. Alors, les institutions financières échangeaient du crédit contre un dépôt réel d’argent. Le crédit donnait une grande confiance, une illusion de pouvoir.

Dans un tel système, le crédit était présenté comme de la monnaie et avait l’apparence de capital, mais ce n’était que de l’endettement. C’est une inductance économique (incitation économique) au lieu d’une capacitance économique (capacité de production réelle). Cela peut hélas conduire à des guerres et à des génocides pour retrouver l’équilibre. En contrôlant la monnaie réelle, on contrôlait la population.

Lorsque les institutions financières engagent leur vraie monnaie pour offrir du crédit à ceux qui n’apportent plus de vraies garanties, alors le système est fondé sur du vide. En période d’incertitude économique, plusieurs personnes recherchent alors de la stabilité en se tournent vers des valeurs dites « refuge ».

Pendant longtemps, l’or a constitué une valeur refuge par excellence notamment pour lutter contre les effets désastreux de l’inflation. Mais, l’or n’est pas complètement à l’abri des variations concernant son prix par once.

Le fait de permettre aux banques de conserver des devises plutôt que de la matière tangible s’est avéré dans le passé une grave erreur. Plusieurs expériences assez récentes le prouvent aussi.

La Panique bancaire américaine de 1907 est un exemple probant de l’instabilité des fonds en devises. La crise de la Panique des banquiers est une crise financière qui a eu lieu aux États-Unis, lorsque le marché boursier s’effondra brusquement, perdant près de 50% de la valeur maximale atteinte l’année précédente. Cette panique se produisit au milieu d’une période de récession, marquée par d’innombrables retraits de fonds des banques de détail et d’investissement. La panique de 1907 se propagea à tout le pays et de nombreuses banques et entreprises ont été acculées à la faillite.

Parmi les premières causes de la crise, on peut citer le retrait de liquidités des banques de New York, la perte de confiance des dépositaires et l’absence d’un fonds de garantie des dépôts.

Suite à cette crise, les banques centrales et les réserves étatiques jouèrent un rôle majeur pour veiller à ce que les banques conservent assez de billets. Mais que se passerait-il si la monnaie était surévaluée et arriverait à ne plus rien valoir ?

Suite aux deux grands conflits mondiaux, les accords de Bretton Woods avaient mis en place un système d’étalon change-or : la valeur du dollar US était directement indexée sur l’or, tandis que les autres monnaies étaient indexées sur le dollar.

Les réserves des banques centrales devaient alors être constituées de devises et non plus d’or. Malgré la création d’institutions de contrôle comme la Banque mondiale et le Fond monétaire international, le système ne resta pas stable longtemps.

Les banques centrales, l’International Organization of Securities Commissions et la Bank for International Settlements veillent en principe à ce que les banques conservent un fonds suffisant pour supporter le système financier mondial.

Malheureusement, trop souvent, ces fonds sont utilisés pour des prêts et des activités de crédit. Ils sont utilisés comme collatéraux et ne constituent pas une valeur sûre.

Croyez-vous que le système actuel donnera l’illusion de fonctionner encore longtemps ?

Selon la théorie des systèmes, un système qui a échoué une fois, va rechuter une autre fois, s’il n’est pas corrigé. Par contre, la chute risque d’être beaucoup plus brutale.

Êtes-vous indigné par la situation ? Craignez-vous une nouvelle crise économique ?

Stéphanie Tessier


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Yoann Yoann 13 mars 2013 13:40

    Nos politiques ne sont plus au service du peuple depuis bien longtemps, mais au service de la classe des riches ...
    Ils nous ont endetté à force de cadeaux fiscaux aux cac40, pondu des lois favorisant l’exil fiscal des riches, des aides aux grandes entreprises (prime à la casse par ex), ils ont aussi favorisé les délocalisations, etc etc .... Bref tout va dans le même sens !!! Et maintenant ils viennent nous dire que l’état vit au dessus de ses moyens et qu’il faut faire des économies !!!! Rien n’est plus faux, les dépenses sont stables, ce qui plombe le budget français, c’est le manque à gagner avec tous ces cadeaux fait aux riches entreprises, les projets complètement inutiles pour le bien commun, et surtout avec les intérêts de la dette (qui viennent rappelons le de l’abandon de l’emprunt à taux 0 ou 1%).

    Bref le temps de l’indignation est révolu, il est temps d’agir et de virer tous ces profiteurs qui nous ont trahis !!!

    Sergio Tacchini


  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 18 août 2012 03:11

    « Vous pouvez nous citer quelque homme politique qui ait expliquer sans relâche la situation dans laquelle les autres nous ont mis ? »

    Correction Démosthène :

    la situation dans laquelle nous nous sommes tous mis.

    En politique, l’ignorance n’est jamais une excuse, c’est une faute.

     


  • dom y loulou dom y loulou 18 août 2012 14:26

    exact pierre-mary


    regardez-moi cet ingrat terminal

    il a un ciel pur et de la pluie propre
    mais il pisse, il pisse sa jalousie en croyant parler, il croit que vomir équivaut à penser

    que méritet-til je vous prends à témoin ? 

    D’ETRE l’esclave qu’il est de wall street, rien d’autre, parce qu’il croit que c’est sa fausseté qui porte quoi que ce soit hormis sa jalousie infâmante

    même son propre être il ne sait pas le tenir dans des gonds civilisés et il faut le faire pour lui la biquette

    alors maintenant shweitzer et une bonne fois pour toutes

    tu vas pouvoir argumenter et PERDRE le respect de tes ennemis maintenant

    car tu as perdu ton défenseur principal

    maintenant tu vas te colitner les argumentaires inlassables, tous les jours tu pareras aux attaques psychologiques qui attaquent tes droits depuis trente ans

    vomis-nous ton racisme de bas étage et détruis donc ton droit vénérable fait pour construire mais que tu ne sais user autrement que pour PESTIFERER LA VIE DE TES CONCITOYENS

    voilà ce que toi et ta bande de crétins ont accompli jsuqu’ici !!

    EN CHAQUE HEURE TU PRENDRAS SUR TOI LES AGRESSIONS QUI DéCOULENT DU FAIT DE LES DEFENDRE TES DROITS

    tu as MAINTENANT l’ENTIERE RESPONSABILITE d’argumenter contre les attaques et je suggère aux sionistes de s’en donner à coeur joie car la suisse a perdu son défenseur principal

    vas-y maintenant, à toi l’honneur, sois donc le fer de lance de l’esprit, car il n’intercèdera plus jamais pour toi à moins que tu lui demandes comme on parle à un être humain

    étales -nous donc ton ignorance haineuse et crasse qu’on rigole schweitzer

    et perds a jamais tous les honneurs que tu a s voulu reprendre pour ta clique de crétins neuro intoxiqués mais qui ne comprennent décidément RIEN à ce qui permet à un pays libre de tenir au milieu des empires


    tu vas ressentir très très vite le poids que l’autre a porté pour toi et l’ampleur de ta connerie abyssale

    tu t’es bien gargarisé schweitzer ? En observer un autre dans ses arts cela a l’air facile quand il a bien travaillé, surtout s’il danse ainsi bénévolement pour toi 

    et bien c’est ton tour bébé, danse maintenant qu’on RIGOLE



  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 18 août 2012 18:10

    Démosthène, ce que je voulais dire, c’est que la démocratie ne va pas de soi.

    Qui dit pouvoir dit responsabilité. Si en démocratie on donne le pouvoir au peuple, ne serait-ce qu’en lui permettant d’attribuer des mandats électifs, et que ce peuple est suffisamment stupide pour se laisser enfumer par les candidats intéressés par les mandats qu’il distribue, alors le peuple n’a que ce qu’il mérite.

    Tout pouvoir engage la responsabilité de celui qui l’exerce. Celui qui veut conserver le pouvoir mais pense pouvoir faire l’économie de la responsabilité et de la maturité politique qu’il présuppose ne le mérite pas.

    Le peuple exerce le pouvoir (il vote), le peuple est donc responsable d’avoir élu, et de continuer à élire, ceux qui le trahissent.

    Aussi ce n’est pas en fustigeant les élus corrompus que vous solutionnerez le problème, mais en augmentant le niveau de conscience politique de ceux qui détiennent le pouvoir : vos semblables. Ceci suppose, pour commencer, de les rappeler à leurs responsabilités et de leur faire prendre conscience de la solennité d’un scrutin démocratique.

    Tous ceux qui dédouanent le peuple de sa responsabilité dans la situation actuelle ne sont que des gourous. En désignant des boucs émissaires (les corrompus, la Banque, Bilderberg, les franc-maçons, le Siècle, le patronat, les néo-conservateurs, les petits gris) ils ne font pas davantage appel à la réflexion de leur auditoire, se posent implicitement en Messie et réclament subliminalement le pouvoir pour eux-mêmes. Défiez-vous d’eux.

    La démocratie ne va jamais de soi, et il est plus de cas que le contraire où elle est proprement inapplicable. Ceci fait d’elle le système de gouvernement le plus volatil.


  • dom y loulou dom y loulou 18 août 2012 23:41

    bon, là franchement pierre marie on est obligé de vous dire à vous aussi : - Parlez pour vous-même


    lisez THEMES ou les veilles du magister ludi avant de présumer des volontés tyraniques des autres 

    avox est devenu un gigantesque dialogue de sourds apparemment où il faudrait se répéter à l’infini

    c’est pour cela qu’on réunit l’essentiel dans un livre

    mais de nos jours les jeunets ne veulent pas lire, ils veulent parler... 

    alors, bon dialogue éternel de sourds

  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 19 août 2012 03:08

    Où avez-vous donc vu que je prêtais des volontés tyranniques à quelqu’un en particulier ?

    Je commentais l’hypothèse, avancée par Démosthène, que cette trahison existe. Ce qui n’est en aucun cas stigmatiser une personnalité politique particulière, il faut arrêter la paranoïa.

    Mais si VOUS sentez que cela concerne quelqu’un, alors c’est une excellente opportunité pour commencer à ouvrir l’oeil. Voire même les deux.


  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 19 août 2012 03:39

    D’autre part, cher dom y loulou, si vous n’avez pas fait Sciences Po comme l’immense majorité d’entre nous (moi y compris), voici comment commence le premier cours de l’année d’un intervenant, homme politique français célèbre que je ne nommerai pas :

    « Qu’est-ce que la politique ? La politique est l’art de

    1. Conquérir le pouvoir

    2. [...] »

    Véridique. Il s’enseigne à Sciences Po que la politique est avant tout l’art de conquérir le pouvoir. J’espère ne pas vous déniaiser.


  • taquin taquin 17 août 2012 20:44

    Merci de rappeler que les Indignés, malgré des actions qui n’auront rien donné de concret, ont pu lancer un message qui est maintenant relayés partout sur le web « Vous n’êtes pas seul à vouloir un changement de Société ». Nous sommes beaucoup finalement à en avoir marre et c’est effectivement grâce au net que les gens se sont rendu compte qu’il n’était pas seul mais c’est toute l’essence du net, permettre à tout un chacun de s’exprimer dans un parfait anonymat et ainsi se rendre compte qu’il y a « d’autre gens dans la même situation ». Et si le mouvement s’est estompé ce n’est pas parce qu’il n’y a plus de problème mais parce qu’à chaque remise en cause du système on nous répond par la violence. Et ne rejetons pas la faute sur les forces de l’ordre qui ont le cul entre deux chaises, leur mission première est de nous protéger mais ont leur donne des ordres contraires. Certains ne savaient meme pas ce que les Indignés revendiquaient au moment où ils les ont embarqués pour le commissariat. Ils font juste leur boulot, il exécute des ordres. Et c’est le cas de beaucoup de Français, croyez-vous que le petits paysans qui élèvent sa terre depuis 20 ans dans son bled paumé comprend ce qui se joue ? Pour lui et comme pour d’autre c’est la même routine, travailler, consommer et dormir. Et si on parlait des familles tout simplement, on rentre, on doit s’occuper des enfants, faire la bouffe, etc... Les gens sont tellement fatigué par ces semaines bien remplis qu’il n’ont pas le temps de réfléchir. Le peu de temps qu’ils nous restent, on préfère le passer à se changer les idées, à profiter...

    Quand bien même il y aurait une prise de conscience générale, imaginons que tout le monde se disent oui on veut changer les choses. Combien pourrait tenir face aux à l’armée, aux CRS et aux policiers c’est à dire face à des personnes armés et entrainés ? Peu surtout les pères et mères de famille qui auront le bon sens de penser à leurs enfants en premier. Je pense qu’il n’y aura jamais de révolution du peuple, tout simplement parce que nous ne pouvons nous le permettre, nous n’en avons pas la force. Dans une guerre ce sont les puissants qui se haïssent et qui envoie leurs « troupes » (cad le peuple) tuer les membres d’un autre peuple (c’est à dire des gens comme eux). Sans force « armés » et « entrainés », sans une sorte de milice ou sans des personnes qui peuvent sacrifier leurs vies, aucune révolution ne verra le jour. Les gens sont d’ailleurs bien trop divisés pour s’allier à combattre le véritable « mal » de cette société. Alors les puissants ont pour moi encore de très belles années voir des centaines d’années devant eux. J’aimerais pouvoir vous dire le contraire mais rien dans l’Histoire tel que nous la connaissons n’a démontré que le Peuple pouvait changer les choses. Quand on croit avoir gagné une bataille c’est juste parce que les puissants nous lâchent un peu de mou...

    Et pourtant je continue de penser que les choses vont bouger dans le bon sens, que voulez-vous, je suis humain, j’ai de l’espoir...


    • dom y loulou dom y loulou 18 août 2012 14:31

      occupes-toi de TA prétention schweitzer 


      allez, argumentes, c’est tout mou là

    • taquin taquin 18 août 2012 19:54

      @schweizer.ch : Oui je continue de garder ma foi en l’être humain. Et non je n’ai pas la prétention de savoir quel système serait bon pour nous. Moi je le veux juste plus humain. Et quand je lis des articles comme celui-ci (et d’autres), quand je vois sur Agoravox des réactions très intelligentes et clairvoyantes, je me dis que les choses peuvent évoluer dans le bon sens, par contre quand je lis vos commentaires je perds soudainement « espoir »... smiley


    • benevole 3 octobre 2012 13:20

      "J’aimerais pouvoir vous dire le contraire mais rien dans l’Histoire tel que nous la connaissons n’a démontré que le Peuple pouvait changer les choses"

      C’est un héritier de la Révolution Française qui dit ça ?
      Pour rappel, la révolution française a aboli les privilèges de la noblesse et du clergé et rendu au peuple le droit de battre monnaie par le truchement d’un Etat dont les gouvernements allaient pouvoir être élus par le suffrage universel.

      Ces privilèges, Giscard et Pompidou les ont rendus aux financiers (loi Rothschild de 1973) en connaissance de cause (relire la citation de Rothschild opportunément rappelée par l’auteur de l’article). C’était objectivement un crime de haute trahison, réitéré en 1992 par Mitterrand et Beregovoy (article 104 de Maastricht) et en 2007 par Sarkozy (article 123 de Lisbonne)

      Personnellement, je suis contre la peine de mort mais Giscard ne l’a jamais été. Je rêve de le voir jugé et condamné par un tribunal révolutionnaire dans le respect capital de ses propres convictions.

      La dette souveraine en Europe a une seule et unique cause : l’obligation faite aux Etats d’emprunter auprès de banques privées avec des intérêts qui comptent pour 80% dans le montant de la dette actuelle. Supprimer ces intérêts qui reflètent l’importance de la trahison du peuple par des gouvernements félons (et Hollande est des leurs) et la dette devient payable.

      Le refus de l’austérité est donc un devoir du peuple français. Je suis sûr qu’il se révoltera quand sa classe moyenne n’aura plus rien. Les gouvernements le savent et c’est pourquoi ils essaient de couler dans le bronze leur incompétence à discuter les décisions du pouvoir financier qui tient les rênes de l’ Europe.

      Mais il y a d’autres manières de se révolter. Nous ne sommes, à l’évidence, plus dans un Etat de droit puisque nos droits ont été offerts aux financiers. Dès lors, pourquoi respecterions-nous ses lois quand elles ne sont pas au service de la population ? La désobéissance civique est le moyen utilisé par Gandhi pour libérer l’Inde et par Martin Luther King pour faire respecter les droits des noirs avec le merveilleux résultat symbolisé par l’accession à la Présidence d’Obama.

      Il y a aussi la méthode Cantona. Si les banques prétendent nous gouverner, retirons-en nos avoirs et transférons-les dans une banque du peuple encore à imaginer.

      Et puis, tout bêtement, il y a les urnes. Mais là, je n’y crois pas car les récentes élections présidentielles ont démontré la profonde stupidité d’une population qui croit encore et toujours ce que lui disent les médias. Ni Hollande ni Sarkozy n’étaient dignes de confiance puisqu’ils avaient tous deux voté le Traité de Lisbonne. Les voix qui sont allées à Mélenchon, Dupont-Aignan, Poutou ou même Marine Le Pen (pour des raisons économiques uniquement) étaient infiniment mieux informées donc plus respectables.


    • Jean-Louis CHARPAL 18 août 2012 10:11

      Dans cet article n’est souligné qu’un aspect du système, important certes. Mais il faut comprendre que le système économique actuel est mondial, global et totalitaire.

      Il aconsisté à donner tous les pouvoirs aux spéculateurs, aux banquiers et aux multinationales.

      L’ Humanité est contrainte de se faire la guerre (économique) à elle même pour le plus grand profit d’une minorité de rentiers parasites.

      La libre circulation des biens et des capitaux, sans aucune maîtrise, la sauvagerie des rapports sociaux, la barbarie financière aboutissent à produire toujours plus de richesses pour 1% et toujours plus de pauvreté pour 99%.

      S’indigner c’est mieux que rien, mais ça ne suffit pas. Il faut aussi qu’émergent des hommes (et femmes) politiques et des formations politiques, comme Sirysa en Grèce, qui sont décidés à reprendre le pouvoir des mains des financiers qui dirigent la planète.

      Mais il faut aussi que les « majorités silencieuses », anéthésiées par les médias, sortent de leur couardise, de leur conformisme et de leur servitude volontaire, pour porter au pouvoir ceux qui sont prèts à vraiment changer les choses.

      Or ni les droites dures, ni les gauches molles ne sont en capacité de le faire.

      NB : va t-on un jour arrêter de parler de « crise » ? Un système en place depuis plus de 30 ans n’est pas une crise !

      Il a atteint ses objectifs. C’est une pleine réussite pour 1 % et une ctastrophe pour 99% de l’humanité !

       


      • benevole 3 octobre 2012 13:37

        Parfaitement d’accord avec Jean-Louis Charpal.


      • alex 18 août 2012 12:03

        Un des enseignements que j’ai pu tirer du livre de Mullins est que toutes les crises bancaires à travers le monde sont créés artificiellement par la Banque en manipulant l’émission et la contraction du crédit par l’ajustement des taux d’intérêts.

        L’article cite notamment la panique de 1907 aux Etats Unis. Il me semblait que cette panique avait été orchestré de toute pièce par la banque J P Morgan, banque originellement créée par Peabody un agent de Rothschild. C’est grâce à cette panique que l’opinion publique à pu être convaincu de la nécessité d’une réforme bancaire totale qui à mené à la création de la Fed 6 ans plus tard.

        Aujourd’hui on a eu la crise des subprimes, organisée par la Fed cette crise à permis un enrichissement formidable pour tous les initiés, et encore une fois « on » à agit sur les taux d’intérêts des prêts accorder aux particuliers et garantis sur leur maisons.

        Quant à la crise de la dette... xD


        • jean-marc R jean-marc R 18 août 2012 14:22

          Les seuls indignés dignes de ce nom sont les Indignados espagnols.

          Par lassitude je ne dirai pas qui sont les pseudo indignés français en réalité,
          et par « politesse » je ne dirai pas ce que je pense de ce troupeau !


          • Stéphanie Tessier 21 août 2012 02:48

            Je crains que la situation ne dégénère en une crise globale beaucoup plus grave.


            J’espère sincèrement me tromper.

          • benevole 3 octobre 2012 16:59

            A Stéphanie Tessier,

            La situation ne peut en effet que dégénérer parce qu’il n’y a pas d’issue si on ne sort pas du système. On ne pourra jamais rembourser la dette parce qu’elle croît automatiquement , quelle que soit la conjoncture, à cause des intérêts cumulés, alors que la croissance monte et surtout descend en fonction de toutes sortes d’aléas. Même quand l’Etat parvient à la réduire en termes de pourcentage du PIB, elle augmente en termes absolus (toujours à cause des intérêts).

            Donc, quand un politique ou un économiste vous dit que l’austérité n’est qu’un mauvais moment à passer, qu’on en sortira un jour, que nos enfants, au moins, en verront la fin, zappez-le, flinguez-le parce que cet individu vous prend pour une imbécile. Dans la voie Sarkollande, il n’y a aucune issue. L’austérité sera perpétuelle et de plus en plus insupportable jusqu’à ce que vous n’ayez vraiment plus rien (sauf si vous faites partie du 1% de décideurs ou de leurs complices)

            Vous avez raison de craindre que ça dégénère soit en émeutes et en révolution, soit en conflit mondial parce que la guerre a été historiquement un moyen de relancer l’économie...et de museler l’opposition. La paix est suspendue aux élections américaines et à la sagesse d’Obama. S’il perd, je commencerai à croire aux prédictions du 21-12-2012 parce qu’Israël frappera en Iran avec la bénédiction des salopards républicains et parce que la Chine et la Russie réagiront. Vous pouvez être certaine que nos dirigeants voudront prendre part au conflit et que les peuples d’Europe et leurs soldats se laisseront manipuler une fois de plus alors que la seule réaction juste et intelligente serait de laisser les politiques, les financiers et leurs esclaves médiatiques y aller seuls.

            La bombe en Iran, c’est comme les armes de destruction massive en Irak. On s’apercevra après coup qu’il n’y en avait pas. Et même si l’Iran voulait l’avoir, qui peut croire qu’il s’en servirait pour rayer Israël de la carte sachant qu’il serait lui-même aussitôt détruit. Le bouclier nucléaire américain est potentiellement beaucoup plus dangereux parce qu’il offre la capacité d’envoyer des frappes nucléaires sans crainte de représailles. Or, les USA sont précisément la seule nation qui a utilisé cette arme. De nombreux pays possèdent l’arme nucléaire : les plus dangereux sont, dans l’ordre, les Etats-Unis parce qu’ils l’ont déjà utilisée et parce qu’ils mènent régulièrement des guerres à l’extérieur de leurs frontières, Israël qui a fourni de nombreux exemples de recours à la force disproportionnés, le Pakistan qui est très instable et pourrait voir les Islamistes s’emparer du pouvoir et la France qui vient encore récemment d’imposer sa loi par la force en Libye parce qu’un pseudo-philosophe, soi-disant soucieux d’éviter un massacre à Benghasi a millité pour qu’on en perpètre un à Syrthe.

            L’Iran n’est pas dangereux ! Que je sache, il n’a envahi personne. Ce sont au contraire les occidentaux qui ont poussé Saddham à l’attaquer. A côté de cela, les provocations verbales d’Amabinedjad sont bien peu de choses. Quand on a une poutre dans l’oeil, mieux vaut ne pas chercher la paille dans celui de son voisin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès