Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Des grandes entreprises toujours plus voraces

Des grandes entreprises toujours plus voraces

Chômage au plus haut, pouvoir d’achat en berne : pour 90 à 99% de la population, la situation économique n’est pas bonne. Pourtant, pour une petite minorité, tout va bien : les multinationales, leurs actionnaires et leurs dirigeants, comme le montrent les chiffres des deux côtés de la Manche.

 
Champagne pour les patrons et les actionnaires !
 
Le contraste est stupéfiant. Tous les ans, une association britannique rappelle l’explosion des inégalités en notant à quel moment les patrons des cent plus grosses entreprises du pays ont gagné ce que gagne un salarié moyen, le « mardi des gros bonnets  » (Fat Cat Tuesday) cette année, puisque dès l’après-midi du second jour de l’année, ces patrons ont gagné l’équivalent du salaire annuel médian d’un travailleur, qui a touché 27 645 livres (37 718 euros) en 2015, contre 4,96 millions de livres (6,77 millions d’euros) pour les patrons du FTSE 100, un salaire horaire de 1200 livres, ou 1637 euros. Un grand patron au Royaume Uni gagne 180 fois plus que le salaire médian, et 400 fois plus que le salaire minimum  ! Pire, à Londres comme ailleurs, ces écarts ne cessent de progresser.
 
Plus révoltant encore, même le Figaro en vient à se demander si « les sociétés du CAC 40 ne sont pas trop généreuses pour leurs actionnaires », notant qu’elles ont distribué la bagatelle de 56 milliards d’euros à leurs actionnaires, plus de la moitié de leurs profits, une somme multipliée par 2,5 depuis 2003. Dans notre pays, comme ailleurs, les entreprises rachètent de plus en plus leurs actions : elles y ont consacré 10,2 milliards en 2014. Il est tout de même frappant de constater à quel point même une partie de la droite en finit par se poser des questions sur l’envolée excessive des profits ou les excès du capitalisme actionnarial. Comment ne pas voir que l’augmentation des inégalités est liée à cela, les grandes entreprises étant souvent le véhicule de cette distorsion du partage de la richesse  ?
 

Mais si le débat intellectuel progresse (avec Thomas Piketty ou Joseph Stiglitz), en revanche, sa traduction politique est pour l’instant extrêmement limitée, à quelques exceptions près. Mais tôt ou tard, ces écarts si énormes finiront par nourrir une remise en question démocratique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Gemini Gemini 15 janvier 10:47

    J’attends avec impatience la prose de notre ami Spartacus ou un autre partageant son courant de pensée nous expliquer que cette spoliation des richesses par les grandes entreprises et leurs actionnaires est à cause de l’état « obèse » et des fonctionnaires.


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 15 janvier 11:12

      @Gemini


      ben forcément : l’état vivant au-dessus de ses moyens (par définition, l’état est dirigé par des irresponsables), il s’endette auprès de privés (heureusement qu’y sont là) et doit leur rembourser avec des intérêts... cqfd

      ah là là, vous n’avez pas compris l’économie, Gemini ! C’est pas une spoliation, c’est l’irresponsabilité des pauvres qui s’endettent pour vivre au-dessus de leurs moyens.

    • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 11:09

      comme d’habitude .....


      • devphil30 devphil30 15 janvier 11:37

        Les écarts de salaire , de niveau de vie ont toujours conduit les sociétés à des fractures et des affrontements plus ou moins violents.


        On ne peux pas concevoir de continuer dans la société que nous voyons aujourd’hui où la misère progresse de manière exponentielle et à contrario voir des augmentations de salaires permanentes des patrons dans les conseils d’administrations sur le principe d’arrangement entre initié.

        Comme votre article le montre , comment concevoir que quelques jours après le début de l’année certains aient déjà volé l’équivalent du salaire moyen des salariés.

        La relance économique passe par le partage des richesses de manière beaucoup plus équitable au sein de la France , du monde et de l’humanité.

        Que l’on ne me parle pas des patrons qui partiraient de France si les salaires baissaient , personne ne les retient et qu’ils ne pensent pas être les meilleurs pour justifier des salaires qui se comptent en millions. 

        Philippe

        • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 15 janvier 11:47

          @devphil30

          les salaires sont une chose, 
          la propriété des moyens de production en est une autre,
          et l’accumulation du capital une troisième.

          les écarts de salaires ne sont que la partie émergée de l’iceberg

        • oncle archibald 15 janvier 12:17

          « Chômage au plus haut, pouvoir d’achat en berne : pour 90 à 99% de la population, la situation économique n’est pas bonne. »

          à rapprocher de :

          « Dira-t-on bientôt »heureux comme un...Français ?« . La question peut se poser à en croire un sondage BVA pour Le Monde publié mardi. Certes 59% des Français n’ont pas confiance en l’avenir du pays, mais sur le plan personnel, plus de huit sondés sur dix assurent ainsi qu’ils sont heureux. »

          Le catastrophisme, le pessimisme et la jalousie institués comme axiomes fondamentaux de toute réflexion, je trouve que ça fait un peu beaucoup. Si on regardait objectivement ce que nous avons dans nos assiettes en s’abstenant de regarder dans l’assiette de notre voisin, la vie serait encore plus belle. Des riches et des pauvres il y en a toujours eu et il y en aura toujours.

          En France la très belle façon de retrouver une « fraternité obligée » se trouvait dans l’impôt sur le revenu à taux progressif par tranches, que l’on a sabordé au profit de taxes à taux fixe de toutes sortes qui frappent uniformément tous les citoyens.

          C’est la honte majeure de ce gouvernement soi disant de gauche de ne pas avoir fait une réforme fiscale remettant à sa place l’ISRPP. A l’heure des ordinateurs rien n’empêche de multiplier le nombre de tranches et de taux faisant de cet impôt un prélèvement très progressif intelligemment ciblé sur ceux qui peuvent le payer sans aucune incidence sur leur train de vie.

          Peut-on m’expliquer pourquoi le taux de la « tranche résiduelle » de cet impôt était plus élevée sous les présidences de Charles de Gaulle et Georges Pompidou qu’un demi siècle plus tard sous la présidence de François Hollande prétendument de gauche ?


          • JDCONSEIL 15 janvier 16:16

            @oncle archibald
            Parce qu’entre temps nos élus sont de plus en nombreux à y être assujettis ! 


          • julius 1ER 16 janvier 10:02
            . Des riches et des pauvres il y en a toujours eu et il y en aura toujours.

            @oncle archibald

            cela a été le discours de l’Eglise pendant des siècles !!!! heureusement que des gens ont décidé que changer les choses sur terre avant d’aller au paradis était nécessaire sinon on en serait toujours là !!!!

            quand à dire que sous De Gaulle et Pompidou les écarts de salaires et fortunes étaient moindres .... ce n’est pas peu dire ..... mais à l’époque il y avait un fort parti communiste qui s’occupait de faire avancer
            la chose sociale !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

             mais depuis lors plus personne ne veut être communiste et tout le monde veut être de Droite aussi beaucoup d’appelés ........ mais peu d’élus !!!!!

            car il est vrai qu’aujourdhui il suffit d’avoir un smartphone et une voiture pour ne plus se sentir proche de ces horribles prolétaires, !!!!!!!!!!!

             mais rassures-toi Achibald dès que le mirage de l’abondance sera dissipé, le débat Capital /Travail reviendra très vite .... un pas en avant, deux pas en arrière ... dixit Lénine !!!

          • Robert GIL Robert GIL 15 janvier 16:02

            ces multinationales partagent un jargon et des ambitions, mais aussi une idéologie…Le néolibéralisme et la mondialisation néolibérale les ont vraiment renforcées. Juste un exemple : le rapport sur la compétitivité et la croissance en Europe rédigé par Jean- Louis Beffa (administrateur de Saint-Gobain et membre de plusieurs conseils d’administration) et Gerhard Cromme (Siemens, ThyssenKrupp), à la demande de Hollande et Merkel, en 2013, est devenu un véritable évangile. Si les économistes peuvent donner plusieurs sens à la compétitivité, eux n’en parlent qu’en termes de réduction du « coût du travail ». Et désormais, elle n’a plus que ce sens… alors que peu de monde s’interroge sur le coût du capital…lire la suite


            • JDCONSEIL 15 janvier 16:13

              Ces patrons ont les moyens de faire et défaire les carrières des politiques. Alors d’où pourrait bien venir le changement ? 


              • julius 1ER 15 janvier 18:32

                Plus révoltant encore, même le Figaro en vient à se demander si « les sociétés du CAC 40 ne sont pas trop généreuses pour leurs actionnaires », notant qu’elles ont distribué la bagatelle de 56 milliards d’euros à leurs actionnaires, plus de la moitié de leurs profits, une somme multipliée par 2,5 depuis 2003


                si le Figaro commence à s’interroger en 2016 .... en 2025 il va pondre un article et en 2050 il va dénoncer le turbo-capitalisme !!!!!!

                nous sommes sauvés !!!!

                • nours77 nours77 16 janvier 08:00

                  Tient encore un plan sociale...

                  "Plusieurs sources syndicales d’EDF ont fait part de l’intention de la direction de l’entreprise de supprimer de 4.100 à 5.000 postes. Ces réductions d’effectifs, entre 2016 et 2018, représentent plus du double des suppressions initialement annoncées par l’électricien..."

                  http://www.humanite.fr/edf-prevoit-de-supprimer-au-moins-4-000-postes-sur-trois-ans-595846#xtor=RSS-1

                  Vorace c est le moins que l on puissent dire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès