Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Décodage d’un imbroglio entre la Corse et le continent

Décodage d’un imbroglio entre la Corse et le continent

Un journaliste de France 3 Corse décode le complexe dossier des transports maritimes entre la Corse et le continent.

Publiée depuis la mi-novembre, à la veille de l’examen par la Cour d’appel de Paris du conflit d’actionnaires qui déchire la SNCM et la CMN dans la guerre opposant la Société nationale Corse-Méditerranée à la Corsica Ferries, une importante et très longue analyse du journaliste Alain Verdi, spécialiste des affaires économiques à la rédaction de France 3 Corse, est offerte aux internautes dans la rubrique "dossiers" du portail régional corse.france3.fr

Intitulée Transports maritimes et développement, cette publication, inédite dans sa démarche, se présente comme un véritable décodage du complexe dossier de la desserte maritime de la Corse. De quoi parle-t-on ? interroge la rédaction de France 3 Corse. De manière bien plus fouillée que ne le permettent les formats habituels des reportages et des magazines, le journaliste de la télévision corse prend le temps de répondre dans le détail, sans occulter les questions qui dérangent.

Le débat qui fâche aura-t-il lieu ?
C’est l’une des nombreuses et pertinentes questions que pose le journaliste de la télévision de service public, en donnant à ses lecteurs des clés pour comprendre l’actualité.

Il est rare qu’à l’échelle régionale, le journalisme télévisuel prenne le temps de fournir toutes les clés d’une actualité économique toujours complexe. Ici, le défi relevé mérite l’attention. Le patient travail, délibérément pédagogique, mené par le journaliste de télévision Alain Verdi montre, par l’écrit et via l’Internet, combien l’information régionale devenant multimédia peut être à même de tenir un rôle digne de la presse écrite la plus exigeante.

Le dossier et les affaires des transports maritimes entre la Corse et le continent sont un imbroglio économique, social, politique et judiciaire dans lequel bien des commentateurs se perdent, souvent par manque de recul ou par excès d’idées reçues. Le décodage fourni par la rédaction de France 3 Corse fait oeuvre utile : il permet de mieux comprendre, en posant des questions pertinentes.

Les élites insulaires -écrit le journaliste Alain Verdi- économiques, politiques et intellectuelles, placent le transport avant léconomie. Peut-on définir les transports, avant léconomie ?

La question s’impose. Elle n’est pas contournable. La réflexion engagée par la rédaction de France 3 en Corse a le grand mérite de ne pas l’occulter, en une période de la vie politique française où de vrais débats sont à l’ordre du jour. Les acteurs de l’économie maritime et du littoral tiennent leur salon à Paris jusqu’au 9 décembre : le salon Maritima met cette année les régions maritimes françaises à l’honneur .au sein d’un "Village mer et régions". Dix régions, en France, possèdent un bord de mer. Parmi elles, la Corse, air connu , est une île entourée d’eau. L’importance de la dimension régionale de l’économie maritime n’échappe à personne.

En Corse, comme ailleurs, le slogan retenu par l’édition 2006 du salon Maritima est à méditer : L’économie maritime, c’est tout ce qui disparaîtrait si la mer se retirait !


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • cdg (---.---.246.171) 8 décembre 2006 19:31

    la corse ca coute cher et ca rapporte rien. J ai pas vu le reportage mais je suis sur que le pigeon est comme d habitude ce que les corses appellent « continental » (ie le francais)

    La corse vit dans l assistanat. Il y a quelques annees l europe avait decide de relever le plafond pour l aide aux regions les plus pauvres : 2 reactions : le ministre irlandais se rejouit que grace a l europe sont pays se soit enrichit et qu il n ai plus besoin de l aide

    derriere interview d un represantant de la corse a bruxelles qui dit en resume : « pas de panique on a perdu ces aides mais on va tout faire pour en avoir de nouvelles ».

    CQFD


    • dumedimeme (---.---.122.129) 12 décembre 2006 21:54

      la lecture de ces commentaires provoque l’écoeurement. il n’ y a pas plus de rmistes en corse qu’ailleurs, par contre il y a beaucoup plus de chomeurs. les Corses payent leurs impots comme les parisiens, le barêmme est le même. Personne en corse n’a demandé à louis XV et ses troupes d’« acheter » la corse à coups de baionettes, tuant hommes femmes enfants et animaux, brulant les forets etc..

      occupez vous de votre banlieu, de votre béton et toutim, lachez nous les baskets et laissez nous vivre tranquilles. heureusement que vous et vos ministres, vous avez la corse pour vous défouler ; nous on a l’habitude.

      Quand aux subventions, on en entend régulièrement parler ( des effets d’annonce), mais l’argent n’arrive jamais. par contre nos impôts locaux augmentent, grace à ce que vous appelez la « décentralisation » : des charges nouvelles, sans les recettes.

      La corse est acceuillante, pas raciste, mais ses visiteurs ne sont pas toujours a la hauteur. en général ce sont toujours eux qui ralent le plus. qu’ils se rassurent, ce ne sont pas les corses qui mangent le pain des français. regardez autour de vous, vous en connaissez sûrement, vous verrez très peu de fénéants parmi eux. que c’est triste la connerie !


    • titinu (---.---.2.12) 10 décembre 2006 13:33

      tout est truqué et l’on verra encore la SNCM sortir du chapeau alors que les clients ne lui font plus confiance ..... de qui se moque-ton ?


      • Laurent (---.---.145.86) 11 décembre 2006 17:23

        Ils veulent le Rmi des français, mais pas les touristes français... bah, comme les antillais finalement, ils ont pas tort quelque part


        • agdopriv (---.---.102.41) 12 décembre 2006 15:05

          J’ai découvert la Corse il y a une dizaine d’années et depuis je ne vais nulle part ailleurs. L’île est digne de sa réputation et ces habitants sont accueillants et généreux. Certains touristes se comportent comme des « conquistadors » dés lors il est normal qu’ils se heurtent à quelques rétissances. Mais ne mélangez pas tout et sachez que les Corses sont les premiers concernés par les problèmes de transport.


        • Mauru Ne So Fieru (---.---.204.87) 9 janvier 2007 12:44

          Economie Mafieuse ?

          Loin de Moi tout Jugement Attif, mais Connaissant « le Terrain », il n’est pas ici Question de Fustiger les Corses, mais d’ Amorcer un Décryptage des Conséquences Culturelles sur L’ Evolution et la Compatibilité avec Les Systèmes Economiques Contemporrain.

          En effet, avant d’en Arriver aux Analyses Economico-Politiques ( « Les 2 allant de Pair » ), il faudrait plutôt se pencher sur L’ Historique Du Paese :

          A savoir le Système Clanique = Dictature ou Encore Comme Le Dit Si Bien Mr Talamoni « Communauté de Destin » ( Le Destin de Tous Sous la Main Invisible ).

          C’est ce Système Clanique, Longuement Appliqué et Développé ce Dernier Siècle, qui Conduirait et je le dit Bien à toutes les Dérives Connues en Corse.

          Le Racisme en Corse c’est enraciné du Fait de l’ Alliénation des Individus entre eux au Sein du Même Clan ( A savoir ne serait ce que Les Distensions entre le Nord-Sud de L’Ile.) Ne parlons pas des Magrébins qui poussés à se retrancher entre eux et dans leur Culture deviennent de Parfait Boucs Emissaires.

          Le Système Mafieux, quant à Lui Révèle en Corse toute sa Légitimité et Splendeur, du Fait qu’il est Le Résultat Du Système Clanique Historique, Développé et Amélioré jusqu’à Aujourd’hui par Bon Nombre de « Requins » Désireux de Parts sans Cesse Evolutives, Le tout Bien Sur sous La Coupe des Plus Haut Fonctionnaires de L’Etat S’Arrengeant pour Gonfler les Subventions Et Aides Accorder à La Corse, Le tout Comptant Compensation Financière : « Plus La Proie Est Grande et Saignante et Plus Les Requins Sont Gros et Féroce ».

          Pour en Revenir Au Dossier Maritime, il Parait Evident de Le Classer Parmi les « Plus Grosses Proies en Corse ».

          Quant aux Corses, En Général, je n’Ai à Dire Que : « CITOYENS DU MONDE » Car comme Tous, Nous Sommes autant Identiques en tout Point Que Différent. « Tutti Pari, Tuuti Sfarenti ».

          Alors avant de Juger apprener à Connaitre L’Autre, mais Voyager aux Meilleurs Tarifs Du Marché pour Faire Cesser les Dérives : ( « Homo Economicus » Oblige).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès