Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Déflation ou inflation, faux débat ?

Déflation ou inflation, faux débat ?

Parmi les gens qui essaient de prevoir l'avenir, dans la crise que nous vivons, un débat récurent revient souvent : va t'il survenir une stagflation ou une déflation ? La réponse a cette question est importante car les choix qui en découlent peuvent conditionner notre survie économique individuelle. L'essentiel est il là ?
 

Les "déflationnistes" anticipent que la masse de crédit en cours ne sera pas renouvellée, voire pas remboursée,qu'il va y avoir des faillite en série, que la quantité de monnaie en circulation va diminuer et par consequent le prix des actifs (immo&action) va fortement diminuer et que les prix à la consomation et les salaires vont diminuer aussi mais un peu moins. Ils pensent pouvoir s'en proteger, c'est à dire être moins "baisé" que les autre en :
-vendant tout leur patrimoine, et en conservant leur cash disponible eparpillé dans le maximum de banques et de monnaies possible(certaines banques vont faire faillite et les déposants seront floués).
-se desendettant si possible complètement.
-vendant même ce qu'il ne possèdent pas pour racheter moins cher (stratégie short).
Les exemple historiques sont la depression de 29 et la "lost décade " japonaise qui dure depuis presque trente ans.

Les stagflationnistes pensent que face a cette évolution naturelle, les états ou leur banques centrales vont imprimer des billet en masse car la déflation est délicate à gérer socialement (faillites, licenciements et baisses de salaire nominale) et que presque tous les crédit en cours seront remboursés, mais en monnaie de singe. Ils pensent s'en protéger en faisant exactement l'inverse que les déflationnistes :
-achetant le maximum d'immoblier, d'or et autre métaux, d'action,
-endettement maximum à taux fixe hypothéqué par les actifs sus-cités.
Un exemple historique est la periode post choc pétrolier

A ces arguments les déflationnistes retorquent que s'ils impriment trop de billets on va directement en hyper inflation comme au Zimbabwe et que le Japon a déja émis de la monnaie (quantitaive easing) sans pouvoir faire cesser la déflation.
Bref le débat confine parfois au grotesque.

 Personnellement je n'ai pas de certitude sur le devenir des monnaies. Je pense que la crise (qui n'est pas finie) est dûe a un excès d'epargne et par une mauvaise repartition des richesses (et des dette). quelques pistes :
http://www.icee.fr/app/webroot/blog/public/Inegalites__endettement_et_crise.pdf
http://www.causes-crise-economique.com/1929-2008.htm
http://www.inegalites.fr/spip.php?article1066&id_mot=30

 Trop de promesses (de remboursement de crédit), trop de capital, trop d'acquis sociaux ont été accumulés depuis la dernière guerre mondiale. (schema croissance)

Ces promesses ne seront jamais tenues complètement car elle dépassent les capacités économiques de production mondiales et, fait nouveau, peut être les capacités ecologiques de la planète (épuisement des ressources et pollution). Je ne fait pas de distinction entre les rentes de capital et la protection sociale, la protection sociale (y compris la retraite par répartition) peut être considérée comme des dividendes de l'état.

Je ne parle même pas des produits dérivés et autres CDS, que la raison demande de ne pas activer malgré le défaut avéré de la Grèce : des promesses basées sur des promesses, dont les engagements globaux dépassent de plusieurs ordre de grandeur le PIB mondial, des chateaux de cartes que la moindre bourrasque peut destabiliser.

Ce capital de promesse doit donc etre diminué au niveau global (mondial) pour le réajuster aux capacités de productions réelles. Auparavant on "inventait une bonne guerre". Depuis l'invention de la bombe atomique, la guerre n'est plus une option raisonnable. (L'humanité est elle raisonnable ? les bruit de bottes autour de l'Iran me font frémir où l'on voit se dessiner deux blocs, occidentaux contre orientaux, sur fond d'accès à la mer Caspienne, l'une des dernière région pétrolifère assez facile d'accès).

Les banques centrales (consciement ou par simple pilotage à vue, je ne sais pas) vont jouer ce rôle de dégonflement du capital. Goldman Sachs & consort seront leur bras armé de circonstance (ou de connivence, on peut se poser beaucoup de questions sur la nomination de Draghi a la tête de la BCE). Ne vous inquiétez pas pour elles, elles prennent leur com au passage.

Donc déflation ou inflation, choisi ton camp camarade, mais va dans le pré le moins peuplé, car la tonte attend les mouton de panurge (si il faut diminuer le capital mondial, autant le rogner là où il y en a le plus, c'est tout l'intérêt d'une attitude "contrarienne").

Le monde est majoritairement endetté : les banques centrales laisseront la déflation s'installer (schema deflation : les actifs baissent beaucoup plus que les prix).



Le monde est majoritairement blindé en obligation et en cash : les banques centrales imprimeront (je n'ai rien contre ce n'est qu'un impôt sur le cash et les obligations, il faut juste ne pas trop tirer sur la corde pour ne pas dépasser l'optimun de Laffer) et l'on aura une stagflation (schéma stagflation les prix montent beaucoup plus que les actifs).



Les dettes des uns étant les obligations et le cash des autres, mon scénario favori est une stagdéflation (schéma stagdeflation).

Les Banques centrales pilotent l'impression par à coup à l'image du "stop&go" sur les taux d'intérêt lors des période de croissance. Ici les taux étant déjà à zéro, on se rabat sur l'impression de monnaie.
http://www.prepa-net.net/les%20politiques%20conjoncturelles.htm
http://www.cap-prepa.pearson.fr/libre/analyse/ressources/analyse/compl_articles/compl_06.pdf

 L'inflation etant plus facile a gérer que la déflation (on ne peut ajuster les salaires et les retraites en les baissant : la déflation, c'est des faillites et des licenciement et des cracks), les banques centrale impriment, les prix à la consommation augmentent jusqu'a provoquer des trouble sociaux (printemps arabes, bientôt emeutes en Europe). A ce moment là les banques arrêtent la planche à billet et le système déflate.
Et on repart pour un tour.

Quelques détails :

Les variations de prix et de salaires ne sont pas simultanés comme sur les schémas : dans la réalité les prix augmentent d'abord, les salaires suivent en retard.

La tentation sera (est) grande pour les autorités de minorer l'inflation réelle pour essayer de continuer de pressurer le travail (et par conséquent preserver le capital) car les "hommes aux manettes" ont souvent un patrimoine conséquent. C'est peine perdue, les salaires finiront par suivre l'inflation, mais on perdra du temps et de l'argent en conflits sociaux très durs.

 Le bidouillage de l'inflation qui selon moi nous attend, c'est la sortie de l'energie et de la nourriture de l'indice des prix sous le pretexte qu'ils sont volatils.
 C'est déja le cas au USA où l'on parle de "core inflation" excluant nouriture et pétrole.
http://en.wikipedia.org/wiki/Core_inflation

Avouez que c'est fort de café d'enlever la nourriture et l'energie qui sont les 2e et 4e besoins élémentaires humains (l'eau et le logement étant 1er et 3e) sous prétexte qu'ils sont volatils (prix inelastiques, c'est-à-dire que le besoin est tel que quelque soit le prix on en achète et on reporte les autres dépenses).

Mes consultations sur le Web me laissent supposer que dans un futur proche, ce n'est pas sur les produits manufacturés que sont les goulets d'étranglement de production (surcapacités des usines, chomeurs à gogo) mais bien au niveau du petrole (peak oil très proche ou déjà passé, pas encore pour les autres energies) et de la nourriture (augmentation de la consomation de viande chez les emergents, dégradation en tout genre des sols : érosion, salinisation, désertification, surpaturage, mort biologique etc, surpêche et pollution massive des zones cotières.

Dès lors le "core inflation" (inflation de base ou inflation sous jacente in french) me semble être une tentative delibérée pour masquer l'inflation réelle.

En conclusion

Je n'ai que peu de certitude pour l'avenir. Le sort des monnaies me semble impredictible. Seule une baisse de l'immobilier et des actions exprimé en baguettes de pain ou litre de gazoil me semble être très probable.
Exprime en monétaire, les pertes ou les gains doivent être fortement relativisés, toute forme de patrimoine ou d'epargne risque d'être passé à la lessiveuse.
Préparez vous à une baisse de votre train de vie et surtout évitez d'être trop dépendant au pétrole, organisez vous avant d'être "au pied du mur".


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • pi erre pi erre 8 mars 2012 20:19

    Je me suis fait une théorie, puisé aussi à gauche et a droite.
    (mais pas la droite dictatoriale qu’on connait).

    Les riches se sont arrangé pour profiter de l’inflation et que le
    peuple lui n’en profite pas. Baisse des salaires et chômages
    massif. ainsi l’inflation qui vient des salaires du peuples est
    quasi nulle. Création d’une tonne d’argent virtuel pour les riches.

    Celui qui crée l’inflation en profite doublement ; au moment ou il
    la crée en mettant de l’argent nouveau dans l’économie ; a ce moment
    là les prix n’ont pas encore changé, c’est seulement quand l’argent
    a bien circulé et influencé l’offre et la demande que les prix vont
    monter.

    Un avis de Olivier Delamarche sur l’inflation :
    http://www.youtube.com/watch?v=4LbXmdxrncU


    • manusan 8 mars 2012 23:50

      inflation = masse monétaire X inertie des échanges. Pour l’instant, masse énorme (uniquement pour les marchés) et inertie zéro en économie réelle.

      D’abord déflation cause réduction de crédit pendant 2 à 5 ans, gros chomage ect... grosses opportunités d’achats pour les moins endettés.

      Puis hyperinflation dés que les quadrilliards de monnaie créer à partir de rien vont aller des marchés vers les matières premières.

      faillite mondiale, famine en masse, révolte ect ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès