Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > DTS : Droit du Travail Sacrifié ou droit de cuissage ploutocratique

DTS : Droit du Travail Sacrifié ou droit de cuissage ploutocratique

Comme nous vous le signalions précédemment, nos experts économiques n’ont pas compris, ou ont feint de ne pas comprendre, le vent de folie qui a soufflé sur les marchés mondiaux cet été. Même Wikipédia a classé cet événement au rang des krachs mondiaux avec maintes références et explications, sauf les bonnes. La cause serait la bulle chinoise, mais il n’y a pas de bulle qui ne soit créée ou qui explose par hasard, particulièrement quand on est la première puissance financière mondiale devant l’oncle Sam. Derrière ce non-évènement qui a permis aux spéculateurs de s’enrichir éhontément sur les marchés avec la baisse et le rebond par trop prévisible qui s’en est suivi, se cachait un droit exorbitant que réclame la Chine depuis quelques années : celui d’être intégré dans le club très privé des monnaies qui ont un droit de cuissage sur toutes les autres, les Droits de Tirage Spéciaux (DTS). Ce n’est pas à un krach boursier auquel nous avons échappé cet été, car ce sont les petits porteurs chinois qui ont payé les pots cassés, mais à un krach obligataire. Nos chers amis chinois ayant renvoyé à nos chers amis américains, sous prétexte, de stabiliser son marché, quelques centaines de milliards de dollars de bons du Trésor US, dont personne d’ailleurs ne voulait, et c’est la Banque Nationale Suisse qui a dû avaler la couleuvre. Ces opérations financières prouvent que ceux qui dirigent le monde (Le Club) n’ont plus rien à faire des pertes colossales dans leurs monnaies respectives, ce qui tend à démontrer qu’ils les ont déjà sacrifiées et qu’ils préparent déjà la suite. »

La chine a les plus grosses réserves de dollars du monde

Mais s’en débarrasser agressivement sans alibi aurait été un acte d’hostilité, pour ne pas dire de guerre pour les US, alors que les Chinois supportent un billet vert qui a plongé de 25 % face au renminbi (Yuan) en 10 ans. Il fallait, à l’époque, 8,27 yuans pour obtenir un dollar, contre 6,20 aujourd’hui. Qui accepterait d’économiser sur le long terme avec une telle perte ? Le yuan s’est aussi apprécié au cours des 12 derniers mois contre les 31 principales devises du monde, y compris le dollar (+ 0,55 %), avant la crise de cet été quand la plupart des monnaies ont pâti de l’appréciation du billet vert. Dans ce contexte, la dévaluation du yuan fait partie de la guerre des monnaies qui sert à préserver le miracle économique chinois. Les autorités de Pékin, soi-disant Communiste, ont vendu leur peuple sur le marché mondial des esclaves modernes, se retrouve en concurrence avec des pays à la main d’œuvre moins chère, et en l’empoisonnant par une pollution surréaliste en prime (6)(7) ! Dans cette course mondiale hégémonique, tous les profits terminent dans les poches d’une minorité rastaquouère, prête à sacrifier n’importe quel peuple sur l’autel des bénéfices. Comme en Chine aujourd’hui, ceux qui dirigent la finance préparent de longue date le chemin de croix de la basse main-d’œuvre sous toutes les latitudes. Ainsi, le chômage structurel qui frappe l’Europe a été préparé par la directive Bolkestein de 2006 et sanctifié par la loi Macron. Ce n’est pas par hasard que Frits Bolkestein, qui a institutionnalisé la concurrence mondiale entre travailleurs, se retrouve impliqué dans le scandale Clearstream, grande lessiveuse d’argent pour ceux qui en ont trop.
Le dogme de la croissance infinie impose toutes les dérives du consumérisme.

Ce que sont les DTS

Le DTS est une créance virtuelle sur les monnaies librement utilisables des pays membre du FMI. Les pays peuvent vendre des DTS, s’ils en ont, afin de se procurer ces monnaies (dollar, euro, livre sterling, yen et bientôt yuan). Ces monnaies se retrouvent obligatoirement dans les réserves de toutes les banques centrales pour servir de fonds propres ou pour les échanges internationaux.
D’après le Fonds Monétaire International (FMI), le DTS est un actif de réserve international créé pour compléter les réserves de change officielles de ses pays membres. Sa valeur est basée sur un panier de quatre (bientôt cinq) grandes devises. Les DTS peuvent être échangés contre des devises librement utilisables…
Ils sont des crédits que les nations disposant d’excédents dans leur balance des échanges peuvent « tirer » des nations ayant des déficits commerciaux. Les DTS sont alloués aux pays membres proportionnellement à leur part au sein du FMI. Ces allocations fournissent à chaque pays membre un actif de réserve international gratuit et inconditionnel.

De facto, un pays qui a sa devise incluse dans les DTS se retrouve avec le droit incroyable de créer de la monnaie à partir de rien pour l’échanger avec d’autres qui sont obligés de donner en échange leurs matières premières, leurs biens manufacturés, leurs services, leurs excédents, donc leurs épargnes.

Le FMI accélère l’entrée de la Chine

D’aucuns devraient se poser cette simple question : pourquoi le FMI a intégré la monnaie chinoise si vite dans le panier des réserves financières internationales, alors qu’au mois d’août cette question devait être reportée en 2016 ? Autant dire, en langage diplomatique financier, aux calendes grecques. C’est donc à partir du mois d’octobre 2016 que le yuan va devenir une monnaie de réserve mondiale à hauteur d’environ 10%, ce processus est donc irréversible.
La pondération des différentes monnaies passera alors à 41,73% pour le dollar, 30,93% pour l’euro, 8,09% pour la livre britannique, 8,33% pour le yen et 10,92% pour le yuan.
Si le poids du dollar subira seulement une légère baisse de 0,17%, celui de l’euro baissera de 6,57%, soit une amplitude de 21,2%. Celui de la livre sterling baissera également de 3,21%, soit une amplitude de 30%, et celui du yen de 1,07%, soit une amplitude de 12%.

Les pays riches se sont tous soumis, avec la complicité de leurs gouvernants, au joug de la dette, qu’ils n’entretiennent qu’en faisant une honteuse cavalerie ; ajoutant une nouvelle dette pour couvrir l’ancienne, mais plus importante. Le calme précaire est entretenu par des taux d’intérêt, qui en baissant artificiellement permettent de s’endetter encore plus à moindres frais. Il suffit que ces taux remontent de quelques points pour que la France se retrouve dans une situation pire que la Grèce où la jeunesse féminine se retrouve obligée de se prostituer pour le prix d’un sandwich. Le FMI, cet organisme si néfaste, a lui-même explicitement annoncé l’explosion imminente de la plus grosse bulle financière de l’histoire(5). On ne pouvait pas se passer de la Chine dans cette dangereuse manœuvre si nécessaire à la mise en place d’un nouvel ordre financier, qui se fera forcément sous les auspices du FMI et de sa monnaie de substitution : les DTS.

Quelles conséquences et quelles manœuvres inavouables se cachent derrière cette entrée discrète de la Chine dans le concert des puissances monétaires mondiales adoubées par le FMI ? Ce sujet, qui sera traité dans la lettre AIL n°9 (janvier 2016), concerne tout le monde et ses implications auront des répercussions gigantesques, quelle que soit notre condition sociale.

Denissto


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • elpepe elpepe 9 décembre 2015 13:11

    beaucoup d info intéressante mais il faut payer pour la synthèse, pourquoi une telle anticipation du FMI ?
    - anticipe un certain niveau d effondrement de l europe et euro ?
    - il n avait pas le choix au vue des réserves en dollar de la chine, la tractation etait une negociation
    - quel est le niveau reel de protectionnisme actuel exerce sur le continent nord américain ?
    - les financiers auront besoin d une monnaie de placement a surévalué de façon permanente et stable en remplacement de l euro qui jouait ce rôle, a mettre au passe (on revient au point 1)
    - mais la banque national chinoise n est pas pilote par Mario Draghi a qui ont a demande d arrêter le QE par exemple, pour temporiser et rechercher un autre equilibre avec le Yuan
    - vu la depreciation de l euro dans le mecanisme DTS, soit le prix de la main d’oeuvre ou les taux obligataire devraient compenser
    - les riches vont pouvoir baiser les jeunettes pour pas cher, on avait pas la synthese mais la conclusion smiley


    • tf1Groupie 9 décembre 2015 13:19

      La Chine est la deuxième puissance économique mondiale et on s’étonne, on trouve louche, on cherche l’arnaque, que sa monnaie fasse partie des monnaies de référence ?!?

      Bon ben je vous laisse vous étonner ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Agence Info Libre

Agence Info Libre
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès