Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Développer le travail à domicile, le télétravail et les horaires (...)

Développer le travail à domicile, le télétravail et les horaires choisis

Etendre les modalités horaires des cadres ou des enseignants à toutes les professions pour lesquelles c’est possible.

En 1975, Joël de ROSNAY publiait son Macroscope, ouvrage où il anticipait l’essor des nouvelles technologies. Il y développait en outre - un peu comme Edgar MORIN - un fort sens de la complexité et une profonde compréhension des mécanismes sociétaux.

Parmi les conséquences qui semblaient découler logiquement du développement des réseaux informatiques, le biologiste insistait sur la disparition des concentrations spatiales sur des centres et des axes : il n’y aurait plus besoin de s’entasser dans les villes et de faire des bouchons à 17h00. Les concentrations seraient appelées à disparaître, le travail à domicile permettrait de repeupler les espaces ruraux et excentrés.
 
35 ans après, les conséquences spatiales observables s’avèrent être exactement le contraire : tous les géographes spécialistes de la mondialisation, comme Jacques LEVY ou Jean-Christophe GAY s’accordent pour constater la concentration des activités économiques et le relâchement des maillages territoriaux au profit de concentrations sur des axes drainant de plus en plus de flux. C’est étonnant, illogique et procède d’une régression manifeste.
 
Cette évolution funeste se double du développement de nouvelles formes d’oppression économique, au travers d’un concept intellectuellement indigent mais à la mode, le "management". La rigidification des relations au travail, le formatage, le calibrage, l’obsession réglementaire sont des traits détestables de notre triste époque. Le pouvoir renforcé aux petits chefs, sous couvert d’une imposture nommée "autonomie des établissements" complète ce déplorable tableau. Ajoutons-y le déclassement de la plupart des métiers, envahis par l’inflation de règles infantilisantes là où auparavant la déontologie et la responsabilité régnaient : on pense en particulier aux professions médicales.
 
Manifestement, la cause de ces phénomènes n’est ni géographique, ni économique. Elle relève plutôt d’un esprit du temps, tourné vers l’obsession du contrôle social, opposant les catégories les unes aux autres. La jalousie pousse aussi une certaine plèbe à exiger le déclassement des professions qui leur semblent "privilégiées", au lieu de revendiquer pour eux-mêmes une mise à niveau de leurs statuts. Le sarkozysme triomphant n’est pas étranger à cette détestable mentalité ; mais dans cette surenchère démagogique, les socialistes ont donné de belles représentations.
 
Ainsi, on pourrait attendre de forces progressistes qu’elles développent précisément les idées de Joël de ROSNAY : laisser aux individus plus de latitude dans leur organisation horaire, développer le télétravail. Sur le plan social, c’est devenu une évolution souhaitable : l’argument selon lequel le télétravail isolerait les individus, démolirait les solidarités et renforcerait le management est intenable. C’est au contraire par la présence sur le lieu de travail que le management exerce le contrôle social, excite les rivalités, crée une pression ; les petits chefs sont sans cesse sur le dos des salariés, c’est la nouvelle mode chez les médiocres et les incultes déshumanisés qui remplacent petit à petit nos vieux cadres. Le travail à domicile revient à leur arracher ce minable pouvoir, c’est bien pour cela que les DRH y sont réticents. Question environnement, les bénéfices sont évidents : limiter les déplacements et les émissions de carbone inutiles, éviter les surfaces en bureaux et le chauffage qui va avec. Ajoutons-y la simplification des démarches administratives - de plus en plus nombreuses du fait de l’inflation réglementaire de notre société : les administrations n’étant pas ouvertes le soir et le samedi, je me suis toujours demandé comment faisaient ceux qui ne sont pas cadres ou enseignants.
 
Or quelles propositions a-t-on entendu de la part des socialistes et des écologistes (en particulier Gabriel COHN-BENDIT) ? Exactement le contraire : retirer la liberté de s’organiser et la possibilité de travailler à domicile aux rares professions qui l’ont déjà ! La démagogie consistant à montrer du doigt les enseignants qui pour la moitié de leurs activités travaillent chez eux (voire dans les bibliothèques ou les musées ou le terrain pour les scientifiques) est affligeante. Ségolène ROYAL et Gabriel COHN-BENDIT nous ont, tour à tour, parlé d’imposer 35h00 de présence à cette profession. C’est regarder l’avenir dans un rétroviseur et exciter démagogiquement la jalousie des petits esprits.
 
Le socialisme démagogique et l’écologisme bobo n’ont pas su prendre la mesure des évolutions que permettent les nouvelles technologies ; ils n’ont pas su faire une proposition réaliste et révolutionnaire : étendre les modalités horaires des enseignants aux professions pour lesquelles c’est possible.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 1er juillet 2010 16:08

    On ne sait pas trop si votre article fait l’éloge du télétravail ou veut en fait protester contre une modification éventuelle des horaires des enseignants. Peut-être que deux articles séparés auraient été préférables ?
    A mon avis, et de manière générale :
    Le télétravail est idéal seulement pour ceux qui n’ont pas vocation à être avec les autres. On peut très bien taper des thèses, établir des factures, réaliser une plaquette d’entreprise ou une étude technique chez soi. Cela doit être non seulement permis mais également encouragé.
    Par contre, la place d’un enseignant est avant tout auprès de ses élèves, comme la place d’un commercial est avant tout auprès de ses clients, comme la place d’un contremaître est avant tout auprès de son équipe.
    Cette différentiation conditionne le reste, comme les conditions de travail et les horaires.


    • AlbatrosE AlbatrosE 1er juillet 2010 16:42

      Merci pour ces précisions. Et vous avez raison, j’ai développé deux idées qui entretiennent évidemment une problématique commune.

      Tout cela est bien vu, mais je crois que vous commettez une confusion. Un enseignant n’est pas un éducateur ni un animateur de garderie ; ce mélange des genres est à l’origine de la baisse généralisée du niveau scolaire.

      L’enseignement implique un travail avec les autres et des préparations et corrections qui non seulement ne le nécessitent pas mais doivent se faire au calme ; sans compter la nécessité d’avoir la liberté de fréquenter musées et bibliothèques, incompatible avec un emploi de subalterne enfermé dans un bureau. Par ailleurs, beaucoup d’enseignants sont aussi thésards, c’est très utile pour la compétence disciplinaire. C’est cela qui relève le niveau, pas les théories pédagogo à la Meirieu.

      Contrairement àla vulgate ambiante, cela se fait dans l’enseignement de tous les pays du monde, excepté les pays anglo-saxons et ceux qui les singent.


    • AlbatrosE AlbatrosE 1er juillet 2010 17:02

      Et d’ailleurs la comparaison inopportune avec un commercial ou un contremaître en dit long sur cette confusion que j’évoquais.


    • ZenZoe ZenZoe 1er juillet 2010 17:12

      L’enseignant a certes besoin d’un certain nombre d’heures en dehors des heures de cours, (préparation desdits cours, correction des copies, réunions de travail entre collègues, rencontres avec les parents d’élèves, présence aux examens etc.).
      Par contre, vous évoquez la visite de musées et bibliothèques. Outre le fait que la plupart des recherches utiles à la préparation de cours peut se faire sur internet, ces visites rentrent plutôt dans le cadre d’une culture personnelle à mon avis, utiles bien sûr, mais à ne pas être confondues avec une quête et une ambition personnelles.
      Ou alors, dans la même logique, il faudrait allouer un certain nombre d’heures de visites en extérieur à d’autres professions (les « subalternes »), par exemple :
      - la visite de salons automobiles à des mécaniciens,
      - la visite de magasins de fournitures de bureau à des secrétaires (bon, un peu réducteur, je m’en excuse auprès d’elles)
      - la visite de châteaux et autres demeures à des peintres en bâtiment ou carreleurs
      - la visite de musées d’arts décoratifs pour des « petites mains » etc.
      Je suis un peu caricaturale, mais voyez-vous où je veux en venir ?
      Pourquoi seuls les enseignants devraient-ils avoir ce privilège ?


    • AlbatrosE AlbatrosE 1er juillet 2010 17:41

      Certes, mais il est indispensable d’avoir la souplesse de s’y rendre quand c’est ouvert, en semaine - quitte à finir son boulot le samedi - et c’est bien ce privilège que je veux étendre à tous ! CQFD.

      Quand je parle de « subalterne », je vise surtout la mentalité du conformiste moyen qui se satisfait de son train-train et d’horaires de bureau. On étouffe dans ce pays !


    • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 juillet 2010 13:32

      D’accord avec l’article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès