Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > De la retraite des femmes...

De la retraite des femmes...

L’Espagne est en transe. Zapatero souhaite faire passer l’age du départ à la retraite de 65 ans aujourd’hui à 67 ans, prochainement. La droite de Rajoy (PP) se mobilise en dénonçant la politique économique des socialistes qui a conduit l’Espagne au bord de la faillite, leur reprochant de charger un peu plus les actifs plutôt que de mettre en place un projet ambitieux d’emploi des jeunes et des femmes.

Mais comme l’Ump en France, le chef du gouvernement madrilène s’appuie sur le même argument (incontestable à ses yeux), celui de l’allongement de l’espérance de vie (donc du paiement des pensions), pour augmenter le nombre de trimestres cotisés. Avec (bien sûr) l’introduction d’une nuance sociale au bénéfice de tous les travailleurs ayant effectués des tâches pénibles. Pour eux, l’espérance de vie étant plus basse (constat cynique et riche d’enseignements), le départ à la retraite serait avancé.

Donc, qu’ils soient de gauche ou de droite, nos gouvernants européens partagent la même analyse et veulent ajuster l’age de la cessation d’activité à l’espérance de vie de chacun.

Je me pose, alors, une simple question. Comment se fait-il que nos dirigeants, toujours prompts à sortir de leurs chapeaux des idées géniales, n’aient pas remarqué que les Européennes disposent de 7 années supplémentaires d’espérance de vie comparativement à leurs compagnons masculins ?…

En voilà une bonne idée qui me vient à l’esprit. La gent féminine et laborieuse du continent devrait (en toute logique) partir à la retraite 7 ans plus tard. Elle disposerait, ainsi, de plus de temps pour compléter ses cotisations souvent mises à mal par des années de temps partiel passées à élever ses enfants.

Sans aucun doute, cette mesure remettrait à flot les caisses de retraite tout en participant au rétablissement de l’égalité des sexes dans le travail.

Jacques Valat (Créateur/Administrateur de “La lettre ouverte“)


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • xray 6 mars 2010 16:42


    Un bon retraité du secteur privé est un retraité mort.
     

    L’EUROPE 

    Le problème n’est plus de « construire » l’Europe. Le problème est : « Comment se débarrasser de cette saloperie ? » 

    On s’achemine vers une société européenne sans nom, sans repères matériels réels. Une société entièrement soumise au totalitarisme religieux. 


    Les
    Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
    Ils sont soumis à : 

    - Une monnaie d’occupation ; 

    - Des journalistes d’occupation ; 

    - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

    - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les
    Étasuniens, ou le Vatican ? 

    Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

    - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
    Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

    Un bon retraité du secteur privé est un retraité mort.
     
    http://mondehypocrite510.hautetfort.com/ 

    L’EUROPE des curés
    http://mondehypocrite.midiblogs.com  



    • Kétamine 7 mars 2010 08:37

      Les périodes de grossesse et d’élevage des enfants ne sont pas de tout repos pour la femme. C’est alors la double peine pour elles, on verrait des armées de vieilles travailler jusqu’à 72 ans pour obtenir la même retraite que leurs maris ? Vous croyez qu’il y a beaucoup de travail pour des femmes qui ont passé la soixantaine ? Déjà que la cinquantaine dans le privé... Si une société se met à traiter les femmes de cette façon, elle est morte, finie. Il n’y aura plus beaucoup de gamin fabriqué par ces pauvres femmes condamnées dès le départ à ne jamais se reposer.


      • Jacques Valat Jacques Valat 7 mars 2010 09:55

        Cet article n’a qu’un but, démontrer par l’absurde la bêtise de l’argument essentiel de tous les gouvernants européens, à savoir : augmentation de l’espérance de vie = recul de l’âge de la retraite. Si cet argument est irrecevable pour les femmes, pourquoi doit il l’être pour d’autres catégories d’individu. La seule solution pour remplir les caisses de retraite, c’est augmenter le nombre de cotisants, donc plus de travailleurs actifs, moins de chômeurs, mettre en place des plans de cotisation pour les étudiants, les parents en congé parental, les temps partiels, toute une série de mesures à imaginer. C’est ce que nous demandons aussi à nos politiques, être créatifs.. Peu le sont !... 


      • epapel epapel 7 mars 2010 17:48

        Sans aucun doute, cette mesure remettrait à flot les caisses de retraite tout en participant au rétablissement de l’égalité des sexes dans le travail.

        Au hic près que dans le privé :
        - les femmes touchent 20% de salaire en moins à emploi égal
        - 80% des emplois précaires sont occupés par de femmes (d’où des retraites misérables pour la plupart d’entre elles).
        S’il faut rétablir l’égalité, il faut le faire aussi dans tous les domaines, ce qui rend cette proposition totalement boiteuse.
        Comme ça ne changera pas (ça fait déjà 30 ans qu’on en parle) sauf si on baisse le salaire des hommes de 20% (le MEDEF et l’UMP seraient forcément d’accords : ça améliorerait la compétitivité et les profits), peut-être auriez-vous du proposer cette mesure uniquement pour le secteur public.

        Facteur aggravant de l’absurdité de la mesure : dans l’immense majorité des couples l’homme est plus âgé que sa compagne (4 ans en moyenne) . Il y aurait donc en moyenne un écart de 11 ans des départs à la retraite du couple ce qui est intenable (dans les catégories les plus défavorisées la femme prendrait sa retraite à la mort de son compagnon).

        Comme c’est seconde fois que je lis un article sur ce sujet, je voudrais savoir de la part de l’auteur s’il fait de l’humour au second degré ou s’il pense vraiment que c’est une bonne idée.


        • Jacques Valat Jacques Valat 7 mars 2010 18:33

          Ce n’est pas de l’humour au second degré, cela tient plus du raisonnement par l’absurde (voir ma réponse au commentaire précédent). Et je suis d’accord avec vos propos, principalement avec votre dernière remarque, ma compagne espagnole risque de prendre sa retraite à 67 ans, j’ai 15 ans de plus qu’elle, on se retrouvera pour gambader ensemble sur les plages de sable blanc à l’aube de mes 83 ans. Faudra que je pense à monter mon déambulateur sur chenilles, pas gai... 


        • Croa Croa 7 mars 2010 20:19

          C’est pas plus bête qu’un vrai projet smiley D’ailleurs certains intervenants y ont cru !

          Le cas espagnol est caricaturalement absurde puisqu’ils songent à retarder le départ à la retraite à l’occasion d’une montée phénoménale du chômage !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès