Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Dette US : Prêts pour le grand plouf du $ ?

Dette US : Prêts pour le grand plouf du $ ?

La Chine menace. Le congrès grogne. Les agences de notation jouent les Cassandres. L'UE se tait. Les USA sont au bord d'un gouffre financier, en slip de bain. S'appretent-ils réellement à plonger ?

JPEG - 51.7 ko
Et hop !

Ca y est, la Chine commence à se douter qu’il y a anguille sous monolithe.
Il a tout de même fallu l’évocation par l’agence de notation Standard & Poor’s de l’éventualité de la dégradation de la note de la dette des USA.

La Chine, premier détenteur de cette dette, a pressé les Etats-Unis d'adopter des "mesures responsables" en vue de protéger les investisseurs par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, M. Hong Lei.

A leur tour, les représentants du congrès US commencent à se demander si la dette colossale des USA détenue par la Chine ne représenterait pas une menace pour leur sécurité nationale.

La semaine dernière, le président de la commission de la Défense de la Chambre des représentants, le républicain Buck McKeon, a publié un projet de loi de finance du Pentagone pour l'exercice 2012 - lequel débute le 1er octobre 2011 - en y insérant une mesure réclamant au Pentagone et au Renseignement américain de déterminer le danger stratégique que représente  la dette américaine envers la Chine.

Voici donc que les militaires et le renseignement US sont conviés à entrer dans la danse de la crise monétaire mondiale qui se prépare.

Il ne faut pas se tromper sur la portée diplomatique de cette mesure, dont le principal destinataire est de tout évidence le gouvernement chinois : il signifie, « continuez à nous parler de la dette et elle deviendra un enjeux de sécurité nationale entre nous »

La Chine, qui détenait fin août 2010 un total de 868,4 milliards de dollars de bons du Trésor américains (chiffres officiels américains), cherche depuis à baisser son exposition en dollars mais le processus est lent, les acheteurs ne se bousculant plus au portillon. Le rythme des investissement chinois hors de son territoire a dépassé les 50 milliards de dollars par mois, dans une course effrénée à la concrétisation de cette masse de papier vert qui va faire face à 3 risques majeurs cette rentrée :

Crise de la dette souveraine US.
Crise du budget national US.
Crise monétaire du $.

Le congrès a relevé il y a peu le plafond légal de la dette US à 1.900 milliards de $ afin de ne pas mettre le gouvernement fédéral en défaut de payement.  Mais ce sursis ne règle en rien le problème principal :  Les USA ont, depuis 2008, considérablement augmenté leur dette tout en bénéficiant d’une réduction du montant des intérêts de cette dette !

Comment ce paradoxe a-t-il été rendu possible ?

 Par l’abaissement historique des taux d’intérêts sur les bonds du trésor US (parts sur la dette).

GIF - 91 ko
Dette US
En bleu la dette. En rouge les intérêts.

Et quand il ne s’est trouvé plus grand monde pour acheter ces bons du trésor US, c’est la FED qui s’est mise à les acheter massivement et à deux reprises (QE1 et QE2) pour maintenir leur taux artificiellement bas.

Or les principaux acheteurs de la dette US ne sont plus preneurs : Le Japon a une crise sur les bras, la Chine diversifie, la zone Euro lutte contre des crises internes.

http://www.daily-bourse.fr/images/analyses/2011/04/25/1TF.gif

La QE2 arrive à son terme en juin 2011 et l’annonce de Standard and Poor’s nous donne un avant gout de ce que les marchés feront : ils ne voudront pas acheter les bons du trésor US.

A ce moment la FED devra choisir si elle vole à nouveau au secours de l’oncle Sam ou si elle laisse le « libre marché » faire décoller les taux d’intérêts auxquels oncle Sam pourra emprunter à l’avenir.

Or, avec un tel niveau d’endettement , les USA se verraient rapidement incapables de financer l’explosion des intérêts à rembourser.

La suite est prévisible, l’Allemagne l’a connue après 1918 : l’hyper inflation de la monnaie.

Évidemment cette hypothèse est un scénario catastrophe pour l’ensemble des gros détenteurs de fonds en $, au premier rang desquels la Chine.

Chine et USA jouent donc à « je te tiens, tu me tiens par la barbichette ». Si la Chine cesse d’acheter des bonds du trésor US comme en a menacé Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la banque centrale chinoise, le dollar risque de chuter dans l’abime et la Chine d’y perdre d’avantage de plumes que les USA.

Dans cette guerre des nerfs, évoquer l’entrée dans le jeu du pentagone et du renseignement n’est pas anodin.

GIF - 15.2 ko
Pays classés par risque financier
Coucou ! Qui vient après la Grèce, l’Irlande et le Portugal ?

Les échéances approchant, la situation ne pourra sans doute pas rester à l'équilibre longtemps. La rentrée 2011 sera un moment délicat à négocier pour l'économie mondiale afin d'éviter un plongeon incontrolable du $.

A moins que le grand plongeon soit déjà planifié par Washington où de nombreuses voix parlent déjà de la monnaie mondiale qui devrait replacer le $ comme référence internationnale dans un ordre mondial nouveau.

Alors, prêts pour la grand plouf ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (82 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 mai 2011 10:51

    tout cela est parti des reformes fiscales de 1981...voir l’historique des impots aux USA :

    http://2ccr.unblog.fr/2010/11/21/modele-americain/


    • lagabe 11 mai 2011 18:42

      faut pas être aussi simpliste , tout n’est pas dans une histoire d’impots
      si tout le monde vivait au même niveau que les US , il faudrait 5 planètes terre , au niveau de la france 3


    • Robert GIL ROBERT GIL 11 mai 2011 19:54

      exat c’est pourquoi il faut aussi se poser d’autre questions, car il n’y a pas de croissance infini sur une planete fini : il n’y a que les fous ou les economistes qui croient cela, voir ci-dessous :
      http://2ccr.unblog.fr/2011/01/03/de-quoi-avons-nous-besoin/


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2011 01:21

      Cette dette ne sera jamais remboursée, Une monnaie internationale controlée par le FMI (les USA) en prendra la releve, ce qui sera une discrète cessation - on dira un report échelonné - des paiements et la question est de savoir qui portera la chapeau. J’en ai déjà parlé et je ne le ferai plus. http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/07/05/regler-la-crise-financiere/ 


      Ce qui m’inquiète, c’est que les Américains risquent de s’imaginer que ce sera la Chine, alors que la gouvernance disons, plus musclée de la Chine lui permet des alternatives qui seraient impensables dans un pays de démocratie à l’occidentale. On pourrait comparer la joute entre les US et la Chine à une partie de poker où les réactions de la popuation sont l’endos des cartes et qu’un seul des joueurs peut les lire… Si un bras de fer s’egage, c’est la Chine qui le gagnera.

      Forte de cet avantage, la Chine peut réorienter sa production vers le marché domestique sans discussion, créer une monnaie non convertible à usage national… solidement adossée aux reserves de dollars, brader ses valeurs en dollars sur les marchés internationaux à des prix fluctuants arbitraires, etc… 

      Qui doute que la Chine n’ait déjà avec la Russie une entente discrète qui lui assurera un approvisionnement en hydrocarbures si la relation avec l’Amérique se détériore ? Qui doute qu’avec ses bêtises en Afghanistan en Irak et en Libye, l’Amérique n’ait fait basculer toute la sympathie du tiers-monde du côté de la Chine ?

      La paix reposerait sur une troisième force qui ne peut être que la Russie se joignant à l’UE.



    • Talion Talion 11 mai 2011 11:52

      Mais non, vous racontez n’importe quoi !...

      L’économie US va très bien, l’autopsie est formelle.


      • rdyou 12 mai 2011 12:02

        Bonjour, 

        je suis étudiante et travaille actuellement sur une étude à propos des sites d’information et de la façon dont les internautes y sont actifs.
        Pourriez vous svp répondre à ce rapide questionnaire, cela m’aiderait beaucoup.
        ( Lien vers le questionnaire : http://goo.gl/hil3z )
        Merci d’avance


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 11 mai 2011 12:21

        Ils vont appliquer la méthode Kriegsmarine : dévaluer et donc augmenter le prix en dollars de leurs exportations de denrées ( entre autre ) agricoles.

        On comprend que les Chinois commencent à rire jaune.

        Leurs économies en dollars vaudront moins et ils seront moins compétitifs sur le marché US.


        • Pyrathome Pyrathome 11 mai 2011 12:55

          C’est une dette qui ne sera jamais remboursée.....
          Ils sont en train de flinguer le dollar par des QE (planche à billet) et donc de le noyer dans la masse inflationniste , tous ceux qui détiennent des bons du trésor us vont être ruinés et pas content du tout.....
          On imagine bien la suite....


          • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 12:55

            En 2009, la Chine et la Russie ont passé des accords pour transformer la moitié des dollars-monnaie chinois en dollars-crédits.

            Par ailleurs, au congrès US, le projet de réinstauration du Glass-Steagall Act vient de recevoir le soutien officiel de deux membres influents du Black Caucus : John Conyers, leader des démocrates progressistes et numéro 2 de la Commission judiciaire et Jesse Jackson Jr, fils dut député très en vue de l’Illinois.

            Ce qu’il y a de plus tragique, c’est que ce sujet est traité sur AV comme un sujet d’intellectuels de salon, alors que nous sommes en danger de mort. Comme cet employé de FT qui s’immole en public à Bordeaux, ou cet inspecteur du travail qui se suicide dans les escaliers de son Ministère.


            • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 12:56

              Cela dit, vue l’illustration utilisée par l’auteur, le débat ne risque pas de s’envoler dans des hauteurs platoniciennes !


              • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 14:05

                Pour préciser ma pensée :

                Je parlais de l’illustration de l’auteur, pas de celle de l’article.

                L’image que l’auteur associe à son nom est un détail du tableau de Raphaël, l’Ecole d’Athènes.

                C’est le fameux détail où on voit côte à côte Platon, montrant du doigt le ciel, les hypothèses, les idées que l’homme peut avoir, et Aristote (c’est l’image qu’on voit) qui, regardant Platon, fait signe de la main "non, l’homme n’a pas à découvrir les lois de l’univers, il faut qu’il reste soumis à notre oligarchie".

                L’auteur s’associant à la pensée aristotélicienne, j’émettais donc, moi, l’hypothèse, qu’il n’élèverait pas le débat dans des hauteurs platoniciennes :) That’s all folks !


              • Aldous Aldous 11 mai 2011 14:51

                Effectivement c’est l’Aristote de Raphaël, cher R versus K...
                Mais je ne donne pas la même signification que vous à son geste : Il symbolise la rationalité et l’empirisme. Mais plus important il tiens dans sa main gauche son Ethique à Nicomaque.
                L’éthique c’est ce qui manque à la science économique.


              • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 15:44

                Vous dites :"Mais je ne donne pas la même signification que vous à son geste : Il symbolise la rationalité et l’empirisme. Mais plus important il tiens dans sa main gauche son Ethique à Nicomaque.
                L’éthique c’est ce qui manque à la science économique.
                "

                Tout à fait, sauf qu’Aristote est de naissance oligarchique et que, tout comme l’oligarchie actuelle, il est extrêmement vicieux.

                Je le cite :
                « Le meilleur peuple est, sans contredit, celui qui s’occupe de l’agriculture. Il y a donc disposition naturelle à la démocratie, partout où la multitude tire sa subsistance de l’agriculure ou de la nourriture des bestiaux. Ces gens-là, par cela même qu’ils ont peu de fortune, sont fort laborieux, et ne tiennent pas souvent des assemblées nationales. N’ayant pas de nombreux domestiques, ils font eux-mêmes leurs ouvrages et ne désirent point ce qui appartient aux autres. Il leur est plus agréable de travailler, que de rester assis, les bras croisés, à délibérer sur le gouvernement ou à gérer des magistratures, à moins qu’il n’y ait beaucoup à gagner dans ce métier-là, car la plupart en aiment mieux le profit que l’honneur. La preuve de leur insouciance, quand on n’éveille pas leur cupidité, est qu’ils ont fort bien supporté leurs anciens despotes et qu’encore à présent ils s’accommodent de l’oligarchie, quand on les laisse faire leur ouvrage et qu’on ne leur ôte pas leurs biens. »

                Mais il faut que le peuple ait toutefois l’impression d’avoir du poids dans les affaires publiques, sinon c’est la tyrannie, le peuple s’en aperçoit et il se révolte. Je cite :

                « (...) confier les grandes places (à des gens qui n’ont ni fortune, ni considération, ndla), n’est point sûr, à cause de leur corruption et de leur ignorance, qui leur feraient commettre de grandes injustices ou de lourdes fautes. D’un autre côté, les priver de toute participation serait dangereux, car où se trouvent beaucoup de pauvres et de gens exclus, on rencontre nécessairement autant d’ennemis de l’Etat. Il reste donc qu’ils soient admis à délibérer et à juger.  »

                Aujourd’hui, on a tout à fait le droit de voter, mais c’est l’oligarchie aristotélicienne de la Couronne britannique qui, via La City de Londres, contrôle les Etats-nations républicains. Et le plus grand ennemi de cette oligarchie aujourd’hui, c’est le mouvement platonicien qui est en train de reprendre la main, justement à l’occasion de la perte de contrôle du système aristotélicien de dettes oligarchiques.


              • Aldous Aldous 11 mai 2011 17:57

                Je veux bien qu’on trace des parallèles entre la démocratie athénienne et l’occident, mais il ne faut pas perdre de vue que l’une était une démocratie directe et les autres des régimes parlementaires placé soit sous une administration fédérale soit sous un déficit démocratique (pardon je veux dire une commission politique).

                Ça redonne aux mots leurs portées.

                Quand Aristote parle d’assemblées nationales, il parle des simples citoyens réunis sur l’esplanade de la Pnyx.
                Il existait certes aussi un parlement (la Boulè) mais je pense qu’il expliquait juste que c’etait une activité de citadin que de passer son temps à l’assemblée de la Pnyx.

                Cette opposition entre paysans et citadins etait effectivement une dichotomie importante à Athènes. Aristophane mettait les paysans de Béotie (région où se situe Athènes) sur un piédestal alors que Aristote considérait paysans Béotiens comme des rustres.

                De plus les citoyens ne se gênaient pas pour voter des taxes sur les denrées agricoles (comme les figues, « syco » en grec) ce qui incitait les Béotiens à vendre leur récoltes ailleurs qu’à Athènes.

                A quoi les Athéniens on voté une loi de délation récompensant les « découvreurs de figues » : les sycophantes chers à Brassens...

                Les « ploutocrates » d’Aristote, c’est un peu la classe bourgeoise de la révolution française, par opposition aux paysans.

                Les ploutocrates d’aujourd’hui, eux, sont bien plus riches et moins nombreux.

                Et bien plus dangereux car ils ne font aucune concession démocratique.


              • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 20:21

                Tout à fait. Sur le principe, on retrouve votre commentaire plus bas : « pour méditer rappelons quelques faillites précédentes : »

                A l’inverse de cette mentalité d’empire, citons l’exemple de Solon d’Athènes, qui est arrivé à bout d’une montagne de dettes. C’est le même principe que Franklin Roosevelt appliqua en 1933 avec le Glass-Steagall et qui est aujourd’hui à l’ordre du jour.


              • voxagora voxagora 11 mai 2011 13:12

                C’est quoi, cette photo imbécile, qu’est-on censé associer, à partir de là ?


                • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 14:05

                  Je parlais de l’illustration de l’auteur, pas de celle de l’article.

                  L’image que l’auteur associe à son nom est un détail du tableau de Raphaël, l’Ecole d’Athènes.

                  C’est le fameux détail où on voit côte à côte Platon, montrant du doigt le ciel, les hypothèses, les idées que l’homme peut avoir, et Aristote (c’est l’image qu’on voit) qui, regardant Platon, fait signe de la main « non, l’homme n’a pas à découvrir les lois de l’univers, il faut qu’il reste soumis à notre oligarchie ».

                  L’auteur s’associant à la pensée aristotélicienne, j’émettais donc, moi, l’hypothèse, qu’il n’élèverait pas le débat dans des hauteurs platoniciennes :) That’s all folks !


                • voxagora voxagora 11 mai 2011 14:22

                  .

                  Je maintiens.
                  L’auteur prend la liberté d’insulter et de criminaliser les gros,
                  mais il dénie à une grosse le droit d’en être révoltée.
                  L’auteur prend le droit d’instrumentaliser une personne qu’il ne connait pas,
                  de s’en servir comme d’un objet, répulsif en l’occurrence.

                  Par contre, comme il dénie aux gros le droit d’être des personnes,
                  il pense qu’il peut aussi leur couper la parole,
                  et utilise lamentablement, pour ce faire, le repliage.

                  Et si vous demandez à la modération la suppression de ce commentaire,
                  je demande la suppression de cette illustration imbécile.




                   


                • BABAYAYA BABAYAYA 11 mai 2011 14:36

                  Dommage que l’on ne puisse replier l’étroitesse d’esprit...

                  Perso moi c’est l’inverse, je suis un squelettor et je le vis depuis fort longtemps de ces quolibets et autres, et alors ?
                  je m’en fout royalement, je m’accepte comme je suis.
                  point barre.
                  ne pas supporter ce genre de chose renvoie à des soucis bien autres que ceux liés à cet article.
                  vous voyez ? moi aussi je peux etre très étroit.

                  Cela dit merci pour cet article très clair .

                  Bonne journée à tous.

                • voxagora voxagora 11 mai 2011 14:41

                  Vous êtes les plus forts, je vous laisse la place.


                • Aldous Aldous 11 mai 2011 15:02
                  « L’auteur prend la liberté d’insulter et de criminaliser les gros,
                  mais il dénie à une grosse le droit d’en être révoltée. »

                  Désolé de vous avoir froissée, mais il n’était nullement dans mon intention d’insulter qui que ce soit. Ni de criminaliser (discriminer ?) les gros.

                  Par contre le terme « imbécile » est -par contre- effectivement une insulte et ça me visait nommément puisque c’est moi qui ait fait ce choix.
                  Insulter les auteurs viole la charte de bienséance...
                   D’où la repliure...

                  Sinon, je vous signale que c’est juste la photo d’un homme en train de plonger.
                  Tout le reste c’est vous qui l’ajoutez.


                • xbrossard 12 mai 2011 11:08

                  @voxagora 


                  « C’est quoi, cette photo imbécile, qu’est-on censé associer, à partir de là ? »

                  vous avez gagné un point Mélenchon, nom donné à une explication à coté de la plaque faite pour détourner l’attention du vrai sujet (ref. l’interview de Mélenchon et le rapport avec la prostitution....)

                • Aldous Aldous 12 mai 2011 16:04

                  Le point Mémélanchon ?

                  Superbe idée à implémenter dans Agoravox ça !


                • glutenmilke 11 mai 2011 13:49

                  @l’auteur

                  Bonjour.
                  Pourriez-vous détailler le mécanisme qui conduit de la dette à l’hyperinflation ? En lisant votre article ce n’est pas très clair. Merci d’avance. Cordialement.


                  • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 14:14

                    Je dirais ça de la manière suivante :

                    A incite B (entreprise ou pays, le mécanisme est le même) à emprunter à A trop d’argent : B ne produit pas assez de richesses pour rembourser. Il doit donc emprunter à nouveau à A pour rembourser son premier emprunt.

                    Vous multipliez exponentiellement, et il y a tellement d’argent émis qu’il n’est définitivement plus indexé à aucune valeur physique créée : c’est du papier, des billets, sans aucune valeur.

                    Sous Weimar, de jour en jour, l’argent perdait sa valeur. C’est l’hyperinflation.

                    Ceci est impossible dans un système de crédit productif public associé à la procédure Glass-Steagall.


                  • Aldous Aldous 11 mai 2011 15:37

                    J’ai renvoyé à Weimar, pensant que c’était assez explicite.

                    C’est assez simple : Les USA font grossir la masse monétaire de $ en circulation dans le monde à un rythme exponentiel depuis 2006.

                    Imaginez que la valeur de cette monétaire est un gâteau. Votre invitation à déjeuner (votre T bond) vous donne droit à une part du gâteau.

                    Si l’organisateur du diner distribue de plus en plus d’invitations, chaque convive aura toujours droit à une part, mais plus il en viendra, plus la part de chacun sera petite.

                    C’est ce qui se passe avec le $ : Plus les USA en distribuent, plus la valeur de chaque $ chute...

                    Il y a un frein à ca : Le dollar est la monnaie de référence mondiale.

                    Sa force réside sur l’obligation imposée par les USA aux pays du monde entier de procéder aux transactions internationales en $.

                    C’est particulièrement vrais du négoce du pétrole (système du pétrodollar)

                    Mais cette position s’érode peu à peu aussi.

                    Il y a maintenant une vaste zone où tout se négocie en Euros.
                    La Russie et la Chine négocient depuis peu en Yuan.

                    Bref, l’obligation d’utiliser le $ n’est plus universelle.

                    Le dollar devient de plus en plus une monnaie comme une autre : sa valeur dépends de la confiance des marchés.

                    Résultat : dollar de 2011 ne vaux d’une fraction d’un dollar de 2001. Il y a inflation.

                    En plus de cette inflation, le dollar perd de la valeur par rapport a d’autres monnaies notamment l’Euro.

                    Or sa valeur n’est plus adossée à rien de concret depuis que Nixon a suspendu la convertibilité du $ en or.

                    Cela signifie que si la confiance dans le $ s’effondre, il peut plonger sans aucune limite.

                    C’est à ce moment là qu’on passe de l’inflation à l’hyper inflation.

                    C’est ce qui s’est passé en Allemagne pendant la république de Weimar.


                  • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 15:52

                    C’est vrai, à un détail près : les intérêts qui possèdent WS et la Fed relèvent de la Couronne britannique via La City de Londres.

                    Wall Street est l’arme que la Couronne britannique pointe sur la République des Etats-Unis afin de tuer, par la maîtrise de la création monétaire, la seule République au monde dont le mode de fonctionnement économique - inscrit dans sa Constitution (c’est en ça qu’elle est unique) - est l’émission de crédit productif public.

                    Ce document explique très bien ce qu’est véritablement la République des Etats-Unis.


                  • Aldous Aldous 11 mai 2011 18:05

                    Assez d’accord avec vous R_vs_K à ce détail près : La couronne britannique n’est pas plus libre que la République Américaine.

                    La Banque d’Angleterre est un institutions privée.

                    C’est la première Banque Centrale de l’histoire créée et elle a toujours appartenu à des banquiers privés.

                    La FED a été créée à l’image de la Banque centrale et elle aussi est privée.

                    Enfin la BCE... vous m’avez compris.


                  • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 18:42

                    « La couronne britannique n’est pas plus libre que la République Américaine. »

                    La Couronne britannique EST l’empire britannique. Son but est de détruire la seule République - les Etats-Unis - qui ait découvert l’arme pour en venir à bout : le Glass-Steagall.

                    Rappelez-vous de ce qu’a dit Winston Churchill au créateur du Glass-Steagall, Franklin Roosevelt, au bout de 10 ans de réformes de ce dernier, visant à détruire l’empire britannique. Extrait de « Mon père m’a dit » (As He Saw It), par Elliott Roosevelt, chapitre II :

                    "Churchill s’était levé et arpentait la pièce, en parlant avec de grands gestes. Enfin, il s’arrêta, regarda longuement, en silence, mon père, puis agitant son index court sous le nez de celui-ci :
                    — Monsieur le Président, cria-t-il, je crois que vous voulez supprimer l’Empire Britannique. Toutes les idées que vous avez sur la structure de la paix après la guerre l’indiquent. Mais malgré cela — et son doigt s’agita — malgré cela nous savons que vous êtes notre seul espoir.
                     Il baissa la voix et d’un ton dramatique :
                    — Vous savez que nous le savons. Vous savez que nous savons que sans l’Amérique, l’Empire ne pourra pas tenir."

                    Ayant ça en tête, rappelez-vous la réaction de Londres et de l’administration Obama lorsque, en mai 2010, l’amendement Cantwell-McCain, qui réinstaurait le GS, fut introduit dans la passoire à cash Dodd-Franck... Londres savait que le GS signait la fin de La City, dont WS n’est que la succursale permettant de détruire l’ennemi de l’intérieur. Obama, aux ordres, a lâché ses chiens : Barney Franck, accessoirement le relais à la Maison-Blanche du Parti Socialiste français et européen, et Harry Reid. L’amendement Glass-Steagall fut relégué je crois au 114è rang des amendements, et ne fut pas discuté.

                    L’introduction du Glass-Steagall au Congrès US le 12 avril 2011 constitue une déclaration de guerre d’indépendance contre la Couronne britannique. S’il est réinstauré, bye bye l’empire : instauration d’un système international de crédit hamiltonien.

                    C’est ni plus ni moins ce qui fut dit par Jacques Cheminade lors de la présidentielle de 1995. Autant dire que pour 2012, les jeux sont loin d’être faits !


                  • goc goc 11 mai 2011 13:56

                    Tout ça risque fort de tourner au carnage

                    en tout cas, je prédis une campagne électorale encore plus que violente en France, avec arrivée au pouvoir de la marine
                    je vous livre mon scenario
                    1 - les USA restructurent leur dette avec la Chine comme victime principale
                    2 - d’autres pays comme la Grèce et l’Irlande en profitent pour faire de même
                    3 - les ricains crient au scandale et menacent ceux qui voudraient faire la même chose
                    3 - certains candidats français mettent ce plan dans leur programme
                    4 - sarko et dsk se refusent à en faire de même afin de jouer le jeux des ricains
                    5 - ils sont balayés dès le premier tour
                    6 - Élection d’un candidat « extrémiste » et/ou vert
                    7 - avec l’effondrement de la Chine, et suite à la disparition de notre tissu industriel, effondrement de la France

                    bon j’avoue, je n’ai pris que la version la plus optimiste, je ne voudrais pas effrayer nos lecteurs non plus.
                     smiley


                    • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 14:24

                      Autre scénario :
                      1 - Jacques Cheminade a ses 500 signatures
                      2 - Roland Dumas a une attaque
                      3 - L’élection de 1995 revient sur la table
                      4 - Conférence internationale pour la mise en banqueroute organisée du système financier et monétaire international, et l’instauration d’un système international de crédit hamiltonien.


                    • Mohad Dib Mohad Dib 11 mai 2011 14:26

                      tout ceci encore et toujours n’aborde pas l’origine , la competition
                      mais quelle est l’origine de celle ci ?
                      alors la ,autant demander l’heure a une grenouille....

                      peut on imaginer avoir une fleche qui traverse le ciel , en disant :celle ci n’a pas ete tiree...

                      et bien nous autre humains geniaux , qui allons bientot depasser la CREATION elle meme si si .
                      plus fort que l’univers....nous autres donc , on regarde la fleche comme si elle ne venait de nulle part...
                      dans le cas de la fleche ca n’est pas grave sauf si pleins d’autres vont suivre , la ca devient vital.
                      Dans le cas de nos problemes , a n’etre concernes que par des solutions , on en a oublier le probleme , on se sait pas grand chose,sauf de ses effets quand ils font mal....sinon c’est : je vais bien tout va bien....

                      ami terrien je te le dis. , meme le plus petit est totalement implique dans la folie globale....
                      Mais deja a titre personnel nous ne faisons que fuir mentalement tous problemes , pour vivre dans la solution ,qui est opinion...or les opinions se rejettent l’une l’autre...
                      La solution est dans le probleme, pas dans la solution....subtil ? non, mais faut regarder en soi, ca devient lumineux...
                      voir le probleme ,etre immerge dans le probleme montre la solution,dans ce cas c’est Mere Nature qui montre, on est dans l’universel, qui est l’energie originelle a la base de tous....

                      nous avons ainsi au passage perdus l’universalite qui est une part de ce que l’humain aurait du etre, pour ne vivre que dans le personnel....
                      nos societes sont la consequence de milliards d’interactions personnelles qui s’opposent les unes aux autres.....la nait la violence, la guerre ,la barbarie etc.....
                      la mauvaise nouvelle est que nous continuons dans ce sens, dans le sens de reagir et pas d’agir....
                      le neo-con lui aussi reagit, il reagit a sa trouille phraonique de sa fin,,,,voila pourquoi meme riche pour 10 000 vies il n’arrete pas , il ne le sait pas mais l’argent n’est pas sa quete , ne pas penser a sa fin est sa quete, or je dis : peut on refuser la verite ? je dis non, ca amene a la demence,.... l’humain ne peut refuser la vie , il est la vie....en refusant de mourir, il refuse de vivre....ca fait mal, ca rend mauvais....
                      sarko est un gars hyper malheureux , comme vous, mais ce n’est pas une raison de le laisser faire....
                      le chef d’entreprise aussi, il veut etre occupe pour ne jamais regarder la vie, et accumuler car il a peur. lui aussi reagit.....
                      le salarie aussi , il cherche refuge lui aussi ....
                      ne pas fuir ne neceesite rien d’autre que de savoir observer, un vrai sage qui sait la nature humaine , depasser l’animal pour renter dans l’universel peut ne jamais avoir rien etudie....
                      d’ailleurs , se comprendre est a la portee de tous, ceux qui sont purs intello auront du mal
                      par contre...l’intellect ego EST le cerveau animal....
                      ceci est superficiel mais ici je ne peux faire plus,c’est deja trop long.....l’excellent morice m’a qualifie tres intelligemment de fabricant de tartine ,comme il est un peu comme un dieu ici, il le croit laissons le croire , je vais ecouter....( en fait non mais chut ).
                      La bonne nouvelle maintenant ,le pire est possible...mais l’eveil va devenir une evidence , vous devez comprendre une chose ,sans eveil donc sans connaissance de soi ,ce monde ne changera pas et restera terre de conflit...car la douleur de vivre que vous ressentez et prenez comme un fardeau, vous devez comprendre quelle est la pour nous aider, ca doit nous forcer a nous eveiller a nous meme, pour cela il faut arreter de la fuir...apprendre a regarder , voir ce qui cree la souffrance...l’humain se comporte en salopart car il souffre..


                      • Pol-Adolf Staline Pohl-Adolph Stahline 12 mai 2011 05:08

                        Mohad Dib =>

                        C’est cela, oui : vive l’éveil, vive bouddha, vive la conscience cosmique, vive le new-age !  smiley

                        C’est très joli et gentil, votre resucée de Krishnamurti, mais pour régler le problèmes concrets, ça vaut quoi  ?

                        « Soyez zen, mes frères, mes soeurs, trouvez la paix en vous-même, et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. » Mouais... (cf article de Monde Libertaire : Bouddhisme, de la soumission à l’opression )

                        Parmi tous ceux qui vantent « l’éveil » (c’est quoi, au fait, à part une notion poético-spiritualistique fumeuse ?), combien le vivent réellement ?

                        Vous êtes au courant j’espère que ce que vous préchez va dans le sens des plans pour une gouvernance mondiale, avec une religion mondiale ? Et ceux qui n’en veulent pas, de cette « spiritualité » imposée, ils deviennent quoi ? 

                        Ne soyez pas donc pas jaloux de morice, il a de nombreux détracteurs, il me semble...

                        Pour finir, dites-moi, « éveil » et rédaction soignée, est-ce antithétique ? A vous lire, on en concluera que oui. Franchement, quelques efforts dans ce domaine améliorerait votre crédibilité. Mais c’est vous qui voyez !  smiley


                      • Mohad Dib Mohad Dib 12 mai 2011 19:00

                        Salut

                        pour les problemes concrets l’humain a un truc ,la violence, les guerres ,les massacres en masse.., la soumission, la torture .ca calme...alors inquiétez vous...est ce de ce concret dont tu parles..dans cette question pour le concret on fait comment ?
                        car le leader le NWO ,ils reflechissent eux, ils cooperent eux, dans le sens du mal pur certes, mais il ne perdent pas leut temps en invectives pour exister, ils ne se contentent pas de gueuler sur des sites sans importances...et moi je n’y suis pour rien...
                        sinon ,vous pouvez refusez ce que je dis, qui est vite dit et mal dit ici sur un sujet quasi inconnu c’est donc logique mais je n’ai ...pas le temps..
                        le jours ou vous etes en detresse personnelle psychologique...pensez a moi et a ceci....ne fuyez pas, soyez le probleme...ca parait....derisoire et futile je sais....la vous commencerez a comprendre,et cette détresse tôt au tard arrivera,soyez aux aguets...
                        salutations...


                      • Aldous Aldous 11 mai 2011 15:40

                        C’est effectivement ce que proposent les tenants de la monnaie mondiale.


                      • elmapelki elmapelki 11 mai 2011 14:56

                        Perception du maillo de bain !

                        Et tous a vos graines !

                        La crise du crédit (vostfr)


                        http://www.youtube.com/watch?v=FhzoKMp—aA


                        • Ariane Walter Ariane Walter 11 mai 2011 16:04

                          cher Aldous,
                          je voudrais vous poser une question.

                          N’est-ce pas ne ce moment panique à bord aux US ?
                          Oui, bien sûr.
                          Il faut agir vite.
                          Très vite.

                          Et si ben Laden était tué ?
                          Et si Al Qaïda se vengeait ?
                          Un second 11 septembre qqpart ?

                          Et si internet était bloqué ? Plus de liberté d’expression.
                          Vu ces évènements...

                          Et si un conflit éclatait pour enfin utiliser tt ces armes qu’ils ont les Zuniens....
                          Et faire oublier leur déroute banqueroute dans un embrasement général ?
                          N’oublions pas que chez eux, depuis trente ans c’est le frère de Folamour qui est au pouvoir, le docteur Foulahaine.

                          Et je signe Cassandre...


                          • Aldous Aldous 11 mai 2011 17:31

                            Si vous parlez d’Obama, il ne faut pas être psychologue pour voir qu’il ne souris plus aussi souvent qu’au début de son mandat.

                            Sinon, les bruits de bottes sont déjà là depuis 10 ans.

                            Pour méditer rappelons quelques faillites précédentes :

                            Quand Philippe II meurs en 336 av JC il lègue à son fils Alexandre le Grand une Macédoine agrémentée d’une dette souveraine de 3 millions de Drachmes ! Une somme colossale à l’époque.

                            On sait comment Alexandre a reglé ce petit détail economique.

                            Quand Bonaparte devient 1er consul avec le coup d’état du 18 brumaire, il hérite d’une république ruinée notamment par les assignats.

                            On sait comment il a tenté de régler ce petit détail économique.

                            Hitler hérite d’une Allemagne endétée par les dettes de guerres et la ruine de Weimar.

                            On sait comment il a tenté de régler ce petit détail économique.


                          • Roosevelt_vs_Keynes 11 mai 2011 17:51

                            D’où le 25è amendement section 4 invoqué contre Barack Obama, qui est une menace pour le monde. L’adoption du Glass-Steagall - contre lequel il s’est battu en mai 2010 (amendement Cantwell-McCain) - le fera partir de lui-même. La guerre fait rage à D.C. !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès