Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Du Japon et des politiques alternatives

Du Japon et des politiques alternatives

Les nouvelles économiques venues du Japon depuis quelques jours peuvent sembler mauvaises, entre une baisse du PIB de 0,2% au 3ème trimestre, et un nouveau recul mensuel des prix de 0,1% en octobre. Faut-il y voir l’échec des Abenomics ou seulement l’écume de la vague  ?

 

Verre à moitié vide, ou à moitié plein ?

Bien sûr, pour les détracteurs des Abenomics, le recul du PIB et la baisse des prix montrent que la politique du Premier ministre, Shinzo Abe, est un échec. Après tout, le pays reste loin de l’objectif de 2% d’inflation affiché par la banque centrale et la conjonction de ces deux indicateurs complique la tâche d’une majorité qui s’est fixé comme objectif une croissance du PIB nominal. Mais, comme souvent, les choses sont plus complexes qu’il n’y paraît. D’abord, si les prix affichent un recul de 0,1% sur un an, ils sont en hausse de 0,7% sur un an hors prix de l’alimentaire et de l’énergie, qui affichent un fort recul conjoncturel. Ensuite, il faut se souvenir que le PIB du Japon avait bien progressé au premier trimestre et surtout que la population du pays baisse, ce qui relativise les chiffres du PIB.
 
En effet, The Economist avait publié un papier très intéressant sur les « années perdues » du Japon, qui montrait que quand on raisonne en PIB par habitant, la performance économique du pays est finalement assez peu éloignée de celle des Etats-Unis ou des pays européens. En outre, les variations trimestrielles du PIB ne sont pas toujours très signicatives : il vaut mieux considérer les variations sur un an, qui ont plus de sens. En outre, point crucial, certes fortement influencé par la démographie déclinante du pays (mais qui ne suffit pas à certains pays européens), le taux de chômage est tombé à son plus bas depuis 20 ans : à peine 3,1% de la population active. Mieux, pour relancer l’économie, le salaire minimum devrait progresser de 3% par an, qui devrait passer de 780 à 1000 yens par heure.
 
De la pertinence des Abenomics
 
Avec le recul que donne un peu plus de 2 ans et demi d’observation, la pertinence des politiques menées par le Premier ministre Japonais n’en apparaît que plus forte, malgré les quelques réserves statistiques des dernières semaines. Et finalement, les ajustements politiques réalisés par le gouvernement, qui a accéléré son plan de relance monétaire, qui a fait une pause dans la hausse de la TVA, et qui se fait de plus en plus volontariste sur les salaires, sont finalement le signe d’une équipe pragmatique, capable de se remettre en question pour résoudre les problèmes du pays. Et cela est d’autant plus rafraichissant qu’il ne s’agit pas de simples ajustements à la marge, qui ne changent pas grand chose, mais de changement forts qui prennent une perspective incroyable par rapport aux pays européens.
 
En effet, Shinzo Abe vient d’annoncer une hausse de plus de 25% du salaire minimum, quand l’Europe ne parle le plus souvent de baisse ou de gel (à l’exception de l’Allemagne). Idem sur le plan de rachat de dette publique par la banque centrale. Parti sur un rythme pourtant déjà extrêmement fort d’environ 10% du PIB par an au printemps 2013, devant la difficulté à casser la déflation qui frappe le pays depuis des années, le pouvoir n’a pas hésité à accélérer le plan de rachat de dette publique, protégeant l’Etat des marchés, et a actionné le levier des salaires. Quel contraste avec les politiques des pays européens ! Il semble que nos dirigeants persistent dans les erreurs du passé du Japon en fermant les yeux sur les changements récents qui remettent sans doute trop en cause les dogmes actuels.
 

Merci au Japon de démontrer qu’il est possible de mener des politiques différentes, tournées vers le bien-être de tous, comme « l’assouplissement quantitatif pour le peuple  » défendu par Adair Turner, mis à la tête de l’instance de régulation financière britannique après l’effondrement de Lehman Brothers


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 1er décembre 2015 09:37

    « Merci au Japon de démontrer qu’il est possible de mener des politiques différentes, tournées vers le bien-être de tous. »

    ...sauf pour les baleines, le pays du soleil miraculeux ayant annoncé une reprise de leur chasse. Elles ne sont parait-il plus en danger d’extinction les baleines, et donc on aura de nouveau des baleines découpées vivantes sur des bateaux usines. Enfin, je suis hors sujet là.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès