Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Développement durable et utopie

Développement durable et utopie

Depuis la dernière décennie, le développement durable est devenu le leitmotiv de tous les acteurs politiques qui ont la chance de pouvoir trouver un micro à leur portée, et cela, quel que soit le pays.

Excepté des discours plus ou moins appropriés sur le sujet, qu’ont-ils fait de concret ? Rien. Il faut dire que pour faire quelque chose en ce domaine, il faut avoir du courage, et c’est exactement ce qui manque le plus.

Cet article, à défaut d’être exhaustif, va tenter de clarifier :

1. Les causes du non développement

2. Ce qui permettrait de résoudre les problèmes

3. Enfin, les freins que nous rencontrons à ce jour.

Les causes du non développement sont multiples et variées, d’un pays à l’autre, tant pour les récipiendaires des aides nécessaires, que pour les pays dits ‘pourvoyeurs’. En effet, sur la liste officielle des 191 pays qui composent, à ce jour, les Nations-Unies :

a. 64 n’ont toujours pas un processus démocratique électif, et donc un État de droit.

b. Ils n’ont pas non plus une presse libre qui permette de rendre compte de manière ouverte des faits nationaux et internationaux..

c. Ces 64 pays sont néanmoins parties prenantes, en moyenne, dans 43 organisations internationales.

d. 49 de ces pays ont été colonisés jusqu’ au milieu des années 1960 par sept pays membres de la Communauté européenne, et les autres sont restés sous la férule du communisme depuis la seconde guerre mondiale, et cela, jusqu’au début des années 1990.

Les fonds dont ils ont bénéficié depuis leur indépendance ont toujours été en inadéquation par rapport aux besoins réels, c’est-à-dire :

a. L’infrastructure était généralement démesurée par rapport aux besoins locaux .

b. Cela trouvait sa justification dans le fait que, très souvent, le pays prêteur exigeait sans un réel appel d’offre que cette infrastructure soit construite par une entreprise de son pays .

c. Les prêts alloués, par ce biais, revenaient ainsi au pays prêteur, la durée du remboursement était toujours trop courte, par rapport à l’amortissement de l’infrastructure, qui, du fait de son utilité publique, ne générait pas de profits, et enfin le taux d’intérêt sur le prêt rendait la charge de la dette insupportable, voire impossible. Cela faisait -et fait toujopurs- rentrer ces pays dans une spirale d’une dette s’autoalimentant .

d. L’infrastructure elle-même, quand elle voyait le jour, n’était pas toujours construite dans les règles de l’art, car une partie de ce qui aurait dû servir à la construction partait en commissions occultes .

e. Quand, et malgré tout cela, cette infrastructure était terminée, elle ne pouvait fonctionner normalement, faute de budget de fonctionnement et d’entretien ensuite.

Tout cela étant, qu’est-ce qui permettrait de parvenir à la mise en œuvre d’un développement durable dans les pays émergents ?

a. Permettre que les choix de tels projets ne soient plus liés aux suggestions pressantes des pays prêteurs, qui souvent, sont de connivence avec le pouvoir des pays où ces projets doivent voir le jour .

b. Permettre que des experts totalement indépendants soient responsables, devant les tribunaux internationaux, de la validité de leurs recommandations sur l’évaluation technique, économique et financière de tels projets. Cela aurait pour mérite d’éviter les projets pharaoniques dont nombre de potentats rêvent.

c. Permettre que l’adéquation entre financements et projets envisagés soit en parfaite phase avec un développement durable, et non pas un faire-valoir politique local, n’ayant souvent servi qu’à l’enrichissement du potentat local, avec l’accroissement du chiffre d’affaires d’entreprises particulières du pays prêteur. C’est-à-dire que, comme lorsqu’il y a investissement dans une entreprise privée, il y a nécessité d’ajuster le délai du retour sur investissement avec le taux d’intérêt et la durée d’amortissement de ce financement. C’est aujourd’hui loin d’être le cas, ce qui explique, d’une part, l’accroissement de la dette extérieure de ces pays, et d’autre part, l’importance des sommes prélevées tout au long du processus, à d’autres fins que celles du projet.

d. Que les Nations-Unies, la Banque mondiale et le FMI imposent le recours, sous contrôle international, à des élections ouvertes et à la mise en œuvre d’institutions, exécutives, législatives et judiciaires, qui, pendant au moins la durée d’une législature, seraient formées par des experts de nations autres que l’ex-puissance coloniale ou la tutelle passée.

e. Que simultanément à la planification des infrastructures nécessaires à un tel développement, il soit procédé à un audit national des matières premières existantes dans ces pays, et qu’on en fasse une évaluation au prix du marché, pour élaborer un partenariat de production avec des firmes privées d’autres pays, qui du fait de l’état de droit garanti par les nouvelles institutions, sous formation d’experts internationaux, interdirait le pillage, et que seuls quelques potentats du cru puissent en profiter. Cela aurait pour mérite de favoriser l’émergence d’entreprises privées, sous contrôle, mais sans recours au Kolkhoze.

f. Ce faisant, une part des revenus générés par ces activités productrices seraient mis dans un fonds international qui pourrait, en contrepartie, servir de garant à d’autres prêts à long terme, nécessaires à d’autres secteurs de services ou de production, en amont ou aval.

Cela ne peut voir le jour, du fait des freins suivants :

- L’ONU ne tient pas à ce que ces pays recouvrent une souveraineté qui lui ferait perdre une part de son pouvoir, et en même temps les budgets énormes qui sont consacrés et ’’utilisés’’ à de soi-disant ’’maintien de la paix’’ ou à cette prétendue ’’interposition’’ .

- Ce sont de telles situations qui permettent à cette organisation internationale de perdurer, par des jeux subtils entre certains membres du Conseil de sécurité .

- Cela vaut également pour les autres organisations internationales pourvoyeuses, pour compte de leurs mandants, des fonds prêtés ou des emprunts alloués, entraînant les mêmes jeux subtils de pouvoirs indirects.

- Enlever aux ex-pays colonialistes le pouvoir de décision qu’ils maintiennent ainsi sur leurs anciennes colonies, obtenant par ce biais des votes acquis indûment, soit à l’ONU, soit dans d’autres organisations internationales.

Si l’on veut réellement favoriser le développement durable des pays émergents, tout en les mettant au niveau des nouvelles technologies du savoir et de la communication, et en même temps réaliser le nôtre, il faudra parvenir à ce que les dirigeants de nos propres pays aient le courage de se défaire de cette situation de mainmise qui ressemble à s’y méprendre à l’ère du mercantilisme, celle qui prévalait avant le colonialisme.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Jean-Phi Jean-Phi 30 novembre 2005 16:26

    Bonjour,

    Très belle synthèse de ce qui pourrait aussi se voir sous l’angle de trop de responsables nuit à la responsabilité.

    Nos envies, et il y en a, sont diluées et anéanties dans la résignation du Pouvoir Politique qui ne semblent pas entendre dans la voix de leurs électeurs un appartenance à la planète.

    En notre nom ils font de la politique de chapelle.

    Peut-être n’avons nous pas exprimer assez fort nos envies d’un Monde juste et éthique ?

    Peyt-être ne sommes nous pas assez nombreux à le vouloir ou à y croire ?

    Comment quantifier et identifier au juste les « Créatifs Culturels » ?

    Est-ce que toutes les personnes qui ont envie que cela change se sentent-ils appartenir à ce courant, si tant est qu’elles en connaissent l’existence ?

    Bien à vous.

    Jean-Phi.


    • Philippe Murcia (---.---.8.58) 2 décembre 2005 12:35

      Cher jean-Phi, Bonjour et merci pour le commentaire, je crois comme vous qu’il y a de plus en plus de gens qui souhaitent que nos comportements économiques changent. Par l’expérience que j’ai eu sur le terrain, en Afrique, en Russie et en Asie, je suis convaincu, qu’une poignée d’hommes, souvent, suffisent à changer les choses. Je vais essayer de le démonter par un article de ce jour. A bientôt. Philippe Murcia.


    • orchidée bleue (---.---.65.122) 30 novembre 2005 16:42

      Monsieur Murcia,

      votre article concernant le développement durable me semble exacte dans son raisonnement mais j’aimerais affirmer que la démarche d’un développement mondial, durable pour les génénrations futures ne repose pas sur les épaules des politiques. Le vrai acteur de cet engagement demeure le citoyen. N’attendons pas les politiques pour changer nos petites habitudes malsaines.Penser globalement mais surtout agir localement.

      Cordialement,

      Orchidée Bleue http://orchideebleue.blogspot.com/


      • Philippe Murcia (---.---.8.58) 2 décembre 2005 12:38

        Chère Orchidée Bleue, Bonjour et merci pour votre commentaire. L’article que j’essaye de publier aujourd’hui vous en dira plus sur le rôle des politiques. Soyons plus agissant vis à vis d’eux. cela ne dépend que de chacun d’entre nous uniquement. Philippe Murcia.


      • (---.---.46.231) 15 janvier 2006 09:39

        Bonjour, L’ouvrage « humaniser le développement » vient de paraître aux éditions Le manuscrit : www.manuscrit.com. ISBN 2-7481-5730-3 Il représente le fruit de plusieurs années de recherche et de réflexion consacrées au thème du développement, revisité à la lumière d’une expérience de terrain acquise auprès des laissés pour compte de nos sociétés. Merci de m’aider à le diffuser au sein de votre organisme, ainsi qu’auprès de vos partenaires. Sincères salutations

        Marie-José del Rey

        PS : Il est disponible sous forme de tirage papier auprès des librairies, mais peut également être consulté sous forme de fichier électronique.

        Pour accéder directement aux pages de présentation, vous pouvez cliquer sur les liens suivants : http://www.manuscrit.com/catalogue/auteur.asp?idauteur=5688 http://www.manuscrit.com/catalogue/textes/fiche_texte.asp?idOuvrage=6178


        • Jean pierre et Jean marie (---.---.111.4) 13 mars 2006 10:48

          Nous sommes d’accord avec vous

          Cordialement


          • Jean pierre et Jean marie (---.---.111.4) 13 mars 2006 10:49

            Même si on comprend pas tous


          • Jérémy dumont Jeremy dumont 25 octobre 2008 13:13

            Les oiseaux de mauvais augure dressent un portrait sombre d’une société en mal d’avenir et d’ambitions collectives. A les entendre, les jeunes contestent moins, les créatifs suivent la mode, les philosophes bégaient...

            Dans leur description, ils oublient que si le contexte économique, politique et social incite à la morosité, il est aussi porteur de contradictions génératrices de nouvelles énergies : Les excès d’individualisme redonnent le goût pour la réflexion collective ; Les pertes de sens incitent au bon sens créateur de nouvelles utopies ; La technologie crée des liens et autant de nouvelles envies de faire ensemble.

            Ensemble...collectons, rassemblons, métissons tous les idées, rêves, énergies existantes. Les objectifs sont que chacun puisse avoir des rêves assez hauts pour ne pas les perdre de vue et écrire un futur commun désirable qui nous permettra de le choisir et non plus de le subir

            http://www.levidepoches.fr/courtscircuits/2008/10/rapport-dinnova.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès