Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Doit-on retourner aux monnaies nationales ?

Doit-on retourner aux monnaies nationales ?

De nombreuses voix parlent d'un retour aux monnaies nationales, en justifiant les problèmes nationaux actuels par la mise en place de l'Euro. Cette idée n'a en fait pas lieu d'être.

D'abord, faire du clientélisme politique pendant 50 ans en s'endettant davantage, n'est pas particulièrement lié à l'Euro. Ce que l'Euro a permis de faire apparaître, c'est la gestion budgétaire catastrophique de la majorité des états Occidentaux.

Ensuite, une faillite n'est en général pas difficile à comprendre : lorsque l'on dépense plus que ce que l'on gagne, on finit en banque route. Rien de savant et pas de théorie du complot.

Dans le passé, l'arnaque de l'inflation monétaire en pesetas, drachmas, francs etc résolvait le problème mathématique des déficits publics. Avec l'Euro, le degré de transfert de richesse de la partie responsable de la population (ceux qui travaillent et économisent) vers les rigolos (ceux qui ne savent que dépenser, i.e l'Etat en premier), a dû s'arrêter au niveau de la gestion monétaire du pays le moins cancre, c'est-à-dire l'Allemagne...

Même si la gestion de l'Euro peut être classée comme mauvaise, elle a été nettement meilleure que la gestion monétaire de la majorité des pays européens lorsqu'ils avaient leur propre devise.

L'argument un peu plus subtile, mais tout aussi erroné, en faveur du retour aux monnaies nationales, est celui de la compétitivité. Certains disent qu'en retournant au franc français par exemple, et en le dévaluant, la France gagnerait en compétitivité face à l'Allemagne. Ce qu'on est en train de dire ici, c'est qu'au lieu de baisser le salaire de l'ouvrier français de par exemple 5 unités monétaires à 4 unités monétaires, on va simplement lui dire qu'il est toujours payé 5, mais que ses 5 unités n'achèteront plus que 4 baguettes au lieu de 5.

Bien sûr, dans le cas de la dévaluation comme dans le cas de la réduction de salaire, l'ouvrier va finir avec 4 baguettes. Donc cet argument d'augmentation de la compétitivité ne revient qu'à comment réduire le salaire de cet ouvrier sans que ce dernier comprenne ce qui se passe. On a ici une belle illustration de ce que l'Etat pense de ses citoyens, et il est toujours étonnant de voir autant de citoyens espérer des solutions venant de l'Etat.

Et maintenant que dire de ceux qui ont économisé un capital ? Ceux qui ont dépensé moins que ce qu'ils ont gagné ? Ceux-ci vont voir le pouvoir d'achat de leurs économies se réduire. Il faut bien comprendre que le résultat net d'une dévaluation est zéro : ce que les épargnants ont perdu, quelqu'un d'autre l'a reçu (en général l'Etat). Donc on se retrouve avec moins de capital à investir, et à encourager le comportement de cigale dans la population. Même si sur le court terme il peut y avoir des signes d'amélioration, le moyen/long terme est toujours mauvais.

Maintenant si on réfléchissait d'un point de vue technique sur un retour aux monnaies nationales. Si je suis un marchand grec par exemple, et on me dit qu'à partir d'aujourd'hui ce sont des drachmas qui vont circuler, et je sais bien sûr que demain l'Etat grec va s'amuser à faire marcher la planche à billets pour augmenter le salaire des fonctionnaires etc En tant que marchand, je vais demander qu'on me paye en quelque chose qui va maintenir sa valeur jusqu'à après-demain au moins. Et ce sera probablement l'Euro pour le moment.

Si on souhaite maintenir un minimum de libertés individuelles, la sortie de l'Euro -d'un pays qui a peu de discipline monétaire- ne peut se faire que vers une devise supérieure (Or, argent, pétrole, terres etc), et certainement pas vers une devise inférieure.

Tout passage à une devise inférieure doit s'accompagner par une perte de libertés individuelles, parce que seule la violence de l'Etat pourra obliger l'utilisation de cette nouvelle devise (Ex : pays communistes, majorité des pays décolonisés).

Même si la gestion de l'Euro peut être classée comme mauvaise, elle a été nettement meilleure que la gestion monétaire de la majorité des pays européens lorsqu'ils avaient leur propre devise. Une sortie de l'Euro ne résoudrait rien, mais conduirait probablement à des régimes centralisés de type fasciste.

Le commerce, et donc l'emploi, peuvent être revitalisés par l'allègement de toutes les régulations/taxes que l'Etat impose, et la sortie de l'Etat de l'activité économique. Ceci implique aussi que l'Etat ne peut pas s'endetter au nom de ses citoyens.

Remarques :

- Si une personne s'endette au nom de quelqu'un d'autre, elle va en prison pour fraude. Quand l'Etat le fait, cela s'appelle 'un plan de relance'.

- Si une personne fait circuler de faux billets, elle se fait appeler 'faussaire' et est jetée en prison. Quand l'Etat le fait, cela s'appelle 'assouplissement quantitatif'.

http://economienet.net/


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 24 août 2012 08:35

    Doit on retourner aux monnaies nationales ? Je ne pense pas que ce soit la bonne question par contre, la bonne réponse serait : Il faut rendre aux états le pouvoir sur leur monnaie et non le laisser à la BCE et au FMI qui cocufient les nations et les peuples avec la mafia bancaire internationale. 


    • clercobscur clercobscur 24 août 2012 09:12

      Les articles favorables à l’euro auraint plutôt tendance à me hérisser le poil, mais vous, vous parvenez à me détendre de si bon matin. C’est plus que mauvais et ne vaut même pas la peine de perdre son temps à argumenter.


      • tf1Goupie 24 août 2012 09:47

        Un article plein de bon sens, mais ce n’est pas forcément ce qu’on aime sur Agoravox.

        Il tellement bon d’avoir un coupable ; l’Euro a au moins cet avantage-là : donner un bouc émissaire à nos problèmes.


        • cliquet 24 août 2012 09:51

          Que des medias inféodés, via leurs régies de publicité, à la pensée néolibérale que l’on voudrait unique, passe encore. Mais sur un site comme AgoraVox, c’est assez curieux, non pas sur le fond du sujet évoqué, mais sur les arguments avancés. L’euro est beau, l’euro est fort, l’euro nous sauve...
          Pitié, arrêtez !
          Relisez simplement l’histoire de la Fed ou celle de la Banque d’Angleterre, et vous verrez comment la monnaie-dette imprimée par des organismes privés est devenu un instrument de servitude des peuples. Le problème de la monnaie est surtout de savoir qui l’imprime, et contre quoi.
          Alors, le couplet sur le thème : on dépense trop, stop à l’etat providence, soyons rigoureux, la dette nous étouffe... n’est pas approprié. Notre dette publique ne vient que du mode de financement de nos dépenses publiques, et elle s’est considérablement alourdie depuis que la Banque de France ne peut plus les financer sans intérêt,ayant laissé ce rôle aux banques privées. Regardez la courbe d’evolution depuis 1975, c’est sans commentaire...


          • tf1Goupie 24 août 2012 09:57

            Dans l’histoire il y a aussi la République de Weimar ou encore les emprunts russes.

            Vous devriez potasser votre histoire un peu plus ... et vous comprendrez peut-être le point de vue des allemands et pourquoi les raleurs d’Agoravox sont souvent au point zero en terme de connaissance de la monnaie.


          • Gabriel Gabriel 24 août 2012 10:07

            @ tf1Goupie,

            Le problème n’est pas l’Euro en soit mais ceux qui le gèrent et ce qu’ils en font. Vous êtes tout de même pas assez stupide pour ne pas voir le hold up des banques (Responsables de la crise) sur les états.


          • mac 24 août 2012 10:18

            La république de Weimar on s’y dirige peut-être tout droit avec la politique européenne actuelle et sa planche à billets.
            Ce qu’il fallait faire c’était laisser couler les mauvaises banques et les spéculateurs de produits dérivés dès 2007 et ne garantir que les dépôts or on a fait exactement le contraire en laissant se dévaloriser la valeur de notre monnaie pour soutenir les banques. Les gens risquent tôt ou tard de se retrouver avec du papier hygiénique à la place de leur argent.


          • tf1Goupie 24 août 2012 12:39

            @Mac

            On voit que vous n’avez rien compris à la planche à billets puisque justement en Europe on ne le fait pas, et c’est certainement que vous réclamez comme beaucoup.

            @Gabriel,

            Le débat ici concerne bien l’Euro , vous n’êtes pas assez « stupide » pour ne l’avoir pas compris (j’aime vos attaques ad hominem déguisées).
            Les critiques que vous soulevez sont exactement applicables aux pays qui ont leur monnaie nationale.
            Mais l’objectif c’est bien de critiquer l’Europe et l’Euro au final, n’est-ce pas ?


          • mac 24 août 2012 14:39

            Vous me faites doucement rigoler. Croyez vous que tous les plans de soutien aux pays en difficulté se font avec de l’argent comptant ?
            La France et même l’Allemagne qu’on donne aujourd’hui en modèle et qu’on traitait de vieux pays industrieux il y a peu (comparé aux tigres irlandais, anglais , espagnol et j’en passe et des meilleures !) , sont presque aussi endettés que les autres.
            L’endettement des états, il ne fallait tout simplement pas commencer à le créer en enrichissant par la même des banques qui ne le méritaient pas.
            Personnellement je ne fais aucun crédit et je ne vois pas pourquoi des margoulins à la tête de mon pays ou de l’Europe le feraient en mon nom pour enrichir leurs copains et ce sans même nous demander notre avis.


          • tf1Goupie 24 août 2012 15:44

            @Mac

            Si vous ne faites aucun crédit alors pourquoi trouver normal que votre pays perde de l’argent tous les ans, s’obligeant ainsi à utiliser le crédit ?
            Soyez cohérent.

            Ce n’est pas l’Euro qui nous a forcé à nous endetter, mais l’Euro qui en a forcé certains à ouvrir les yeux, alors comme on n’aime pas les mauvaises nouvelles, on n’aime pas l’Euro.


          • titi 24 août 2012 15:45

            @Gabriel

            « tout de même pas assez stupide pour ne pas voir le hold up des banques (Responsables de la crise) sur les états. »

            Bah non Gabriel... les responsables ce sont les gouvernants qui ont cru pouvoir payer leur réelection à crédit.
            Aucune banque n’a forcé les Etats à s’endetter.

            Qui plus est , la dette des Etats, ce ne sont pas les banques qui en sont détentrices mais les fonds de pensions qui cherchent des placements sécurisés.


          • titi 24 août 2012 15:49

            @mac

            « Ce qu’il fallait faire c’était laisser couler les mauvaises banques et les spéculateurs de produits dérivés dès 2007 et ne garantir que les dépôts »

            100% d’accord.

            Le fait est que la première banque a vasciller chez nous c’était Dexia.
            Or si Dexia plongeait, aucune autre banque n’aurait soutenu les collectivités locales.
            Et ces dernières auraient été en cessation de paiement : plus de crèche, plus de ramassage des ordures, plus de cantine, etc...

            Dans un contexte de campagne électorale permanente, ce n’etait pas possible..


          • mac 24 août 2012 15:50

            « pourquoi trouver normal que votre pays perde de l’argent tous les ans, s’obligeant ainsi à utiliser le crédit ? »

            Je vous dis exactement le contraire c’est pourquoi je suis contre tout plan d’aide à crédit...


          • mac 24 août 2012 16:03

            @titi
            plus de crèche, plus de ramassage des ordures, plus de cantine, etc...

            C’est exactement ce qui est en train de se passer dans certains pays et ce qui s’en vient peut-être peu à peu chez nous. On a fait que gagner du temps pour sauver les plus forts.


          • titi 24 août 2012 16:12

            « On a fait que gagner du temps pour sauver les plus forts. »

            On a surtout gagner du temps pour pas être celui qui va dire au francais : stop !! L’état providence ne peut pas vivre plus longtemps à crédit.


          • tf1Goupie 24 août 2012 16:24

            @ Mac ,

            alors vous devriez être pour la rigueur budgétaire, qui limite l’endettement, et pour l’Euro qui pousse à limiter le recours à la planche à billets (qu’on adore en France).

            Alors pourquoi vous ne le dites pas ici ?
            Peur de vous faire bastonner par « les représentants du peuple » pour discours sacrilège ??

            Et pourquoi demander plus de crèches, plus de ci, plus de ça, au lieu d’appeler à plus de rigueur et de responsabilité collective. ?


          • Gabriel Gabriel 24 août 2012 16:25

            @titi,

            Ah bon ce ne sont pas les banques qui ont spéculé sur des actifs pourris et qui ont fait écrouler le système ? Ce ne sont pas les banques qu’on a sauvé de la faillite avec l’argent public ? Leurs leitmotiv : « Privatiser les bénéfices, nationaliser les pertes… » Chapeau bas pour votre cécité. Dites mois vous travaillez pour J.P Morgan ou pour Lehman Brother ? 

             


          • mac 24 août 2012 17:21

            l"Euro qui pousse à limiter le recours à la planche à billets

            Elle n’a jamais autant fonctionné que depuis qu’on a l’euro !

            Et vous, pourquoi ne dites vous pas qu’il y a des banques qui ont trop tiré sur la corde et qu’elles méritent de mourir de leur propre mort si nous n’étions pas dans une union libérale pour la plupart des citoyens mais bien socialiste quand il s’agit de sauver celles-ci ?


          • titi 24 août 2012 17:26

            @Gabriel

            « Ce ne sont pas les banques qu’on a sauvé de la faillite avec l’argent public ? »
            Lesquelles ?
            Dexia ? C’est le bailleur de fond des collectivités !! 
            Moi au contraire j’aurai bien aimé qu’elle fasse faillite... y’aurait eu du sport...

            « Leurs leitmotiv :« Privatiser les bénéfices, nationaliser les pertes… » »
            Cette maxime prouve simplement que vous n’avez jamais vu un bilan de votre vie.
            On privatise ou on nationalise un actif/passif. Pas des bénéfices ou des pertes.
            Mais bon c’est tellement simple de répéter en boucle un slogan auquel on ne comprend rien.

            « Dites mois vous travaillez pour J.P Morgan ou pour Lehman Brother ? »
            Je manque juste de candeur et me refuse à écouter les gogos qui font croire que l’argent gratuit existe.


          • foufouille foufouille 24 août 2012 17:34

            "« Privatiser les bénéfices, nationaliser les pertes… »
            dassault, les autoroutes, etc


          • titi 24 août 2012 18:20

            @foufouille

            « « Privatiser les bénéfices, nationaliser les pertes… »

            Bah non. Toujours pas. On ne nationalise ni ne privatise un bénéfice ou une perte.
            On nationnalise ou ou privatise un actif/passif...

             »dassault, les autoroutes, etc"
            Dassault je sais pas. Mais pour les autoroutes elles n’ont pas été privatisées.
            Elles sont en concession. Elles appartiennent donc toujours à l’Etat.


          • foufouille foufouille 24 août 2012 18:39

            tu sait pas ?
            dassault = avion invendable, netat paye
            autoroute = benefices pour les copains, par contre les emprunts sont garanties par le netat
            etc


          • titi 27 août 2012 15:28

            « tu sait pas ?
            dassault = avion invendable, netat paye »
            Dans cette histoire, Dassault n’a pas imposé grand chose.
            Le Rafale est une lubbie anti américaine.
            D’une part Dassault gagne très bien sa vie avec ses avions d’affaire et ses logiciels 3D.
            D’autre part les militaires francais se faisaient très bien à l’idée de voler « made in USA » comme les 3/4 de la planete.
            Mais fallait pas acheter américain. Donc fallait un avion francais.

            « autoroute = benefices pour les copains, par contre les emprunts sont garanties par le netat
            etc »
            Vous détournez encore le sujet.
            Vous affirmer que les autoroutes dont privatisées : c’est faux.
            Les autoroutes sont en concession. Une des modalité de ces concessions c’est que chaque nouveau kilomètre construit par ces sociétés appartient à l’Etat. Ce qui veut dire que sans garant, elles ne peuvent pas emprunter pour construire ces km puisque non gageables.

             


          • dup 24 août 2012 10:32

            Doit-on retourner aux monnaies nationales ?

             

             O U I


            • tf1Goupie 24 août 2012 12:42

              c’est rassurant d’avoir des concitoyens qui ont cette profondeur de réflexion, on se dit que notre pays va bien avancer ...


            • samuel 24 août 2012 11:30

              Doit-on retourner aux monnaies nationales ?

               

              Oui, pour la beauté de la semeuse.

              Oui, pour la pièce de 10Frs et son génie de la liberté.

              Oui, parce qu’avec 1Frs je pouvais m’acheter un paquet de bonbon. Maintenant je ne peux m’acheter qu’un seul bonbon avec 15cts d’€.

               

              PS : Vous avez les contres arguments que vous méritez.


              • totor totor 24 août 2012 14:24

                je suis pour les anciens francs !
                je me souviens ges caramels à 1 franc et des carambars à 5 francs ....


              • HELIOS HELIOS 24 août 2012 12:17

                Je vais encore m’attirer des « - », mais...

                Ce n’est pas l’euro, ni le franc qui est un probleme, mais la maitrise de son economie par un pays souverain qui est importante et c’est pour cela que le MES est une vraie catastrophe...

                Qu’est-ce que ça veut dire, retourner au franc ? vous l’avez bien dit, en terme de transfert de richesse, je ne vous reprends pas la dessus, mais ce sont vos conclusions qui sont erronnées.

                Quand la banque de France imprime des billets et crée une inflation (l’ouvrier qui gagne toujours 5 mais qui n’achete plus que 4 baguettes) la perte de pouvoir d’achat se reparti sur TOUT le pays, au prorata de ce que chacun gagne... — dans la mesure ou il y a stabilité des prix — et seuls les produits importés se rencherissent si les pays qui les fabriquent ont une inflation INFERIEURE a la notre...
                 ... et mecaniquiement cela entraine un repli vers les productions nationales, donc une augmentation de l’activité,, du rendement de l’impot, de l’investissement.. rien que du concret et du bon !


                Avec une monnaie commune, d’abord la liberté du desequilibre politique disparait, ensuite l’appauvrissement sectoriel ne fait que s’acroitre. La perte de richesse ne se fait que sur ceux qui ne peuvent repercuter cette perte. En fait seuls ceux qui agissent de maniere internationales, qui sont proches des institutions financieres et ceux qui ont des activites « personnelles » (liberales) ou reglementées s’en sortent.
                Ne pouvant plus creer d’inflation le gouvernement qui doit maintenir les 5 que l’ouvrier gagne, a l’aide de l’impot et de la taxe, il lui raquette son gain pour qu’il ne puisse qu’acheter 4 baguettes. Les produits fabriqués a l’etranger restent competitifs, donc aucun report de creation ne peut se faire dans l’environnement immediat ce qui continue a detruire le tissu economique
                Le systeme social a alors des besoins superieurs que l’etat doit couvrir et ne peut le faire qu’en accentuant la pression fiscale, detruisant encore plus le mecanisme de production de richesse.... bref une spirale pas vertueuse du tout !

                Les institutions supranationale ne voient alors comme solution que la diminution de l’engagement de l’etat et demande la taille de l’aide sociale, la disparition de toute son implication, notament là où il y a solidarité (partage de richesse)... privatisation etc sont alors les reponses les plus dures qui sont adoptées, car elles renforcent ceux qui ont du pouvoir economique et qui ne veulent bien sur pas partager.

                l’intelligence, a l’instar de ce qui s’est passé dans les nations europeennes, vis a vis de leurs regions economiquement inegales a ete la solidarité, c’est a dire l’aide des plus riches envers les plus pauvres... il n’etait pas possible de creer des francs correzien et des francs parisiens. La perequation a ete installées et en correze, l’electricite et le pain sont au même prix, les impots identiques etc...

                La zone euros, pour survivre doit trouver une solution a ce probleme si elle veut continuer a exister.
                ... donc, a defaut d’eclater... :

                — Soit elle choisi la perequation qui permet l’aide... a la grece, l’italie, l’espagne etc... ce que refusent les allemands (comme l’ont fait en leur temps les parisiens vis a vis de la province) 

                — Soit on imagine par exemple, une monnaie non fiduciaire intermediaire qui permet aux pays de creer un differentiel economique interieur favorisant l’economie locale plutot que l’ouverture sans condition sur les marchés les plus predateurs... Mais c’est uen autre solution que beaucoup rejette tant ils ont a perdre (les banques, les grandes societes transnationales etc...)

                bonne appetit, c’est l’heure : vendredi 24/08 12:17


                • tf1Goupie 24 août 2012 12:51

                  En déficit depuis plus de 40 ans et pas de gestion catastrophique ... ?

                  Vous auriez pu faire plus court pour dire ça


                • samuel 24 août 2012 14:00

                  Le déficit chronique est le point commun de toutes les démocraties occidentales depuis 30 ans.

                  Pourtant, vous appelez de vos voeux la copie de tel ou tel modèle.

                  Il va falloir être plus précis et faire l’effort de l’analyse.


                • mac 24 août 2012 14:53

                  Déficit depuis 40 ans sciemment organisé par nos politiques par manque de courage ou pour asseoir le pouvoir de la finance sur celui des états.
                  Réfléchissez un peu, puisqu’il faut serrer la vis, pourquoi ne pas l’’avoir fait dans les années 70-80 quand c’était encore possible ? Le resultat est le même mais les conséquence n’en sont que plus douloureuses sauf pour les financiers qui se sont copieusement enrichis pendant plus de trente ans. Croyez-vous vraiment que se soit le fruit du hasard ?


                • tf1Goupie 24 août 2012 15:32

                  Moi ce qui me fascine c’est ceux qui, depuis qu’ils paient des impots savent que l’Etat est en déficit, mais se réveillent aujourd’hui, la gueule bien enfarinée comme on dit.

                  En 1982 il y avait très peu de dettes et pourtant il y avait beaucoup de monde pour hurler contre un peu d’austérité .. !
                  Un peu d’efforts y a 30 ans ce serait beaucoup moins d’emmerdes aujourd’hui.

                  Aujourd’hui le coffre est vide, vous ne pouvez plus le niez, mais vous continuez à vouloir faire du gras.

                  Dans 10 ans vous vous réveillerez naïvement parce qu’il n’y a plus de pétrole, parce que la terre est sale .... mais qui a consommé le pétrole, qui a sali la terre ?

                  Alors me parlez pas des générations suivantes


                • tf1Goupie 24 août 2012 15:40

                  @ Samuel je n’appelle à copier aucun modèle particulier (vous avez vu ça où ?)

                  Par contre en matière de gestion des comptes publics les allemands et les pays nordiques sont autrement plus convaincants que la France, l’Italie ou la Grèce, ces vieilles democraties moribondes qui s’éternisent à pleurer leur lustre passé.


                • mac 24 août 2012 15:59

                  « Un peu d’efforts y a 30 ans ce serait beaucoup moins d’emmerdes aujourd’hui. »

                  C’est exactement ce que je dis et donc arrêtons le massacre et occupons nous de nos affaires plutôt que d’aller aider des banques à récupérer leurs créances.
                  Quand je joue au casino, je ne demande pas à un état de me rendre la mise que j’ai perdue.
                  Si des banques ont joué aux c... en prêtant de l’argent à des gens insolvables, elles doivent manger leur chapeau et on aurait dû les laisser faire faillite dès 2007- 2008.
                  De toute façon le fait d’avoir gagné du temps ne résoudra pas le problème de l’insolvabilité probable du système financier. Un jour ou l’autre ça se verra.


                • samuel 24 août 2012 16:25

                  Réponse prévisible sur les modèles allemands et nordiques (que vous ne voulez donc pas copier, mais que vous citez dès que l’occasion se présente).

                  Et pourtant, quoique vous puissiez dire ils sont aussi en déficit malgré leur exceptionnelle rigueur. On fait un petit tour sur le site de l’OCDE si ça vous amuse et on voit s’ils sont en déficit ou pas.

                  Le problème est-il le déficit ? Y a-t-il un seuil de déficit à ne pas franchir ? Comment est fixé ce seuil fixé ? Par qui est fixé ce seuil ?

                  Voilà les vrais questions interressantes !!!

                  PS : A noter pour les personnes à la mémoire défaillante, que LE modèle européen à la fin des années 90 en terme de finance et de balance commerciale était la France. Après 10 ans d’Euro c’est devenu l’Allemagne. Allez savoir pourquoi ? (BCE = DeutchBank)


                • titi 24 août 2012 16:25

                  Le problème c’est que si les banques font faillite, alors plus personne ne prête aux Etats.

                  Or ceux si rembourse leurs dettes avec de nouvelles dettes.

                  Donc si les banques font faillites, alors l’Etat fait faillite.


                • tf1Goupie 24 août 2012 16:27

                  Quand je parlais de responsabilité, je parlais de responsabilité citoyenne, puisque NOUS sommes collectivement responsables du déficit de l’Etat, pas les banques.

                  Vous êtes juste en quête de bouc émissaire, le citoyen étant déresponsabilisé d’office.


                • samuel 24 août 2012 16:37

                  A votre avis, d’où provient l’argent que les banques prètent aux Etats ?

                  Simplement de leurs courageux fonds propres ?


                • titi 24 août 2012 16:45

                  @Samuel

                  Si le modèle Européen à la fin des années 90 était la France, c’est avant tout par défaut...
                  L’allemagne étant hors jeux pour cause d’absorption de la RDA.

                  D’autant plus que depuis 1991, la France suivait une politique « de franc fort », où le franc était accroché au DM. L’euro avant l’heure en fait...


                • titi 24 août 2012 16:48

                  « A votre avis, d’où provient l’argent que les banques prètent aux Etats ? »

                  Ceux qui prêtent aux états, ce sont des gens comme eux :
                  http://www.lacaisse.com/fr/

                  Ce qu’on peut résumer par : depuis 30 les québecois payent les retraites francaise...
                  Et maintenant les francais vont payer les retraites des québecois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès