Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Dijsselbloem, l’encombrant compromis franco-allemand

Dijsselbloem, l’encombrant compromis franco-allemand

Mais quelle mouche a bien pu piquer Jeroen Dijsselbloem ? Incapable de pacifier le dossier chypriote, le nouveau président de l’Eurogroupe s’est en plus fourvoyé dans des déclarations à l’emporte-pièce, au mieux intempestives, propres à mettre le feu à des marchés financiers déjà inflexibles avec la zone euro. Et si l’expérimenté Jean-Claude Juncker peinait à rassurer les investisseurs, son jeune successeur met franchement les pieds dans le plat… quand il ne se les prend pas dans le tapis.

La bourde originelle du ministre hollandais des Finances remonte au premier plan de sauvetage de Chypre. Maladroit, mal préparé, il va jusqu’à oublier de justifier les mesures préconisées, permettant ainsi à Nicosie, qui se refuse alors à taxer lourdement les grosses fortunes, de se défausser sur l’Eurogroupe. Terne, froid, le chef de file de la zone euro fait figure de piètre communicant et polarise – déjà – les critiques. Torpillé par l’opinion publique, accusé (à tort) de mettre à mal la garantie bancaire, il laisse les rumeurs se propager, ne réagissant que tardivement. Mais le mal est fait : un vent de panique souffle à nouveau sur l’Europe, déjà fragilisée par des crises à répétition.

Quelques jours plus tard, Jeroen Dijsselbloem remet le couvert. Il laisse entendre que le plan d’aide chypriote, d’abord présenté comme exceptionnel, pourrait finalement faire école et servir de modèle pour les sauvetages à venir. Une nouvelle gaffe qui vient brouiller la communication des instances européennes. Résultat : les bourses dévissent et les marchés s’affolent. On évoque alors à demi-mot une erreur de casting. Il faut dire que lorsque le gardien de l’euro, censé apaiser les investisseurs, se perd en propos contradictoires et avoue chercher à sanctionner les banques, mais aussi leurs actionnaires, leurs créanciers et leurs déposants, cela fait assurément tache.

Pis encore : désormais, l’Eurogroupe semble marginalisé, tenu pour responsable des attaques qui viennent écorner l’image de l’Union. Et l’encombrant Dijsselbloem met en saillie une certaine Europe, adepte de compromis médiocres et incapable de s’élever au-dessus des intérêts partisans. Car ce proche de Diederik Samsom, le leader travailliste hollandais, a décroché le portefeuille des Finances un peu par hasard, récompensé pour sa fidélité à tout crin. Mieux : l’héritage de la présidence de l’Eurogroupe a été acté à la suite d’un vulgaire arrangement franco-allemand. Paris cherchant à nommer un homme de gauche et Berlin réclamant un argentier issu du club – toujours plus sélectif – des « triple A », les candidats éligibles se comptaient sur les doigts d’une patte d’autruche. C’est finalement le fébrile Dijsselbloem qui sera désigné par des faiseurs de roi pour le coup peu inspirés. Une décision arbitraire que la raison ne peut définitivement pas justifier.

Et qu’on se le dise : la démocratie n’a ici pas voix au chapitre. Le Parlement européen, seule institution directement élue par les peuples, n’a aucun droit de regard sur l’action de l’Eurogroupe, qui ne tire sa légitimité que des différentes consultations nationales. Censurer la politique des ministres des Finances de la zone euro s’avère dès lors inconcevable. Allons même plus loin : aucun des hommes forts de la monnaie unique n’émane du processus démocratique. Pas plus Jeroen Dijsselbloem que Mario Draghi, Herman Van Rompuy, José Manuel Barroso ou Olli Rehn. Une régression indigne ? Certainement. Mais l’Europe n’en a cure, trop préoccupée qu’elle est par la corde raide sur laquelle elle marche continuellement.


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • hunter hunter 15 avril 2013 17:16

    Je ne comprends pas cette forme de naïveté, qu’on peut lire ici assez souvent !

    Votre client là, il ne s’est pas du tout planté !
    Il fait partie de l’élite mondialisée, accro à la thune et au pouvoir, et il a simplement expliqué comment leur processus de domination se mettait en place !

    C’est un salopard comme les autres, cynique, méprisant :il faut quand même comprendre que pour les individus de son espèce, vous moi, nous, les différents peuples, nous ne sommes rien !
    Nous sommes des merdes, des variables d’ajustement, on a moins de valeurs que leurs animaux domestiques !

    Vous me direz, on l’a bien cherché ! on arrête pas de se multiplier, et ces gens là, ne raisonnent qu’avec des lois/concepts d’ordre économique : plus il y a de volume, plus la valeur baisse !!!

    Par pitié, arrêtez d’être naïfs !
    Il pense qu’on est de tels cons, qu’il peut expliquer au grand jour comment dans quelques temps, nous allons allègrement être tondus et priés de fermer nos gueules, pour renflouer la Société Générale et le Crédit Agricole, qui sont déjà en faillite !!!

    D’ailleurs, si vous fouillez un peu, vous trouverez que la machine UE est en train de travailler sur une loi (qui sera votée par les godillots de Strasbourg), pour formaliser définitivement la « méthode chypriote » !

    Donc cet ignoble salopard n’a pas dérapé, il a parfaitement contrôlé son discours !

    Après, vous ajoutez une bonne dose de théâtre (rôle assuré par les médias stipendiés à la botte), et hop, le populo est rassuré, et retourne à ses conneries :boulots de merde, fesse de bouc, histoires de cul minables et frénésie consumériste !

    Et pendant ce temps là, les p’tits malins continuent leur boulot en tâche de fond, et d’ici quelques mois, la belle loi aura été pondue, s’appliquera ici, et hop on sera TON-DUS !

    Bienvenue en UE, bien venue en « Mondialie », bienvenue en enfer !

    Time to wake up guys, time to wake up !!!!

    H /


    • COLLIN 16 avril 2013 09:09

      @ hunter,

      Lots of us guys are aware and awake,mate....


      • hunter hunter 16 avril 2013 10:52

        Hi Collin,

        Glad to read this, you’re right but there are so few of us !

        Anyway...

        Take care mate

        H/


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 16 avril 2013 16:53

          mme MERKELL FAIT TRAVAILLER LES PAYSANS DE L EST AVEC SALAIRE DIVISE PAR 4

          il est donc facile a leur« furherin » de battre les francais -bretons °a plat de couture......POUR L’ ELEVAGE DES PORCS

          AVEC BEAUCOUP MOINS DE CHARGES LES DES SONT PIPES.et elle fait la meme chose

          dans l ’industrie .... vivement QUE COMME THATCHER ELLE AILLE AU PAYS DES WALKYRIES


          • baldis30 16 avril 2013 22:18

            un parlement européen sans pouvoir de censure, un ministre aussi cynique qu’incompétent !
            Dans une société privée , un CA inopérant et un PDG incompétent conduiraient immédiatement à la faillite .
            Oui................ mais dans l’optique libérale on doit maintenir des gens sans pouvoir et des ministres incompétents sinon ils iraient pointer au chômage ....  smiley


            • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 17 avril 2013 09:51

              LE COCHON FRANCAIS-BRETON PLUS CHER QUE LE COCHON ALLEMAND

              avec de la main d’oeuvre DE L EST payée 2 euros jour c’EST BEAUCOUP PLUS FACILE

              QUELS PORCS AVEC UNE BONNE FURHERIN

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès