Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Du nouveau sur le front de l’emploi des seniors

Du nouveau sur le front de l’emploi des seniors

Vous connaissez le « Plan national d’action concertée pour l’emploi des seniors » ?

Il s’agit d’un document rapport de 24 pages rédigé par le Conseil économique et social et daté du 6 juin 2006. Ce rapport fixe les termes des actions envisagées pour mettre fin au faible taux de salariés de + de 50 ans actuellement en fonction.

La France est dernière d’Europe (une fois de plus) en ce qui concerne ce problème à quasi égalité avec l’Allemagne (37,3 et 39,2 contre 40,5 en moyenne européenne)

Quelques extraits du rapport

Le constat sur la situation des seniors

« Les seniors constituent une richesse pour le monde du travail. Dans une économie fondée sur la connaissance, le capital humain occupe une place essentielle qu’il convient de valoriser. En renonçant aux compétences et à l’expérience des seniors, notre pays, nos entreprises se privent d’un atout décisif. La gestion des âges au travail est donc une condition de notre prospérité économique. Pourtant, force est de reconnaître que, depuis 30 ans, l’âge est plutôt conçu comme une variable d’ajustement.

Nous ne pouvons accepter de continuer à voir les plus de 50 ans confrontés à une éviction du marché du travail. Au-delà des drames humains qu’elle engendre, cette situation n’est conforme ni aux défis économiques et sociaux auxquels va être confronté notre pays, ni aux
exigences de la cohésion sociale. C’est donc une véritable « révolution culturelle » qu’il nous faut désormais mener, si nous voulons rompre avec cette culture des départs anticipés. »

Jusque là nous sommes parfaitement d’accord.

Là où le texte commence à devenir intéressant, c’est lorsqu’on aborde les objectifs et les actions. Je vous ai extrait un échantillon du document

Objectif 1 : Faire évoluer les représentations socioculturelles

Action n°1 : Informer un large public sur les atouts de l’expérience des seniors

Que dit le rapport ?

« Une campagne de communication ... destinée au grand public, sera lancée dès septembre 2006, afin de renverser les préjugés socioculturels défavorables à l’emploi des seniors. Elle associera différents médias nationaux (presse, radio, télévision etc...) »

J’espère que l’agence de communication qui a été retenue emploie un maximum de seniors !!! On aimerait savoir combien va coûter cette campagne de « sensibilisation » et quel impact pourra-t-elle avoir sur l’emploi des plus de 50 ans.

« En raison de l’importance de la diffusion répétée des messages à faire passer, cette campagne sera menée sur 2 ans, en 2006 et 2007. À l’issue de ces deux années, sur la base d’un bilan, le groupe de suivi se prononcera sur un éventuel prolongement des actions de communication. »

Bon, on ne connaît pas le montant mais la durée du contrat de l’agence.

Action n°2 : Sensibiliser les entreprises à la gestion des âges, à l’accès ou au maintien dans l’emploi des seniors

« La communication à destination des différents acteurs présents au sein de l’entreprise (employeurs, encadrement supérieur et intermédiaire, salariés) sera ciblée sur la question de la gestion des âges au sein de l’entreprise et sur les atouts de l’expérience et du savoir-faire des seniors.

Les services publics de l’emploi et les services de santé au travail y seront associés de près et auront un rôle d’information et de prévention auprès des employeurs et des salariés pour les sensibiliser aux aspects positifs du maintien de la capacité de travail des seniors.

Cette campagne pourra être déclinée dans les établissements d’enseignement qui forment les cadres destinés à gérer les ressources humaines.

La campagne comportera des actions ciblées à destination des chefs d’entreprise, des cadres et des salariés, ainsi que de leurs représentants. »

Vous m’avouerez que ça ressemble dans le texte à l’enfoncement d’une porte ouverte !!!

Je vous laisse prendre connaissance des autre analyses et mesure mais vous donne quelques indications en ce qui concerne la définition du terme et de lâge des seniors :

« une enveloppe budgétaire annuelle affectée à la prise en charge de ces bilans de compétence et d’organiser une prise en charge accélérée des dossiers des salariés de plus de 45 ans. »

« déterminer une enveloppe budgétaire annuelle affectée à la prise en charge de ces actions et d’organiser une prise en charge accélérée des dossiers de VAE des salariés de plus de 45 ans. »

« Les seniors font partie des publics prioritaires des Engagements de développement de l’emploi et des compétences (EDEC).particulier dans les petites et moyennes entreprises (PME) ...d’une part, le caractère prioritaire des salariés de plus de 45 ans dans les actions de maintien dans l’emploi par la mobilité, l’essaimage, la création d’activités, l’acquisition de nouvelles compétences, la validation des acquis de l’expérience ; de gestion anticipative des emplois et des compétences adapté à leur taille. »

« Le taux de retour à l’emploi à 12 mois des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans est de 33 % contre 60 % pour l’ensemble. L’objectif stratégique est de réduire de moitié cet écart à la moyenne. À titre indicatif, en faisant une projection des données actuelles, la poursuite de cet objectif devrait aboutir à un taux de retour à l’emploi dans les 12 mois de 45 % en 2010 pour les plus de 50 ans, contre 33 % aujourd’hui. Précisions sur la mise en œuvre et détail des objectifs :

L’accompagnement « seniors » s’inspirera de bonnes pratiques constatées dans l’Union européenne et des démarches innovantes menées par certaines agences locales en France. »

Alors là, je suis comme tous les plus de 45 ans rassuré de connaître la teneur de l’objectif !!!

A vous de vous faire une opinion en liant l’intégrale du texte

Sources et crédit photo

Conseil économique et social
ANACT
Senior Actu


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • SilenT BoB SilenT BoB 14 août 2006 11:09

    Ce qui me choque en fait dans tout cela, c’est que plusieurs choses sont oubliees.

    On oublie le fort chomage qui frappe la France, le vrai chiffre ne doit pas etre loin des 15 ou 18%, cela cree de fait une difficulte pour l’embauche des seniors (comme de tout le monde d’ailleurs)

    On oublie aussi que la formation continue en France est plus que basique, or un informaticien de 50 ans qui n’a jamais fait de formation continue aura peut-etre un peu plus de mal avec de nouveaux formats que certains jeunes encore passionnes par l’apprentissage de nouvelles choses.

    On oublie egalement que les seniors ne sont pas tres consideres par les entreprises, en effet ils sont souvent traites de la meme facon que les jeunes, ce qui ne leur donne pas envie de continuer c’est certain. J’avais ete choque de voir quand je travaillais a la Coutts, de jeunes directeurs de 35 ans, directeurs parce qu’ayant fait leur carriere en Back Office, donner des lecons a des vieux briscards ayant en portefeuille des millions de Livres Sterling en leur demandant de faire plus chiffre, alors que les 3 personnes de 60 ans avaient des clients vraiment parmis les plus fotunes. Le jeune directeur voulait en impose, a son retour, mon boss de l’epoque (un des trois gestionnaire de patrimoine) « encore un imbecile qui s’y croit ». Il y a il me semble un reel probleme de management des seniors dans l’entreprise, l’Etat n’y changera rien, vraiment rien (ce n’est pas son role), c’est aux entreprises a creer de nouveau systemes de management afin de garder leurs seniors et faire qu’ils communiquent davantage leur savoir en leur accordant peut-etre plus de souplesses dans les horaires ou des avantages qui pourraient tout a fait les convaincre de continuer a travailler, car il n’y a pas que le financier qui compte...


    • Jesrad (---.---.20.126) 14 août 2006 14:35

      15 ou 18% ? Tu rigoles ? Le taux d’emploi en France est 58% contre 72% dans les autres pays comparables, donc le taux de chômage réel doit être au minimum de 21% (et probablement plutôt de 27 ou 28%).

      En plus, grâce à Martine Aubry, il n’y a plus de chômeurs de 50 ans ou plus, puisque d’après elle ceux-ci ne peuvent pas être tenus de vouloir chercher un emploi stable (ce qui est une condition bureaucratique et comptable pour considérer quelqu’un comme chômeur statistiquement valable).

      Si l’Etat cessait de traiter les moins de 25 ans et les plus de 50 comme des employés à part, déjà, les entreprises suivraient peut-être un peu plus. Et si il pouvait arrêter de les empêcher de bosser au-delà de 60 ans s’ils le souhaitent (empêcher les gens de bosser, on rêve !) en leur sucrant les retraites, ce serait pas plus mal.


    • SilenT BoB SilenT BoB 14 août 2006 15:04

      Merci Jesrad de tes lumieres, je ne pensais pas que c’etait a ce point. Ces chiffres tu les as eu ou ? Ca m’interesserait d’en connaitre davantage, merci d’avance.

      PS : Cela dit rien ne m’etonne plus dans la republique populaire francaise !


    • (---.---.135.188) 14 août 2006 16:05

      République populaire ??????????? Expliquez un peu...


    • Jesrad 14 août 2006 16:19

      Les chiffres sont des statistiques INSEE, mais qui datent un peu. J’essaie de tirer des données plus récentes (et moins bidonnées) du site de l’OCDE, mais c’est pas facile.

      La remarque sur Martine Aubry est fondée sur les journaux de l’époque (en particulier une étude sur les méthodes douteuses de l’ANPE).


    • frédéric serrière (---.---.13.149) 15 août 2006 16:49

      Bonjour,

      Je pense que les salariés Seniors vont retrouver une place importante dans les années à venir. La principale raison est les contraintes du marché comme le pense Fara Harper qui dirige le département sur le vieillissement de l’Université d’Oxford. Les entreprises vont être devant le mur : en continuant à renvoyer les Seniors, la main d’oeuvre va se tarir dans plusieurs pays. La masse salariale va augmenter « plombant » ainsi la rentabilité. C’est ainsi que les entreprises vont conserver les Seniors ou faire revenir les retraités.

      Une autre raison sera la pression des gouvernements. L’âge de la retraite recule dans presque tous les pays d’Europe - A mon avis trop lentement . Les gouvernements feront pression sur les entreprises pour le maintien des salariés Seniors. Cependant, au final, ce sont celles-ci qui décideront.

      Une autre raison dont plusieurs entreprises prennent conscience. La génération du Baby boom est la plus aisée et va devenir de plus en plus ciblée par les entreprises. Hors pour mieux vendre à cette génération très au fait de la consommation et rebelle, les entreprises vont se rendre compte que des vendeurs Seniors sont plus efficaces.

      Lors d’une étude que Senior Strategic a menée en 2005, il est apparu très nettement que les clients de 50 ans et plus préféraient des salariés de leur âge. Notamment pour des produits demandant de l’expertise : bricolage, jardinage, assurance, banque et même l’informatique. Nous avions également noté que même les jeunes allaient naturellement vers un vendeur Senior dans les commerces.

      Autre raison : la démographie en Europe va poser problème pour la croissance économique. Deux solutions sont possibles : l’immigration et le maintien des salariés Seniors en activité. Une étude européenne a montré que ses citoyens ne voulaient pas plus d’immigration. En l’état des choses, seule reste la deuxième solution.

      Dernière raison : les Baby boomers sont de plus en plus nombreux à vouloir ou devoir continuer de travailler durant leur retraite. Ils ne vont pas se laisser mettre à l’écart de la Société. Ils feront pression sur les politiques. Cependant, ils demanderont des emplois plus souples avec du temps partiel.

      En conclusion, je pense que les entreprises vont être forcées de s’adapter et faire une place importante aux salariés Seniors.

      Frédéric Serrière

      www.fredericserriere.com

      Président Senior Strategic


    • brod (---.---.102.41) 14 août 2006 11:13

      C’est bien de penser à donner du travail aux seniors (ou le maintenir). Il faudrait surtout donner du travail aux jeunes !!!!! 20 à 30 % des jeunes n’ont pas de travail.


      • (---.---.161.52) 14 août 2006 17:25

        A quel âge devient-on senior ? Il est vrai que l’on devient plus vieux, mais quand même !...


      • SilenT BoB SilenT BoB 14 août 2006 12:21

        Oui mias le chomage des jeunes est un autre probleme qui doit avoir d’autres solutions. Le gros probleme est : comment la France peut-elle creer des emplois ?


        • Brod (---.---.102.41) 14 août 2006 13:41

          La réalité est simplement que le chômage des jeunes est à la charge des familles. La retraite (ou chômage) des « anciens » est à la charge des caisses de retraites (ou de chômages). Voilà certainement pourquoi l’Etat ne met pas en priorité la résolution du chômage des jeunes.


          • patrice (---.---.161.238) 14 août 2006 13:54

            J’ai 55 ans et demi plus de travail , plus de droits ,dispensé de recherche d’emploi ,rayé a l’anpe , reste le RMI ! c’est quoi encore que ce baratin ,ils continuent à nous prendre pour des cons et personne ne bouge .Les français savent qu’il n’y à plus de boulot ,il est parti en chine le boulot ! aux armes citoyens !


            • SilenT BoB SilenT BoB 14 août 2006 14:00

              Aux armes pour quoi pour que l’Etat cree des emplois en son sein pour les gens dans votre cas ? Vous decrivez ici le parfait delire etatique, pourquoi dispense de recherche d’emploi ? Pourquoi raye de l’ANPE ? Qu’y a t’il d’autre que des lois derriere ce que vous dites dans votre commentaire, si je vous suis bien, c’est l’Etat qui vous empeche de postuler a de nouveaux emplois.

              PS : avez-vous tente les agences d’interim qui elles ont aujourd’hui le droit de proposer des CDD et CDI et sont beaucoup plus performantes dans la recherche d’emploi que l’ANPE.


              • (---.---.66.108) 14 août 2006 14:12

                Le boulot est parti en Chine en grande partie à cause des charges écrasantes qui bousillent toute initiative en France. Au lieu de prendre des mesures pour untel ou untel il vaudrait mieux commencer par réduire les charges, ne serait-ce qu’en les ramenant au niveau des pays voisins les plus performants. Les problèmes de chômage s’en trouveraient de facto réglés en quelques années, pour toutes les catégories d’âge.

                La situation actuelle est un cercle vicieux : les chômeurs et les salariés qui ont la crainte de devenir chômeurs par la force des choses, freinent des quatre fers pour les réductions de charges parce qu’ils ont peur que cela mine les ressources qui pourront servir à leur payer des indemnités - sans voir que c’est scier la branche sur laquelle ils sont (pourtant bien mal) assis.


                • le grand (?) (---.---.209.220) 14 août 2006 16:36

                  Les Charges !!!

                  Elles ont bon dos car elles ne sont que la face visible de l’iceberg. En fait le problème provient d’une bureaucratisation de plus en plus grande de notre monde :
                  - En 1965 la structure d’une entreprise de 2000 personnes coutait 16% du chiffre d’affaire
                  - en 2005 la structure de PME 50 à 200 personnes avoisine les 50%

                  Le plan comptable actuel ne fait aucune différence entre charges de structure et coûts de production. La structure coute autant que la matière et la main d’oeuvre réunies !!!

                  Exemple je suis passé en 1998 dans une société ou je travaillais entre 1974 et 1978. L’effectif total était le même : 1300 personnes
                  - en 1978 il y avait 11 cadres et 35 emplois de bureau
                  - en 1998 il y avait plus de 300 personnes dans ses deux statuts

                  Actuellement cette société délocalise en Pologne.

                  L’emploi des seniors

                  Problèmes de fond ils ont connu une époque ou le formalisme était absent, ou on ne faisait que le minimum de paperasse, ils ne savent pas se comporter comme des bons robots aseptisés, il ont de l’esprit critique et peut être des solutions meilleures que celle des dirigeants : on les vire !

                  Probléme suivant : les cabinets de recrutement ont des obligations de moyens, pas de résultats alors on privilégie le jeune diplomé au vieil expérimenté

                  QUAND ON EN AURA FINI AVEC DES ANERIES DU TYPE ISO 9000 et que l’on remettra l’imagination au pouvoir on recréera des emplois.

                  ET CE SERA AUSSI BON POUR LES JEUNES QUE POUR LES VIEUX !


                • Plus robert que Redford (---.---.207.161) 15 août 2006 00:36

                  Totalement d’accord avec vous, mon Grand !

                  Moi-même croûton de 53 ans, je ne puis que confirmer par la contemplation de mon passé professionnel libéral, l’inflation galopante paperassière et formaliste de notre bureaucratie parasite qui n’essaie que de masquer son incompétence et sa veulerie derrière une augmentation des contraintes et des « autocontrôles ». Dont la finalité ne semble à l’examen, qu’une méthode efficace consistant à faire faire son travail par ses administrés et, en conséquence, à leur en faire porter la responsabilité en cas de problème.


                • Brod (---.---.102.41) 14 août 2006 17:31

                  L’on ne risque pas d’avoir du travail. Les dirigeants d’entreprises sont très souvent noté sur la baisse du nombre de leurs employés. Plus rarement (je dirai jamais) sur le dévelopement de l’emploi qu’ils auraient réalisés. Le maximum d’emplois est à supprimer (pour réduire les charges de personnels, même si celà à un coût supérieur pour l’entreprise).Il faut mettre des machines partout. Tel est leurs règles lors des formations en grandes écoles.


                  • (---.---.29.197) 15 août 2006 00:52

                    Les séniors ne servent pas à grand chose si la formation continue n’a pas fonctionné. En tant que cadre de la fonction publique territoriale, je suis en général ravi de voir les salariés de l’Etat partir en retraite et ceux de ma collectivité locale également. Ces départs sont bien souvent l’opportunité attendue de faire évoluer le fonctionnement du service.

                    Après il y a aussi un problème social. Toujours de la fenêtre de ma mairie, je constate avec inquiètude que l’on dénonce la malfaisance des jeunes désoeuvrés et jamais celle des retraités désoeuvrés. Les seconds sont un véritable tabou électoral, mais c’est néanmoins une redoutable plaie sociale, on y collectionne les procéduriers. Aussi bien contre les communes que contre le voisinage.

                    Je n’ai nullement l’intention de faire du sectarisme anti-vieux. Simplement, je propose un peu de réalisme. Les 35 heures sont un vaste mensonge pour les cadres, y compris dans la fonction publique. Il faut sans doute gérer la baisse d’activité avec l’âge, on n’a pas la même capacité de travail à 55 ans qu’à 35 ans (ceux qui prétendraient le contraire ont dû moins travailler que moi !). D’autre part il faut utiliser l’expertise sans verrouiller la progression hiérarchique avec la clé à cliquet : les cadres dirigeants ne doivent pas être une assemblée gérontocratique. Il faut ramener un peu de réalisme dans le discours sur le parcours professionnel, l’apogée ne doit pas se situer à la veille du départ en retraite, y compris pour les rémunérations. La cessation d’activité professionnelle doit être progressive.


                    • (---.---.106.5) 15 août 2006 09:23

                      Bon, ok, l’article est marrant. C’est toujours marrant de jouer des vieilles ficelles... hun.

                      Mais quand les séniors se bougeront-ils le cul pour apporter leurs connaissances et leurs compétences - si vraiment ils en ont encore - là où ’on’ en a besoin ? C’est à dire dans les pays en ’voie de développement’... Mais c’est peut-être pas la retraite que pépère et mémère de l’occident ont envie de couler...

                      L’assistanat : quand va-t-on m’employer ? Je suis si bon... Faut pas pousser quand même !


                      • septquiprend (---.---.131.229) 15 août 2006 22:00

                        à)(IP:xxx.x03.29.197)« Les 35 heures sont un vaste mensonge pour les cadres, » désolé de te contredire ; cadre dans une entreprise de 450 personnes, j’ai pratiqué les 35 h (avec tous les autres cadres)aussitôt la mise en place du dispositif ; je n’ai jamais rencontré de problème avec ma hiérarchie ; je pense que c’est d’abord une volonté commune, de bas en haut, qui a permis d’une part l’application des 35h et de l’autre sa gestion à long terme(aujoud’hui je suis retraité).


                        • carnac (---.---.7.104) 17 août 2006 12:02

                          Il y a à mon sens plusieurs niveaux d’approche dans le travail des seniors : la première inégalité est l’inégalité devant la mort et les cadres bénéficient d’une retraite largement plus longue que les ouvriers qui ont eu une vie professionnelle dans les métiers pénibles. Il faut donc d’abord ne pas remettre au travail des personnes usées par le travail d’où l’importance des négociations sur les métiers pénibles.

                          Maintenant, la reconnaissance des compétences des anciens ne va pas de soi par un triple effet : 1 - ils ont une réelle expérience du travail qui les rend peu perméables aux « modes managériales » ce qui inquiète leur hiérarchie . 2 - il leur arrive souvent de ne pas se reconnaître eux mêmes compétents ; Ce qui est apprécié chez eux c’est la capacité de prévenir les problèmes avec la clientèle ou leur capacité à garantir la sortie d’une production de qualité. Cette compétence née de l’expérience est indépendante de l’acquisition d’une nouvelle technique . 3 - l’accès à la formation professionnelle continue pour l’acquisition de ces nouvelles techniques pour les anciens est bien difficile. Ils peuvent y être rétifs mais inversement les employeurs négligent avec un bel ensemble cette classe d’âge dans leur plan de formation.

                          l’Europe a financé des formations-actions contre la discrimination des seniors en entreprise :

                          un exemple à cette adresse : http://cfdt-rhone-alpes.com/discriminations/discriminationseniors.htm


                          • lesigne 21 août 2006 21:58

                            Il est maintenant prouvé que le tx du chômage est bien supérieur à ce que publie le gouvernement et ce que nous lisons dans la presse. En effet il existe 8 catégories de chômeurs et seule la catégorie 1 est prise en compte. Les autres non pris en compte sont par exemple les chômeurs de plus de 57,5 ans, les fins de droits, les radiés pour non-présentation, le chômeurs pour raisons économiques dans leur premiers mois, les marginalisés touchant le RMI ou pas, le jeunes qui n’ont pas droit aux ASSEDIC... L’ANPE est ivre et s’accroche à ces statistiques sans apporter de moyens, je trouve cela indigne. Pourquoi ne communiquons nous pas sur les chiffres réels qui sont 20% en France au lieu de moins de 9% en baisse comme l’annonce le gouvernement avec fierté.

                            Il faut remettre les compteurs à zéro et parler de vrais chiffres plutôt que de se cacher derrière notre petit doigt. C’est notre devoir d’annoncer la couleur et de proposer des solutions. Ici j’en ai pas vu. Aucun politique n’a pris la parole du ce sujet tabou. Comme si cela n’intéressait pas les électeurs lors de prochaines échéances. Tout projet politique passe par un parler vrai en proposant des solutions. Merci de vos positions.

                            Lisez le livre d’une conseillère ANPE, Fabienne Brutus ( les secrets bien gardés) dont tous le monde parle. Mais officiellement personne ne prend la parole. Le gouvernement et l’ANPE n’osent pas répondre. C’est à qui de le faire ?

                            Quant au chômage des seniors, ce ne sont que des mots des verbes ya ka faut qu’on ... Les nouvelles lois fillon et autres pénalisent énormément les seniors et instaurent un double peine lorsque en fin de droit, sortis des statistiques ( 57ans et demi ) ils n’ont pas les trimestres demandés par la CNAV pour bénéficier de la retraite à 60 ans.

                            Première peine : privés d’emplois ils n’ont plus de ressource jusqu’à l’age de la retraite

                            deuxième peine : la retraite ne sera pas calculée proportionnellement aux années cotisées, un abattement très lourd les pénalisera sur les années manquantes au régime général qui se répercutera avec la même brutalité sur les caisses AGIRC et ARCO.

                            Bravo vous avez bien compris, on vous pénalise de façon disproportionnée parce qu’au moment de la retraite vous n’avez pas assez travaillé alors que vous êtes chômeur et dans l’incapacité de trouver un emploi digne.

                            Oui les senior demandeurs d’emplois se battent, et c’est leur intérêt pour trouver un travail, mais tout est organisé ( sauf les mots) pour qu’ils n’en retrouvent pas.

                            Envoyez votre CV alors que vous êtes né en 1948 ou en 49, il ne sera même pas lu. Le CV anonyme ? : lors de l’entretien de recrutement, tout le monde rira en voyant vos cheveux blancs et vous recevrez une lettre vous disant que le poste ne cadre pas exactement à votre profil. Arrêtons de parler de bilan de compétence, de formation des seniors, des 35h... les entreprises ne veulent pas de + de 50 ans, et dès qu’elles en ont ils les virent pour que la courbe sociale des effectifs se rajeunisse. C’est dur pour les DRH qui doivent faire ce travail, c’est encore plus dur pour les seniors qui ont perdu leur emploi pour des raisons économiques.


                            • ga ;lleriy (---.---.175.218) 29 octobre 2006 22:00

                              il ne faut pas prendre l’etre humain pour une marchandise qui n’aurait droit au respect que si detenteur de titres royaux , d’un bac + 5 ou 7, ou de talents artistiques hors du commun. Au tres profond de l’Ame francaise se tapit un monstre sanguinaire qui n’a de respect que pour son propre Culte .Un Culte de la grandeur qui n’hesite pas a sacrifier ses vieux pour mieux se grandir a ses propres yeux.


                              • hfaure37 27 octobre 2009 14:16

                                Pour recruter des jeunes séniors et des séniors, un site n’a pas attendu la loi pour s’y consacrer : www.beboomer.com !

                                Ce réseau social pour les plus de 45 ans propose totalement gratuitement pour les entreprises et chercheurs d’emploi un service et de outils « emploi ». Création de cv, poster son cv, création de cv vidéo et consultation d’offres d’emploi postées par les entreprises... La rubrique et les outils ont été conçus de façon à être très facile d’utilisation.

                                Il suffit de s’inscrire sur www.beboomer.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès