Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Economie > Des sous et des déçus

Des sous et des déçus

Alors que les exilés fiscaux et les fraudeurs du fisc se multiplient, de quels moyens disposerait le gouvernement s’il voulait sanctionner les mauvais payeurs, ceux qui s’exonèrent de l’impôt en allant vivre ailleurs ou qui trouvent des astuces pour en payer moins ?

Les médias évoquent régulièrement la fraude aux prestations sociales, qui, si elle est incontestable, se situe dans une fourchette relativement modeste de l’ordre de 540 à 808 millions d’euros, somme coquette, mais sans commune mesure avec, par exemple le travail au noir (entre 15 et 19 milliards), ou avec la fraude aux cotisations sociales évaluée de 15 à 20 milliards d’euros.

Pourtant, le précédent gouvernement envisageait d’amnistier partiellement les fraudeurs fiscaux, et d’alourdir les sanctions contre les fraudeurs aux prestations sociales. lien

Mais c’est la création de sociétés fictives, comme la domiciliation des bénéfices des grands groupes dans des filiales à l’étranger qui provoque le manque à gagner le plus important pour l’état, puisqu’il est de l’ordre de près de 30 milliards d’euros.

Ajoutons-y l’encaissement de la TVA, pratiqué par des entreprises sans états d’âme, qui représente jusqu’à 20 milliards de moins dans les caisses de l’état, et on aura un tableau assez complet des sommes que l’état pourrait récupérer assez facilement.

Au total, on approche la somme de 90 milliards d’euros, s’il faut en croire le rapport du syndicat « solidaires-Finances publiques ». lien

Au moment ou le ministre du budget gratte les fonds de tiroir, à la recherche de 5 ou 6 milliards, on pourrait s’interroger sur la relative clémence appliquée envers tous ces mauvais citoyens.

Au-delà de ces pratiques discutables, il y a bien sur les exilés fiscaux, et si Gérard Depardieu a défrayé la chronique sur ce thème récemment, il n’est qu’une grosse goutte d’eau parmi ceux qui se sont installés ailleurs pour payer moins d’impôts.

Si on ne s’en tient qu’à la Suisse, Ils sont au moins 44 très riches exilés français ce qui correspond à un patrimoine approchant les 30 milliards d’euros…d’autant que le mouvement prend de l’ampleur puisqu’ils n’étaient que 17 il y a encore 10 ans. lien

Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de Gauche est catégorique : « si des riches veulent partir, qu’ils partent, mais ils ne doivent pas attendre de mansuétude. On peut décider de leur faire perdre leur citoyenneté (…) nous sommes pour envisager d’aller chercher le revenu de ces fortunes directement à la source, surtout si leur richesse est due à la richesse nationale ». lien

Yann Galut, député PS du Cher, considérant que l’exilé fiscal est particulièrement égoïste, méprisant la solidarité réclame une loi qui le contraindrait à payer, et provoquerait la déchéance de nationalité s’il refusait de s’exécuter.

Il y a 3 mois, il avait annoncé qu’il allait présenter prochainement un projet de loi pour soumettre les exilés fiscaux à l’impôt. lien

On en est toujours sans nouvelles de cette loi.

Comme l’écrit Hubert Huertas dans son blog, la situation actuelle est une réplique de ce qui se pratiquait au moyen-âge : « seul le peuple payait l’impôt en ce temps là. Les nobles en étaient dispensés, mais en échange ils faisaient la guerre, donc disaient-ils, ils payaient l’impôt du sang  », et il poursuit : « la noblesse d’aujourd’hui, les patrons du Cac 40, vient de faire connaitre ses revenus qui sont toujours plus monstrueux. Cette noblesse là ne paie pas l’impôt du sang, et n’aime pas l’impôt tout court  ».  lien

Sauf qu’aujourd’hui, il est assez rare de voir cette « nouvelle noblesse », patrons du CAC 40, courir les champs de bataille pour y verser son sang.

Il y a pourtant une mesure qui pourrait être appliquée à l’exilé fiscal.

Elle est partagée par Jean Luc Mélenchon (lien) mais aussi par Sarközy, qui en était resté aux paroles, tout comme par Jérôme Cahuzac lorsqu’il n’était président de la commission budget au PS, avant de devenir Ministre des finances, (lien) et de démissionner le 19 mars 2013 (lien) soupçonné par Médiapart d’avoir eu un compte secret en Suisse . lien

Cette mesure est appliquée aux USA où l’exilé fiscal doit payer au fisc américain la différence entre l’impôt qu’il paye à l’étranger, et celui qui serait le sien dans son pays, et s’il ne le fait pas, il ne peut plus rentrer sur le territoire américain, puisqu’il est recherché par le fisc, et il passe du statut d’évadé fiscal, à celui de poursuivi fiscal.

Certains affirment que pour mettre en place pareille règle, il faudrait modifier la constitution.

Ce qui ne devrait pas poser trop de problème, puisqu’on constate une convergence dans les rangs de la droite, du centre, de la gauche, voire de l’extrême gauche.

Un ex-attaché parlementaire, Pierre Luc Brisson, propose une analyse pertinente.

Il pose la question qui fâche : « l’exilé fiscal a-t-il une patrie ?  » ajoutant : « ou, à défaut de se sentir liés par la culture, l’histoire, et le sentiment de participer à une expérience humaine commune, ont-ils trouvé un nouveau refuge, une nouvelle patrie à l’ombre de leur coffre bancaire ?  ». lien

Sauf, que la France à signé le 31 mai 1961 une convention proposée par les Nations Unies qui dit, dans son article 8 : « les Etats contractants ne priveront de leur nationalité aucun individu, si cette privation doit le rendre apatride ». lien

Mais si le citoyen français a obtenu une autre nationalité, il sortirait de ce cadre.

Et puis, les points 4 et 5 de l’article 7 permettent de priver le citoyen de sa nationalité.

D’autres imaginent des sanctions différentes, et considérant le grand nombre d’artistes, de sportifs, ou d’entrepreneurs, qui se sont installés à l’étranger, couchés sur leur doux matelas de billets, ils proposent de les boycotter. lien

Ils imaginent même une loi qui rendrait impossible à l’un de ces exilés fiscal de se faire soigner dans un hôpital public français, ni de représenter officiellement la France à l’étranger.

Encore faut-il trouver le député qui proposerait une telle loi. lien

Il est vrai que l’on peut trouver peu judicieux d’engager, pour fêter le 14 juillet, fête nationale, l’un des artistes figurant sur la liste des exilés fiscaux, comme Hallyday, par exemple, lequel a tout de même reçu 500 000 euros pour s’être produit ce jour là, grâce à la bienveillance d’un ami, alors président de la république. lien

En résumé, si l’on additionne les milliards gagnés par le refus des « grands projets inutiles », remplacés par l’amélioration de l’existant, on économise 234 milliards.

Si on y ajoute les différentes économies permises par la récupération des cagnottes du Sénat, de l’Assemblée Nationale, les sanctions prises contre ceux qui planquent leur argent dans les paradis fiscaux (lien), les subventions récupérées sur les entreprises qui ont délocalisé, (lien), les 30 milliards récupérables avec la suppression des niches fiscales, (lien) la réduction de l’effectifs des administrations (15 milliards), avec les 90 milliards suggérés par le syndicat « solidaire-finances publiques », on découvre que l’état pourrait faire rentrer beaucoup d’argent dans ses caisses si vides, il lui suffirait pour ça d’en avoir la volonté, ce qui ne semble pas à l’ordre du jour.

On se souvient qu’en septembre 2010, le candidat Hollande envisageait de durcir la loi envers les exilés fiscaux, et interrogé sur d’éventuelles sanctions contre les exilés fiscaux, il avait répondu « cela mérite réflexion.celà supposera une réforme de la constitution… » Ajoutant « je ne suis pas du genre à faire des proclamations  ». lien

En janvier 2012, on apprenait que le ministère des finances préparait un « durcissement des sanctions contre la fraude fiscale ». lien

Les amendes devaient être proportionnelles aux montants dissimulés, et les sanctions pénales en cas de fraude dans les paradis fiscaux devaient être décuplées…

C’était il y a plus d’un an…

Pour l’instant, la seule décision prise consiste a ne plus accorder dès le 1 janvier 2013 le bénéfice de la convention de « double imposition » qui se pratiquait depuis 40 ans pour les français installés en Suisse, et payant un forfait fiscal majoré. lien

Pas sur que ce soit suffisant pour remplir les caisses de l’Etat.

Pourtant, Jean-Marc Ayrault, le chef du gouvernement, ne cesse de fustiger des « exilés fiscaux qui veulent devenir encore plus riches (…) et qui cherchent à s’exonérer de la solidarité avec les autres français  ».

Il veut « lutter contre toutes les formes de fraude (…) d’abord contre les grandes et les grosses, et contre la fraude fiscale ». lien

Pourtant, contre toute attente, ce sont les allocations familiales qui sont dans le collimateur du gouvernement, lequel voudrait les fiscaliser pour récupérer 800 millions d’euros. lien

En attendant, le candidat Hollande qui déclamait avant de devenir Président : «  mon adversaire, il n’a pas de visage…c’est le monde de la finance », a engagé un banquier, Emmanuel Macron, énarque et inspecteur des finances, lequel à quitté la banque Rothschild afin de prêter main forte au secrétaire général de l’Elysée, et de piloter les questions économiques, ce qui permet aujourd’hui à François Hollande de mettre enfin un visage sur le monde de la finance. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « la politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde  ».

L’image illustrant l’article vient de « grincheuxmarrant.canalblog.com »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Le changement immobile

Leur monde est devenu trop petit

Dans chaque niche, il y a un chien qui mord

Hollande, un pays au plus bas

Monsieur « plan plan »

Faire sauter la banque

Peugeot peut donc peu ?

On a marché sur la thune

J’aime pas les riches

Leur monde est devenu trop petit

A (re)découvrir :

Le discours du Bourget- partie 1-2

Blog de René Dosière


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

124 réactions à cet article    


  • oncle archibald 21 mars 2013 09:03

    « Alors que les exilés fiscaux et les fraudeurs du fisc se multiplient, de quels moyens disposerait le gouvernement s’il voulait sanctionner les mauvais payeurs, ceux qui s’exonèrent de l’impôt en allant vivre ailleurs ou qui trouvent des astuces pour en payer moins ? »

    Fastoche, comme diraient mes petits enfants, il n’a qu’à demander la recette à un spécialiste, Monsieur Gérome Cahuzac par exemple .... 

    • olivier cabanel olivier cabanel 21 mars 2013 10:37

      cher oncle

      attention, Cahuzac bénéficie de la présomption d’innocence,
      laissons la justice faire son travail.
       smiley


    • oncle archibald 21 mars 2013 12:55

      Mais qu’allez vous penser là cher Olivier ... Je faisais référence à la qualité d’ex ministre du budget de Monsieur CAHUZAC qui lui donne probablement toute l’expertise nécessaire sur ce sujet délicat .... rien d’autre .... hé-hé-hé ... pffff ... je pouffe !


    • bigglop bigglop 21 mars 2013 19:52

      Merci @Olivier pour cet article détaillé.

      Mais la nature humaine étant ce qu’elle est, donnez à une personne l’occasion de ’’frauder’’, bien peu résisteront, à commencer par moi-même...

      Légalement, chacun d’entre nous est libre d’ouvrir un compte bancaire à l’étranger, sous réserve de le déclarer au fisc et d’avoir suffisamment, de blé, de fric, de flouze, de jonc....

      La frontière est très mince entre l’optimisation fiscale et l’évasion fiscale et dépend de la compétence du cabinet d’affaires qui vous conseille.

      La Cour des Comptes dans ses rapports de 2010 et 2011 avaient identifié 150 mds€ dont 50 mds€ pourraient être supprimés sans crier au scandale. Mais Didier Migaud, Pdt de la Cour des Comptes préfère taxer le gazole, diminuer les allocations familiales et prôner l’austérité libérale.

      Enfin, pour Chypre une ’’solution’’ semble émerger qui ne remettra pas en cause son statut de paradis fiscal.

      A propos, le dumping fiscal et social de l’Irlande coûte 5 mds€ par an à la France.

      ’’Mon ennemie est cette finance folle, sans visage.......’’


    • bigglop bigglop 21 mars 2013 19:54

      Oups !
      Insérez après 150 mds€ de dépenses et niches fiscales, sociales entreprises


    • olivier cabanel olivier cabanel 21 mars 2013 20:10

      big

      je partage bien sur...
      au sujet de Migaud, il propose...et Hollande dispose.
      mais il semble bien que ça ne change pas grand chose...
       smiley

    • Irina leroyer Irina leroyer 22 mars 2013 00:09

      attention, trop d’impôt tue l’impôt !


      pensez a la courbe de Laffer !

      a vouloir toujours plus, il n’y a pas de limite !

      Irina

    • Connolly 22 mars 2013 12:29

      « pensez a la courbe de Laffer ! »


      Arthur Laffer n’est pas parole d’évangiles, chère amie. Ce qui signifie que sa courbe est critiquable, comme toute théorie qui se respecte. Et critiquée elle l’a été à maintes reprises, et ce dès 1988 (voir ici http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reco_0035-2764_1988_num_39_4_409096), ou encore notamment par Joseph Stiglitz il y a quelques années (voir son ouvrage, Quand le capitalisme perd la tête).

    • Gauche Normale Gauche Normale 22 mars 2013 14:14

      En fait la courbe de Laffer n’est vraie que dans un pays (comme le nôtre) qui tolère l’exil fiscal. Si on imposait les riches à l’étranger, cette courbe perdrait toute signification !


    • L'enfoiré L’enfoiré 22 mars 2013 17:22

      « En fait la courbe de Laffer n’est vraie que dans un pays (comme le nôtre) qui tolère l’exil fiscal. Si on imposait les riches à l’étranger, cette courbe perdrait toute signification ! »


      Mais vous vous surestimez à mon avis.
      L’exil fiscal est tolérée partout.
      Imposer les riches à l’étranger ?
      Vous voulez rire ou quoi ?
      Tâchez d’imposer vos compatriotes avant de passer les frontières.
      Qui a voulu cela les frontières ?
      Ben les nationalistes, quelle question, voyons.... 

    • Gauche Normale Gauche Normale 22 mars 2013 22:31

      L’exil fiscal est tolérée partout. 

      Oui je sais, je citais la France en exemple mais j’aurais pu en prendre un autre.
      Imposer les riches à l’étranger ? Vous voulez rire ou quoi ? 
      Non, je ne ris pas et Olivier explique ça très bien dans l’article avec lequel je suis totalement d’accord. Rien à ajouter.
      Tâchez d’imposer vos compatriotes avant de passer les frontières. 
      Alors là je vous rejoins totalement. Faudrait commencer par lever le secret bancaire et le secret commercial dans les entreprises. C’est elles qui commettent le gros des fraudes.
      Qui a voulu cela les frontières ? Ben les nationalistes, quelle question, voyons....
      Je suis loin d’être nationaliste. Si les personnes ont la liberté de circuler, alors le fisc aussi.

    • oncle archibald 21 mars 2013 09:19

      « Les médias évoquent régulièrement la fraude aux prestations sociales, qui, si elle est incontestable, se situe dans une fourchette relativement modeste de l’ordre de 540 à 808 millions d’euros, somme coquette, mais sans commune mesure avec, par exemple le travail au noir (entre 15 et 19 milliards), ou avec la fraude aux cotisations sociales évaluée de 15 à 20 milliards d’euros. »

      Tout cela forme un tout ... Quand le citoyen lambda veut payer moins cher la réparation de sa bagnole, et fait travailler son voisin employé dans un garage de la ville les jours ouvrables et « artisan au noir » les Samedis, Dimanches et jours fériés, le citoyen lambda ne visualise pas qu’il contribue à gripper tout le système ... Moins de travail pour le garage égale quelques chômeurs de plus, moins de salaires et donc moins de charges sociales versées, moins de TVA versée, moins d’impôt sur le revenu, davantage de prestations servies, etc etc ... Et le même citoyen lambda va de toute bonne foi manifester le lendemain contre ces salauds de patrons qui s’en foutent plein les poches et qui n’embauchent pas ...

      Dans une société civilisée comme la notre, avec des prestations sociales élevées qui permettent, pour le moment, aux plus faibles de survivre, et qui permettraient beaucoup plus si chacun payait ce qu’il doit, il faut une rigueur et une équité parfaites dans la gestion du système. 

      C’est encore plus vrai dans une période ou l’activité économique est faible. Et donc il faut que chacun soit irréprochable. Et donc il est malvenu de justifier la fraude des uns en invoquant la fraude des autres. Il faut mettre un terme à toutes les fraudes, et il faut pour que les mesures de chasse aux fraudeurs soient crédibles que le personnel politique soit lui aussi crédible, à commencer par le ministre du budget ....

      • yagiu 22 mars 2013 01:18

         Peut-etre aussi que certains citoyens lambda n’ont plus les moyens d’aller chez l’artisan mécano du coin


      • Inquiet 22 mars 2013 07:52

        Sauf qu’on peut comprendre le citoyen lambda qui préférerait certainement appeler un « pro » avec toutes les garanties nécessaires pour réparer sa bagnole, puisse être tenté à conserver les quelques deniers en poche qu’on lui consent encore.


        La plupart des citoyen lambda, quand ils peuvent le faire, préfèrent largement être « honnêtes » par tranquillité d’esprit en première intention. Ce sont les arbitrages budgétaires qui font prendre des décisions d’optimisation pécuniaire.

        A la différence d’un nantis qui lui ne fait pas d’arbitrage sur son budget mais sur ses finances. Pour le citoyen lambda le fait de ne pas être « malin » peut l’amener à renoncer complètement à la réparation de sa voiture, le nantis ne renoncera jamais à rien en cas de « manque d’optimisation fiscale » ou alors aux fesses de la bimbo du mois à la rigueur.


      • olivier cabanel olivier cabanel 22 mars 2013 08:21

        Inquiét

        je partage...
        j’ai bien aimé l’expression : « optimisation pécuniaire »
         smiley

      • oncle archibald 21 mars 2013 09:29

        « Au-delà de ces pratiques discutables, il y a bien sur les exilés fiscaux, et si Gérard Depardieu a défrayé la chronique sur ce thème récemment, il n’est qu’une grosse goutte d’eau parmi ceux qui se sont installés ailleurs pour payer moins d’impôts. Si on ne s’en tient qu’à la Suisse, Ils sont au moins 44 très riches exilés français ce qui correspond à un patrimoine approchant les 30 milliards d’euros…d’autant que le mouvement prend de l’ampleur puisqu’ils n’étaient que 17 il y a encore 10 ans. »

        Il ne faut pas confondre la fraude et ce que vous appelez l’exil fiscal. La fraude est un délit, il faut poursuivre et punir les fraudeurs. Ce que vous appelez l’exil fiscal n’est que l’exercice de la liberté de circulation des personnes et des biens. Si vous voulez mettre un terme à cette liberté il faut légiférer, et sans doute sortir de l’Europe pour avoir la liberté d’instaurer une limitation à ce droit de libre circulation ... 

        On peut aussi s’interroger sur les motivations qui poussent à l’accélération constatée de l’exil des grosses fortunes ... Une harmonisation de la fiscalité en Europe serait sans doute nécessaire pour freiner ces mouvements. De plus traiter de salauds ou de minables ceux qui estiment devoir sauvegarder leur patrimoine et qui peuvent le faire sans enfreindre aucune loi ne me parait pas de nature à leur donner envie de rester ou de revenir.


        • olivier cabanel olivier cabanel 21 mars 2013 10:40

          cher oncle

          bien évidemment, il ne faut pas faire de confusion entre fraude fiscale, et exilé fiscal, même si le résultat final n’est pas bon pour le pays.

        • gaijin gaijin 21 mars 2013 12:31

          "Une harmonisation de la fiscalité en Europe serait sans doute nécessaire « 
          sauf que la suisse n’est pas en europe .....

           » De plus traiter de salauds ou de minables ceux qui estiment devoir sauvegarder leur patrimoine« 
          en fait de sauvegarder il est question d’amasser toujours plus de milliards au delà de tout bon sens et de tout entendement humain

           »sans enfreindre aucune loi« 
          bien sur puisque les lois sont faites a leur instigation et pour préserver leurs intérêts

            »ne me parait pas de nature à leur donner envie de rester ou de revenir."
          c’est sur il serait plus efficace de coter une loi pour les exonérer d’impôts et de leur donner droit de haute et basse justice sur leur terres .......

          après toutes ces fadaises la question est simple
          ceux qui n’ont pas d’argent ne payent pas d’ impôts ( ou pas assez )
          ceux qui en ont ne veulent pas en payer ....
          c’est simplement la fin de la notion d’état, de l’organisation sociale et de la notion de droit
          ayons donc une pensée pour ces pauvres riches qui seront bientôt obligés de se payer des milices privées pour sauver leur jolis petits cul de ces salauds de pauvres


        • oncle archibald 21 mars 2013 13:08

          La loi, rien que la loi, toute la loi ...

          Vous paraissez ignorer qu’il y a des gens qui gagnent beaucoup d’argent sans commettre aucun délit .. à moins qu’à vos yeux gagner beaucoup d’argent ne constitue par le fait-même un délit ... ce qui à mes yeux est une idée stupide dans la mesure ou par le biais de l’impôt la collectivité peut récupérer une part importante de cet argent ... si les lois sont appliquées ...

          « Les lois sont faites a leur instigation et pour préserver leurs intérêts » .. heureux d’apprendre que c’est Monsieur DEPARDIEU qui fait les lois ....

          En revanche effectivement un pays sans lois ou un pays qui n’applique pas les lois qu’il s’est données, c’est bien la fin de la notion d’état, de l’organisation sociale et de la notion de droit. Le choix est finalement simple : des lois appliquées ou bien le far west ..chacun son colt à la main et que celui qui a les plus gros cojones gagne ...


        • gaijin gaijin 21 mars 2013 18:07

          tonton
          vous vous moquez ?????
          qui parle de depardieu ( a part les médias ) ?
          « sans commettre de délit ? »
          cette blague ! bien sur les grandes entreprises emploient des centaines de lobbystes a l’échelle nationale et internationale ils font voter les lois qui les arrangent et ensuite ils peuvent faire leurs arnaques ..........
          quand au respect des lois en vigueur ..... on pourrait faire plonger au moins 80 % des maires de france et la totalité des députés et des ministres
          emplois fictifs, non respect des lois sur la mise en concurence ......
          il ne faut pas confondre sans commettre de délit et sans s’être fait prendre .......

          juste un exemple pour rire :
          qui embauche le plus d’immigrés clandestins ? le btp
          qui possède une télé un groupe de presse et finance l’ump ? bouyges
          qui fait ses choux gras de la lutte contre l’immigration : l’ump
          ...............


        • Irina leroyer Irina leroyer 21 mars 2013 23:42

          attention a vos excès !


          le travail au noir, même si on peut considérer que ce n’est « pas citoyen » est une soupape de sécurité qui permet a ceux qui ont peu de moyens de : réparer leur véhicule, leur habitation, car ils ne sont pas en HLM, et a certain qui ont un faible revenu, d’arrondir les fins de moi difficile etc...etc...

          supprimer et empêcher totalement le travail « au noir » contribuerai a augmenterdrastiquement et instantanément le degré de paupérisation du Pays. 

          je préfère un mec qui bosse au black plutôt qu’un parasite qui glande et qui touche les alocs et le chomdu ! au final le premier me coûte moins cher !

          réfléchissez, n’agissez pas comme des poires, c’et du bon sens, rien de plus.

          Irina

        • oncle archibald 22 mars 2013 09:24

          @ Irina : le travail au noir est une fausse soupape de sécurité. Il lèse le garagiste qui paie patente, si le travail effectué au black revenait dans le circuit normal le garagiste devrait embaucher un autre salarié qui paierait des cotisations sociales et ne percevrait plus d’indemnisation de chômage ... 

          On ne peut pas faire fonctionner une société qui à la fois protège les faibles et accepte la fraude.

          Supprimer et empêcher totalement le travail « au noir », réprimer sévèrement la fraude fiscale et sociale des employeurs, réviser les lois qui permettent aux plus gros contribuables potentiels d’échapper à leurs obligations, instaurer de nouveaux barèmes à taux très progressifs pour l’ISR et l’ISF permettrait instantanément un enrichissement énorme du pays, permettrait de solder la dette, permettrait d’investir, etc etc .... 

          Vous occultez le fait que le mec qui bosse au black touche les alocs et le chomdu, ne paie pas d’impôts sur le revenu, ni de patente, ni d’assurances, il nous coute à tous très cher et parfois même il s’en vante !

          Réfléchissez, c’est du simple bon sens, rien de plus.

        • boris boris 22 mars 2013 15:02

          Dans cette société où nous sommes que des marionnettes entre les mains des « illuminatis » il est de notre devoir de frauder un maximum, de travailler au noir, de payer en espèce et surtout pas en carte de crédit, de déclarer un minimum et si possible rien du tout.

          C’est un moyen, petit à l’échelle individuelle mais grand à l’ensemble des citoyens non moutons, en un mot c’est un moyen simple de se rebeller contre le système et surtout de ne pas se faire plumer.

          - Oui au travail au noir
          - Oui à la fraude massive


        • olivier cabanel olivier cabanel 22 mars 2013 15:31

          boris

          il est vrai que dans cette société, où dans les sphères dirigeantes, des anciens chefs d’états se retrouvent mis en examen, ta réaction est logique.
           smiley

        • L'enfoiré L’enfoiré 22 mars 2013 17:35

          Irina,


           Nous avons résolu la plus grande partie du travail au noir.
           Il suffisait d’y penser.
           

        • oncle archibald 22 mars 2013 17:41

          hum-hum .... cher Olivier

          attention, Cahuzac et Sarkozy bénéficient de la présomption d’innocence,
          laissons la justice faire son travail.
           
          Réservez la méthode du tri sélectif au recyclage des déchets ... je précise, des déchets ménagers ... la méthode ne s’applique pas aux déchets politiques ....

        • olivier cabanel olivier cabanel 22 mars 2013 18:01

          cher oncle

          c’est exactement ce que j’ai écris dans un commentaire précédent...
           smiley

        • devphil30 devphil30 21 mars 2013 09:30

          N’oubliez pas qui votent pour les partis de droite et comment ils sont « aidés » lors de leur campagne.


          A partir de là , c’est plus stigmatisant d’évoquer les méchants profiteurs des aides sociales que les Français payent avec leurs impôts , cela rapporte des voix.
          Et le fait d’amnistier les fraudeurs aux cotisations permet aussi d’engranger des voix 

          Car de toutes façons ceux qui perçoivent des nombreuses aides ne voteront pas pour la droite mais voteront soit FN , soit à gauche donc la démarche est tout a fait calculé en terme de retombée électorale.

          Philippe 

          • Yvance77 21 mars 2013 09:35

            Salut,

            On ne peut pas nier le coté « fraude à tous les étages ».

            Mais ce qui est rarement énoncé clairement c’est que les Fraudes sont d’abord le fait des professionnels. Exemple le plus frappant dans l’univers de la santé. Ce que font subir les particuliers en tricherie représente peu ou prou que 10% des sommes globales détournées. Qu’il faille sanctionner l’escroquerie à la carte vitale est plus que normal, mais il faudrait donner de vrais moyens pour celle qui touche les couches supérieures.

            J’ai pris la santé, mais cela tu le retrouves dans bien des secteurs... bâtiment en tête, industries (pour ce qu’il en reste) etc...


            • olivier cabanel olivier cabanel 21 mars 2013 10:46

              Yvance

              je partage totalement, 
              merci de ton commentaire.
               smiley


            • Irina leroyer Irina leroyer 22 mars 2013 00:24

              @ Olivier Cabanel,


              Trop d’impôts tue l’impôt. L’adage doit être rappelé avec force à l’heure où la folie taxatoire de Hollande-Ayrault ne s’arrête pas. je propose l’adage inverse : moins d’impôts multiplie l’impôt. Avant de l’expliquer évoquons cette furie de la taxation qui n’est qu’une solution de facilité pour nos chers élus.

              Les sages autoproclamés du Palais Royal ont censuré la taxe à 75 % sur les hauts salaires. Elle serait injuste et confiscatoire dans certains cas. Quels que soient les arguties juridiques, c’est un raisonnement dénué de sagesse car tout impôt est confiscatoire. Quant à Hollande, il a promis sans tarder de la rétablir dès que possible par un texte adapté, ce sur quoi les connaisseurs disent que c’est impossible. Pour bien montrer qu’il ne perdait rien de son allant, il a remarqué que la majorité des nouveaux impôts prévus pour 2013 étaient passés sans encombre, ceci pour un total de plus de vingt milliards €.

              Les médias ont détaillé le menu des réjouissances pour cette année 2013.Tout le monde est taxé : entreprises, riches, pauvres, familles, retraités, titulaires de niches, stock-options, retraites chapeaux. Par exemple, pour un prétexte environnemental, le pouvoir, sans que personne ne proteste vraiment, vient de créer une écotaxe sur les camions : tout le monde en souffrira par réduction du pouvoir d’achat. Grâce à la solidarité républicaine, rien n’est prévu pour rogner les privilèges scandaleux des élus nationaux et locaux.

              ouvrez les yeux et retirez vos oeuillères

              Irina


            • Connolly 22 mars 2013 10:08

              Chère Irina,

              Quand vous copiez-collez un extrait d’article issu d’un site libéral (http://www.contrepoints.org/2013/01...) ayez au moins l’obligeance et l’honnêteté de le signaler.


              Et vous qui vous vantez de penser par vous-même : vous voilà prise la main dans le sac ! C’est pas beau de tricher, chère amie !

              Au moins les choses sont plus clairs à présent (ne vous en déplaise, vous qui vous targuez de n’appartenir à aucun courant idéologique particulier) : vous êtes bel et bien libérale (et c’est votre droit ) donc inégalitaire (sauf au niveau juridique et politique) donc à droite. Car, là encore ne vous en déplaise, (j’ai écrit suffisamment sur le sujet dans le cadre de mes activités professionnelles, pour savoir ce qu’il en retourne), la valeur fondamentale qui différencie la droite de la gauche est celle de l’égalité, et ce depuis que le clivage est apparu avec la Révolution française. Or, contrairement à ce qu’affirment les libéraux (et notamment ceux de Contrepoints), depuis au moins le lendemain de la première guerre mondiale, le clivage droite-gauche repose sur la sphère économique, ou socio-économique. De sorte que toute personne se réclamant du libéralisme économique, d’essence inégalitaire, se voit classée à droite.

              Ne soyez pas aussi complexée, chère amie, et admettez-le sans nous sortir vos habituelles balivernes (qui du reste datent des années 1930 ! Pas très moderne tout cela !) selon lesquelles la gauche et la droite sont des concepts usés et surannés, qu’il conviendrait donc de transcender (ce qui est vrai, dans une certaine mesure, c’est-à-dire en ce qui concerne uniquement le couple UMPS). Et ce, sans doute pour que tout le monde adhère à des variantes d’une idéologie libérale qui vous est chère (à l’insu de votre plein gré peut-être ?).

              Bien à vous,

              Connolly

            • L'enfoiré L’enfoiré 22 mars 2013 17:57

              Cher Connaly ;


               Tout à fait d’accord avec votre remarque à Irina. Il faut toujours donner le lien de la source.

               « la gauche et la droite sont des concepts usés et surannés, qu’il conviendrait donc de transcender »

               Là, je crois que cette fois, c’est vous qui manqué d’ouverture d’esprit.
               L’homme n’est pas basée comme le numérique par la dichotomie.
               La gauche et la droite ne sont des concepts qui sont dépassés par la modernité et dans les réalités.
               Je ne vais pas vous rappeler la gauche caviar et la droite gauchisée.
               Non, vraiment, en numérique, le courant passe ou il ne passe passe.
               Une porte n’est jamais entrouverte.
               Enfin, temporairement... les théories quantiques pourraient changer la donne. 

               

            • Connolly 22 mars 2013 20:17

              Merci cher ami. Toutefois :

              - d’une part : vous ne m’avez pas lu jusqu’au bout, puisque je précise ceci : "ce qui est vrai, dans une certaine mesure, c’est-à-dire en ce qui concerne uniquement le couple UMPS"

              - d’autre part : ce n’est pas une question d’étroitesse mais de faits.

              Commençons par le début, si vous le voulez bien.

              Tout d’abord, il convient de préciser que les deux principaux partis français, l’UMP et le PS, ne détiennent nullement le monopole du clivage droite-gauche d’un point de vue idéologique. Et parce que justement ils ne se distinguent plus guère dans le domaine socio-économique, on ne peut que les situer au centre de l’échiquier idéologico-politique : l’un représentant l’aile droite du centre (l’UMP), l’autre son aile gauche (le PS). Eh oui cher ami, comme tout courant politique et idéologique, la droite et la gauche sont traversées par de multiples tendances, lesquels (pour schématiser) peuvent se diviser en trois groupes : les modérés (près aux compromissions), les radicaux (près aux compromis), les extrémistes (écartant tout compromis par soucis de «  pureté  »). La différence entre notre époque et d’autres est que celle-ci est dominée par deux partis centristes aux divergences fondamentales minimes quant aux questions essentielles, c’est-à-dire à caractère socio-économique. Or cela n’a pas toujours été le cas. Ainsi, grosso modo, de 1934-35 avec l’avènement du Front populaire à la chute du Mur de Berlin de 1989, ce sont les courants radicaux des deux pôles qui ont plutôt tenu les rênes de la vie politique.

              Pour terminer là-dessus, force est tout de même d’admettre que cette dénégation du clivage droite-gauche n’est pas innocente et provient généralement de la droite (toutes tendances confondues) ainsi que l’avait déjà constaté en son temps le philosophe Alain.

              Sur ce thème voici un extrait d’un article du sociologue Alain Accardo :

              "L’antagonisme gauche-droite a fait l’objet d’une dénégation persistante de la part de ceux qui, aujourd’hui comme hier, trouvent intérêt à fétichiser le « consensus républicain », appellation euphémisée de l’adhésion au système de domination établi, et qui tiennent toute attitude d’opposition pour déplacée ou dépassée. On pourrait répéter à leur sujet ce qu’écrivait (il y a déjà plus de 80 ans) le philosophe Alain : « Lorsqu’on me demande si la coupure entre partis de droite et partis de gauche, hommes de droite et hommes de gauche, a encore un sens, la première idée qui me vient est que l’homme qui pose cette question n’est certainement pas un homme de gauche »"

              Pour la suite, voir ici http://blog.agone.org/post/2011/07/13/La-gauche-et-la-revolution


            • L'enfoiré L’enfoiré 23 mars 2013 14:03

              Merci Connaly,

               Je rappelle que je ne suis pas français, même si je parle plus ou moins bien le français avec quelques belgitudes.
               Donc, l’histoire des partis français, je ne les connais pas vraiment.
               Si vous voulez que je vous donne l’histoire des nôtres, vous allez vous amuser.
               Cette dichotomie est quasiment inconnue chez nous puisqu’on travaille à la proportionnelle.
               Les gouvernements se créent en recherchant les alliances qui leur sied le plus, dans une sorte de deuxième tour sans éliminer les perdants.
               Petites différences notoires, donc.
               Je vais lire vos liens.

            • Le poulpe 21 mars 2013 09:49

              « Alors que les exilés fiscaux et les fraudeurs du fisc se multiplient, de quels moyens disposerait le gouvernement s’il voulait sanctionner les mauvais payeurs, ceux qui s’exonèrent de l’impôt en allant vivre ailleurs ou qui trouvent des astuces pour en payer moins ? »

              La mafia sait faire, il n’y a qu’à s’en inspirer...

              • olivier cabanel olivier cabanel 21 mars 2013 11:22

                le poulpe

                mais je crois bien qu’ils s’en inspirent...
                et puis, dans le fond, c’est aussi une forme de mafia...non ?
                 smiley

              • ZenZoe ZenZoe 21 mars 2013 11:14

                Bonjour Olivier,
                Encore un article très informatif, merci. Le sujet est inépuisable.
                La fraude et l’exil ne doivent pas être confondus, l’un est illégal, l’autre pas. Pour autant, on a quand même la nette impression que le fisc adopte la même attitude dans les deux cas : on ferme les yeux quand le contribuable concerné a un gros patrimoine et un statut social qui va avec. Si le fisc fouinait vraiment dans la vie des soi-disants exilés fiscaux, il trouverait sans doute que ces exilés continuent en fait à vivre carrément en France toute l’année, en contradiction légale avec leur statut de non résident qui limite la durée de leur séjour ici. La présence en France d’un « exilé » est pourtant facile à vérifier : factures de téléphone, relevés bancaires notamment.
                Il s’agit simplement d’appliquer la loi avant de partir dans des délires tels que la déchéance de nationalité !

                Par contre, je n’aime participer aux chasses aux sorcières. Arnault, Depardieu, Cahuzac font bien ce qu’ils veulent de leur argent. Tant qu’on n’a pas prouvé qu’ils fraudent, on (cad nous, les citoyens lambdas) devrait les laisser tranquilles. Il y a un petit côté « lynchage populaire » là-dedans qui me fait peur.
                Ceci ne dispense pas d’exiger du fisc qu’il applique la même diligence et la même loi pour tous, car c’est là le problème.
                Bonne journée,


                • olivier cabanel olivier cabanel 21 mars 2013 11:21

                  Zen Zoe

                  et si la déchéance de nationalité n’était pas un délire, mais un moyen de mettre en évidence des pratiques si peu citoyennes, mettant la pression sur celui qui s’exile, lui ou son capital, ou les deux...
                  après tout, qu’ils s’en aillent...l’état se payera sur les propriétés qu’ils avaient...et puis quelle humliation.
                  je trouverais ça dans le fond très moral.
                  il ne s’agit pas de faire « la chasse aux sorcières », mais de mettre les points sur les « i »
                  ils ne se plaisent plus dans leur pays...ok...ils en choisissent un autre ? pourquoi pas.
                  bon vent...
                   smiley

                • Irina leroyer Irina leroyer 21 mars 2013 23:48

                  tout a fait d’accord avec toi ZEN ZOE,


                  pour éviter l’exil fiscal, qui est légal, il suffit d’inciter les « exilés potentiels » a rester en France. tout simplement !

                  si le jeux n’en vaux pas la chandelle, ils ne le feront pas. 

                  ce serait le meilleur moyen de luter contre toutes les fraudes considérée comme légale ou pas !

                  les mesures draconiennes évoquées ici ont un arrière gout de stalinisme

                  poouaaah !

                  Irina

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès