• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Dégradation de la dette : Sarkozy va couler la France

Dégradation de la dette : Sarkozy va couler la France

Le déficit du budget de l’état français a atteint 145 milliards d’euros en janvier, contre 63 milliards un an plus tôt, soit quasiment un triplement en un an.
 
Le moment est proche où les agences de notations vont dégrader la note de fiabilité de remboursement qui est attribuée à la France. L’une des principales agences de notation, Moody’s, a prévenu hier que "le risque s’est rapproché". Les quatre pays les plus concernés par une dégradation de leur note sont la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Allemagne. Selon l’agence, la France est le pays qui court le plus de risque d’une dégradation.
 
En cas de dégradation de la note actuelle "AAA" (la plus haute note), cela augmentera les taux d’intérêts sur les sommes empruntées, ces taux étant liés au risque de non-remboursement. Ce qui aura pour effet d’augmenter le service de la dette et de creuser encore plus le déficit, le remboursement des emprunts étant financé par de nouveaux emprunts.
 
Cette note a pour rôle d’évaluer le risque de non remboursement. Elle prend donc en compte le niveau d’endettement par rapport au PIB, mais aussi les capacités structurelles à rembourser. Or à cause de la désindustrialisation résultant des délocalisations, ainsi que d’autres déséquilibres structurels, la capacité de la France à rembourser est inférieure à celle de pays beaucoup plus endettés comme le Japon.
 
L’endettement de la France atteint actuellement 92% du PIB, loin, très loin de la limite des 60% fixés par les accords de Maastricht que plus personne n’ose rappeler. En 2012, la dette publique de la France aura dépassé les 100% du PIB, une situation caractéristique des pays du tiers monde. On connaissait les pays "en voie de développement" (dont beaucoup sont désormais "émergents"), il y a désormais une nouvelle catégorie : les pays "en voie de sous-développement" dont la France est un bon exemple.
 
La France ne se relèvera pas de la présidence de Nicolas Sarkozy, de même que les Etats-Unis ne se relèveront pas de la présidence de Bush qui a transformé en gouffre le déficit public américain tout en sapant l’économie du pays et en appauvrissant les Américains par les effets de l’ultra-libéralisme (délocalisations, précarité généralisée, baisse des salaires réels, accroissement des inégalités...).
 
Notons au passage que depuis 1981, les périodes où la dette de la France a augmenté le plus vite en pourcentage du PIB ont été celles du gouvernement Balladur (de 47% à 57% en 2 ans, avec Nicolas Sarkozy comme ministre du budget), du gouvernement Raffarin (de 57% à 68% en 3 ans et demi, avec Nicolas Sarkozy ministre des finances pendant un an), et la présidence de Nicolas Sarkozy qui explosait déjà les records avant la crise financière.
La droite se prétend bonne gestionnaire, mais lorsqu’elle est au pouvoir, elle est la première à creuser la dette. L’avantage est double : cela permet d’enrichir les banques prêteuses et les investisseurs privés acheteurs des obligations d’état, et surtout, cela affaiblit structurellement et à long-terme les capacités de l’état à s’ingérer dans l’économie. Ainsi, même si un gouvernement réellement à gauche revenait au pouvoir, il n’aurait plus les moyens de nationaliser. Il serait même contraint de poursuivre les privatisations afin de rembourser la dette.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (103 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • Humphrey Binsucet 16 mars 2010 11:46

    A l’auteur,

    J’ai ete sur votre site , mais il y a plusieurs dates pour l’apocalypse. Pouvez-vous etre plus precis svp, j’aimerais pas etre en retard smiley

  • armand 16 mars 2010 09:49

    Hélas mille fois hélas... petite question si ce déclassement de AAA vers ? , les intérêts vont augmenter mais seulement sur les emprunts à venir ou sur l’ensemble de la dette ? 2.300 milliards ? smiley


    • PhilVite PhilVite 16 mars 2010 10:55

      A venir.
      (sauf si on crée des dettes nouvelles juste pour rembourser des dettes anciennes)


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 16 mars 2010 11:55

      Pas besoin de « s’endetter plus pour rembourser plus ». Même pas besoin de nationalisation pour reprendre le contrôle de l’économie réelle. L’Etat a en main des outils qu’aucune entreprise privée ne possédera jamais : l’expropriation et la répudiation de la dette.

      Evidemment il faudrait un homme politique courageux qui ne craindrait pas de ruiner les rapaces du Fouquet’s et de Goldman Sachs.


    • Augustule pipo 16 mars 2010 18:31

      J’ai bien le nom de François Asselineau, qui me vient à l’esprit, mais il manque « un peu » d’audience !


    • Nestor 16 mars 2010 10:02

      Salut,

      Ils ont même vendu les locaux de météo France à la Russie pour que l’on ne puise plus nous prédire le temps maussade qui arrive ... Malin les types !


      • Jurassix Jurassix 16 mars 2010 11:56

        +1. Sarkozy va laisser le pays dans un gouffre dont on ne ressortira que par une politique de restrictions, un peu ce que la Grèce est en train de subir.

        Mais, comme pour cette dernière, ce ne sont pas les fautifs qui paieront, mais les contribuables « moyens », ceux qui ne gagnent pas des fortunes, mais ceux qui gagnent plus qu’un SMIC. La dette, c’est le français « moyen », la middle-class qui va se la farcir :
        - taxer les moins aisés, ce n’est pas possible.
        - taxer les riches, ça ne récupèrera jamais ce dont on a besoin.

        Cette middle class, c’est celle qui consomme le plus ; son pouvoir d’achat fait la pluie et le beau temps dans le commerce. C’est eux qui empreintes pendant 25 ans pour une maison, un appartement, une voiture, une TV etc...
        Le jour ou l’on mettra une vraie politique budgétaire (inexistante depuis des décennies, même, est ce que ça a existé ?), il ne faudra pas se tromper de cible.

        Autre chose : depuis 15-20 ans, l’industrie française est décapitée. Les gouvernements enorgueillissent de TGV, d’A380, d’Ariane, mais laissent l’industrie, la vraie, celle qui fabrique du bien de consommation crever : on est dirigés par des Avocats, qui ne voient en la France qu’un potentiel pays de services, avec 2 ou 3 industries lourdes fortes et des médias forts. Mais c’est aps du bureau qui donne du travail à une personne sans qualification, le tertiaire ne peut rien y faire, c’est uniquement l’agriculture et l’industrie qui le peuvent.

        Regardons la cire couler en espérant que la flamme s’éteigne le plus tard possible.


      • UnGeko 16 mars 2010 14:41

        @Trolleon

        Vous criiez au complotiste soucoupiste sur l’article accusant Golman Sachs, j’espère que vous n’avez pas manqué de voir la vidéo sur les truands de Lehman Brothers. Regardez bien jusqu’à la fin au moment ou sont évoqués le Trésor et la FED !


      • Augustule pipo 16 mars 2010 19:13

        Sarkozy a pour seul et unique mission de démanteler le seul bastion encore socialement résistant en europe (ne mérite pas de majuscule), à savoir la France.

        @ UnGeko

        En regardant la vidéo que vous proposez, le présentateur parle du cabinet d’audit Arthur Anderson.

        J’en profite pour rappeler que cette société fut impliquée dans les plus gros scandales financiers des dernières décennies (Enron, Clearstream, etc...) et dont un certain Eric Woerth en fut l’un des dirigeants.

        Quelques coïncidences au passage :

        Christine Lagarde à étudiée aux USA, a des étroites relations avec un certain Zbigniew Brzezinski, a fait carriere à Chicago comme avocate.

        Eric Woerth fut l’un des dirigeant de Arthur Anderson

        Pierre-Olivier Sarkozy, demi frère du président, est codirigeant de l’activité mondiale de services financiers de la société d’investissement The Carlyle Group. Un groupe qui compte notament comme actionnaires la famille Bush, Georges Soros, John Major, etc...

        Pardonnez moi mais, ou le monde est tres petit ou ca ressemble à un réseau tout ca.....


      • le naif le naif 16 mars 2010 10:08

        Pour faire bonne mesure, ne pas oublier que Sarkozy, ministre des finances à également eu la lumineuse idée de vendre une partie du stock d’or de la banque de France quasiment lorsque les cours étaient au plus bas......


        • Laura 16 mars 2010 10:11

          COULER LA FRANCE C EST SON SEUL BUT


          • Romain Desbois 16 mars 2010 10:46

            d’autant que les électeurs français ont la mémoire courte. Souvenez vous Balladur 1er ministre avait déjà doublé la dette de la France (ok à l’époque elle n’était pas aussi élevée).

            Heu rafraichissez moi la mémoire,Tsar Kozy 1er n’était-il pas balludurien ?


          • impertinent3 impertinent3 16 mars 2010 17:55

            Pas d’accord avec toi Laura, il n’a pas vraiment de but, simplement il voulait être président afin de soigner sa névrose.
            Mais c’est un peu couteux de prendre tout un pays comme thérapie !

            Et ne dites pas que l’on ne savait pas, ceux qui voulaient bien se renseigner connaissait parfaitement le bonhomme.


          • Traroth Traroth 16 mars 2010 18:34

            Exact. Les avertissements étaient nombreux. Il me suffit de relire mon blog avant avril 2007 pour me souvenir que ceux qui voulaient savoir qui était Sarkozy pouvaient aisément le savoir...

            Comme disait Chirac, si les gens connaissaient Sarkozy, il ne ferait pas 5%...


          • non666 non666 16 mars 2010 10:17

            Tant qu’on pense que Sarkozy est le « sauveur » de la droite et de la France , on peut croire que tout ceci est la faute a pas de chance.
            Pas de ma faute, ma bonne dame, c’est la crise....

            Si on envisage l’idée que ce type est un agent d’interets exterieurs, tout devient limpide.
            La France est le DERNIER pays d’Europe a avoir encore une diplomatie , une place au conseil de securité , une gestion independante des interets des anglo-saxons et des banquiers.
            C’est aussi le fer de lance de la resistance face aux etats unis de Bush.
            C’est ça qu’elle paie aujourd’hui d’abord et surtout.

            C’est pour cela que TOUS les groupes de presse ont aider à la mise en place de la notoriété , de l’autorité de Sarkozy sur son camps.
            Ou en « tuant » tous ses ennemis politiques quand ils s’agissait de medias de droite , ou en le diabolisant (et donc en le sacralisant) quand ils etaient de gauche.
            L’equation Sarkozy = Lepen ne sert que les interets de Sarkozy et a belle et bien etait vendue par les medias et lobbyistes de gauche.
            Le « meutre » mediatiques des concurrents de Sarkozy a eu plusieurs formes : criminalisation (Chirac , DeVillepin) , Ostracisme (Lepen) , Ringardisation (bayrou).

            Du coup Sarkozy est bel et bien la pour tuer tout ce qui fait « l’exception française » :
            Ses grandes entreprises publiques sont desossées , vendues aux interets des doigts crochus ou « europeanisées » (france Telecom, EDF, SNCF, Filiere Nucleaire , aeronautique et espace) .
            Pour le faire il faut un pretexte : faire baisser l’endettement .
            Pour que ce pretexte soit vrai, il faut bien entendu faire augmenter cet endettement avant.

            Sarkozy joue donc au gros dur contre l’immigration ( quota de renvois au pays, menace contre l’economie souterraine) Mais en meme temps il force la discrimination positive , y compris au gouvernement, laisse entrer, comme ses predecesseurs, entre 400 000 et 500000 nouveaux immigrés par an.
            Le discours est purement electoral chez lui.
            Dans le fond, la destruction de la France est belle et bien organisée comme il le faut.

            N’oubliez pas le « il faut punir la france » et regardez les decisions prises.
            Tout est fait pour nous noyer sous le flots d’immigrés pour destructurer notre cohesion nationale , pour nous endetter avec les depenses sociales induites , pour nous mettre en concurrence SUR NOTRE SOL avec des africains moins disants au niveau salaire...
            Et si cela resiste un peu trop : delocalisation.
            Y compris des banques, des assurances, des entreprises d’Etat , de notre siderurgie que nous avons renfloué pendant des decennies....

            Ce type est un traitre et son discours le plus important et le plus revelateur est celui qu’il a fait en septembre 2004 a New York, devant les 200 associations du lobbie juif.
            Il n’a JAMAIS servi nos interets.
            Mais il sert tres bien les leurs, c’est clair


            • LaEr LaEr 16 mars 2010 12:01

              Wikipedia :
              L’ensemble des privatisations sur la période du gouvernement Jospin :

               * Air France, 1999, ouverture du capital.
               * Autoroutes du sud de la France (privatisation partielle)
               o Mars 2002 : mise en bourse de 49 % du capital, recette : 1,8 milliard d’euros.
               * Crédit lyonnais, 12 mars 1999 (décret)
               * France Télécom, 1997, ouverture du capital, 42 milliards de FF.
               o Octobre 1997 : mise en bourse de 21 % du capital
               o Novembre 1998 : mise en bourse de 13 % du capital
               * Eramet, 1999.
               * GAN, 1998.
               * Thomson Multimédia
               o 1998, ouverture du capital.
               o 2000, suite.
               * CIC, 1998.
               * CNP, 1998.
               * Aérospatiale (EADS), 2000, ouverture du capital.


            • appoline appoline 16 mars 2010 19:44

              @ Non,


              Ce type fréquente trop de cercles nantis des plus grandes fortunes et le pouvoir qui en découle pour assurer à la France un avenir clair. Une partie non négligeable d’entre eux navigue dans des réseaux très glauques. Nous pouvons toujours nous rappeler d’une émission présentée par Elise Lucet qui avait pour thème les disparitions d’enfants, bizarrement quand on fouille sur les sites concernant le bilderberger, il est pointé du doigt pour organiser des chasses bien particulières.

              Il y a ce qu’on sait et ce qui reste dans l’ombre bien caché par le gratin par des absolutions savamment dosées. Quand on fouille, on trouve, ça laisse un sale goût dans la bouche. Alors un juif austro hongrois à la tête de mon pays, qui n’a aucun ancêtre qui s’est battu pour mon pays, je le botte en touche.

            • Bardamu 16 mars 2010 20:14

              Non 666 :

              Je plusse pareille excellente analyse !
              Il serait mandaté par la CIA, celui-là, il n’y aurait rien d’étonnant à cela !


            • Bardamu 16 mars 2010 20:15

              Chantecler mourra aussi naïf qu’à son tout premier jour, c’est certain !


            • ffi ffi 17 mars 2010 00:21

              non666 a beaucoup d’imagination, et parfois l’imagination voit juste.


            • debase 17 mars 2010 13:07

              Destruction de la France et de son influence planétaire néfaste : ça dure depuis MAI68

              Sarkosy, Strauss-Kahn, Cohn-Bendit même combat !


            • Nestor 16 mars 2010 10:22

              Nos vieux avaient meublé la maison, Sarkozy et sa bande vendent les meubles, il ne restera bientôt plus que les murs, d’ici que l’on nous coupe l’eau et l’électricité on est mal barré !


              • appoline appoline 16 mars 2010 19:48

                @ Nestor,


                Sans compter qu’il a dû se taper la bonne et enc....le chien pour la forme.

              • Nestor 16 mars 2010 21:49

                Bonsoir Appoline,

                Bauv’e bête !

                En tout cas je ne lui conseille pas d’essayer avec les miens, un Terre Neuve qui taquine les 100 kgs et une Saint Bernard qui avoisine les 90 kilos et qui est ultra gourmande, il risquerait de leur servir de petit dej ! 


              • appoline appoline 17 mars 2010 13:17

                @ Nestor,


                C’est vrai que le chihuahua ne pèse pas lourd : 1,5 kg à la dernière pesée. Ceci dit elle a un dentier d’enfer, suspendue aux coucougnettes ma foi, ça peut toujours éviter la reproduction, c’est toujours ça, éliminer dans l’oeuf tout DJ, mauvais avocaillon quant au 3ème on ne sait pas ce qu’il nous réserve pour le moment. Le préventif s’avère de toute utilité.

              • frédéric lyon 16 mars 2010 10:24

                L’endettement public est préoccupant et sa croissance continue remonte à 1981. 


                On ne soulignera jamais assez la rupture fondamentale qui s’est produite lors de l’arrivée de la gauche au pouvoir, après une cure d’opposition de plusieurs dizaines d’années qui a permis d’effacer l’ardoise laissée par la quatrième République.

                C’est à ce moment précis que les courbes d’endetttement et de chômage se sont envolées pour ne plus redescendre.

                Quoi qu’il en soit le mal est fait. Tous les détenteurs d’épargne, aussi petite soit-elle, doivent maintenant prendre les mesures de sauvegarde qui s’imposent, afin de pas devenir les couillons qui régleront la note.

                Et comme l’Histoire de France nous a enseigné qu’un Etat Français aux abois était un voleur qui n’hésitait devant aucune rapine fiscale, ni devant aucune manipulation monétaire, les épargnants doivent désormais veiller à garder leurs avoirs libellés en Euro, qui est une monnaie dont la valeur est garantie par l’Allemagne en dernier ressort, et si possible à l’extérieur de nos frontières. 

                • Julien Julien 16 mars 2010 12:43

                  Vous n’y connaissez rien. Vous placez l’Etat comme le coupable, alors que les coupables, ce sont les politiciens qui ont laissé le pouvoir de battre monnaie aux banques.

                  C’est pourtant simple !


                • Bélial Bélial 16 mars 2010 13:03

                  @ frederic lyon :

                  Faux, c’est à partir de 1973, quand giscard et pomidou (des banquiers) ont cèdé de l’Etat vers les banques l’émission de la monnaie (avec intérêts depuis cette date).

                  Après Mitterrand a aussi fait des conneries, comme désindexer les salaires des prix... mais la gauche me donne moins envie de gerber que la droite.


                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 mars 2010 15:28

                  les deficits datent de 1980 et non pas de 1974 http://www.senat.fr/rap/r98-413/r98-413.html 

                  ils se retrouvent aux Etats Unis mais pas tout le temps : le budget US etait excedentaire de 1996 a 2001 et en 2006.
                  http://www.intelligentguess.com/blog/2007/04/09/usa-relationship-between-fiscal-deficit-and-savings-rate-since-1981/

                  En 2007, l’Irlande, l’Espagne, le Danemark, la Finlande et la Suede etaient en excedents budgetaire egalement bien que, pour l’Irlande et l’Espagne, soumis aux regles de Maastricht pusique dans l’Euro.

                  Donc dire la dette, elle n’a cessé de croître depuis 30 ans, que ce soit en France, en Europe ou aux USA n’est pas exact. La dette a parfois baissé sur cette periode.
                  le vrai probleme est le ralentissement de la croissance des 30 glorieuses, qui ne s’est pas accompagné, au contraire , d’une baisse du role de l’Etat.


                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 mars 2010 15:30

                  qui a voté -1 sans meme me lire ?


                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 mars 2010 15:31

                  ok, on a affaire a une personne ridicule


                • FYI FYI 16 mars 2010 19:51

                  @ Eleusis

                   
                   
                  Crise ou coup d’Etat ?

                  C’est plus la question à se poser.
                  Concernant plus d’Etat, regarder donc cette video, il y en a 4, le son n’est pas toujour au RdV mais vous allez apprécier.
                  Je veux dire tout y est, bon visionnage smiley

                • thejoker 16 mars 2010 10:29

                  le ps n’ a jamais proposé de recouvrer la souveraineté monétaire...
                  et c’est pas straus khan qui le ferait !

                  le seul parti au service du peuple :
                  http://www.solidariteetprogres.orr


                  • Romain Desbois 16 mars 2010 11:02

                    thejoker écrit "le ps n’ a jamais proposé de recouvrer la souveraineté monétaire...
                    et c’est pas straus khan qui le ferait !"

                    Surtout après avoir exonéré les stock options de charges sociales et avoir affirmé que la TVA est l’impôt le plus juste (bravo le gars de gau... droite)

                    Remarquez Lang a exonéré les oeuvres d’art de l’ISF (quel ingrat ce Pinault)

                    Avant dès 1983 , la gauche a désindexé les salaires de l’inflation entrainant une baise de l’inflation et une baisse... du pouvoir d’achat :
                    http://www.insee.fr/fr/themes/indicateur.asp?id=29&page=achatfranc.htm

                    de plus il faut garder à l’esprit que ces nombres sont une moyenne qui de fait ne représente pas vraiment les baisses du pouvoir d’achat par niveau ou classe sociale.

                    Quoi d’autres ? Ha oui selon 20minutes, le PS a fait appel à une agence publicitaire pour ses affiches électorales des régionales : Coût 300 000 euros !!!!! smiley

                    Bon ok en 2006 Sarko lui nous a fait acheter un Quick pour 800 millions d’euros.

                    Il est génial ce mec. SI SI

                    Les trois quarts des électeurs français l’ont dit au premier tour.
                    Le quart qui sont allés voter pour l’UMP-CPNT et la moitié des abstentionnistes.... smiley


                  • rastapopulo rastapopulo 16 mars 2010 15:26

                    http://bretagne.solidariteetprogres.org/?page_id=459

                    le fameux graphique avec l’écart de 900 milliards de dette publiques entre ce qui a été payé et ce qui a été emprunté.

                    Dire qu’avant 73 le trésor publique finançait l’état... comme si ça n’avait jamais existé pouf


                  • Marc.M Marc.M 16 mars 2010 10:31

                    M’enfin ... ! On va pas aussi l’engueuler de faire ce pourquoi ses copains Lagardère, Arnault, Bouygues, Pinault, Bolloré et consort l’ont poussé là ou il est : Casser la France afin que les crapules du cac40 la rachètent à vil prix et tout privatiser à leurs avantages.

                    Pour ce but de Sarko, la crise économique est une bénédiction qui lui permet de démolir en moins d’un quinquennat ce qui en aurait prit deux sans la crise.


                    • Romain Desbois 16 mars 2010 11:04

                      « qu’elles que soient les péripéties, l’important est qu’on ait gagné » Nicolas Sarkozy, l’honnêteté fait homme.


                    • C LEBELLEC 16 mars 2010 10:32

                      Le nuage s arretait a Tchernobyl !!
                      De meme, « la crise est derrierre nous »...MMe Lagarde
                      La france sait maitriser ses finances, la machine a emprunter roule toujours avec un climat de confiance. En france,les gouvernants ont toujours declare que le feu etait chez le voisin !!! Lequel incendie a toujours eu la bonne idee de s arreter a nos frontieres...

                      En verite IL emprunte pour payer les depenses courantes.Pour les depenses de l avenir(Rocard/juppe) il emprunte encore mais pour les equiments futurs et durables qui feront de la France un grand pays.
                      Normalement IL ne devrait jamais emprunter pour les depenses courantes,celle qui font fonctionner la France.Ces depenses NON PRODUCTIVES (l entretient du pays,payer les fonctionnaires) creusent le deficit sans amener le moindre progres.

                      La grandeur d un pays ne se voit plus par ses guerres mais par ses cerveaux.Un pays riche attire les intellectuels et les artistes. ILS sont capables de surpayer les chercheurs,les debauchant de leur pays d origine.

                      Sans recherche,plus d industrie FUTURE. Le progres se passera ailleurs,la ou nos cerveaux fuiront. LA FRANCE est amenee a devenir un mega grand pays du tourisme .
                       Nous n aurons qu a pousser les murs de Disneyland. Cette vocation est toute justifiee et va devenir la seule issue de ce tres beau pays qui est deja dans les premieres destinations TOURISTIQUES mondiales.


                      • Julien Julien 16 mars 2010 13:06
                        C’est NON PRODUCTIF de payer les fonctionnaires ?

                        « creusent le deficit sans amener le moindre progres »

                        C’est quoi, le progrès ? On le définit comment ? Cela sert à quoi ? Quel est le but de la vie ?
                        Faut aller un peu plus loin !
                        « La grandeur d un pays ne se voit plus par ses guerres mais par ses cerveaux. »
                        C’est quoi un cerveau ?
                        Cela dit, cela fait bien longtemps que le capital, la bidouille, et le lobbying exploitent le savoir-faire, le travail, et l’intelligence. Donc cela fait bien longtemps que les cerveaux n’ont pu d’influence majeure sur un pays ; les cerveaux sont juste exploités.
                        Par ailleurs, si pour vous, « cerveau=chercheur », alors sachez que la recherche est maintenant avant tout technique (cf le « Big Science System » expliqué par Jacques Harthong), et que les vrais cerveaux à l’esprit scientifique se font de plus en plus rares, principalement parce que cela demande du travail, et que l’on est passé dans une société de loisir. Regardez de quoi étaient capables les scientifiques du début du vingtième siècle, regardez les écrits qu’ils nous ont laissé (Whittaker, Synge, pour prendre des noms moins connus du grand public), et vous vous convaincrez qu’on a changé d’époque.


                      • rastapopulo rastapopulo 16 mars 2010 15:51

                        La seul raison pour que les banques centrales pseudo-indépendantes dictent leur loi aux nations est la peur de l’inflation créé par les dépenses de fonctionnement couvert par du crédit.

                        C’est à cause de ça que les emprunt des états sont découragés sans distinction entre crédits pour dépenses qui appauvrissent (couvrir les frais de fonctionnement) et pour dépenses qui enrichisse (investissement productif). Une honte intellectuelle mais faute de mieux, c’est la sanction de taux d’interêts à la hausse qui est sensé prévenir les mauvaise dépenses.

                        Donc c’est lent (des années après), contre productif (alourdi paradoxalement encore plus les frais de fonctionnement) et pire sans distinction avec les crédits d’investissement qui enrichisse (et qui ne devrait pas être découragé par l’intérêt pour les états voir les particulier aussi).

                        Face à cette situation et pour créer un consensus international pour que les nations se financent sans intérêts (voir rachètent les dettes à intérêts par des emprunts sans intérêts=des marges de manœuvres énormes dégagées), il faudra empêcher les crédit qui couvrent des frais de fonctionnement sans quoi la confiance n’existera pas.

                        Graphique sur l’écart entre somme emprunté et sommes payés de la dettes publiques attention les yeux et les neurones :
                        http://bretagne.solidariteetprogres.org/?page_id=459
                        Détail du crédit productif qui doit être exigé immédiatement, aucune raison de payer un intérêts sur des dépenses d’investissement :
                        http://www.solidariteetprogres.org/article6314.html


                      • Bardamu 16 mars 2010 10:50


                        Nicolas 1er met le royaume de France à sac, le fait est indéniable !

                        L’Italienne et lui se servent les premiers, régalant des restes du festin l’ensemble de la cour.

                        Par ailleurs, la reine ne se rend guère plus en son Petit Trianon pour y donner spectacles.
                        On trouve l’étrangère volage et dépensière.

                        Les amuseurs du roi, sires Clâvier, Rénault comme Allidée sont désormais boudés !

                        Le roi a peur, c’est certain !... sentant au fil du temps le souffle d’une lame se rapprocher d’un cou qu’il a certes trop gras.

                        Dès lors, durcit-il le régime, contrôlant les gazettes, augmentant la gabelle, déployant ses milices... se faisant plus petit encore !

                        Le calme est apparent, car les gardes sillonnent les rues en d’infinies patrouilles.

                        Ne donne-t-on pas aussi force divertissements pour apaiser la gronde ?

                        Cependant, combien de temps encore dormiront ses sujets ?
                        Le roi fanfaronne, mais il tremble... son règne est menacé !


                        • FYI FYI 17 mars 2010 18:11

                          La question est de savoir quel est le régime qui va couler en premier ?
                          Le régime français avec l’intolérant à talonnette surexité et toute sa clique, ou l’administration Obama ... smiley


                        • Sinbuck Sinbuck 16 mars 2010 10:52

                          La dette publique est accentuée par le raisonnement libéral qui consiste à « faire par crédit » ; i.e que les idées émergentes n’ont pas de consistance nouvelle pour trouver la solution générale à la situation industrielle et financière qui plonbent la France.


                          Arrêtons de regarder les grosses structures commerciales et agissons sur l’adaptation locale nécessaire et suffisante pour lier « les hommes entre eux ».

                          La dématérialisation des fiances ne peut poursuivre sa route ! 70 % des échanges fianciers (USA), des discisions stratégiques sont pris par des machines... Certes les hommes ont fait les programmes, mais quels sont les modèles utilisés ? Etant donné que la variable humaine ne peut être intégrer dans ses modèles (impossibilité de quantifier ses déscisions imprévisibles), par quels systèmes (mondialisé) sommes-nous gouverné ?
                          Ce qu’est sûr, c’est que l’intérêt humain n’est pas représenté ! 

                          • JL JL 16 mars 2010 11:15

                            « La droite se prétend bonne gestionnaire, mais lorsqu’elle est au pouvoir, elle est la première à creuser la dette. »

                            En effet ! Les dirigeants vont toujours dans le même sens, celui qui a été défini par un président américain, il y a 200 ans : La principale mission d’un gouvernement est de protéger la minorité riche contre la majorité (James Madison)

                            La différence entre la gauche dite de gouvernement et la droite, c’est que la droite le fait allègrement, la gauche le fait plus dicrètement. En fait, la droite comme la gauche, ce sont toujours les riches au pouvoir, mais ceux de droite sont décomplêxés et sur le court terme, ceux de gauche sont plus prévoyants et sur le long terme.


                            • fhefhe fhefhe 16 mars 2010 11:23

                              Quelle banque prêterait à un individu endetté à hauteur de 90 % ????
                              Les 2 piliers d’une bonne gestion pour Bruxelles sont le taux d’endettement (maxi 60%) et le déficit budgétaire (3%) sur les 27 je n’en connais aucun !!!!
                              J’en déduis que l’Europe est « mal gérée » mais le plus grave c’est que les Payeurs c’est NOUS...(demandez aux Grecs ce qu’ils en pensent !!!!
                              N’oubliez pas que nous devons payer des Impôts sur de l’Argent non perçu ( différence entre le Net Imposable et le Net à Payer)....et si cela continue nous redeviendrons les serfs des SAIgneurs de l’Europe !!!
                              J’ai été condamné à 6 ans de RC pour vols qualifiés et Associations de Malfaiteurs ( attaque à mains armées) mais qui braquent maintenant les Etats ...si ce n’est les BANKsters.... !!!
                              SCARFACEkosy ...balafre les Français à coups de taxes , en imposant ses machines à sous (Rapido , FdJ ect...) en rackettant les automobilistes , en protégeant « fiscalement » les hauts revenus ....mais le plus grave c’est qu’il a vendu la France aux Financiers qui sont sans pitié....pas de sang sur leur mains mais une mort lente par asphyxie de NOS finances.



                              • Thierry LEITZ 16 mars 2010 11:34

                                Nicolas et Carla, les Concini d’aujourd’hui ?
                                Revisiter l’histoire de France est toujours intéressant.
                                Le jeune Louis XIII est devenu roi après que ses amis ont occis l’italien pilleur de la nation.

                                Comparaison n’est pas raison, mais l’article dit vrai : la trahison des intérêts du peuple est avérée. Les temps vont être rudes : triplement de la dette donc des intérêts, surtout s’il y a dégradation de la « note ».

                                Quelle honte !
                                Retour au réel avec sacrifices partagés, proportionnés aux avoirs et responsabilités. Tout un programme. Mais si nous, modestes contribuables refusons l’effort, il sera plus dur de l’imposer aux nantis.


                                • vagamo 16 mars 2010 12:07

                                  L Union des Mauvais Perdants,couler la France ?Patience,ils y travaillent ! A nous de les en empêcher,en VOTANT pour un VRAI PARTI SOCIALISTE,c est à dire le Parti de Gauche,et c est tout de suite POSSIBLE !Un peu de courage,d altruisme,de lucidité,de generosité,le résultat ne décevra personne...En 2012(c est loin,mais on n a pas le choix,car nous sommes un parti républicain),il faudra virer la droite !Donnez-nous vos suffrages,et nous proclamerons la REPUBLIQUE SOCIALE,ou vous aurez évidemment toute liberté de participer,de vous exprimer ,tous vos votes seront RESPECTES.Pas comme en 2005...Hasta la victoria !Ayez confiance,soyez FIERS ET HEUREUX !


                                  • lord_volde lord_volde 16 mars 2010 12:31

                                    Salut Sylvain (syti).
                                    Les quatre pilliers de l’économie libérale vont faire effondrer le système à l’image d’un château de carte. L’heure approche quant à la naissance du nouvel ordre mondial tant attendu par l’élite ologarchique qui a travaillé sans relâche à son éclosion. Les hyper structures régionalistes vont converger en faveur d’un autre système basé sur la concentration planétaire des pouvoirs. De nombreux états-nations rejoindront cette confédération mondialiste censée apporter la lumière et des solutions uniques. La convergence des forces occultes pousse dans tous les points conjugué du cercle vers la pointe effilée du centralisme homéomorphique. La dette étant le moyen le plus pertinent de parvenir à la destruction des normes du passé enterré et révolu. Sarkozy a été le pion Français qui a enfoncé le clou jusqu’à la base saturée du système ébranlé fondé sur le concept citoyen des nations. Les guerres se profilent à l’horizon car les opposants notoires doivent être soumis ou démis (Iran, Irak, Vénézuela, Cuba, et, in fine, Chine). La misère et la pauvreté vont créer des tensions propices à la guerre civile qu’un Sarkozy ou un autre du même acabit viendra attisé en soufflant sur les braises de la haine et du ressentiment des populations troublées. 


                                    • lord_volde lord_volde 16 mars 2010 12:34

                                      correction : et du ressentiment éprouvés par les populations troublées. 


                                    • lord_volde lord_volde 16 mars 2010 14:40

                                      « La notion d’homéomorphisme est la bonne notion pour dire que deux espaces topologiques sont « le même » vu différemment. C’est la raison pour laquelle les homéomorphismes sont les isomorphismes de la catégorie des espaces topologiques ».

                                      http://www.geogebra.org/en/upload/files/french/mathias/homeo_carre_cercle_v s6.html

                                      Animation visible et rétroaction non visible.


                                    • goc goc 16 mars 2010 12:52

                                      enfin les résultats sont là !
                                      seul 1 français sur 8 (inscrits) a voté pour le système « sarkozy »

                                      même les petits racistes l’ont abandonné pour revenir vers leur maitre à penser


                                      • Patisab 16 mars 2010 12:53

                                        Bonjour,

                                        Juste en passant, comme ça, hop !

                                        145 c’est moins de 2.5 x 65, donc plus près du double que du triple, ce me semble. Il eut mieux valu écrire : « largement plus que doublé en un an » ou bien « près de deux fois et demie de plus en un an ».

                                        Par pure honnêteté intellectuelle, bien entendu, puisque cela n’enlève rien au reste de la démonstration.

                                        Cordialement.


                                        • Patisab 16 mars 2010 13:14

                                          Ah, j’oubliais. Superbe photo !

                                          Il ne manque qu’une toute petite moustache et une mèche de cheveux tombant sur le front. :->


                                        • goc goc 16 mars 2010 13:23

                                          la crise économique ?, quelle crise ??

                                          Les deux premiers mois de 2010 ont encore vu une forte augmentation des procédures dites de « sauvegarde », qui permettent aux entreprises en difficulté de traverser cette mauvaise passe sans déposer de bilan, selon le greffe du Tribunal de commerce de Paris.

                                          http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=854b04a5492dff0fede2d26439c4ae36


                                          • fhefhe fhefhe 16 mars 2010 13:55

                                            Le plan de sauvegarde permet également de ne pas payer les Fournisseurs  !!!!!
                                            Plutôt sur une période de 10 ans (Dette Chirographaire ).
                                            Les plans de sauvergarde permettent d’un côté de maintenir des emplois et de l’autre d’en supprimer autant voir plus !
                                            Cela permet également de répondre aux appels d’offre (non parution au JO suite à un dépôt de bilan)
                                            Le paln de sauvegarde est un scandale !!!
                                            Jusqu’aux début des années 80 , Deposer le Bilan était une honte pour le chef d’entreprise
                                            Puis est venu le Dépôt de Bilan outil de Gestion ( dégraissage , gel des dettes etc....)
                                            Aujourd’hui c’est le « Plan de Sauvegarde » qui est plus pernicieux mais ses dégâts « collatéraux » sont immenses !!!!
                                            Mais dans nôtre Pays , pas encore de législation sur la faillite « Personnelle » suite à un accident de la vie ( Perte d’Emploi , longue maladie etc ;) mais la Contrainte par corps (incarcération) pour le mauvais payeur (surtout à l’Etat )


                                          • vivien françoise 16 mars 2010 13:24

                                            pfffffffffffffff, et on ose dire que les femmes sont dépensières !!!
                                            VF


                                            • Maldoror Maldoror 16 mars 2010 13:54

                                              Comment se fait-il que cet article ne mentionne pas le fait que depuis 1973 (loi 73-7 du 3 janvier 1973 pompidou-giscard ; pompidou, ex fondé de pouvoir de la banque Rothschild) la collectivité est obligée de payer des intérêts injustifiés pour ses emprunts ??

                                              Et que si la France pouvait se financer à taux zero comme précédemment (ce qui a permis les 30 glorieuses) nous n’aurions pas une telle dette ?

                                              Il aurait fallu remonter à ce coup d’Etat oligarchique originel, contre les peuples.

                                              http://www.dailymotion.com/video/xcie5g_crise-ou-coup-d-etat-par-michel-dra_news
                                              http://www.dailymotion.com/video/xbbez1_michel-drac-crise-ou-coup-d-etat_news
                                              http://www.dailymotion.com/video/xci3j9_soral-sur-l-oligarchie-financi%C3%A8re-q_news


                                              • Maldoror Maldoror 16 mars 2010 14:45

                                                Pourquoi ?
                                                Parce que l’Etat n’est pas un acteur économique comme les autres, qu’en démocratie la collectivité devrait pouvoir financer ses projets par elle même sans payer des intérêts illégitimes, ça ne suffit pas comme raison  ?
                                                Il faudrait m’expliquer pourquoi, tout d’un coup, parce qu’un ancien banquier a fait passer sa loi scélérate nous devrions payer des intérêts aux banques privées ?


                                              • rastapopulo rastapopulo 16 mars 2010 16:00

                                                En quoi les intérêts empêchent la planche à billets de tourner ?

                                                Quelle est la hausse de la masse monétaire c’est 10 dernières années ? 

                                                Même rapporté à la richesse produite c’est du 900 % de hausse de la masse monétaire.

                                                Les belles incantations de la finance anglo-saxonne pour détrousser les états de leur prérogatives (une banque national est le MINIMUM, le réserve fractionnaire devrait aussi bénéficié à l’état et le crédit productif ne doit jamais être découragé ) ne sont même pas vérifier par les incantateurs !!!!!

                                                Bien sûr si on prend l’inflation sur des produits délocalisés hors immo, plus rien n’a de sens et c’est bien le but de tout ces préchi-précha aveugles sur la grosse poutre des banques centrales privés.


                                              • syti syti 16 mars 2010 16:35

                                                Pour ne pas faire trop long ! Car cette loi de 1973, qui a créé les conditions d’une croissance rapide de la dette publique, mériterait un article entier à elle toute seule, d’autant plus que cela nécessiterait quelques explications techniques sur la monnaie et sur ce qui change avec une banque centrale privée. Et pour mettre en perspective la loi de 73, il faudrait aussi parler de la création de la FED aux Etats-Unis en 1913...

                                                Il faut aussi savoir qu’avant d’être premier ministre de De Gaulle, George Pompidou a été directeur général de la banque Rothschild où il a travaillé pendant 8 ans.


                                              • rastapopulo rastapopulo 16 mars 2010 16:45

                                                Commentaire limpide mais dans l’article...

                                                ....en quoi Obama n’a pas accentué la précarité en favorisant les To Big To Fail, en quoi Mitterand n’a pas bétonné l’asservissement des finances publiques au dictat des banques privées et en quoi Strauss Khan propose le retour aux bases saines de 73 ?

                                                En bref, gauche ET droite sont corrompu par le discours ronflant d’une expertise économiques qui bafouent tout les fondamentaux à commencer par l’inflation réel de la masse monétaire de 900 % en 10 ans.


                                              • rastapopulo rastapopulo 16 mars 2010 18:34

                                                Passer sous silence l’augmentation de 900% de la masse monétaire dans votre orthodoxie parfaite avec des nations subalterne qui doivent éponger les bulles et osez appeler en retour bizarre d’annuler le loi de 73 qui est en faveur des banques....

                                                D’abord 1°) si l’argent a un loyer, c’est parce que le préteur en veut un bénéfice, comme maintenant ce sont des lignes électroniques venant des banques centrales, il n’y a plus de propriétaire et donc l’obligation de payer un intérêt n’est plus un fondement avéré.

                                                Ensuite 2°) lutter contre l’inflation est la seul raison d’un intérêt sur la dette publique pour décourager l’utilisation malsaine du crédit (frais de fonctionnement) par une menace de taux d’intérêts à la hausse.

                                                Et enfin 3°) le taux d’intérêts permet à une institution de décider combien d’argent doit circuler mais pourquoi cette institution est antidémocratique ? Pour plus d’efficacité ? Et la crise actuelle c’est quoi sinon une inflation de 900 % de la masse monétaire sans fondement réelle, bref de la planche à billet mais en faveur des To Big To Fail.

                                                Au MINIMUM, les états ne devrait pas se financer en subalterne... Au minimum le crédit productif devrait être sans intérêts... mais non, maintenant ce sont les banques qui se financent sans intérêts (ou presque) !

                                                La mesure est utile dans toute chose, défendre l’inflattion de la masse monétaire de 900 % en 10 ans en agitant l’épouvantail du Zimbabwe... elle est où la mesure ?


                                              • ffi ffi 17 mars 2010 01:22

                                                Dokki,
                                                disons que la loi 73-7 est une régression par rapport à un acquis issu du conseil national de la résistance (CNR). Cette histoire de banque centrale était déjà une très vieille histoire à l’époque.

                                                Je te signale qu’après-guerre, nombreux étaient ceux, dans les campagnes, qui lavaient le linge au lavoir et allaient chercher l’eau au puit.

                                                Le principe mis en place par le CNR, une banque nationale au service de la république, a pu, rien que moins :
                                                - construire les réseaux d’eau courante partout.
                                                - améliorer considérablement le système d’assainissement.
                                                - construire les réseaux d’électricité partout, les centrales électriques.
                                                - étendre considérablement le réseau de voies ferrées.
                                                - construire les réseaux téléphoniques.
                                                - construire une bonne partie des réseaux de gaz.
                                                - reconstruire les infrastructures portuaires et de raffinerie.
                                                - construire une quantité importante de logements sociaux (pas très jolis, il est vrai)
                                                ....

                                                Bref toutes ces petites choses que tu trouves normales aujourd’hui

                                                Et depuis 1973 qu’a-t-il il été construit ?
                                                ...
                                                Quasiment rien... Les banques n’ont utilisé le pouvoir monétaire que pour s’approprier ces constructions, pas pour construire. Un véritable pillage... La république ne peut que mieux faire.


                                              • ffi ffi 17 mars 2010 01:36

                                                Bref Dokki,
                                                la loi, 73-7, c’est aussi le retour au bon vieux système bancaire fasciste...

                                                Hitler était lui-aussi un grand pourfendeur de la république de Weimar : mais il ne faut pas oublier les dettes du traité de Versailles, et surtout l’invasion de la Ruhr par la France, provoquant une grève de quasiment une année de ce poumon industriel allemand pendant que le gouvernement était tenu légalement de payer les ouvriers en grève dans l’explication du délire hyperinflationniste de Weimar.

                                                La situation après-guerre en France et en Allemagne n’avait rien à voir, et n’a donc pas aboutit à un e hyperinflation, mais à un développement important, construction d’infrastructures et plein-emploi.

                                                Mais je vois que vous préférez soutenir notre système bancaire de type fasciste avec des arguments de type Hitlerien...


                                              • Jean Lerroux 16 mars 2010 14:45

                                                Moody’s affirme simplement « qu’il n’y a pas de risque immédiat de dégradation des grands pays Aaa, mais que le petit risque qu’ils ne parviennent pas à maintenir leurs finances sous contrôle, et soient donc dégradés, a augmenté ».

                                                En clair : petit risque qui a augmenté. Rien de plus.

                                                Pour info, quand « Le déficit du budget de l’état français a atteint 145 milliards d’euros en janvier, contre 63 milliards un an plus tôt », il n’est pas « quasiment triplé » , il est multiplié par 2,3.
                                                 Vous conviendrez qu’entre quasiment 189 Mds d’euros et 145 Mds, il existe une certaine différence (un petit besoin de calculatrice, peut-etre ?...)


                                                • casp casp 16 mars 2010 15:02

                                                  Si quelqu’un pouvait éclairer ma lanterne...

                                                  Le gouvernement sarkosy supprime des postes un peu partout . Il me semblait donc qu’il faisait des économies .. Comment avec une tel politique à t’il pu doubler la dette en si peu de temps ?

                                                  Est ce que quelqu’un ayant epluché les comptes de l’état peux expliquer à tout le monde, ou l’état à eu des dépenses supplémentaires pour en arrivé la ?


                                                  • AdNocendumPotentesSumus AdNocendumPotentesSumus 16 mars 2010 15:06

                                                    Bonjour à tous,


                                                    Bien que ce soit mon premier commentaire, je lis depuis longtemps agoravox sans y être inscrit, voilà qui est fait...

                                                    Pour être président, il ne suffit plus de remplir les conditions légales.
                                                    Effectivement, il faut que l’on vous connaisse, que l’on vote pour vous, ce qui sous entend un budget communication/marketing très important.
                                                    Voilà pourquoi il est nécessaire de créer un parti.
                                                    Chaque membre de ce parti reverse une cotisation utilisée pour le fonctionnement du parti et peut, en plus, faire un don !

                                                    Cependant, et fort heureusement, le don a une limite maximale :
                                                    Financement de la vie politique : « Les dons consentis par des personnes physiques dûment identifiées ne peuvent annuellement excéder la somme de 7 500 € par personne. »
                                                    En 2007, l’UMP a reçu plus de 9 millions d’euros de dons !
                                                    Et pardonnez-moi mais je vois mal les classes non aisées disposées à verser une telle somme à titre de don...

                                                    Oui, pour disposer d’une telle somme pour faire campagne, il est fort à parier qu’une contrepartie puisse être exigée par les plus importants donateurs... Ainsi, plus vous ramenez d’argent, plus on vous écoute au sein du parti et surtout, plus vous avez de chances de favoriser vos intérêts !
                                                    Alors non, nous ne vivons pas dans une société oligarchique mais dans une société ploutocratique (l’argent est à la base du pouvoir).
                                                    Pour conclure, et pour appuyer mes propos, voyez plutôt :

                                                    Sans argent, pas de communication (TV, meetings, affiches, etc.) donc aucune chance d’être élu. Voilà, messieurs et mesdames, la vraie source du problème...




                                                    • fifilafiloche fifilafiloche 16 mars 2010 15:12

                                                      Quel bonheur que le retour des moinseurs censeurs gardiens de la pensée démagogique unique.


                                                      La cause de tous les malheurs du village stroumpf franchouillard, c’est bien évidemment le méééchant Gargamel !!! ;o)
                                                      Le fait que nous ayons acheté pendant 30 ans une paix sociale relative à coups d emplois à vie de gratte papier n’a évidemment rien à voir avec notre niveau d’endètement...tout comme en Grèce.
                                                       Le dogme officiel depuis 1968 « travailler moins pour gagner plus » des 20% d’aparatchiks de notre exemple social français n’a bien sûr en rien contribué à notre affaiblissement face aux zones économiques émergentes. Le prolongement des études associé à une retraite plus précoce que dans la moyenne des pays européens donne un taux d"occupation de la population inférieur à 50%, mais cela bien sûr n’a rien à voir avec les problèmes de financement.

                                                      La réalité est bien autre que celle que vous décrivez, mais on ne s’improvise pas expert en économie en lisant l’Humanité tous les matins. Ce qui caractérise un pays du tiers monde, ce n’est pas son niveau d’endèttement, puisque beaucoup sont créditeurs nets, mais son taux de fonctionnarisation, les emplois subventionnés et le clientélisme. Quant aux taux d’intérêts qui servent de complément de retraite au système de retraite qui ne pourra de toute façon pas être financé, espérons pour les retraités qu’ils restent à un niveau qui leur permettra de compléter leur maigre rente de la chaîne de Ponzi par répartition.


                                                      • Patisab 16 mars 2010 15:35

                                                        Bonjour,

                                                        Vous avez bien raison, mon brave ! Ah la la !!! Toutes ces feignasses qui se la coulent douce ! Sans compter tout ces bons à riens, pire, tout ces mauvais à tout d’étudiants qui squattent les bancs des universités. Et ces hordes de lycéens et de collégiens qui trainent dans les établissements publics (mais aussi privés. Mais là, ce n’est pas grave, ça fait marcher le commerce) qui nous coûtent la peau des yeux !

                                                        Non, franchement, il faut remettre de l’ordre dans la maison ! Le mieux serait de revenir à la belle époque du capitalisme à dimension humaine. Mais oui, tout ces bons entrepreneurs paternalistes qui n’avaient de cesse d’occuper la population 16 heures par jour. Et ce dès 8 ou 10 ans. Et, surtout, ad vitam aeternam !

                                                        Ah que c’était bien. J’en ai la larme à l’oeil en y repensant. Oui, une bien belle époque : pas de fainéants ou de fonctionnaires (ou si peu), pas de retraites à verser. Dès lors, des comptes publics forcément équilibrés !

                                                        Oui, c’était vraiment la panacée, ce temps-là.

                                                        Décidément, tout se perd mon bon Monsieur, tout se perd.


                                                      • fifilafiloche fifilafiloche 16 mars 2010 16:05

                                                        Il ne s’agit pas de nier toute évolution sociale, mais de l’adapter aux cycles économiques, accepter leur contrainte sans s illusioner sur le progrès perpétuel et linéaire qui mène à la ruine par manque de pragmatisme. Les démocraties sociales du Nord de l Europe nous ont montré l’exemple il y a 20 ans, nous n’avons pas su les suivre par manque de courage politique.


                                                        La haut, adapter la charge de la fonction publique aux recettes du pays n’est pas tabou, mesurer l efficience des investissements publics non plus. L’école sert encore à apprendre un métier, et non à apprendre à apprendre. Le chômeur a autant d’obligations que de droits. Et la haut, contrairement à ce que vous décrivez, ce n est pas forcément les corons.

                                                        La haut, on a su associer solidarité et responsabilité individuelle. Mais le dialogue social y est beaucoup plus ouvert, ceci explique cela.

                                                      • hunter hunter 16 mars 2010 15:58


                                                        si vous avez l’occasion, il y a une série anglaise des années 80, qu’il faut voir absolument, ça s’appelle « the new statesman », qui est l’histoire d’un politicard ultra corrompu et cavaleur, dans l’Angleterre de Thatcher !

                                                        Comme c’était pas mal le marasme économique à cette époque dans le Royaume, Alan B’stard (c’est le nom de ce député), envisage plein de solutions pour sortir le pays de la crise, et un de ses chevaux de bataille est en particulier......le rétablissement de l’esclavage, pour les adultes et les enfants, parce que comme ça, les entreprises deviendraient plus compétitives !

                                                        http://fr.wikipedia.org/wiki/The_New_Statesman_%28s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e%29

                                                        H /


                                                        • piroliat 16 mars 2010 16:13

                                                          ce n’est pas un économiste, c’ est un bonimenteur de foire,
                                                          plus précisément, un avocat


                                                          • signolab signolab 16 mars 2010 16:19

                                                            un bonimenteur, un baveux, oui. le programme qu’il devait infliger à la France est maintenant passé , d’où la « pause »...nous n’aurons plus qu’à découvrir toute ces merveilles comme l’arrêté de mai dernier sur les autorisations d’incorporer des matériaux radioactifs dans nos édififices. Il ne sera plus possible de défaire toutes les saloperies dans lesquelles nous avons été coulés. 


                                                            • hunter hunter 16 mars 2010 16:55

                                                              @ Cassino :

                                                              Bien d’accord avec vous !

                                                              Si on applique pas une directive européenne, car considérée comme néfaste pour nous, il fait quoi le Barroso, il envoie l’armée Belge ?

                                                              Ah, il nous met une amende ? Et si on refuse de la payer, il envoie l’armée Belge et l’armée Luxembourgeoise ?

                                                              Quand l’Angleterre a dit à l’Europe qu’elle aille se faire foutre avec l’euro, et qu’ils garderaient la Livre, les Barroso et autre « wankers » ont simplement fermé leur petite gueule non ?

                                                              Comme quoi, si en Etat dit non, c’est jouable non ?

                                                              Reste maintenant à trouver des responsables politiques capables de faire autre chose que de se coucher et lécher les bottes ! De dire « non » parce que l’intérêt des peuples et des pays est en jeu, et non pas systématiquement « oui », parce que ça corrobore avec les intérêts de leurs bailleurs de fond (qu’on appelle depuis Mai 2007, « la clique du Fouquet’s »).

                                                              Avec ce qu’on a en magasin, faut dire que c’est pas gagné !

                                                              Cordialement

                                                              H /


                                                              • Gourmet 16 mars 2010 16:55

                                                                J’adore (jaune) ces 2 petites phrases.
                                                                Ainsi, même si un gouvernement réellement à gauche revenait au pouvoir, il n’aurait plus les moyens de nationaliser. Il serait même contraint de poursuivre les privatisations afin de rembourser la dette.
                                                                De là à en conclure qu’un gouvernement d’un bord fait tout pour emmerder un futur gouvernement d’opposition (et ainsi préparer à nouveau son retour) il n’y a qu’un pas.
                                                                Déjà qu’un gouvernement redécoupe systématiquement la France afin de contrer l’adversaire lors d’élections, j’en déduis donc, forcément, qu’à plus forte raison, un gouvernement ne sert rien moins que ses propres intérêts : rester le plus longtemps au pouvoir.
                                                                Et le peuple là-dedans ?
                                                                Quel peuple ?


                                                                Jaime bien ça aussi :
                                                                Une dette, c’est simple, quand elle est trop importante on l’annule unilatéralement.

                                                                Ce qui repose la question de ce qu’il va se passer en Islande. Ben oui, juridiquement parlant, il semblerait que les islandais, par le biais de leur gourvernement (qui a pris de mauvaises décisions en leur nom vu qu’il est mandaté pour cela), doivent régler la note d’IceSave.
                                                                Mais s’ils ne veulent pas ? Que se passe-t-il ?
                                                                Car contrairement aux irlandais, les islandais n’ont pas froid aux yeux (et ils sont soutenus par la Norvège qui dit merde à tout le monde).

                                                                Ainsi donc, si 60 millions de français (avec les bébés) défilent à Bruxelles en levant le doigt et en proutant devant la Commission il se passe quoi ?

                                                                db





                                                                db


                                                                • hunter hunter 16 mars 2010 17:00

                                                                  Gourmet,

                                                                  Si on emmène les bébés, on sera même 65 millions !

                                                                   smiley

                                                                  Faudrait bien sûr que tous nos concitoyens d’Outre Mer soient là aussi, ce qui ne serait pas pour me déplaire !

                                                                  Cordialement

                                                                  H /


                                                                  • aigle80 aigle80 16 mars 2010 17:05

                                                                    il s’en fout Nicolas 1er en 2012 c’est la gauche qui va heriter du merdier et qui sombrera avec en attendant on rame on rame et on est déja sur le sable


                                                                    • syti syti 16 mars 2010 17:08

                                                                      En complément à cet article, cet autre article écrit en 2005 et qui détaille les conséquences sociales et politiques de la dette, avec un graphique de son évolution, de 1981 avec le gouvernement Mauroy jusqu’en 2005 avec le gouvernement Raffarin.

                                                                      A propos de la répartition des responsabilités entre droite et gauche :
                                                                      Le gouvernement Mauroy a fait augmenter la dette de 6 points en 3 ans (22% du PIB en 1981 à 28% en 1985). Il arrive en 4è position, mais assez loin derrière Raffarin (+9 points en 3 ans et demi), Balladur (+10 points en 2 ans), et Sarkozy qui explose la « performance » de tous ses prédécesseurs (+22 points en 3 ans, et ce n’est pas fini !).

                                                                      Le seul gouvernement qui a fait baisser la dette en pourcentage du PIB a été un gouvernement de gauche, celui de Lionel Jospin (de 59% en 1997 à 57% en 2002).


                                                                      • signolab signolab 16 mars 2010 17:22

                                                                        a chaque fois que l’occasion m’en est donnée, je dit tout le mal que je pense de cette saloperie qu’on ose appeler union européenne, et qu’on devrait dénommer soumission à la bce de francfort : et oui, brxls c’est la facade. le back office c’est à l’eurotower


                                                                        • M.Junior M.Junior 16 mars 2010 17:28

                                                                          La spéculation ne peut se faire que sur le désossement des services publics, seuls points de croissance des hedges funds et autres banques. La disposition de jean-louis borloo de privatiser la gestion des contrôles des bateaux en est une n-ième preuve après avoir permis de précariser l’emploi et de mettre le code du travail en trophée avec la LME de 2005.

                                                                          Comme la France est un pays encore riche, il est possible d’y faire de beaux rendements et ce n’est pas un gouvernement de droite libérale voire néo-libérale qui va faire protéger des acquis sociaux qui sont autant de gisements de croissance de moins pour les amis présidentiels ou mettre en place une économie solidaire.

                                                                          Le français a toujours été un veau quand il le ventre gras et sous l’occupation il préfère collaborer, n’allons pas oublier l’histoire de France...Sarkozy n’est qu’un vulgaire pion, ne lui donne pas autant d’importance.

                                                                          Les agences de notations servent les intérêts de leurs clients, c’est juste ce qu’on leur demande, quand on sait que Lehmann brothers était noté AAA, quel est l’intérêt de lire leurs recommandations ?

                                                                          Que la France fasse complétement faillite est bien la meilleure chose qui puisse lui arriver car c’est dans ces moments de reconstruction qu’elle s’est toujours montrée forte.

                                                                          Le coq français chante mieux les pieds dans le purin.


                                                                          • eugène wermelinger eugène wermelinger 16 mars 2010 17:37

                                                                            On a entendu dire que les allemands seraient prêts à éponger la dette de la Grèce, contre leurs îles au soleil de la grande bleue.
                                                                            Il nous reste aussi quelques lieux paradisiaques : Corse, Réunion, Guadeloupe, Martinique, Tahiti même Cayenne et sa base d’envol vers les étoiles. Partie la maison de la Météo à Paris, pour la Russie. Les chinois pourraient s’intéresser à Versailles ? Et ma chère Alsace-Lorraine ? 
                                                                             A quand l’ouverture des enchères ? 

                                                                            Putaing, je n’aurais pas dû souffler ces mauvaises idées à qui vous savez ! 

                                                                            • joseW 16 mars 2010 17:53

                                                                              Un bon article, à l’inverse du papier que l’auteur avait proposé concernant le Mouvement pour la Vérité.

                                                                              Il est clair que notre « Grand Ordonnateur du Nouvel Ordre Mondial » dispose d’un plan de route et qu’il s’y tient : une fois que le Pays sera à disposition de la finance internationale, les marges de manoeuvres seront quasiment nulles pour échapper au NWO préparé dans les salles discrètes des cercles élitistes.

                                                                              Un grand pas a été fait en 2009, et 2010 devrait en proposer un autre : la France sera alors en coupe réglée, comme tant d’autres pays à travers le Monde.

                                                                              Malheureusement, les opposants officielss (DSK nommé au FMI par... Nicolas lui-même) ont exactement la même politique à nous proposer.

                                                                              Tout cela n’est pas très rassurant, et le « parti extrémiste » téléguidé par « les partis de Gouvernement » peut se frotter les mains...

                                                                              L’Histoire ne se répète pas, elle bégaie.


                                                                              • ZEN ZEN 16 mars 2010 18:19

                                                                                La Grèce nous montre le chemin ?... smiley

                                                                                "La Grèce est aujourd’hui un condensé de ce qui nous attend en Europe. L’offensive spéculative des marchésfinanciers, préparée en petit comité sous l’égide de Georges Soros (par ailleurs grand philanthrope et critique de la finance) démontre s’il en était besoin que tout ce que l’on nous a raconté sur la nécessaire « régulation » des marchés financiers était du flan. Fondamentalement, les gouvernements sont au service de la finance ou, pour être modéré, ont choisi de ne pas aller à l’encontre de ses intérêts. Cela n’exclut pas des contradictions au sein de ce petit peuple : la finance cherche à se faire un maximum de fric, les gouvernements doivent quand même gérer les affaires courantes. Face à la crise, ces derniers n’ont pas hésité
                                                                                à déverser tout l’argent nécessaire pour sauver les banques et la finance, mais en se gardant bien d’y mettre la moindre condition. Partout en Europe, les banques se renflouent en prêtant à un taux d’intérêt bien supérieur à leur taux de refinancement. Sous cette forme, les subventions aux banques coulent à jet continu. La crise n’a rien changé à cette soumission. Les gouvernements n’ont pas un seul moment envisagé sérieusement de sanctionner la spéculation ou d’encadrer des instruments purement spéculatifs, comme les fameux Credit Default Swaps. Ils auraient pu imposer aux banques de détenir une fraction de leurs actifs en titres de la dette publique et mutualiser la gestion de la dette au niveau européen. Mais ne rêvons pas : leur seule préoccupation est de redonner confiance aux « marchés » en imposant à la Grèce un plan d’ajustement d’une incroyable brutalité. Le seul débat porte sur le moyen d’y parvenir, et le projet d’un Fonds Monétaire Européen n’a de sens que s’il permet de mieux contrôler la réalité de cet ajustement. Le creusement des déficits publics est un phénomène général en Europe et, si la Grèce est apparue comme le maillon faible, beaucoup d’autres pays sont dans une situation aussi fragile. Les économistes de l’OFCE viennent de mener un exercice de prospective qui montre que la dette est là pour durer. Le plan d’ajustement présenté par la France repose sur une hypothèse de retour à une croissance 2,5 % dès 2011 à laquelle personne ne croit : ni Bercy, ni la Commission européenne
                                                                                Cette dette n’est pas soutenable, même d’un point de vue de gauche : elle implique en effet que, durant une période indéterminée, une partie importante du budget serait captée par une couche de rentiers qui prêtent à l’Etat plutôt que de lui payer des impôts. En plus, cette charge de la dette pourrait se mettre à gonfler à partir du moment où le taux d’intérêt réel viendrait à augmenter. Enfin, la vulgate libérale expliquera que cette dette publique « évince » l’endettement privé et donc bride l’investissement, donc la croissance, etc. C’est pour cela que l’exemple grec doit être médité : il représente une forme de répétition générale des politiques de super-austérité qui vont tendre à se généraliser. Dans le même temps, évidemment, les patrons vont vouloir rétablir leurs profits écornés par la crise pour mieux affronter la concurrence. Cette double austérité, salariale et budgétaire, conduit directement à une nouvelle récession. Mais chaque pays cherchera à tirer son épingle du jeu, au prix d’une concurrence exacerbée. Dans cette Europe qui a choisi la concurrence comme emblème, il ne faut pas s’attendre à la recherche de solutions coopératives. Dans cette conjoncture, tout est affaire de timing, et c’est dorénavant le gros problème de Sarkozy. La bourgeoisie n’a pas d’objection de principe à son charlatanisme (le chômage va bientôt baisser, la production industrielle va augmenter de 25 % d’ici à 2015, etc.) mais il lui faut attendre 2012 avant d’entamer le tournant vers l’austérité et cette échéance est un peu éloignée. En attendant, il laisse filer les déficits. Tant qu’à faire, DSK ferait peut-être mieux le job, avec le même enthousiasme austère que Merkel, ou ses camarades socialistes, Zapatero et Papandréou. Il y a une autre leçon à tirer de la Grèce, c’est que la « régulation » du système ne dépassera pas spontanément le stade de la simulation. Seule une mobilisation sociale venant bousculer le business as usual peut changer un tant soit peu les règles du jeu. Et cette mobilisation doit être à la hauteur de la violence exercée par les dominants : c’est la seule «  éthique » à laquelle ils soient vraiment sensibles.
                                                                                " (M.Husson)
                                                                                -Transformation du système financier


                                                                                • Sinbuck Sinbuck 16 mars 2010 19:50

                                                                                  Alchimie,


                                                                                  passe déjà « l’oeuvre au noir », trouve la sonorité du coeur au fond de toi et cherche la petite flamme qui vacille... Puis MEDITE sur l’état actuel de l’humanité... 

                                                                                  Le monde n’est-il pas pollué par les vapeurs suffocantes de la spéculation financière ?

                                                                                  La France subit également cette idéologie déifiée par la confiance accordée à l’auto-régulation du marché financier. Honte aux hommes de vendre leur âme à l’économie...

                                                                                  La dette française prend sa source dans la mauvaise gestion des politiques qui se succèdent, en effet ! Mais la difficulté de gérer un pays reste difficile quand l’idéologie dominante est POURRIE par le profit égoïste du néo-libéralisme.


                                                                                • signolab signolab 16 mars 2010 20:23

                                                                                  la fameuse main invisible ! ces bloodsuckers s’en tiennent encore les côtes. par exemple :

                                                                                  Il y a trois mois, le très sûr de lui patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, vantait encore les mérites de sa firme en assurant qu’elle permettait à ses clients et à ses banquiers de s’enrichir et de réaliser leurs ambitions. Ajoutant sans complexe qu’il accomplissait « le travail de Dieu »

                                                                                  Et en plus, ils se foutent de nous à longueur de temps. Va t on laisser faire indéfiniment ?


                                                                                • Sinbuck Sinbuck 16 mars 2010 23:10

                                                                                  Bien sûr alchimie,

                                                                                  mais néo-libéral représente pour moi le début du XX° s. celui qui s’éloigne du libéralisme initial en tant que « conscience libre »...

                                                                                  Pour ta critique des râleurs/faignants/hypocrites qui évitent d’affronter le problème, tu as raison !


                                                                                • boubi boubi 16 mars 2010 20:23

                                                                                  Sarko est un agent Americano-sioniste, les interets de la France il s’en fiche complètement.Il s’augmente de 140 % ,il voyage, il favorise les agents sionistes en France que demande le peuple de sion ?


                                                                                  • furio furio 16 mars 2010 20:29

                                                                                    « Les moyens de nationaliser ? » Un gouvernement de gauche n’aurait pas les moyens ?

                                                                                    Tout dépend du prix fixé. Que valent par exemple les banques ? 0 ou 1€ ? 
                                                                                    Que valent les autres entreprises sans plus aucun consommateur ? Peau de balle !

                                                                                    De plus les actionnaires seraient indemnisés sur une longue durée. Ils se sont bien amusés à faire des aller et des retour fructueux. Ils pourraient recevoir une indemnisation après 5 ou 10 ans et percevoir des intérêts entre temps. 

                                                                                    On voit et on sait que les moyens ne manquent pas !! Loin de là. ET QUE DE TOUTE FAçON il va bien falloir passer par là. 


                                                                                    • FYI FYI 16 mars 2010 20:30

                                                                                      Un petit hommage au citoyen inconnu  smiley


                                                                                      • Defrance Defrance 16 mars 2010 21:32

                                                                                        Un nouvel adjectif a utiliser , les Pays IMMERGEANT ?


                                                                                        • Christoff_M Christoff_M 17 mars 2010 00:57

                                                                                          Sarkozy fait pire que tous ces prédécesseurs réunis !!

                                                                                          Nous nous retrouvons avec des indicateurs d’après guerre pour ce qui est des déficits dans tous les domaines...

                                                                                          Heureusement pour lui Seguin est mort, avec un socialiste insipide et benet nommé à sa place, Sarko va pouvoir accentuer le mouvement de vampirisation de la France, les régions se retrouveront aussi conviées au paiement de la dette !!

                                                                                          Car bientôt ce sont des gouffres qui vont s’ouvrir sous les pieds des français, l’argent et le patrimoine pillés sont déjà ailleurs, avec les agents « étrangers » de Sarkozy....

                                                                                          Le genre de « conseillers » qui font échouer tous nos contrats à l’étranger, les contrats sur les Tgv en Chine et les ravitailleurs Airbus ayant comme par hasard loupé partout, depuis l’arrivée de Sarkozy et ses sbires à la solde de l’étranger...


                                                                                          • Christoff_M Christoff_M 17 mars 2010 01:01

                                                                                            Lagarde est une nullité imbue d’elle meme, elle fait partie des idiots utiles qui entourent le pouvoir, formattés dans des grands cabinets américains et qui veulent à tout prix faire ressembler la France à une multinationale gérée sur le modèle anglo saxon...


                                                                                          • Et hop ! Et hop ! 17 mars 2010 02:27

                                                                                            Dès que Sarkozy aura emprunté à 1% les 30 milliards dont il ne sait pas quoi faire, Ô surprise, la note de la France sera dégradée et les intérêts passeront à 5%.


                                                                                            Si les agences de notation des banques baissent la note (et augmentent les intérêts qu’il exigent) c’est qu’elles estiment qu’il y a un risque de défaut de remboursement.

                                                                                            Donc, le non remboursement de la dette est envisageable et envisagé, comme pour une vulgaire entreprise.

                                                                                            Et bien, si la possibilité de ne pas rembourser est admise par les banques, pourquoi la Grèce, l’Espagne, la France ne cesse-t-elle pas de rembourser ?

                                                                                            Que ferait la finance internationale ?

                                                                                            Standard & Poors, combien de divisions ?
                                                                                            Lehman Brother, combien de divisions ? Aucune.

                                                                                            I y a impossibilité de mettre un État en liquidation.

                                                                                            Ce sont les États qui disposent de la force, sans eux pas d’huissiers, pas de liquidateurs, pas de tribunaux, pas de gendarmes.
                                                                                            Aucune possibilité de saisir le moindre actif, de liquider quoique ce soit.

                                                                                            Aucune possibilité, sauf si c’est le gouvernement du pays débiteur qui, sans que rien ne l’y force, procède lui-même à la liquidation en prenant les mesure pour brader tous les actifs, pour mettre en liquidation son pays, et continuer à servir la Dette imaginaire.

                                                                                            Tous les chefs de gouvernement, tous les inspecteurs des finances, qui ont donné des milliards il y a un an au banques pour sauver leur pouvoir, et qui maintenant bradent les actifs de leurs pays pour payer des intérêts usuraires, sont des traîtres à leurs pays. Car sans leur complicité, les banques ne peuvent rien exiger et rien saisir.


                                                                                            Après les autoroutes, Total, TF1, l’imprimerie nationale, la Monnaie, Gdf, l’hôtel de la Marine va être vendu. Ensuite la Sorbonne, l’Académie française, les Invalides, le Louvre, Belle-île,.. 

                                                                                            Les hommes de Bercy ont quand même acheté Quick Burger.

                                                                                            Ils sont le domestique qui montre le passage aux voleurs.
                                                                                            Ils sont le traître qui ouvre les portes de leur ville aux ennemis.

                                                                                            Tout le monde les voit et tout le monde le sait.


                                                                                            • signolab signolab 17 mars 2010 08:09

                                                                                              il devraient être arrêtés et jugés ; dans d’autres pays, avec de vrais patriotes, l’armée serait déjà intervenue en tant que dépositaire de la force, pour mettre un terme à ces agissements. Nos officiers d’etats majors à particules sont plus affairistes que tous les autres alors ne comptons pas sur eux : si nous ne faisons pas ce devoir, nous serons maudits par tous ceux qui viennent après nous. LAST CALL


                                                                                            • georges 17 mars 2010 02:35

                                                                                              vous me faites marrer , quand certains s alarmaient deja de la Dette bien avant 2007 on entendait personne

                                                                                              Vous n etes pas totalement honnete , vous ne dites pas ce qui serait arriver si on avait pas renflouer les banques : chute du systeme , avec les consequences cataclysmiques pour tous les pays , le chaos dans les rues , peut etre meme les buchés publics retablis pour juger les traders lol.. seule des anarchistes peuvent se rejouir d un tel tableau

                                                                                              A lire certains commentaire notemment celui qui a le plus de vote l endettement massif donc la crise bancaire fut deliberemment provoqué . genre complot mondial , disons au moins dans la sphère anglosaxonne , la ou tout est parti et ou tout se decide . Je vous rappelle quand meme que ceux qui ont le plus trinqué de la crise sont les ultraliberaux et de ses consequences sont les gandes multinationales (daccord pas toutes) , les grands actionnaires , les rentiers , les madoff bref tout ceux qui prenaient des risques , pas vous ni moi . Vous allez peut etre me dire que c est comme le 11 septembre : il faut savoir accepter les dommages collateraux pour l accomplissement du projet , bouuuh mulder et scully revennez !


                                                                                              • Blackeagle 17 mars 2010 10:34

                                                                                                Bien que l’article énonce des vérités, il contribue à cette focalisation sur le niveau de dette du pays.......et la conclusion est une erreur.

                                                                                                Fait numero 1 : UN ETAT NE PEUT PAS FAIRE FAILLITE : il est souverain et restera souverain quoi qu’il arrive. Ses créanciers n’ont pas le pouvoir d’exiger quoi que ce soit de lui. Le seul risque qu’il courent c’est que ces créanciers cessent de lui prêter de l’argent.

                                                                                                Fait numéro 2 : Ceux qui détiennent la dette de la France sont très exactement, en grande majorité ceux qui sont responsables le plus directement de la crise financière ou ceux qui ont reçus des cadeaux fiscaux ses 15 dernières années responsables de la seconde partie du déficit de l’état et c’est souvent les mêmes (un partie manque à gagner, une partie pour la relance et les couts de la crise)

                                                                                                Par conséquent, je suggère que les successeurs de Sarkozy cessent tout simplement de rembourser cette dette. Quelles seront les conséquences ? De quoi la France sera elle menacée ? De rien du tout si ce n’est qu’elle aura perdu la confiance des marchés financiers !!! (je croit que si il y avait un sondage, les marchés financier ont déjà perdus la confiance des français). Par contre le budget de l’état reviendrai immédiatement à l’équilibre sans avoir besoin de faire des coupes dans les dépenses ou d’augmenter les impôts. En gardant les mêmes dépenses, il deviendrai même excédentaire....alors qui aurait besoin d’emprunter des fonds sur les marchés financier ? Certainement pas la France. Enfin Qui serai lésé ? Ceux qui nous ont foutu dans la merde, ce ne serai qu’un juste retour des choses !!!!!

                                                                                                J’espère bien que les Français, comme en Islande ou en Grece refuseront de payer LEURS CRISE.


                                                                                                • Blackeagle 17 mars 2010 10:47

                                                                                                  J’ajoute, qu’en plus en temps de crise s’alarmer sur l’ampleur de la dette ou des déficits ne sert à rien et est improductif.

                                                                                                  Historiquement, depuis 1929 chaque crise à prouvé :

                                                                                                  1. Qu’une politique d’austérité destinée à réduire les déficits, en coupant dans les systèmes de protection sociale, dans les services publics et en privatisant AGGRAVE l’état de crise, et prolonge la récession ou provoque une dépression.

                                                                                                  2. Qu’une politique de stimulation qui laisse temporairement filer les déficits pour stimuler l’économie par la relance de la consommation et l’investissement de l’état permettant à la fois d’améliorer les infrastructures par exemple, de réduire le chômage et de stimuler l’économie productive a toute les chance d’accélérer la sortie de crise.

                                                                                                  Alors dans la situation actuelle, Il ne faut pas regarder les déficit ou les notations, il faut relancer l’économie, point. Une fois que ça se sera fait, on pourra peut être réfléchir à réduire les déficits. Et il y bien deux manières de les réduire : 1. réduire les dépense (c’est ce qu’exige l’Europe et les marchés financier) 2. Accroitre les rentrée d’argent en augmentant les impots.


                                                                                                  • thomthom 18 mars 2010 15:32

                                                                                                    Une toute petite majorité d’électeurs (constituant au passage une nette minorité de français) a décidé de placer un irresponsable à la tête de l’état... et c’est tous les français qui vont subir les conséquences de cette énorme bêtise.

                                                                                                    ça s’appelle la démocratie..... peut-être pas si bien que ça finalement....


                                                                                                    • MortytheReaper 18 mars 2010 22:16

                                                                                                      A Bercy , la Marquise ne dit mot ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès