Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Disparition des paradis fiscaux : Nous faire prendre des vessies pour des (...)

Disparition des paradis fiscaux : Nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?

Les paradis fiscaux sont-ils condamnés à disparaître ?

On pourrait (si on est naïf) le croire puisque depuis quelques jours, du côté des Etats Unis et de l’Union européenne, on s’agite.

Faisant part de leur indignation plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement brandissent les pires menaces à l’égard des paradis fiscaux dont ils sont parfois même les bénéficiaires.

Dans deux articles ("François "OUI-OUI" FILLON contre les paradis fiscaux" et "Europe : "La refondation du capitalisme vertueux" vu de ses paradis fiscaux") j’avais évoqué le sujet (inépuisable) des paradis fiscaux.

Crise économique et opinion mondiales obligent, certains chefs d’Etats et de gouvernement s’indignent et montrent du doigt ces "lieux de débauche" financière qu’ils ont pourtant oublié de sanctionner des années durant, lorsqu’il ne les ont pas encouragés.

Ainsi, l’un des plus virulents adversaire des ces paradis est Gordon Brown qui a décidé de mouiller sa chemise sur le sujet : Le paradis fiscal suisse est dans le collimateur de la Grande-Bretagne. Gordon Brown, le Premier ministre britannique, vient d’entamer une tournée dans plusieurs capitales européennes pour un sommet qui abordera la question des paradis fiscaux. La Suisse est tout particulièrement visée.

L’anglais serait-il perfide comme le veut le dicton anglophobe ?

En ce qui nous concerne, nous dirons qu’il se fout volontiers de la gueule du monde. Car si la Suisse est connue pour ses coffres accueillants et ses banquiers complaisants, comment le Royaume Uni gère t-il lui même ce problème ?

Extrait de l’article "La refondation du capitalisme vertueux" vu de ses paradis fiscaux"

... / ... Il nous a suffit pour ce faire d’utiliser le moteur de recherche le plus utilisé au monde et de taper la requête : "créer sa société a Jersey" Jersey, c’est certes moins poétique que les Iles Caïman, les Bahamas, Andorre, Anjouan, Aruba, la Barbade, les Iles vierges britanniques, les iles Cook, Curaçao, la Grenade, les IlesMarshall, Saint Kit et Nevis, Turk et Caicos mais c’est surtout en plein coeur de l’Union Europénne.

... / ... Jersey n’est un exemple en ce qui concerne nos distingué voisins européens et néanmoins britanniques puisque si la destination ne vous convient pas, Gibraltar, Guernnesey, l’île de Man et l’immense Ile de Sark sont au programme.

Nous invitons le lecteur curieux à vister
la page (en français) du site IDC London qui donne la totalité des paradis fiscaux et de leurs juridictions et avantages

La démarche de Monsieur Brown aurait été plus crédible s’il avait annoncé officiellement la fin des ces points de chute qui réjouissent tous ceux qui narguent le fisc de leurs pays.

Qu’en est-il des américains qui eux aussi un un compte à régler avec la Suisse ?

Un accord signé entre le groupe bancaire suisse UBS et la justice américaine vient d’ouvrir une forte brèche dans le sacro-saint secret bancaire suisse. Cet accord prévoit la livraison par UBS de l’identité de clients américains, fraudeurs présumés du fisc de leur pays aux autorités américaines, et le versement d’une amende de 620 millions d’euros à la justice américaine.

Cette "avancée" est à nuancer, notamment par les déclarations de Jean-Jacques Rommes, directeur de l’Association des banques et banquiers du Luxembourg. faites à la RTBF au sujet des transferts de fonds de la Belgique vers le Luxembourg.

Que dit-il ?

« il y a effectivement plus de Belges qui placent leur argent à Luxembourg que de Luxembourgeois qui placent leur argent en Belgique, mais la situation légale et fiscale est exactement identique. Il est donc absolument ridicule de dire que l’un des deux est un paradis fiscal et que l’autre n’en est pas un. Les plus grands paradis fiscaux de ce monde sont le Royaume-Uni, les Etats-Unis et surtout l’Etat du Delaware aux Etats-Unis (NRD : Une simple recherche sur le mot "Delaware" sur GOOGLE vous donnera une idée sur le sujet- Un exemple ICI ). Est-ce que quelqu’un un parle ? ... / ... Source RTBF

Alors, Monsieur Obama, un petit geste pour mettre fin au statut du Delaware ?

De notre côté, nous aimons à rappeler : Depuis que l’OCDE a mis en place des outils de lutte contre les paradis fiscaux, 33 juridictions ont pris des engagements en matière de transparence et d’échange effectif de renseignements et ont été retirées de la liste.

Les juridictions qui n’ont pas encore pris d’engagement en matière de transparence et d’échange effectif de renseignements sont

Amérique
* Antilles néerlandaises
* Bahamas
Europe

* Chypre
* Guernesey
* Île de Man
* Irlande
* Jersey
* Luxembourg
* Malte
* Royaume-Uni
* Suisse

Eric Woerth (qui jusqu’à maintenant ne semblait pas préoccupé par le sujet) a annoncé des représailles contre ces territoires. Contrairement à son homologue allemand Peer Steinbrück en octobre dernier, il n’a toutefois pas fait allusion directement à la Suisse. « La France doit prendre des mesures de rétorsion car en réalité il faut exposer, faire la transparence, dire qui est un paradis fiscal et qui ne l’est pas », a t-il déclaré au "Grand Jury"

Paris et Berlin mènent ensemble une lutte contre ce phénomène et ont demandé que l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) révise d’ici l’été 2009 sa liste « noire » des pays non coopératifs, qui ne compte actuellement que trois pays - Monaco, Andorre et le Liechtenstein.

Le ministre a estimé qu’il y en avait « beaucoup plus » Mais n’a pas cité les nuages financiers paradisiaques de l’Union européenne.

En fin de compte, tous les dirigeants politiques dont le pays est impliqué dans l’évasion fiscale s’agitent sans pour cela proposer chez eux des mesures draconiennes. Il faut désigner des moutons noirs à la vindicte populaire tout en ne reconnaissant pas que son propre pays est lui même une machine à laver de l’argent sale ou spéculatif.

Mais dans le même temps, a t-on interdit depuis le début de la crise financière aux banques de tous les pays de faire transiter des milliards dans les différents paradis fiscaux ?

Une question a laquelle l’ensemble des chefs d’Etat et de gouvernement dont l’indignation fait autant plaisir à observer qu’elle "amuse" seraient bien embarrassés de répondre.

En attendant, qui de Monsieur Brown ou Obama, sera le premier à montrer l’exemple ? Au moins, ça aurait de la gueule et nous rendrait plus crédible les actuelles gesticulations.



Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • rofo 20 février 2009 16:22

    Si les états voulaient réellement faire disparaitre les paradis fiscaux, il suffirait de rendre illégales les transactions entre les banques "officielles" et les paradis fiscaux sachant que ces transactions passent toutes par une société basées au Luxembourg "Clearstream". (Chambres de compensation internationale crée par une association de quasiment toutes les plus grosses banques mondiales ) 
    (chercher CLEARSTREAM avec GOOGLE, c’est très intéressant ! )

    Seul petit problème : au moins 50% de l’argent mondial est bien au frais dans ces paradis et la plupart de ceux qui pourraient prendre des décisions pourraient, soit se faire acheter très rapidement vu le montant des sommes en jeux, soit pour les plus honnêtes avoir un stupide accident d’avion par exemple.

    Donc RIEN NE SERA FAIT, à part un peu de poudre aux yeux pour rassurer l’opinion, contre ces paradis qui resteront encore très longtemps des endroits fiscalement paradisiaques.
     


    • Emmanuel Aguéra LeManu 21 février 2009 15:44

      @ Rofo.

      Vous avez bien raison à propos de Clearstream.

      Ceux qui ont suivi l’affaire Clearsteram depuis les vedettes de Tawain (bien avant l’écran de fumée cette l’histoire à 4 balles de la liste, des carnets et autres salades), jusqu’aux persécutions scandaleusement actuelles du pauvre et courageux journaliste Denis Robert, savent bien à quoi s’en tenir sur cette officine, pôle interbanquaire au départ créée pour contrôler les va-et-viens de capitaux douteux et qui, aux yeux de n’importe qui de normalement informé et constitué, semble bien s’être transformée en pôle interbanquaire d’évasion de capitaux, douteux ou non...
      Confier à des banques le soin de se contrôler les une les autres ! Enfin... Heureusement qu’on a cette histoire de carnet à donner au peuple...

      @ l’auteur.

      Rien sur les îles anglo-Normandes
      ... Il est vrai qu’elles sont un sujet compliqué à elles seules. Tout de même, à 20mn de jet de Londre et Paris...


    • titi 20 février 2009 18:34

      La plupart des pays qui crachent dans la soupe des paradis fiscaux, en ont créés..
      Les USA avec le Delaware,
      La France avec Saint Barthélémy,
      Les UK avec Gersey et Gernesey

      selon le vieux principe de la poutre et de la paille donc.

      Il est à noter que lors des grands accidents maritimes, on fait de grands discours contre les pavillons de complaisance :
      Or la France a le pavillon des Kerguelen,
      Les Pays Bas le pavillon des antilles néerlandaise,
      Les UK celui de Gibraltar,
      etc...

      Donc je pense que rien ne sera fait...

      Il faut également se poser la question de l’avenir de ces paradis fiscaux.
      A l’heure actuelle où on parle beaucoup de la situation économique des Antilles francaise due à l’insularité.
      Il faut bien conclure que pour les "micro-etats" le paradis fiscal est la seule industrie qui puisse être mise en place.
      En cas de sanction le risque que ces "micro-etats" passent de l’état de paradis à celui de pays du tiers monde devant être aidés financièrement n’est pas nul.

      D’autre part, il y a qq années un ministre francais disait "la suisse est le reflet des erreurs de la france".
      Lorsqu’un pays est capable d’inventer des réglements, taxes, lois ubuesques dès lors qu’une valeur passe la douane, il ne faut pas s’étonner que ses ressortissants privilégient les voies discrètes.


      • rofo 20 février 2009 19:14

        Article disparu ?

        Bug ?


        • HASSELMANN 20 février 2009 19:51

          Comme d’habitude nouvel article parfaitement documenté.Avec la décision d’UBS et la sortie d’un haut magstrat helvète, la balle est dans le camp des arroseurs (sans jeux de mots).Il va y avoir du sport avec MONACO et LUXEMBOURG, mais la question est ailleurs.Comment peut-on dans une économie mondialisée, qui fonctionne a la vitesse du numérique, ouvrir des espaces protégés aux fraudeurs, alors que l’on chipote pour de vraies espéces protégées, comme les baleines.
          Le maquereau ou le margoulin, espéce protégée, la biosphère est mal partie.


          • Triodus Triodus 20 février 2009 20:03

            Piqûre de rappel : Je bosse dans le secteur, je peux pas livrer de noms (secret professionnel oblige) mais quasiment TOUTES les banques françaises, allemandes, etc.. (bref, pas sensées opérer en portafaux par rapport à la fiscalité de leur pays ou de l’U.E) font du private banking dans les paradis fiscaux. C’est même LES PLUS GROS. Alors, on s’écrase quand on est soi-même les deux mains en plein dedans !

            Mais comme d’hab. les politicards tirent à boulet rouge sur de fausses cibles, des leurres, juste histoire d’épater "le bon peuple qui vote".

            Si vous saviez.. !


            • Emmanuel Aguéra LeManu 21 février 2009 15:27

              Allez... courage...
              Des noms !
              Des chiffres !


            • vincent p 20 février 2009 20:17

              Et si la vertu de discrétion sur le secret bancaire Suisse ou ailleurs n’était pas la vertu Suprême, pour mieux cacher plus longtemps toute ces pratiques d’usuriers, de changeurs si peu porteuses de vertu et de bonté. 


              • Triodus Triodus 20 février 2009 20:34

                Exact ! D’une manière ou d’une autre, ce système en a besoin.

                Ceux qui veulent soi-disant "moraliser", "nettoyer" et "faire place nette" n’ont que seul but de récupérer ce qu’ils honissent pour leur propre profit.

                Au cynisme d’ajoute l’hypocrisie !


              • Triodus Triodus 20 février 2009 20:38

                PS : pardon pour la coquille (et pardon à la gent canine pour la confusion) : sinisme et non cynisme.. smiley


              • plancherDesVaches 21 février 2009 09:40

                Excellent article.

                Et, sachant que grâce au net, tout le monde est au courant, et qu’aucun politique ne voudra faire quelque chose car il est tenu par 1) les richépuissants 2) par le fait que le mouvement doit être mondial sinon il ne sert à rien.
                Que peut-il se passer ?
                Vu la dégradation de l’économie réelle, les peuples vont souffrir à un point où ils pourraient se révolter.
                Un 1789 mondial est-il envisageable ?
                Vous me trouverez peut-être délirant, mais l’option existe.


                • civis1 civis1 21 février 2009 13:25
                  L’auteur demande l’impossible à Obama  :
                  « Alors, Monsieur Obama, un petit geste pour mettre fin au statut du Delaware ? »
                   
                  Pour Barack Obama la lanterne dans la vessie c’est le vice Président qu’on lui a choisi : Joe Biden sénateur du Delaware premier Paradis fiscal du monde et base stratégique du dollar.

                  Mais on peut rêver : peut-être que ces gens lont décidé de se tirer une balle dans la tête et qu’ils ont pris Obama comme exécuteur testamentaire. 

                   
                   


                  • Parpaillot Parpaillot 21 février 2009 14:23

                    @ civis1 :

                    " ... Joe Biden sénateur du Delaware premier Paradis fiscal du monde ..."

                    Eh oui, la boucle est bouclée, merci de nous l’avoir rappelé ...

                    Les donneurs de leçons ...

                    Cordialement !


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 21 février 2009 15:25

                    J’ai pris l’habitude de souvent réclamer dans mes commentaires sur Avox, comme une lancinante ritournelle, souvent bien "moinssée", l’invasion militaire conjuguée des paradis fiscaux et l’expropriation pur et simple des évadés du même nom..., ne serait-ce que comme gage de la sincérité de la classe politique internationale dans son urgente lutte contre la crise financière... ce qui serait la moindre des choses...

                    • Rassurez-vous, je le pense vraiment. Et pour ma part je suis tout à fait prêt à partager cette opinion avec le plus grand nombre, s’il est d’accord.
                    Cette mesure, si elle est bien coordonnée aurait en outre, on en conviendra, l’avantage colatéral et non négligeable de diriger nos flottes dans la même direction et d’éviter ainsi de malheureux frais de réparations, de kiosque, aileron ou autres..., avantage indéniable dans un contexte d’économies fiscales.

                    Sujet crucialà bien des points de vue, liens instructifs. Merci.

                    PS : Je crois avoir lu qqpart que libé estimait (en 2000) à $6000 milliards les avoirs planqués ça et là. En regard, le plan Obabma (787 milliards) est donc bien une rigolade.
                    Je suis comme ça, au -dessus de 10.000€, je m’y perds, j’ai besoin de repères...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès