Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Des milliards à la pelle

Des milliards à la pelle

Quelques idées ( à destination de François HOLLANDE) pour récolter des milliards d’euros :

1°) Racheter à taux bas les emprunts contractés à taux plus élevés.
2°) Ne pas rembourser la dette odieuse.
3°) Faire payer les spéculateurs qui s’attaquent aux économies nationales.
4°) S’attaquer réellement à l’évasion fiscale, 50 milliards par an.
5°) Interdire les prêts avec intérêts.


1°) Racheter à taux bas les emprunts contractés à taux plus élevés.
On a entendu parler d’une possibilité de renégociation de la dette, c’est-à-dire allonger la durée de remboursement afin de diminuer les sommes dues chaque année. Or cette réorganisation ne conduirait qu’à prolonger nos ennuis et à augmenter la somme payée au final.
La renégociation de la dette doit aller dans un sens plus positif : racheter la dette à bas taux. 
Prenons par exemple le taux à 10 ans depuis 1980 :
http://france-inflation.com/taux_10ans.php
Une partie de la dette française est constituée d’emprunts à 10 ans contractés depuis 2002. Sachant qu’à cette date, le taux était de 5% et qu’aujourd’hui, le taux est de 2.5%, en rachetant tous les emprunts à 10 ans depuis 2002 dont les taux sont supérieurs à 2.5%, il y aurait de quoi récupérer quelques milliards. Faire de même pour les taux à 3 ans, 20 ans 30 ans.
(Note au lecteur : si quelqu’un connait les chiffres permettant de calculer les sommes en jeu, je suis preneur. Volumes d’emprunts chaque année pour les emprunts à 3 ans, 10 ans, 30 ans etc...)

2°) Ne pas rembourser la dette odieuse.
La dette odieuse est la dette non nécessaire de l’état ou des collectivités locales provoquée par des achats douteux ou forcés par des financiers sans scrupules. La dette odieuse est dénoncée par les audits de la dette initiés par des associations citoyennes.
-  Certaines collectivités locales ont été fortement incitées à acheter des produits indexés sur le Franc Suisse. Celui-ci s’est effondré en passant de 1.6€ à 1.2€ depuis 2008. De nombreuses collectivités locales et communes se trouvent en grande difficultés, trompés par leurs conseillers financiers. Ces conseillers doivent être embastillés.
-  Il y a par exemple, la caisse d’Epargne qui a proposé à ses clients les plus vulnérables des produits dont la valeur devait doubler en six ans (Doubl’O). Ces gens-là devraient aller tout droit en prison.
-  Les Partenariats Public Privé (PPP) lancés par Sarkozy, alors qu’en Angleterre où le système existe depuis 10 ans on constate des faillites d’hôpitaux et autres structures sociales qu’on a voulu privatiser. En France, on peut constater l’exemple de l’hôpital de Corbeil dont le coût est passé de 500 millions à 1.2 milliards au final. Les responsables doivent rendre des comptes.
On peut regarder l’exemple de la Grèce, de nombreux exemples de dette odieuse peuvent être relevés :
Achat de cinq sous-marins non nécessaires, financés par des emprunts aux banques françaises et allemandes.
Constructions d’autoroutes où personne ne circule.
Coût des JO 2004 : Budget initial : 1.3 Milliards de dollars, Coût final : 14.2 Milliards de dollars, avec les pots de vin : 20 milliards de dollars.
Sans compter avec les attaques sur la dette grecque et l’euro dont on reparlera plus bas.

Il n’y a pas de raisons que le peuple simple et humble paie les fautes, l’incompétence, l’impéritie, la couardise, l’hypocrisie, (...) de leurs administrateurs publics ou privés. Ceux-ci doivent rendre des comptes devant la justice.

3°) Faire payer les spéculateurs qui s’attaquent aux économies nationales.
La Grèce a été en première ligne face aux attaques des spéculateurs :
La Banque Goldman Sachs qui était chargée de truquer les comptes de ce pays pour lui permettre d’entrer dans la zone Euro a joué contre la dette Grecque se faisant des milliards d’Euros de bénef spoliant ainsi le peuple Grec. De nombreux fonds de produits spéculatifs ont joué de cette façon notamment ceux que dirige Georges Soros, spéculateur notoire.
 Dans la zone Euro, on peut constater que des sommes énormes ont été détournées de l’économie réelle :
Regardons par exemple le graphique de la création monétaire de 2001 à 2010 :
http://h.abjean.free.fr/masse_monetaire_024.htm
Entre 2001 et 2010, 4000 milliards d’euros ont été créés mais 2000 milliards d’Euros ne sont pas allés dans l’économie réelle. Si toute la monnaie créée dans cette période avait été investie dans la vraie économie (l’économie du travail), la croissance aurait été de 12% en 2007 au lieu de 5%.
Il ne faut pas se demander où sont passés ces 2000 milliards, c’est évident : dans les poches des spéculateurs. Cet argent doit revenir aux états de la zone Euro, on pourrait estimer la part de la France à 600 milliards. Spéculateurs, rendez l’argent.
Il est plus que jamais nécessaire de créer des lois pour récupérer l’argent volé aux peuples.

4°) S’attaquer réellement à l’évasion fiscale, 50 milliards par an.
Le livre d’Antoine Peillon « Ces 600 milliards qui manquent à la France » (Seuil) révèle que 50 milliards s’évadent chaque année pour échapper au fisc.
A l’époque de Sarkozy, des enquêtes ont été bloquées au parquet, on attend que Hollande débloque ces enquêtes.
Mémé Bettencourt passera-t-elle entre les mailles du filet ?
Investir dans la recherche de la fraude fiscale, ça ne peut que rapporter gros.
Il est évident que la mise en place de lois nouvelles réglementant les échanges internationaux ne pourraient être que bénéfiques.
D’autre part, on nous dit que la dette française serait la propriété de l’étranger à 80%, mais allons voir qui détient cette dette dans les paradis fiscaux, on sous-entend ici et là que ce seraient des français !

5°) Interdire les prêts avec intérêts.
Les banques privées créent la monnaie « ex-nihilo » c’est-à dire « à partir de rien » en accordant des prêts de toutes sortes aux entreprises et au vulgum pecus. Il n’y a pas de raison de demander un intérêt sur de l’argent qui n’existe pas. La banque ne peut que demander à l’emprunteur de financer uniquement le service, c’est-à-dire l’établissement du contrat de prêt (déjà tout-prêt) et l’écriture d’une ligne sur le compte de l’emprunteur et sur celui de la banque, c’est tout.
Au lieu de payer 4% de nos emprunts chaque année à la banque et donc aux spéculateurs, cet argent aurait une meilleure efficacité à rester dans nos poches et donc à faire fonctionner l’économie réelle, l’économie du travail. Seul le travail crée de la richesse.
Solution : réformer le système bancaire, ce qui veut dire l’assainir.


Depuis six mois, j’analyse l’économie pour trouver des réponses à mes questions : « d’où vient la dette, d’où vient le chômage ? Comment en est-on arrivé là ? » . Je collecte des éléments de réponse que j’expose sur un modeste site : http://h.abjean.free.fr/
Le résumé est ici : http://h.abjean.free.fr/resume_175.htm

Merci de corriger mes erreurs.

Vercoquin
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Le taulier Le taulier 3 décembre 2012 09:50

    Bienvenu sur noter planète. J’espère que le climat vous convient et que la nourriture pour plairat.


    • Vercoquin Vercoquin 3 décembre 2012 11:59

      Bonjour « Le taulier »,

      Je ne comprends pas bien la raison de votre intervention. Ni son rapport avec le fonds de l’article, ni sa partie comique (qui m’a échappée cependant) ne me permettent de relier vos quelques mots à un quelconque sens économique ou politique.


    • jocelyne 3 décembre 2012 19:04

      Bonsoir Vercoquin, ne pas oublier aussi qu’en respectant les directives Européennes ( ou en en sortant) on économise 1 Mi sur les amendes imposées ( pêches, chasse etc etc...)


    • franor 3 décembre 2012 10:39
      • Nos élus sont des incompétents, notre système marche sur la tête, les responsables ne rendent jamais de compte. La corruption chez nous ainsi que le budget et l’état de la justice dans notre pays nous mettent après les républiques du Caucase.
      • Après cinq ans d’épuration à la chancellerie celle-ci se fait dans l’autre sens.
      • La compétences n’étant jamais pris en compte mais simplement les l’accointances.

      • caramico 3 décembre 2012 11:30

        Ils ne sont pas incompétents, ils sont corrompus, pourris jusqu’à la moelle...


        • BA 3 décembre 2012 11:51
          Vendredi 30 novembre 2012 :

          Espagne, Portugal, Grèce, Italie : ces quatre Etats foncent vers le défaut de paiement. Pour la Grèce, ce sera le deuxième défaut de paiement en seulement quelques mois.

          Lisez cet article :

          Que se passe-t-il quand un pays insolvable s’endette encore ? 

          La solvabilité budgétaire de l’Espagne, du Portugal, de la Grèce et même de l’Italie n’est pas assurée aujourd’hui : il faudrait un excédent budgétaire primaire énorme, compte tenu des niveaux de taux d’intérêt et de taux de croissance prévus pour 2013 et 2014, pour stabiliser le taux d’endettement public. Cependant, le déficit extérieur disparaît, mais la demande des épargnants domestiques pour la dette publique est insuffisante, d’où le niveau élevé des taux d’intérêt. 

          Pourtant ces quatre pays continuent à s’endetter, soit sur les marchés financiers (Espagne, Italie), soit en partie sur les marchés financiers et en partie auprès de l’Europe (EFSF, ESM, BCE, UE), soit dans le futur auprès de la BCE (OMT). 

          Si leur solvabilité budgétaire n’est pas rétablie (on ne voit pas comment elle le serait même en 2015 en Espagne et en Grèce compte tenu de la taille prévisible de l’écart taux d’intérêt – taux de croissance), cette accumulation de nouvelle dette ne peut que conduire à une situation catastrophique (défaut).

          Conclusion :

          Endetter davantage, soit sur les marchés financiers, soit auprès de prêteurs publics des pays qui n’assurent pas leur solvabilité budgétaire ne peut que conduire à une catastrophe (défaut à un niveau très élevé de dette publique). 

          Dans les conditions présentes de taux d’intérêt et de taux de croissance, l’Espagne, l’Italie, la Grèce et le Portugal ne sont pas solvables. Si on fait, pour la période qui commence en 2015, des hypothèses optimistes portant sur le taux d’intérêt apparent sur la dette et sur la croissance de long terme, l’Espagne et la Grèce restent insolvables, ce qui jette bien sûr un doute sur la stratégie d’accumulation de nouvelle dette par ces pays. 



          • Vercoquin Vercoquin 3 décembre 2012 12:12

            Bonjour BA,

            Vous avez totalement raison, des anomalies répétées conduisent les états en difficulté à plus de dette, à moins de croissance et à plus de révoltes.
            On ne peut pas croire que plus de rigueur conduise à plus de croissance.
            L’annulation d’une partie de la dette de ces pays est une nécessité impérieuse, bien sur, les rentiers vont souffrir, mais à chacun son tour, une fois le peuple, une fois le riche.
            Si l’UE soutient les pays en difficulté, c’est pour faire racheter leur dette par les autres pays, autrement dit : la dette Grecque devient de la dette Française ou allemande. Pas moyen de retrouver de la croissance avec cette façon de faire.


          • Romain Desbois 3 décembre 2012 12:38

            Mais l’erreur est de courir après la croissance !!!!

            C’est un mauvais baromètre. Supprimer les limitations de vitesse et vous verrez votre croissance augmenter autant que les accidents de la route.


          • Robert GIL ROBERT GIL 3 décembre 2012 12:40

            cette situation est voulue, elle permet de faire pression sur les salaires et tout les avantages sociaux , la France n’a cessée de s’enrichir depuis 30 ans et les français n’ont cessé de s’appauvrir. Chercher l’erreur ?

            voir : DE L’ARGENT IL Y EN A QUAND IL S’AGIT DE …


            • Romain Desbois 3 décembre 2012 12:52

              50 milliards de fraude fiscale annuelle estimée par le fisc (autant que l’IR, autant que les intérêts de la dette)
              Pas assez de juge et de greffiers, pas assez d’inspecteurs du fisc, du travail.

              revenir à la retraite calculée sur les dix meilleures années, pour 60 ans avec 37,5 de cotisations dans un premier temps ca permettrait à tous de se voir promus à l’échelon supérieur et offrir des places aux plus jeunes.

              Mettre en place les 32 heures (avec le dimanche et fériès payés double y compris dans la fonction public et les entreprises de service public comme la SNCF).

              Utiliser le 1% de contribution solidarité prélevé sur les salaires des fonctionnaires et du service public pour embaucher au lieu de payer des chômeurs.

              Instaurons les augmentations de salaires dans l’entreprise en somme fixe (la même pour tous) au lieu de le faire en pourcentage.

              fusionnons les prélèvements sociaux avec l’impôt sur le revenu, les rendant ainsi progressifs (le salarié touche le brut)

              Instaurons le SMAC (Salaire Maximum Autorisé Contractuel) indexé sur le SMIC (10, 20, 30 fois)

              Augmenter le SMIC de 25% (c’est moins qu’en 68)

              Remplacer la TVA par une taxe kilométrique progressive qui rendra très rentable la production locale (acier, agriculture, élevage, etc...)

              Voici vite fait quelques pistes qui redonne de l’énergie à l’économie. Donner de l’argent à un pauvre , il le dépense, le donner à un riche , il le coffre.

              Une économie saine est une économie où l’argent circule !!!!


              • devphil30 devphil30 3 décembre 2012 14:13
                Je suis d’accord avec vous sur les points évoqués.

                Le point primordial est la loi de janvier 1973 ou loi rothschild qui a induit notre dette en France.

                Mais j’ai un peu de mal à comprendre le point 1 et le point 5 en complète opposition entre le rachat de prêts et l’interdiction des emprunts avec intérêts.

                Une banque fonctionne en créant de l’argent virtuel , presque tout le monde le sait , il faut juste que cet argent virtuel n’atteigne pas les proportions actuelles faisant reposer l’économie sur un château de carte.

                Philippe 




                • Vercoquin Vercoquin 3 décembre 2012 17:18

                  @ devphil30
                  « Mais j’ai un peu de mal à comprendre le point 1 et le point 5 en complète opposition »

                  Il n’y a pas de rapport entre le point 1 et le point 5. Le point 1 s’inscrit dans la réalité économique actuelle, le point 5 est un souhait sur l’économie future. Le sujet de l’article est de trouver des milliards aujourd’hui (1°) et trouver des solutions pour demain (5°).

                  Il ne faut pas se tromper sur la loi de 73 qui n’est qu’une modernisation d’une ancienne loi datant de 1936. Le but était d’interdire aux gouvernements et aux parlementaires de voter des budgets en déficit.
                  Une bonne analyse ici :
                  http://www.theorie-du-tout.fr/2012/03/loi-1973-rothschild.html
                  Mon analyse est que tous les gouvernements et les parlementaires, depuis 1973, qui ont voté des budgets déficitaires donc illégaux devraient rendre des comptes devant le peuple.


                • Ruut Ruut 3 décembre 2012 15:47

                  Une fausse crise pour tiers-mondiser l’Europe.
                  Une fausse crise pour délocaliser a tout vas.
                  Pourquoi cet argent virtuel qui n’as jamais existé nous pose il tant de problème ?


                  • Soi même Soi même 3 décembre 2012 19:55

                    C’est la recette du beurre clarifier que tu nous proposes, je ne sais si le héros de chef va le mitonnée.
                    Il préfère la crème fraîche Qatari pour monté leur beurre ! 


                    • Vercoquin Vercoquin 4 décembre 2012 17:03

                      Si tu pouvais écrire en français, on pourrait peut-être mieux comprendre le sens de ton message.
                      Merci


                    • Soi même Soi même 5 décembre 2012 17:27

                      apprend l’art de la cuisine , mon précieux !

                      Un beurre clarifier est la base d’un beurre blanc !

                      Temps de préparation : 10 minutes
                      Temps de cuisson : 20 minutes

                      Ingrédients (pour 1 beurre) : - 2 échalotes
                      - 5 cl de vinaigre
                      - 10 cl de vin blanc
                      - beurre

                      Préparation de la recette : Voici la recette inratable !

                      Faire revenir les échalotes hachées dans un peu de vinaigre. Les faire réduire puis retirer du feu...

                      Vider l’excédent de vinaigre, puis y mettre du vin blanc sec .. renouveler l’opération puis retirer du feu. Vider le reste du vin blanc puis laisser refroidir.

                      Lorsque la préparation est refroidie, remettre à feu très doux, puis incorporer peu à peu des morceaux de beurre, salé de Guérande ou Noirmoutier bien évidemment, sans cesser de tourner doucement, prenez votre temps !

                      Ajouter du beurre jusqu’à obtenir la quantité souhaitée. La préparation doit être légèrement crémeuse... si c’est le cas, bravo !

                      Normalement, en refroidissant cette préparation ne doit même pas tourner.

                      , voila, régalez-vous !



                    • eau-du-robinet eau-du-robinet 3 décembre 2012 21:57

                      Dans mon article du 18 septembre 2012 j’ai soulevé des pistes à creuser pour trouver l’argent pour combattre la crise.

                      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/ou-trouver-l-argent-122875

                      Il existe des nombreuses possibilités pour prendre l’argent ailleurs que chez des travailleurs voire de réduire de plus en plus le pouvoir d’achat des pauvres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès