Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Du bourrage de crânes à l’anesthésie des consciences

Du bourrage de crânes à l’anesthésie des consciences

Par le biais du cirque médiatique nos élites nous remplissent les neurones avec toutes sortes de "faits de sociétés" qui en sous-main nous incitent à la résignation et à la prépondérance du progrès technique en l’opposant au progrès humain.

La mondialisation libérale, les frontières ouvertes à la concurrence sans barrière douanière, est une invention récente, une trentaine d’années pas plus, rapporté au 4000 ans des sociétés humaines qui commercent il faut reconnaitre que ça fait peu.

La mondialisation libérale a eu lieu au bénéfice unique de leurs promoteurs, les multinationales les groupes industriels et les services bancaires et financiers,et ce avec l’aval des politiques, au détriment des autres, qui sont, le tiers monde, les pays en voie de développement, les citoyens, les salariés et le tissu de PME qui génère la plupart de l’emploi dans les sociétés développées.

L’idée force de cette doctrine est la mise en concurrence de tous les partenaires à l’échelle du monde, le producteur de matières premières, en général un pays pauvre ou sous domination économique, des sous-traitants dans les pays a bas cout de main d’œuvre, et des salariés passés à la moulinette des couts cités ci-dessus et de l’argument concurrence et prix de marché.

Face à un discours de concurrence exacerbée, une réalité différente se profile, une concentration des marchés à travers une oligarchie économique qui souvent s’entend sur les prix de vente et/ou d achat, par exemple la grande distribution en France : 5 groupes = 95% de l’alimentaire consommé, l’industrie agroalimentaire (Nestlé, Danone, Général Food, Douwe Egbert), cosmétique (L’Oreal, Beiersdorf), pharmaceutique (Pfizer-Wyeth, Novartis, Sanofi-Aventis) ou la distribution pétrolière procèdent de la même manière, ces groupes gardent des enseignes ou marques concurrentes afin de présenter une fausse concurrence visible dans les rayons des magasins.

En dehors du fait que ces pratiques laminent les fournisseurs, agriculteurs ou producteurs de matières premières, ces démarches engendrent en plus une disparition de la variété de l’offre en standardisant les productions. Leurs puissants lobbys abreuvent les politiques de dossiers et rapports techniques, font modifier les règles et les lois au détriment du citoyen du consommateur, du petit producteur ou artisan. De plus leur omniprésence dans tous les médias a travers la publicité nous imposent leurs produits, mais aussi un mode pensée, en masquant les autres modes de productions, de distributions ou de consommations (bio ; vente directe, AMAP, circuit court).

Quelques fois on croit rêver quand on entend les apôtres de la mondialisation et de l ultra libéralisme capitaliste, retourner leurs chemises plus vite que le temps qu il me faut pour le frapper sur mon clavier, mais quelle mouche les a piqués ?…. la peur d une rebéllion mondiale des peuples contre un système qui les a amenés au pouvoir, ou de l’éffondrement de celui-ci, qui ouvrirai les portes à d’autres modes de réflexions et d’organisations humaines.

Aujourd’hui beaucoup pensent qu’il faut sortir de ce processus, en cassant ces monopoles en promouvant de nouveaux modes de production de distribution et d’organisation des différents marchés avec un encadrement et une régulation politique réelle.

De nombreux économistes, philosophes et sociologues proposent des pistes de réflexion, on les retrouvent chez Die Linke, ATTAC, Ecologistes, Libertaires, Tiers-mondistes, altermondialistes, Campesina, etc… mais aussi dans des syndicats et partis politiques de pays intermédiaires (Inde, Brésil, Venezuela, Costa Rica, etc..)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Philou017 Philou017 21 novembre 2009 14:07

    Jolie analyse.


    • BA 21 novembre 2009 15:01

      La Société Générale : « alerte, vendez tout, sauf l’or ! »

      Passé quasi inaperçu, le rapport d’un analyste de la Société générale met en garde contre les nouveaux risques généré par le surendettement des états et invite ses clients à adapter ses placements à une éventuelle nouvelle crise.

      « A l’heure qu’il est, personne ne peut affirmer avec certitude si nous avons effectivement échappé à un effondrement économique mondial. » N’allez pas chercher ces propos dans la bouche d’un altermondialiste quelconque : elles sont extraites d’un rapport de la Société générale, repéré par le quotidien britannique Daily Telegraph !

      http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/6599281/Societe-Generale-tells-clients-how-to-prepare-for-global-collapse.html


      Signé par un cadre de la division Cross Asset du pôle Credit and investment banking (trading et opérations de marchés), le texte de 68 pages énumère trois scénarios catastrophes, allant du dévissage global (« Bear case ») à la stagnation durable, et invite ses clients à changer leur fusil d’épaule. Présenté le 5 novembre par la banque, il ne professe qu’une seule certitude : la crise est loin d’être finie !

      Les conseils de placement sont clairs : vendre le dollar, les monnaies plombées par les dettes publiques, les valeurs cycliques (technologie, automobile...)... Et surtout « voyagez » : les « pays émergents », si chers au cœur des économistes médiatiques, ne seront pas épargnés selon le spécialiste de la Société Générale. La banque est d’autant plus encline à conseiller à ses clients huppés de vendre leurs actions que celles-ci ont gagné entre 30 et 50 % depuis février 2009.

      Que garder alors ? De l’or ! Seule valeur refuge face aux aléas des monnaies, le métal pourrait « grimper encore, encore et encore », selon ce rapport. Egalement à conserver les « farm commodities », autrement dit les produits alimentaires, notamment le sucre : même au chômage, on mange !

      Des bons du trésor américains, Daniel Fermon ne fait pas grand cas, là encore, à cause de l’endettement public : « nous avons presque atteint le point de non retour en terme de dette des Etats. »

      A côté du discours ambiant, qui, à l’instar de la ministre de l’Economie française, se gargarise de l’imminente « reprise », les perspectives tracées par ce document à l’intention des investisseurs confirme que, derrière la com, les banquiers ne sont pas plus rassurés que ça. Mais pourquoi annoncer la couleur et décourager la Bourse quand la machine à spéculer garantit de si beaux résultats trimestriels ?

      Source : marianne2.fr

      http://www.marianne2.fr/La-Societe-generale-alerte,-vendez-tout,-sauf-l-or !_a182856.html


      • ddacoudre ddacoudre 21 novembre 2009 21:55

        bonjour rayman

        c’est le monde des marchands, cela fait trente ans que nous n’élisons que cela. Amartya Sen prix nobel d’économie en 1998 disait qu’il fallait que les hommes politique refassent de la politique, de sorte que la politique reprenne le dessus sur l’économie. c’est un peu ce qu’il c’est passé avec la crise financière mais les politiques n’ont de cesse que de leur redonner la main, puisqu’en fin de compte ce ne sont que leur homme de main.

        cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rayman

rayman
Voir ses articles







Palmarès