Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > De la fin de la suprématie américaine

De la fin de la suprématie américaine

Les chiffres sont tombés : le nombre de postes supprimés aux USA s’élève à 247 000 en ce mois de juillet selon le département du travail américain. La tâche ne sera donc pas facile pour le président Obama qui devra tout mettre en oeuvre pour confirmer le leadership américain sur la surface du globe. A cause de la crise, mélangée avec le principe de consensus de Washington, les USA auront des difficultés à rentrer dans une reprise économique qui les mènerait vers une croissance à long terme tout aussi efficace qu’avant le krach boursier. Il se peut même que se soit la fin du quart d’heure américain, mais ne soyons pas trop optimiste, ou bien, ne faisons pas trop de jugement hâtif, mais essayons d’analyser, à l’heure de cette mondialisation, si le rêve américain a de beau jour devant lui. 

Si il y a bien une chose que sait faire le capitalisme : c’est de se relever de ses propres crises et d’être le seul modèle économique fiable, mais boiteux. Car, si certes l’occident a réussi à sortir des différentes crises économique, comme celle de 1929, elle a néanmoins perdu, au fil du temps de sa vitesse, ou en tout cas, elle n’en n’a pas gagné ( il est certes inconcevable de prétendre qu’on produisait plus hier qu’aujourd’hui ) mais plus il y a de crises, plus la croissance ralentit. Le problème vient d’un système financier, aussi cerveau de l’économie, éperdument malade et subsistant sur des problèmes de fonds non résolus. Comble du compte, même s’il y a des crises, rien n’est fait pour y remédier et elles deviennent de plus en plus grave. Le système est touché à son coeur et on en profite pour faire des spéculations et autres titrisations. Comme l’Europe, les USA perdent de leur vitesse et vont se faire concurrencer si le cycle des crises continue.
 
Continuons sur la comparaison avec l’Europe : avant le XXe siècle, elle était le berceau de l’innovation, de la révolution industrielle et toute les mégalopoles mondiales étaient concentrées en elle. Avec la naissance et l’expansion des USA, c’est une situation de monopole qui s’est effondrée, car les USA sont devenus des terres d’investissement et de travail ( l’on parlera de la colonisation plus tard ). L’Europe a donc faibli et les USA ont étendu leur influence. Or, l’on vit aujourd’hui dans la mondialisation et nous voyons des pays émergents qui sont en train de concurrencer l’impérialisme de la mondialisation américaine car ces pays proposent des politiques ambitieuses : l’Etat investit et met de l’argent dans la recherche, dans les marchés innovateurs comme ceux de l’hybride : ce qui fait que ces pays prennent de l’avance, une avance qui sera difficile à rattraper pour les USA. En conséquence : en Chine, s’est ouvert récemment le 5ème salon de la voiture hybride.
 
Comme tous pays occidentaux, les USA sont surendettés : rappelons-nous l’affaire des caisses d’épargne sous Reagan qui avait coûté 200 milliards de dollars aux contribuables américains. Soyons clair : les USA se sont enfermés dans la spirale de l’endettement et un système surendetté est un système malade. Comme en Europe, les USA devront et vont pratiquer une politique d’austérité complètement opposée à l’expansionnisme économique mais tellement plus proche de la théorie d’Hayek. C’est la faute de l’Etat, mais c’est lui est surtout le contribuable qui va payer les pots cassés. Comment une hausse des taux d’intérêts, une hausse des impôts peut-il relancer une économie ? On se le demande. De plus, un pays en incapacité de rembourser ses dettes n’attire pas beaucoup les investisseurs étrangers et fait fuir les flux de capitaux nationaux qui dé-localisent dans les pays étrangers. On peut aussi dire merci à la présidence de Bush qui a laissé à Obama, le 30 septembre 2008, 10 000 milliards de dollars de dette !
 
Alors, comme l’Europe, les USA vont-ils rentrer dans une phase de ralentissement économique chronique ? Avec un système financier abîmé et un pays endetté, la tâche ne sera pas si simple, surtout si ce pays se fait concurrencer par d’autre. Mais aussi les USA ont encore du travail à faire pour redorer le blason du "rêve américain".
 
La retraite de l’oncle Sam :
 
L’une des promesses d’Obama est celle d’instaurer un système de santé et de retraite fiable. L’on pourrait se dire "oui, c’est une très bonne idée !", mais cela ne sera pas si simple puisque pendant 60 ans, on a dit aux américains qu’une sécurité sociale c’était du communisme. Les démocrates risquent donc de se casser quelques dents sur cette réforme et cela pourrait mener à une instabilité sociale. Mais pourquoi évoquer la réforme du système de santé ? Tout simplement parce qu’un système de sécurité sociale est indispensable en temps de crise : c’est comme une épargne de précaution. Mais aussi, à l’inverse des USA, les pays émergents se sont presque tous dotés d’une sécurité sociale avant de se lancer dans une libéralisation des marchés. Dans ces pays, il en va de la stabilité politique et si les USA ne font pas de même, l’on risque de revoir de nouveaux retraités... sans pension de retraite.
 
Lorsque l’on évoque les USA dans une conversation, on en vient souvent au dossier chaud de l’Irak. Les guerres à répétitions, et la mauvaise politique anti-terroriste, surtout lorsque sont en jeux des puits de pétroles, on sait que les USA sont devenus très impopulaires aux yeux du reste du monde. Avec le 11 septembre, on a clairement vu que les USA ne sont pas invincibles et avec le retour des attentats à Bagdad cette semaine, on peut se dire que les USA ont perdu la guerre en Irak. En clair : le mythe de l’oncle Sam a perdu de son influence et risque de devenir : "I want you to loose".
 
Le gouvernement américain souffre d’une impopularité en son coeur et dans le reste du monde, ce qui a pour conséquence une perte de confiance qui risque de nuire au leadership américain.
 
L’empreinte américaine dans nos sociétés :
 
Certes, les USA sont impopulaires sur beaucoup de dossiers : la guerre, la mal-bouffe, la pollution, le trafic d’arme... Mais elle a imprégné sa marque dans notre quotidien. Aujourd’hui, tout le monde connaît Mcdonalds, coca-cola, Nike et j’en passe : ils sont présents dans chaque pays occidental et même dans les pays émergents. La mondialisation impérialiste a permis aux USA d’implanter ses multinationales et de détruire la concurrence locale dans les pays en voie de développement. Ainsi, ne restait plus que sur les marchés des sodas coca-cola et des chaussures Nike. La société de consommation de masse américaine s’est introduite dans les traditions indiennes bien plus anciennes et les a étouffées.
 
Mais aussi, les Etats-Unis ont encore une grande influence par leur politique nationale. Aux USA, les personnes âgées ( 80 ans et + ) travaillent encore : en France on veut faire la même chose. Aux USA, on applique une politique sécuritaire basée sur la peur : en France aussi. L’américanisation de nos sociétés se fait même dans les politiques gouvernementales. Les États-Unis ont aussi une empreinte historique dans nos sociétés. Les américains ont souvent l’image de libérateurs de l’oppression Nazi pendant la second guerre mondiale, ce qui fait que beaucoup d’entre nous les respectent et disent "heureusement que les américains étaient là !".
 
On peut donc dire, que les USA ont une empreinte sociale, politique, économique et historique dans les sociétés occidentales et orientales qui n’est pas prête de s’effacer et qui pourrait les aider à conserver leur leadership. Certes, les USA ont fait des horreurs ( Hiroshima, mise au pouvoir de Pinochet, purge raciale,.. ), mais la popularité mondiale d’Obama et son "Obamania" pourraient bien les aider dans un futur proche.
 
La main mise sur les institutions internationale :
 
Approchons-nous de ce qui pourrait être mis en comparaison avec la colonisation :
 
Lorsque l’Europe a commencé à avoir peur des USA et a voulu garder encore pendant quelques temps son monopole, celle-ci s’est mis à coloniser les régions d’Afrique et d’Asie. Ils ont mis en place une politique impérialiste visant à étendre son influence politique, économique et sociale. Il a aussi créé des monopoles dans ses colonies contraintes d’acheter des produits aux pays qui les colonisaient. Les colons détruisaient donc la concurrence locale et dépouillaient leurs colonies pour que celles-ci restent dépendantes de "la mère patrie".
 
Le rapprochement est facile à faire avec les USA et la mondialisation. Lors de la chute du bloc soviétique, le monde s’est retrouvé en phase multi-polaire, avec à sa tête les États-Unis. On a donc commencé à s’intéresser aux pays émergents. On a demandé à ces pays de libéraliser aux plus vite leurs marchés commerciaux et financiers. Ainsi, les USA se sont installés avec leurs multinationales et ont, après quelques semaines de "concurrence", installés leur monopole. Les USA profitent, à l’image de l’europe colonisatrice, du monde en développement : leurs avancées profitent à la croissance et à la spéculation américaine. C’est le cercle vicieux de la mondialisation impérialiste américaine. En claire : les PED ne profitent pas de leur boum technologiques et industrielles : ils se font voler, en quelque sorte.
 
Oui mais voilà : tout comme pour la décolonisation, les pays émergents en auront bientôt assez du monopole américain et vont essayer d’atteindre un statut d’indépendance. Mais pour l’instant, il existe un petit problème : le FMI et la banque mondiale.
 
Le FMI : un barrage à l’indépendance des PED :
 
Avant tout, il faut savoir que le FMI et la banque mondiale ont été créés aux accords de Bretton Woods en juillet 1945. Ces institutions ont pour but de maintenir les signes de la conjonctures dans les pays en crise ( pour le FMI ) et de réduire la pauvreté ( pour la banque mondiale ). Mais là aussi, l’occident profite de la situation. Déjà, l’on peut remarquer qu’à la tête de ces institutions, censées être internationales, se trouvent à chaque fois un européen ou un américain. Cela pourrait être négligeable si la politique de ces institutions n’étaient celles du consensus de Washington, très apprécié par Tatcher et Reagan à l’époque. Il y a encore une chose bien plus aberrante : c’est que les USA sont les seuls à avoir le droit de veto lorsqu’il s’agit de verser une aide financière à des pays en difficultés puisqu’à eux seul, les États-Unis possèdent 16,79 % des droits de votes.
 
Voici, en clair le danger, bien développé par J. Stiglitz dans son livre, prix nobel d’économie : la grande désillusion. Le FMI, pour accorder son aide financière, impose plusieurs conditions : une libéralisation rapide du commerce ( fin de droits de douane notamment ), libéralisation rapide du système financier, et privatisation des services publiques pour la concurrence. Le FMI a imposé à des pays en moins de dix ans, ce que l’occident a fait en 60 ans. Il eut donc deux résultats : les pays se sont détruits en se libéralisant trop vite ( aucune sécurité sociale, situation de monopole par les oligarques,... ) et sont donc toujours aussi dépendants de l’occident et des États-Unis ; D’autres ont refusé et se sont donc retrouvé sans aide internationale, indispensable pour beaucoup au développement du pays.
 
On peut donc dire, que la situation de contrôle des institutions internationales par les USA est utile pour la conservation de leur place de première puissance mondiale, puisque sans l’aide internationale, les pays émergents sont dépendants de l’occident et en particulier des États-Unis. Mais cela risque de changer assez vite.
 
Des idées comme un FMI asiatique :
 
La politique du FMI est de plus en plus contesté par les altermondialistes et les dirigeants des pays émergents qui ne respectent plus les conditions du FMI, quitte à ne plus recevoir les aides internationales, surtout quand le FMI a encore plus aggravé le cas de bon nombre de pays. Dans la fin des années 1990 est sortie l’idée d’un FMI spécialement asiatique. Mais ce projet a été rejeté par l’occident. Il se pourrait bien, qu’un jour ce projet ne dorme plus dans les cartons. La conséquence serait la fin du monopole américain et occidentale sur les institutions internationales et aussi la fin de la politique du consensus de Washington. Mais l’Asie a encore bien des idées devant elle.
 
La particularité des pays asiatiques c’est de ne pas dire que l’Etat est fautif dans chaque problème économique. Au contraire, les pays asiatiques ont réussi à rallier le publique de l’intérêt privé. L’Etat finance la recherche et les marchés innovants et comme c’est dit précédemment : "ce qui fait que ces pays prennent de l’avance, une avance qui sera difficile à rattraper pour les USA".
 
Alors si, l’Asie devient indépendante du FMI sous contrôle occidental et pratique une politique expansionniste, elle va sûrement prendre la place de leadership mondiale. Cela ne sera pas totalement le cas tant que les multinationales occidentales seront sur les terres asiatiques. Mais même avec cela, les USA vont être très fortement concurrencés.
 
L’avenir :
 
En conclusion, on peut dire que les USA ne sont pas à enterrer : ils ont encore une puissante économie mais sont en perte de vitesse. Les USA ont imposé leur influence sur le monde entier ce qui fait qu’ils ont une sorte de force d’attraction sur nous tous. S’ils sont certes remis en cause, ils ont aussi imprégné l’histoire et font encore marcher l’économie mondiale. Mais bientôt, les PED comme la Chine et l’Inde vont atteindre une certaine indépendance et les USA ainsi que l’Occident, auront de plus en plus de difficulté à garder leur monopole. Il y a bien sûr une chose dont on peut être certain : le XXème siècle était celui des USA, le XXIème sera celui de la Chine et de l’Inde.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.53/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • abdelkader17 21 août 2009 12:09

    le paradoxe du capitalisme c’est qu’il réclame moins d’état pour mettre en œuvre ses politiques ultralibérales(suppression des décrets et réglementations de protection du salariat, freinant ainsi ses instincts auto destructeurs) durant ses crises cycliques,il à toujours utilisé l’état et ses services de renflouement pour sauver son entreprise en contractant des dettes auprés de celui- ci.
    « La mama étatique » pour reprendre une expression de Claude Imbert, expression qu’il utilise avec une constance proche du radotage est toujours venue au secours du capitalisme pour assurer sa survie et sa pérennité.


    • abdelkader17 21 août 2009 12:17

      @Chantecler
      Salut
      privatisation des bénéfices et socialisation des pertes, telle la constante de cette imposture.


      • manusan 21 août 2009 13:06

        Toute projection est impossible pour les 10,20 prochaines années.

        peut-être une guerre, après on verra du cote des vainqueurs.


        • le naif le naif 21 août 2009 13:27

          @ a l’auteur

          Bon article, si ce n’est votre conclusion : « Le XXe siècle était celui des USA, le XXIe sera celui de la Chine et de l’Inde »

          Il est peut-être un peu présomptueux d’être aussi affirmatif, ces deux pays ont certes un énorme potentiel de développement, mais ils arrivent un peu tard au banquet.
          Les problèmes écologiques et la diminution des ressources naturelles risquent de leur opposer un frein difficile à surmonter économiquement ( sans parler de problèmes démographiques). A bien des égard l’Amérique du Sud, me semble plus prometteuse d’avenir.

          Les problèmes qui se posent à l’humanité devront être résolu d’une façon mondiale.
          Soit pacifiquement et pour cela le déclin de la suprématie Américaine et Occidentale est plutôt une bonne chose.
          Soit militairement et alors là......
          Pour ma part la seule chose dont je sois sur, c’est que l’avenir est plus incertain qu’il ne l’a jamais été dans l’histoire de l’humanité.


          • fonzibrain fonzibrain 21 août 2009 13:36

            Le nombre d’Américains qui ont vu leur logement saisi pour défaut de paiement ou sont en retard sur le remboursement de leur crédit a atteint des sommets -plus de 13%- au deuxième trimestre 2009, selon les chiffres publiés jeudi par la fédération des banques spécialisées dans l’immobilier. Et des milliers de personnes continuent de perdre leur emploi chaque jour aux Etats-Unis.

            Les chiffres de la Mortgage Bankers Association sont tirés par les emprunts à taux fixe, et non par ceux à taux variable, les “subprimes” à l’origine de la crise du crédit. En juin, plus de 4% de tous les emprunteurs faisaient l’objet d’une saisie, et environ 9% étaient en retard d’au moins une échéance.

            Si la récession, en termes de produit intérieur brut (PIB), semble sur le point de finir, la plupart des économistes s’attendent à ce que les licenciements et saisies se multiplient encore pendant de longs mois car les entreprises continuent de réduire leurs coûts.

            Parallèlement, les chiffres des ventes de logements, attendus vendredi, devraient avoir progressé pour le quatrième mois consécutif en juillet, car les propriétés saisies se vendent à prix cassé. Certains économistes estiment que les prix du logement devraient encore baisser après avoir marqué un palier.

            Les Etats les plus durement touchés par les saisies restent la Californie, le Nevada, l’Arizona et la Floride, qui représentent 44% des nouvelles saisies aux Etats-Unis. Près de 12% de tous les crédits immobiliers contractés en Floride et 9% de ceux du Nevada font l’objet d’une procédure de saisie.

            Le programme fédéral “Making Home Affordable”, destiné à empêcher les ménages de perdre leur logement, n’a pas décollé : seuls 10% des emprunteurs répondant aux critères y ont recours, selon les données de juillet. AP

            article

            Je ne sais pas si vous prennez la mesure des chiffres,c’est complètement fou,les classes moyennes sont laminées,et cela se ressent bien évidement sur le moral des gens,regardez : “

            Les chercheurs qui publient les résultats de leurs travaux dans la version en ligne de l’American Journal of Public Health ont observé 250 propriétaires de la région de Philadelphie au moment où leur bien immobilier était saisi.

            Près de la moitié d’entre eux ont montré des symptômes de dépression au moment où ils faisaient face à la saisie, et 37% souffraient d’une dépression sévère, indiquent les chercheurs.

            La vague sans précédent de saisies immobilières aux États-Unis consécutive à la crise financière de l’automne dernier et à la récession « est également une crise sanitaire », juge le Dr Craig Pollack de la faculté de médecine de Pennsylvanie, le principal auteur de l’étude.

            Il souligne que la situation pourrait être pire dans d’autres grands centres urbains où le taux de saisies et le chômage sont beaucoup plus élevés qu’à Philadelphie.

            Dans cette ville, les saisies immobilières ont quasiment doublé entre 2007 et 2008.

            « La taux exceptionnellement élevé » de symptômes de dépression mis au jour dans cette étude est particulièrement préoccupant, selon ce médecin qui note que des recherches faites précédemment indiquent un taux de dépression grave d’environ 12,8% chez les Américains vivant en dessous du seuil de pauvreté.

            Les chercheurs ont aussi découvert que les personnes dont le logement a été saisi étaient plus souvent dépourvues d’assurance maladie (22%) qu’un échantillon de la population américaine choisi par les chercheurs (8% sans assurance).

            Pour autant, les deux groupes ont dû faire face à des problèmes de santé semblables dans les mêmes proportions.

            Près de 60% des participants à l’étude de Philadelphie ont indiqué avoir sauté des repas, car ils n’avaient pas les moyens d’acheter suffisamment de nourriture, tandis que 48% d’entre eux ont décidé de renoncer à acheter des médicaments, faute d’argent.

            L’étude révèle que pour 9% des sujets de l’étude un problème médical dans leur famille et les dépenses occasionnées ont été la principale raison ayant conduit à la saisie de leur maison. Plus d’un quart des participants ont en outre indiqué avoir un nombre important de factures médicales impayées.

            Pour le Dr Pollack, plus les difficultés précédant la saisie immobilière se prolongent, plus les effets sur la santé des personnes confrontées à ce problème peuvent être profonds.

            Les difficultés financières forcent les propriétaires à tailler dans leurs dépenses de santé jugées non-indispensables comme les soins préventifs, l’achat d’aliments frais ou des médicaments pour traiter des maladies chroniques telles que l’hypertension.

            De surcroît, le stress provoqué par une saisie peut exacerber les mauvais comportements. C’est ainsi que parmi les participants fumeurs de l’étude, 65% ont reconnu fumer davantage après avoir reçu l’ordre de saisie de leur logement.

            article press affaire

            Voila les ravages concrets de la crise,les gens sont broyés,c’est le fameux choc qui paralyse les gens,ils deviennent dingues et sont pret à suivre n’importe qui ou n’importe quelle cause.

            Cette destruction est délibérée,comprennez le bien,beaucoup de personnes avaient tout compris depuis longtemps,c’est mathématique tout simplement,le système est en faillite.

            http://fonzibrain.wordpress.com/


            les usa sont morts,COMPRENNEZ LE


            • Jean-paul 21 août 2009 14:11

              @ fonzibrain
              Les USA sortiront de la crise que la France y sera encore .


            • xbrossard 21 août 2009 16:05

              @Jean-paul

              tout à fait, car les américains sont conditionnés « si je suis à la rue, c’est que je suis un looser, une merde »
              il ne reste plus à la prochaine crise à leur bourrer le mou pour qu’ils passent à l’étape suivante :« si je suis à la rue, c’est que je suis une merde, je ne mérite pas de vivre, je vais me suicider »

              Avec ce genre de régime, plus besoin de totalitarisme, chacun est totalitaire avec lui-même...


            • Jean-paul 22 août 2009 01:13

              @ xbrossard

              En France c’est la meme chose ,deprime ,depression quand on se retrouve au chomage ,au RMI .


            • Jean-paul 21 août 2009 13:43

              Bonnes etudes a l’auteur qui a un jour avec ses diplomes ira peut etre travailler dans une boite americaine (meilleur salaire ).
              C’est vrai qu’on voit des persones agees travailler a mi temps ,maisque dire en France avec la discrimination de l’age dans le travail ,avant 30 ans on n’a pas d’experience et apres 40 ans on est un vieux con .
              Quant a la securite sociale ,c’est aussi affaire de mentalite ,les Americains ne veulent pas que l’etat s’occupe d’eux (taxes) .


              • arturh 21 août 2009 13:52

                L’auteur fait une énorme erreur parce qu’il ne comprend pas que ce dont il s’agit, c’est la la fin de la suprématie des USA qui s’appuient sur l’Europe et donc sur sa rive atlantique.

                Passons sur le XXIème sicècle chinois et indien, qui ne fera plaisir qu’à l’antiaméricanisme primaire européen qui nous annonce tous les ans depuis le 6 juin 1944 le « déclin de l’Empire Américain », pour rappeler une évidence bien plus triste pour nous :

                Comme la Crise de 1929 qui a provoqué le basculement du monde de l’Europe aux USA, l’actuelle « Crise de 29 » va accélérer le déclin de l’Europe. En effet, malgré quelques progrès depuis 1929, Nous les Gens de l’UE n’avons toujours pas d’institutions politiques démocratiques en Europe pour faire face à l’actuelle crise. Il n’y a qu’à lire cette montruosité bureaucratique.... complètement illisible du « Traité de Lisbonne » pour s’en convaincre.

                Principalement en raison de la victoire des USA sur le Communisme, en particulier sur le communisme chinois, la suprématie des USA, en raison de la suprématie de leurs institutions politiques, puisqu’ils sont les seuls dans le monde à avoir une Constitution véritablement démocratique depuis plus de deux siècles, va s’appuyer sur sa rive pacifique.

                On est donc en train d’assister aux prémisses du basculement des USA de l’Est vers l’Ouest, selon un mouvement historique qui paraît d’ailleurs inéluctable.

                La suprématie des USA, ça ne fait aucun doute, notamment en raison de l’appel à la Liberté qu’elle constitue pour les gens qui vivent autour du Pacifique, notamment les Chinois, en sortira renforcé.

                La suprématie des USA, symbolisée, chez les antiaméricain primaires, par l’atlantisme, va se transformer en s’appuyant sur l’Océan Pacifique.

                Se pose maintenant une question : est-ce que l’antiaméricanisme primaire après avoir condamné l’atlantisme, va oser condamner le pacifisme ?


                • abdelkader17 21 août 2009 14:54

                  @Arturh
                  "Passons sur le XXIème sicècle chinois et indien, qui ne fera plaisir qu’à l’antiaméricanisme primaire européen qui nous annonce tous les ans depuis le 6 juin 1944 le « déclin de l’Empire Américain », pour rappeler une évidence bien plus triste pour nous « 

                  Cette fois ci il semblerait que la banqueroute soit proche tous les indicateurs sont au rouge,sur le plan extérieur c’est pas brillant non plus avec une faillite géostratégique avancée,seuls les pro américains compulsifs sont convaincus du bienfait de la »vitalité économique« de cette nuisance permanente qu’est l’Amérique.
                  La démocratie ça n’existe pas,c’est un terme tellement galvaudé qu’il n’a plus aucun sens.

                   »victoire sur le communisme chinois"
                  Vous êtes sénile,parce que sortir des énormités pareilles ça frise le ridicule,les américains en sont à vivre des avoirs des chinois et ceux des pétro monarchies.
                  Votre copie est à revoir mon cher ami.


                • arturh 21 août 2009 15:56

                  pauvre abdelkader qui invoque en permanence ses incantations pour que ses désirs se transforment en réalité.

                  L’élection d’Obama a montré l’extraodinaire vitalité américaine.

                  Et cette idée « ils sont endettés, donc ils sont foutus », n’est qu’une crétinerie de plus de gens qui s’en tiennent à des préceptes de chameliers du VIIème siècle.

                  Mais avouons le, pour moi qui suit partisan de la Constitution Aémicine et donc de la Démocratie, une théorie pragmatique extrêmement efficace de l’exercice du pouvoir politique par la majorité des citoyens, entendre le bêlements de rage des ultraconservateurs devant les progrès indéniables de la Démocratie dans le monde, ça fait extrêmement plaisir. 


                • abdelkader17 21 août 2009 16:40

                  Arturh
                  "Et cette idée « ils sont endettés, donc ils sont foutus », n’est qu’une crétinerie de plus de gens qui s’en tiennent à des préceptes de chameliers du VIIème siècle.« 

                  Si »vos amis progressistes Américains" avaient suivi les prescriptions de l’islam en matière d’usure et d’intérêts, leur économie ne serait pas dans un état aussi lamentable et proche de la banqueroute.
                  Vous pouvez regarder vers l’est ou l’est si ça vous chante,tentez plutôt de percevoir les nuages qui s’amoncellent vers le ciel de votre pseudo démocratie,l’american dream pourrait rapidement se transformer en cauchemar.


                • Intrepid_ibex 21 août 2009 23:00

                  @ ’bdel
                  Sans l’argent-dette, l’usure des USA et du reste du monde, les pétro-monarchies « pures » à vos yeux n’auraient aucun pétro-dollar à encaisser et à ré-investir dans l’économie obscure de l’occident.
                  La sainte pureté n’est possible qu’en étant équipé d’une bonne pince à linge.
                  Et ne confondez pas l’avidité de quelques puissants banquiers corrupteurs avec le destin de gens comme vous et moi. L’occident ne se porte pas si mal, ses multinationales prennent pied partout sur la planète. Si cela profite au commun des mortels, c’est une autre histoire.

                  Cela dit, je suis d’accord avec vous pour dire que la démocratie sombre avec son unique pilier, la classe moyenne qui se réduit en peau de chagrin. Maintenant que la guerre froide est finie, il n’y a plus à apporter de la richesse au plus grand nombre pour prouver que le libéralisme est meilleur que le communisme. Le modèle économique tend vers la competition fiscale et donc le dumping social.

                  @ arturh

                  Attendez un peu et les choses changeront. La chine ne pourra pas repartir indéfiniment, la consommation des pays occidentaux restera déprimée en raison d’un endettement excessif. Pour repartir, la chine devra compter sur elle-même et se construire un système social (assurance maladie) afin de libérer son épargne bloquée en cas de coup dur (maladie...). On peut toujours rêver. De toutes les manières, la chine n’est pas le pérou, nous attendons toujours le développement de son marché intérieur, bloqué par protectionnisme, et par manipulation du Yuan, visant à garder des salaires de misère. Ce n’est pas pour demain qu’il existera une classe moyenne et donc un marché. Et c’est d’autant plus improbable que les ressources naturelles ne suivraient pas.

                  La seule solution pour l’occident est de relocaliser les productions, d’économiser l’énergie et de construire des produits de qualité, de forte valeur ajoutée et qui durent un peu plus que ces m.... à trois francs six sous. La planète et le peuple ne s’en porteront pas plus mal.


                • arturh 23 août 2009 07:59

                  merci mais moi aussi j’ai entendu les anathèmes de ben laden. Et figurez vous : même pas peur. juste les vociférations d’un vieux con décavé, d’un fils de famille dévoyé, c’est pas le dernier, on en verra d’autres.


                • arturh 23 août 2009 08:03

                  Votre problème abdelkader, est exactement le même que ben laden qui détient tous ses avoirs en dollars et qui est condamné à ordonner la destruction des usa tout en souhaitant que ça n’arrive jamais.

                  Vous êtes condamné à annoncer la fin des USA sur internet, un média qui n’existe que par les USA, et vous êtes condamné à espérer que ça n’arrive jamais parce que sans internet, on n’entendra plus jamais parler de vous et de vois frustrations que vous tenez absolument à communiquer au monde entier.


                • Jean-paul 21 août 2009 14:16

                  @l’auteur
                  Esprit d’entreprise et universites sur Agoravox ,c’est l’article que je vous invite a lire en tant que futur etudiant .Et au fait aux prochaines vacances allez visiter les USA et ecrivez un article de vos impressions personnelles .


                  • c.d.g. 21 août 2009 14:42

                    @l auteur : pas mal pour un lyceen
                    Mais vous etes un peut trop euro-centre.
                    "Continuons sur la comparaison avec l’Europe : avant le XXe siècle, elle était le berceau de l’innovation, de la révolution industrielle et toute les mégalopoles mondiales étaient concentrées en elle"
                    NON !! Jusqu au 18 eme sciecle la puissance economique (et demographique) dominante c est la chine !
                    Mais celle ci a loupee la revolution industrielle (19 eme) et donc l europe a pris le dessus
                    Les USA etaient a l epoque quasi inexistant economiquement (disons avant 1880)
                    Le basculement europe -> USA a eu lieu apres la premiere guerre qui a saignee l europe. La seconde a scelle le destin de l europe qui est devenu un satellite (des USA a l ouest ou de l URSS a lest)

                    a propos du surrendettement.
                    Vous ecrivez que les USA n ont pas de securite sociale/retraite (au sens francais du terme) et donc sont surrendette. Mais les pays qui sont leur creancier (au premier rang la chine) non plus !
                    En general, on considere justement que l absence de systeme sociaux force les individus a epargner (justement pour pouvoir payer les soins ou vivre quand ils ne pourront plus travailler)
                    Un des objectifs de ceux qui veulent developper le marche interieur chinois est justement de faire une securite sociale chinoise afin de degonfler le bas de laine

                    Autrement dit, le surrendettement n a rien a voir avec l absence de securite sociale
                    Par contre, ca a beaucoup a voir avec la bulle immobiliere (les credits etaient gages sur la valeur des maisons) et la baisse des remunerations du travail (les americians empruntaient pour compenser la baisse de leurs revenus ou speculaient.

                    Du type j achete ma maison. Comme les prix montent, quand je revent dans 2 ans, je fais du benefice . Je rachete donc une maison plsu grande avec un credit sur 100% de la somme, et je revends ... tout va bien jusqu au jour au le prix de l immobilier ne monte plus !)


                    • Tommy Tommy 21 août 2009 17:16

                      Je n’ai pas dis que la dette américaine est la cause d’un sur-endettement, mais que sans sécurité sociale, beaucoup de gens seront mis au pied du mure lorsque les restrictions monétaires se feront.


                    • finael finael 21 août 2009 16:33

                      « La fin de la suprématie américaine » !!!!

                      Vous pouvez toujours rêver.

                      Vous serez mort bien avant que cela n’arrive.


                      • sentinelle 21 août 2009 17:06

                        c’est vous qui etes mort....

                        le patient est en etat de mort clinique avancée.....il suffit de debrancher pour que le legiste rapplique......


                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 21 août 2009 16:40

                        Ceci étant dit, ils ont quand même beaucoup d’entreprises performantes et innovantes par rapport au reste du monde : leur déclin n’est pas pour demain ...


                        • sentinelle 21 août 2009 17:10

                          Ceci étant dit, ils ont quand même beaucoup d’entreprises performantes et innovantes par rapport au reste du monde : leur déclin n’est pas pour demain ...


                          vous avez raison l’ami, le declin n’est pas pour demain , car il a eut lieu hier....la mise en pieces elle est pour bientot..... octobre, novembre, decembre au plus tard......


                          • Jean-paul 22 août 2009 01:25

                            @ sentinelle
                            Octobre ce seront les greves en France .
                            Les Americains sont avant tout pratiques ,je le repete les USA sortiront de la crise que la France y pataugera encore et pour longtemps .De toute facon c’est Bruxelles qui commande .


                          • agent orange agent orange 21 août 2009 18:47

                            Selon un article du New York Times (http://www.nytimes.com/2009/07/24/us/24unemploy.html?_r=2&hp), 16 états sont ruinés et paient les allocations chômage (quand elles peuvent, avec de l’argent emprunté). Le nombre de ces états en faillite pourrait doubler d’ici la fin de l’année.

                            Heureusement que la campagne de vaccination obligatoire cet automne aux US va réduire le nombre des pauvres et autres indigents...


                            • frédéric lyon 21 août 2009 18:56

                              Je vois que notre ami « auteur » est en terminale ES, peut-être devrait-il attendre d’en savoir un peu plus avant de se lancer dans des « articles » de prospective.


                              Quant à la chute de l’Empire américain............Quelle tarte à la crême !

                              • kay kay 22 août 2009 02:10

                                En deux lignes, votre seul argument pour critiquer l’article de l’auteur est de dire que ce dernier est trop jeune et donc peu crédible.
                                Vous n’exposez de votre côté, et contrairement à lui, aucun argument, nous devons nous fier à votre expérience qui si elle est réelle, pourrait au moins être démontrée par un quelconque argument.

                                Le manque de crédibilité est de votre côté.


                              • fonzibrain fonzibrain 21 août 2009 20:59

                                lyon ce qui a de bien avec toi c’est ta constance dans la connerie


                                je sens que dans quelques mois je vais me foutre de ta gueule

                                • tvargentine.com lerma 21 août 2009 22:20

                                  Ne pas confondre une puissance économique ,financière et militaire comme les USA qui restent quand même très loin devant.

                                  L’Inde dispose d’une société hiérarchisée de caste qui ne sont pas fait pour permettre à un pays de se développer et plus la richesse va s’accumuler pour une ultra minorité plus il y aura de la contestation

                                  Peut-on dire que l’Inde d’aujourd’hui c’est un peu la France de 1788 ??

                                  La Chine est une dictature communiste qui interdit toutes libertés d’expressions et syndicales et avec la crise,la population paysanne aura de plus en plus de mal à survivre alors que ceux qui auront été dans les villes remplir les usines refuseront de retourner à la campagne avec la fermeture des usines

                                  Autant vous parlez des pays comme le Brésil,l’Argentine,le Vénézuela,qui sont en développement sur leurs propres richesse et ont un système démocratique autant ,l’Inde et la Chine ont un système féodal et tyranique et compte tenu de la population de ces 2 pays ,soyez certain de voir se produire des révoltes et des répressions

                                  Je suis certain aussi que les américains vont digérer cette crise avec un prix du pétrole suffisament haut pour neutraliser la Chine car,quand on voit le pouvoir Chinois acheter tout les produits de matières premières pour des années à l’Argentine ou le Brésil on comprend qu’ils sont à la gorge

                                  Il ne suffit pas d’avoir un matelas de dollars en bon du trèsor si cette monnaie devient faible et si vous le dépenser à combler les dettes des spéculations immobilières en Chine

                                  Toute le monde s’attend à un crack en Chine,c’est une question de temps,mais soyez certain que le Président OBAMA remettra son pays sur la voie d’une forte croissance économique mais sur des bases nouvelles,avec de nouvelles normes que les chinois
                                  ne pourront jamais appliquer car leur système de pensée (la dictature) est incompatible avec une économie de marché libre !

                                  http://www.tvargentine.com/



                                  • Internaute Internaute 22 août 2009 09:28

                                    Le Vénézuéla en développement ? Laissez-moi rire. Ce pays ne cesse de couler depuis la fin de Perez Jimenez. A l’époque 1 dollar valait 3,5 Bolivars. Aujourd’hui 1 dollar vaut 2.150 Bolivars au taux officiel et plutôt 4.000 dans la rue. Le déclin accéléré a commencé sous Carlos Andrès Perez avec l’explosion de l’inflation. Chavez contrôle un tout petit mieux sa monnaie mais sa politique a détruit la classe moyenne et l’industrie, socle de tout développement où que ce soit dans le monde. Ce pays qui produisait de tout il y a 40 ans et était auto-suffisant sur le plan agricole n’arrive même plus à se nourrir. Si c’est cela le dévelopement ???


                                  • abdelkader17 21 août 2009 22:34

                                    c’est bien lerma votre pseudo vous avez ce que ça veut dire en arabe « l’aveugle »ça ne pouvait mieux vous convenir.


                                    • abdelkader17 21 août 2009 22:34

                                      correction vous savez


                                      • kay kay 22 août 2009 02:14

                                        La chute des US est inéluctable. Les chiffres le prouvent. La dette ne peut plus être remboursée. il reste à savoir comment ce monstre, blessé, va t-il réagir ?
                                        Vont-ils tester en Chine et en dans les pays Asiatiques leurs nouvelles bombes nucléaires « propres » ?
                                        C’est ce que je redoute. On a plus à rembourser ses dettes quand on a plus de créancier.


                                        • Jean-paul 22 août 2009 02:24

                                          Ma pauvre Kay.................
                                          Etes vous alle aux USA ????Pourquoi cette haine ????
                                          En economie tous les pays sont lies,si les USA plonge le monde plonge .


                                          • kay kay 22 août 2009 02:49

                                            L’avantage avec les USA, c’est qu’on a pas de se déplacer, ils viennent à vous. Que ce soit commercialement ou par les nombreuses infos qui circulent sur eux via internet.
                                            Pour les chiffres économiques, nombreux, qui transitent et qui expliquent ou en sont réellement les USA, en terme d’argent, je crois qu’il y a suffisamment d’éléments qui vont dans le même sens pour pouvoir dire que la situation n’est pas rose là-bas. (et pour nous aussi bientôt)
                                            Mais les USA ne sont pas qu’une puissance (descendante) économique, c’est aussi un monstre militaire.

                                            Leur tentation d’appuyer sur un bouton pour régler les problèmes économiques pourrait devenir intense dans les pires moments de la crise à venir.
                                            Je ne le souhaite nullement, cela m’inquiète.
                                            Certes mes affirmations sont péremptoires, mais j’entrerais dans les vrais arguments si j’ai en face des arguments qui me sont opposés et non pas d’autres affirmations péremptoires.


                                          • georges 22 août 2009 05:01

                                            j ai été élevé par des gens qui m ont toujours dit « laises tomber ce pays , les francais sont des cons »

                                            agoravox est un nid gauchisant macerant son aversion envers les USA , le melange des cultures , la reussite , l optimisme , donc le cauchemard pour la France

                                            la France ferait pareil que les USA si elle en avait encore les moyens

                                            allez prendre un cours d histoire , en quelques decennies le tiers de la population algerienne fut eliminée , femmes et enfants deportés et massacrés dans l indifference , on se prend pour des droits de l hommiste , mouarf !

                                            au moins aux USA les medias n usurpent pas leurs salaires , allant jusqu a la exces il faut en convenir mais tout se dit et tout se sait

                                            en France on ne sait rien , on est soumis a la propagande Etatique , une republique sovietique reussie on vous dit

                                            que ce pays et ses habitants pourissent , ils seront de toute facon bouffés comme des nems par les puissances emergentes car ils sont trop engoncés dans leurs clichés et conservatismes locaux , le terroir je le vomis , ca produit du beauf et du bobo

                                            et si les USA plongent la France disparait ( ou repechée par le royaume saoudien ou son voisin quatari ), ca ne traverse pas l idée du gauchiste moyen made in agoravox


                                            • Albator71 Albator71 22 août 2009 07:55

                                              Pour vous les usa represente :

                                              Le mélange des cultures ?

                                              La réussite ?

                                              L’optimisme ?

                                              Regardez lorsque vous etes dans une grande ville en france de quoi sont compose les bandes de jeune qui se promene, on voit des black / blanc / beur allez donc aux usa et regarde si ce mélange existe

                                              Concernant la réussite si cela consiste à engraisser 10% de la population et que les 90% tombe dans la misère c’est franchement réussi

                                              Pour l’optimisme il vont en avoir besoin

                                              Ce sont les adorateur du libéralisme américain qui crache sur la france et son modele mais son bien content d’avoir réussi grace a son systeme scolaire, médical et j’en passe non ?


                                            • georges 22 août 2009 05:08

                                              les USA plongent et le nain francais disparait des ecrans radars , ainsi que tout son cortege boboisant post soixante huitard donneur de lecon
                                              notre pays a besoin d une bonne raclée pour lui rappeler combien il a été lache lors des dernieres grandes guerres


                                              • frédéric lyon 22 août 2009 07:41

                                                La rapidité avec laquelle l’Economie Mondiale est sortie de la crise financière dans laquelle l’interventionnisme du Gouvernement Américain dans l’attribution des prêts hyphotécaires l’avait plongé est très remarquable.


                                                Cette « crise n’aura duré que quelques semaines, elle a commencé à se résorber dès que les Banques Centrales ont montré qu’elles étaient capables d’assurer la liquidité des marchés monétaires.

                                                Mais pourquoi le rebond aura-t-il été aussi rapide ?

                                                Il a une explication à laquelle il convient de s’intéresser :

                                                Aujourd’hui l’Economie est globalisée et multipolaire, elle ne s’organise plus seulement autour des économies américaine et européenne, car d’autres poles tels que la Chine, l’Inde, la Corée ou l’Australie, sont apparus.

                                                Or, il a peu de chance que toutes ces économies se retrouvent au même point de leurs cycles économiques en même temps, il y aura toujours un ou deux de ces poles qui seront à contre-cycle et qui joueront alors le rôle de locomotives pour tirer l’Economie mondiale et induire la reprise.

                                                On constate que pour la crise actuelle c’est la demande mondiale, qui est resté soutenue, qui a induit la reprise dans nos pays occidentaux en soutenant les exportations. De plus quelques mesures sectorielles de soutien à la consommation intérieure (telles que les primes à la casse dans le secteur de l’automobile) ont suffit pour consolider le tout.

                                                Laissons donc les ânes nous prédire la »fin de l’Empire américain« , ils continueront de divaguer puisqu’ils ne se décident pas à consulter des spécialistes, et constatons que la mondialisation de l’Economie Libérale, qui provoque un enrichissement très rapide de la moitié de la population mondiale, notamment en Asie, a pour conséquence un »lissage" des cycles économiques. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès